HERRSCHAFT: Le festin du lion

France, Metal indus (Les noires productions, 2019)

OK, dès Technosatan, le message, pour celui qui, comme moi, découvre le groupe, semble clair: les Français de Herrschaft pratiquent un metal électro et industriel violent, brutal et direct. Marylin Manson, Ministry, Rob Zombie et consorts n’ont qu’à bien se tenir… La prod est soignée, le rythme est épileptique. Impossible de ne pas imaginer qu’un morceau pareil ne fasse pas fureur dans une boite de nuit! Les dix titres de ce Le festin du lion font preuve d’une rage non contenue – le chant hargneux de Max est parfois effrayant, les machines bastonnent à tous les étages et les guitares de Zoé H. charcutent genre boucherie héroïque. Heureusement, pour atténuer cette furie, le groupe s’accorde, pardon, nous accorde quelques moments de rare répit, afin de nous laisser souffler. On sent que le groupe sait où il va, et ce quatrième album démontre aussi qu’il sait comment y aller. Le festin du lion est un album puissant à conseiller à tous les amateurs de metal indus et electro surpuissant. Une vraie baffe dont Zoé vous dira tout ce qu’il en pense dans une interview que vous découvrirez très prochainement.

SAMMY HAGAR & THE CIRCLE: Space between

USA, Rock (BMG, 2019)01

Jadis surnommé le Red rocker,  qui avait débuté sa carrière avec Montrose et est également connu pour être l’ex-chanteur de Van Halen (ou plutôt comme celui qui succéda brillamment à DLR) et pour sa participation plus que remarquée au sein du sublime Chickenfoot, revient aujourd’hui avec The Circle, super groupe composé de Sammy Hagar (chant et guitare), Vic Johnson (guitare), Michael Anthony, son ancien comparse de Van Halen (basse) ainsi que Jason Bonham à la batterie qui s’est formé en 2014. L’album que nous offre aujourd’hui le groupe, Space between, est présenté comme un album concept « à écouter dans son intégralité pour une meilleure expérience » – c’est ce qu’affirme le sticker apposé sur le disque en tout cas. Et c’est bien ce qu’il faut faire… Alternant entre morceaux bluesy et tranquilles et titres foncièrement rock  et rentre dedans, mixant le tout avec du boogie à la presque Status Quo, Sammy Hagar & The Cricle parvient à redorer un genre pas tout à fait disparu sans se ridiculiser. Le groove est immense, le blues et la soul omni présents, la prod est léchée et le résultat global est simplement impeccable. Comment résister à Free man ou No worries? Comment ne pas penser à led Zep ou AC/DC sur Trust fund baby? Space between est une pure réussite rock, un disque vibrant et entraînant. L’écouter sans bouger semble impossible tant ça balance à tous les étages. A 71 ans, on peut affirmer que le rock conserve ! J’adore.

ALLUSINLOVE: It’s OK to talk

Rock, Royaume-Uni (Autoproduction, 2019)

Après un premier Ep, les 4 garçons de Leeds de Allusinlove continuent d’explorer l’univers du rock, hard rock, tendance déjanté. Dès Full Circle, le groupe semble inspiré par les Beatles tant le propos se fait presque pop. Puis, sur fond d’un rock furieux, All my love évoque un Black Sabbath qui aurait fauté avec le punk. En gros, si quelqu’un espère trouver dans cepremier album It’s OK to talk une véritable identité musicale, ben… c’est rapé. Le groupe n’a posé aucune limite, se faisant ici légèrement (carrément) psyché, là plus pop et ici encore romantique, voire mélancolique. Ce nouvel album semble vouloir s’adresser au public le plus large possible. Des calmes et des furieux, et tout au long de ce disque on reconnait, posés comme des jalons, quelques clins d’œil en références aux nombreuses sources d’inspirations des Anglais. Comme dirait l’autre, c’est de la belle ouvrage.

