Interview: ORKHYS

Interview ORKHYS: entretien avec Laurène (chant, harpe) Propos recueillis par téléphone, le 2 octobre 2020

Metal-Eyes : Comment se passe cette journée promo, Laurène ?

Laurène : Très bien. C’est un peu une concrétisation puisqu’on présente notre projet. Ca fait quand même deux ans qu’on travaille sur ce groupe, Orkhys, et, je ne le cache pas, il y a une petite fierté à montrer notre travail et à en parler.

 

Metal-Eyes : Tu dis que ça fait deux ans que vous travaillez sur ce projet. Alors, sortons un peuy des sentiers battus : peux-tu me raconter l’histoire d’Orkhys ?

Laurène : Effectivement, on ne m’a jamais posé cette question ! J’étais dans un autre groupe de metal symphonique et suite au départ du guitariste, on a recruté quelqu’un d’autre. C’est comme ça que Brice a intégré Nepenthys. Il nous a dit qu’il était aussi intéressé par nous présenter ces compositions et s’il était envisageable de les intégré au groupe.

 

Metal-Eyes : Naturellement, j’imagine, vous lui avez répondu « sûrement pas ! »

Laurène : Voilà, « Sûrement pas, ça doit être nul ». Non, pas du tout ! On avait déjà un compositeur dans le groupe qui a super bien accueilli Brice et moi, j’ai vraiment eu un coup de cœur énorme pour ses compos et je me suis dit… En fait, il regroupe plein de choses que j’aime bien, des riffs de groupes que je n’écoute pas forcément, mais ça fonctionne super bien. On s’est demandé quel intérêt il y avait à garder l’autre groupe. Il n’y avait plus aucun membre fondateur, ni aucun de ceux qui avaient enregistré l’Ep. Alors plutôt que de recommencer à communiquer autour du nom de Nepenthys, il y avait un changement identitaire et musical. On faisait fausse route, il fallait que ce soit notre identité. Le groupe était dans un univers complètement différent, ce qui nous a poussé à créer Orkhys, fin 2017 il me semble. On a travaillé sur ce projet, on a cherché un batteur et un bassiste et on a trouvé Jean-Yves à la batterie et Lancelot, à la basse, qui est, à la base, un ami de Brice.

 

Metal-Eyes : Vous sortez maintenant votre premier Ep, The awakening, le réveil.

Laurène : Oui. C’est tout récent… On a fait notre release party le 25 septembre. On a présenté notre Ep à la scène metal et aujourd’hui il est disponible physiquement sur notre bandcamp et en version digitale sur les plateformes de streaming.

 

Metal-Eyes : Pourquoi avoir choisi le format 3 titres ? Ce n’est même pas un Ep, c’est plus un single…

Laurène : C’était une volonté de notre part parce que ça faisait déjà deux ans qu’on travaillait sur ce projet, on avait ces trois morceaux de prêts, et on avait envie de donner un avant goût , tester l’audience et voir si notre vision de la musique était partagée par d’autres personnes, si c’était bien accueilli par les gens. C’était notre décision d’y aller petit à petit. Lancelot, Brice et moi, on est des « petits-bleus », des nouveaux et on ne s’y connait pas vraiment en enregistrement. On est assez prudents. On préfère faire petit mais bien plutôt que de voir troip grand et risquer d’être mangés par notre volonté.

 

Metal-Eyes : Comment décrirais-tu votre musique pour quelqu’un qui ne vous connais pas du tout ? Tu as parlé de metal symphonique, et je te rejoins entièrement, mais ce n’est pas tout…

Laurène : C’est très difficile, on s’est posé la question. Dans quelle catégorie nous classer ? Je ne sais toujours pas… En fonction des gens, de leur background musical, chacun va écouter, entendre des choses complètement différentes. Certains aujourd’hui vont nous classer dans du metal complètement symphonique, « pu », d’autres vont dire que c’est du metal mélodique, du heavy metal mélodique, et d’autres vont nous dire que c’est du thrash black celtico-pagan folk médieval…

 

Metal-Eyes : Peut-être avec une petite touche de disco new wave, non ?

Laurène (elle réfléchit, je ris) : Peut-être… C’est la première fois qu’on me dit ça…

 

Metal-Eyes : Je rigole… Tu as mis tellement d’étiquettes d’un coup qu’il fallait bien en rajouter un peu…

Laurène (elle rit franchement) : Ah, je préfère, j’étais en train de me poser des questions…. « Mais où on aurait pu trouver ça ??? » Tu m’as bien eu là ! Ce qu’on aime dire, c’est qu’on joue du metal mélodique, et qu’on a des influences un peu partout, on n’a pas envie d’être catalogués. On fiat la musique qui nous ressemble, c’est tout. On n’est pas des gens bornés, on écoute vraiment beaucoup de choses et notre musique est assez variée.

 

Metal-Eyes : Il y a aussi la particularité que ces 3 titres ne sont pas calibrés pour les radios – le plus court ne dure « que » 5’. C’est un choix délibéré que de vous bloquer ce type d’outil promotionnel ?

Laurène : Ce n’est pas un choix délibéré… On est au service de notre musique, et on ne veut pas la mettre dans une boite. Brice nous dit parfois qu’il est désolé, que le morceau est encore long, mais qu’il ne souhaite enlever aucun des passages, sinon l’histoire est incomplète. Il compose en fonction de ce qu’il ressent. Si une histoire a besoin d’autant de temps pour être racontée, ce n’est pas à nous de la couper. Elle est comme ça, un point c’est tout.

 

Metal-Eyes : Brice est donc le compositeur. Qui s’occupe des paroles ?

