Interview: SORTILEGE

Interview SORTILEGE. Entretien avec Christian « Zouille » Augustin (chant) et Olivier Spitzer (guitare). Propos recueillis au Crick Fest 3 de Cléry Saint André (45) le 13 avril 2024

Depuis le retour de Sortilège, avec tous les changements qu’il y a eu, il y a un engouement réel, une explosion d’intérêt pour Sortilège. Comment le vivez-vous ?

Zouille : « L’explosion », elle vient déjà du fait que le line-up a changé, et je pense que c’est bon pour le groupe. Le fait qu’on se trouve maintenant dans un groupe où il y a une vraie cohésion, une vraie fraternité et une bonne ambiance… ça change tout. A partir de là, on est tous dans le même bateau et on veut tous aller là où on voudrait aller, ensemble. On a aussi eu un peu de chance : il y a des gens qui nous ont vus, se sont occupés de nous, et on a aussi beaucoup, beaucoup travaillé. Et ça donne le résultat que tu vas entendre ce soir, ou que tu as déjà entendu. Il y a une nette différence entre les concerts qu’on faisait il y a un an et maintenant.

Olivier : La cohérence et la cohésion.

Pour toi, Zouille, c’est un peu le line-up de rêves ?

Zouille : Oui, oui, c’est la dream team pour moi ! J’ai beau faire tous les rapprochements avec les line-ups… Même le line-up de reprise qui était un peu brinquebalant…

Dans quel sens ?

Zouille : C’est-à-dire que la « reprise » s’est faite avec des gens que j’avais laissés il y a 35 ans. Il y avait déjà des problèmes et on se retrouve, 35 ou 40 ans après avec les mêmes problèmes ! On ne s’entendait pas à l’époque pour X raison, il y avait une sorte de jalousie, et surtout, ils ont des melons comme ça… Moi, des gens comme ça, ça ne m’intéresse pas. Je préfère les gens simples avec qui tu peux discuter, échanger, sans qu’il y ait une engueulade au bout de trois minutes.

Ce qui est dommage, surtout au regard de ce qu’est Sortilège par rapport au metal français aujourd’hui…

Zouille : Oui, c’est dommage, mais je pense qu’il fallait en passer par là pour avoir le résultat d’aujourd’hui.

Et pour toi, Olivier, est-ce que ce line-up de Sortilège est un peu celui dont tu aurais pu rêver avec Stators dans les années 80 ?

Olivier : Non, parce que chaque situation est unique. Ce line-up, il correspond à ce qu’il faut. Dans Stators, j’avais d’autres problèmes, c’est pas la peine d’en parler, c’est trop vieux… Mais, comme je le disais, c’est une histoire de cohésion. Il ne faut pas forcément les meilleurs joueurs pour faire la meilleure équipe, mais on prend ceux qui s’entendent le mieux et qui vont être les plus cohérents ensemble. Comme dans le sport.

Ce qu’on constate dans cet engouement, ce sont des concerts et des publications : Vauréal en janvier 2023, un autre en janvier dernier, je crois, Apocalypso en 2023, un live qui retrace le premier Vauréal, un autre limité qui vient de sortir hier… Vous n’avez pas peur d’inonder le marché avec toutes ces nouveautés ?

Olivier : Non, parce qu’il y a une demande ! On nous a demandé de sortir les morceaux supplémentaires du premier live qui manquaient et qui avaient été coupés pour des raisons d’image. Il fallait enlever 5 morceaux. Mais comme on avait bossé de manière globale sur le répertoire de Vauréal, il restait ces 5 morceaux qu’on a pu sortir avec le vinyle.

Donc ces nouveaux titres sont ceux qui manquent au concert du 27 janvier 2023…

Zouille : avec ceux du Hellfest.

Olivier : C’est-à-dire que les morceaux qui ne sont pas sur le CD ont été joués au Hellfest : D’ailleurs, Délire d’un fou et Marchand d’homme, par exemple – je ne me souviens plus des cinq… On les avait mis sur le DVD du Hellfest (NdMP : aucune idée de ce qu’est ce DVD, si quelqu’un peut m’éclairer…), mais pas sur le CD de Vauréal. Donc ce 33 tours, ce sont ces morceaux de Vauréal, plus un enregistré au Hellfest. Ce disque, il est limité à 1000 exemplaires, uniquement pour les fans. C’est la première fois qu’on sort quelque chose que pour les fans, d’ailleurs…

Il y a un autre concert dont je voudrais qu’on parle, c’est celui du Bataclan en octobre dernier… Comment avez-vous vécu ce concert ? Je m’explique : j’ai l’impression que l’affiche a été inversée et qu’il y a eu une erreur de communication (ils approuvent). Les fans présents semblaient être venus plus pour Stratovarius que pour Sortilège. Or, Sortilège était en tête d’affiche et, du balcon, je pouvais voir une désertion du public. Vous vous en rendiez compte, vous, depuis la scène ?

