MILS: We love, we fight

Rock, France (Autoproduction, 2017)

Mils, c’est qui? Formé à Montpellier en 2008, Mils est déjà auteur d’un album, Man is a lonely soldier, paru en 2012. Le chant (un peu partagé sur le nouvel Ep), les intonations électro font la particularité du groupe qui explore différents horizons musicaux.

We love, we fight, ça donne quoi? Prog, rock, new wave, electro… les 5 titres de ce Ep – chanté dans un anglais enfin compréhensible! – évoquent autant Blondie (c’est flagrant sur Escape!) ou la new wave par ses touches électroniques que le metal extrême dans certaines parties vocales hurlées en fond (No Body, chanté par Duja), et plus généralement le rock aérien aux sympathiques envolées vocales. Le chant, cependant, reste clair, puissant et mélodique, principalement féminin malgré l’échappée mentionnée plus haut qu’il serait d’ailleurs intéressant d’expérimenter encore plus. C’est assez rare pour qu’on le remarque, la vision du rock que propose Mils sort assez des sentiers battus pour qu’on lui donne une véritable chance. Un projet qu’il faut aller défendre sur la route, et qui nécessite une confirmation via un album complet!

Note: 8/10

 

ONE LAST SHOT: Even cowboys have sundays

Heavy metal, France (Autoproduction, 2017)

One Last Shot, c’est qui? Groupe parisien formé en 2013 par une bande de potes, One Last Shot publie son premier méfait discographique – le Ep First gear – en 2015. Les 5 titres lui ouvrent les portes du Motocultor festival et le propulse en première partie des Spiritual Beggars…

Even cowboys have sundays, ça donne quoi? Dès le morceau d’ouverture, I’m a gambler, on sent cette envie d’en découdre, de se retrouver à la table des plus grands. La voix qui pue la cendre froide et le whisky, les guitares gui traficotent des riffs directs et sans prétention autre que celle d’aller droit au but, la rythmique qui se pose comme un mur de briques… Avec Even cowboys have sundays, One Last Shot intègre parfaitement ses amours musicales dans ses réalisations tout en se forgeant son identité sonore. Un bel hommage à Motörhead (ah, ce Join the club, ses changements de rythmes et sa double!), au rock sudiste, au thrash des débuts, au rock puissant et groovy qui s’écoute sur les routes désertes, cheveux au vent. On regrettera simplement une production un peu trop étouffée, qui gache un peu le résultat global. Et bien que OLS ne réeinvente pas le genre, le potentiel est là, volontaire, spontané et déterminé.

Note: 8/10

Sortie: avril 2017

DARKE COMPLEX: Point oblivion

Darke Complex, c’est qui? Formé à Houston en 2015, Darke Complex propose un metal moderne, teinté de sonorités rap et electro. Un esprit fusionnel et muliticulturel résolument d’actualité.

Point oblivion, ça donne quoi? Le premier album des Américains propose 12 titres explosifs, rageurs et variés. Le chant agressif est aussi mélodique que hurlé, les guitares bouillonnent d’impatience et les touches électroniques sont quasi omni présentes. L’ensemble évoque tout autant Linkin Park que Slipknot, c’est dire! On imagine volontiers Cameron séduit par ce disque pour en utiliser quelques extraits pour la BO d’un Terminator relooké! Bien que tout le monde n’apprécie pas forcément ces sonorités électros, force est de reconnaître que Darke Complex les intègre parfaitement à l’ensemble, puissante et déterminé de ce premier album, paru en Europe chez Spinefarm. Et ça non plus, ce n’est guère surprenant!

Note: 7,5/10

Sortie : le 21 avril 2017

Interview: BARE TEETH

Entretien BARE TEETH. Rencontre avec Titouan (guitare). Propos recueillis à Paris le 11 mai 2017

Metal Eyes vous a présenté il y a peu de temps le premier album des Français de Bare Teeth, First the town, then the world. Nous sommes logiquement allés à la rencontre des jeunes musiciens pour en savoir un peu plus sur cette ambition justifiée.

Metal-Eyes : Je découvre le groupe avec votre album, First the town, the the world, donc commençons de manière classiqeu : peux-tu me raconter l’histoire du groupe ?

