PAPA ROACH: Crooked teeth

Neo metal, USA (Seven eleven music, 2017)

Profitons du récent passage de Papa Roach pour rattraper le retard… Car Crooked teeth, le dernier album de la bande est sorti il y a quelques temps déjà, au mois de mai dernier… Soyons clairs: il est urgent de faire l’impasse sur le morceaux d’ouverture, Break the fall, qui voit Papa Roach se revisiter sans grande conviction, genre « mode automatique ». Mais une fois franchi ce cap, on retrouve, en partie, le Papa Roach qui fit les grandes heures du genre au cours des années 2000.  En partie, tout du moins, car sans réinventer le neo metal, le quatuor en connait suffisamment bien les codes pour les utiliser au mieux. L’alternance des rythmes avec le chant rappé, les grosses guitares qui donnent une furieuse envie de bouger… Tout est là. A quelques exceptions près qui sentent le réchauffé. Alors on se délectera, simplement du morceau titre, My medication, ou Born for greatness, plus orienté pop. On notera également la présence de deux guests, Skylar Grey sur Periscope, et Machine Gun Kelly sur Sunrise trailer park, deux morceaux moins typés Papa Roach et plus centré sur les styles de ces musiciens. Au final, Crooked teeth est un album sympathique taillé pour les amateurs de neo metal.

AIRBOURNE Live à Paris (Olympia, le 10 octobre 2017)

 

Airbourne et la France, c’est vraiment une belle histoire qui dure. En ce 10 octobre, ce n’est qu’en arrivant à l’Olympia que l’on découvre qui est en première partie. Il s’agit de Desecrator, que l’on va bientôt découvrir.

Le dernier passage d’Airbourne à Paris, au Trianon, fin 2016, avait laissé quelques spectateurs sur leur faim. Le groupe des frères O’Keefe jouera-t-il ce soir plus d’1h30? C’est peu probable au regard de ‘énergie dégagée par Joel, mais on peut l’espérer, non? Et y aura-il quelques surprises? La réponse à cette dernière question est « oui », mais pas forcément celles auxquelles ont pourrait s’attendre…

C’est désormais une habitude, juste avant que les lumières ne s’éteignent, une annonce est diffusée dans la salle rappelant l’interdiction de filmer ou photographier le spectacle… Tu parles! Passons. A 20h, Desecrator investit la scène. Le quatuor vient également d’Australie, s’est déjà produit à Paris en 2015 et propose un heavy thrash d’excellente facture. 45′ durant, le groupe prouve connaitre son affaire, scéniquement autant que musicalement.

Étonnamment, les photographes sont absents du pit, et s’impatientent sur le côté de la scène. Caprice de première partie? Ha, ha! non, un raté rattrapé en fin de set, ce qui, finalement, permet de capter des musiciens chauds et transpirant qui, en plus de leur chansons nous offrent de jolies reprises avec Born to be wild (Steppenwolf) et, improvisée en fin de set semble-t-il, Am I evil? (Diamond Head). Une belle prestation et une mise en bouche énergique.

 

Le public est tout acquis à la cause Airbourne et le fait savoir dès le retour des lumières, chantant des Oh oh oh oh! à n’en plus finir. Et lorsque retenti la musique de Terminator 2 et ses lumières rouges balayant la scène, on sait que le gang des frangins O’Keefe arrive. Comme toujours désormais, c’est Ready to rock qui ouvre le feu. Le public saute tant et si bien que le plancher de la salle se transforme en trampoline!

Comme toujours, Joel est au taquet et attire à lui seul tous les regards. Comme toujours, ses comparses se partagent la scène dans une incontestable complicité mais on ne les voit guère. Comme toujours, aussi, la setlist est bourrée de classiques. Mais pas que, puisqu’elle varie au fil des tournées proposant ce soir I’m going to hell for this ou Bottom of the well. Alors oui, on pourra dire que ça fait beaucoup de « comme toujours » mais c’est une réalité: on a vu Airbourne une fois, on sait à quoi s’attendre… C’est sans doute ce manque de spectacle et de surprises qui condamne le groupe à jouer dans des salles de 1500 places… Mais on en profite à fond et Joel, à la voix cassée en fin de concert, sait comment séduire le public.

