RIVIERA PARADISE: Ready for more

France, rock (Autoproduction, 2024)

Une pochette aussi sobre que le logo du groupe, mais qui donc est ce quatuor de Riviera Paradise? Je glisse le CD dans le lecteur et Ready for more démarre avec un Game master énergique, entrainant et dépouillé de tout subterfuges. Puis For the new day arrive, titre aussi enjoué que faussement calme. J’ouvre la pochette pour découvrir que le chanteur se nomme Kourros. un nom qui m’est familier… Se pourrait-il qu’il s’agisse du vocaliste de feu Incry? Il a rejoint le groupe, monté en 2014, il y a quelques années, en 2018, la formation enregistrant divers Ep avant de proposer ce premier album. Avec ses compères – le guitariste Robin Lapalut, le bassiste Florent Gayat et le batteur Julien Giraud – il propose un rock varié, alternant entre mid tempi efficaces et envolées libératrices, évitant ainsi de lasser l’auditeur. Ok, l’anglais reste à améliorer, mais l’envie est telle qu’on se prête au jeu de ce rock chaleureux qui s’inspire parfois de Faith No More mais également de Black Stone Cherry ou encore Porcupine Tree (bonjour le grand écart!)et n’a pas d’autre prétention que celle de se faire plaisir et de donner envie de bouger. Et ça c’est déjà beaucoup!

QAMELTO: Scotoma

France, Rock (Autoproduction, 2024)

Qamelto nous avait interpelés avec son premier Ep, Sors, paru en 2020. Le groupe revient avec Scotoma, un album qui sonne et donne beaucoup. Démarrant avec L’hôte, le groupe semble vouloir régler des comptes et nous offre des textes qui sonnent comme une délivrance sur des mélodies qui, si elles paraissent simples, se glissent dans la tête. Qamelto varie par la suite ses plaisirs avec des morceaux plus lents, speed, s’oriente vers des atmosphère plus aériennes, lourdes ou sombres. Le chant déterminé et rugueux accompagne des guitares incisives et une rythmique directe. Qamelto nous offre un album dynamique et entrainant, rafraichissant même. Parfois, la « simplicité » reste ce qu’il y a de plus efficace.

TAGADA JONES: Trnt – best of 1993-2023

France, Rock/Hardcore (At(h)ome, 2024)

Que de chemin parcouru par les Bretons en trois décennies! De confidentiel, à force de tournées, d’albums toujours de meilleure qualité, d’un engagement clairement revendiqué doublé d’un esprit festif, de concerts explosifs et fédérateurs, Tagada Jones le quatuor punk/hardcore est devenu une des valeurs sûres du rock énervé français. pour fêter ça, nous en parlions il y a peu avec Fred Duquesne, producteur (et guitariste de Mass Hysteria), Tagada Jones a décidé de réenregistrer certains de ses titres les plus emblématiques. Ce Trnt – best of 1993-2023, est un rapide résumé de la carrière de Niko et ses comparses qui permettra aux plus anciens fans d’avoir une relecture de ces chansons et aux plus jeunes de mieux connaitre ce passé qui a mené les Rennais là où ils sont aujourd’hui. Si les albums les plus récents sont mis en avant (plusieurs extraits de La peste et le cholera et A feu et à sang), certains, sans doute plus « obscurs » et moins populaires, manquent à l’appel, mais peu importe. Car en revisitant, parfois accompagné des Bidons de l’An Fer (Le dernier baril, Vendredi 13, Nation to nation, Mort aux cons), chacun des 15 morceaux prend une autre dimension, dégageant tout autant de puissance et d’énergie. Si c’est la set-list qui nous attend lors de la tournée à venir, ça va dépoter et pogoter grave! Tagada Jones est aujourd’hui un des piliers incontournables du Rock français, et ce Trnt – best of 1993-2023 est là pour nous le rappeler. Superbe.

SHAKA PONK : The final f*cked up tour à Orléans, le Zénith, 22 février 2024

Parfait. Shaka Ponk a ce soir, 22 février, offert au public du Zénith d’Orléans, complètement électrisé et survolté, le concert parfait de bout en bout. Difficile de croire que ce groupe exemplaire ai vraiment décidé de quitter la scène – on en a vu d’autres qui se sont depuis reformés… En tout cas, si The final f*cked up tour devait vraiment être cette dernière tournée, c’est par la grande porte que Shaka Ponk fait ses adieux. Retour sur un des plus mémorables concerts qu’il m’ait été donné de voir.

