Interview: ANVIL

Interview ANVIL. Entretien avec Lips (chant, guitare). Propos recueillis au Trabendo de Paris le 25 février 2018

Jamais trop tard pour bien faire, dit-on? Ben tant mieux, car bien c’est au mois de février que cet entretien avec le furieux leader d’Anvil a eu lieu. Pounding the pavement est encore chaud, alors retrouvons Anvil en interview avec un Lips en pleine forme juste avant de rencontrer, pour la toute première fois de l’histoire du groupe, son public parisien!

Metal-Eyes :Lips, merci de me recevoir jsute avant votre concert de ce soir. Nous allons parler de votre album, de scène et de Anvil, naturellement ! Pounding the pavement est sorti il y a un mois. Quels sont les premiers retours que tu en as ?

Lips : J’en sais rien ! Comment le pourrais-je ?

Metal-Eyes :En lisant les critiques….

Lips : Je ne lis pas la presse ! La presse ne signifie rien pour moi, absolument rien ! ça a toujours été comme ça ! depuis 40, ça ne veut absolument rien dire, ça n’a jamais rien changé, et il en sera sans doute toujours ainsi !

Metal-Eyes : Le titre de votre album peut avoir plusieurs significations…

Lips : Hein ?

Metal-Eyes : Oui, en français, « battre le pavé » peut aussi faire référence aux prostituées qui arpentent le trottoir…

Lips : Non, non ! Faire le trottoir ? Non, fuck ! C’est incroyable ce que les gens peuvent avoir l’esprit tordu ! C’est tellement à côté de la plaque, je ne peux pas le croire ! Aw ! Battre le pavé signifie simplement que tu va chercher du boulot. C’est aussi simple que ça ! C’est ce que ça veut dire, je ne sais pas où tu es allé chercher cette idée… Quoi ?

Metal-Eyes : Ben, c’est aussi ce que font certaines, arpenter les rues pour bosser…

Lips : Ce que ça veut dire, c’est comme le VRP qui vend des aspirateurs au porte à porte. Tu vas de porte en porte pour essayer de vendre ton truc. C’est en gros ce que nous faisons, on le fait depuis 40, du porte à porte, de club en club, de ville en ville, tenter de convaincre les gens que nous sommes suffisamment bons pour qu’ils achètent nos CD, t-shirts et pour qu’ils viennent  à nos concerts.

Metal-Eyes :Anvil a toujours été considéré comme un porte-parole du heavymetal classique, voire du speed metal, mais les temps ont changés en 40 ans. Alors, sans refaire l’histoire du groupe, quelle a été votre évolution entre vos deux derniers albums.

Lips : Un grand cycle… On a commencé en n’ayant pas idée de ce qu’on faisait, on a fait un paquet de découverte accidentellement exprès, avons développé un public, pas reconnu ce que nous avions créé… Des membres du groupes ont perdu de vue qui et ce que nous sommes, ont créé des tensions, sont partis, ne laissant que Robb (Reiner, batterie) et moi. Tu sais, notre guitariste originel a voulu s’approprier le crédit de « l’importance » qu’avait pris le groupe sur les 3 premiers albums sans pour autant prendre une once de responsabilité d’avoir tout foutu en l’air… Les bonnes choses mais pas les mauvaises ! Tu as le choix entre bosser avec Johnny Z., le patron de Megaforce, ou avec David Krebs, qui s’occupait de Scorpions, Aerosmith… Eh bien, tu ne vas pas t’acoquiner de ce genre de type qui s’occupe de Scorpions ou Aerosmith si tu fait du heavymetal ! Ce mec ne savait même pas qui diable nous étions. Tu te retrouve sur scène à jouer 666 et le mec vient te voir en disant « vous n’allez nulle part avec ça ! » Maintenant, 40 ans plus tard, devine quelle chanson a servi dans le film qui a fait un carton (The story of Anvil, 2008) ? 666 ! Ouais, on va nulle part avec ça ! Le guitariste à l’époque… on devait écouter tout ce qu’il disait : il nous a mis sur des dates avec Bryan Adams et Aerosmith, nous dit « voilà ce qu’on doit devenir » Hein ? Quoi ? A ce même moment, Johnny Z. prend des paris en signant Metallica, Anthrax, Testament et tous ces groupes de metal ! Il voulait signer Anvil, mais Dave ne voulait pas bosser avec lui ! Il a quitté le groupe, mais avant ça, a tout saboté. On a pu jouer avec Aerosmith devant des responsables de label, et le mec se défonçait sur cette putain de cocaïne, l’alcool, baisait n’importe où et… s’est planté en foutant en l’air toutes nos opportunités. Mais ça, il n’en assume rien ! Maintenant, on fait ce qu’on souhaite faire ! C’est pour ça que je parle de cycles : aujourd’hui, je sais exactement ce qu’on doit faire et avec qui le faire !

Metal-Eyes : Mais tu es toujours resté le même ?

Lips : Oui, et maintenant, en gros, on continue dans l’esprit dans lequel nous avons débuté, et on fonce. C’est ce que je fais !

Metal-Eyes : En 1983, Anvil connaissait une popularité similaire à celle de Metallica. Comment expliques-tu ces succès opposés par la suite ?

Lips : Parce que, entre 1983 et 1987, il n’yavait pas de disque ! Au moment le plus important de notre carrière, lorsque nous devrions proposer de nouveaux disques, partir en tournée, on fait quoi ? On reste assis et on ne fait rien ! On fait quoi ? On prépare un disque qui n’aurait jamais dû arriver. Et au moment où sort cet album, ce n’est pas le bon type de disque ! On peut toujours voir les choses avec du recul : ce qu’on aurait dû faire, c’est se séparer de cette mauvaise graine (Dave Allison), et si nous voulions avoir un second guitariste, aller chercher quelqu’un comme Marty Friedman, ou avoir un second lead guitariste comme nous l’avions fait pour l’album Worth the weight, et sortir ce disque au lieu de Strength of steel !

Metal-Eyes :Strength of steel, c’était votre choix ou vous avez subi l’influence de gens extériers?