JIRFIYA: Wait for dawn

France, Metal (Ep, autoproduction, 2019)

Sur fond de guitares furieuses et d’un partage vocal masculin (Jérôme Thellier, également guitariste et co-fondateur) et féminin (Ingrid Denis, co-fondatrice) Jirfiya, quatuor hexagonal, nous invite, avec ce premier Ep, Wait for dawn, dans son univers sonore qui explore aussi bien des tonalités orientales (The report card), la fureur metal pure et dure, s’engage également sur les terres progressives (Under control) . La rage vocale de Jérome Thellier, également membre de Born From Lie (ainsi que le bassiste Patrick Davoury) apporte une touche extrême contrebalancée par la douceur de celle d’Ingrid. Le propos est diversifié (To be saved est aussi speed et furieux que mélodique, suivi de son opposé, la ballade A part of light, titre qui monte en puissance et en hargne sur sa seconde partie). Waiting for your fall, qui clôt ce premier essai, est un parfait mix de tout ce que Jirfiya a présenté. Ingrid en profite même pour présenter une facette vocale bien plus hargneuse… En 5 morceaux, les Français démontre l’étendue de leurs influence et prouvent un réel savoir faire, doté d’une vraie personnalité.

Interview: IRON BASTARDS

Interview IRON BASTARDS. Entretien avec David (guitare). Propos recueillis au Hard Rock Cafe de Paris le 11 juin 2019

 

Metal-Eyes : J’imagine qu’on a dû vous poser de nombreuses fois cette question, mais commençons par le début : peux-tu me raconter l’histoire du groupe ?

David : Iron Bastards est né en 2013 à Strasbourg. A la base c’est une formation qui existait sous le nom de No Class qui faisait exclusivement des reprises de Motörhead. A un moment, on a décidé de passer à la composition et de changer le nom du groupe. On a sorti trois albums, dont le dernier qui s’appelle Coppa Cadabra, qui vient de sortir. Les deux premiers sont sortis en 2015 et 2016.

Metal-Eyes : Elle est comment la scène strasbourgeoise ?

David : Elle est cool, vraiment. Enfin… ça veut tout dire et rien dire. Elle est assez émergente et vivante. Il y a un bon renouvellement en termes de groupes.

Metal-Eyes : Vous vous situez comment sur cette scène strasbourgeoise ?

David : Sur Strasbourg, on est plutôt bien placés en termes de notoriété.

Metal-Eyes : Vous avez tourné avec pas mal de groupes, dont Phil Campbell. Quelles ont été les grandes étapes de votre parcours ?

David : Tout d’abord, la sortie de notre premier album ; là, on a décidé de mettre les bouchées doubles, faire plus de scène et de concerts. Ensuite, on a joué au Hellfest – au Metal Corner. C’est très impressionnant. En 2017, toujours, notre tournée de 3 mois en Angleterre, et en 2018, année de création du dernier album.

Metal-Eyes : Iron Bastards, ça ressemble à un mélange de Iron Fist et Bastards, deux albums de Motörhead…

David : ça ne vient pas de là… On a choisi ce nom parce que « bâtard », je le considère vraiment comme notre style musical : on mélange diverses influences. Une musique bâtarde par le mélange de beaucoup de genres, tout en restant rock n roll. Et Iron, pour le côté amical de la chose…On est trois amis avec des liens très forts, fraternels. Bien sûr, ça nous a effleuré l’esprit, ces deux albums, mais le nom du groupe ne vient pas de là.

Metal-Eyes : Comment définirais-tu la musique de Iron Bastards pour quelqu’un qui ne vous connait pas ?

David : Ben, je dirais que c’est du « Motörhead plus plus », dans le sens où…

Metal-Eyes : ça fait pas frime du tout ça !

David (il rit) : Non, non ! Je ne voulais pas le dire dans ce sens là ! Mais plus en termes d’enrichissement et de développement. Certes, c’est clair, on est vraiment influencés par Motörhead, mais on a réussi à enrichir cette influence par d’autres influences.