Ce soir, le Zénith d’Orléans affiche complet. C’est une foule bigarrée qui se masse devant l’entrée dans un froid glacial. Des jeunes, des plus expérimentés, des amateurs de rock, de meta ou autre, le public est à l’image de la population: varié. On a hâte de se retrouver au chaud. Le Zénith est déjà bien rempli lorsque nous arrivons et les lumières s’éteignent assez rapidement.

Ina-Ich a la lourde tâche de mettre le public en appétit. Le duo parisien propose un rock soft qui peut dénoter avec le ton de la soirée. Difficile en effet de chauffer une salle lorsque l’un est coincé derrière sa batterie et l’autre, la chanteuse Kim-Thuy Nguyen, est entourée de claviers.

Si c’est proprement fait et exécuté, si le public applaudi poliment, ce dernier ne s’emballe guère. La musique proposée par Ina-Ich ne me parle pas beaucoup et je constate qu’il y a beaucoup de monde aux bars et au merch de la tête d’affiche. Une première partie trop intimiste qui fait de son mieux mais ne risque pas de voler la vedette.

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Etonnamment, les coursives du Zénith se vident pendant l’entracte, le public préférant trouver sa place dans la salle. Les lumières sont encore allumées lorsqu’une clameur retentit, la foule se tournant vers les passerelles du Zénith et pointant du doigt… Quoi donc? Sam et Frah, les deux chanteurs de Shaka Ponk, et C.C, le guitariste, arrivent dans la salle par derrière en traversant le public, descendent tranquillement les marches avant de se faufiler à travers la foule du parterre et trouvent enfin place sur une petite plate-forme au cœur du public.

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Là, Frah annonce simplement que « comme il s’agit d’un concert spécial, on a décidé de faire les choses différemment« . Les lumières se tamisent laissant le trio entamer avec douceur ce show avec des versions acoustiques de I’m picky suivi de Gung ho (qui m’évoque le Black velvet d’Alanah Myles) et Run run run, les trois se tortillant tant bien que mal afin de pouvoir regarder le public où qu’il se trouve avant d’attaquer une version quelque peu plus électrisée de The house of the rising sun, Frah interrogeant avec douceur les public – « ça va, mes petits singes? » (référence à la mascotte du groupe) et de rejoindre la scène en traversant tranquillement la foule qui fraye un chemin aux trois.

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Dès lors, Shaka Ponk – au complet – entraine son public dans un tourbillon aussi visuel qu’énergique et dansant. La scène est superbement décorée avec ces tas de livres qui sont comme un appel à renouer avec le papier et la culture, la connaissance. Une bibliothèque, et son salon (un canapé et une lampe), sur les murs de laquelle apparaitront plus tard des choristes qui se montreront totalement partie prenante du spectacle.

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Un spectacle magnifié par des lumières exceptionnelles avec ces spots individuels qui trouvent diverses positions et orientations tout au long du concert, ici lampions intimistes, là éclairage sophistiqué.

Le show, cependant, c’est le groupe dans son ensemble qui le donne, chacun des musiciens se démenant comme un beau diable envouté. Mais tous les regards restent braqués sur le duo de chanteurs, un duo qui va chercher le public, qui serre des mains et qui danse, invite, incite à la fête.

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

On ne compte pas le nombre de fois où Frah plonge dans le public et se laisse porter par lui tout en continuant de chanter. Le gaillard est partout, tout le temps, Sam occupant la scène de long en large et ne laissant personne sans contact.

Même sa « provocation » est calculée lorsqu’elle annonce : « J’aime pas qu’on m’dévisage… Non, j’aime pas les gens. Mais toi, Orléans, j’aime bien » tout en allumant un clope parce que « j’fais une pause« ! Puis, assise sur son fauteuil, elle entame le très engagé Tout le monde danse alors que sont projetées des images de nos chers politiques internationaux copieusement sifflés par le public.

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Comme si l’ambiance et le show n’étaient pas assez intenses, Frah annonce « qu’il est temps de monter le spectacle au niveau supérieur » et se fraye un chemin vers le podium central d’où il fait un nouveau discours plein d’humour prévenant le public qu’il va danser. « Mais c’est dangereux de tourner, tu peux tomber. Alors on t’écrase. Tu peux te casser le bras, et ça fait mal… Mais tu peux mourir, aussi. Ou, pire… tu peux perdre ton téléphone portable! C’est pire que de mourir, non? » Et c’est parti pour un gigantesque Circle pit qui voit une foule sautillante tourner autour de ce podium.