Laurène : C’est moi.

 

Metal-Eyes : Donc vous travaillez tous deux main dans la main pour pouvoir écrire ces histoires…

Laurène : Oui. Brice compose, il nous soumet ses compos sous forme de maquette et on lui fait un retour, si la compo nous plaît, s’il y a des choses qu’on aimerait revoir ou améliorer. J’écoute énormément les morceaux, je les passe en boucle et je vois ce que ça m’inspire, quelles images me viennent à l’esprit. Et je construis l’histoire et les paroles sur la composition de Brice.

 

Metal-Eyes : Et de quoi parles-tu ?

Laurène : De ce qui me touche, mais aussi de contes et de légendes qu’on a pu me raconter quand j’étais plus jeune. Le premier morceau, The end of lies, c’est un titre révolutionnaire », il parle d’un peuple à qui j’ai envie d’ouvrir les yeux, de dire à chacun « regarde autour de toi, regarde ce qu’il se passe ». Il y a un moment où il faut prendre les armes, se battre pour notre dignité, pour ce en quoi on croit… Guardians, on part sur complètement autre chose : je parle des anges gardiens. Là, c’est une interprétation qui est propre à chacun, en fonction de sa sensibilité, de sa spiritualité, on peut l’interpréter, que ce soit des personnes de chair ou des êtres de lumière, de différentes manières : ces êtres qui sont là, près de nous pour nous guider tout au long de notre vie, nous accompagner, nous faire grandir…Rest of the graves c’est l’histoire d’un homme blessé au combat et qui est en lutte contre lui-même parce qu’une part de lui a envie de lâcher, d’abandonner, de se laisser mourir et l’autre partie de lui dit qu’il a une famille, qu’il doit continuer, encore, parce qu’il a encore des choses à faire.

 

Metal-Eyes : Quelles sont vos influences principales ?

Laurène : Oh, il y en beaucoup ! Je pense que les plus grandes sont Iron Maiden, Nightwish, il y a aussi Kreator, Annihilator, pour la partie metal et une grande partie de musique celtique, et aussi de la musique classique. Pour le black metal, il y a Moonsorrow, un énorme coup de cœur pour Brice et moi.

 

Metal-Eyes : J’ai l’impression en t’écoutant qu’il y a un duo de base, Brice et toi. Quel est votre rapport avec les autres, quel est leur apport ?

Laurène : C’est un rapport amical. En fait, Orkhys c’est une bande de potes. Brice et Lancelot se connaissent depuis plus de dix ans, ils étaient à l’école ensemble et c’est la musique qui les a réunis. Lancelot, je l’ai connu via Brice et il est devenu un ami avant d’intégrer Orkhys. Après, musicalement, c’est vrai que le duo Brice/Laurène fonctionne assez bien… Panpan, le batteur, apporte sa patte puisqu’il n’hésite pas à donner son avis et faire des propositions à Brice, pareil pour Lancelot. On dit souvent que la démocratie dans un groupe, ça n’existe pas, je ne suis pas d’accord. Brice, en tant que compositeur a une importance capitale, mais tous les choix que l’on fait sont validés à 4.

 

Metal-Eyes : J’imagine donc que si certains membres du groupe ne sont pas d’accord avec une compo, n’accrochent pas, vous en parlez et certaoines choses peuvent être modifiées ?

Laurène : En fait, ça nous est arrivé une fois. Brice a proposé une compo et pour le coup, c’est moi qui lui ai dit… « Elle est très bien ta compo, mais elle n’est pas dans l’esprit d’Orkhys ». C’est étonnant parce qu’on joue une musique assez vaste, mais il l’a accepté et l’a mise sur sa chaine Youtube. Je pense qu’on apprécie vraiment le travail de Brice et qu’on est tous en cohésion.

 

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un titre de cet Ep pôur expliquer à quelqu’un ce qu’est Orkhys, ce serait lequel des trois ?

Laurène : C’est compliqué… C’est aussi une des raisons qui font qu’on a choisi ce format : ces trois morceaux résument assez bien ce qu’il y a dans Orkhys. J’ai l’impression que l’histoire d’Orkhys, on ne peut pas la résumer à un morceau…

 

Metal-Eyes : Je t’interromps : je pose la question régulièrement à des gens qui ont un album de 10 ou 12 titres et ils y parviennent. Comment mettre la pression…

Laurène : Alors dans ce cas, je te dirais celui pour lequel j’ai un petit coup de cœur : Guardians. Parce que c’est celui où la harpe a une belle part, et qu’il me parle bien.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise d’Orkhys aujourd’hui ?

Laurène : Une devise ? Peut-être plus des mots clefs : Amitié, bienveillance et émotion…

 

Metal-Eyes : Ca me plait bien, ça résume bien tout ce que tu as pu dire… As-tu quelque chose à rajouter pour convaincre les lecteurs d’aller acheter cet Ep ?

Laurène : J’ai simplement envie de dire : allez écouter, vous pourriez être surpris. Soyez curieux. Il y a des gens qui nous ont dit qu’en voyant la description du genre ils étaient sceptiques mais qu’en écoutant, ils ont vraiment accroché, adhéré. C’est quelque chose qui fait plaisir, quand les gens ont un a priori mais qu’ils sont, au final, surpris.

 

Les plus curieux pourront, espérons-le, voir Orkhys live à Paris à la péniche Antipode, le 22 octobre. Masqués, mais pas que !

Concerts from home: AEROSMITH – Live! Bootleg

C’est désormais une habitude… Toujours privés de concerts, Metal Eyes continue de de revisiter certains albums live au travers de la rubrique nouvelle rubrique « Concerts from home ». Cette semaine, un nouveau grand classique vous est proposé.