Titouan : Tout à commence il y a deux ans et demi, quand je suis arrive à Lille. J’avais vu une annonce de quelqu’un qui cherchait à former un groupe. C’était Greg, notre chanteur dont la formation précédente s’est arrétée d’un coup. Il avait encore pas mal de compos qu’il souhaitait pouvoir exploiter, et l’idée était, sur la base de compos déjà existantes, de les réarranger afin d’en faire quelque chose. Je suis arrivé, il y avait déjà ces compos – il y avait un autre bassiste à cette époque qui est parti l’an dernier,  on a trouvé depuis Tom. Et Jérôme nous a aussi rejoints à la batterie, après plusieurs changements, là aussi – et c’est comme ça qu’on a commencé à travailler sur ces compo. Chacun a amené sa patte, et on a aussi commencé à composer tous ensemble. Et cet Ep sort maintenant dans une semaine, le 19 mai.

Metal-Eyes : Quelles sont vos influences principales?

Titouan : On a tous une base commune, le punk des années 90 qui nous a réunis pour ce projet de groupe.

Metal-Eyes : C’est un peu vaste comme style, quells groups plus particulièrement?

Titouan : plutot le skate punk, No FX, Propagandy et les grands un peu clichés, Sum 41, Blink 182 qu’on écoutait quand on était ados… Une musique qui nous parlait et qu’on aime faire… bad Religion, The Offspring, arrangé à notre style. J’avais commencé le metal, quand j’étais jeune, avec le hardcore, et, curieusement, le hip hop.

Metal-Eyes : Pourquoi “curieusement”?

Titouan : C’est peut-etre pas ce qui se resent à l’écoute de ce qu’on fait…

Metal-Eyes : On voit cependant pas mal de groups qui mélangent les genre et le résultat est probant… Quelle a été ton education musicale? Y avait-il beaucoup de musique à la maison, as-tu pris des cours?

Titouan : C’est marrant: en fait, mon père m’a fait écouter du rock quand j’étais tout petit. Il m’a fait écouter Hendrix quand j’avais 4 ans, il aimait tout le rock vintage des années 60, 70. Mais bon, jouer de la musique ? J’y comprenais rien, j’aimais bien en écouter m’ai-je n’avais jamais envisagé d’en jouer. J’étais nul en éducation musicale (rires). Et un jour, à l’aube de l’entrée au lycée, avec deux de mes meilleurs amis on s’est dit « allez, on achète tous un instrument et on essaie de faire quelque chose ! »On a chopé deux guitares et une basse, on a fait un groupe, on est parti de zéro et c’était absolument atroce au départ ! Mais on a appris à jouer ensemble, on s’est soutenus les uns, les autres et voilà où on en est aujourd’hui.

Metal-Eyes : Donc c’est plus une auto motivation, autodidacte par la motivation des autres…

Titouan : Tout à fait. J’ai pu prendre plus tard des cours pour consolider certaines choses, pour comprendre te aller un peu plus loin dans la musique – des gammes de guitares et des trucs comme ça – mais au final, je ne saurai pas lire une partition.

Metal-Eyes : Sur le disque, vous êtes mentionnés, Greg, Tom et toi à la guitare et la basse et au chant. Vous vous êtes partagé le chant ?

Titouan : Pour cet Ep, Greg est chanteur principal. Il n’y a pas, à ma connaissance, de partie où Tom et moi chantons seuls. On fait les chœurs, mais à l’avenir, on envisage d’avoir une répartition plus égale des voix.

Metal-Eyes : Vos dents, elles sont longues comment, pour appeler ainsi votre disuqe : « d’abord la ville, ensuite le monde » ?

Titouan : Moi, j’ai des petites dents mais aussi des ambitions ! C’est un peu le délire de l’album. Même si on joue dans des bars maintenant, on n’envisage pas forcément des stades dans 5 ans, mais un bar à l’autre bout du monde, pourquoi pas ?

Metal-Eyes : C’est quoi « l’autre bout du monde » ?

Titouan : Le Japon, ça peut être sympa… On a potentiellement des contacts pour y jouer, donc on va creuser.

Metal-Eyes : Qu’avez-vous mis dans ce Ep qui, pour moi, est plus proche d’un album – 7 titres et 1 bonus…

Titouan : Il est vrai… On a mis toutes nos compos qu’on pense être abouties. On a d’autres compos en ce moments mais pas terminées, donc on préfère celles dont on est sûrs, et ça fait un petit format abordable. Peut-être que ça nous permettra de sortir à nouveau quelque chose biebntôt plutôt que de devoir attendre longtemps. Le but était de sortir un peu plus qu’un Ep, pas forcément un album, qui ait du bon contenu, dans un format beau et abordable.

