AS A NEW REVOLT: Acid

France, Rap metal (Autoproduction, 2024)

Rappelez-vous, nous avions pu découvrir le metal rapé de As A New Revolt (AANR) en 2021 et pu témoigner du résultat en live lors de la prestation du duo au Hellfest. AANR revient aujourd’hui avec Acid, un album plus abouti, tant dans le son que dans les compositions, au nombre de 9. Impossible de ne pas penser à toute la vague neo metal, Korn en tête, certes, mais ce serait un peu trop réducteur. Il y a ici de la recherche de son, ce son techno/hip hop auquel se mêle la rage et la fureur d’un metal des cités. Alors, OK, on ne peut guère foncièrement parler ici de metal, mais les amateurs de puissance rapée, de sons électro et de rage vocale seront ici servis. Pas forcément mon truc, mais je me dis que quand j’arrive à la fin de ce genre d’album c’est que, au fond, il y a quelque chose…

W!ZARD: Not good enough

France, Punk/Electro (Autoproduction, 2024)

W!zard, kézako? W!izard est un trio formé en 2018 par le bassiste chanteur Romain Arnault, le guitariste Manuel Cayla et le batteur Finn Sally, remplacé en 2021 par julien Bordenave et qui propose un mélange de punk rock et d’électro. Des rythmes de boites de nuit, hypnotiques et entrainants à mille lieux du metal hormis l’esprit enragé qui s’en détache. Le premier album, Not good enough étonne par ses aspects décalés de chansons démembrées qui évoquent autant le punk originel que la new wave british des 80’s et qui s’écoutent volontiers un coup dans le nez. W!zard nous propose un album surprenant qui s’adresse à un public varié, amateur de rythmes pop et/ou syncopés, de sons psychés et d’énergie communicative.

SIERRA: A story of anger

France, electro/synthwave (Virgin music, 2023)

Certains auront pu découvrir Sierra avec son premier Ep, Strange valley (2017), d’autres avec Gone (2019). Certains auront fait connaissance avec l’univers de Sierra dont l’esprit musical a attiré les créateurs de jeux vidéo (et d’une marque de produits cosmétique de luxe) et ont permis au groupe de participer au Stunfest de Rennes. D’autres encore feront cette découverte avec A story of anger, son premier album qui vient de paraitre – album dont on a pu avoir un avant gout dès le mois de juin dernier avec la parution du single Never right. Pour ces derniers, Sierra c’est l’oeuvre d’une jeune femme qui baigne dans la musique électro et la synthwave. Les ambiances qu’elles développe au travers des 11 titres de ce nouvel album sont à la fois lourdes et oppressantes tout en étant très cinématique. Si la colère est le thème central de l’album c’est pour servir de catalyseur et permettre aux paysages musicaux de prendre toute leur dimension. Si l’électro à la française est surtout connue à travers Daft Punk, Sierra explore un monde plus metallique et pourrait ainsi séduire un vaste public. L’univers sonore est certes froid, distant et sombre, mais on ne s’étonne guère de la participation des très en vue Carpenter Brut (sur Power) pour qui Sierra a d’ailleurs ouvert en Europe et aux USA en 2022, ni que l’album soit soutenu par Virgin music et sa maison mère, Universal. A star is born?

NEAT: Neat

France, Metal Electro/Indus (Autoproduction, 2022)

Amis amateurs de sons électro et déjantés, une oreille portée sur ce premier album de Neat pourrait vous satisfaire. Au delà d’une pochette qui mêle graffiti et Matrix, le contenu est tout aussi furieux que varié. Il y a partout, tout au long des 12 titres proposés, un mélange de genres dans une fusion improbables. On y retrouve la folie d’un Faith No More qui fricoterait avec des musiciens de jazz progressif, la rage d’un chant de colère, des instants plus heavy ou simplement rock. Les guitares peuvent être aussi saturées qu’épurées, et toujours on retrouve ces sonorités indus et électro. Voici un premier album intriguant qui nécessite plusieurs écoutes pour bien se l’approprier. Un disque risqué, donc, qui ne s’adresse pas aux purs amateurs de metal mais bien aux amateurs de Shâargot, Punish Yourself, Herrschaft, Rob Zombie, Ministry et consorts. A découvrir.

IN ELEMENT: Victory or defeat

France, Metal (M&O Music, 2022)