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Puis, sur cet espace réduit, deux jeunes femmes rejoignent le chanteur. Calins et consignes sont donnés tandis que, sur scène, Sam occupe le public. puis un jeune homme monte aussi sur le podium sur fond de Smells like teen spirit. Il se laisse pousser et est récupéré par une foule de bras tendus qui l’accompagne dans cette séance de crowd surfing? Frah accompagne dans cette même séance chacune des jeunes femmes qui, visiblement, vivent là leur première expérience en la matière!

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Le chanteur quitte ensuite son podium pour aller rejoindre les gradins, sous le regard ébahi du public, grimpe les marches, serre des pognes, fait le tour, redescend les escaliers, câline un homme en chaise roulante, s’arrête, repars… Bref, s’occupe des relations publiques avec un sourire jusqu’aux oreilles avant de se retrouver sur scène, de lonnnngggguuues minutes plus tard!

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

On le sait, Shaka Ponk a son engagement ancré en lui. Un engagement politique qui passe par le soutien à Sea Sheppard (« qui nous accompagne sur cette tournée. Nos dirigeants veulent faire changer les choses d’une certaine manière, Sea Sheppard veut aussi faire changer les choses, d’une autre manière. A chacun de choisir…« ) par l’éducation (avec un discours sur ce que les enfants devraient tous entendre de la bouche des parents).

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Le groupe est alors rejoint sur scène par l’ensemble des 16 choristes qui proposent un superbe tableau de vie et de mort sur 13.000 heures. Alors que chacun chante et danse avec bonheur, tous tombent soudainement, les corps jonchés au sol évoquant une scène de guerre. Le réveil se fait sur fond d’engagement pour la cause humaine – le message est d’être qui tu es, hétéro, homo, peu importe – la cause de l’amour et de l’humanité, les deux chanteurs arborant un gigantesque drapeau multicolore, celui de la cause LGBT.

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Shaka Ponk, après la présentation des musiciens, quitte la scène pour un long rappel. On en veut encore! Quelques minutes plus tard, les choriste réunis au milieu de la scène, plongés dans un simple éclairage, entament un gospel émouvant avant de s’écarter, laissant place à Sam et Frah, installés sur le canapé du salon de la bibliothèque. Mais ils ont la bougeotte et Rusty fonky vient clore cette soirée explosive avec l’incontournable plongeon final de Frah dans le public.

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Près de 2 heures 30 se sont écoulées avant que le public ne retrouve le froid extérieur. Mais les cœurs sont chauds et les esprits conserveront longtemps les images de cette soirée exceptionnelle. Shaka Ponk nous a offert le concert parfait. Vivement le Hellfest en ce qui me concerne!

Shaka Ponk, Zénith d’Orléans le 22 février 2024

Merci à Cheyenne productions d’avoir rendu ce report possible.

Interview: AGUELENNA

Interview AGUELENNA. Entretien le 2 février 2024 avec Marc (batterie)

Marc, commençons par une question originale : je découvre Aguelenna, alors peux-tu simplement me présenter le groupe, son histoire ?

Je vais essayer d’être synthétique parce que c’est une longue histoire… Aguelenna est un groupe qui est né en 2007, en Seine et Marne. C’est un groupe de rock. On se définit comme jouant du power rock mélodique. Le groupe a connu diverses formes, il y a eu 3 line-up différents plus la forme actuelle. Il y a Rico (guitare) et Marie (chant), les fondateurs du groupe, et moi, je suis arrivé en 2015 à la batterie. Quand je suis arrivé, on a décidé de prendre un tournant nettement plus rock. On a réalisé un premier Ep qui est sorti en 2018. Dans la foulée, on a embrayé sur un album. On avait déjà travaillé quelques titres et on a travaillé ce premier album entre 2018 et 2019, on a fait toutes les maquettes. On a commencé à enregistrer la batterie en 2020, on a même terminé, et le Covid est arrivé… Ça a mis un coup d’arrêt à la production du disque. Je ne comprends pas pourquoi, c’était pas grand-chose… Ca a duré 5 ou 6 mois pendant lesquels on a pas pu faire grand-chose. On a repris la production du disque fin 2020, ça s’est poursuivi sur 2021 et on a terminé en 2022 pour arriver au mixage en 2023.

