THE DEAD DAISIES: Live & louder

USA, Hard rock (SPV, 2017)

The Dead Daisies, c’est qui? Oh, oh! Il y a peu, groupe à géométrie variable en fonction de la disponibilité de ses membres, The Dead Daisies semble désormais devenir un groupe stable. John Corabi, Marco Mendoza, Brian Tichy et David Lowy ayant accueilli au sein de leur formation Doug Aldrich et ayant largement tourné en 2016 publient aujourd’hui leur premier album live.

Live & louder, ça donne quoi? Un CD live et un DVD de témoignages, qui, ce dernier confirme le statut de « groupe de The Dead Daisies (cf les mots de David Lowy concernant l’intégration de Doug Aldrich). Le CD relate la tournée européenne – au moins deux titres ont été captés au Trabendo de Paris – et donne une bonne idée de ce que donne le groupe live, en club ou en salles plus grandes. The Dead Daisies ayant joué des reprises sur chacun de ses trois albums studio, on n’est pas surpris d’en retrouver ici. Seulement, ces dernières représentent plus d’un tiers du CD (6 morceaux sur 15, quand même) et l’on est surpris d’entendre un son identique tout du long, alors que plusieurs villes – et donc plusieurs conditions sonores – sont représentées. Le DVD est, quant à lui, divisé en 2 parties: la première permet à chacun des membres du groupe de répondre à quelques questions relatives à l’intégration de Doug Aldrich, la genèse de ce live, la nervosité avant de monter sur scène… Sympathique, mais rien d’extraordinaire. La seconde partie relate les différents concerts de cette tournée qui a permis à The Dead Daisies de se produire en club, en festivals, en ouverture de Kiss, et de jouer devant plus d’un million de personnes en 2016! C’est rapide, chaotique parfois, mais toutes les villes visitées semblent y passer. Notons également la présence de bonus: deux diaporamas bourrés de photos des lieux visités et avec les fans. Il y a de fortes chances, si vous avez été photographiés avec le groupe que vous vous y retrouviez! En somme, The Dead Daisies enfonce le clou avec un disque enjoué, un live efficace qui devrait ouvrir de nouvelles portes au quintette qu’on attend de revoir avec impatience au Hellfest!

Note: 8/10

Sortie: mai 2017

ULI JON ROTH: Tokyo tapes revisited

uli-jon-roth-2016Allemagne, Hard rock (UDR, 2016)

Uli Jon Roth a-t-il jamais réussi à se défaire de son passé avec Scorpions? A le mettre de côté pour se consacrer à sa carrière? On connait les qualités du guitariste qui nous a offert, sous son nom, de magnifiques albums. Mais cette année, il a décidé de célébrer le groupe dont il ne fait plus partie depuis bientôt 40 ans. Ne nous laissons pas arrêter par le titre de ce DVD/double CD publié par UDR. Car Tokyo Tapes revisited – c’est le nom de ce petit bijou, est un voyage dans le passé. Nostalgie? Peut-être. Celle liée à l’un des plus incontournables albums live de tous les temps. Passons. Les titres de ce live ont tous été composés par, entre autres, Roth. Et tous font partie de son histoire. S’il est la vedette incontestée de ce concert – naturellement bien plus éclairé que les autres musiciens (eh, c’est son nom sur l’affiche!) mais pas égocentré pour un rond, Roth, d’une voix douce et bienveillante, s’adresse souvent au public, s’enquérant de savoir qui était là en 78 (pas grand monde!) présentant les morceaux rares, comme ce Crying days jamais joué par Scorpions sur scène… On a autant de plaisir à les (re)découvrir qu’à retrouver les classiques que sont The sails of Charon, Virgin killer, We’ll burn the sky, In trance, Pictured life, parmi d’autres. Les images sont propres, les lumières chaleureuses, le son clair bien que parfois un peu sourd, et les musiciens en forme. On remarquera notamment Nathan James au chant, puissant et à fond dans son personnage,  ainsi que Jamie Little qui descend un travail titanesque à la batterie. Plus la lecture avance, et plus ce produit me séduit, par ses qualités visuelles et musicales autant que par la richesse de cette setlist impeccable. C’est un grand « bravo » qui s’impose.