Metal-Eyes : En tant que groupe, il y a une certaine unité j’imagine. Quelle pourrait être la devise de Bare Teeth ?

Titouan : Ah, c’est une excellente question ! C’est la première fois qu’on me la pose ! Quelle pourriat être notre devise ??? Ca va pas être sérieux du tout (il réfléchit longuement)

Metal-Eyes : On y reviendra après, alors ! En attendant, une question qui fâche : c’est quoi ce machin (je lui tends le livret du CD) : 4 pages, il n’y a même pas vos photos, un gars comme moi, même avec mes lunettes, j’ai du mal à lire tellement c’est petit…

Titouan (un peu gêné) : C’était pratique. Ce n’est pas la première fois que je vois ça, un livret avec uniquement les paroles, et si les gens veulent voir nos tronches, ils peuvent venir en concert !

Metal-Eyes : C’est pas faux, ou alors aller sur votre site sur lequel il n’y a rien ! J’y suis allé tout à l’heure, et ça m’a sorti une « erreur 500 »…

Titouan : Ah oui ? Le facebook fonctionne, lui, mais c’est bien de me le signaler, on va y remédier. Je vais le signaler à notre chef informaticien. La plupart de notre activité se passe cependant sur Facebook.

Metal-Eyes : Tu parlais à l’instant de concerts. Un groupe de rock, un disque, ça se défend sur scène. Quels sont vos projets en la matière ?

Titouan : On a déjà donné pas mal de concerts dans notre région. On a un show en juin et une tournée – 6 jours sur 7 – au Royaume Uni. On va parcourir du sud au nord, et on revient en Belgique en juillet. Après, on a tous des indisponibilités pendant la période estivale – on va lever le pied. On revient en septembre dans la région lilloise et en Belgique, et on prévoit une tournée plus conséquente à partir de novembre. Qui devrait concerner l’Europe en général.

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un seul titre de First the town then the world pour expliquer ce qu’est Bare Teeth à quelqu’un qui ne vous connait pas, ce serait lequel ?

Titouan : Le plus simple, ce serait Parted ways. D’abord parce que c’ets celui qui vient de sortir en clip, et aussi parce que c’est celui qui est le plus représentatif de ce style punk des années 90 : des rythmes rapides, beaucoup de voix, d’harmonies vocales. Il me semble que c’est celui qui représente le mieux notre entité du moment.

Metal-Eyes : Revenons à votre devise : as-tu pu y réfléchir ?

Titouan : J’en ai presqu’une… Non, c’est ridicule ! (Il réfléchit de nouveau) Ce serait une devise de tournée, un truc débile : « des bières, des bifis et Mozinor! ». On adore ses parodies sur internet !

 

BROTHER FIRETRIBE: Sunbound

Hard FM, Finlande (Spinefarm, 2017)

Brother Firetribe, c’est quoi? Formé en 1989 en Finlande, Brother Firetribe est un groupe de hard rock FM/AOR qui publie aujourd’hui son quatrième album studio (False metal en 2006, Heart full of fire en 2008, Diamond in the firepit en 2014 et ce Sunbound en 2017, ainsi qu’un Live at the Appolo en 2010)

Sunbound, ça donne quoi? C’est simple: les 12 titres de ce nouvel album nous renvoient aux meilleures heures du hard FM, de l’AOR au son léché et aux mélodies langoureuses et néanmoins imparables. Ce rock radio friendly qui fit les beaux jours de MTV. On y trouve tout: des références évidentes – l’hommage à Lemmy et Prince sur Indelible heroes, le clin d’ oeil au Eye of the tiger de Survivor avec Taste of a champion, les clichés par légions entières et totalement assumés (Give me tonight, Heart of the master ou Restless heart). La production propre et passe partout évoque autant Bon Jovi que Night Ranger, Winger, Poison ou Europe (cf. la ballade sirupeuse Shock), et le groupe met aussi en avant les cordes et les orchestrations qu’il aime ( Phantasmagoria). Brother Firetribe voit les choses en grand format et atteint parfaitement son objectif avec Sunbound , celui de remettre au gout du jour, avec brio et élégance, un genre loin d’être has been.