Metal-Eyes : Quelles sont-elles justement ?

David : On peut citer des groupes comme Black Sabbath, Deep Purple, Iron Maiden, Thin Lizzy, Ted Nugent, même du rock progressif, psychédélique…

Metal-Eyes : Tu portes d’ailleurs un T-Shirt Pink Floyd… Il y a quand même une forte influence du rock des années 70 dans votre musique.

David : Oui, on va dire que c’est la tranche de rock n roll qui reste la plus présente dans notre musique. Après, je ne te cache Pas que je suis un gros fan de Van Halen, ou même de ce qui se fait actuellement, avec des groupes comme Horizon

Metal-Eyes : Vous êtes influencés par cette scène, et aujourd’hui, il y a un vrai revival de la scène des 70’s.

David : Oui, mais on arrive à le réinterpréter. A se le réapproprier aussi. Dans le sens où on adapte des motifs musicaux des années 70 de façon moderne. On les retravaille, les réarrange à notre sauce, selon nos envies. On n’essaie pas de faire un copier-coller, on cherche aussi notre propre identité musicale là-dedans.

Metal-Eyes : Ce qui se ressent à l’écoute de l’album. On ressent bien vos influences, mais il y a cette personnalité qui vous est propre.

David : Oui, c’est ça. Si j’ai envie de composer un truc à la Motörhead, ben… Je préfère directement écouter du Motörhead ! Ou faire de la reprise. Après, je peux composer un morceau dans cet esprit, ça ne me dérange pas, mais je préfère développer mon propre esprit, la manière dont je pourrais interpréter ma musique.

Metal-Eyes : Justement, quelle est ton éducation musicale ?

David : A la base, je viens du blues et de la country. Après, je me suis orienté vers le metal. J’ai aussi fait la NAI, lécole de musique à Nancy où j’ai pu étudier d’autres genres musicaux, tels que la fusion et le jazz, par exemple. Toutes ces influences s’assemblent, se sont intégrées dans la musique d’Iron Bastards. Même si on les entend peu, elles sont bien présentes.

Metal-Eyes : Comment en es-tu venu à la guitare ?

David : Euh… En écoutant Motörhead, tout simplement. Je suis fan depuis que je suis tout petit, depuis que j’ai découvert l’album Ace of spades. Je t’avoue que j’aime beaucoup aussi la période avec Robertson, Another perfect day.

Metal-Eyes : Une courte période, et un album qu’on redécouvre aujourd’hui.

David : Oui, un excellent album. Je n’ai pas de préférence particulière pour les albums, à par ceux qui se sont fait avant les années 90. Après, j’ai un peu plus de mal, mais des albums comme Motorizer, et ce qui s’est fait récemment, je les trouve excellent. A partir de Inferno, c’est excellent.

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un morceau de votre troisième album pour expliquer à quelqu’un qui ne vous connait pas ce qu’est Iron Bastards, ce serait lequel ?

David : Je pense Speed machine. Les harmonies au niveau des guitares, la puissance et l’agressivité du morceau, qui reste très rentre dedans mais avec cet enrichissement en termes d’harmonie. Il est assez représentatif de cet album. Il réunit tout ce qu’on a pu faire depuis les débuts du groupe.

Metal-Eyes : Et tu me dirais quoi pour me convaincre de courir acheter l’album, tu me dirais quoi ?

David : Euh… Comment je pourrais expliquer ça ? Ecoutes : si tu as envie de musique rentre dedans avec des parties musicales un peu plus complexes, vas-y, lâche-toi, vas acheter notre album  (rires)! Après, c’est un peu difficile pour moi de convaincre quelqu’un d’aller l’acheter… Si tu es à la recherche d’agressivité, d’harmonies et de groove, vient écouter notre musique.