Pour ce nouveau volet, restons aux USA. Plus précisément dans le Massachusetts dont la capitale, Boston, a vu naître un des plus gigantesques groupe de tous les temps avec Aerosmith. Revenons alors sur leur premier album live, le mythique Live! Bootleg

AEROSMITHLive Bootleg ! (Columbia, 1978)

En 1978, alors que le groupe se noie dans la dope et l’égo, Aerosmith (son label et son management aussi) décide qu’il est temps de sortir son premier album live. Le groupe de Boston a déjà 5 disques à son actif, le dernier en date, très justement ou ironiquement nommé Draw the line (1977) n’ayant pas rencontré le même succès (double platine aux USA, quand même) que ses deux prédécesseurs, les remarquables Toys in the attic et Rocks (1975 et 1976) qui ont transformé Aerosmith en un monstre sacré du rock made in USA. Steven Tyler (chant), Joe Perry et Brad Whitford (guitares), Tom Hamilton (basse) et Joey Kramer (batterie), soit la version idéale –idéalisée ? – du groupe, s’embarquent alors dans une tournée qui démarre le 27 juin 1977 à Fort Worth, à côté de Dallas, au Texas. Elle prendra fin une centaine de dates plus tard, le 23 juillet 1978, lors du Day on the green festival d’Oakland en Californie. Aerosmith aura principalement sillonné le territoire américain, malgré une rapide escapade en Europe (2 semaines en août 1977 qui, après l’Allemagne et la Belgique, se concluent au festival de Reading le 27 août) et quelques dates en décembre de cette même année au Canada. Mais le reste du monde ? Le succès du groupe est cependant tel que de nombreux albums « pirate » viennent polluer le marché, ce qui pousse les 5 à publier ce Live ! Bootleg à la pochette épurée et tenter de lutter contre ce marché parallèle, qui, sans doute, leur ôte de précieux deniers qui, plus encore que de payer leurs factures, pourraient bien mieux les alimenter en substances prohibées (les Toxic twins, ça vous dit quelque chose ?). 16 titres sur 4 faces composent ce premier live dont les chansons ont été enregistrées en divers lieux au cours de la tournée Draw the line, à l’exception, cependant des reprises I ain’t got you (Calvin Carter) et Mother popcorn (James Brown), qui, elles, remontent à 1973. Le son des clubs est particulièrement notable sur la reprise de Brown, étonnamment couplée sur le tracklisting à Draw the line qui, lui, fut enregistré 5 ans plus tard, en mars 78 à Philadelphie… Plus étonnant encore, ce dernier n’est même pas mentionné sur la pochette (originale ou réédition). L’album, une nouvelle fois produit par Jack Douglas, véritable 6ème membre, surprend par son intensité et la variété des publics. Clairement, le groupe est, sinon en forme, plein de gnaque et de tensions. C’est palpable par instanst, tant le groupe semble parfois en roue libre sur certains de ses titres emblématiques (la version de Dream on peut étonner). Mais ces tensions se traduisent bien souvent par une énergie sans pareille – la quasi séance d’impro sur Lords of the things est impressionnante – Tyler s’égosillant au point que l’on peut se demander comment il a pu préserver sa voix tout au long de la tournée… Euh, en fait, non, certaines substances l’y ont sans doute aidé! Et que penser de cette « baston » que se livrent Tyler et Perry sur l’explosive version de Walk this way ? Si Aerosmith implose quasiment en pleine gloire en 79 avec le départ de Joe Perry (après l’enregistrement de l’album suivant, Night in the ruts), ce live, publié à sa sortie par Columbia aux USA et par CBS en Europe s’inscrit bientôt parmi les classiques du genre, les indispensables de toute discothèque qui se respecte. S’il fut naturellement réédité en format CD (simple), le disque –vinyle et CD – propose son lot de photos en divers lieux, d’infos et d’affiches qui occupent le lecteur autant, ou presque, que les 75 minutes de ce rock explosif et entraînant. Certains préfèrent les Classics live parus plus tard ? Qu’importe ! En 1977/78 Aerosmith en impose, point. Dream on ? Non, rock on !

Interview: FURIES

Interview FURIES: entretien avec Lynda Basstarde (chant, basse), Sam Flash et Billy Lazer (guitares), Zaza Bathory (batterie). Propos recueillis à Paris, bar le Magnétoscope, le 15 septembre 2020

FURIES: (de gauche à droite) Sam Flash, Lynda Basstarde, Zaza Bathory, Billy Lazer

Metal-Eyes : Avant de sortir votre premier album dont nous allons parler, vous avez publié une cassette 2 titres, en plusieurs couleurs. La cassette, c’est totalement typé 80’s (tout le monde approuve), nous sommes ici au bar le Magnétoscope (rue Drouot à Paris), outil très 80’s aussi. Qu’est-ce qu’il se passe entre vous et les années 80 ?

Zaza : C’est une période que nous avons vécue petits… On aurait, je parle pour tout le monde mais vous me reprenez si vous voulez, on aurait voulu pouvoir aller voir Judas Priest en 1984, Metallica et autres… Mes idoles, je les ai un peu loupées… Quand je les ai vus, ils étaient un peu croulants, j’étais un peu déçues. C’est surtout une période qui est très riche en matière de metal.