Lips : On a été influencés ! Par David Krebs, et par Dave Allison qui a tout foutu en l’air ! C’était contre ma volonté… Tout était contre moi, j’avais à faire face à une mutinerie. Et j’avais le choix entre partir – ce que mon premier  label m’encourageait à faire : « barre toi et monte un nouveau groupe » ! – ou continuer et sombrer avec le navire. Eh bien, j’ai sombré avec le navire !

Metal-Eyes : Parce que tu en es le capitaine.

Lips : J’en suis le capitaine et… Que pouvais-je faire? Je les ai laissé monter à bord.

Metal-Eyes : Tu as sombré avec le navire, cependant, tu n’a jamais fait machine arrière.

Lips :non!

Metal-Eyes: En 2008, il y a eu le film The story of Anvil. Ressentez-vous encore les effets que ce film a eu sur votre carrière ?

Lips : Oh, bien sûr… Tu vois, ça fait partie d’un tout. Quand tout a merdé dans les années 80, je me suis dit que je continuais, que je savais ce que je devais faire et comment le faire. Je me disais qu’un jour, un de mes fans allait grandir, devenir un responsable de maisons de disques ou quelque chose, et que j’allais enfin signer un contrat, que tout irait mieux, plus tard. C’est ainsi que je voyais les choses. Je sais que je suis un bon, très bon compositeur, je savais ce que j’avais en moi, ce que j’ai créé, ce qui est à moi que personne ne peut avoir : ma voix, mon jeu de guitare, tout cela est vraiment unique et, au bout du compte, ce sera reconnu. Si je travaille suffisamment et que j’en suis vraiment convaincu, c’est ce qui se passera ! Je raconte tout ça à Johnny Z. sur un parking et il me dit que je suis complètement dingue. « On cherche d’autres gars et on met le feu maintenant ! » Mais je ne pouvais le faire à ce moment, il fallait que je laisse toute cette tension retomber. Finalement, ce gamin qu’on a rencontré en 1992 au Marquee de Londres devient… scénariste pour Steven Spielberg. 25 ans plus tard, il revient dans ma vie et me dit « je vais faire un film ! » Moi ? « Bingo !Voilà le gars que j’attendais!” Ce que je disais à Johnny Z. s’est produit ! Et pas seulement ça, mais ce gars est allé voir Johnny Z., lui a parlé et Johnny Z. est dans ce putain de film ! Tout arrive pour une raison… Le film a-t-il eu un impact ? Oui, je le savais, même avant qu’il ne soit tourné ! Aussitôt que le réalisateur a dit – et on ne parle pas d’un rigolo avec une caméra vidéo, on parle d’un mec qui travaille à Hollywood ! – dès qu’il a dit on le fait, je savais que mon moment était enfin arrivé ! ce qui est triste en revanche, c’est le fait que les gens sont stupides, le grand public est vraiment stupide : ils viennent nous dire que la seule raison pour laquelle on est célèbres c’est le film… Allons ! La raison pour laquelle je suis connu, c’est la musique ! Il n’y aurait jamais eu de film s’il n’y avait pas d’abord eu la musique ! C’est clair, non ? Mais c’est facile à oublier parce que les gens oublient le passé, ils ne voient que le présent… Et ils ne regardent pas plus loin que ça ! Maintenant… après le film, le groupe serait mort sur place s’il n’avait pas de crédibilité. Si nous n’étions pas un bon groupe, notre histoire serait morte aussi rapidement que le film est arrivé. Mais ce n’est pas le cas. Nous sommes sortis, avons tourné et battu le pavé comme jamais nous ne l’avions fait de nos vie ! Le groupe est aujourd’hui 10 fois plus important qu’il ne l’a jamais été, même au plus haut des années 80 ! Ce qui est génial pour moi ! Ça ne pouvait tomber à un meilleur moment, dans le sens où… je ne peux plus aller bosser comme livreur, c’est fini, mon dos est flingué, je ne peux plus faire ce genre de boulot ! j’en ai fini avec ces boulots, mais ce avec quoi je n’ai pas fini, c’est le rock n roll. Tu n’en finis jamais ! Tu le fais, jusqu’à ta mort ! Maintenant, je finis par faire ce que j’étais supposé faire. J’ai dû emprunter cette route difficile – qui n’était pas si difficile… Ce qu’elle m’a apporté ? Une famille, ma propre maison, la sécurité pour le reste de ma putain de vie. Il y a des musiciens qui peuvent travailler une vie entière sans jamais rien obtenir ; J’ai tout obtenu, alors il n’y a aucune amertume.

Metal-Eyes : Je n’entends aucune amertume…

Lips : Non, non… Je veux simplement que le message soit clair : le groupe ne s’est pas planté parce qu’on était mauvais, le groupe s’est planté parce qu’on s’est fait baiser. Baisés comment ? Venons-y : en 1982, Attic records a vendu nos droits à un label français, je ne sais plus lequel. Ils ont pressé, piraté, des centaines de milliers de picture discs de Hard and heavy et Metal on metal, les ont distribués à travers la planète sans nous verser un putain de centime ! Anvil a vendu des centaines de milliers d’albums qui n’ont jamais été comptabilisés.

Metal-Eyes : C’est vraiment l’histoire d’Anvil…

Lips : Oui, et personne ne peut dire qu’on pue et qu’on n’a jamais rien vendu, rien de tout ça n’est vrai. Ce sont des faits !

Metal-Eyes : Comment expliques-tu le fait de n’avoir que rarement joué en France, et jamais à Paris ?

Lips : Peut-être qu’il y a un rapport avec ces bootlegs ? Peut-être que les gens dans ce business, ici, en France, sont des branleurs malhonnêtes…J’en sais rien, pour tout te dire. Mais j’ai une punaise dans les fesses qui me gêne, et qui m’a gêné pendant des années : on a signé des dates un bon nombre de fois, et elles ont été annulées. Pourquoi ? Je n’en sais rien.