Metal-Eyes : Vous êtes 3 dans le groupe, comment vous travaillez ? A l’ancienne ou chacun envoie ses fichiers ?

David : A l’ancienne. Cet album a été enregistré en live. On n’a pas enregistré chaque instrument séparément, tout a été fait en live. Après, il y a les arrangements, les guitares et les voix qui ont été rajoutées. Normal, quand tu veux faire des arrangements… La base a été enregistrée en live. En termes de composition, il n’y a rien de standard. C’est plus ce que l’on se propose, ce qui nous parle. David vient me voir, me disant qu’en ce moment il écoute ça, qu’il ferait bien un truc dans le genre. Moi, j’ai comme une banque de riffs, que j’ai en stock et que j’alimente dès que j’ai une idée. Parfois, je pioche dedans, mais la plupart du temps, ça vient de jams : on arrive en répète, on balance un truc et les autres suivent, Anthony (batterie) balance un rythme et on y va !

Metal-Eyes : J’ai quand même besoin d’avoir la photo du groupe sous les yeux pour me repérer, même si vous n’êtes que trois. Il y a deux David… ça n’aurait pas été plus pratique d’en choisir un troisième ?

David (rires) : C’est vrai que ça aurait été plus pratique, mais quand même, on va abuser. On se serait appelés Iron Davids !

Metal-Eyes : En 2019, quelle pourrait être la devise d’Iron Bastards ?

David : La devise ? Faire la musique qui te plait, en gros… « Fais ce qui te plait avec authenticité et sincérité ».

Metal-Eyes : EN dehors du groupe, justement, tu aimes faire quoi avec authenticité et simplicité ?

David : J’aime jouer d’autres instruments : du lap steel, du banjo, ma vie est principalement axée autour de la musique. Mais j’adore aussi faire de la randonnée, je suis un gros passionné d’histoire, principalement l’histoire de la religion… Je m’intéresse à pas ma de choses.

Metal-Eyes : Ces instruments dont tu parles, il y a possibilité de les retrouver au sein du groupe ?

David : Non. Pas aujourd’hui. Peut-être plus tard, mais pour l’instant, je n’ai pas eu la chance de pouvoir intégrer de la mandoline dans Iron Bastards… Je pourrais faire une petite intro, un interlude, mais je ne me considère pas assez expérimenté pour pouvoir apporter cette touche là dans notre musique.

Metal-Eyes : Je n’ai pas eu le temps de me plonger dans les textes. De quoi parlez-vous ?

David : Principalement des aventures qui nous arrivent sur la route, très rock n roll, quoi ! Ensuite, des choses plus personnelles qui arrivent à David, qui écrit les paroles. Son ressenti, sa situation. Il a un espèce de filtre sur la société, te c’est la troisième façon dont un texte peut être écrit, un aspect un peu plus politisé.

Metal-Eyes : Y a-t-il des thèmes que vous souhaitez ne pas aborder parce que ça ne colle pas avec l’image d’Iron Bastards ?

David : Je dirais les thèmes un peu trop “idéalisés”, genre sorciers, chasseurs de dragons… Ca ne me branche pas du tout en termes de rock n roll. Peut-être dans un autre registre, mais il y a des thèmes qui ne sont pas appropriés, adéquats pour notre musique. Bien sûr qu’on peut parler d’amour dans le rock, mais il faut que, pour notre musique, ça reste très spontané, très instinctif. Si on parle d’amour, ce serait de la manière la plus spontanée. Réaliste. Oui, « réaliste », c’est le mot exact. On n’essaie pas de faire de la musique trop idéalisée comme ça peut être le cas dans le rock progressif, on cherche à rester proches de la réalité, à la retranscrire telle qu’on l’interprète, via la musique.

Metal-Eyes : Un groupe de rock, c’est fait pour être sur scène. Il y a des dates prévues en dehors de votre région ?