A noter : Brother Firetribe sera à La Maroquinerie de Paris pour une de ses trop rares apparitions françaises le 19 octobre 2017!

ANTIGONE PROJECT: Stellar machine

Progressif, France (Autoproduction, 2017)

C’est un voyage stellaire, et donc spatial, auquel nous invite Antigone Project, groupe formé au début des années 2000 par le chanteur et multi instrumentiste Frédéric Benmussa. Le voyage sonore nous entraîné au confins des sonorités rock, progressives et électro. Le chant presque mélancolique nous replonge au cœur de la New wave des années 80, un genre que je n’ai jamais aimé. Cependant, cette impression mise à part, force est de reconnaître que c’est construit, réfléchi et abouti. l’ensemble est solide, sinon immortel comme l’était, selon la mythologie grecque, l’âme de la fille qu’Oedipe, roi de Thèbes, eut avec sa propre mère, Jocatse. poison, qui introduit le disque avec force sons électroniques (qui évoquent les transmissions radios vers l’espace) voit guitares et batterie s’embrasser. Puissant, le titre est également, par le chant, mélancolique. Contrairement au joyeux et dancefloor Schizopolis. L’étrangeté de Mantra nabulae au guitares saturées et agressives est contrebalancé par le souffrant et langoureux Raphe nuclei. explorant l’univers de sons inhabituel, Antigone Project dérange autant qu’il peut fasciner.

Note : 7/10

HELL OR HIGH WATER – Vista (version chantée!)

Certains ne manqueront pas de remarquer que cet album a déjà été chroniqué et ils ont raison… Seulement, l’exemplaire de Vista, le dernier album de Hell Or High Water, reçu par www.metal-eyes.com comporte un léger oubli: le chant. une erreur de pressage du label que nous devons ici réparer. Alors, musicalement, je ne referais pas la chronique et vous invite à la relire (http://metal-eyes.com/hell-or-high-water-vista) et vous propose plutôt une relecture de ce joli Vista AVEC le chant. Fondamentalement, bien sûr, ça ne change pas. L’esprit musical, les riffs et les mélodies sont naturellement identiques. Cependant, la chaleur et la puissance vocale, les aspects très actuels du chant font de Vista un disque moderne, entraînant sinon envoûtant. Hell Or High Water, avec ou sans chant, nous invite à un voyage sonore varié, à explorer des univers différents; une belle réussite.

Note : 8/10

M.F. CREW: First ride

Hard rock, France (Autoproduction, 2017)

M.F. CREW, c’est qui? C’est un quatuor français qui pratique un hard rock groovy , déjà auteur d’un EP et justement remarqué lors du PMFF VI de janvier 2017.

First ride, ça donne quoi? Ces gars ont vraiment le sens du groove. Ce son metal, gras et biéreux, qui rappelle le bon gros hard US qui bouge et qui fait bouger. Ne serait-ce une pointe d’accent dans le chant, on ne pourrait a priori imaginer le quatuor M.F. Crew originaire de chez nous. Ne serait-ce, aussi, cette Intro de 4 gars qui discutent en français – pour ne pas dire grand chose, en vérité – avant d’attaquer les séances studio. Ensuite, c’est la poudre qui parle. Old friends, Paris is burning, No way in hell nous montrent un groupe inspiré par la puissance de feu de Metallica ou de Pantera, la voix grave et profonde de Boris est tout en puissance. Les riffs  développés par Boris et Couanos évoquent autant le hard rock US d’Ozzy ou, de fait, de Black Label Society que le heavy metal européen, ou le plus récent stoner. Ce First ride est varié, plein d’humour (euh, c’est quoi ce morceau Last beer(part 1) qui n’a pas de suite???), festif et compact (malgré un léger moment moins inspiré à mi parcours) et, je suis désormais impatient de voir de nouveau le groupe live. Un premier album très prometteur.

Note: 8/10

Sortie: le 23 mars 2017

Interview: DRAGONFORCE

Entretien DragonForce. Rencontre avec Frédéric Leclercq (basse). Propos recueillis à Paris le 4 avril 2017

Metal-Eyes : Revenons un peu en arrière, au mois de juin dernier. Si je me souviens bien, tu fêtais ton anniversaire lors du passage de DragonForce au Hellfest et tu as invité le public à venir boire des bières avec toi. Tu as fini dans quel état ?