Metal-Eyes : Mais ce soir, vous êtes ici…

Lips : Nous sommes ici, j’en suis reconnaissant et super content, et je vais donner au public ce qu’il est venu : un spectacle que personne ne sera prêt d’oublier ! C’est ce qui va se passer ! (rires)

Metal-Eyes : Il y a deux ans, vous étiez censés jouer à Paris, mais encore une fois, ça a été annulé, mais pas la date de Lyon… Tu te souviens de la raison de l’annulation…

Lips : Non… Il y a toujours une raison, mais on ne me la donne jamais. En 1983, on devait déjà jouer au Moulin Rouge avec Overkill… Ça avait aussi été annulé ! Je ne sais pas si on déjà joué à Paris ! En 1982, on devait ouvrir pour Accept ! La veille du concert, un des gars d’Accept est tombé de scène et s’est cassé la jambe ! Ce concert aussi a été annulé ! Malchance, j’en sais rien !

Metal-Eyes : Tu a vécu beaucoup de choses avec Anvil, quels sont encore tes rêves de réalisation avec Anvil ?

Lips : il ne s’agit pas de savoir ce dont je peux rêver ; tous mes rêves sont devenus réalité, tout ce que je voulais est arrivé. Si je meurs demain, ça roule. Ma place est un bon endroit, j’adore ce que je fais et je profite de chaque instant de ma vie, à 100%.

Metal-Eyes : Si tu devais choisir une chanson de votre dernier album pour expliqer aux gens ce qu’est Anvil aujourd’hui, ce serait laquelle ?

Lips:Doing what I want !

Metal-Eyes : Pour quelle raison ?

Lips : Parce que je fais ce que je veux ! (rires)

 

WITCHSORROW: Hexenhammer

Doom, Royaume-Uni (Candlelight/Spinefarm, 2017) – Sortie le 25 mai 2018

Bien que formé en 2005, Hexenhammer n’est que le quatrième album des Anglais de Witchsorrow, le désespoir des sorcières… De désespoir il est bel et bien question tout au long des 7 morceaux de ce nouvel album, aussi lourd qu’une enclume dépressive. Le propos musical est sombre et fait ressortir toute la noirceur de l’âme de ses compositeurs (Demons of the mind) qui, pourtant, ont pris le temps qu’il faut pour penser cet album. Si, quand on parle doom, on pense avant tout à Black Sabbath, c’est principalement Candlemass et Cathedral qui se démarquent ici. Dès Maleficius, le cadre est posé: malaise ambiant, envie de lumière, épaisseur et lourdeur du son… Hexenhammer fait partie de ces albums à déconseiller aux dépressifs mais que les « sains d’esprits » s’approprieront avec bonheur.  Mieux qu’une marche funèbre, un accompagnement vers la nuit éternelle qui suit le bûcher.

Interview: FURIAPOLIS

Interview FURIAPOLIS. Entretien avec Robin (basse), Nico (batterie), Brice (chant, guitare). Propos recueillis au Hard Rock Cafe de Paris le 22 février 2018

Metal-Eyes : Dans l’album, vous écrivez que cet album est « l’aboutissement d’un long projet ».  Question classique : devinez ce que je vais vous demander ?

Robin : « Racontez-nous l’histoire de Furiapolis » ?

Metal-Eyes : Par exemple !

Brice : Perspicace… Comment tu as fait pour deviner ? On devrait inventer une histoire…

Robin : Ouais, un truc un peu plus sexy…

Brice : C’est vrai que c’est pas très sexy… En fait, on a fait un groupe en 2009 et le seul but c’était de faire des reprises pour jouer dans des pubs, du Red Hot Chilli Peppers, Arctic Monkeys… Et petit à petit on a décidé de faire de la compo, et le line-up a un peu changé. On a recruté sur internet. Nico, on te connaissait par Simon, donc le bouche à oreille… On cherchait un batteur et Nico est arrivé en 2010. Depuis, le line-un n’a plus jamais changé, on a composé, on a sorti des Eps, et aujourd’hui, un album.

Metal-Eyes : Et vous vous êtes formés où ?

Brice : Marseille.

Metal-Eyes : A Marseille. Ok… Faut pas que je dise de conneries alors…

Brice : Non (rire général)

Metal-Eyes : Donc je ne vous dirais pas que c’est la ville du monde où j’ai eu le plus froid !

Brice : A Marseille ?

Robin : C’est sûr qu’avec 364 jours par an de soleil tu as dû venir le seul jour de mistral…

Metal-Eyes : Non, j’y ai passé 2 semaines de froid !

Brice : C’est vrai que si tu es venu avec le mistral, tu peux y aller !

Metal-Eyes : Ne dérivons pas… Vous écrivez aussi dans le livret cette citation de John Lennon qui dit que « le rock français, c’est comme le bon vin anglais ». Vous en êtes où par rapport à ça ?

Brice : J’espère qu’on a fait du bon rock français. On a rajouté une phrase juste derrière qui dit que c’est « à nous de lui prouver le contraire ».

Metal-Eyes : Et, d’après vous, vous y êtes parvenus ?

Brice : Ben… C’est à vous de nous le dire !

Robin : On, attend justement la critique pour voir si on y est arrivés…. ?

Metal-Eyes : C’est vrai que depuis quelques années, le niveau général, technique ou musical, a évolué et il n’y a pas de raison qu’on reste aussi loin derrière. Mais il n’était pas le seul le penser… Comment décririez-vous votre musique pour quelqu’un qui ne vous connait pas du tout ?

Brice : … C’est du rock, du vrai rock, avec de la distorsion, du chant soutenu mais pas crié, et c’est chanté en français. Donc du rock genre…

Metal-Eyes : Qu’est-ce que tu appelles du « vrai rock » ?

Brice : « Du vrai rock » ? C’est pas du metal, c’est pas du hard core, c’est pas non plus du pop rock avec des guitares clean et des voix fluettes, c’est du rock style Foo Fighters, Nickelback….

Nico : On parle souvent de rock alternatif

Brice : Oui, « alternatif ». Disons qu’on est un peu la version frenchie des gros standards US.

Metal-Eyes : Quelles sont vos influences ? J’entends du Police, du Nickelback mais aussi par instants du Indochine (Note : deux des inteviewés me diront après en off que tous « détestent » Indochine et n’ont pas osé réagir. Dommage….) Il y a ces airs catchy et chantants, mais quelles sont vos principales influences individuelles ?