Lynda : Ça fait partie de nous. La cassette, on a voulu la sortir non seulement parce que c’est un clin d’œil à cette époque-là, mais aussi parce que c’est un petit objet, tout moignon, assez culte pour les collectionneurs…

Billy : C’est pas un objet cher, en plus. Ça permet de soutenir le groupe financièrement pour pas grand-chose…

Lynda : Mais il y avait aussi un code pour pouvoir télécharger ces titres en digital, bien sûr !

 

Metal-Eyes : Je vous connais depuis la seconde version du groupe, le quatuor 100% féminin. Depuis, il y a deux gras qui ont pris les guitares, et c’est la version la plus stable du groupe… Comment vous expliquez cette stabilité ?

Zaza : Ca fait maintenant plus longtemps qu’on joue avec eux…

Lynda : J’ai commencé en tant que bassiste de session avant d’intégrer le groupe, qui est devenu quatuor. J’ai pris le chant en plus, et on s’est un peu désolidarisées parce que Zaza et moi, on a une vision assez claire de ce qu’on veut faire, on veut aller très loin avec un groupe, faire pas mal d’album. Les autres filles, un peu moins, donc, un peu naturellement, il a fallu qu’on trouve d’autres musiciens…

Zaza : Les filles (ndmp : les guitaristes Levanna et Kim) sont simplement parties.

Lynda : Voilà… Et, du coup, Billy Lazer faisait partie de notre entourage, il nous suivait déjà partout en concerts…

 

Metal-Eyes : C’est le plus vieux en plus, ça fait très pervers… (rires général)

Zaza :

Billy : Ouais… « donne moi ton numéro ! » On est vite devenus potes, et je leur ai expliqué que ça faisait un moment que je voulais avoir un groupe de ce genre là. Je révais d’avoir un groupe de heavy, de laisser libre-court à ce que je voulais faire. On n’est pas dans une grande mode du heavy, même s’il y a un retour en ce moment, c’est vrai. Si tu es à Paris, que tu es musiciens, tu as plus de chance de trouver un groupe de metal extrême, de hardcore, voire de djent… Il n’y a pas tant de groupes de heavy metal que ça…

Sam : Donc tu as pris ce que tu as trouvé, c’est ça ce que tu es en train de nous dire ?

Billy : Non, mais si tu veux monter un groupe quand tu es en région parisienne, c’est pas si évident… Soit ce sont des groupes qui ont déjà une longue histoire derrière eux, soit… Des nouveaux venus, il n’y en a pas tant que ça…

Lynda : On s’est bien trouvés, il y a eu un bon timing. Ensuite, j’ai rencontré Sam, dans un bar, et je lui ai proposé d’auditionner. Il connaissait déjà Zaza.

Sam : C’est pas pareil que Billy, je suis le plus jeune. J’ai honte de le dire, mais en vrai, c’est tous des vieux là (rires) ! Personne ne pouvait tenir une guitare, donc, je leur ai proposé ! En fait, avant, j’avais un groupe, entre mes 15 et mes 18 ans, un groupe avec lequel on répétait régulièrement, très amateur. J’ai connu Zaza comme ça, puisqu’on habite dans le même coin, et j’avais envie d’aller plus loin dans l’expérience. J’étais un peu frustré parce que, quand tu arrives à 18 ans, tu vas plus loin dans les études, et ça te coince. J’ai rencontré Lynda et quand elle m’a expliqué qu’elle cherchait un guitariste, je me suis proposé.

 

Metal-Eyes : En plus, il y a un côté pratique : chaque guitariste a son côté, il y a un gaucher et un droitier…

Lynda : Exactement, c’est très joli, symétrique.

Zaza : Exactement, ils ne se prennent pas les manches…

Sam : En tout cas, pas de la guitare !

 

Metal-Eyes : Pourquoi avoir pris autant de temps avant de sortir votre premier album ?

Lynda : Il nous a fallu du temps pour bien nous connaître, musicalement. Le temps que tout se mette en place : comment on va procéder dans la composition, comment l’alchimie va s’opérer, et on voulait aussi bien faire les choses aussi…

Billy : Et il y a presque deux styles différents dans l’histoire de ce groupe… Quand le groupe était féminin, c’était très hard glam, et quand on est arrivé avec Sam, il a fallu reconstruire quelque chose de nouveau. On avait des influences différentes à la guitare. Ça prend du temps de trouver cette alchimie : il y a deux nouvelles guitares, deux nouveaux styles, il faut trouver comment composer…

 

Metal-Eyes : Et sans doute a-t-il fallu penser à une autre façon de chanter aussi ?

Lynda : Pas tant que ça, le chant reste assez heavy, et qu’il y ait des riffs thrash derrière, ça va bien.

Billy : Il fallait trouver le bon dosage : quand tu as un groupe qui fait du hard/heavy et que des éléments thrash arrivent, il faut tout doser.

Sam : Que chacun prenne sa place

Zaza : Il fallait aussi qu’on arrive à se rassurer : c’est pas grave si, dans le même morceau, tu as envie de mettre un riff de hard US, un riff à la Helloween, un autre à la Ozzy. Le truc, c’est que, si on arrive à bien tisser tout ça dans le même morceau, c’est possible. On a chacun nos influences, nos idées, et c’est ça qui fait notre essence, c’est ce qui va faire notre son, notre patte « Furies ». On ne veut pas copier Ozzy ou Helloween, mais il y a des mélodies qu’on aime et qui nous influencent. Ça prend du temps de se rassurer et de réaliser que ça va le faire…

