Interview: SLEAZYZ

Interview Sleazyz : entretien avec Speed (batterie). Propos recueillis par téléphone le 29 janvier 2021

Metal-Eyes : Votre album March of the dead est sorti en octobre dernier. Première question : pourquoi en faire la promo aussi tard ?

Speed : Ben, la crise sanitaire n’a pas facilité les choses, tu as pu le constater. Il y a un an jour pour jour, nous étions encore en studio, Âme du temple, à Troyes…

 

Metal-Eyes : A Troyes ? Mais vous êtes quatre…

Speed : C’est ça (rires) ! On est de Troyes, mais nous sommes 4 et l’album a été enregistré en 5 jours (rires). Joli coup, hein ! Vu que ce sont des morceaux relativement court, l’album ne dure que 33 minutes. Tu as pu l’écouter ?

 

Metal-Eyes : Oui, la chronique est déjà parue, ça a été une très agréable surprise.

Speed : C’est vrai, je l’ai vue en plus ta chronique. Pour nous, ce qu’on recherche, c’est que ça dégomme, que ça envoi, et l’esprit, c’est aussi de trouver des refrains qu’on va pouvoir retenir, dans un esprit un peu festif.

 

Metal-Eyes : Un peu festif et aussi un peu shock rock. D’autant plus que Marche of teh dead est sorti juste à la période de Halloween.

Speed : Oui, même si cet album aurait dû sortir plus tôt. Mais avec le Covid, on a repoussé, encore et encore, il devait sortir au mois de novembre, on devait même, grâce à la ville de Troyes et La Maison du Boulanger en faire la promo à la Chapelle Argens, une très bonne salle de concert, mais c’est aussi repoussé, pour l’instant au mois d’avril.

 

Metal-Eyes : Revenons cependant sur l’histoire du groupe que je découvre avec ce nouvel album. Peux-tu me raconter l’histoire du groupe ?

Speed : Alors, Sleazyz est un groupe d’horror metal qui a été créé en 2003 par Fred, le chanteur bassiste, à Saint Ouen, en région parisienne. Il y a eu deux albums single auto produits faits à cette période. En 2017, 2018, Fred est venu s’installer à Troyes et a reformé le groupe avec un nouveau line-up. Il y a donc Fred, l’auteur compositeur principal des morceaux, chanteur et bassiste du groupe, David « Ripper » à la guitare lead, « Pandemonium » Rodriguez, Illiana, aussi compositrice et arrangeuse, à la guitare rythmique et au chœurs, et moi à la batterie. Le premier album, une démo 12 titres, a été enregistré en 2014, et en 2016, Funhouse arrive, avant la reformation en région troyenne et l’enregistrement de March of the dead et 10 nouveaux morceaux.

 

Metal-Eyes : 10 nouveaux morceaux qui correspondent bien au nom du groupe, des morceaux assez glam rock aussi, mais pas que…

Speed : On a plein de monde autour de nous qui nous « au final, vous jouez du rock n roll ». Mais c’est la base, le rock ! Fred est fasciné par tout ce qui est horreur, films d’horreur des années 50 à 80. Sur scène, on a aussi toujours des montages de films de ces périodes-là. C’est super, parce que dans le public, les gens se font des petits quizz, c’est à qui reconnait tel ou tel extrait.

 

Metal-Eyes : Assez fun aussi, donc. J’allais te demander à quoi ressemble un concert de Sleazyz, mais tu viens d’en faire un rapide descriptif…

Speed : Oh, un concert de Sleazyz, tu as vu des photos, il y a du maquillage, un look, et le montage video avec, quand on le peut, sur des scènes un peu plus grandes, un visuel toujours en lien avec cet univers de l’horreur.

 

Metal-Eyes : Rock n roll, influences de film d’horreur… Mais si tu devais décrire votre musique à quelqu’un qui ne vous connait pas du tout, que lui dirais-tu ?

Speed : Oh, d’abord notre musique elle reste basée sur les influences que nous avons tous les quatre. On écoute du rock, du metal, du glam et aussi du speed et du thrash.

 

Metal-Eyes : Et si tu devais ne retenir qu’un seul morceau de March of the dead pour inciter la personne à écouter ce que vous faites, ce serait lequel ?

Speed : Pour l’inciter ? Je l’invite à regarder notre dernier clip, le morceau qui s’appelle Devil talking in my head. Je pense que ça retranscrit tout ce que je viens de te dire : ça commence avec un metal assez lourd, avec des saccades, un solo de guitare bien speed, il y a du groove, tout ça dans le même morceau. C’est assez représentatif de l’ambiance de Sleazyz. Même si, comme tu l’as écrit dans ta chronique, il y a des morceaux un peu plus glam, d’autres carrément punk ou indus. Mais en allant toujours droit au but. Ce qu’on cherche, c’est que le lendemain d’un concert, que quelqu’un se réveille en ayant toujours un ou deux refrains en tête.

 

Metal-Eyes : Ben ça, en ce moment, ce n’est pas gagné… Une question sur la pochette : à quoi correspondent les dates qui figurent sur le cercueil, au verso ?

Speed : Ah, alors là, c’est une bonne question ! Je ne pourrais pas te répondre… Je n’ai pas l’album devant moi….

 

Metal-Eyes : 1959, 1945, 1959 et 1968.

Speed : Je n’en ai aucune idée. Il faudra demander à Fred… C’est vrai que je n’avais pas tout décris sur cette pochette.

 

Metal-Eyes : Avais-tu eu l’opportunité d’écouter ce que faisait la première mouture de Sleazyz ?

Speed : Oui, reprenant certains de ces morceaux, j’ai écouté, et ça reste dans l’esprit de ce que fait Sleazyz.

 

Metal-Eyes : Alors comment pourrais-tu décrire l’évolution du groupe entre ces deux derniers albums ? Il y a eu un changement radical de line-up, mais en dehors de ça ?

Speed : Quand je suis arrivé dans le groupe, il y avait déjà 6 morceaux de composés par Fred. Les arrangements finaux se font aussi en studio, mais j’espère que pour le prochain on pourra apporter un peu plus notre patte. Mais c’est vrai que depuis un an et demi, tout se passe toujours super bien, il y a une vraie symbiose entre nous. On est toujours un peu comme des gamins, et jusqu’à présent, je traverse ce groupe avec une impression assez virevoltante, et j’ai joué dans maints et maints groupes…

 

Metal-Eyes : Vous avez travaillé avec un producteur, l’album a un gros son. Il est sorti en fin d’année dernière, alors, quels sont les premiers retours ?

Speed : Toutes les chroniques qu’on a reçues vont au-delà de ce qu’on pouvait espérer… « du son direct qui rentre dedans », « Fun, fear et rock n roll », des choses comme ça. Je pense que tout a été très positif. Le problème, c’est que la distribution de l’album c’est… AUJOURD’HUI ! Sur toutes les plateformes streaming…

 

Metal-Eyes : Avec tous ces retours encourageants, avez-vous envie d’enfoncer le clou et de ne pas faire attendre le public trop longtemps avant un nouvel album ?

Speed : C’est assez difficile de se voir en ce moment. Mais on commence à composer, on a quelques bribes de titres qui prennent forme.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Sleazys ?

Speed (il rit) : comme dit le morceau Sleazyz qui figure sur un autre album : « One, two, fuck you ! »

 

Metal-Eyes : Soyons clairs : « One, two », comme « un deux », ou « Want to » comme « je veux » ?

Speed : Non, non, « un deux », « One two » ! En plus, sur scène, le morceau marche bien sur scène, le public réagit facilement et le reprend direct. En plus, avec la période qu’on vit, on est en plein dedans.

 

Metal-Eyes : As-tu quelque chose à rajouter pour terminer ?

Speed : Je vais me répéter, mais « fun, fear, and rock n roll ».

 

 

Interview: JIRFYIA

Interview Jirfiya : entretien avec Pascal (basse). Propos recueillis par téléphone le 6 janvier 2021

Photo promo

Metal-Eyes : Jirfiya a sorti un second Ep il y a quelques mois, mais c’est la première fois que nous parlons. Peux-tu, demande très originale, tu en conviendras, raconter l’histoire du groupe ?

Pascal : Jirfiya est né il n’y a pas très longtemps. Ça fait environ 3 ans que nous nous sommes réunis. Jérôme et moi avions un autre groupe, Born From Lie, avec qui on a sorti 3 albums. Il ne voulait plus être seul à chanter. On a cherché, et trouvé Ingrid. Quand on l’a auditionnée, il y a eu la conjonction de plusieurs événements, le batteur déménageait, n’avait plus trop de temps pour le groupe… On a décidé avec Jérôme de faire un autre groupe et, avec l’arrivée d’Ingrid, Jirfiya est né.

 

Metal-Eyes : Quelle est la signification du nom du groupe ?

Pascal : C’est le nom d’une météorite martienne qui s’est écrasée en Lybie, dans la ville de Jrfiya, sans le i ce qui rend la prononciation encore plus difficile. On a donc rajouté une voyelle, et on aimait bien le nom oriental qui colle bien avec nos mélodies orientales.

 

Metal-Eyes : Le premier Ep est sorti il y a un peu plus d’un an. Quels retours avez-vous eus ?

Pascal : Les chroniques étaient très bonnes, mais je ne sais pas si on a pu faire une promo complète… On n’a pu donner qu’un concert avant de devoir arrêter.

 

Metal-Eyes : La situation sanitaire vous a-t-elle permis d’accélérer la réalisation de ce nouvel Ep, Still waiting ?

Pascal : Ça aurait pu, mais Jérôme, quand il s’y met, il s’y met… Il est intermittent du spectacle, donc parfois, il y a des périodes, en hiver, il ne travaille pas. Il compose et nous sort des morceaux pendant ce temps. Parole et musique, c’est principalement lui. Donc la situation sanitaire n’a pas vraiment joué. Il a simplement du temps…

 

Metal-Eyes : C’est une volonté de votre part que de sortir des Ep plutôt qu’un album avec 10 ou 11 titres ?

Pascal : Là, ça s’est fait un peu comme ça… Jérôme avait 6 morceaux. Les titres bonus viennent de Born From Lie, des titres qu’on voulait réadapter et rejouer. On en a donc profité, ce qui donne presque un album.

 

Metal-Eyes : Quelles différences fais-tu entre ces deux versions Born From Lie ?

Pascal : Ça change beaucoup avec la voix d’Ingrid. Mais on a tout réenregistré, on n’a pas pris les bandes son de l’album. Le son est plus puissant, on ne les avait pas fait mixer par Andrew G, elles sont beaucoup plus puissantes comme version.

 

Metal-Eyes : Comment analyses-tu l’évolution du groupe entre ces deux Ep, Wait for dawn et Still waiting ?