Robin : Individuelles ? Moi, c’est assez vintage parce que j’ai été élevé par un papa fan de Jimi Hendrix. Après pour ce qui est de la basse, je suis un peu plus dans le domaine du funky et compagnie, j’ai pas mal d’influences du style Les Claypool, de Primus, Markus Miller, donc là, on est carrément dans le jazz, jazz rock, et ensuite, j’adore des groupes comme Led Zeppelin, les Red Hot Chili Peppers, une influence assez majeure. Flea m’a donné envie de me mettre à la basse.

Nico : Moi, c’est… J’en ai pas du tout… Non, je déconne ! Je viens plutôt de la vague neo metal, parce que quand j’avais 14 ans, c’est ce qu’on écoutait en boucle, Linkin Park, System Of A Down, Korn… Après je suis venu vers le punk, punk rock, rock alternatif, type Blink 182, Biffy Clyro, Paramore, j’ai eu ma période Nirvana… Mais en tant que batteur, il n’y a pas forcément que des groupes, il y a aussi des batteurs, il en a plein, des pros, qui n’ont pas de groupe…Je pense notamment à Bennie Grave ou Thomas Lang qui sont dans plusieurs formations. Il y en a plein qui m’ont influencé.

Brice : Moi, j’ai été élevé avec des groupes comme Deep Purple ou Status Quo, c’est mon père qui écoutait ces groupes. Il n’y avait que des vinyles de ce type qui trainaient à la maison, et j’ai appris avec ça. J’apprenais les morceaux de guitares avec ça, je mettais le disque et je ‘entrainais à imiter. Après je suis tombé dans la dance des années 90 (il rit) et ensuite, j’ai été ramené à la réalité avec Nevermind de Nirvana. On me l’a mis entre les mains, et là, je me suis dit « OK, je reprends la guitare que j’avais laissée trainée » et je me suis remis à la musique pour de vrai.

Metal-Eyes : Votre son est d’ailleurs assez pur, parfois assez sec. Comment avez-vous travaillé l’enregistrement de ce disque ?

Brice : On travaille énormément en amont, avant le studio . On enregistre tout sur ordinateur, on travaille nos pistes séparément, on enregistre et on revoit nos arrangements de guitares – il y en a 2, donc il faut qu’on travaille les interactions pour pas qu’elles se mangent… Ce qui fait que quand on arrive en studio, c’est déjà réfléchi pour que ce soit propre et que ça sorte bien. Au-delà de ça, on a travaillé avec un ingé son qui est génial, Laurent Soluce, qui a su faire en sorte que tout soit bien dissocié. MA gratte est plus grasse, celle de Simon, plus aiguë, et au final, il nous a sorti un son très propre. Il y a du travail en amont et le savoir-faire d’un ingé son.

Robin : On a ce résultat grâce, aussi, à tout le travail de pré prod qu’on a fait.

Metal-Eyes : Ce qui est important puisque ça prouve que le live, c’est bien, mais ça se travaille aussi avant. Justement, un album de rock, ça se défend sur scène. Quels sont vos projets ?

Brice : Le 3 mars on a une grosse release party sur Marseille, on part jouer à Grenoble, Toulon, et on a d’autre dates qui sont dans les tuyaux.

Nico : On a déjà 5 ou 6 dates, et d’autres arrivent.

Brice : Notre projet  c’est que, la compo et l’enregistrement, c’est derrière nous, aujourd’hui, on est sur la promo, et rapidement, on doit être sur le projet tournée. Le but du jeu, étant donné qu’on défend un album chanté en français, c’est de pouvoir rapidement aller le défendre en France et dans les pays limitrophes.

Metal-Eyes : Il faut s’attendre à quoi, avec Furiapolis sur scène ?

Robin : … Une explosion de… D’oreilles (rires)

Brice : Non… On est un groupe de live, on pense nos chansons « live ». On aime avoir une interaction avec les gens et c’est aussi pour ça qu’on a écrit nos chansons en français, pour pouvoir toucher encore plus les gens. On a énormément de plaisir après le concert à rester là et discuter avec le public, avoir leur ressenti. Si tu viens nous voir en concert, j’espère que tu auras toi aussi ce ressent, avoir autant de plaisir que nous.

Metal-Eyes : C’est important pour le public.

Brice : Oui, c’est primordial !

Metal-Eyes : Vous chantez en français, il y a quelques phrases en anglais. Quels sont les thèmes de prédilection ? Y a-t-il une ligne directrice dans vos textes ?

Robin : Les textes délivrent un message. Après, dire qu’il y a une ligne directrice, pas nécessairement/ Chaque morceau a son message et l’interprétation qui peut en découler. Chaque personne en écoutant en fait son interprétation…

Brice : C’est vrai, et ça reste de messages positifs. Il y a des chansons qui parlent d’environnement, d’autres de paix, d’amour, de respect des femmes, d’autres de chocolat, de gourmandise et d’addiction. Un peu tous les thèmes, mais à chaque fois, des sujets auquels les gens sont sensibles…

Metal-Eyes : « Tous les thèmes »… Pas plus de 13, quand, même, c’est le nombre de chansons !

Brice : Oui, c’est vrai…

Metal-Eyes : Y a-t-il, au contraire, des sujets que vous souhaitez ne pas aborder ?

Robin : La religion, et la politique, pas si si c’est trop engagé politiquement. Hors de question… On n’est pas là pour faire de la propagande, formater le cerveau des gens et leur dire comment ils doivent penser, c’est pas notre truc.

Brice : Il n’y aura pas de couleur politique dans nos album, ni d’orientation religieuse vraiment dédiée. On reste dans des généralités.

Metal-Eyes : Donc du général, mais rien de ce qui relève des convictions ou de l’intime ?

Robin : Voilà, ça, ça appartient à tout un chacun.

Nico : Chacun est libre…

Brice : C’est moi qui écrit les textes et je sais que je n’ai pas du tout envie d’écrire au sujet de la religion… Dire « les juifs ceci, les chrétiens cela, les musulmans, ça » non, pas du tout ! Tu l’entends, d’entrée de jeu, je ne suis pas à l’aise… Pour moi, c’est quelque chose de tellement personnel, que ce n’est pas un sujet que j’ai envie de traiter. J’ai envie de traiter de sujets plus larges… L’amour, on est tous touchés par ça, en bien ou en mal.