Tous deux : Oui, oui, oui…

Zouille : C’était pas énorme, non plus (NdMP : les bacons pleins se sont quand même retrouvés à moitié vides…) Le vrai problème, ça a été la communication : on n’est pas passés en tête d’affiche. On avait chacun le même temps de jeu. Pour tout te dire, Stratovarius, qui jouait avant nous, a eu des problèmes techniques. Ils ont commencé à jouer plus tard que prévu et ils ont raccourci leur setlist pour qu’on puisse commencer à l’heure. Les mecs, c’est des pros. Ce qui était convenu, c’est ça ; il y avait trois groupes, et, voilà, on a joué en dernier. Je ne sais pas si ça a été tiré au sort ou comment ça a été choisi…

Olivier : Non, non, ça a tété une volonté de la production de nous faire jouer en dernier. Ça devait attirer le public de Sortilège sur une date parisienne unique en 2023, et clairement, il y avait besoin d’un troisième groupe, comme nous, pour remplir le Bataclan. J’imagine que si Stratovarius et Sonata Arctica avait pu le faire sans nous, il l’aurait fait, sans nous, comme ils l’ont fait sur le reste de la tournée européenne. Il y avait peut-être un peu trop d’ambition sur la capacité du Bataclan, mais ça nous arrangeait bien puisqu’on n’aurait pas pu remplir le Bataclan seuls. Donc là, ça arrangeait tous les groupes puisque la salle était pleine, mais certains dans le public n’ont pas compris puisqu’il y a eu un problème de communication…

La disposition sur l’affiche était assez perturbante, aussi…

Zouille : Tout à fait, et on l’a dit… « Pourquoi nous mettre là ? On devait jouer en premier, on se retrouve en dernier… » Ça n’a jamais été clair, et même à la fin, on nous a dit qu’on jouait en dernier…

Même le chanteur de Stratovarius semblait confus quand il a dit vouloir jouer un peu plus longtemps « mais il y a un autre groupe après nous » …

Olivier : On va dire que c’était un bon compromis pour chacun des groupes, avec quelques insatisfaits, dont Sonata et Stratovarius qui, soyons clairs, n’en avaient rien à faire de Sortilège. C’est pas forcément le même public. On peut comprendre que certaines personnes du public aient été déçues. Déçues et énervées…

Ce soir, vous êtes en tête d’affiche. Qu’est-ce qui vous a amenés à signer pour cette date presque au milieu de nulle part ? Orléans n’est pas loin, mais il n’y a pas de transport autre que la voiture pour venir ici…

Zouille : C’est l’organisateur (NdMP: Chris, guitariste de Prisma et président de l’association Crick For Zik)… Il est fan de Sortilège, il voulait absolument nous avoir et on a simplement discuté, et on a dit OK. Pourtant, pour nous, ce n’est pas une date « énorme », mais on voulait le faire parce qu’on a besoin de jouer – on ne joue pas si souvent que ça – et ils sont si sympas qu’on ne pouvait que le faire.

Olivier : Ce n’est pas loin de chez nous en plus, c’est cool. Après, on joue chaque date avec autant de sérieux, en fonction de la capacité, du temps de jeu, de la taille de la salle – on rapporte plus ou moins d’effets spéciaux. Le décor de scène du Bataclan, on ne peut pas l’avoir aujourd’hui ! Tout est raisonnablement réfléchi mais chaque concert est fondamental.

En parlant de scène, on ne peut que remarquer qu’il y a aussi un vrai travail sur le look. Jusqu’il y a deux ans, vous aviez un look cuir très metal, là ça évolue, un peu dans l’esprit de la video de Vampire…

Zouille : Dandy vampire, oui. C’est dû au clip de Vampire, et puisqu’on a fait un clip avec un costume particulier, je me suis dit « pourquoi pas le reproduire sur scène ». Tout le monde m’a dit qu’il était super, classieux, que ça fait moins metalleux, alors je l’ai fait et ça m’a plu. Maintenant, on va essayer d’aller plus loin. Tu verras ce soir, j’ai toujours ma chemise à jabots…

J’espère bien le voir ce soir, je ne vais pas partir juste après l’interview ! Donc vous allez sortir de ce look tout cuir qu’on a pu remarquer, un peu comme pour Judas Priest, d’ailleurs. Puisque nous parlons de concerts, il y en a quelques-uns de prévus jusqu’à la date du Heavy Week End de Nancy. Vous avez été super excités de l’annoncer… J’ai l’impression que ça a été une sorte de libération pour vous…

Olivier : Oui, ça faisait un bout de temps qu’on savait qu’on allait le faire et que, effectivement, il fallait le feu vert pour l’annoncer. Les têtes d’affiches avaient été annoncées… Pour nous, c’est vraiment l’évènement de l’année 2024. Si quelque chose d’autre arrive, tant mieux, mais pour le moment, c’est « Ze concert » !

On parle de votre passage ? Vous n’auriez pas préféré jouer le dimanche, le même jour que Judas Priest, qui correspond un peu plus à votre style ?