Une vague de briquets s’allume sur le break de Bottom of the well, un solo bluesy en intro de All for rock n roll, un jet de bières dans le public, non pas en canettes mais en gobelets !, précède le désormais traditionnel gimmick « je m’explose une canette sur la tête »… La fin du show lui donne l’opportunité, sur Raise the flag, de s’emparer du drapeau fait par des fans.  Joel en profite d’ailleurs pour se laisser ensorceler, ne parvenant plus à se saisir de son médiator sur le break de Running wild avant de repartir de plus belle pour un final en beauté. Comme toujours, même si on n’a pas de grosse surprise, Airbourne nous a permis de passer une très belle soirée, pleine de rock et de fun. On attend maintenant la sortir du live promis l’en dernier!

La vraie mauvaise surprise attend le public à la sortie de la salle, barrée par la police: des vols de portables ont eu lieu et tout le monde est fouillé, exception faite de ceux du public sortis par les issues de secours… Un joyeux bordel qui aura, espérons le, permis de mettre la main sur le ou les voleurs. C’est pas pour ça qu’on assiste à un concert…

Merci à Olivier Garnier, Roger Wessier et Live Nation

 

TRAVELIN JACK: Commencing coutdown

Hard rock, Allemagne (SPV, 2017)

Punaise, c’est pas possib’ comment qu’il porte bien son nom, ce groupe! Certains parleraient de nostalgie, d’autres de passion, une chose est certaine, c’est que Travelin Jack nous entraîne des décennies en arrière. Vous vous rappelez cette série, Au cœur du temps, et sa spirale temporelle? C’est ce dernier élément qui manque pour voyager parce que sinon… Tout au long de ce Commencing coutdown (un pied de nez au décompte final de Europe?), second album des Allemands, le son des guitares, le chant, les riffs, les rythme, le look, tous est là pour séduire les amoureux du rock US et 60’s et hard rock US et british du début 70’s. Même les noms nous replongent dans ce glorieux passé: Alia Spaceface, dont le chant évoque à la fois la puissance et la fragilité d’une Janis Joplin, Flo The Fly, dont la guitare rappelle tout à la fois le jeu de Hendrix que celui de Uli Jon Roth ou Michael Schenker, la rythmique tenue par Steve Burner (basse) et Montgomery Shell (batterie) rappelle quant à elle l’envie des New York Dolls, la détermination de Thin Lizzy ou la fureur de The Who. Si l’époque du glam est évoquée par le look et certains airs à la T-Rex de Marc Bolan, l’ensemble rappelle aussi Slade ou David Bowie, autant que Scorpions (quelques références à Is there anybody there?volontairement placées), tout comme les influences précédemment mentionnées. Une belle réussite pour les amoureux du genre, ce Commencing countdown devrait voir Jumping… euh, Travellin Jack trouver aisément son public!

HIGHWAY: IV

Hard rock, France (Autoproduction, 2017)

Enfin! J’avais tant craqué sur United States of rock’n’roll, leur dernier album paru en 2011, que j’attendais avec une impatience non feinte le retour des sudistes de Highway. Six longues années après, le voici enfin arrivé ce quatrième album (d’où son titre IV…), et l’on reconnait instantanément la touche qui fait la spécificité du groupe: du rock, du groove, de la chaleur et pas de prise de tête. Paru le 29 septembre 2017, ce nouvel opus fait en effet la part belle aux riff simples (d’apparence…) et mélodies imparables et ce dès les premières mesures de ce Brotherhood tout droit sorti des bayous bluesy de Louisiane aux allures d’hommage à nos chers disparus. Highway est amoureux de ces sons US, du blues au hard rock, en passant par le heavy, le glam… et ça se sent. Sans doute moins produit que son prédécesseur, cet album, plus organique, se laisse écouter avec une aisance déconcertante. Pas étonnant que Jeff Scott Soto ait accepté l’invitation à un duo sur Wake up! Les 12 chansons de ce disque sont autant de pépites taillées à même le rock le plus efficace sans pour autant être simple. C’est chantant, entraînant et efficace en diable même si l’on aurait espéré une plus grosse surprise après une telle attente. N’empêche, les 4 se font avant tout plaisir et l’on retrouve cet esprit rock’n’roll festif et direct, et les thèmes habituels du genre. Besoin de détails? Cependant, faites attention à cette pochette plus travaillée qu’on ne le croirait de prime abord: le nourrisson se retrouve dans une pomme qui ressemble étrangement à un serpent. Et son tatouage ressemble à une tête de mort… Des références bibliques? Si Highway est rare sur disque, on les espère plus présents sur scène. A quand des concerts?

Publié dans CD.