Vous l’avez donc enregistré sur la durée…

Oui, on a pris notre temps. On s’est dit que ça ne servait à rien de courir. Et le covid a aussi changé la façon de voir les choses. On a eu envie de prendre le temps de faire les choses bien.

Quelque part, ce n’est pas plus mal car tous ceux qui étaient déjà dans ce business de la musique ont eu le même coup de frein, et ont dû repousser leurs publications ; Donc repousser la sortie d’un album pour qu’il ne soit pas noyé dans la masse pouvait être stratégiquement intéressant…

C’était peut-être un mal pour un bien, effectivement. Maintenant, on était déjà prêts, on avait tout maquetté, on avait poussé la prod au maximum de ce qu’on voulait et on savait exactement ce qu’il fallait enregistrer. Les seules choses qui soient restées en suspens, c’est venu bien plus tard : tous les arrangements additionnels, les synthés, les FX qui sont venus se greffer. On l’a fait à la fin, c’était un peu la cerise sur le gâteau. On a aussi pris le temps de réfléchir à ses arrangements, ça a pris entre 6 et 8 mois.

Tu as dit que Aguelenna est un groupe de rock mélodique. C’est un terme assez vaste. Comment définirais-tu votre musique pour quelqu’un qui ne vous connait pas ?

C’est du power rock chanté en français. C’est important, les textes sont en français, même si on est plus sur une couleur musicale américaine qu’anglaise.

Quel type d’influence américaine ?

On se rapproche plus de groupes comme Foo Fighters, Paramore, Nirvana…

Un rock un peu plus grungy que power metal, donc.

On ne se définit pas comme un groupe de metal, en fait. Power oui, parce que c’est énergique, et ça se voit sur scène. On dégage une vraie énergie sur scène. On a beau faire du rock en français, on développe l’énergie du rock américain. Maintenant on aime aussi des groupes comme Aston Villa, Dolly… J’ai tendance à dire qu’on fait de la chanson. On travaille beaucoup nos textes, d’ailleurs…

Ils traitent de quoi vos textes, justement ?

On parle de sujets qui nous touchent, qui sont des sujets qui gravitent autour de nous : des sujets sociétaux, la maladie d’Alzheimer, on parle de racisme, de violences faites aux femmes. Des sujets variés. On traite aussi de la dyslexie… Des sujets qui touchent les gens.

Y a-t-il au contraire des sujets que vous n’abordez pas parce que vous pensez qu’ils n’ont pas leur place dans Aguelenna ?

Non, on ne se met pas de limite. C’est Marie qui pose ces thématiques, donc ça dépend d’elle. Pendant un temps, on s’est demandé si on parlait de politique, si on entrait dans une veine « engagée », même si là on touche du doigt 2 ou 3 sujets politiques.

Parle nous un peu de cet album qui sort aujourd’hui : vend le moi pour m’inciter à filer l’acheter…

L’atout majeur de ce disque c’est qu’il n’y a pas deux titres qui se ressemblent. Il y en a 10 en tout. Ce qu’on voulait, c’est avoir une sorte d’album photos, comme on a à la maison, un instantané de ce qu’on était. Chaque titre a sa couleur et son univers. Et je trouve que ça colle bien avec les différents thèmes abordés. Le fait de chanter en français permet aussi un accès plus facile à ce qu’on raconte. Le fait de travailler en français permet de pouvoir écrire des textes à tiroirs, ce qu’on adore, et permet un effet poétique. On a voulu faire en sorte que les gens qui écoutent puissent aussi avoir leur propre interprétation des textes. Certains sont plus abordables, d’autres ont des sens plus cachés…

Ce n’est pas frontal, donc, ce qui signifierait imposer votre vision aux gens. Là, chacun peut se faire sa propre interprétation…

Exactement, et c’est tout le contraire de ce qu’on est ! Notre fonctionnement en interne… personne n’impose rien, on est toujours dans le dialogue, dans la discussion. Il faut que ça ait du sens de porter des textes de cette façon, que chacun puisse penser ce qu’il veut.