Zouille : Si, bien sûr, ça correspond plus à notre musique, mais on n’a pas eu le choix… On ne peut pas dire non. Quand on te propose une telle date…

Olivier : Au début, c’était prévu comme ça, on devait jouer le même jour. Mais je crois que c’est le planning de Ayron Jones qui n’était pas dispo qui a fait qu’on a dû switcher les dates.

Zouille : A un moment, ils avaient même annoncé Europe, qui s’est désisté… ça a chamboulé complètement leur planning ce qui fait qu’on se retrouve le samedi…

Avec Pretty Maids, Megadeth et Deep Purple, ce qiu fait une belle journée, variée et éclectique (Tous deux approuvent). Toujours au sujet des concerts, vos prochaines dates sont des samedis. On le sait pertinemment, il est très difficile pour un groupe, qui plus est de rock ou de metal, de vivre de sa musique en France. Quels sont vos métiers à tous les 5 dans vos autres vies ?

Olivier : Je suis consultant en informatique de gestion. Clément est prof de batterie à Fontainebleau, Bruno est gestionnaire d’un site de cinéma à Tarbes et Sébastien fait du montage vidéo, de la prestation post video.

Zouille : Et moi, je suis coach sportif… à la retraite. Depuis un an et demi.

Donc tu profites à plein de cette retraite pour Sortilège. Parlons maintenant de musique puisque Apocalypso est sorti il y a quelques mois. Les retours ont été dans l’ensemble très bons. C’est le premier album de compositions originales puisque Phoenix était un mix entre des reprises d’anciens morceaux de Sortilège et deux nouveaux titres. Comment avez-vous abordé la composition de cet album ?

Zouille : Ça a été à la fois simple et compliqué… Déjà, il nous a fallu 18 mois pour le pondre, et on a pris des risques. Parce qu’on se demandait si le public allait bien accepter ces morceaux qui sont plus durs, comme Attila ou La parade des centaures, des morceaux plus rugueux… A côté, on a aussi donné au public du Sortilège parce qu’on fait ce genre de musique. Mais on était assez confiants.

Olivier : Et on a pris beaucoup de temps pour les maquettes et prémaquettes, on a eu beaucoup de soutien de Mehdi El Jai de la maison de disques qui nous a amenés à bien cerner le répertoire qui allait faire la continuité. C’est un mélange de ce travail d’équipe qui fait que le résultat a été apprécié.

Zouille, au niveau des textes, tu n’as pas eu trop de difficulté à renouer avec cet esprit « heroic fantasy » ?

Zouille : Non, c’’est venu tout de suite, dès que je m’y suis mis. Même au niveau de la voix, j’ai eu l’expérience de Phoenix et des 18 mois de studio, ça m’a permis de fortifier ma voix et de pouvoir chanter pratiquement le répertoire que je voulais.

Concernant les compositions, vous avez procédé comment ?

Zouille : 90% des morceaux sont réalisés par Olivier, et moi, je mets des textes et une mélodie dessus.

Olivier, tu avais des consignes, des idées ?

Olivier : J’avais plein d’idées, oui, j’avais 12 milliards d’idées !

Il a fallu faire le tri, là-dedans !

Olivier (désignant Zouille) : C’est ce qu’il fait. C’est lui qui décide si tel morceau va fonctionner ou pas. Et puis, il y a les laissés pour compte… Ce n’est pas parce qu’on croit que ça va marcher que ça marche… Pour Apocalypso, je crois qu’on a une dizaine de ratages. Ou d’évités, d’évincés, on va dire…

Zouille : Et puis, il y a les « commandes ». J’ai demandé des trucs à Olivier, je lui ai demandé un doom, parce que j’adore ça. J’aime beaucoup un groupe qui s’appelle Sorcerer, que tu connais peut-être, et je suis fan de doom. C’est comme ça qu’est né Apocalypso. J’aime bien aussi les morceaux qui pêchent, Attila et La parodie des centaures, un peu « hardcore »…

Je n’entends pas la même chose avec hardcore…

Olivier : Des mélodies metal avec l’identité Sortilège…

Zouille : Dans le prochain album, il y aura des surprises comme ça, avec des mélodies et du chant puissant. Je ne pourrais pas faire de growls, par exemple, je ne sais pas faire, c’est une technique particulière, et, pour moi, il n’y a pas de mélodie. J’ai besoin d’avoir une mélodie, besoin qu’on comprenne les textes. On raconte des histoires, il faut que les gens comprennent, qu’ils rêvent…

Olivier : Ce qui n’empêche pas d’écouter des groupes comme Messhugah, d’entendre un riff de batterie et de dire que j’ai envie d’un morceau avec ce type de batterie…

Un groupe de rock, c’est aussi la scène. Olivier, tu parlais tout à l’heure de ratage, c’est aussi « le piège » de la scène : y a-t-il des morceaux que vous allez moins jouer sur scène, ou les retirer, parce que vous vous êtes aperçu que la réaction du public n’était pas là ?