Metal-Eyes : C’est votre premier album, mais ça fait quelques années que le groupe existe et que la formation est stable. Quelle pourrait être la devise de Furiapolis ?

Brice : Pfiu… Bonne question, ça…

Robin : Partage ? Je sais pas…

Nico : Très bonne question…

Metal-Eyes : Je l’aime bien celle-là !

Robin : Ah, ouais, et elle est très importante !

Brice : « Donner du plaisir » On en fait une vraie priorité : on ne va pas en live comme ça, on passe par une phase de résidence, on se met dans une salle de spectacle où on est juste entre nous, avec un ingé son et un régisseur lumières. On travaille le show et le seul mot d’ordre c’est « donner du plaisir aux gens ». Il faut qu’ils ne s’ennuient pas !

Robin : C’est la devise, normalement de tous les artistes. Bon, certains vont te dire « faire du fric »…

Nico : Tu crois que c’est ça, la devise de Marilyn Manson ?

Metal-Eyes : Que révez-vous de réaliser avec Furiapolis ?

Robin : Pour moi ? C’est la reconnaissance internationale (Nico rit). Je vais peut-être un peu loin, mais…

Metal-Eyes : International, c’est déjà 2 pays…

Robin : C’est vrai… On prend la France, la Suisse et la Belgique, c’est parfait ! Après, c’est sûr qu’on recherche une certaine reconnaissance, que le public soit sensible à ce qu’on fait…

Brice : Qu’on soit référencés parmi les bons groupes de rock français… « Il y a des bons groupes de rock, en France ? Oui, il y a untel, untel et aussi Furiapolis ». Ca, ce serait cool…

Nico : Ensuite, il y a aussi le fait que les gens découvrent notre musique et l’apprécient. C’est ce qu’on attend. Je trouve que c’est important parce que c’est important que les gens découvrent notre musique, et l’apprécient.

Metal-Eyes : Alors pour ceux qui vont découvrir votre musique, si chacun de vous ne devait retenir qu’un seul titre de Déesses pour expliquer ce qu’est Furiapolis, ce serait lequel ?

Brice : Je prendrais Emigrate, parce que le message est large, il parle de l’amour entre les peuples. Et d’un point de vue musical, c’est celle qui se situe au milieu de tout ce qu’on peut faire, entre le plus calme et le plus énervé, ça donne une bonne idée de ce qu’est Furiapolis. Mais ça n’engage que moi.

Nico : Dur choix, je les aime toutes… Celle qui nous représente le mieux ? C’est vrai qu’Emigrate, ça marche bien. Après, je pense essentiellement à SNCT qui est un mélange de ce qu’on faisait avant et de ce qu’on veut faire maintenant. C’est la base de ce morceau là. Les fondations, c’est de l’ancien Furiapolis, et c’est chanté en français avec un texte qui est assez marrant, qui parle de chocolat, ce qu’on ne faisait jamais avant. Oui, c’est un bon équilibre entre ce qu’on faisait avant et ce qu’on veut faire maintenant, avec cette notion d’humour..

Robin : Moi, pareil, mon cœur balance entre Emigrate et SNCT.

Metal-Eyes : Donc Emigrate arrive en premier, le titre d’ouverture. Vous avez passé pratiquement toute la journée en promo : quelle a été la meilleure question qu’on vous a posée, la plus étonnante, surprenante ?

Brice : Euh…

Robin : « Quelle est votre devise ? »

Brice : Est-ce que 007 est la BO du prochain James Bond ? On nous a posé cette question, à laquelle j’ai répondu « oui, bien sûr. Le seul truc, c’est que les producteurs du film ne le savent pas encore… » Mais on va leur dire !

Robin : Essaye de repenser à tes entretiens téléphoniques…

Nico : Oui, c’est ce que je fais… On m’a aussi posé des questions sur 007… Il y a plutôt des gens qui m’ont parlé d’un titre en particulier, De la coco, ils ont trouvé ça très drôle, et c’était le but…

Robin : Et moi… Attends, je réfléchis…

Metal-Eyes : Ca veut dire que tout à l’heure, tu fayotais vraiment ?

Robin : Quand ?

Metal-Eyes : Quand tu disais « la devise »…

Robin : Ouais, clairement !

Brice : En même temps, on ne nous l’a jamais posée celle-là, et c’est bien !

Robin : Pour l’instant, c’est vrai que c’est celle qui m’a le plus étonné, je ne m’y attendais pas. Le reste, avec les antisèches, ça aide… Mais faut pas le dire ! C’est vrai qu’il y a beaucoup de question qui sont évidente « parlez-moi de votre histoire, de l’album, que représente telle chanson ». Maintenant, c’est vrai que des questions comme ça, un peu plus philosophiques…

Metal-Eyes : Philosophique ? Ca on ne me l’a jamais fait ! Il fayote vraiment !

Brice : Il le veut son article !

Robin : Non, mais c’est vrai que c’est important, parce que ça conditionne un peu le groupe, là où on veut aller. Cette question m’a agréablement surpris, donc voilà : félicitations ! Tu es l’heureux gagnant ! (rires général)

 

WINTERFYLLETH: The hallowing of heirdom

Pagan/Folk, Royaume-Uni (Candlelight, 2018) – sortie le 18 avril 2018

Quelle grosse surprise que ce nouvel album des Anglais de Winterfylleth! A priori, je n’aurai pas chroniqué ce groupe qui nous a jusqu’ici habitués à des album rugueux, black et hurlés comme je n’aime pas… Seulement, comme d’autres, Winterfylleth sait surprendre et se remettre en question et propose aujourd’hui avec The hallowing of heirdom un album acoustique de folk pagan. Une introspection et une visitation de la nature. Pile au moment où je me dis « sortez les guitares et allumez un feu de joie », Embers débute avec ses crépitement de bûches qui se consument. La douceur de l’ensemble, des chants de The sheperd qui évoquent l’heroic fantasy du Seigneur des anneaux à la douceur des guitares de Frithgeard, Elder mother, A gleeman’s volt, jusqu’aux ambiances variées et jamais oppressantes du morceau titre, presque fleuve avec ses plus de 7 minutes, tout ici est une invitation au voyage, à l’introspection et à la communion avec la nature. Winterfylleth ne nous propose ni headbang ni excitation mais nous invite à la contemplation béate et pacifique. Une réussite.