Vous n’êtes que 3 dans le groupe, ce qui fait aussi penser à tous ces power trios…

Oui, en effet. On était 4 jusqu’à 2023, mais la vie de groupe fait que notre bassiste n’est plus là. D’ù l’énergie qu’on donne sur scène, il faut qu’on donne autant que à 4. On n’a pas l’intention pour le moment de reprendre un bassiste, on est bien à 3…Ça laisse plus de place sur scène. Ce qui laisse sous-entendre que la basse est samplée, ce qui est le cas. Mais il y a une vraie basse sur scène, mais pas avec un vrai bassiste…

Et ça coute moins cher en frais d’hôtel, aussi…

Il y a de ça, oui (rires). Le contexte économique fait que… Mais on est 4 sur la route, il y a aussi notre ingé son.

Tu me disais que ton métier c’est la musique. Quelles sont vos métiers à chacun en dehors du groupe ?

Je suis musicien de métier, je ne fais que ça. J’accompagne des projets et des artistes en studio et sur scène. Marie, elle, a longtemps travaillé dans un centre aéré et, pour avoir plus de temps pour le groupe, elle a pris un poste dans une entreprise qui fait des composants pour l’aérospatiale. Rico, lui, est technicien de maintenance à la Poste.

Si tu devais ne retenir qu’un seul titre de votre album pour expliquer à quelqu’un qui ne vous connait pas ce qu’est Aguelenna, ce serait lequel ?

J’ai envie de te dire Pink punk, le premier single qu’on a sorti en octobre. Je crois que c’est le morceau qui résume le mieux ce qu’on est. On est dans une forme de synthèse de l’ensemble des titres et c’est un titre fédérateur. Et le sujet évoqué peut parler à tout le monde puisqu’on parle des personnes qui nous influencent au quotidien. Musicalement, il dégage une énergie, avec des mélodies ultra efficaces…

Maintenant, pour terminer, si tu devais penser à une devise pour Aguelenna, ce serait quoi ?

Waow… Pas mal… J’ai envie de dire « l’humanisme au travail ». L’humanisme parce qu’on est foncièrement, je pense, très humain. Si ça fonctionne bien entre nous 3, c’est aussi parce qu’on a des rapports très bienveillants entre nous et envers les autres. Aussi, parce qu’on est de sacrés bosseurs, donc on veut rester humain au travail.

ELECTRIC SPANISH: Obstacles

France, Rock (Ep autoproduit, 2024)

Qu’attendre de sérieux d’un groupe qui se nomme Electric Spanish, hein? Fondé en 2022 par le duo de guitaristes chanteurs Carlos Alfonso, originaire de Porto Rico et Emmanuel Medioni, Electric Spanish déboule avec Obstacles, un Ep rempli de cette dynamique fraicheur ensoleillée. Tout au long des 6 titres de ce disque, le duo fait preuve d’une variété d’influences et d’envies, de joie de vivre et d’amour du rock. On trouve aussi bien des traces du heavy blues chaleureux de Thin Lizzy (Black jacket) que d’entrain à la Pulp fiction (Electric Spanish qui se termine sur de faux airs de musique de club de vacances) ou des aspirations funky de dance club avec un chant de crooner (Strangers). Une belle variété qui insuffle à ce disque cette énergie entrainante qui donne irrésistiblement envie de bouger. Middle class, dans un esprit plus pop rock est sans doute le morceau que je trouve le moins convainquant, tandis que le « plaintif » Dear Jenny retrouve cet entrain initial. Enfin, le bien nommé Different song nous replonge dans les années 60 – on imagine volontiers Eddy Mitchell déclamer le texte sur l’introduction – avant de s’orienter vers le soft rock. Avec ce premier essai, les Espagnols électriques se positionnent comme de très sérieux challengers de la scène rock hexagonales. Un bel essai qu’il faut maintenant transformer.

BRASCA: Bloodline

France, Rock (autoproduction, 2023)

Le nom de Cyril Delaunay-Artifoni évoquera peut-être quelques souvenirs à certains, d’autres le découvriront avec ce premier album de Brasca… Le multi instrumentiste (il tient ici le chant, la guitare, la basse et les claviers – et s’est chargé de la production) s’est d’abord fait connaitre avec ses précédents projets, le groupe Syd Kult et son envie instrumentale avec Outsider. Brasca le voit revenir avec des envies bien plus optimistes et joyeuses que la sombre mélancolie qui berçait ses précédentes œuvres. Et c’est tant mieux, car Bloodline est un album entrainant, joyeux, qui puise son inspiration dans le rock enjoué et parfois psychédélique des années 70 autant que dans le grunge naissant des 90’s. Sur les 8 titres que contient cet album – dont un seul, Les ombres, est chanté en français – aucun ne tape à côté. L’ensemble est doté d’un son vintage efficace et, malgré certaines références assez évidentes, est toujours très personnel. Un album dont on ne se lasse simplement pas. Pardon, dont je ne me lasse pas. A découvrir.

