APPICE: Sinister

Hard rock, USA (SPV, 2017)

Carmine et Vinny. Deux frangins, deux batteurs, deux légendes des fûts qui ont mis, au fil des ans, leurs baguettes au service des plus grands, parmi lesquels se distinguent, naturellement, Black Sabbath ou Dio. Il n’est dès lors guère surprenant que les frères Appice se réunissent le temps d’un album afin de mettre en avant leur instrument (c’est vrai qu’à de rares exceptions – Herman Rarebell, Phil Rudd et quelques autres – les batteurs ne se lancent pas dans une aventure solo). Ce Sinister viserait à prouver qu’un batteur c’est plus malin que quelqu’un qui ne sait compter que jusqu’à 4 qu’on n’en serait guère étonné. Mais dès le morceau titre, quelque chose coince… La fratrie a fait appel à divers musiciens et chanteurs pour l’accompagner et c’est très bien. Mais voilà, le chant de Jim Crean me gêne. Et je me rends compte qu’un élément essentiel manque à l’appel: la cohésion, celle d’une unité qui donne la pêche. Ce sentiment ne me quitte plus, malgré l’impatience d’écouter ce Drum wars, duel fratricide en vue qui se fait démonstration sans grande saveur, et la surprise d’un Riot, air qui me rappelle quelque chose. Ben oui! Le premier album, superbe, du Blue Murder de John Sykes, paru en 1989 et produit de main de maître par Bob Rock avec Carmine à la batterie. Mais voilà, encore, que, malgré le chant de Robin McAuley (seul Paul Shortino tire son épingle du jeu vocal), le résultat manque de pêche. Au final, si les intentions sont bonnes et l’exécution correcte, le résultat ne tient pas ses promesses. Dommage…

Laisser un commentaire