Pascal : Ah, très bonne question ! Je ne me suis pas posé cette question, mais je pense qu’il y a une évolution naturelle. C’est surtout au niveau de la voix d’Ingrid, parce que, musicalement, on retrouve notre patte, notre style. Ingrid a vraiment évolué entre ces deux disques. Pour le premier, ça ne faisait pas longtemps qu’on travaillait ensemble, tandis que là… Sur certains morceaux, elle est devenue plus agressive et plus douce aussi.

 

Metal-Eyes : Les influences orientales, elles viennent d’où ? Bon, tu vas me dire « d’orient »… (rires)

Pascal : On aime bien ces mélodies, dans le metal il y en a beaucoup aussi. Ça fait partie de nos influences.

 

Metal-Eyes : C’est Jérôme qui est à l’origine des compositions, mais est-ce que vous avez aussi votre mot à dire ?

Pascal : Oh, oui ! Mais comme ce qu’il nous propose est déjà presque bien…

 

Metal-Eyes : J’aime bien le « presque bien »…

Pascal : Oui, c’est « presque une blague » (rires). On discute toujours, mais les morceaux sont pratiquement finis, il est doué pour ça.

 

Metal-Eyes : Andew G avait déjà travaillé avec vous pour le premier Ep. Que vous apporte-t-il de plus qui n’existerait pas sans son oreille ?

Pascal : C’est surtout sa finition, son mixage, son mastering. Et c’est un batteur. Les ingénieurs du son / batteurs, c’est ce qui donne de la puissance à l’enregistrement.

 

Metal-Eyes : Wait for dawn, Still waiting… Vous avez déjà une idée du titre du prochain ?

Pascal : On attend encore et encore (rires) ! Oui, c’était un clin d’œil et les paroles sont assez d’actualité. Mais là, je pense qu’on va arrêter d’attendre… On va faire des paroles sur les chats, ça fonctionne bien sur Facebook (rires) !

 

Metal-Eyes : Justement, vos paroles abordent quoi ?

Pascal : Beaucoup d’actualité brûlante, bon, pas du Covid, ça n’existait pas encore… Mais tout ce qui est international, la dérive des multinationales qui polluent, des problèmes plus intimes, sur le pouvoir des sectes sur l’esprit humain…

 

Metal-Eyes : Y a-t-il des thèmes qui n’ont pas lieu d’être dans Jirfiya ?

Pascal : Non, on n’aborde pas ça de cette manière… Jérôme parle de ce dont il veut parler. On ne fait pas de paroles à la… merde, je ne sais plus, ils sont marrant…

 

Metal-Eyes : Ultra Vomit ?

Pascal : Oui, Ultra Vomit, c’est rigolo ! Eux, la parodie, c’est leur truc et ils le font super bien. Nous, on ne pourrait pas, on est trop sérieux (rires) !

 

Metal-Eyes : Bon, ben, je vais éviter de te demander de raconter une blague (il rit) … En dehors des reprises de Still Waiting, si tu devais ne retenir qu’un seul titre qui voit représentatif de ce que vous faites, ce serait lequel ?

Pascal : Alors là… Tu poses une question comme ça à un Normand, je peux pas faire de choix (rires) !

 

Metal-Eyes : On ne m’a pas dit que tu étais Normand, j’aurai refusé…

Pascal : The hill of shame, peut-être ? Mais c’est vraiment parce que je l’adore, et puis pour les paroles qui me touchent. Entre la violence et la douceur, ça représente bien le contraste de tout ce que l’on peut faire en musique.

 

Metal-Eyes : Pour conclure, peux-tu imaginer une devise pour Jirfyia ? En dehors de still waiting, bien sûr…

Pascal : Je pense à… « engagé et confiant », c’est un peu nous.

Interview: THE LUKA STATE

Interview THE LUKA STATE : entretien avec Conrad (chant, guitare) et Lewis (guitare). Propos recueillis par Skype le 26 janvier 2021

L’attitude, la fougue de la jeunesse, l’envie, la rage… Avec leur premier album, Fall in fall out, qui vient de sortir, les jeunes Anglais de The Luka State pourraient devenir « the next big thing ». Au capital énergie s’ajoute le capital sympathie, comme nous l’ont démontré avec une vraie bonne humeur, Conrad (chant et guitare) et Lewis (guitare) lors de notre récent entretien. Incontestablement, The Luka State est un groupe à découvrir et à suivre de près. Quatre garçons en confinement…

Metal-Eyes : D’après ce que je sais, The Luka State a été formé en 2013. Vous avez publié un paquet de singles, 2 Ep, et vous sortez maintenant votre premier album. Pour quelle raison vous a-t-il fallu aussi longtemps pour publier ce premier album, Fall in fall out ?

Conrad : On a monté The Luka State à l’école, ce n’était pas le même groupe. Lewis nous a rejoints, et The Luka State que tu vois est le vrai groupe. En réalité, ce premier album ressemble au travail de toute une vie.

 

Metal-Eyes : Toute une vie ? Vous avez quel âge ?

Lewis (rires) : 21 ans !

Conrad : Ce que je veux dire, c’est qu’on avait tant de chansons déjà composées… Pour cet album, il y en avait 75 ! Il a fallu que nous les repassions toutes en revue pour n’es retenir que 12 pour l’album. Cela a demandé beaucoup de temps. Les chansons devaient être assez puissantes, avant tout, et lorsque nous tenions enfin ce que nous pensons être un album assez puissant, nous voulions le sortir par le biais d’un gros label. Je ne saurais expliquer pour quelles raisons il a fallu autant de temps, mais je suis content de cela, parce que maintenant, nous avons l’impression que le voyage commence vraiment.

 

Metal-Eyes : J’aime cette vision « le voyage démarre vraiment maintenant » … Votre backdrop est juste derrière vous, pouvez-vous expliquer la signification de ces différents éléments ?

Conrad : Bien sûr ! Chacun de ces emblèmes représente une personne du groupe. Lewis, je te laisse parles de ceux de ton côté.

Lewis : En haut, il y a les aiguilles d’une horloge qui représente le temps. C’est la représentation de notre batteur, Jake, pour qui le temps, dans tous les sens du terme, est important. En dessous, il y a le visage d’Icare. C’est mon choix, qui vient de mon grand-père qui me racontait plein d’histoires, me conseillait de ne pas trop m’approcher du soleil… l’industrie dans laquelle nous travaillons…

Conrad : En bas, de mon côté, c’est un papillon, qui représente la grand-mère de Murphy, qui est décédée. Le mien, au-dessus, est un pin. Ma mère est morte d’un cancer quand j’avais 16 ans, et nous avons planté un pin en sa mémoire. Il nous donne tous les ans des pommes de pin fraiche que nous conservons chez nous ou dans nos voitures. Chaque symbole représente donc l’un d’entre nous et, ensemble, font de nous ce que nous sommes en tant que The Luka State. Et il est assez cool…

 

Metal-Eyes : Merci pour cette explication, elle valait le coup d’être donnée. Votre premier album sera en bacs le 29 janvier. Comment le décririez-vous à quelqu’un qui ne vous connait pas ?

Conrad : C’est un album de rock, avant tout. C’est énergique, nerveux, il décrit un peu ce que c’est que d’être un jeune qui grandit dans une ville ouvrière du nord de l’Angleterre… Les combats que tu mènes en tant que jeune homme. Les gens peuvent s’y reconnaitre, c’est assez facile de s’emballer en l’écoutant, de chanter, de danser ! Tous les éléments sont réunis pour passer du bon temps.

 

Metal-Eyes : J’ai écouté l’album et j’ai le sentiment qu’il y a un mélange de punk et de Beatles. Pas seulement, mais c’est ce qui me saute aux oreilles…

Conrad : Waow, c’est un super compliment ! Nous sommes de super fans des Beatles, et de très grands amateurs de punk ! Lewis adore The Clash, The Jam et The Sex Pistols, et vraiment, les Beatles, c’est un de nos groupes de chevet. C’est cool que tu ais reconnus ça !

 

Metal-Eyes : Vous êtes originaires de Winsford, dans le Cheshire. Je ne connais pas beaucoup les groupes de cette région, qui d’autre y a-t-il ?

Lewis : C’est une petite ville d’où nous venons… Souvent, les groupes du coin se présentent comme venant de Manchester, dans notre région. Mais nous sommes fiers de nos origines, nous sommes fiers de dire que nous venons d’une ville ouvrière, pas de Manchester sous prétexte que nous venons de sortir un album…

 

Metal-Eyes : D’autres groupes qui ont percé sont issus de villes ouvrières… Birmingham, Sheffield…

Lewis : C’est clair !

 

Metal-Eyes : Revenons à votre album qui sort bientôt. Au-delà du premier single – avec sa vidéo, Feel it – il y a cette chanson Fake news. C’est un clin d’œil au départ de Trump ?

Conrad (il rit) : Bon parallèle mais non… Elle traite du fait de venir d’une petite ville ouvrière, comme c’est notre cas. Il y a ce que j’appelle « la mentalité des petites villes ouvrières » où les gens parlent, jalousent ce que tu es lorsque tu évolues dans la vie. Parfois, ça va jusqu’à colporter des choses pour dénigrer ton entourage, ton nom. Les gens qui disent de la merde à ton sujet, qui colportent de fausses infos à ton sujet. Et ça a un impact sur le bien être des gens concernés. C’est plus de cela que traite cette chanson, bien plus que de Donald Trump…

 

Metal-Eyes : Y at-il un lien avec un de vos singles, Lies ! Lies ! Lies !?

Lewis : En réalité Lies ! Lies ! Lies ! est sans doute le morceau le plus engagé politiquement que nous ayons écrit.

Conrad : C’est vrai, et en ce moment, je fais en sorte de rester aussi loin que possible de la politique dans mes textes. Jusqu’à ce que j’ai quelque chose à dire. Mais en ce moments, je n’en ressens pas le besoin.

Lewis : Il se passe tant de choses en ce moment que nous préférons nous concentrer sur le fait de donner du plaisir aux gens plutôt que de ressasser ce qu’il se passe…

 

Metal-Eyes : Alors doit-on parler du Brexit ?

Lewis : Je pourrais t’en parler longtemps, mais ça ne nous amènera nulle part…

 

Metal-Eyes : On vous souhaite bonne chance en tout cas.

Tous les deux : Merci ! On va vraiment en avoir besoin !

 

Metal-Eyes : Venons-en au nom du groupe : y a-t-il un lien avec la chanson de Suzanne Vega, Luka ?

Conrad : Non… (il rit) The Luka State signifie « avoir une attitude mentale positive ». En gros, Sam, le bassiste du groupe, et moi avons vécu quelques temps à Toronto. Nous habitions dans un studio où un gars venait nous rendre visite de temps en temps. Ce studio appartenait à un gars fans des Beatles, alors il y a avait toujours quelque chose en lien avec les Beatles quelque part. Ce gars, Luka, qui venait nous rendre visite, avait toujours une attitude très positive, quoi qu’il se passe, et sa présence à réellement eu un impact sur nous, moi, principalement. C’est ce qui nous a poussé à appeler ce groupe The Luka State, l’état d’esprit de Luka, un état d’esprit que nous nous efforçons d’adopter et d’appliquer.