Zouille : Oui, on va moins jouer Apocalypso, par exemple. Quand tu l’écoutes, c’est un morceau extraordinaire, mais sur scène, il est moins efficace. Paradoxalement, on avait un peu évincé Derrière les portes de Babylone, on pensait qu’il n’allait pas fonctionner, mais les gens nous l’ont demandé et il marche mieux, et, sur scène, on s’éclate davantage avec un morceau comme ça. A Vauréal, on avait joué Apocalypso, au Bataclan, on a joué Derrière les portes de Babylone… On avait joué la ballade d’Apocalypso, mais on la met de côté pour l’instant parce que les gens nous demandent Délire d’un fou

C’est difficile de faire sans Délire d’un fou… (Grand silence, Zouille et Olivier sont interpelés par le chant de Poy qui fait ses balances et vocalises sur scène) Revenons… Si vous deviez, chacun, ne retenir qu’un seul titre d’Apocalypso pour expliquer à quelqu’un qui ne vous connait pas ce qu’est Sortilège aujourd’hui, lequel serait-ce ?

Olivier : Poséidon, je pense… Il est rapide, compact et efficace. Il y a tout ce qu’il faut dedans, un riff qui va bien, une rythmique, un texte top…

Zouille : C’est difficile, il y en a plusieurs… Pour moi, le morceau le plus aboutit, c’est Apocalypso. Celui qui a demandé le plus d’arrangements, qui est le plus fantasmagorique. J’aime aussi beaucoup Vampire

Mais si tu devais n’en retenir qu’un seul, un qui soit représentatif de l’esprit de Sortilège aujourd’hui…

Zouille : Ahhhh ! Le sacre du sorcier. Parce que c’est du vrai Sortilège : il y a de la speederie, du chant, de la mélodie, des « ohohoh » qui collent au groupe, et c’est un morceau fédérateur ! Quand on l’a fait au départ, les gens ont été surpris. Mehdi nous a dit : « il est particulier ce morceau, mais il faut le faire, ça va plaire ». Il nous a beaucoup aidé dans l’élaboration des morceaux, la suppression ou l’éviction d’autres… Il nous a beaucoup aidés, vraiment.

Quelle pourrait être la devise de Sortilège aujourd’hui ?

Zouille : On pourrait dire « n’abandonne jamais ». Sinon, on ne serait pas là aujourd’hui…

Tu parlais tout à l’heure d’un futur album. 18 mois aujourd’hui, c’est rapide, alors, il est prévu pour quand ?

Zouille : 2025. On ne peut pas dire quand, mais 2025 c’est l’échéance.

Une idée du nombre de titres ?

Olivier : On ne sait pas… On en a une vingtaine de prêts

Zouille : Presque maquettés, il ne reste qu’à trouver les textes…

Avez-vous quelque chose à rajouter pour conclure notre entretien ?

Zouille : Je veux juste remercier les fans qui font, pour certains, des kilomètres pour venir nous voir… il y a ce soir un gars qui vient de Marseille, on voit des gens qui nous suivent partout… Je ne sais pas quoi dire, c’est… trop mignon, c’est des gens qui nous aiment vraiment beaucoup, alors on les fait rentrer plus tôt pour passer du temps ensemble.

Olivier : On peut aussi parler de la soirée spéciale qui est organisée le 24 mai à Levallois Perret. Une soirée spéciale « fans », un concert gratuit. Il faut juste s’inscrire via le numéro de téléphone qu’il y a sur notre Facebook (https://www.facebook.com/SortilegeWithZouille). On prévoit quelque chose de spécial pour que ce soit un concert différent. Trois petits points…

Zouille : Il y a une double raison, aussi : c’est un concert qui est organisé par notre ancien manager, Frank, qui est aujourd’hui gérant de cette salle, et qui va terminer sa carrière. Il veut boucler la boucle avec Sortilège. C’est grâce à lui qu’on a pu faire ce qu’on a fait, les premières parties de Def Leppard, de Viva, Balard… C’est lui l’instigateur de tout ça, on n’aurait pas fait tout ça sans lui, et on ne serait sûrement pas là aujourd’hui non plus ! Donc, on lui rend hommage avec ce concert. Il y aura d’autres surprises…

Merci à Sabrina Cohen-Aielllo (Verygroup) et Marc pour l’organisation de cette interview.

DOWN TO THE WIRE: Deep in denial

France, Rock énervé (Autoproduction, 2024)

La rage et la colère qui se dégagent de cet album sont simplement libérateurs. Down To The Wire se forme en 2019 et propose un rock explosif tout au long de Deep in denial et de ses 10 titres. Attention, le groupe ne fait pas que foncer, il sait poser des temps plus légers, proposer des breaks plus calmes, certes annonciateurs d’une tempête de riffs à suivre. Ces riffs saturés qui évoquent tout autant le grunge que le rock alternatif en ajoutant une dose de groove et du gros feeling. Au-delà d’évidentes influences (Nirvana, Alice In Chains parmi d’autres), on retrouve des traces de RATM ou de Deftones. Efficace de bout en bout, ce premier album est bien plus que prometteur. Tout à la fois explosif et rafraichissant, Down To The Wire fait partie de ces groupes à découvrir d’urgence.