Frédéric Leclercq : En fait, je ne suis pas ressorti… On a juste fait une séance de dédicaces, les gens m’apportaient des bières, j’avais déjà commencé avec d’autres choses dans les loges et je n’étais pas super clair. En fait, pendant trois jours, on n’a pas été très clairs avec ma copine. Et on est reparti, on a continué… C’est un peu traditionnel : on fête ça là bas, et ensuite on continue sur Paris. Là, on est allés au resto, on s’est fait, je crois, une raclette…

Metal-Eyes : En plein été, pas mal !

Frédéric Leclercq : Ah, j’avais envie d’une raclette, c’est mon anniversaire, je fais ce que je veux ! C’était bien lourd, bien comme il faut. Je ne suis jamais très clair quand je suis au Hellfest !

Metal-Eyes : Parlons de votre album. Je n’ai pas encore écouté une seule note de ce  disque…

Frédéric Leclercq : C’est dommage…

Metal-Eyes : C’est dommage, mais ça va venir. En revanche, ça va te donner l’occcasion de jouer le VRP pour DragonForce et de m’expliquer ce qui fait qu’en sortant d’ici, dès la sortie de l’album j’irai l’acheter.

Frédéric Leclercq : Alors, pourquoi ? Pourquoi vas-tu l’acheter ? Euh… C’est pas évident, je ne vais pas te forcer la main…

Metal-Eyes : Donne moi envie, c’est tout !

Frédéric Leclercq : ouais… il est bien, j’ai tout composé ! J’ai composé les ¾ de l’album. Il y a 11 morceaux sur la version normale, et j’en ai composé 8 et 1 en partenariat avec Sam. Du coup, j’ai un peu cassé le moule de DragonForce, là où avant c’était tout le temps des morceaux rapides de A à Z. J’ai fait un peu ce que je voulais et comme je ne suis pas fan de power metal à la base, je suis plus allé chercher dans le metal traditionnel, le thrash ou le death, et du coup, avec la personnalité forte des autres musiciens, ça reste du DragonForce. C’est ce qui est bien : on a réussi à faire quelque chose d’homogène, sans que ça parte dans tout les sens. C’est homogène, tout en étant plus varié qu’avant, et honnête au niveau la démarche. Je me suis fait plaisir, aussi, avec telle partie qui me rappelle Fear of the dark, telle autre m’évoque un morceau d’Annihilator… J’ai écrit un long morceau, Edge of the world, qui est pour moi une sorte de condensé, comme Seventh Son, ou des morceaux de Cradle ou My Dying Bride… J’ai réussi à amené ça au sein du groupe. Ce morceau commence et se termine par une intro et une outro acoustique, un peu comme l’album Seventh son. Je suis allé chercher dans mes premiers amours du style, du metal pour remettre ça dans un album avec la production actuelle et les musiciens de DragonForce. Je pense que le résultat est vraiment bien donc achète le s’il te plait ! (rires)

Metal-Eyes : Il s’est écoulé trois ans entre vos deux derniers albums, un peu plus que d’habitude. Tu viens de donner une partie de l’explication – une nouvelle façon de composer – mais y a-t-il eu autre chose, un coup de flemme, un manque d’inspiration ?

Frédéric Leclercq : Non, non. On est partis en tournée assez longtemps pour l’autre album, on a sorti le best-of…

Metal-Eyes : … et le live.

Frédéric Leclercq : Et le live. Tout ça dure assez longtemps. Tu tournes, tu rajoutes des concerts, il faut trouver le temps que le producteur soit disponible, aussi, ce n’est pas que nous. Après il y a tout un processus de promo qui doit se mettre en place avant la sortie de l’album… En ce qui me concerne, l’inspiration est venue assez facilement, même si c’était à une période où j’étais assez occupé puisque j’ai mon autre groupe, Sinsaenum, je tourne avec Loudblast en ce moment, ensuite il y a un tribute à Massacra, je travaille sur un autre album de Sinsaenum… J’ai plein de musique en tête, mais là, il nous fallait simplement un peu de temps entre Maximum overload et Reaching into infinty, qui a été composé en 2015, enregistré en 2016 et qui sort là, en 2017. On a été plutôt vite, en fait.