 

Metal-Eyes : Le 30 janvier, vous avez annoncé une tournée US virtuelle. On connait les concerts en streaming, mais une tournée US… C’est quoi l’idée ?

Conrad : En fait, on a déjà fait ce genre de choses en ligne parce que nous souhaitons simplement rester en contact avec le public, les gens qui découvrent le groupe… Je crois que nous vivons une époque où tout se fait… On ne peut plus se réunir, aller en concerts, faire la fête, toutes ces choses nous manquent. On ne se rend pas compte à quel point nous étions chanceux de pouvoir sortir avec nos potes, boire un verre, hurler à en perdre la voix en concert… Que nous soyons sur scène ou devant. Nous voulons seulement montrer à nos fans que nous ne baisserons pas les bras, la pandémie ne nous fera pas reculer. On a fait équipe avec des promoteurs ici, au Royaume uni, et aussi aux USA. Même si nous préférerions jouer dans une petite salle à guichets fermés – ce qui n’est pas réaliste aujourd’hui., nous pouvons aussi utiliser la technologie moderne pour donner ces concerts.

Lewis : Et les Américains nous ont offert quelques bons moments, alors on s’est dit que c’est à notre tour de leur faire plaisir ! (rires)

 

Metal-Eyes : Ce qui signifie que si je veux assister à cette tournée virtuelle des USA, il faudra que je m’adapte au décallage horaire ?

Lewis : Malheureusement pour toi, oui (rires). Ils l’ont fait de leur côté, à notre tour de leur faciliter les choses…

Conrad : Mais, non, ce sera sur Youtube après, tu pourras le regarder quand tu veux !

 

Metal-Eyes : Conrad, tu as dit que, pour le moment, tu ne veux pas aborder la politique dans tes chansons. Alors, de quoi traitent les paroles ?

Conrad : Sur ce premier album, je parle surtout du fait de grandir, en tant que jeune homme de 20 ans, dans une ville ouvrière en Angleterre, de l’envie de s’évader. ça parle d’évasion, de colère, de passion, de luxure et de sexe, de drogues, de sorties nocturnes…

 

Metal-Eyes : Attends un instant… « de sexe, de drogues » mais pas de rock’n’roll ?

Conrad (rires) : Oh si, le rock, c’est la musique ! En fait, le thème tourne autour du fait de grandir à 20 ans, de ce que tu peux expérimenter. Je pense que beaucoup de gens pourront se reconnaitre, que tu aies 20 ans ou que tu sois plus vieux. C’est ce que je cherche à retranscrire dans mes paroles.

 

Metal-Eyes : D’un point de vue musical, comment travaillez-vous ? Est-ce que l’un d’entre vous arrive avec ses idées et vous en discutez tous les quatre ou est-ce un travail plus collectif ?

Conrad : On travaille de ces deux manières en fait. D’un côté, j’arrive avec mes idées et chacun ajoute ce qu’il souhaite, on en parle et ça devient une chanson de The Luka State, pas une « chanson de Conrad ». La basse, la batterie trouvent leur place et s’imbriquent naturellement. Mais nous travaillons aussi en groupe, les idées naissent de détails, un riff, un rythme, une ligne de basse, une mélodie. Il y a toujours un moment au sein du groupe où chacun propose quelque chose. C’est sain de pouvoir travailler ensemble et de ne pas dépendre simplement d’un compositeur qui arrive avec ses morceaux…

 

Metal-Eyes : Lewis, toi, tu apportes quoi à ce groupe ?

Lewis : Le bon goût vestimentaire (rires)…

 

Metal-Eyes : Tu as entendu ça, Conrad ? En fait, dans la vidéo Feel it, votre batteur a un look affreux… On dirait qu’il a débarqué à la bourre et n’a pas pris le temps d’enlever son pull… (rire général)

Lewis : Je vais lui dire (rires) !

Conrad : Oui, on va lui dire !

 

Metal-Eyes : En dehors du bon goût ?

Lewis : Sérieusement, en dehors d’idées qui naissent d’un riff ou en grattant la guitare, j’apporte sans doute la partie la plus heavy au groupe. Mais ça reste un travail collectif. La table est ouverte, toutes les idées sont les bienvenues.

 

Metal-Eyes : Vous avez travaillé avec un producteur pour l’enregistrement de l’album. Que vous a-t-il apporté ?

Conrad : Oh, il est arrivé avec son regard, et il nous a fait enregistrer en live. Il n’y a pas de séquences, même si le chant a été capté à part. Ce que tu entends, ce sont 4 gars qui jouent live dans la même pièce. Avant, nous ne nous rendions pas compte de ça, même si nous dégageons beaucoup d’énergie live. On a enregistré plusieurs choses sans jamais réussir à capter vraiment cette énergie. Nous ne pouvions pas obtenir le résultat que nous voulions. On enregistrait, on se disait « ouais, ça sonne super bien », et quand nous le faisions écouter à quelqu’un, la réponse était « non, ce n’est pas vous ». Il nous a donc fallu un producteur qui nous dise « non, vous n’allez pas enregistrer séparément, vous allez jouer live. Vous êtes suffisamment bons musiciens pour trouver cette énergie ». C’est le rôle d’un producteur, de faire ressortir le meilleur de chacun et du groupe.

 

Metal-Eyes : Si chacun de vous devait ne retenir qu’un seul titre de Fall in fall out pour expliquer à quelqu’un ce qu’est The Luka State, lui dire « voilà ce que nous faisons », ce serait quel titre ?

Conrad : Pour moi, ce serait Bury me. Un titre direct, punk, qui va droit au but, rock n roll, rageur, 3 minutes qui ne laissent pas de place au doute.

Lewis : Pour moi, ce serait [insert girls name here]. C’est aussi un morceau très punky, mais il y a un super refrain poppy et facile à retenir. Oui, nous sommes agressifs, mais nous apprécions aussi la mélodie efficace.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de The Luka State ?

Conrad : Mmh… « ne jamais renoncer », je pense. Nous sommes à ce stade de notre carrière parce que nous n’avons jamais renoncé, nous avons toujours continué, et ça ne fait que commencer. Ne jamais renoncer à croire en nos rêve, c’est ce que chacun devrait vivre ! C’est valable dans tous les aspects de la vie.

Lewis : Je suis d’accord. Et je dirais aussi « rien n’est suffisamment bon que le meilleur ».

 

Metal-Eyes : Quels sont vos projets immédiats ? Vous ne pouvez pas tourner, partir en promo…

Conrad : Le bon côté de cette situation, c’est que nous avons du temps pour composer. Nous avons commencé à nous pencher sur le second album… Nous prévoyons aussi de tourner à compter du mois de septembre, et nous croisons les doigts pour que ça se produise. Nous passerions par Paris. Mais d’ici là, nous composons.

 

Metal-Eyes : Merci beaucoup à tous les deux, j’espère aussi avoir l’opportunité de vous voir sur scène en France bientôt. Bonne chance avec ce premier album en tout cas.

Conrad : Merci beaucoup, on espère nous aussi !

Lewis (en français) : A la prochaine !

 

LIZZARD: Eroded

France, Rock (Pelagic, 2021)

Il y a 3 ans, les Français de Lizzard nous proposaient Shift, un album de rock aux inspirations variées qui, selon Matthieu, guitariste chanteur de la formation limougeote avec qui nous avons échangé le 15 janvier, « nous a permis d’avancer, de débloquer pas mal de choses chez nous, de nous assumer artistiquement« . Quelle évolution Mathieu voit-il entre ces deux albums? « On s’assume mieux, on ne se prend plus la tête… On joue comme on joue et ça sonne comme ça sonne!« Ils reviennent aujourd’hui avec Eroded, nouvel opus de 11 chansons qui alternent entre soft rock (un peu), pop rock, et rock plus virulent aux accents parfois limite punk. En introduction, Corrosive, un titre instrumental qui laisse entrevoir une approche aérienne et presque progressive de la musique du combo qui nou soffre un contre-pied total avec les premiers accords de Blowdown, rugueux et rythmés. La suite est une recherche constante de cette mélodie qui fait bouger, de hargne et de rugosité musicale. L’album a été composé et enregistré après avoir assuré la promotion du précédent en 2019 (« Je ne sais pas comment d’autres font, mais nous, on est incapables de composer sur les routes… On a besoin de se poser et de en penser qu’à ça, même si j’emmagasine des idées sur la route« ), 2020 a été consacrée au mixage et à la recherche d’un label, et a été accueilli par Pelagic, qui héberge, entre autres, les compatriotes de Hypno5e et Klone. « Le label nous connait, artistiquement, et sait dans quoi il s’aventure avec nous! Il peut combler des choses sur l’aspect professionnel, le merch, l’image… »  Si l’on pouvait détecter quelques influences de The Police ou REM, de new wave aussi sur Shift, celles-ci on disparu. Mais « j’ai envie de dire c’est cool, mais, pour moi, c’est les pires années en musique. J’écoute peut-être les mauvais groupes! mais non, ça ne fait pas partie de nos influences. Nos parents écoutaient ça, donc, forcément, on a chacun été marqués par ce que nous entendions à la maison, mais il n’y a rien de conscient. » Alors, si ce n’est musicalement, est-ce visuellement? Y a t-il quelque recherche volontaire dans l’alternance des pochettes (premier et troisième album en noir et blanc, second et quatrième dans des tons plus « terriens »). « Bien, vu! mais non, on n’y pense pas comme ça. »). Contrairement aussi à beaucoup d’autres, la crise sanitaire n’a pas eu d’impact sur la réalisation de l’album: « le premier confinement, on était en plein mix de l’album, donc « restez chez vous »… on y était déjà. On ne l’a pas du tout senti passer ce confinement! Après, il y a eu l’été, et le second, on travaillait la préparation de la sortie avec le label, ça a été beaucoup de travail (…) Pandémie ou pas pandémie, il y aurait eu le même processus pour la sortie. » Comment Matthieu décrirait-il la musique de Lizzard à quelqu’un qui ne connait pas le groupe aujourd’hui? « Je lui dirais simplement de ne pas écouter Lizzard aujourd’hui (rires). Pourquoi? Parce que je trouve qu’on n’a pas des thèmes très joyeux même si on veut donner la patate aux gens. C’est du rock avec un twist, un petit brin de folie que peu osent faire aujourd’hui. Je dit qu’on est « art rock », on cherche l’expression artistique avant tout« . Alors quel titre de ce nouvel album considère-t-il comme étant le plus représentatif de ce qu’est le trio aujourd’hui? « Mhh… Avanlanche. Parce que ça a été l’un des morceau qui a suscité le plus de débat pendant la composition. On peut l’écouter de plein de manières différentes, il est vraiment en deux parties sans être progressif. Il est d’une simplicité à couper le souffle, mais en même temps, il fallait y penser. Il est entraînant sans qu’on ait besoin de taper du pied, tu peux faire du headbang si tu veux« . Pour ce quatrième album, Lizzard prouve évoluer et s’émanciper en s’approchant de plus en plus de son identité musicale. Ni foncièrement metal, ni totalement rock, mais entièrement sincère et direct, Eroded, sans doute l’album le plus mature du trio, s’adresse à tout amateur de rock mélodique et burné.