GURL: Maybe we’re not kids anymore

France, Rock (Ep – Autoproduction, 2023)

C’est souvent le cas: on se rencontre au lycée, on partage les mêmes goûts musicaux, on a les mêmes aspirations, alors on monte un groupe. Un cheminement classique et sans surprises qui a permis à l’année 2020 d’assister à la naissance de Gurl, trio composé du guitariste chanteur Alexis Krasowski, du bassiste Gabriel Le Révérend et du batteur Alexis Riey. Dès 2021, le trio propose son premier Ep Garden party lui permettant de partir rencontrer le public. Avec Maybe we’re not kids anymore, son nouvel Ep 5 titres, Gurl confirme son orientation rock direct et sans fioriture. Un rock inspiré autant du punk que du grunge et qui n’a pour objectif que de secouer l’auditeur. Le chant d’Alexis est à la fois torturé et franc mais souffre d’un manque d’articulation. Résultat, si on n’est pas dans le chant bubble gum des démos, on n’est pas loin du baragouinage qui vient gâcher beaucoup de choses pour les anglophones. Encore une fois, si un groupe fait le choix de l’anglais, c’est peut-être pour s’exporter, alors pourquoi ne pas mettre tous les atouts de son côté et prouver qu’on a bien plus qu’envie de faire de la musique? Car des qualités, il y en a, et pas qu’une: Gurl propose des compositions solides et entrainantes, un esprit garage/punk franc du collier, s’amuse à explorer divers thèmes liés à sa génération, le tout plus que correctement mis en son pour ce type de musique. Alors, non, vous n’êtes peut-être plus des gamins, mais pas tout à fait des adultes non plus. Un bel âge dont il faut aussi savoir profiter pour mieux passer à l’étape suivante…

ABOUTMEEMO: Zugzwang

Irlande, Rock (M&O, 2023)

Étonnant album que celui-ci… Déjà le titre – Zugzwang – peut se traduire de deux manières (somme toute similaires) : le mot allemand signifie être au pied du mur, mais le terme est également utilisé aux échecs pour désigner un coup contraint. Et l’artiste se nomme About Meemo. La lecture des crédits du CD indique que l’album a été « enregistré pendant la difficile période de 2022/2023 (…) La pire période de ma vie. Mais je suis encore debout ». Disque défouloir, exutoire? Le gaillard nous offre une introspection tout en douceur. Malgré l’avertissement qui pourrait laisser supposer un album sombre, ce Zugzwang s’avère en réalité plein de vie, et de chaque titre émane une lumière. Cet album est simplement rock et évoque parfois U2 ou Pink Floyd, mais l’ensemble reste très personnel. Sans être forcément joyeux, ce disque ne sombre jamais dans la plainte facile et gratuite et cherche bien plus l’optimisme et la résilience que le vide et l’oubli.

SAXON: More inspirations

Angleterre, Rock/Hard rock (Silver lining, 2023)

A peine deux ans après Inspirations, Saxon revient – est revenu, l’album étant sorti en mars dernier – avec une nouvel album de reprises, More Inspirations. Les Anglais ne misent certes pas sur ce disque pour remporter de l’or mais cherche simplement à se faire plaisir en reprenant ce qui, naguère et aujourd’hui encore, peut être considéré comme des standards ou des classiques du Rock avec un grand R. La première partie de l’album revisite ainsi The Animals (We’ve gotta get out of this place) ou The Sensational Alex Harvey Band (The faith healer). Le moins qu’on puisse dire est que Saxon interpelle avec sa version et c’est bien tout l’intérêt de ce type d’exercice. La suite est puisée dans un registre plus « dur » puisqu’on retrouve, en vrac, The Who (The subsitute), Alice Cooper (From the inside), Kiss (Detroit rock city), une superbe version du Man on the silver moutain de Rainbow, mais aussi Cream (Tales of brave Ulysses), Nazareth (Razaranaz) ou un clin d’oeil aux belles cylindrées avec ZZ Top et sa Chevrolet. En se faisant simplement plaisir, Saxon permet aussi à ses fans de (re)découvrir certains des classiques entrés dans l’histoire du rock. Sans prétention mais tellement rafraichissant, cet album ouvre-t-il la voie à une troisième source d’inspirations?