Allez, encore un de ces groupes français qui gueule et qui chante dans un anglais incompréhensible. Un trio masqué mais correctement habillé donnant un visuel assez peu original – hormis la pochette que je trouve superbe. Ceci étant In Element, puisque c’est de lui qu’il s’agit, nous propose un mini album de 7 titres pour 29′, Victory or death, forgé dans un electro metal alternant entre colère rageuse et moments plus calmes et aériens. Scorpions paradox ouvre cet album en présentant les différentes facettes musicales du combo. Clairement pas mon style mais une chose interpelle: In the air 2nite, reprise du tube de Phil Collins quelque peu remaniée version électro furieuse. Le résultat est… surprenant pour le moins. Le chant se calme sur Until your last breath, plus rock (et plus compréhensible, c’est à noter). Is noise reprend le tube pré mentionné en en proposant une autre version plus calme et tout autant retravaillée pour un résultat dancefloor de boite de nuit. Pas mon truc, mais un effort à noter. I will break your neck renoue avec le metalcore hurlant au rythme enlevé et au chant mélangeant voix claire et hurlante, chemin suivi par Fear is the virus. Ca cartonne sec et c’est brutal, très brutal, avant de terminer avec Your own heart, plus léger, proche de la ballade. Sans doute le titre le plus passe partout du lot. Victory or defeat est un patchwork de beaucoup de choses, trop sans doute pour donner une vraie couleur musicale à ses géniteurs. Car à trop vouloir explorer, démontrer l’étendue de ses influences, le groupe ne risque-t-il pas de ne capter aucun public? Ceux qui craqueront pour la reprise ne sont pas forcément sensibles aux aspects les plus brutaux du gang, et inversement. Ok, on pourra prétexter « l’ouverture d’esprit » ou des « esprit étriqués » mais là, clairement on parle de grand écart facial. Et ça, sans entrainement intensif… Pour public averti.

CHEMICAL SWEET KID: Fear never dies

France, Metal electro (Dark tunes music group, 2020)

Les amateurs de sons electro connaissent sans doute déjà Chemichal Sweet Kid. Sans doute mieux que les metalleux. Mais la donne risque de changer, car CSK (CSK, pas DSK!) se fait de plus en plus metal dans son approche. Oh, bien sûr, l’electro virulente, presque transe parfois, est au coeur du propos musical, mais avec ce cinquième album, , il y a une différence notable: Julien, le fondateur, chanteur et compositeur de la formation lorraine, a ajouté à sa musique la guitare. Et ça, ça change tout. Après une intro sombre, inquiétante et glauque, le superbe Lost Paradise donne le ton: des rythmes hypnotiques et martiaux qui évoquent tour à tour Rob Zombie, Ministry ou encore Rammstein – bien que ces derniers ne soient pas une influence selon les dires de Julien. Malin, CSK ne se contente pas de bourriner de bout en bout. Au contraire, les rythmes et ambiances sont variés, parfois lents (The fire within), à d’autres moments hypnotiques et rageurs (Never again) ou digne des boites de nuits estivales aux sons syncopés (Push your limits). Chemical Sweet Kid développe une identité qui lui est propre bien que les amateurs de la scène électro metal/metal indus française feront un rapprochement avec Punish Youself, Shaärghot, Porn ou encore Herrschaft. Il semble néanmoins qu’avec Fear never dies, Chemical Sweet Kid soit en passe de franchir un cap décisif dans sa carrière. C’est tout le mal qu’on peut lui souhaiter!

SHAÂRGHOT – Vol. II The advent of shadows

France, Metal indus et électro (Autoproduction, 2019)

Deux ans après Break your body, un album brutal, Shaârghot revient avec d’autant plus de détermination que sa voix (voie), il l’a trouvée. Et intérieurement, elle lui dit, lui ordonne de continuer son travail de sape, d’accomplir sa mission destructrice… Les ombres règnent incontestablement en ce monde où les sonorités puisent plus à Rammstein que Ministry. La formule fonctionne, dès l’explosif Miss me? question sadique qu’aurait pu poser un certain Alex Delarge juste avant une frappe chirurgicale chez d’illustres inconnus. Les 14 titres de ce nouvel opus (parmi lesquels les 4 du Ep) sont baignés dans une lourdeur et une noirceur presque enivrante. En tout cas, impossible de rester de marbre. Tout au long des rythmes martiaux de Doom’s day, on imagine une armée marcher sur son objectif, l’écraser en cadence. Les interludes composés de portes qui grincent et d’air malsain ne sont que prétextes à introduire un nouveau morceau oppressant. C’est efficace, brutal et sans concession. Et certainement, au vu des tenues de scène, à expérimenter en live. Ça tombe bien: ils seront sous Temple le samedi 22 juin au Hellfest.

SHAÂRGHOT: Break your body

Electro/Indus, France (Autoproduction, 2017)

Si un jour on m’avait dit que je chroniquerai, ici ou ailleurs, un CD d’électro, je ne l’aurai pas cru. Pourtant, ce nouvel Ep des Parisiens de Shaârghot, Break your body, a tout pour faire bouger l’auditeur. Je vous explique même pas l’effet en boite de nuit! Ça castagne sec, c’est hypnotique, agressif et d’une froideur sans pareille. Mention spéciale au plus que bien nommé Kill your god et au morceau titre. L’école Rob Zombie meets Rammstein est plus qu’intégrée, et les 5 titres défilent à une vitesse oppressante et vertigineuse. Alors, oui, on peut ne pas être sensible à l’elecro, mais reconnaissons que, l’anglais de Shaârghot mis à part (encore un avec une patate dans la bouche…), c’est redoutable, même si ça me fatigue rapidement. Cependant, les amateurs de stroboscopes et de syncopes s’y retrouveront plus qu’aisément. De toute façons, ce visuel à la Orange mécanique vous dit tout de l’esprit de ce disque…