AYREON: Universe

Metal Prrgressif, Hollande (Mascot, 2018)

« Ayreon n’est pas un projet pour la scène, je n’ai jamais joué live avec Ayreon. Mais, pour la première fois, nous avons décidé de donner quelques concerts avec Ayreon, en septembre 2017″ m’informait Arjen Lucassen le 22 février 2017 en interview. Ce Universe – Best of Ayreon live – est donc le résultat attendu d’un projet scénique rarissime. Personne ne s’étonnera donc que les 3 shows néerlandais affichent complets rapidement. La salle O13 a une capacité de 3000 places, et se révèle de la taille qu’il faut pour le projet, même si Lucassen aurait pu, fort probablement, attirer 5000 spectateurs. Cependant, le maître du contrôle réussit un exploit à plus d’un titre: d’abord, réunir le casting le plus complet possible des chanteurs ayant, à un moment ou un autre, collaboré au projet Ayreon. Bien sûr, tous ne sont pas là, mais quel casting! Et quelle mise en scène! Tout est prévu, planifié, tant visuellement que d’un point de vue sonore. Les écrans sont un véritable complément à chaque chanson, l’ensemble de la prestation est agrémentée d’effets, pyrotechniques ou fumigènes, variés et le temps passe à une allure folle. On s’étonne cependant de l’absence plus que remarquable du maître de cérémonie. Arjen Lucassen n’intervient que très tardivement, sur les deux derniers morceaux (sur les 28 de ce concert fleuve de presque 2h30). Timidité? Ce serait surprenant au regard de sa présence scénique, où il semble dans son élément. Mettre en avant les autres musiciens et artistes? Certes, mais ce Ayreon reste l’oeuvre de sa vie, alors? Il n’empêche, ce Universe retrace un exceptionnel moment de l’histoire de ce groupe à part. Moment complété d’un DVD bonus qui s’attache à évoquer dans le détail la genèse de ces 3 concerts, la logistique, l’organisation et les répétitions. Les témoignages des chanteurs – unanimes pour proclamer avoir dit « oui » sans réfléchir – sont nombreux. Un vrai document, riche d’information et de scènes « envers du décors ».  Universe – Best of Ayreon live est un must qui se décline également en version audio double CD. Nul doute que ce moment rare marque un tournant dans l’histoire de Lucassen et, a fortiori, entre dans l’Histoire d’Ayreon.

BLAZE BAYLEY live à Orléans (Blue Devils, le 6 avril 2018)

Est-ce une bonne chose de transiter par un groupe comme Iron Maiden ? Blaze Bayley et sa bande investissent ce soir le Blue Devils à Orléans, un resto rock doté, au sous sol, d’une salle de concerts de 200 places environs. Comme il le rappellera en fin de concert, depuis son départ de la vierge de fer avec qui il n’a enregistré que 2 albums, Blaze a offert 10 disques à ses fans. Mais toujours l’ombre de la vierge de fer plane. Le nombre de T-shirts floqué Iron Maiden est impressionnant, et je suis même surpris de voir un fan vêtu d’un blouson « Trooper beer ». Comment, Blaze peut-il trouver son envergure si ses « fans » ne rapportent son histoire qu’à ses 4 années passées avec Steve Harris ? Il s’en est passé des choses depuis !

C’est un peu réducteur mais au final le gaillard est un forçat de la route et du studio. Il vient d’ailleurs de publier l’excellente dernière partie de sa trilogie qu’il vient défendre ce soir sur scène.

Pour commencer,  avec 45’ de retard, Luke Appleton, bassiste de Iced Earth, propose un set de metal acoustique. Seul sur scène avec sa guitare, une demi heure durant, il propose des extraits de son Ep How does it feel to be alive, dont 3 eyed crow, inspiré par la série Game of thrones, en alternance avec des morceaux revisités d’Iced Earth. Une démarche intéressante que le public apprécie.

Luke remercie à maintes reprises Blaze de l’avoir retenu pour cette tournée européenne de 37 dates et promet de revenir en France, en juin avec Iced Earth, pour un concert en tête d’affiche et un passage à votre « mighty festival », Hellfest. Une prestation sympa et une présence pas si surprenante quand on regarde le line up : le guitariste de Blaze, et son manager, sont également des Appleton…

Blaze Bayley semble ce soir en forme. C’est la troisième fois qu’il joue au Blue Devils, comme le rappellera en fin de soirée, pas peu fier, Hervé, le maître des lieux : 2 fois à Arras et pour la première fois ici, à Orléans.  Les musiciens montent sur scène vers 21h30, tournent le dos au public et Blaze me demande confirmation de la prononciation : « Owléans ? Orléans ! » avant de s’adresser, sans micro, au public « Orléans ! Orléans ! Le show n’a pas commencé ! Tu vois mon bonnet ? Tant que j’ai mon bonnet sur la tête, le show n’est pas commencé ! » hurle-t-il avant de se retourner et d’ôter ledit bonnet. « Maintenant, ça commence » scande-t-il, se retournant en affichant un sourire malicieux…

 

C’est sans surprise Redeemer qui annonce la couleur : ce premier extrait de The redemption of William Black semble déjà connu du public et le quatuor met les turbos en route, s’approchant au maximum du public. Blaze pose la main sur la moindre tête qui se trouve à sa portée, la secouant et la lâchant aussi sec. Tous les 4 sont peu avares de mimiques et grimaces, exagérant le trait tout en délivrant une interprétation remarquable et d’une réelle efficacité.

Rapidement, en début de set, Futureal rappelle le glorieux passé du chanteur, puis, en milieu de set, c’est Virus, nouvel extrait du répertoire maidenien de Blaze qui reçoit l’approbation du public. Personnellement, c’est l’un des morceaux que je trouve vraiment dispensables, l’un des rares qui m’ennuie… Direction une petite bière rapide avant de retrouver la troupe toujours aussi joyeuse.