Metal-Eyes : L’évolution dont tu parlais et dont tu es en grande partie responsable a été, j’imagine, sujet de discussions avec les autres membres du groupe, mais comment ça a été accepté par votre label ?

Frédéric Leclercq : Ils n’ont aucun regard sur la musique. On n’a jamais eu de remarque d’un label ou d’un autre concernant nos choix artistiques, et c’est établi dès le départ : « on fait notre musique, foutez-nous la paix et occupez vous de votre métier ! » On a notre propre maison de disque et on travaille en licence avec Metal Blade aux Etats-unis, E.a.r. music en Europe, et ils ont tous apprécié l’album précédent sur lequel j’avais commencé à tout co-composer avec Sam. On commençait déjà à prendre la direction actuelle. Maximum overload a reçu un excellent accueil public et critique, du coup ils étaient content et je crois qu’ils le sont encore. Je n’ai pas discuté avec eux des morceaux, ils ne m’ont pas dit s’ils aiment ou pas… Mais ça ne m’intéresse pas trop de savoir ce qu’ils en pensent. Eux, ils faut qu’ils fassent leur travail de presse, qu’ils défendent l’album… Leur boulot c’est ça, même s’ils n’aiment pas. Ce n’est pas à eux de nous dire qu’on aurait dû faire ça différemment. Je leur poserais la question quand même.

Metal-Eyes : Tu disais avoir composé la majeure partie des morceaux…

Frédéric Leclercq : Et Sam a composé le reste, oui.

Metal-Eyes : Quel est le rôle des autres dans la conception de l’album ?

Frédéric Leclercq : Au niveau de la musique, je compose tout de A à Z puisque je joue de divers instruments. En enregistrement, je joue aussi la guitare rythmique parce que je sais ce que je veux et que ça va prendre plus de temps… La batterie, je la programme, pour le clavier, j’ai quelques idées, mais chacun apporte sa touche. Pour les solo, pareil, j’ai des idées mais… je note « solo, là » et démerdes-toi ! Pour les paroles, j’ai quelques idées et on les peaufine avec Marc, le chanteur ; on commence toujours par la musique, j’ai les bases, définies le plus près possible du résultat final, et chacun apporte sa touche.  Quand il s’agit de musique, j’aime quand c’est travaillé. Mais il ne faut pas être buté non plus, c’est pour ça que c’est bien de travailler avec un producteur : c’est lui qui te dit quand on coupe, quand ça passe pas. Edge of the world, qui dure 11’, était plus long à la base, et notre producteur nous a fait comprendre que cette partie n’apportait rien, n’avait pas lieu d’être. J’accepte aussi la critique quand elle est constructive.

Metal-Eyes : Tu parlais de ce que tu a ajouté à cet album, un peu moins de vitesse pour de la vitesse, plus de mélodie, mais comment, en dehors de ça, comment décrirais-tu l’évolution entre vos deux derniers albums ?

Frédéric Leclercq : Entre Maximum overload et Reaching into infinity ? C’est un peu ça, un passage à mes influences et celles de Sam, un peu dans une écriture à 4 mains – ou à 2 mains – 2 personnes qui co-écrivent. L’évolution est surtout dans le fait que j’ai eu quartier libre. Ça reste du DragonForce à l’ancienne, mais avec encore plus d’éléments nouveaux. L’ancien apparait sporadiquement, principalement dans les morceaux que Sam à composés, du coup, c’est rafraichissant, parce que là où c’était tout le temps comme ça, maintenant, il n’y en a que deux, de ces titres rapides.

Metal-Eyes : Donc DragonForce est un groupe qui continue d’évoluer même s’il reste dans un certain carcan que l’on reconnait.

Frédéric Leclercq : Oui, on reconnait bien. Mais je pense qu’il est important de tester de nouvelles choses et d’explorer de nouveaux horizons. Pour nous, parce que c’est important de se faire plaisir, même si on reviendra peut-être à ce que l’on faisait avant… Des morceaux rapides de 5’, on l’a fait sur tous les albums, on n’a plus rien à prouver aux gens à ce sujet. C’est plus intéressant pour nous d’apporter du prog, du death… Et le chant a évolué aussi. Avant, Marc chantait, mais n’interprétait pas forcément. Tu sais, à la Dickinson sur 22 Accacia avenue, quand il chante « madness, sadness », il le vit, et je voulais que Marc interprète vraiment. Avant, ce n’était pas possible tellement c’était rapide. Ça ferait schizo… (rires) Il n’y avait pas la place pour ça. Maintenant, on a ralentit le tempo sur certains morceaux, et le faire vivre les paroles, ou le faire chanter un peu plus thrash, ou encore une partie totalement death. Sa palette de voix s’est vraiment ouverte, et je pense que pour les fans c’est une bonne surprise. Tu vois, là je te le vends bien l’album (rires) !