Sam : Et que chacun trouve sa place… Quand je suis arrivé dans le groupe, Billy avait plein d’idées de riffs, avec une éloquence dans son jeu… Moi, je suis arrivé avec ma façon de jouer qui est beaucoup plus « à l’arrache », dans l’impro, et, de toutes façons, beaucoup plus thrash, et finalement, connaitre le discours de chacun permet, quand tu composes, de savoir ce que l’autre va faire, va pouvoir faire. En plus, chacun a une vision un peu différente : moi, je touche à d’autres instruments dans d’autres styles et j’essaie de chercher des influences ailleurs, Zaza a une oreille absolue et elle entend tout ce qu’on fait et elle est capable de trouver des harmonies de fou… Lynda, elle a une grosse intuition et aussi une grosse culture heavy metal, elle arrive toujours à recadrer un peu ce qu’on fait dans un esprit catchy à la années 80. A la fin, tous ces éléments mis bout à bout, ça nous a permis de créer une base solide sur laquelle on peut s’appuyer et se permettre de faire des erreurs. Et, finalement de se dire qu’on a quelque chose, on fait un album et on en est super contents !

Lynda : On commence à composer le deuxième et j’ai remarqué que ça va un peu plus vite.

Zaza : On a tous des automatismes, et on essaie, justement, de ne pas tomber dans ces automatismes. On veut que le suivant soit différent du premier album. En même temps, on communique mieux.

Sam : On arrive plus facilement à proposer des choses, il n’y a plus cette question de savoir comment l’autre va le prendre. Quand tu fais de la musique, il y a un investissement personnel, et, quand tu bosses avec quelqu’un depuis quelques années, quand tu lui fais une remarque, un jugement sur son travail, il sait ce que ça veut dire…Il y a moins d’ego.

Billy : Tu apprends à faire juger ton travail par autrui, à moins faire cavalier seul. Quand tu sais que l’équipe a fonctionné comme ça, tu fais confiance, à la fin, il y a une relation de confiance qui s’installe.

 

Metal-Eyes : Si je résume en deux mots, ce serait « complémentarité » et « communication » ?

Lynda : Et alchimie. Ce n’est pas cette alchimie magique mais (à Sam) quand tu parlais d’intuition, toi aussi, tu ressens bien les choses…

 

Metal-Eyes : Comment définiriez-vous votre musique pour quelqu’un qui ne vous connais pas et qui va découvrir votre premier album ?

Lynda : Ouh !

Zaza : Un mix de heavy, de thrash, du hard… Du « very virile heavy metal » (rires général). C’est une punchline que je sors depuis quelque temps, une sorte d’allitération. J’ai mis Virile au féminin. Moi qui suis batteuse, j’aime bien cette sensation de puissance. On dit souvent que la puissance c’est masculin, ben, il y a des femmes qui aiment ça aussi !

Billy : On essaie juste de ne pas être trop « neo heavy metal », il y a les codes, mais on rajoute des choses pour ne pas être juste une copie de Judas ou de Maiden.

 

Metal-Eyes : Puisqu’on parle de « traditionnel », il y a une video qui circule, Voodoo chains. Elle fait très Scoubidou. Un peu avant les années 80…

Lynda : Ouais ! C’est la pochette animée, en fait

Zaza : On est une équipe !

Sam : C’est vrai que ça fait Scoubidou, je n’y avais jamais pensé !

 

Metal-Eyes : Justement, en dehors du chien, il y a deux filles et deux gars… Alors qui est qui ? Je rappelle : il y a Sam, Fred, Vera et Daphnée…

Sam : Moi, je suis Sammy !

Billy : Moi, n’importe quelle heure, je suis Scoubidou ! Mais Voodoo chains illustre très mal ce que je viens de dire, parce que c’est un titre très hard rock…

Note : on n’arrive pas à départager les filles, mais il manque de toute façon la représentation de Fred….

 

Metal-Eyes : Mais à la fin, il monte quand même en puissance.

Sam : On va l’appeler Scoubi Chains, maintenant !

 

Metal-Eyes : L’album sort le 16 octobre. Vendez le moi…

Sam : Que je te lke vende ? Tiens, voilà notre album, c’est 10 euros ! (rires)

Zaza : Tu connais pas Furies ? C’est un super groupe, il y a deux meufs, deux mecs, les mecs sont symétriques sur scène, et ça déchire, il y a une énergie folle…

 

Metal-Eyes : Ok, mais vends moi l’album. Ne me vends pas le groupe…

Sam : Si tu l’achètes et que tu le mets sous une lumière UV, il y a une photo des meufs à poils, mec ! Eh ouais ! Dix balles, le truc (rire général)

Lynda : Chaque titre, chaque morceau a sa propre énergie, son propre univers et ses propres émotions. On est transporté dans un univers que chacun peut s’approprier, la musique c’est aussi ça. Ça parle souvent d’histoires qui illustrent de grands concepts comme la vieillesse, la liberté, la tentation. Il y a un titre en français, aussi, Antidote. Chacun peut choisir son antidote pour pouvoir s’y raccrocher. Chaque morceau se termine sur une note positive.

 

Metal-Eyes : Pourquoi avoir choisi de ne chanter qu’un seul titre en français ?

Lynda : On voulait composer majoritairement en anglais, mais on voulait quand même composer un peu en français parce qu’on est Français. Je pense qu’il y aura à l’avenir deux morceaux en français, 20%. C’est un exercice pas facile, pour que ça sonne bien.

 

Metal-Eyes : Sans pour autant avoir cette étiquette de hard rock français.

Lynda : Non, mais on reste Français. On fait du hard rock anglais mais français !