Interview: SOEN

Interview Soen : entretien avec Joel Ekelöf (chant). Propos recueillis par Skype, le 11 décembre 2020

SOEN by Ola Lewitschnik

 

Metal-Eyes : Que s’est-il passé pour Soen depuis que nous nous sommes vus la dernière fois, il y a 2 ans ?

Joel : On a beaucoup travaillé, sur cet album principalement. Nous avons également pu tourner un peu, donner quelques concerts jusqu’à l’apparition de cette pandémie…

 

Metal-Eyes : Quel regard portes-tu, deux ans après, à Lotus, votre précédent album ?

Joel : Je crois que c’est le premier album qui a commencé à vraiment soner comme nous le voulions. Comme si les éléments d’un puzzle se mettaient en place. Il répondait vraiment à notre vision, à ce que nous voulions qu’il soit. C’est une belle intro pour cet album. Maintenant, on se rend compte qu’on tient quelque chose, et Imperial est un pas de plus en avant.

 

Metal-Eyes : Selon moi, la différence entre Lotus et Lykaia résidait dans le fait que, si votre musique restait très aérienne, les guitares étaient beaucoup plus agressives. Je trouve la même différence entre Imperial et Lotus : des guitares plus heavy, plus dures, plus rageuses, et ton chant reste très soft et aérien. Sachant qu’il s’agit du second album que vous enregistrez avec Cody Ford à la guitare, comment analyses-tu l’évolution de Soen entre ces deux albums ?

Joel : Il y a deux choses : nous sommes devenus plus agressives. Le passage entre Lykaia et Lotus nous a vu prendre une décision importante : nous sommes metal, profondément, ça fait partie de notre identité. Avant cela, tu sais, on a nos influences, nos envies, mais à cemoment, on a pris conscience que le metal est notre base. Ce qui expliques peut-être que tu perçoives les guitares comme étant plus heavy. Comment Cody a-t-il impacté le son ? C’est un guitariste très talentueux, très fin. Il a une signature sonore fantastique… Il peut jouer des choses très dures, heavy, mais aussi très mélodiques et belles. Un guitariste ne peut pas seulement être rapide, il doit apporter de l’âme à la musique, du feeling.

 

Metal-Eyes : Il y a cependant eu un changement de musicien pour ce nouvel album…

Joel : La basse, oui.

 

Metal-Eyes : Que s’est-il passé ?

Joel : La vie, c’est tout… Stefan a éprouvé le besoin de s’occuper plus de sa famille. Quand tu joues comme nous le faisons, il y a beaucoup de sacrifices à faire. Nous respectons totalement son choix. Dans ce groupe, chacun doit être investi à 100%, et c’est aussi ce que ressentait Stefan, et s’il ne pouvait pas se consacrer entièrement au groupe, il préférait céder sa place, ce qui est très courtois de sa part.

 

Metal-Eyes : Votre nouveau bassiste s’appelle Oleksii Kobel. D’où vient-il ?

Joel : Il vient d’Ukraine. Il est très sympa, mais nous ne l’avons pas encore rencontré ! C’est marrant… On a commencé à travailler avec lui via internet, et la pandémie est arrivée…

 

Metal-Eyes : Donc, vous ne pouviez pas le rencontrer…

Joel : Exact ! Je remercie la technologie qui fait que nous pouvons communiquer et échanger, et c’est un des membres du groupe maintenant, c’est sûr !

 

Metal-Eyes : Si je te comprends bien, la pandémie a eu un impact sur l’enregistrement de l’album ?

Joel : Inévitablement… Cette année, nous devions beaucoup tourner, en Amérique du sud, en festivals… Nous avons dû tout annuler. S’il y a eu du positif, c’est que nous avons pu nous concentrer sur l’album. Alors, oui, ça nous a affectés, mais nous avons pu concentrer tous nos efforts sur l’enregistrement.

 

Metal-Eyes : De quoi parles-tu dans cet album ? Il me semble que l’humanité et l’unité sont des thèmes centraux mais ce ne sont pas les seuls… Je pense entre autre à une chanson comme Modesty où tu dis : « Suivez-moi, suivez-nous car il n’y a personne d’autre pour nous aider » ou Dissident qui semble cacher le même type de message…

Joel : Hum… Tu sais, le monde change, il n’y a plus de juste milieu. Ce sont les extrêmes, la gauche contre la droite… Nous dépensons beaucoup d’énergie à nous discréditer les uns les autres. Chacun est, dans un sens, dans sa bulle, et c’est un problème, un grand problème. Ça donne aux dirigeants un moyen de tirer avantage de tous ces petits combats. Ce que nous devons faire, c’est nous unifier et concentrer la vraie énergie contre les vrais dangers, les vraies oppressions. C’est un sujet qui revient dans nos chansons, oui…

 

Metal-Eyes : Comment décrirais-tu la musique de Soen à quelqu’un qui ne connait pas le groupe ?

Joel : C’est toujours plus facile de laisser les autres le faire…

 

Metal-Eyes :  C’est pour ça que je te le demande…

Joel : Oui… Je te dirais que c’est du metal très bien arrangé (rires) ! « Bien arrangé » parce que nous sommes toujours un groupe progressif, nous accordons toujours beaucoup d’importance aux détails dans chacune de nos compositions. Nous ne sommes pas un groupe de jazz ou de hard rock, nous sommes un groupe de Metal. Dans une certaine mesure, ce style reste très décrié, les gens pense qu’il ne s’agit pas de musique, que ce n’est pas assez élégant… Tu peux être très intelligent et cultivé et apprécier le metal !

 

Metal-Eyes : Toi et moi le savons bien, et nous ne sommes pas les seuls… Nous savons que, avec le jazz et le classique, le metal est le style le plus varié du monde. Même s’il y a des codes, chacun peut casser ces codes pour explorer d’autres horizons… Quand bien même tu dis que vous êtes un groupe progressif, vous n’avez rien de commun avec Dream Theater…

Joel : Oui… Nous sommes sans doute plus proches des groupes avec une approche plus traditionnels, nous ne faisons pas partie de cette branche progressive à laquelle appartient un groupe comme, comme tu le dis, Dream Theater.

 

Metal-Eyes : Ce qui signifie que Soen a aussi sa propre identité…

Joel : Je l’espère en tout cas !

 

Metal-Eyes : Je le pense, sincèrement ! Si tu devais ne retenir qu’un titre de Imperial pour expliquer ce qu’est Soen aujourd’hui, laquelle choisirais-tu ?

Joel : Je choisirai Monarch, aujourd’hui…

 

Metal-Eyes : Pour quelle raison ? Le violon ?

Joel : Ah, ah… Peut-être… Il y a du metal, du violon, un message. Au final il y a tous les ingrédients qui représentent Soen, ce qui nous rend unique. Mais c’est vraiment parce que tu me demandes de ne choisir qu’un titre…

 

Metal-Eyes : C’est ma question « Le choix de Sophie ». Peut-être pas un choix aussi difficile, cependant…

Joel : Demain, je pourrais te donner une autre réponse…

 

Metal-Eyes : Vous aviez déjà un peu fait appel aux violons avant.

Joel : Oui, sur River, et d’autres morceaux. Une des raisons, c’est que nous travaillons avec Lars (Ahlund) qui s’occupe de nos arrangements. Il est multi talentueux. Je crois que son instrument de base est le saxophone, qu’il n’utiliserait jamais avec Soen, mais c’est un musicien fantastique ! Il n’y a rien de mieux que de travailler avec de vraies cordes.

 

Metal-Eyes : Et Cody ? Comme nous l’avons dit, il s’agit de son second album avec vous. S’est-il plus impliqué dans l’écriture, a-t-il fait plus de propositions ?

Joel : Oh, oui ! Tu grandis avec le projet. Il a apporté, sur Imperial, certains des meilleurs solos de notre carrière ! Il s’intègre vraiment de l’esprit du groupe.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Soen en 2021 ?

Joel : Oh… Quelque chose comme « reste vrai et fidèle à tes croyances ». On peut tirer avantage de toute situation…

 

Metal-Eyes : C’est un peu l’esprit de ce que tu m’avais dit il y a deux ans, c’est rassurant ! Vous avez déjà fait appel à des animaux, mais ce serpent… Va-t-il devenir un visuel important du groupe, votre totem ?

Joel : Je ne peux pas te répondre… On a déjà utilisé d’autres animaux – le rhinocéros, le loup…

 

Metal-Eyes : Simplement le serpent a commencé à apparaître à travers votre signature…

Joel : C’est exact, oui. Aujourd’hui, nous sortons une nouvelle vidéo, et tu verras, le serpent est très présent !

 

HOLLYWOOD UNDEAD: New empire Volume 2

Metal, USA (2020)