A l’exception de ses débuts avec Wolfsbane, l’ensemble de la carrière de Blaze Bayley est passé en revue. Soit ce qu’il a pu enregistrer ces 20 dernières années, d’ailleurs, même s’il se concentre sur la trilogie Infinite entranglement. Et il en parle avec respect, de son parcours : « Il y a 20 ans, j’étais avec un superbe groupe appelé Iron Maiden. »  Vivas du public. « J’ai eu l’occasion de visiter plusieurs fois votre superbe pays. Et écrire des chansons avec Steve Harris est une expérience fantastique.  J’ai enregistré 2 albums avec eux. Depuis, j’en ai enregistré 10 autres ! » Une bonne dizaines d’albums en effet, qui, souvent, portent cette marque, cette touche du passage du chanteur dans l’un des plus gigantesques groupes de metal que la terre ait portés.

Forcément, Blaze ne peut faire l’impasse sur ce passé et annonce, non sans humour : « On aime revisiter des chansons du passé. Celle-ci est notre version, si vous l’appréciez, merci, sinon… rendez-moi service : allez boire plus que de raison pour oublier et ne pas en parler ! » The angel and the gambler est en effet relookée, avec brio, et le groupe est rejoint par Luke Appleton qui se saisit d’une seconde guitare. La chanson démarre de manière assez délirante, chaque musicien faisant son show et jouant des coudes pour être devant la scène au « désespoir » de Blaze qui, au fond de la scène, fait mine d’être en rogne,  pour monter en puissance et finir de manière explosive. C’est fun, pas sérieux et simplement rock n roll. Man on the edge, qui suit, est plus direct et proche de sa version originale, puissante et lourde.

Après A thousand years, Blaze annonce que « ça y est ! On a fini. On a fini notre travail ! Vous en voulez encore ? Alors ce que nous allons jouer maintenant, c’est cadeau ! Gratuit, pour vous ! Après le concert, venez nous voir, nous rencontrer au merch ! Ce n’est pas un Meet and greet qu’on fait payer, non, c’est gratuit, parce que c’est comme ça qu’on vous dit merci, parce qu’on vous aime ».  Deux derniers extraits, Infinite entranglement et Dark energy 256, viennent ainsi conclure une soirée fun, simple et chaleureuse offerte par un musicien et un groupe qui, tout simplement, continuent d’aimer ce qu’ils font.

Hervé monte sur scène pour remercier chacun des musiciens et le public auquel il annonce la suite du programme, invitant chacun à revenir. Vous trouverez d’ailleurs toutes les infos sur la programmation ici : http://www.bluedevils.fr/

 

 

DEADLINE: Nothing beside remains

Hard rock, France (Bad reputation, 2018)

Depuis sa formation en 2009, les Français de Deadline se sont donné les moyens de parvenir à leurs fins, en embauchant Beau Hill pour le premier album paru en 2012, en tournant en ouverture de Gotthard ou Quireboys, en évoquant ouvertement ses influences (classic hard and heavy rock). Bref, tout pourrait aller pour le mieux mais voilà: Deadline est Français… Et en France, on ne s’intéresse guère aux groupes français, à quelques rares exceptions près. En 2017, l’arrivée d’un nouveau guitariste redonne la pêche à la formation qui enregistre Nothing beside remains, son quatrième album, si l’on inclus le Acoustic session paru en 2015. Nouvelle pêche, nouvelle envie, cela se ressent dans cet opus qui transpire AC/DC, Guns, Scorpions et consorts. Du gros, du lourd qu’on retrouve tout au long des 12 morceaux, au cours desquels figurent de jolis et trépidants riffs. Les musiciens le savent, si la structure rythmique tient la route, on peut tout faire autour. Et là, ça marche plutôt bien: des rythmes solides, des riffs entraînants, des invités, un hommage aux victimes du 13 novembre 2015… Ça fonctionne « plutôt » bien, musicalement en tout cas, et pour commencer, la seconde moitié de l’album surprenant moins. Car le chant me gêne: j’ai l’impression que Arnaud ne réussit jamais à trouver sa propre identité vocale, ses influences « axliennes » prenant trop facilement le dessus,. Mais n’est pas Axl qui veut… De plus, le timbre aigu peut lasser sur la durée. C’est la grande faiblesse de cet album par ailleurs efficace et original, qui lorgne même par instant vers le psyché des 70’s. Dommage…

THE DEAD DAISIES: Burn it down

Hard rock, Australie/USA (Spitfire/SPV, 2018)

The Dead Daisies a réussi à s’imposer comme une valeur sûre de l’univers hard rock international. Car autant discographiquement que scéniquement, ce groupe à géométrie variable place ses fans au centre de ses pensées. Alors quand parait un nouvel album, on sait déjà qu’on ne sera pas déçu. Burn it down, le quatrième opus de la bande à David Lowy, voit un nouveau changement – mais cela est le principe même de fonctionnement du groupe – avec l’arrivée à la batterie de Deen Castronovo, qui a notamment exercé auprès de Bad English, Ozzy Osbourne, Journey…) qui vient remplacer Brian Tichy. 10 chansons plus un bonus composent ce plus que puissant et efficace Burn it down. Resurrected met les pendules à l’heure, le groupe semblant même s’orienter vers des sonorités plus lourdes et oppressantes qu’à son habitude. Mais l’esprit chantant et entraînant est bel et bien là, que ce soit Rise up, Burn it down, Dead and gone… Habitués des reprises, le gang revisite ici le Bitch originellement écrit par le duo Jagger/Richards avant de proposer la ballade (pas version « ballade présentée par John Corabi sur le live »… non, une vraie ballade) sensuelle, Set me free. Encore une fois, The Dead Daisies réussit à satisfaire tout un chacun et s’impose comme l’un des plus brillant groupe de classic hard rock du moment. Vivement les retrouvailles live au Trabendo de Paris le 6 mai prochain!

DE WOLFF: Thrust

Hollande, Hard rock (Mascot, 2018)

Ce n’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire la grimace, dit-on. Mais aussi, c’est dans les vielles marmites qu’on fait les meilleurs plats » ou « ce n’est pas un vieux bluesman qui va apprendre le blues ». Sauf que… DeWolff n’a rien de commun avec ces adages puisque le trio ne s’est formé qu’en 2007. En à peine une décennie, le groupe néerlandais nous offre déjà son cinquième album. Et franchement, il semble que les gaillards n’aient plus grand chose à apprendre. Leur rock est empli de ce blues teinté de psyché qui se pratiquait outre Atlantique au cours des 70’s. ça sent la voix forgée à la clope, le timbre rocailleux collant parfaitement à cet esprit léger et embrumé qu’on retrouve tout au long de Thrust. Si California burning a cet aspect immédiat, on se laisse tout autant emporter par les Big talk, Double crossing man et autres Freeway light. Light, lumière…. Oui, cet album nous propose un blues lumineux et enjoué. A quand la scène, la vraie?