SORTILEGE au Crick Fest 3: la galerie

Retrouvez ici le live report du concert

Retrouvez ici le live report du concert

LUCIDE: L’adversaire

France, Rock (M&O, 2024)

Voici un album intriguant. Autant on se laisse facilement entrainer par les rythmes enjoués et parfois obsessionnels de L’adversaire, autant le duo qui compose Lucide interpelle par des explorations mi prog mi étranges. Incontestablement, Lucide ne peut laisser indifférent grâce à des compositions parfois ensoleillées, parfois sombres. Le chant à deux offre une palette vocale aussi joyeuse que torturée. Oui, L’adversaire est un album de paradoxes qui mêle jour et nuit, yin et yang, tendresse et mélancolie. Si le chant, déterminé, manque parfois un peu de puissance, voire de justesse, les dix titres s’écoutent aisément sans lasser l’auditeur. Une jolie découverte.

SYMAKYA: Project 11: the landing

France, progressif symphonique (Fantai’Zic, 2024)

Ce n’est que 13 petites années après avoir sorti son premier album que les Français de Symakya publient leur second méfait, Project 11: the landing. Formé en 2008 par Matthieu Morand (Elvaron, Dusk Of Delusion, Akroma) et Kevin Kazek (Seyminhol), le groupe est aujourd’hui composé, outre les deux fondateur, du batteur Thomas Neves (Deficiency, Heavenly et également Seyminhol) et du bassiste julien Kuhn (Diamond Dust, Taste Of Hell, Surtr). Avec Project 11, le groupe nous propose un concept album qui gravite autour du thème de la lune. Les titres speedés aux mélodies puissantes abordent tout autant les anciens penseurs et philosophes (donc scientifiques érudits) que sont le Grec Lucien, le plus récent Frantz Von Gruithuisen, JFK, Jules Vernes qui, tous, ont révé et écrit au sujet de la Lune, enfin conquise par l’alunissage d’Apollo 11 en 1969. Tout au long des 10 titres de cet album, Symakya propose des structures alambiquées sans être prise de tête. On se laisse aisément entrainer par ces mélodies enlevées aux riffs efficaces. Bien que le groupe se dit affilié au metal porgressif symphonique, on est plus proche du prog que du sympho, le passé des musiciens parlant de lui même. Efficace de bout en bout, ce Project 11: the landing donne envie de se replonger dans les oeuvres lunaires – de De la terre à la lune à First man en passant par Le voyage dans la lune de Méliès ou les aventures de Tintin. Symakya nous offre un très bel album que les amateurs des groupes mentionnés auront plaisir à découvrir.

RIVIERA PARADISE: Ready for more

France, rock (Autoproduction, 2024)

Une pochette aussi sobre que le logo du groupe, mais qui donc est ce quatuor de Riviera Paradise? Je glisse le CD dans le lecteur et Ready for more démarre avec un Game master énergique, entrainant et dépouillé de tout subterfuges. Puis For the new day arrive, titre aussi enjoué que faussement calme. J’ouvre la pochette pour découvrir que le chanteur se nomme Kourros. un nom qui m’est familier… Se pourrait-il qu’il s’agisse du vocaliste de feu Incry? Il a rejoint le groupe, monté en 2014, il y a quelques années, en 2018, la formation enregistrant divers Ep avant de proposer ce premier album. Avec ses compères – le guitariste Robin Lapalut, le bassiste Florent Gayat et le batteur Julien Giraud – il propose un rock varié, alternant entre mid tempi efficaces et envolées libératrices, évitant ainsi de lasser l’auditeur. Ok, l’anglais reste à améliorer, mais l’envie est telle qu’on se prête au jeu de ce rock chaleureux qui s’inspire parfois de Faith No More mais également de Black Stone Cherry ou encore Porcupine Tree (bonjour le grand écart!)et n’a pas d’autre prétention que celle de se faire plaisir et de donner envie de bouger. Et ça c’est déjà beaucoup!

JUNON: Dragging bodies to the fall

France, Post Hardcore (Source atone records, 2024)

Nous avions fait la connaissance de Junon en 2021, via The shadows lengthen, son premier Ep qui, au travers de 4 titres, posait les bases de l’univers sonore des ex-General Lee. Junon revient aujourd’hui avec son premier album complet, un Dragging bodies to the fall composé de 9 titres aussi sombres qu’inquiétants ou hypnotique. il y a du désespoir et de la mélancolie tout au long de cet album. Le chant d’Arnaud Palmowski est aussi torturé que les guitares de Fabien Zwernemann (également aux backing vocals), Martin Catoire et Alexis Renaux, qui proposent des plans épurés et aériens autant que lourd et brutaux. La rythmique du bassiste (studio) Vincent Percadiro et du batteur Florian Urbaniak pose quant à elle les bases de cette architecture souvent alambiquée. Clairement, Dragging bodies to the fall nécessite plusieurs écoutes pour en saisir toutes les subtilités mais l’ensemble en est d’autant plus saisissant que le mystère est présent tout au long des 44′ que dure cet album à découvrir.