Pour ce second volet de New empire – la première partie est parue en début d’année – C’est une Johnny 3 Tears enjoué et en forme – bien que peu familier avec l’outil – qui se connecte en ce 15 décembre à Skype pour s’entretenir avec Metal Eyes et nous parler du petit nouveau des enfants terribles de Hollywood Undead. Premier constat: New empire vol. 2 est beaucoup plus pop que son prédécesseur. Dansant et enjoué de bout en bout, presque du soft punk pour ados… C’est pourtant bien là l’esprit festif des Américains qui ne se sont jamais cantonnés à un seul style. Quelle est la situation sanitaire à Nashville?  » Bien meilleure qu’à LA, les gens portent le masque (note: ce qui pour H.U est plutôt habituel…), je crois que seuls les cinémas ont dû fermer, mais je m’en fous parce que j’en ai rien à battre du cinéma actuel! » La crise sanitaire a-t-elle cependant eu un impact sur la sortie de l’album? « Oh oui! Vol. 2 devait sortir au mois de mars ou avril. Quand le volume 1 est sorti, on était en tournée en Europe. Le show de Paris est le premier que nous ayons annulé. On s’est donc retrouvé à la maison sans trop comprendre ce qu’il se passait… On ne pensait même pas à cet album. Le côté positif, c’est que nous avons pu composer de nouvelles chansons pour Vol. 2. On a retiré  celles qui, selon moi, étaient à chier pour les remplacer par de meilleures. Les labels étaient fermés aussi, ce qui explique que Vol. 2 ne sorte que maintenant« . Johnny confirme que le Vol. 1 est beaucoup plus agressif, tant dans les riffs que dans les textes. « Nous voulions quelque chose de vraiment heavy. Pour Vol. 2, on voulait quelque chose de plus soft et passe partout sans pour autant préméditer quoi que ce soit« . D’ailleurs, pour célébrer cette sortie, H.U donnait une House party le 18 décembre – « ce qu’on faisait quand on était étudiants et qu’on a commencé: jouer dans le salon des potes. Ça me manque un peu, boire 3 litres de bière et foutre le bordel dans le salon et voir les parents en colère! » Quelle évolution Johnny 3 Tears voit-il entre le précédent album, Five, et la doublette New empire? « Il n’y a pas d’évolution pensée. En tant que personnes, nous sommes tous amenés à évoluer, en fonction de tes sentiments, de ce qu’il se passe dans ta vie. Ce qui arrive à chacun d’entre nous se retrouve quelque peu sur l’album. Mais rien n’est prémédité. » La particularité de Hollywood Undead réside, entre autre, sur le grand nombre de chanteurs. Comment le choix de qui chante quoi se fait-il? « Mmhhh… nous avons des voix différentes, une partie du choix se fait en fonction de la tonalité du titre. Je m’occupe de ce qui est plus heavy, Danny est ténor, il s’occupe de ce qui est plus haut… Et puis tu sais, live, on change toujours, on échange nos instruments… Ca dépend vraiment de la chanson et de ce que ressent chacun. On fait en sorte de rester le plus naturel possible sans dire « toi tu fais-ci, moi, ça« … » H.U étant un groupe festif, ce Vol. 2 voit quelques invités de marque, dont Papa Roach avec qui le groupe était en tournée au moment des confinements mondiaux. « La plupart des morceaux avec des invités sont lié au Covid… On ne le fait pas d’habitude, sauf une fois, avec B-Real de Cypress Hill. Mais tous les musiciens qu’on connait étaient comme nous: coincés chez eux. Alors plutôt que de ne rien faire, on s’est tous mis au boulot! Toutes les chansons étaient prêtes, nous avons pu les modifier. D’habitude, c’est compliqué de nous réunir: quand nous enregistrons, d’autres sont sur la route, ou en train d’enregistrer, donc pas disponibles. Ou l’inverse… Mais là, tout le monde était là, avait envie de bosser, ce qui explique qu’il y a autant de monde. On a tous enregistré à la maison. Le seul déplacement que nous ayons fait, c’est pour tourner la vidéo avec Tech-9 qui ne voulait pas bouger. » Quelle chanson de Vol. 2 représente-t-elle le mieux ce qu’est aujourd’hui Hollywood Undead? « Mec, elle est compliquée ta question! Elle est bonne, frangin! Sur Vol. 2? La plus représentative? Je dirai Monsters, parce que je pense que c’est celle qui contient le plus de notre passé, elle explique d’où nous venons, les raisons qui nous ont amenés à faire de la musique« . Ok, et quelle serait la devise de H.U – à part Fuck Covid? « ah, ah! je crois que celle là, c’est la devise de tout le monde en ce moment! Je dirai « Vis l’instant présent ». Je crois que les gens se prennent bien trop au sérieux. Et si tu te prends trop la tête avec ce qui s’est produit il y a 5 ans, ou si tu prévois ce qui peut se passer dans 5 ans, tu perds ton temps« . Hollywood Undead aime la fête et Johnny conclue avec un simple « j’espère qu’on se retrouvera bientôt, qu’on se verra au Hellfest qui est vraiment mon festival préféré« .  Avec la reconnaissance du groupe en France, c’est vraiment tout le mal que nous puissions nous souhaiter!

STUBORA: Vision obscure

France, Heavy metal (auto production, 2020)

A peine un an après avoir publié son dernier album, Horizon noir, les Français de Stubora reviennent avec un EP, Vision obscure. Reprenant les codes visuels du précédent méfait (un triangle équilatéral dont, dixit Cyril, chant et guitare, avec qui Metal Eyes s’est entretenu le 15 décembre dernier, « chaque côté représente un membre du groupe, chacun ayant la même importance que les deux autres. Chacun a son rôle, mais chacun a le même poids dans chacune des décision du groupe » et un fond sombre), ce 6 titres n’était au départ pas prévu aussi vite. « En novembre 2019, on pensait avoir du temps devant nous pour tourner et assurer la promo de Horizon noir. On a mis en place le set, le matos… on avait tout prévu, et là est arrivé le virus. Et ça fout tout en l’air. on se rend compte que les concerts ne vont pas reprendre (…) On s’est dit qu’il fallait qu’on reste actifs pour continuer de faire vivre cet album sur lequel on avait travaillé 2 ans. On a décidé de faire cet Ep, dans la continuité de l’album, comme une extension de l’album.Faire quelque chose pour continuer d’être présents« . Le titre lui même, Vision obscure, se veut dans la continuité de l’album, mais il a aussi été inspiré par la crise sanitaire. « Horizon noir, à l’époque, reflétait le futur qu’on envisageait, mais on était loin d’imaginer la situation à venir. Avec le confinement et tous les problèmes sanitaires, ce n’est plus l’horizon qui est noir, c’est le présent! » Musicalement, Stubora reste fidèle à lui même: du heavy mélodique mixé au rock et au thrash, deux chanteurs – Cyril et Mick – aux styles différents et complémentaires. Les 5 titres – plus une reprise – transpirent de cette « envie et de l’énergie » dont Cyril fait part, même s’il « n’y avait rien de prévu ou de déterminé avec cet Ep. »Pour autant, Stubora, bien que trio, n’a pas eu l’opportunité de se réunir pour l’enregistrement: « On habite à 2 ou 300 km les uns des autres, on a commencé à travailler à distance. On avait commencé pendant le confinement et, heureusement, les réseaux sociaux nous aident à vraiment travailler à distance! » Chacun a pu enregistrer dans son home-studio, ce qui a permis de développer de nouveaux modes de travail. « Quand ils ont commencé à annoncer la 2ème vague (…), on a mis en place tout un processus de production (…) On se retrouve vraiment bien dans ce qu’on voulait faire, et le seul challenge, ça a été de condenser tout ça en 4 mois« , le temps que s’est assigné Stubora pour réaliser cet Ep. Le trio a également décidé de reprendre Cerveau limité, un de ses propres titres qui figurait sur l’album précédent. Pourquoi ce choix? « On ne voulait pas d’un Ep avec un ou deux titres… Pendant le confinement, Mick avait repris Soleil noir en acoustique, et on s’est dit qu’on pouvait en effet faire une ou deux reprises. Mais de manière différentes. J’ai proposé de faire un remix de Cerveau limité, qui est un des titres forts de l’album, et de lui donner une autre couleur, laisser plus de place à des choses qui attirent peut être un peu moins l’oreille« . Mais il y a également des nouveautés qui marquent une évolution: « Atta, 451,  qui a un texte historique, ce qu’on n’avait jamais fait, un remix, nouveau aussi. » Tout en restant dans son univers, Stubora a en effet réussi à avancer et se réinventer quelque peu. Difficile cependant de ne retenir qu’un titre pour expliquer ce qu’est Stubora aujourd’hui… « Tu ne peux pas résumer Stubora à un seul titre, il en faut au minimum 2. Le coté un peu plus thrash de Atta 451 et celui un peu plus rock, heavy qu’il ya sur Vision« . A bien y réfléchir, c’est logique, chacun des chanteurs ayant un style différent, il faut bien que chacun soit représenté. Concluons donc avec la traditionnelle question: quelle serait la devise du groupe? « Ah! Ce serait « Ne lâche rien », parce que le groupe existe depuis 1996, a sorti son premeir album en 1998. En 2020, on est toujours là. On n’est pas un groupe international, mais on ne lâche rien et on est toujours là. Quand on commence, on ne se rend pas compte de tout ce qu’il faut faire, de tous les efforts pour rester. La passion qui nous tient, donc il faut se donner, et s’adapter – on le voit bien en ce moment! On a toujours le même état d’esprit depuis l’album Résurrection,en 2015« 

Interview: FOREST IN BLOOD

Interview FOREST IN BLOOD : entretien avec Hervé (guitare). Propos recueillis par téléphone, le 13 novembre 2020

Metal-Eyes : Tu n’as pas l’impression d’avoir 18 ans d’avance pour ce nouvel entretien ?

Hervé (il reste muet quelques secondes) : … Pourquoi 18 ans d’avance ?

 

Metal-Eyes : Parce que lorsque nous nous étions rencontrés il y a deux ans, nous avions fait le récapitulatif : votre premier album est sorti en 1998, le second en 2018, soit chaque fois que l’équipe de France remporte la coupe du monde, et nous nous étions donnés rendez-vous « dans 20 ans »…

Hervé (il rit) : Ouais, ben, tu vois… Il y a des choses qui peuvent changer et évoluer. Comme quoi, l’avenir est imprévisible.

 

Metal-Eyes : Vos deux premiers albums sont sortis avec 20 ans d’écart, et le troisième arrive à peine deux ans plus tard. Que vous est­-il arrivé ?

Hervé (il rit) : En fait, je vais peut être rappeler à 16 heures… J’en sais rien… On a peut-être trouvé la formule qui est de se dire qu’on ne se prend pas trop la tête sur la façon de faire, et d’aller plus directement sur les choses. C’est un peu le résultat qu’il y a. Il y a eu Forest In Blood, puis on a monté Apocalyse Now avec qui on a sorti deux albums. Il fallait que tout soit parfait. Là, on a remonté Forest In Blood, on est retournés en studio, tout n’était pas forcément prêt à 100%, on a peaufiné en arrivant. On a passé plus de temps en studio, ce que nous avions prévu. On a refait la même chose, ce qui fait, je pense, que ça s’est passé plus rapidement que prévu.

 

Metal-Eyes : Quels retours avez-vous eu de Pirates, votre précédent album ?

Hervé : Ils étaient assez bons… On a été assez surpris de voir que, en live, les formules de chants qu’on a mise de manière à avoir quelque chose de plus fédérateur, ça prenait. En live, les gens connaissaient et suivaient, donc, ça, ça a été une grande surprise et c’est très positif. On ne va pas se mentir : quand tu vois que ce que tu fais plaît, c’est agréable, encourageant. C’est peut être ce qui nous a donné envie de faire celui-ci. On verra ce que donne Haut et court, parce qu’on n’aura peut-être pas l’occasion de le défendre sur scène…

 

Metal-Eyes : Pour quelle raison, enfin ?

Hervé : Ben… je sais pas si tu vois le contexte, mais nous on est bloqués à la maison… Tu te rends compte que tout est bloqué… On avait de super dates qui étaient prévues, à Paris, au Hellfest, un Day off hardcore avec 800 personnes, un concert avec Archangel dans le Nord, un autre festival à Tours… Plein de trucs, et tout est tombé à l’eau. Les perspectives futures ? Il n’y a rien. Rien…

 

Metal-Eyes : Votre précédent album a été enregistré au studio Sainte Marthe avec Francis Caste. Qu’en est-il de Haut et court ?