David : On joue beaucoup en Allemagne, on aurait voulu l’Espagne. En France, on est toujours à la recherche de dates. Qu’est-ce qu’on a, On joue pas mal dans le Nord, on va jouer dans le Jura ; On peut trouver les dates sur notre Facebook, tu tapes le nom du groupe. Je t’avoue que jouer en Allemagne, c’est plus facile pour nous, les dates qu’on nous propose en Allemagne sont plus proches que celles qu’on nous propose en France…

Metal-Eyes : Vous avez une vidéo qui tourne en ce moment pour Days of rage où on vous voit tous les trois tourner autour d’un canapé, genre chaises musicales. Mais ce n’est pas ce qui est intéressant, c’est le contenu, avec toutes ces images de violences à travers l’histoire et la planète. C’est un autre constat de société, qui sous-entend que rien n’a changé

David : C’est ça, on a voulu mettre en avant les gros parallèles de l’histoire, et faire des liens avec ce qu’il se passait et certains mouvements contestataires qu’on retrouve de nouveau aujourd’hui. Et qu’on retrouvera aussi demain. Il y a des similitudes à différentes époques.

Metal-Eyes : Merci David, je vous souhaite bonne chance avec ce nouveau disque.

David : merci à toi… C’est vrai… J’ai repensé au “Motörhead plus plus”, c’est vrai que ça fait vachement péteux (rires)

Metal-Eyes : Mais, c’est bien, je vais le garder.

David : ok, ok (rires)

 

WILD MIGHTY FREAKS: Rhythm ‘n blood

France, Metal (Bemavo records, 2019)

Wild Mighty Freaks parlera sans doutes aux plus fidèles d’entre vous qui ont découvert ce groupe déjanté en 2017 avec son premier Ep, Guns n’cookies. Si les guitares furieuses sont toujours, sur ce premier album, Rhythm ‘n blood, présentes, au même titre que les inspirations rap/hip hop, les Franciliens font un pas en avant de plus en incluant d’autres sonorités, plus dance, électro et lorgnent même du côté du metal extrême et de toute la fureur qu’on peut y trouver. Dix titres variés, avec des arrangements parfois contre nature mais qui marchent! Body Count n’est pas loin, même si WMF se démarque de cette illustre comparaisons avec un look complètement déjanté qui promet un show haut en couleurs. On rêverait presque d’un festival regroupant tous ces groupes français qui développent le visuel autant que le propose musical. Remarquons enfin que le groupe a trouver une solution au gros écueil de sa précédente production: Crazy Joe a su travailler son anglais, et même si son accent reste perfectible, ses mots sont déjà plus compréhensibles. Et la prod sait mettre sa voix en valeur. Une vraie progression qui mérite qu’on se penche sur ces freaks là.

HOLLIS BROWN: Ozone park

USA, Rock (Cool green recordings, 2019)

Il est des disques, des chansons comme ça dont le message apporte un éclairage à son auditeur. Hollis Brown, groupe New Yorkais formé en 2009 par le chanteur guitariste Mike Montali et le guitariste Jonathan Bonilla. Le nom du groupe vient d’une chanson de Bob Dylan (The ballad of Hollis Brown… Ça ne vous rappelle pas quelque chose, plus metal?) Signés sur Cool Green Recordings, la nouvelle (je crois) branche du prolifique label Mascot, Hollis Brown nous offre un Ozone park (titre étonnemment en lien avec le nom de son label…) d’une fraîcheur revigorante. Les 10 chansons proposées sont pleines de tendresse, de légèreté aussi, tout en restant profondément ancrées dans ce rock romantique qui fait rêver. Mike Montalli, au travers des Blood from a stone, Stuborn man, Forever in me, fait preuve d’une touchante sensibilité vocale qui évoque à tous les coups les grands malheureux de la soul. Oui, Ozone park est un album pleins de ces sentiments qui font de la vie ce qu’elle est: l’amour et les souffrances qu’il nous inflige.