BACK IN TIME: IRON MAIDEN

Heavy metal, Royaume-Uni (EMI, 1980)

Le 14 avril 1980, apparaît dans les bacs un visage inhumain, qui va rapidement devenir le symbole de ralliement de toute une génération de headbangers… Originellement destiné à représenter les punks, et déniché par hasard par Rod Smallwood, Eddie the ‘ead illustre la pochette du premier album éponyme d’Iron Maiden, lequel précède Saxon (qui vient de publier Wheels of steel) dans les charts en arrivant numéro 4. Rien, absolument rien, n’a été laissé au hasard, et l’on peut même se demander si l’ordonnancement des morceaux n’a pas été travaillé avec au moins autant d’attention : le titre introductif, Prowler (le rôdeur) doit-il nous faire comprendre que nos nuits seront désormais hantées par Eddie ? Que penser alors de la conclusion, Iron Maiden, dont le refrain n’est autre que « Iron Maiden’s gonna get you, wherever you are » ? Steve Harris est déterminé à imposer son groupe partout, et, de ce point de vue, l’entente avec Rod Smallwood, éternel manager aujourd’hui encore présent, est parfaite ; le manager du groupe n’a, lui non plus, rien  laissé au hasard puisque le contrat que Harris and Co. ont signé avec EMI concerne pas moins de cinq albums dont trois fermes. D’après Rod, ce détail était une obligation afin que la maison de disques s’engage réellement pour soutenir Maiden. Trop de groupes voient leur avenir corrompu du fait d’un engagement limité à un seul disque… ce qui ne force pas les responsables commerciaux à s’engager plus avant dans la promotion de jeunes artistes, aussi talentueux qu’ils puissent être. Ce premier album d’Iron Maiden, produit par Wil Malone dont l’enregistrement s’est effectué au studio Kingsway de Londres, mêle allègrement puissance (Phantom of the Opera, Prowler), douceur (Remember tomorrow), instrumentaux (Transylvania) et hits potentiels (Running free, Iron Maiden).Bref, de véritables perles classiques du metal nouveau. Même si le leader avoue être loin d’apprécier le son de ce disque, trop éloigné de ce qu’il attendait. D’une certaine manière, la production imparfaite (qui provoque la colère d’un Steve Harris insatisfait), avec ses relents punk crades, participent à sa légende. Tant mieux.

 

BACK IN TIME : METALLICA: Kill ’em all

Thrash metal, USA (Megaforce/Music For Nations, 1983)

Personne, ou presque, ne l’a vue venir cette déferlante là. En 1983, la NWOBHM connait ses dernières heures, Iron Maiden, Saxon et Def Leppard squattant les charts metalliques européens, Van Halen ou Mötley Crüe, ceux des USA. Le heavy metal, tel un phénix, et rené de ses cendres et fait des envieux partout dans le monde. En comparaison, les groupes de hard rock américains sont, pour le uns, gentiment énervés (la vague hard FM proprette) et pour les autres, chantres du hair metal, totalement outranciers.

Mais c’était sans compter sur la virulence de certains rebelles, Californiens principalement.

Jon Zazula a convié James Hetfield (guitare, chant), Lars Ulrich (batterie), Cliff Burton (basse) à investir les studios Music America, situés à Rochester, New York. Mais Metallica, puisque c’est de lui dont il est ici question, vient de limoger Dave Mustaine, le second guitariste, et doit  en urgence trouver un remplaçant. le groupe invite alors Kirk Hammett, guitariste du très en vue Exodus, à prendre la place laissée vacante. Hammett, saute dans un bus, quitte la Californie pour rallier l’Etat de New York pour rejoindre ses nouveaux compères – il ne quittera jamais Metallica – et travaille d’arrache pieds pour être au point. En studio, Jon Z produit le disque, aidé dans sa tache par Paul Curcio à la production. Le son est quant à lui confié à Chris Bubacz, assisté d’Andy Wroblewski. Autant dire que même avec de petit moyens, Jon Z croit en ses poulains et met le paquet. l’enregistrement se déroule ainsi tout au long du mois de mai 1983, avant que l’album ne soit mixé et pressé. Metallica doit cependant faire un choix: celui du titre de l’album… Jonnhy Z leur déconseille fortement l’idée de base qui verrait les distributeurs potentiels refuser un disque intitulé Metal up your ass… En tout cas aux USA.

Si certains acharnés ont pu, par le biais d’échange – le fameux « tape trading » – découvrir les nouvelle sonorités de la côte ouest des USA, le premier album de Metallica, en prend plus d’un à la gorge à sa sortie en juillet 1983. A peine sorti du studio, Metallica balance sa première galette à la face du monde. Kill ‘em all, s’il reçoit dans un premier temps quelques échos positifs aux Etats-Unis se fait plus que remarquer sur le continent européen. Les critiques, et le public, sont estomaqués par la violence et la rage qui émanent de cet album, qui relègue Motörhead et Venom au rang de groupes de rock à peine excités ! Oui, Kill ‘em all est un album qui transpire la crasse et les relents de bière chaude. Pas un morceau ne laisse assez de temps à l’auditeur pour souffler. Pas même le phénoménal solo de basse ((Anesthesia) – Pulling teeth) qui change quelque peu des soli de guitares. Ici pourtant, la guitare est omniprésente, ultra rapide et saturée… Hit the lights, No remorse, Seek and destroy, The four horsemen… Le metal prend, avec ce disque, une tournure nouvelle qui laisse présager un avenir bien plus violent, sombre et direct. John Zazula a eut le nez fin en soutenant ce groupe, mais ses moyens sont tellement minces qu’il ne peut distribuer l’album en Europe. Par contre, son réseau relationnel, par le biais d’échanges de cassettes au niveau international, est tel qu’il propose à MFN de s’occuper du marché européen. Cette décision risquée savérera à l’avenir la meilleure pour tous les intervenants malgré les risques. Metallica ne vise vraisemblablement pas les radios. Non seulement les compositions sont violentes (rien n’arrive aujourd’hui à la cheville de Whiplash), mais le groupe sort du format habituel en écrivant pas moins de quatre titres de longues durée, au delà de trois minutes réglementaires (dans l’ordre : The four horsemen – 7’08, No remorse – 6’24, Seek and destroy – 6’50 et  Metal militia – 5’11). Les dix titres de ce disque sont tous devenus des classique du metal.

Les chevaliers de apocalypse sont là… Jeunes, boutonneux, déterminés à vaincre. La face de la musique s’en trouve métamorphosée, car Metallica démontre avec brio qu’il est possible d’allier technique, mélodie et brutalité, ce que Venom, repoussant les limites de l’extrême, n’avait pas su faire… Au fait, quant on leur demande comment ils définissent leur musique, ils répondent que c’est du « thrash metal ». Avec un H, svp! Un nouveau style qui, bientôt, entre dans les chaumières.