Billy : Sans leur manquer de respect, je crois que tous ces groupes français de metal des années 80, c’est quelque chose qui leur a été demandé, de chanter en français pour les radios… Il y en a beaucoup qui avait du talent, Lynda a fait équipe avec Sortilège pendant un moment, et ils étaient talentueux, tous. Ils étaient talentueux, mais on leur a tout de suite mis ce frein de la langue. Faut pas avoir honte de sa langue -c’est pour ça qu’on a mis cette proportion de 1 titre ou 2 sur 10 – mais il faut aussi être exportable, et le français, c’est une limite…

 

Metal-Eyes : Cependant, il y a beaucoup de groupes français qui, lorsqu’ils commençaient à chanter en anglais, ben… on se rendait vite compte qu’ils étaient français.

Zaza : Ils n’étaient pas crédibles…

Billy : Pour ça, il faut bosser un peu pour être crédible.

 

Metal-Eyes : Quels sont les différents formats que vous prévoyez pour cet album ?

Lynda :

Zaza : En CD, déjà, c’est le minimum. Il sera disponible sur notre Bandcamp, mais aussi via Season of Mist en version physique. Le vinyle sortira certainement un peu plus tard, il faut proposer de nouvelles choses aussi…

Lynda : Peut-être une édition limitée… Cassette, ce n’est pas prévu pour le moment

Billy :

 

Metal-Eyes : Trois années séparent la cassette et l’album, Fortune’s gate. Comment analysez-vous l’évolution du groupe, en dehors du fait que, maintenant, vous vous connaissez mieux ?

Zaza : Il y a eu un challenge pour nous, en tout cas pour moi, au niveau de mon instrument. Depuis la cassette, et même avant, je me suis un peu boostée notamment à cause des compositions de Billy qui sont souvent très speed et assez… soutenues. Techniquement, il y a eu un gros challenge. On s’est tous challengés techniquement ! Aussi par rapport à l’écriture des morceaux, qui sont plus élaborés.

Billy : Evolution, oui, mais d’un autre côté, la cassette est aussi à voir comme un point de départ du nouveau Furies. Ça nous a permis de mieux définir ce qu’on voulait faire

Zaza : Sam et Billy dans le groupe, qui prenait aussi une autre direction, peut-être plus intense qu’avant.

 

Metal-Eyes : Si vous deviez chacun ne retenir qu’un seul titre de l’album pour expliquer ce qu’est Furies à quelqu’un qui ne vous connais pas, ce serait lequel ?

Zaza et Sam : You and I :

Lynda : Je suis d’accord, parce qu’il y a un peu de tout : un peu de thrash, un refrain assez heavy et fédérateur, un passage un peu sombre aussi – on aime bien aller dans le sombre –

Zaza : Des solo hyper bien !

Billy : Comme Antidote, même si c’est chanté en français, je trouve que musicalement, c’est un super condensé de Furies aussi. C’est deux morceaux là représentent bien ce qu’est Furies.

 

Metal-Eyes : L’album a-t-il subi un retard du fait de la crise du Covid ?

Zaza : Non, à part le clip You and I

Lynda : On avait tout prévu dans une école audio-visuelle, mais malheureusement, la veille, à 19h, on apprend que tout est fermé et qu’on ne pourra pas rentrer… On avait tout prévu : des plans de lights, du matos, une grosse somme de matériel qu’on n’a pas pu utiliser… On s’est rabattus sur un hangar, mais on peut dire que le Covid… Ça nous a foiré le clip.

Zaza : Pas foiré, mais ce n’est pas ce qu’on voulait. Quand on a pensé au clip, on avait plein d’idées, mais on était tous les quatre d’accord : on ne voulait pas un clip de hangar ! Résultat : on a fait un clip de hangar ! (rires)

Sam : Tous les groupes ont fait un clip de hangar !

Lynda : Ça nous a aussi annulé des dates qu’on devait faire en Suède, en Allemagne…Reportées, mais on ne sait pas quand…

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Furies en 2020 ?

Tous ensemble : All together and union forever !

Zaza : C’est le refrain de You and I…

 

Metal-Eyes : Une dernière chose, Zaza : tu es aussi chargée de com’ pour la Metalhead convention qui devait se tenir en octobre. On a appris son annulation. Annulation ou report ?

Zaza : Pour l’instant, elle n’est pas reprogrammée, mais on attend des nouvelles de Reed Expositions qui est à la base du projet. Pas d’info pour l’instant. C’est en stand-by….

 

Merci à Romain Richez (Agence Singularité) pour l’orga et l’accueil !

Concerts from home: VAN HALEN

Eddie Van Halen, guitariste de génie, vient de nous quitter. Puisque nous sommes encore privés de concerts, et que, c’est désormais certain, Van Halen ne sera plus jamais tête d’affiche où que ce soit, replongeons nous dans ce premier live du quatuor US. RIP, Eddie.

VAN HALEN – Live : right here, right now. (Warner, 1993)