Metal-Eyes : Justement, si tu devais ne retenir qu’un seul titre de Reaching into infinity pour expliquer ce qu’est DragonForce aujourd’hui, quell serait-il?

Frédéric Leclercq (il réfléchit longuement): Le réduire au long morceau qui est atypique, ce serait prendre un risqué, parce qu’on n’est pas que ça… Peut-être, c’est un morceau qui me tient à cœur… C’est pas évident… Peut être Curse of darkness, mais ça montre un seul côté du groupe. Je pourrais t’en citer plusieurs, mais un seul, c’est difficile, parce qu’ils ont chacun leurs particularités, quelque chose qu’on avait déjà développé sur l’album précédent. Des côtés très mélodiques qu’on avait développé pour le Japon, Astral empire c’est bien, j’y ai mis un passage à la Annihilator (avec l’accent) – maintenant je vais tout faire avec l’accent (rires) – mais ça ne se résume pas qu’à ça… Je pourrais te citer un des morceaux de Sam, mais il n’y en a plus tellement des comme ça. Par contre, les morceaux que j’ai composés, c’est pas évident de n’en sortir qu’un seul.

Metal-Eyes : Quel est le plus surprenant comportement de fan dont tu ais été témoin à ton encontre ou à celle du groupe ?

Frédéric Leclercq : Il y a une fille qui avait raconté que le chanteur l’avait violée. Elle nous envoyait des lettres, puis, après, des emails, et elle était clairement timbrée, le chanteur ne lui avait rien fait mais elle était persuadée de ça. C’était aux Etats-Unis, elle nous envoyait des lettres. On arrivait aux salles de concerts et on nous disait « tenez, vous avez une lettre de XXX ». On était un peu surpris, on se demandait ce qu’elle avait mis dedans. Après, on n’en a plus entendu parler mais on a su qu’elle était dans un asile en Angleterre, soi-disant, et elle disait « sortez-moi de là ! Je n’ai accès à mes emails que… ils m’ont tout pris, mon argent, je suis bloquée là… » C’était flippant. Je n’y pense plus trop maintenant, mais à l’époque, je me souviens qu’on se demandait si on avait eu des nouvelle de, comment elle s’appelait ? Nadia ! On jouait et on repérait quelqu’un dans le public « putain, t’as vu, on dirait que c’est elle ! » Donc, ça c’était assez bizarre. Bizarre et pas rassurant pour le coup. A part ça, le reste du temps, les gens sont gentils, il y en a qui veulent qu’on leur signe leur cul ou leurs couilles, c’est déjà arrivé, pas à moi, en règle générale, c’est Sam qui signe des trucs comme ça. Il demande, je crois. Des gens qui se marient sur scène, mais ça a déjà été fait avec d’autres groupes, donc c’est pas très original. Des Japonaises qui te suivent partout en ville, qui restent derrière toi. Je me souviens, il y a quelques années, deux Japonaises, des fans, m’ont demandé si elles pouvaient venir avec moi. Oui. Mais je pensais qu’elles allaient m’accompagner, à côté, être avec moi et me montrer. Je connais bien Tokyo mais pas si bien, avec des Japonais, c’est toujours plus intéressant. Mais elles restaient 3m derrière. Je m’arrêtais, je me retournais et elles s’arrêtaient. Jacadi, tu vois (rires). C’est bizarre, mais c’est le Japon.

Metal-Eyes : Et qunad ils te reconnaissent dans la rue, ils te disent quoi ?