Interview: BLACKRAIN

Interview BLACKRAIN – Entretien avec Math (basse) le 1er mars 2024

Math, commençons avec ceci : Untamed, votre précédent album, n’apparait pas sur votre site web. Il y a une raison particulière ?

Déjà, le site web est bloqué de puis quelques jours (rires)… Mais l’album Untamed n’y est pas ?

Quand on va sur la discographie du groupe, le dernier album en date est Dying breed.

C’est que j’ai oublié de le mettre à jour… En fait, il y a de moins en moins de trafic sur les sites web, c’est de plus en plus les réseaux sociaux qui fonctionnent, donc on n’a pas fait attention à ça. Mais le site est en train d’être refait.

Parlons maintenant de l’actualité, celle qui remonte à il y a un an puisque vous avez récupéré dans l’équipe un certain Franky Costanza, arrivé en janvier 2023. C’est une belle prise, mais on le connait plus dans un registre plus brutal avec Dagoba, mais aussi avec Les Tambours du Bronx. Qu’est-ce qui a fait que vous l’avez retenu et qu’apporte-t-il de plus à Blackrain ?

La première chose c’est qu’on communique depuis une bonne dizaine d’années. Il y a dix ans, il nous avait déjà proposé de venir dans Blackrain. On savait que ce style qu’on joue c’est aussi son style de prédilection. C’est un grand fan de Mötley Crüe. A l’époque, il était dans Dagoba et il n’avait pas de temps pour un autre projet. Là, je l’ai contacté parce que je savais qu’il connaissait beaucoup de batteurs. Je lui ai demandé s’il en connaissait un qui serait intéressé, parce que notre batteur partait pour des raisons personnelles et familiales et qu’il ne pouvait pas rester. Il me dit « ben moi, ça me botte ! » C’est la personne parfaite parce qu’il n’y a pas mieux que lui. Dès la première répèt’, on a commencé à travailler ensemble et ça a tout de suite fonctionné, on s’est tout de suite super bien entendus, on a l’impression de se connaitre depuis toujours ! C’est un peu inespéré de trouver quelqu’un comme ça parce que sur le moment on a eu peur : on perd notre batteur, on avait des doutes… Mais, non. Ce qu’il apporte de nouveau, c’est sa frappe assez typique, c’est un gros cogneur. En plus, ce qui est génial, c’est qu’il a un studio de batterie chez lui et il peut enregistrer en direct les piste de batterie dès qu’on est en train de travailler. Des pistes de batterie qui vont aller directement au mixage, et ça, c’est super pratique parce qu’on est tous à des distances super importantes. Swan, notre chanteur, habite en Suède… Là, Franky peut directement enregistrer et nous envoyer les pistes, on en parle après… C’est super pratique ! On a pu très rapidement enregistrer des tonnes de chansons. D’où l’album qui vient et celui qui va suivre. On en parlera peut-être.

Puisque tu en parles, votre nouvel album s’intitule Hot rock time machine. Trois mots : vends-le-moi.

C’est simplement les chansons qu’on a le plus utilisé sur scène, qui ont vraiment fonctionné, qui n’étaient plus disponibles sur les plateformes de streaming parce qu’on n’avait plus les droits – ils appartiennent à notre ancien producteur – et on a réenregistré ça avec le son actuel, mixé par Hannes Brown, le chanteur de Kissin’ Dynamite. C’est le son qu’on a sur Untamed, celui qu’on a toujours recherché et qu’on aurait voulu avoir sur les chansons à l’époque.

Comment avez-vous fait connaissance ?

En tournée. On a discuté, on lui demandé qui produisait leurs albums et il nous a dit que c’est lui. Ben… c’est le son qu’on recherche depuis toujours, et il nous a proposer de mixer pour nous, tout simplement… On était en tournée dans le tour bus, on a discuté, voilà tout. Il a fait cet album et il fera certainement le suivant.

Où a été enregistré Hot rock time machine ?

Dans plusieurs endroits, on a tout fait à distance. On a chacun notre studio, et on s’envoie les bandes. Swan coordonne tout ça et qui a la main sur le final avant d’envoyer le tout à Hannes. Ça circule : Marseille, Haute Savoie, Suède, Allemagne… et ça revient.

A une époque vous étiez installé à Paris. Tu viens de dire Haute Savoie, d’où BlackRain est originaire. Ça veut dire que plus personne ne vit sur Paris ?

Non, il n’y a plus personne à Paris. Max et moi on est retournés en Haute Savoie, Swan s’est marié et s’est installé en Suède, et maintenant, Franky vient de Marseille.

Est-ce que Franky a eu son mot à dire sur ces compositions ?