6 octobre 2020, la nouvelle tombe : Eddie Van Halen vient de mourir. Nouvelle victime de ce cancer qu’on n’ose pas appeler autrement que « une longue maladie ». Il n’avait que 65 ans. Pour autant, l’héritage musical et guitaristique qu’il laisse derrière lui est immense. Mais il existe malheureusement peu de témoignages des performances live du quatuor. Après la scission d’avec Diamond Dave, le groupe se réinvente avec le Red Rocker (qui, visiblement, a mis ce dada coloré de côté), Sammy Hagar avec qui les 2 premiers albums – 5150 et OU812 – font sensation mais seulement pour un temps. Le suivant, For Unlawful Carnal Knowledge replace VH parmi les groupes les plus importants de son époque. Il est grand temps, sans doute, de proposer un live aux fans, chose aisée puisque Van Halen n’a de cesse de tourner. Ou presque… Pour l’occasion, le quatuor sillonne son pays de long en large. La tournée F.U.C.K. démarre le 16 août 1991 à Atlanta, en Géorgie, et s’étire jusqu’au 24 mai 1992 avec deux date à Mexico city, avant de reprendre, l’année suivante, juste après la sortie de ce Live : right here right now qui parait le 23 février 1993 et qui donne son nom à ce nouveau segment. Puisque le groupe a décidé de tourner en soutien à son album live, le public connait par avance la setlist, sans surprise véritable…C’est toutefois, pour Van Halen, une bonne occasion de se refaire un nom sur le vieux continent. C’est le 30 mars 1993 (après un concert de reprise au Whisky a Gogo de LA le 3 mars) que, sous le nom de Right here right now tour, Van Halen retourne en Europe pour une quinzaine de dates, démarrant à Munich, en Allemagne, et se terminant en Angleterre par un Wembley arena de Londres le 29 avril. Le groupe retrouve sa terre natale qu’il revisite jusqu’au 28 août 1993. Mais revenons en arrière, sur la première partie de cette tournée…En 1992, le quatuor fait une halte de deux jours à Fresno, en Californie, et investit le Selland arena les, 14 et 15 mai. Construite en 1966, et depuis agrandie, la salle est, pour un groupe de l’envergure de VH, de capacité moyenne puisqu’elle peut accueillir, dans sa configuration « concerts », 11.000 spectateurs. A l’extérieur, se trouve un studio mobile, le Westwood one manipulé par Biff Dawes. La salle est comble, le public, qu’on devine légèrement retravaillé au mixage, chaud. Et le groupe se donne autant que possible, principalement, c’est dommage, sur l’ère Hagar, le chanteur étant plus que mis en avant. Hell ! il y a même certains de ses morceaux (One way to rock et Give to live). De l’ère David Lee Roth ? Impossible de faire l’impasse sur Panama ou Jump, issus de 1984 ou de Ain’t talkin’ bout love et de la reprise des Kinks, You really got me, des débuts du groupe. Van Halen surprend également en jouant When it’s love, semblant de ballade aux quelques relents enjoués, en guise de troisième morceau… A peine on chauffe la foule qu’il faut ralentir le tempo ? Etonnant choix… Cependant, chacun des musiciens a droit à son moment, Eddie, naturellement, avec ses envolées sans pareil, joue les maîtres de cérémonies, même si l’on souhaiterait parfois un peu plus de risque, de pêche aussi. Son frère Alex est à la fête avec un solo de batterie tel que seul lui sait (savait) les concocter – d’ailleurs, pourquoi n’y a-t-il pas une seule photo correcte de lui dans le livret ? – et Michael Anthony nous offre un moment d’Ultra bass. Répartis sur deux CD (avec respectivement 13 et 11 titres), l’album a clairement été réarrangé, réorganisé. Les setlists qui circulent sur le net de ces deux soirées n’ont pas le même ordonnancement. Que penser, dès lors ? Que comme tant d’autres formations, Van Halen veut se montrer sous son meilleur jour, et cela, c’est le résultat du travail commun réalisé entre le groupe et son producteur Andy Johns (décédé en 2013), qui a notamment travaillé sur le F.U.C.K de VH ainsi qu’avec les Rolling Stones, Led Zeppelin, Chickenfoot (tiens, un autre projet de Sammy H.) et, chez nous, Trust. Bref, un CV long comme le bras mais voilà… Sans doute, certainement, pas assez axé sur la première période de Van Halen (DLR, donc) le disque peine à vraiment trouver son public. Pas que Sammy ne plaise pas, au contraire, il a même parfaitement su trouver sa place, mais il manque cette petite flamme qui transforme un concert en un moment mémorable et magique. Il reste un musicien sérieux, là où David Lee Roth, même en solo, a toujours laissé exploser plus qu’un brin de folie. Right here right now est certes un album plaisant qui se laisse facilement écouter mais, ne serait-ce la flamboyance de Monsieur Eddie, il ne se démarque guère d’autres productions. D’autant plus qu’en 1991 la concurrence est rude, et le deviendra plus encore, discographiquement, en 1993 : Metallica a sorti son Black album et, décidé à conquérir le monde, n’a aucune pitié pour les anciens. Van Halen, en 1992/1993 n’a simplement plus cette même aura séductrice qui a émaillé ses jeunes années. Eddie Van Halen fait simplement désormais parties des légendes, des fondateurs, des incontournables pour tout amateur de rock et, plus encore, pour tout musiciens. Son héritage est immense, rien de moins.

BLACK BART: Pièce de huit

France, Heavy metal (Autoproduction, 2020)

Avant la publication de son nouvel album d’ici la fin de l’année, les pirates du navire Black Bart commandé par Babass nous envoient un nouveau coup de semonce avec cet alléchant Ep 4 titres, Pièce de huit. Un Ep qui fleure bon la ration de rhum. Ok, le groupe est typé 80’s (musicalement, certes, mais aussi dans le chant parfois, disons… « surprenant »), mais comme Black Bart est loin de s’en cacher et qu’il le fait avec tant de respect et d’amour, qu’on ne lui infligera pas le supplice de la planche. Pas aujourd’hui, en tous cas. On le sortira même avec plaisir de ce Panier de crabes qui transpire l’amour de Slayer, de Metallica et de Maiden. Une intro puissante et énergique qui donne envie d’en écouter plus. Chaloner ogle propose un rythme imparable, une invitation au headbanging cadencé, et à reprendre ses choeurs chanté dans le plus pur esprit pirate avant que la lenteur et la lourdeur doomesque de Le maître ne viennent plomber l’ambiance. Un coup de vent dans les voiles redonne de la vigueur au titre à mi parcours et lui insuffle même un esprit speed à la ADX avant que Mammon ne vienne amarrer au port le navire avec une réelle efficacité et même une certaine forme de classe. En navigant sur les flots des 80’s, Black Bart se fait simplement plaisir et cherche à nous embarquer dans son insouciance. Alors, moussaillon, prêt à vivre l’aventure? Allez, embarque avec nous, et tu auras bientôt double ration de tafia!