Hervé : Celui-là a été enregistré au Hybrid studio avec Andrew Guillautin. Ça se trouve à Fontenay sous Bois. On avait fait quelques prises avec lui chez Francis sur l’album précédent, quelques ajustements, et là, on a tout fait chez lui. C’est quelqu’un qu’on connait bien, qui a beaucoup travaillé avec Pierre de The Arrs, qui répétait chez lui. Andrew, c’est comme Francis. Il nous a manqué sur cet album, mais Andrew nous a apporté d’autres trucs.

 

Metal-Eyes : Francis vous a manqué en quoi, et Andrew vous a apporté quoi ?

Hervé : Francis nous a manqués parce qu’il est très rigoureux sur plein de choses, il est de bon conseil, il te demande de réajuster des trucs, des petits arrangements. Andrew, il est plus dans la spontanéité, et dans le direct ? C’est-à-dire, par exemple, dans la façon d’enregistrer les batteries, Andrew veut ressentir le côté hardcore, il a une approche différente et ça a apporté quelque chose de différent. Surtout, on avait plus de temps avec Andrew…

 

Metal-Eyes : Oh, vous n’aviez que deux ans, alors qu’avant, vous avez eu 20 ans !

Hervé : … C’est vrai (rires) Là, le temps en studio a été un peu plus long, mais pour le précédent, il nous a fallu plus de temps.

 

Metal-Eyes : a situation sanitaire a-t-il eu un impact sur la réalisation de l’album ?

Hervé : Absolument pas ! Il s’est même rallongé car l’album devait sortir plus tôt. Il devait sortir entre juin et juillet.

 

Metal-Eyes : Comment analyses-tu l’évolution de Forest In Blood entre Pirates et Haut et court ?

Hervé : Comment je pourrais te dire ? n est restés sur les mêmes thématiques, en tout cas au niveau des paroles. Musicalement, je dirais qu’il n’y a pas eu beaucoup d’évolution sauf qu’on est allés encore plus dans la spontanéité., on s’est moins pris la tête, le chant, je le trouve encore plus fédérateur. On fait aussi un titre en français, ce qu’on n’a jamais fait.

 

Metal-Eyes : Pourquoi n’avoir choisi de faire qu’un seul titre en français ?

Hervé : Initialement, il ne devait pas y en avoir, parce que ce n’est pas ce qu’on fait. Mais le fait de faire un truc avec Nico de The Arrs, lui il ne chante qu’en français, donc on s’est dit qu’on allait faire quelque chose de nouveau. Nico a écrit son texte, on a fait les choses dans un esprit de partage, et on se rend compte que ça a plutôt bien fonctionné.

 

Metal-Eyes : Ce morceau, c’est Haut et court, le morceau titre. En écoutant le texte, j’ai l’impression que ça s’adresse aux terroriste qui sévissent en France, mais c’est aussi un texte qui fait référence à la pure piraterie. Vous avez voulu exprimer quoi, avec ce titre ? Quand vous dites « ces fils de chiens, ces lâches, pendez-les haut et court ! », ça peut désigner beaucoup de personnes.

Hervé : Oui, ça peut s’adresser à beaucoup de personnes, sauf qu’on ne le prend pas dans ce sens là. C’est la vision du chanteur, qui prend la place du bourreau qui dit « pendez les haut et court ! ». Et le bourreau, c’est plutôt Nico, Elie, se comporte plus en victime… L’idée, c’est « on ne te laisse pas aller au bout de tes idées et on te pend », et c’est ce qui arrivait souvent aux pirates quand ils étaient attrapés. L’idée c’est de vivre les choses à 100%. Dans nos messages, il y a aussi un aspect de fraternité, basée sur des codes. Les gens se basaient sur des codes, sur des valeurs, du respect.

 

Metal-Eyes : Tu dis que c’est le seul titre en français, mais c’est faux : il y a votre interlude avec ce cri « vive la liberté ! ». Ça fait deux titres en français…

Hervé : Oui, c’est vrai.

 

Metal-Eyes : Vous allez revenir à du chant français à l’avenir ?

Hervé : Est-ce qu’on va y revenir ? je n’en sais rien. Déjà, je ne sais pas ce qu’on va devenir, ce qu’on va faire. Mais pourquoi pas ? C’est venu tellement par instinct… Déjà quand on l’a écrit, on ne pensait même pas le faire, c’est l’opportunité de l’instant. Nico qui arrive avec des textes, ils ont géré leur truc tous les deux et nous, on n’a pu que dire « OK ! ».

 

Metal-Eyes : Vous revenez à cette idée sur Never surrender où vous dites « Fight for your rights ». Quels sont les thèmes principaux que vous abordez dans vos textes.

Hervé : On parle du refus de la domination, de la liberté, qui est mise en avant, la fraternité, le respect, et surtout de vivre, de vivre les choses.

 

Metal-Eyes : Musicalement, est-ce que tu es d’accord avec moi – tu ne peux pas ne pas être d’accord, il s’agit de mon ressenti (il rit) – je retrouve aussi bien du Sepultura tribal, du Slayer, du hardcore. Vous avez mis quoi d’autres ?

Hervé : Tu as entièrement raison, ce sont les messages qu’on veut faire passer. Ce que tu décris, c’est exactement ça : Sepultura vieille époque, Slayer, Biohazrd, c’est vraiment ça. C’est la bande son qui a accompagné notre jeunesse. Quand tu composes un album rapidement, soit tu vas chercher des trucs loin, de nouvelles inspirations, soit tu fais comme nous : tu prends la guitare et tu vois ce qui sort. La batterie, c’est pareil, on n’a pas cherché à creuser, ce n’est que du brut.

 

Metal-Eyes : Si je suis quelqu’un qui ne connait pas du tout Forest In Blood, comment me décrirais-tu votre musique pour me donner envie de l’écouter ?

Hervé : C’est une batterie bien assise, avec des speeds très clairs, des mosh parts et des passages lents clairs et très aérés. Deux guitares – on n’a enregistré que deux guitares, . C’est de la stéréo pure – Barth à droite et moi à gauche. Actuellement, quand tu écoutes des albums, il y a vingt guitares, nous on a une stéréo qui est énorme. On a mis quelques petites choses au milieu, quand il y a des arrangements, mais sinon, quand tu écoutes l’album au casque, c’est énorme !

 

Metal-Eyes : Mais là, tu ne me convaincs pas d’aller écouter votre musique, la stéréo, ça fait longtemps que ça existe !

Hervé : Alors… ça fait longtemps que ça existe, mais ça fit longtemps que ce n’est plus utilisé. Nous, on est revenus aux basiques : deux guitares, une rythmique et du chant avec du flow, du couplet et du refrain, des refrains fédérateurs, capables d’être repris en chœur en concert, quand ça pourra se faire.

 

Metal-Eyes : Je parlais de l’influence de Slayer : ils ont écrit sur Reign in blood un morceau qui s’intitule Raining blood, vous avez carrément Raining rum… Dis moi que c’est involontaire…

Hervé (rires) : Voilà… Ben, je vais être obligé de te dire la vérité : pas du tout. En plus on l’a positionné en dernier comme Raining blood était le dernier titre de l’album. C’est un clin d’œil.

 

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un titre de l’album pour définir ce que vous êtes aujourd’hui, ce serait lequel ? Evite Echafaud, ce n’est pas un bon choix…

Hervé : Je pense que Real game of gallows nous représente bien aujourd’hui. C’est un peu notre marque de fabrique.

 

Metal-Eyes : Si tu devais maintenant penser à une devise pour le groupe, ce serait quoi ?

Hervé : Vivre intensément… Aujourd’hui, on a décidé de faire cet album, de le sortir malgré le confinement. Peu importe ce qu’il se passe, cet album il doit vivre sa vie.

 

Metal-Eyes : On peut se procurer où votre album en ce moment ?

Hervé : Franchement, il faut nous le commander en direct… Quelques distributeurs doivent l’avoir, mais en ce moment, il faut passer par nous en direct. Et je t’avoue que de passer directement par nous, c’est une façon de nous soutenir…

 

Metal-Eyes : L’argent vous revient directement…

Hervé : Exactement, on n’a pas d’intermédiaire. En plus, on a un pack avec CD et T-shirt super sympa, on va en proposer un autre plus gros. A commander sur notre site (www.forestinblood.com), notre bandcamp ou notre page facebook. Si les gens veulent qu’on le dédicace, il suffit de le noter dans les messages et on le signe avec plaisir !

 

Metal-Eyes : Ce sera précisé. Merci en tout cas pour cet échange, Hervé.

Hervé : Merci à vous ! C’est vous qui faites le boulot, malgré la situation on le voit : les webzines, les magazines, les radios, on voit que ça soutient, que ça partage, que ça aime… Merci à vous parce que, au final, c’est vous qui faites le boulot !

 

Interview: BLACK BART

Interview BLACK BART : entretien avec Babass (chant, basse) Propos recueillis par téléphone, le 6 novembre 2020

Le bordel qu’il doit y avoir dans la tête des pirates ! Comment, au cours d’un entretien, on en arrive à parler de musique, d’élections américaines, de confinement, comparer le nombre d’attestations faite en une journée, de la légendaire planque où Barbe noire aurait caché son trésor sur les côtes américaines… Bon, j’y suis pour quelque chose, certes, et quand une interview se transforme en discussion, le job est plaisant. Impossible cependant de tout retranscrire, et cela dans un pur souci de compréhension lors de ta lecture…

 

Metal-Eyes : Tu viens en off de me dire comment tu te sens, alors, on ne va pas parler du confinement…

Babass : Non… La situation est suffisamment chiante comme ça, alors on va éviter…

 

Metal-Eyes : Tu veux qu’on parle des élections américaines ?

Babass : C’est une belle comédie qui mériterait qu’on écrive une chanson dessus, mais, non… Je le ferai peut être un jour, qui sait ?

 

Metal-Eyes : On ne sera pas dans le même univers…

Babass : Il y a une sorte de piraterie quand même… Ça peut être cohérent.

 

Metal-Eyes : On remplacera Barbe Noire par…

Babass : …  « Mèche folle », le sale môme qui ne veut pas rendre ses jouets !

 

Metal-Eyes : On n’est pas là pour parler de ça mais bien de Blackbart. Comme c’est notre premier entretien, laisse-moi te poser la question la plus originale qui soit : peux-tu me raconter l’histoire de Black Bart ?