Dernier concert de WILD DAWN: St Jean de Braye, le 31 mars 2018 (avec Irya et No One Is Innocent)

Il y a quelques semaines, Wild Dawn avait annoncé cesser ses activités et mettre un terme à sa carrière après un quatrième album et un ultime concert. C’est la salle des fêtes de Saint Jean de Braye, à côté d’Orléans, qui accueille la troupe, censée jouer entre Irya et la tête d’affiche annoncée No One Is Innocent. Pourtant, c’est bien Wild Dawn qui se retrouvera en tête d’affiche. La raison? Vous la découvrirez bientôt, au cours de l’interview que les gars aux chemises à carreaux ont accordée à Metal Eyes. Et elle est pour le moins surprenante…

C’est donc Irya qui ouvre les hostilités. Les Orléanais proposent un metalcore rugueux et leur concert est visuellement surprenant: le bassiste Djow a les pieds illuminés de bleu et le batteur, Cebrou, est vêtu d’un peignoir de boxeur. Les trois autres musiciens sont comme à la ville. Etonnant choix, selon moi, alors que les deux autres groupes de la soirée ont, à l’instar de nombreuses autres formations,  développé une identité visuelle.

Je n’ai jamais été sensible au metalcore. Trop rugueux, trop hurlé à mon goût, mais force est de reconnaître que le quintette est fougueux, même si les musiciens donnent l’impression de sauter un peu n’importe quand… Mais les 5 se donnent à fond tout au long de 40 minutes de leur set malheureusement mal éclairé mais bien mis en son.

 

La salle se remplit avec l’arrivée de No One Is Innocent qui débute un peu après 20h30 avec un Djihad puissant. Le nouvel album, Frankenstein, sorti la veille, est à l’honneur avec pas moins de 5 titres qui en sont extraits (La gloire du marché, Desperado, Les revenants, Frankenstein et Ali (king of the ring)) qui accompagnent les plus récents classiques du groupe que sont Silencio, Kids are on the run ou Nomenklatura.

Kemar et Shanka, comme à leur habitude, font des sauts de cabris attendus, et, même si Bertrand reste discret tout en venant régulièrement appuyer ses comparses en devant de scène, le groupe est dans une forme resplendissante. Une heure trente d’un concert à l’énergie communicative. Après avoir remarqué que ce soir toutes les générations sont présentes (« mais je vois beaucoup de cheveux gris »…) Kemar fait monter sur scène un fan, sexagénaire, qui termine navigant sur une armée de bras.

Puis, comme à son habitude, No One invite, sur 20 ans, le public à monter sur scène pour un joyeux bordel avant de conclure avec un rappel composé de Ali (King of the ring), et l’indispensable Charlie qui précède Chili. Si No One est en train de rôder sa tournée, il ne fait aucun doute que les Parisiens sont en forme et réservent de jolis moments à leurs publics à venir.

 

Le changement de plateau se fait rapidement et le public reste. Nombreux sont ceux, d’ailleurs, qui sont venus faire leurs adieux à Wild Dawn. Et si les locaux sont nombreux, certains sont venus d’aussi loin que la Bretagne pour assister à ce moment. Qui a vu les Orléanais live le sait: Wild Dawn sur scène c’est toujours la promesse de passer un grand moment, de vivre un concert explosif. Et le groupe a promis de tout donner ce soir.  En loge, un simple « on y est, les gars, 20 minutes! » me fait comprendre que ce soir sera vraiment particulier. Le quatuor a eu beau jouer au Metal corner du Hellfest, en ouverture de Gotthard, Grilschool Koritni et plein d’autres, a beau avoir sorti 3 albums d’un rock stoner et hard puissants et efficaces, le sort a empêché Wild Dawn de trouver son public et de percer.

Mais, peu importe. Si certains pensaient que le public se dissiperait après le passage de No One Is Innocent, il n’en est rien: lorsque les bûcherons arrivent, la salle est encore très remplie. Devenus tête d’affiche pour leur dernier concert (quasiment sold out, s’il vous plait, et le nombreux public encore présent prouve que ce n’est pas forcément – ou uniquement – pour No One qu’il est venu), Greg, Romain Alex et Morgan, toujours en chemises à carreaux (marque de fabrique proposée par, pas peu fier, votre serviteur autour d’une bière la veille du PMFF 2013) dévastent tout sur leur passage.

Parfaitement en place, occupant chaque centimètre carré de la scène, changeant de place à un rythme infernal, Wild Dawn sait ce que c’est que de tenir son public et développe une incroyable énergie qui dès le premier titre, Decay, fait comprendre à tous que ce soir, c’est grand soir.

Chaque album est exploré, même le dernier dont un titre est extrait (The Herd) qui accompagne à merveille les SAD, Plague of the century, Back on track, Bloody Jane’s shore ou autres indispensables Ain’t life grand et I’ve got the rock. Même si on l’aurait apprécié, il eut sans doute été malvenu, ou simplement ironique, pour Wild Dawn de nous jouer le traditionnel Now or never qui a ouvert nombre de concerts du gang…

Explosif, dantesque, énergique… Quel adjectif peut-il qualifier ce concert mémorable? « Garder le meilleur pour la fin » semble être le leitmotiv de la soirée. Au point que Wild Dawn s’offre même le luxe d’un rappel justifié et propose un Old School Machine pas joué live depuis… Bref, à soirée spéciale, concert plus spécial encore. Un de ceux dont on se souviendra. Une belle soirée, et sans doute l’un des meilleurs concerts de Wild Dawn auxquels j’ai pu assister.

Bravo, bon vent à tous les quatre et… Merci pour ces  dix années d’un rock n roll pur, dur et qui vient des tripes. Et pour ce concert d’adieux, véritable bouquet final d’un feu d’artifices.

La Wild Team