Interview: JD SIMO

Interview SIMO : rencontre avec JD Simo (guitare et chant). Entretien mené le 25 septembre 2017 chez Gibson France

Simo

Il y a des personnes comme ça qu’on a plaisir à revoir. JD Simo en fait partie, et Metal Eyes a profité de l’occasion de la sortie du nouvel album de Simo, son groupe, et de sa présence à Paris pour faire parler le géant blond, sorte de gros nounours passionné par son art, son job, et la vie en général. Interview cool et zen…

metal-eyes: JD, pour commencer, nous devons parler de ce repère unique dans la carrière de Simo qui a eu lieu le 3 avril 2016 (il se met à rire). Ça t’évoque quoi ?

JD Simo: Je me souviens beaucoup d’excitation, parce qu’il s’agissait de notre première vraie tournée européenne. Une longue tournée de 6 semaines, je crois. La première date était à Paris, la salle était pleine, ce qui était super. Et, malheureusement, vers la fin du concert, mon genou m’a lâché et… Je ne m’étais jamais blessé avant, c’était assez chaotique.

metal-eyes: Surtout sur une petite scène…

JD Simo: Oui, et ça a vraiment été difficile de me faire sortir de là. Ensuite, il a fallu une heure pour arriver à l’hôpital. Je me souviens avoir eu très mal, avoir été blindé d’antidouleurs… J’ai l’impression que ce fut un gâchis de bons médicaments, car ça ne m’a pas vraiment soulagé ! (rires) Mais je suis sorti le lendemain, on a continué la tournée. Je n’ai pas pu marcher pendant des mois, mais…

metal-eyes: Que penses-tu de l’hospitalité des hôpitaux français ?

JD Simo: Ils se sont vraiment bien occupés de moi. Mon entrée et la sortie ont été assez rapides. Ils ont bien pris soin de moi, vraiment.

metal-eyes: Ce même jour, avant, le concert, nous avons discuté de plusieurs choses parmi lesquelles un peu de politique. A cette époque, tu avais placé quelques espoirs en un des candidats, mais depuis, le peuple américain a envoyé Donald Trump à la Maison Blanche. Quelle est ton opinion au sujet de ce qu’il s’est passé et de ce qu’il se passe actuellement ?

JD Simo: … C’est un monde de dingues dans lequel nous vivons… En ce qui concerne mon propre pays, ce fut assez choquant. C’est vraiment déchirant de voir à quel point mes concitoyens sont divisés, vraiment. Je pense qu’à la base, l’être humain recherche la même chose : la paix. SI nous pouvons aller au-delà de certaines choses, nous pourrions être en paix. Je trouve ça vraiment frustrant, humainement. Je crois vraiment que nous voulons tous la même chose. Notre intelligence – ou notre manque d’intelligence – brouille les pistes, trouble l’eau. C’est une époque frustrante. J’ai regardé vos élections, ici, en France et, ce qui s’est passé en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni… C’est sans aucun doute la période la plus difficile que j’ai vécue.

metal-eyes: Parrlons un peu de musique. Simo va bientôt publier Rise and shine, le troisième album du groupe. De ce que j’ai pu en écouter, l’ensemble reste très orienté 70’s, avec quelques touches psychédéliques, du rock. Qu’avez-vous mis dans ce disque qui arrive assez rapidement après votre dernier, Let love show the way.

JD Simo: L’an dernier, on était assez cramés par ce que nous avons vécu. On est parti environ 300 jours, et ça, c’et une expérience assez traumatisante, très difficile à décrire à moins de l’avoir vécue. Nous avons ensuite voulu développer, explorer différentes directions sans savoir ce que ça signifie. Personnellement, j’ai traversé divers problèmes personnels, que je suis parvenu à résoudre. Cela m’a également ouvert l’esprit, créativement, parce qu’il y a beaucoup de choses que je n’avais pas voulu affronter, et les affronter a affecté la manière dont je fais les choses. Il y aura toujours certaines influences dans notre musique, mais également l’introduction de choses que je n’aurais pas envisagé inclure à notre musique. Il y a du hip-hop, des sons expérimentaux… D’autres passages assez cinématographiques, liés à ma passion du cinéma. Il y a la rencontre avec les moyens modernes d’enregistrement.. Nous avons passé des mois entiers à mixer ce disque. Il y a beaucoup de détails dans cet album. Après le mix initial, nous avons tenté de retirer certaines choses afin qu’elles ne détournent pas l’attention. Il y a beaucoup d’attention apporté à chaque morceau. En fait, tout réside dans notre approche : notre album précédent a été enregistré en 2 jours. Nous avons pris 4 mois pour celui-ci. Le premier mois, nous l’avons consacré à travailler les chansons que j’avais composées. Nous avons bossé ensemble 8à 9 heures par jour. Cherché les arrangements, faire, refaire… En février, nous sommes entrés en studio où nous sommes restés un mois. On a enregistré un morceau à la fois, 5,6 ou 7 heures. Pour chaque chanson, nous installions le studio différemment parce que nous avions une idée très précise de ce que nous voulions. Nous avons beaucoup expérimenté. Certaines prises étaient très rapides, d’autres … Il y a une chanson qui a nécessité environ 30 prises, parce que nous cherchions un feeling particulier. Nous avons finalement trouvé ce que nous cherchions. Je me suis ensuite attaqué au chant, nous avons fait les overdubs titre par titre, qu’il nous faille une journée complète ou deux. Puis, on annule tout pour tout reprendre à 0 sur la chanson suivante…  