Note: 8,5/10

Titre que je retiens : The sails of Charon

TWISTED SISTER: Metal meltdown

twisted-sister-2016Hard rock, USA (loud & proud, 2016)

Twisted Sister a décidé, après le décès de son batteur, AJ PERO, de faire ses adieux à la scène. 40 ans de carrière, des millions d’albums vendus, des départs, des splits des reformations, mais, toujours, Twisted Sister a fonctionné avec les mêmes membres. AJ disparu, forcément, TS n’a plus lieu d’être. Pourtant, le groupe a tenu à lui rendre un dernier hommage avant de « définitivement » disparaître. Ce Metal Meltdown – un combo CD/DVD/Blu ray – retrace le premier concert donné de cette tournée mondiale hommage au batteur disparu. AJ aurait, selon le groupe, exprimé le souhait qu’en cas de disparition, ce soit Mike Portnoy qui le remplace. Lui seul, et personne d’autre. Dont acte. La tournée, dont un superbe passage au Hellfest, se fait donc avec Portnoy sur le tabouret. Le document a été capté lors du premier concert post Pero au Joint de Las Vegas. Tous les hits et plus encore y passe. Le groue est puissant, le son parfait, la setlist irréprochable. Une palanquée de morceaux imparables que les fans connaissent sur le bout des doigts sont accompagnés de morceaux plus obscurs. We’re not gonan take it, Under the blade, I am I’m me, I wanna rock, Stay hungry… ça vous parle? Bien sûr, en tout cas si vous étiez ados dans les années 80. Imparables, simplement. Le groupe affiche une forme resplendissante, d’autant plus en images. Le DVD montre une formation au top de sa forme dont les scène de concert sont entrecoupées d’interviews et de divers témoignages. Premier constat: Mike Portnoy est partie prenante de tout. Le batteur est sujet de nombreux plans live et partie prenante des interviews. Considéré, semble-t-il comme membre à part entière du groupe. On s’amuse de voir Dee, extraordinanire frontman, s’amuser sur I wanna rock ou de voir cette caricature de bimbo repérée par un cameraman avisé, sur We’re not gonna take it (dont on retiendra aussi le témoignage de Mark Metclaf se souvenant du tournage de cette même video) tout autant qu’on s’émeut de cet hommage à AJ sous la forme d’un solo diffusé en video, tous les membres ayant quitté la scène. Impeccable prestation filmée complétée par un reportage historique de l’histoire de Twisted Sister. Tous les acteurs de la vie du groupe y passent, du recrutement du bassiste Mark « the animal » Mendoza au propriétaire du club Emmett qui s’en fiche que « tout soit détruit tant que les lieux sont blindés » ou qui ne paye les musiciens que s’ils boivent avec lui. La confrontation avec JJ French est superbe. Cette partie du DVD est truffée d’anecdotes, de tensions, de témoignages indispensables à tout fan, dès les débuts du groupe. Une seule chose peut paraitre surprenante: si l’histoire des trois premier albums est relatée, on fait un saut dans le temps entre Stay hungry (et son histoire de la session photo ayant aboutit à la couverture) et la reformation du groupe à l’occasion d’un concert de charité pour les victimes des attaques du 11 septembre 2001. Quid de Come out and play et/ou Love is for suckers? Un superbe document, cependant, à voir absolument. Et à écouter, car on n’entendra plus Twisted Sister en live. Soit disant…

SAXON: Let me feel your power

saxon-2016Heavy metal, Angleterre (UDR, 2016)

Bon, c’est clair: il faut absolument que j’arrête de demander aux membres de Saxon, quand j’ai l’opportunité de les rencontrer, s’il est raisonnable de publier autant de nouveautés puis de remarquer que ça s’est calmé. En réalité, non, le rythme est toujours soutenu car Saxon est hyper actif. Jamais un moment de répit, hors de question de se faire oublier. Et si l’on fait les comptes, ces cinq dernières années, Saxon aura joué, en France – et hors festivals – devant plus de monde qu’Iron Maiden. J’en vois qui sourient? Faites les comptes: Saxon tourne en France très régulièrement là où la vierge de fer ne se contente plus que d’une date à Paris… Mondialement, c’est pareil. Alors, de nouveau, ça valait bien un petit live, non? Let me feel your power se trouve être un doublé, puisque la bande à Biff profite de cette opportunité pour nous offrir deux concerts distincts, tous deux captés lors de la tournée Battering Ram, dernier album en date. Le produit proposé est composé de deux CD et d’un DVD. Le CD 1 retrace le concert de Saxon à Munich sur la tournée commune avec Girlschool et Motörhead (saloperie d’en….s de daesh qui nous auront empêchés d’assister à la date parisienne!) et comporte 13 titres plus 3 enregistrés à Brighton. Le second CD a été enregistré à Chicago, et propose 18 titres. Ceux qui ont assisté ces dernières années à un concert de Saxon le savent: Biff et ses gars sont dans une forme resplendissante et personne ne peut les prendre en défaut sur scène. Avec une ribambelle de classiques, il serait facile de rester fidèle à une setlist. Mais non, Saxon offre au public américain, outre ses indispensables standards que sont Wheels of steel, Denim and leather, Motorcycle man, Strong arm of the law, Heavy metal thunder ou Princess of the night, et quelques extraits plus récents (Battering ram, Sacrifice) des pépites qu’on n’a pas entendues depuis des lustres. On se délecte donc des This town rocks dont on avait oublié l’explosivité, Rock the nations, Just let me rock ou Solid ball of rock proposés lors de ce concert particulier. Une indication de ce qui nous attend lors de la future tournée européeenne? Le DVD quant à lui est la mise en image de ces deux concerts. Les images sont propres, le groupe visiblement heureux (Biff et Nibbs vont se décrocher la tête un jour, Paul, toujours appliqué, sait aussi aller chercher le public), les Anglais continuent de prendre leur pied sur scène. Non, ce n’est pas qu’un simple boulot. Malgré un incroyable nombre de sorties , Saxon ne se moque pas de ses fans qui peuvent, les yeux fermés, se procurer ce nouveau témoignage d’un dinosaure de la NWOBHM et du metal moderne.