Babass : Alors, je reprends mes petites notes parce que je ne me souviens plus très bien (rires). En fait, ça a commencé avec Les Tontons Flingués, un quatuor avec Marco, Zozio et un autre guitariste qui a décidé de prendre son envol. On a alors intégré le jeune Rudy et ça a été l’occasion pour remettre en question ce qu’on faisait dans ce groupe. C’est aux alentours de 2008, on a toujours le même line-up depuis. On en a profité pour revenir à nos sources, à ce qu’on aime : le gros heavy qui tâche ! Ça a évolué tout doucement, on est de plus en plus heavy, il y a plus de thrash et de heavy allemand dans ce qu’on fait.

 

Metal-Eyes : Quand tu parles de heavy allemeand…

Babass : … il n’y a pas forcément de liens avec Running Wild comme on pourrait le croire. Ils font partie des groupes que certains d’entre nous ont écouté, mais on écoute tous des choses différentes, ce qui fait l’amalgame de nos sources d’inspiration. Rudy et moi sommes sans doute les deux plus heavy du groupe, Marco a un panel beaucoup plus large qui peut aller de I Muvrini à Megadeth… Et c’est à peu près la même chose pour Zozio qui reste un peu plus rock’n’roll, et ça nous permet d’avoir un panel assez large.

 

Metal-Eyes : J’avais noté sur votre précédent album des influences qui vont de Metallica à Judas Priest, en passant par Iron Maiden, donc le gros metal des années 80.

Babass : C’est tout à fait ça, c’est vraiment notre période favorite. Après, tous ces groupes ont continué, ils ont évolué aussi. Je n’aime pas cette formule, mais c’est vrai que c’est un peu notre fonds de commerce. En plus, on veut que ça sonne assez brut et assez naturel, aussi bien au niveau de la production.

 

Metal-Eyes : Vous avez décidé de faire reparler de vous avec la ressortie, ou la rediffusion de Canewydd Bach, un album qui date de 2018. Pour quelle raison vous voulez qu’on en repale aujourd’hui ?

Babass : On voudrait bien que cet album intéresse des labels, des tourneurs, et le meilleur moyen d’en faire reparler, c’est de le ressortir. On n’a pas de distrib’, pas de tourneur, et on pense que cet album mérite mieux que l’anonymat. Et avec la sortie de Pièce de huit, l’idée c’est de relancer cet album. L’un et l’autre sont liés, Pièce de huit est la continuité de Casnewydd Bach, et les prémices de ce qui arrive. S’il n’y avait pas eu la Covid, l’album serait arrivé un peu plus vite, mais là, on est un peu bloqués. Pièce de huit est un intermédiaire entre le passé récent et le futur proche.

 

Metal-Eyes : Vous avez aussi fait le choix de faire ce lien entre ces deux albums avec un Ep. Pourquoi ne pas être allés jusqu’au bout et proposer l’album en entier ? Il y a une vraie différence avec le Ep ?

Babass : Oui, il y a une différence avec les morceaux qu’on est en train d’écrire. On met un pied de plus dans le heavy thrash. Il y a des prémices sur Pièce de huit. Un morceau comme Le maitre est très lourd, mais le refrain est aussi très rapide. Une sorte de mélange et d’opposition entre les deux parties. On ne se donne pas de limite. Pour l’album à venir, il y aura des morceaux très lourds, ou d’autre choses, comme Les filles de madame Henry, plus légères.

 

Metal-Eyes : Sur pièce de huit, j’ai aussi noté une approche à la Slayer, dans Panier de crabes…

Babass : Tu es le premier à faire ce genre de remarque, et ce n’est pas faux. Slayer fait partie des groupes qui nous ont marqués un moment, il y a des rythmiques super intéressantes, le jeu de double grosse caisses, des choses que j’aime bien. C’est sûr qu’à un moment, ça revient aussi…

 

Metal-Eyes : Sur Le maître, à mi-parcours, il y a des traces d’ADX, aussi…

Babass : On a eu l’opportunité de jouer avec eux, sur un festival, il y a trois ans, je crois. Il y avait ADX, Vulcain Drakkar… J’aime beaucoup le dernier album d’ADX, les deux derniers, même. Les autres sont bien, mais ceux-là m’ont bien claqué la figure !

 

Metal-Eyes : Tu m’as dit que votre fonds de commerce, c’est le gros heavy qui tâche. Mais pour quelqu’un qui ne vous connait pas du tout, comment décrirais-tu l’univers, l’esprit de Black Bart ?

Babass : Alors… On pourrait croire qu’on est totalement dans l’univers de la piraterie, qu’on pourrait ressembler à des groupes comme Alestorm, Running Wild, mais en fait, non. On est assez différents musicalement, on explore d’autres univers musicaux, on s’exprime en français et les thématiques ne sont pas forcément la fête, la beuverie, les filles et le rhum ! Comme je suis le maître de la plume, j’essaie d’élargir les sujets. 50% des textes sont tournés vers les légendes de la piraterie et de la mer, et le reste est tourné vers coups de gueule, les hérissements de poils et ce genre de choses. Il n’y a aucune chanson d’amour dans Black Bart, j’ai fait une croix dessus il y a 15 ans et j’ai dit que je n’en écrirais plus (rires) ! C’est un choix, complètement arbitraire. Sur le 4 titres, il y a Panier de crabes, qui parle du fait que, quand tu veux te sortir d’une situation, il y a toujours quelqu’un pour te tirer vers le bas. Chaloner Ogel, c’est une légende maritime, c’est l’ancien second de Black Bart, qui est aussi devenu celui qui l’a chassé, a arraisonné son bateau et a entrainé sa mort… Le maître a été inspiré par une émission de France Inter sur L’exorciste : il y avait le témoignage d’un prêtre qui a demandé, lors d’un exorcisme à ce qu’il y ait le silence dans la pièce et une voix caverneuse a répondu « non, non, plus jamais de silence ! J’ai inventé la télévision pour qu’il n’y ait plus de silence. » Ça m’a marqué et j’ai un peu détourné cette phrase parce que je crois, qu’aujourd’hui, le nouvel enfer, c’est internet, donc j’ai un peu dévié dessus. Et Mammon, qui parle de tous ces gens voués au diable de la finance qui est Mammon. Tu vois que le panel et large. Les thèmes abordés sont généralement à l’origine de la musique qui arrive derrière… Aussi bien musicalement qu’au niveau des textes, on essaie d’ouvrir le panel.

 

Metal-Eyes : Tu disais qu’il y a 15 ans tu as décidé d’arrêter de parler d’amour. Y a-t-il d’autres thèmes que tu refuses d’aborder parce qu’ils n’ont pas leur place dans Black Bart ?

Babass : A priori, je dis oui et non…

 

Metal-Eyes : Alors là, bravo ! Merci !

Babass : (rires) oui, c’est vrai… Je me suis auto-censuré sur un texte, il n’y a pas longtemps, il s’appelait Les chasseurs de vermine, et je me suis dit que c’était beaucoup trop provocateur pour le mettre en ligne.

 

Metal-Eyes : C’est aussi le rôle du rocker, du metalleux de provoquer, parfois…

Babass : Mais là c’était un vrai mode d’emploi pour aller zigouiller quelques malfaisants qui sévissent dans notre monde. Après, mes textes sont soumis aux autres membres du groupe, et personne ne m’a encore dit « non, ça va pas bien ? Tu ne vas pas chanter ça tout de même ! »

 

Metal-Eyes : La question est alors : comprennent-ils le sens de tes textes ?

Babass : Je leur soumets à chaque fois, s’ils ne comprennent pas, ça donne lieu à une explication de texte ! Parfois il y a des sortes de chausse trappe, je dissimule parfois les choses

 

Metal-Eyes : Sur Pièce de huit qui, je le rappelle ne contient que 4 titres, si tu devais n’en retenir qu’un pour expliquer ce que vous êtes aujourd’hui, ce serait lequel ?

Babass : Ah, j’hésite… Je pense que Le maître est assez représentatif de ce qu’on peut faire. Il y a les différentes orientations du groupe, il est moins linéaire que Panier de crabes.

 

Metal-Eyes : Une dernière chose : si tu devais imaginer une devise pour Black Bart, ce serait quoi ?

Babass : Oh, celle de John Barthelemy Roberts : « nous trinquerons avec la mort » ! C’était aussi le titre du second lp, « Nous trinquerons avec… » points de suspension.

 

Metal-Eyes : Le prochain album est prévu pour quand ? Notre ami Covid…

Babass : Notre ami Covid a tout foutu en l’air ! Nous nous auto finançons, on fait tout nous-mêmes, on cherche nos dates de concerts, on essaie d’avoir des défraiements et on met tout ça de côté, pour l’album suivant. On maitrise toute la partie technique, le studio ne nous coute rien, mais on a à notre charge le mastering, le mixage, la pochette. Cette année, les fonds sont à zéro. 9a nous retarde le projet…

 

Metal-Eyes : Vous avez pensé au financement participatif ?

Babass : Ben, on en a parlé tout à l’heure dans une autre interview, on a vu que les amis d’ADX l’avaient fait pour leur dernier album, et ça fait partie des réflexions qu’on a pour l’instant. Il y a des titres qui sont déjà enregistrés et mixés, d’autres en cours de finition. Et avec la seconde vague, le local de répètes est fermé… On attend de pouvoir se retrouver pour finaliser les morceaux.

 

 

Interview: BULLRUN

Interview BULLRUN : entretien avec Gaël (guitare). Propos recueillis par téléphone, le 20 novembre 2020

Photo promo by Audrey Ritzenthal

 

Metal-Eyes : Gaël, nous nous étions rencontrés il y a trois ans pour la sortie de votre précédent Ep, Dark Amber. C’était une époque où on avait encore le droit de rencontrer des gens pour leur parler (il rit). Quel regard portes-tu sur ce disque trois ans après, quand tu y repenses, y a-t-il des choses que tu aurais faites différemment ?

Gaël : Sur Dark amber, non, je ne pense pas. C’était le fruit d’un état d’esprit. En fait, c’était 6 titres qu’on a extraits de ce qui devait être un album. On a préféré en faire un Ep, et c’est exactement ce qu’on voulait exprimer à ce moment-là. C’était un ton un peu punk rock, hard rock des années 80 et c’était notre état d’esprit à cette époque.

 

Metal-Eyes : Vous avez patienté 3 ans avant de proposer un autre Ep. Ça fait long pour un jeune groupe…

Gaël : On n’a pas particulièrement patienté… Ce qui s’est passé…

 

Metal-Eyes : Tu ne peux pas dire que c’est à cause du Covid, là !