metal-eyes: L’évolution principale réside donc en ceci que vous avez travaillé beaucoup plus dur sur les chansons.

JD Simo: Et sur la composition aussi. C’est un processus épuisant.

metal-eyes: Quelle chanson de Rise and shine représente le mieux ce qu’est Simo aujourd’hui, si tu devais n’en retenir qu’une seule ?

JD Simo: Oh dieu… (il réfléchit longuement) Je crois que je retiendrais… I want love, je pense. Elle est au milieu du disque, et, oui, c’est une ballade, mais elle possède ces aspects différents : il y des parties tendres et d’autres plus directes, et ces harmonies vocales comme une partie de ping pong. C’est simplement quelque chose que nous ne pensions pas pouvoir réaliser il y a à peine un an. C’est venu d’où c’est venu, et c’est un morceau, celui-ci plus particulièrement, dont je suis vraiment fier. Tout l’album, chaque chanson a une signification particulière. Ce morceau là, je ne pensais pas pouvoir chanter de la sorte, faire ce que nous avons réalisé…

metal-eyes: Justement, en remontant dans ton histoire, quel a été ton premier choc musical ?

JD Simo: Ca peut signifier beaucoup de choses… Mon premier choc musical ? C’était Elvis Presley… Voir Elvis Presley à la télé, c’était choquant…

metal-eyes: Dans quel sens ?

JD Simo: J’avais 3 ou 4 ans, donc je n’avais pas été témoin de grand-chose, de tout ce cirque… Son aspect, la réaction des gens, le son… Je n’avais jamais rien vu de tel avant. Ca devait être à l’occasion d’un anniversaire de son décès, et la télé diffusait cette émission spéciale. C’était puissant, ça l’est encore

 metal-eyes: C’est lui qui t’a donné envie de devenir musicien ?

JD Simo: Absolument, oui, cette émission et Elvis.

metal-eyes: Quelle pourrait être la devise de Simo ?

JD Simo: … « Expérimentation »

metal-eyes: Un seul mot, simple et qui prendra tout son sens à l’écoute de votre nouvel album. Tu parlais de votre précédente tournée, épuisante. Quels sont vos projets de concerts pour défendre Rise and shine ?

JD Simo: Nous entamons la tournée européenne demain (donc le 26 septembre) à Londres, et resterons ici environ 3 semaines. Ensuite, nous rentrerons aux USA et prendrons quelques jours de repos avant d’entamer une tournée US. Ce qui nous mènera jusqu’à la fin de l’année. Ensuite, je pars en tourné seul, sans le groupe, avec un autre guitariste, avec qui nous ferons une tournée acoustique aux USA. C’est une nouvelle chose que je vais essayer, parceque j’aime le blue grass, le folk… Donc c’est une nouvelle expérience dans un environnement différent. Ensuite, Simo continuera sa tournée US avant de revenir en Europe, vers le mois de mars 2018. France, Espagne, Italie, Scandinavie…

metal-eyes: Avec des scènes plus grandes et pas d’accident cette fois

JD Simo: J’espère, oui ! (rires)

metal-eyes: Comment occupes-tu ton temps en dehors de tes activités avec Simo ?

JD Simo: Simo me prend la majeure partie de mon temps. J’aime lire, écouter de la musique, regarder des films.

metal-eyes: Quel genre de livres lis-tu ?