Note: 8,5/10

Titre que je retiens: Just let me rock (avec en bonus non négociable un gros doigt pointé à la face de ces ignorants barbares qui veulent nous empêcher de vivre. Simplement vivre, merde!)

SCORPIONS: Return to forever tour edition

scorpions tour edHard Rock, Allemagne (Sony music, 2016)

On ne va pas revenir sur le contenu de Return to forever, album originellement paru en 2015 et décortiqué par tous les médias de la planète metal. Nous ne reviendrons pas non plus sur le fait que souvent il est préférable de se taire avant d’annoncer sa retraite… Cependant, Scorpions a décidé de faire les choses en grand; Déjà, ce « tour edition » se décline en plusieurs modèles/formats: un cd simple, orné du drapeau français, contenant 19 titres. C’est déjà 7 de plus que sur l’album d’origine, une beau cadeau, en somme. Ensuite, le modèle qui nous intéresse aujourd’hui: cette édition comportant les 19 titres et agrémentée de 2 dvd live: le premier enregistré à New York fin 2015, le second – cocorico! – capté lors de notre Hellfest national en juin 2015. Autant dire que les amoureux des Allemands sont servis. N’est-ce pas un peu beaucoup, cependant? Car aussi efficace puissent-ils être sur scène, la bande de Klaus Meine et Rudolf Schenker est parfaitement rodée. Les concerts sont calibrés et donc ne proposent pas de grandes différences et les setlists sont quasi identique, ainsi que les prestations, au delà d’un concert (NYC) en intérieur, et l’autre (Hellfest) en plein air. Seuls Rock n roll band et Blackout sont remplacés sur le second par Big city nights et Crazy world. On notera quand même l’extraordinaire participation de ce gamin de 12 ou 13 ans qui accompagne Matthias Jabs à la guitare et se lache malgré la pression qu’on l’imagine subir! Les bonus du DVD sont moyennement intéressants, exception faite de ce documentaire « on the road in America », avec plein de témoignages de fans, un Meet and greet sans grand intérêt (surtout si les fans, ce qui est aujourd’hui le cas, payent…), tandis que celui du HF ne présente que peu d’intérêt puisqu’il ne s’agit que d’une interview promo de Return to forever. Oui, on aurait souhaité plus de surprises comme des images backstage, des témoignages de fans ou autres prises lors de ce festival désormais incontournable, mais ne chipotons pas… Au final, l’intérêt réside véritablement en ces concerts, dotés de belles images, dispensés par un groupe loin, très loin de prendre sa retraite. Les fans sont, si l’on prend aussi en compte les rééditions de l’an dernier, sacrément mis à contribution, mais quand on aime…

Note: 8/10

Titre que je retiens: Live at Hellfest 2015 (chauvin, moi?)

NO ONE IS INNOCENT: Barricades live

No on is innocent live 2016Hardcore, France (Verycords, 2016)

Je ne suis pas un grand fan de No One Is Innocent. Par conséquent, j’en suis encore moins spécialiste que connaisseur. Mais ça risque de changer bientôt, surtout après avoir écouté et visionné ce Barricades Live, double CD agrémenté d’un DVD 100% convaincants. Enregistré lors d’un concert donné à Paris dans une Cigale blindée le 30 novembre 2015, ce témoignage, particulièrement explosif, reflète ce besoin commun de se retrouver ensemble pour faire la fête et du bruit  Lire la suite