Il a fait quelques commentaires sur les lignes. Parfois, quand tu apportes quelque chose, ça amène à modifier d’autres parties. C’est toujours un dialogue : on t’envoie une maquette, tu ajoutes quelque chose qui va donner une autre idée… Il y a un jonglage et à un moment, on arrive à la chanson finale. C’est un dialogue entre quatre musiciens avec un chef d’orchestre, Swan.

Donc chacun a son mot à dire.

Bien sûr, mais même, parfois, s’il y en a un qui dit que la chanson ne lui plait pas, on arrête. Il y a un matériel assez gigantesque : quand on regarde le nombre de chansons qui sont écrites, enregistrées et le nombre qu’on sort réellement… Je dirai qu’on en sort une sur trois, à peu près. Parfois, il y a des chansons qui reviennent, qu’on réécoute, qu’on avait abandonnées, et on les retravaille des années plus tard (rires).

Comment analyserais-tu l’évolution de BlackRain entre Untamed et ce nouvel album, en dehors de l’arrivée de Franky ?

Là, c’est un peu difficile parce que c’est un nouvel album d’anciennes chansons. Entièrement réarrangées, revues comme on le ferait aujourd’hui avec le recul, l’expérience qu’on a eu de différents studios, avec les ratés… On a toujours été à la recherche du son – ça a été long, mais je crois que là, on est bien – et à la recherche de LA chanson. Le fait que ces chansons ne soient plus disponibles sur les plateformes de streaming alors que certains fans nous les réclament, on se dit qu’on peut leur donner une seconde vie. Plein de gens vont les découvrir sans même se rendre compte que c’étaient des vieux titres…

Puisque tu parle d’anciens titres que les gens vont redécouvrir, si tu devais n’en retenir qu’un seul de Hot rock time machine pour expliquer à quelqu’un qui ne vous connais pas « voilà ce que nous sommes aujourd’hui », ce serait lequel ?

Je dirais que c’est Revolution, le titre qu’on vient de sortir… C’est quelque chose qu’on avait en tête depuis longtemps, qu’on n’avait pas fait comme on le souhaitait. Quand on a discuté avec des attachés de presse, le label, tout a assez rapidement convergé vers ce titre. Les chœurs, les solos de guitare, la batterie qui tabasse… Et là, il y a le côté cow-boy qu’on n’avait jamais fait. Ça va prendre son sens avec le clip. Il y a le sifflement à la Enio Morricone.

Si aujourd’hui tu devais réenregistrer un des précédents albums de BlackRain avec le line-up actuel, ce serait lequel ?

Ce serait Lethal dose of…, c’est un peu ce qu’on a fait, d’ailleurs. On n’a pas tout fait parce qu’il y avait beaucoup de morceaux dessus, mais oui, c’est un peu ce qu’on a fait là. En plus, avant même d’arriver à Paris, on avait enregistré cet album qu’on a essayé de mixer avec un producteur américain (Beau Hill) mais ça n’avait rien donné. C’est la raison pour laquelle on avait travaillé avec ce producteur sur Paris, mais le résultat n’était pas non plus ce qu’on espérait. Là, on a eu cette opportunité de pouvoir le réenregistrer, on nous l’a proposée, et on l’a saisie…

Au début de notre entretien, tu parlais d’un autre album qui va suivre…

Oui, en fait, cet album s’est intercalé avec le suivant. On nous a proposé d’enregistrer Hot rock time machine, ça a été très rapide, et on était déjà en train d’enregistrer le suivant. Il y a une partie qui est déjà mixée, donc on va enchainer. Tu vas réentendre parler de nous rapidement…

Il est prévu pour quand ?

On ne sait pas encore. Le temps de discuter avec les labels, de tout mettre en place, de choisir la pochette… ça prend toujours un peu de temps.

Tu viens de parler de la pochette : il y a maintenant un point commun entre celles des trois derniers albums puisqu’il y a des… zombies, des morts-vivants. Ils sont au nombre de 4, vous êtes quatre. Il y a une envie d’avoir ces mascottes ?

Il faut trouver un visuel, et on a trouvé notre dessinateur, on a de la chance ! Quand tu as un dessinateur, que ça colle, que tu es content du résultat, ben… tu continues avec lui ! Le single, c’est avec les mêmes personnages qu’on décline. On n’est pas les premiers à le faire bien sûr. Il s’appelle Muji, il vit aux Philippines. On l’a découvert par internet, et on aime bien son style. On lui a proposé d’envoyer des exemples de squelettes et on était très content de ce qu’il nous proposait.

Là encore, j’imagine que vous communiquez par internet ?

De plus en plus, oui. On travaille avec des gens qui sont à l’autre bout du monde, c’est marrant. On a commencé à travailler à distance depuis qu’on a quitté Paris. On se retrouve pour les concerts.

Ce qui permet de garder une certaine autonomie, de vous éloigner et vous ressourcer pour mieux vous retrouver ensuite sur les routes…

On a vécu pas mal d’années ensemble, dans le même appartement. C’est sympa un temps mais après… Chacun a sa vie et c’est très bien. On est d’autant plus contents de se retrouver. C’est pour ça que ça dure !