Concerts from home: Saxon – The eagle has landed

Puisque nous sommes privés de concerts depuis trop longtemps et pour une durée indéterminée, Metal Eyes a décidé de revisiter certains albums live avec cette nouvelle rubrique « Concerts from home ». De grands classiques intemporels à des témoignages plus « locaux » ou intimistes nous pourrons ainsi nous replonger dans le bruit et la fureur de ce qui fait notre monde, sillonner le monde des décibels et du fun sans avoir, puisque de chez nous, à nous soucier de gestes barrières. En attendant de nous retrouver devant les scène locales ou d’arenas. Enjoy!

Saxon fut un acteur majeur de l’histoire de la NWOBHM. Il est naturel de retrouver le grand Biff et sa bande pour ce quatrième volet de notre série avec un album depuis entré dans l’histoire des meilleurs enregistrements publics de tous les temps.

SAXONThe eagle has landed (Carrère, 1982)

En 1981, Saxon a déjà publié 4 albums (Saxon en 79, Wheels of steel et Strong arm of the law en 1980 et Denim and leather en 1981). Biff Byford (chant), Paul Quinn et Graham Oliver (guitares), Steve Dawson (basse) et le récemment intégré Nigel Glocker (batterie) qui remplace Pete Gill, croyant bien faire en allant rejoindre Motörhead, sont au top de leur forme et de leur créativité. Saxon et Iron Maiden se tirent la bourre dans une saine concurrence, ces derniers n’ayant, lorsque Saxon part sur les routes européennes en 1981, que 2 albums à leur actif. Le monde du metal est en pleine renaissance et Saxon, soutenu par le label français Carrère, trop heureux d’avoir signé les Anglais, veut sa part du gâteau. Quoi de mieux pour enfoncer le clou que de faire rugir les moteurs et mettre son public, croissant, à genou ? Dans le même esprit que ses grands frères de Motörhead, Saxon décide d’enregistrer plusieurs dates de sa tournée de 1981 et d’en conserver les meilleurs moments, les plus intenses. La tournée démarre le 7 octobre 1981 à Brighton, en Angleterre. Elle prendra fin un an plus tard avec une date à l’incontournable Hammersmith Odeon de Londres après presque 120 concerts (dont un passage aux Monsters of rock le 21 août 1982, festival pour lequel Saxon fait un saut éclair en plein milieu de sa tournée US – entre Dallas, le 18, et New York, le 23…) Saxon démarre sur les terres du vieux continent et visite, jusqu’au 16 décembre le Royaume-Uni, la Belgique , les Pays-Bas, la France, l’Allemagne et l’Italie avant de s’envoler, son show désormais bien rodé (show dont le point d’orgue est un gigantesque aigle aux ailes bardées de spots – artifice qui évoque le bombardier de Motörhead – et que le groupe surnommera bientôt son « fuckin’ pigeon »). En direction des USA pour une soixantaine de dates sur deux segments (février/mars puis mai à août 1982). Saxon s’attelle à la sélection des meilleures versions, les plus puissantes, ses préférées de ses morceaux devenus emblématiques. Lorsque The eagle has landed parait au mois de mai 1982, le succès est immédiat – seulement freiné dans sa conquête du podium par un certain The number of the beast, paru un mois plus tôt et qui est grimpé à la première place…. L’album live, qui propose 10 déflagrations d’une irréprochable efficacité, se hisse à la 5ème place des charts. Ceux qui sont déjà des classiques du metal international sont de la fête : Motorcycle man, 747 (strangers in the night), Princess of the night, Strong arm of the law… Tout n’y est pas, bien sûr, un double album aurait été nécessaire mais qu’importe ! Mieux vaut un album simple et explosif de bout en bout sur lequel l’auditeur se sent faire partie de ce public ? Dommage seulement que ne figurent pas plus d’informations que ces données techniques (qui ont sans doute inspiré Maiden trois années plus tard sur son premier live – cf. le premier live de cette rubrique) qui stipulent entre autres : « Mission : Saxon live volume number one ». Bien vu : quelques décennies plus tard, les Eagle has landed sont au nombre de 4 et Saxon a publié une ribambelle d’autres enregistrements publics, qui ne retrouverons jamais toute la puissance d’un groupe alors touché par la grâce, au sommet de sa forme. Ce premier The eagle has landed bénéficie cependant de toute cette énergie juvénile d’un Saxon encore débutant, affamé et enragé. S’il existe une version picture disc publié à la sortie, l’album fut réédité une première fois par EMI (qui a signé le groupe depuis Crusader) sans aucun document complémentaire au début des années 90, c’est surtout la version de 2018 sous format livret ou booklet proposé par BMG qui retiendra l’attention pour ses photos, textes, quelques commentaires du groupe mais surtout pour les 6 titres supplémentaires enregistrés à l’Hammersmith Odeon en fin de tournée, titres qui viennent parfaitement compléter cette expérience dantesque d’une époque où le metal se réinventait. NWOBHM ? On est en plein dedans !