Gaël (rires) : Bon, je vais essayer de trouver autre chose… On pensait effectivement sortir un CD un an plus tard, un album. Et, au final, ce n’est qu’un Ep 6 titres et, tu l’auras peut être remarqué, Wilderness est un peu différent. La direction musicale est un peu plus metal, un peu plus moderne, et c’est aussi un peu moins éclectique que Dark amber où tu passais d’un style à un autre, à des ambiances radialement opposé à quelque chose d’assez homogène, en tout cas c’est ce qu’on a essayé de faire. Ce changement de direction, il ne s’est pas fait tout seul, il découle beaucoup de notre collaboration avec Symhéris et JD Cardavelli qui nous ont aidés à trouver notre direction. Bullrun existe depuis 2011, mais ce n’est vraiment qu’à partir de 2016 qu’on a commencé à penser à la musique comme quelque chose de très professionnel, malgré notre statut. Dark amber, c’était notre premier jet et on continue encore à se chercher. Il a fallu écrire Wilderness, en axant notre propos vers quelque chose de plus metal, et on ne savait pas trop si on pouvait s’aventurer là- dessus, si c’était notre terrain… On a beaucoup réfléchi, et, à côté de ça, on s’est engagés dans un programme de coaching scénique, et musical, au Fog, à l’Empreinte de Savigny le Temple. Ils ont mis au point un programme de coaching scénique avec différents intervenants qui te donnent des pistes de réflexion et d’orientation différentes.

 

Metal-Eyes : La nouvelle star version metal…

Gaël : Ben, c’est un peu ça, parce qu’il y a quand même des élections. Et ça te permet de voir les choses différemment à la fin du programme. On a eu des avis, et on a eu une approche différente, et on a commencé à écrire en plein milieu, et on a enregistré vers aout 2019. On a défendu Dark amber sur scène pendant un an et demi, on a fait sa promo du mieux qu’on pouvait, et ensuite il y a eu ce programme. C’est vrai que ça peut faire long pour seulement 6 titres, mais ça nous correspond plus, je crois.

 

Metal-Eyes : Si on parle d’évolution, ce serait surtout d’un point de vue musical et maturité…

Gaël : C’est ça, même si le mot « maturité » me gêne un peu parce qu’on a toujours tendance à dire « c’est l’album de la maturité ». C’est une évolution qui était logique, on pouvait déjà prévoir ce qui allait se passer, il y avait déjà des passages assez metal dans Dark Amber. Là, naturellement, avec les thématiques du CD, on est partis sur quelque chose de beaucoup plus violent.

 

Metal-Eyes : Vous aviez trouvé résidences à Orléans à une certaine époque, si je me souviens bien…

Gaël : Exact, à une époque, la majorité de nos dates se passaient là-bas, on avait un début de fanbase à Orléans. C’était d’ailleurs assez bizarre de se dire qu’on n’avait jamais foutu les pieds de notre vie à Orléans et que c’est là-bas qu’on avait le plus de contact ! C’était génial. C’était cool, il y avait quand même une scène metal là-bas. On a perdu l’Infrared, qui était génial, qui a été remplacé par le Blue Devil’s. Qui a, lui aussi, je crois, fermé…

 

Metal-Eyes : Avec les derniers évènements, je ne sais pas. En tout cas, Hervé, parce que le public ne suivait pas, a décidé d’arrêter de produire les concerts, mais il mettait la salle à disposition des groupes qui la louait et se débrouillaient pour la logistique, la promo… Il produisait quelques noms, comme Blaze Bayley, par exemple…

Gaël : Cette date-là, elle nous a fait rêver, Bayley, quoi, merde, il fait venir Bailey !

 

Metal-Eyes : Deux fois, même, au Blue Devil’s d’Orléans… Revenons à Wilderness. Si le Covid n’a pas eu d’impact sur la conception de l’album qui, tu le disais a été enregistré en août 2019, la crise sanitaire a-t-elle retardé la réalisation du clip ?

Gaël : Oui à une certaine échelle, ; mais pas tant que ça parce qu’on était quand même sortis des clous. Déjà, on n’y croyait pas du tout au confinement, en mars. Pas du tout. Et on ne savait pas combien de temps ça allait durer. Vivre dans un pays où les gens ne peuvent pas sortir de chez eux, on ne l’imaginait pas. On ne l’avait pas anticipé et en janvier, début février, l’album, on l’avait. On s’est demandé quand il serait mieux de le sortir et on pensait début de l’été. Période des concerts, des festivals… et quand on a vu que tout s’annulait, onn s’est dit « autant le sortir maintenant » comme ça on pouvait prévoir le clip et le sortir en septembre. Sauf que… Alors on a d’abord sorti l’album en digital, et, heureusement, on avait prévu quelques vidéos teaser qu’on a pu mettre en avant. On avait quelque cartes d’avance mais le Covid nous empêche de faire la promotion correcte de notre CD, notamment en nous empêchant de pouvoir le défendre en concerts. Mais nous ne sommes pas les seuls.

 

Metal-Eyes : Ce clip dont tu parles, c’est celui de Fire and hate. Vous avez dû bien vous marrer pour le tourner…

Gaël : On s’est marrés mais… ça a quand même été éprouvant. 17 à 19 heures de travail, avec une équipe de 20 personnes, des explosions, donc tout un système de sécurité pour que personne ne se blesse. C’était une journée de fous, mais tout était parfait ! L’équipe était géniale, aucune tension sur le plateau malgré quelques galères… L’équipe était vraiment mortelle, les acteurs étaient géniaux. Je les ai découverts le jour du tournage, et ils sont énormes, super investis. Julien (Metternich, le réalisateur du clip) a une excellente vision cinématographique. Quand on l’a rencontré, on a su au bout d’une demi-heure de conversation qu’on allait bien s’entendre. On a le même humour, les mêmes références cinématographiques, les mêmes codes, on savait que c’était ce gars-là ! On voyait ce qu’il faisait avant – il a notamment fait un live d’Alice Cooper à l’Olympia, qui n’a malheureusement jamais vu le jour, travaillé avec Trepallium, visuellement, c’est mortel, le dernier live d’Ultra Vomit à l’Olympia. Il a une vraie culture metal, c’est vraiment son domaine. Le jour du tournage, il était d’un professionnalisme extraordinaire. Bosser avec des gens comme ça, aussi impliqués, ça fait plaisir. Non seulement ça fait plaisir, mais en plus on en a besoin : toutes les personnes avec qui on travaille sont des gens avec qui on s’entend bien.

 

Metal-Eyes : Quand on voit le résultat, actif, explosif, sexy et fun, on s’en rend compte. Pour moi, c’est le genre de clip qu’on ne voit plus assez en France. Ou ailleurs… On voit des lyrics video, sans scénario, même si celui-ci me fait directement penser à Mr and Mrs Smith…

Gaël : C’est une référence ! As-tu vu la référence à Terminator avec les roses ? C’est un des clins d’œil que Julien voulait absolument mettre parce qu’il adore Terminator. Il voulait que ce soit une fille qui prenne le rôle du Terminator. On a tous grandi avec Sara Connor ou Helen Ripley et on voulait un clip avec une meuf bad-ass ! On l’avait, donc c’était mortel.

 

Metal-Eyes : Si aujourd’hui tu devais décrire votre musique pour quelqu’un qui ne vous connait pas, tu lui dirais quoi ?

Gaël : Je dirai que Bullrun c’est surtout une musique assez directe, sans compromis, qui cherche avant tout à aller à l’essentiel. On essaie d’éviter les détours. Il faut aussi se rappeler qu’au départ, Bullrun n’était pas censé être un groupe de metal. On était censé être un groupe de rock sudiste à la Molly Hatchet, ZZ Top, Lynyrd Skynnyrd, mais bon… on s’est rendus compte qu’on aime bien quand le grain est plus dur et que ça joue un peu plus vite !

 

Metal-Eyes : Le chant de Rémy me fait aussi penser à Headcharger…

Gaël : Headcharger, oui… C’est un groupe français, non ? Ils n’étaient pas d’Orléans ?

 

Metal-Eyes : Non, ils sont de Caen… Orléans, on avait Wild Dawn.

Gaël : Ouais, Wild Dawn, c’était bien… Dommage que ça n’existe plus… Maintenant, je sais que Rémy aime bien Headcharger, il m’en a parlé plusieurs fois, mais je ne pense pas que ce soit une influence. Quand il me parle de ce qu’il aime bien au chant, c’est James Hetfield, et un peu Lemmy pour l’écriture : des phrases courtes, avec tout un tas de sens que chacun peu interpréter.

 

Metal-Eyes : Pourquoi avoir choisi ce format de 6 titres ?

Gaël : D’abord, comme je le disais, parce qu’on se cherche encore, du moins, on se cherchait encore. Ensuite, ce n’est pas un manque de moyen, mais on a préféré avoir quelque chose pour le tester. Une belle pochette, un beau contenu, et je pense que Wilderness défini au mieux ce qu’on sait faire aujourd’hui. Je pense que le prochain CD s’en inspirera.

 

Metal-Eyes : Si tu devais n’en retenir qu’un titre pour définir justement ce que vous êtes aujorud’hui, ce serait lequel ?

Gaël : Je pense que ce serait Fire and hate. C’est un des titres les plus concis et efficace. Il y a des riffs qui vont droit au but, il n’y a pas de solo – on n’y a même pas pensé, et ce titre n’en a pas besoin. On a voulu aller à l’essentiel.

 

Metal-Eyes : Ce n’est pas un hasard si c’est celui que vous avez choisi pour le clip…

Gaël : Ce n’est pas un hasard, mais pour le coup, ce n’est pas nous qui l’avons choisi. C’’est Julien. Comme on travaille avec des gens très créatifs, on n’impose rien, on ne veut pas les freiner. On lui a demander lequel des 6 titres l’inspirait le plus, il a dit que c’est sur Fire and hate qu’il fallait faire quelque chose.

 

Metal-Eyes : Une dernière chose : quelle pourrait être la devise de Bullrun aujourd’hui ?

Gaël : Heu… « Toujours plus. Toujours plus, toujours plus loin ».

 

Metal-Eyes : Marrant, c’est exactement ce que tu m’as dit il y a trois ans…

Gaël : C’ets vrai ? Ben tu vois, on est fidèles à nous-mêmes. Tu vois, c’est notre philosophie : Dark amber est un super disque, mais on considère que Wilderness, quelque part, est mieux. Contrairement à Dark amber, on a sorti un clip. Donc, plus loin ! Peut-être qu’un jour on aura fait le tour, mais on est dans une phase systématique d’apprentissage.

 

Metal-Eyes : L’album est sorti, on peut se le procurer où ?

Gaël : Il est sorti en physique, on peut aussi se le procurer en digital sur toutes les plateformes. Il suffit d’aller sur notre site pour pouvoir le commander (https://www.bullrunofficial.com/)

 

Metal-Eyes : Gaël, je vous souhaite plein de bonnes choses, qu’on puisse bientôt vous voir sur scène

Gaël : Merci beaucoup, je l’espère aussi…

 

Metal-Eyes : Et on se reparle dans trois ans !

Gaël : (rires) Enfoiré ! A dans trois ans alors !

 

Allez aussi, surtout,  voir le making-of du clip :

https://www.youtube.com/watch?v=H2J4ncpRn9s