Vous avez chacun vos vies, et in sait qu’aujourd’hui, un groupe de rock, d’autant plus en France, vit très difficilement de sa musique. Quelles sont vos métiers dans vos autres vies ?

Une partie du groupe est musicien. Franky, il est dans Les Tambours Du Bronx, donc quand tu mélange les deux, le planning est chargé. Max, notre guitariste, a aussi ses activités solos, donc il ne fait que de la musique. Swan, il suffit de faire quelques recherches pour savoir qu’il est aussi tatoueur, il a son studio de tatouage en Suède, et moi, je suis peut-être le profil le plus atypique, et encore…, je suis prof de maths à la fac.

Quelle pourrait être aujourd’hui la devise de BlackRain ?

Ah, ben ça a toujours été la même : le rock et la fête ! On a envie en concert que les gens soient heureux, repartent avec la banane. C’est vrai aussi que dans BlackRain, il y a black, noir. Parce que notre musique a aussi un côté sombre qui reflète le monde, mais un côté sombre à la fois mélancolique et festif. Nous, on aime bien se retrouver autour d’une bonne bière, d’une bouteille ou deux, ou trois… Passer du bon temps avec la famille, sortir… La vie, quoi !

Quels sont vos projets de concerts pour soutenir cet album :

Il y a déjà une date très importante à retenir : le 7 avril à la Maroquinerie de Paris. C’est la première fois qu’on produit nous-même une date. On est entièrement indépendant là-dessus, et elle se vend bien. La plus grosse date qu’on va faire, ce sera à Lyon, au Plane R Fest. Il va y avoir plusieurs autres festivals, les dates vont suivre, en France, avec de bonnes salles. Ça monte un peu en gamme au niveau des salles.

Que souhaites-tu rajouter pour conclure cet entretien ?

On vient de tourner deux clips qui vont bientôt sortir : un pour Revolution, et l’autre qui nous tient à cœur, sur Nobody but you, qui était la ballade de It begins. On avait tourné ce clip il y a dix ans, c’est à ce moment qu’on s’est engueulés avec notre producteur qui a gardé les bandes. C’est moi qui réalise les clips, et à cette époque, c’était un truc énorme, avec une équipe de vingt personnes… Là, dix ans après, on le fait ! On vient de le tourner hier, en plus. Il sortira le 22 mars.

RIFFLESS: Ghost is a woman

Belgique, Hard Rock (Ep, M&O, 2024)

C’est en 2020 que se forme Riffless sous l’impulsion du multi instrumentiste JP Devox et du chanteur Benoit Patigny. Les deux sont bientôt rejoints par le guitariste Vincent Fis, les bassiste Jean-Philippe Dirix et le batteur Marcus Weymaere avec lesquels ils commencent à composer, répéter et diffuser leurs productions sur le web où ils rencontrent un certain succès. un premier album, Yes I sold my soul for rock n roll, voit le jour en 2022 avant que le groupe ne revienne avec cet Ep, Ghost is a woman. Clairement influencé par le rock n roll énergique, les 4 titres proposent des riffs simples, directs et efficaces qui ne veulent que faire taper du pied. Le chant, dans un anglais totalement maitrisé, est rugueux à souhaits, la voix de Benoit semblant forgée à coups de clopes et d’alcool. A mon goût, il ne manque qu’une chose à Riffless : un peu plus d’énergie et de hargne dans l’exécution de ces chansons par ailleurs joviales et entrainantes. Mais une chose est certaine, c’est que ce genre de rock est parfaitement taillé pour la scène!

ECR.LINF: Belluaires

France, Black metal (Source atone records, 2024)

La lecture des crédits donne une première – vague – idée de l’identité musicale de Ecr.Linf (qui signifie « Ecrasons L’infâme ») puisqu’en dehors des classiques chant/guitare/basse/batterie, on trouve un instrument typique de chez nous moins utilisé dans le rock et ici accessoire: l’accordéon (qu’on entend cependant bien moins que les claviers, non crédités sur la version que j’ai reçue…) Les huit titres de ce premier album, Belluaires démarrent pied au plancher avec rage et désespoir. Le groupe fondé par d’ex-membres de No Return, Svart Crown, et pour les plus connaisseurs, Demande A La Poussière ou Ophe a vu le jour en 2023. Ecr.Linf enregistre deux premiers singles avant de proposer ce Belluaire. Les deux singles, Le désespoir du prophète et Tribunal de l’âme, en sont d’ailleurs les morceaux d’ouverture, brutaux et déterminés. Le groupe ne fait aucune concession au travers d’une musique aussi sombre qu’oppressante, à l’image du message véhiculé: un regard pessimiste sur notre (in)humanité. Pourtant, certains passages laissent entrevoir un trait de lumière, comme une lueur d’espoir. Brutal et direct, ce premier album place Ecr.Linf parmi les sérieux challengers du Black metal hexagonal.