Frédéric Leclercq : C’est toujours la même chose : ils veulent discuter un peu, que je signe un truc. Il y en a qui me lancent des bonbons, d’autres qui veulent faire une blague. Des fois c’est drôle, d’autres fois, c’est pas drôle… Si, une fois, il y en a un, c’était pas un fan, c’est un pote qui me l’a présenté, « voilà, c’est Fred de DragonForce… Ah ouais, DragonForce, j’aime pas, c’est de la merde ce que tu fais ». Ce jour là, c’est pas passé, alors qu’en général, je suis quelqu’un de calme. Je lui demandé « tu fais quoi comme métier ? » Il était, je sais plus, contrôleur des impots ou un truc comme ça. Je lui ai dit « tu vois, je vais pas te dire que ton métier c’est de la merde alors que c’est vraiment ce que je pense. Mais c’est vraiment impoli, ce que tu fais, on ne se connait pas, tu te pointe et tu te permets de critiquer quelque chose alors que ça ne m’interesse pas avec ta petite vie… » j’étais vraiment en colère, au point que le mec s’est excusé. Après on a bu des coups mais ce qui m’énerve c’est que les gens viennent te voir parce que ce que tu fais est d’ordre public et ils se permettent de t’insulter. Jamais je n’irais voir un barman, par exemple, et lui dire « bonjour, juste pour vous dire que votre métier il est vraiment à chier ! ». J’avais trouvé ça très con.

Metal-Eyes : Une dernière chose : quelle est la meilleure question qu’on t’a posée aujourd’hui ? A part savoir ce que tu veux pour le déjeuner…

Frédéric Leclercq : Aujourd’hui ? Ah, c’est Christian Lamet qui m’a demandé ce que je ferai si je devais faire une compilation de reprises. Parce qu’il sait que j’écoute beaucoup de chanson française. Ça m’a permis de m’évader du metal et de parler d’Alain Chanfort, et d’autres. Même si je fais beaucoup de metal, finalement, quand je rentre chez moi, j’aime écouter d’autres choses. J’ai toujours ma base, bien sûr, et ce qui se fait aujourd’hui ne m’intéresse absolument pas. Je trouve que la scène actuelle est une resucée de tout ce qui se faisait avant, et j’ai vraiment plaisir à écouter du Chanfort. Les gens s’arrêtent à Manureva, mais il a fait au débt des années 80 une paire d’albums vraiment bien et j’écoute ça pour varier les plaisirs. J’aime pouvoir parler de ça, et j’aimerais que le metalleux ne soient pas fermés comme beaucoup de gens que je connais encore et qui sont comme ça. Surtout les jeunes, ça change un peu en grandissant. Les gens qui vont au 70.000 tons of metal, la croisière metal, c’est du metal tout le temps. Pour eux c’est génial parce qu’ils ne font ça que3 jours dans l’année, mais pour moi, c’est tous les jours. Je pète un plomb, donc je m’évade. Voilà c’est le mot de la fin : écoutez Alain Chanfort !

 

ULTRA VOMIT: Panzer surprise!

Metal délirant, France (Verycords, 2017)

Ultra Vomit, c’est qui? Ultra Vomit, c’est un groupe de metal dingue, formé en 1999 à Nantes et auteur de trois albums: M. Patate en 2004 et Objectif: thunes en 2008. Comment ça, ça fait que 2? Et ce Panzer surprise, qui est sorti le 28 avril, ça fait 3, non? Faut suivre un peu…

Panzer Surprise! ça donne quoi? Eh bien, c’est une collection de 22 titres complètement barrés. Si Ultra Vomit a, à ses débuts, souvent été assimilé à la scène grindcore, les Nantais proposent avec ce troisième album – 9 ans de réflexion, quand, même, un clin d’oeil au film avec Marilyn Monroe? – un metal qui ratisse large et, surtout, donne une patate d’enfer. Entre parodie et humour potache, le groupe se – et nous – fend la poire à coup de Kammthar (à la Rammstein, en allemand, svp), Un chien géant (on s’y trouve tous, après tout) ou japoniaserie assumée (Tokoyaki), voire référence du film de SF (E-Tron (digital caca)). Le groupe lorgne ouvertement du côté de Gojira et Calogero (Calojira), Pantera (le très punk Pink Panthera)… bref, sur fond de délires pas minces du tout, de thrash, punk, heavy, Ultra Vomit nous offre un album aussi délirant que les dessins animés d’où sa pochette est inspirée. Alors un conseil, ne ratez pas leur passage près de chez vous, Ultra Vomit tourne jusqu’en décembre. Rendez-vous est pris pour Metal Eyes au Hellfest le 17 juin!

Note: 7,5/10

Sortie: le 28 avril 2017, c’est écrit plus haut, mardalors!