JD Simo: Principalement des livres d’histoire ou de nature. Je ne lis pas beaucoup de fiction, je ne sais pas pourquoi, mais je n’accroche pas. J’aime l’histoire, la seconde guerre mondiale, la guerre de sécession… Je suis fasciné par le XXème siècle, cette période de 1900 à nos jours où il s’est passé tant de choses… Mais j’aime aussi des choses un peu barrées, théorie du complot et ce genre de choses, le surnaturel, la métaphysique… Les extra terrestres et leur possible existence… UN mix de différentes choses en réalité.

metal-eyes: Quand tu viens en Europe, qui a une très riche histoire, trouves-tu le temps de visiter les villes ou des musées ?

JD Simo: Oui, parfois. J’ai fais un tri, principalement ici, à Paris. Je n’ai pas eu beaucoup de temps, mais je me suis assuré d’aller visiter le Louvres. J’ai eu un jour de repos complet et j’en ai vu… 3% seulement, comme beaucoup d’autres ! Ma femme était avec moi, ce qui était sympa. Elle nous a accompagnés sur la dernière tournée, nous avons flâné à Paris, sommes allés à Notre Dame… nous avons passé notre temps à sauter dans les transports et aller à droite et à gauche… EN général, en Europe, je tente de visiter, mais c’est difficile de s’éloigner du groupe. Certaines personnes s’en foutent, et sont simplement heureuses de retrouver leur chambre d’hôtel, ça dépend de chacun. En ce qui me concerne, j’adore visiter. Et c’est pareil aux Etats-Unis. Il y a des endroits que j’ai adoré visiter, d’autant plus s’il y a un lien avec la musique. On habite le Sud, tu sais, et il y a encore tous ces vestiges de ce qui s’est passé. La plupart des gens qui vivent dans ces endroits s’en foutent royalement… « Vous vous rendez compte que James Brown a enregistré tous ces disques dans ce bâtiment abandonné là-bas ? – Ah oui ? Vraiment ? » Laisse tomber ! (rires)

metal-eyes: Quelle a été la meilleure question qui t’ai été posée aujourd’hui ? ou la plus étonnante, surprenante ?

JD Simo: Aujourd’hui ? Par toi ?

metal-eyes: Aujourd’hui, de ce matin jusqu’à maintenant…

JD Simo: Ma préférée… Quelqu’un m’a fait remarqué plus tôt que la dernière fois que nous nous avions parlé, je faisais de nombreuses références à Dieu, de différentes manières. « Oh, mon Dieu » « Jesus »…

metal-eyes: Tu ne l’as fais qu’une fois avec moi…

JD Simo: Ben voilà… (rires) On en a plaisanté et ils m’ont fait remarquer qu’au cours de notre discussion d’aujourd’hui, je n’y avais pas fais référence. Je leur ai répondu que, depuis la dernière fois, je ne suis pas la même personne. Je suis plus… ouvert en ce qui concerne ce sujet. J’ai grandi à Chicago, au sein d’une famille italienne et catholique, je suis allé au catéchisme, j’ai fait ma première communion et tout… Maintenant, je vis dans le sud des Etats-Unis où aller à l’église le dimanche fait partie intégrante de la culture américaine, blanche ou noire. Maintenant, j’ai voyagé et vu beaucoup d’autres endroits. Et cet élément, celui de l’inconnu, qu’on peut appeler Dieu ou autrement, certains s’y réfèrent de manière très terre à terre ou scientifique, d’autres de façon mystique. D’autres voit cela comme une honte, et d’autres choisissent de ne pas croire, tout simplement. Les faits, point. Mais au final, c’est la même chose pour tout le monde, tout dépend de notre interprétation. Ça dépend de notre culture. Nous avons tous, je crois, envie de comprendre l’incompréhensible et, en vérité, on ne peut pas comprendre. J’ai apprécié cette question, et le fait de pouvoir en parler parce que ce n’est pas forcément de cette manière que j’aurais répondu à un autre moment.

metal-eyes: Merci beaucoup, JD, je te reverrais en mars, sur scène pour un concert complet.

JD Simo: Avec plaisir, super ! ça m’a fait plaisir de te revoir mon pote !

 

 

CREMATORY: Live insurrection

Heavy metal, Allemagne (SPV, 2017)

Crematory fait partie de ces nombreux groupes à la carrière dépassant le quart de siècle et dont je ne suis absolument pas familier. Ce n’est pas un mal en soi, remarquez, tant les formations pullulent autour de notre petite planète. Et, comme de nombreux autres, Crematory tient à laisser une trace de son passage. Quoi de mieux que son concert au Bang Your Head festival pour ça? Nous sommes le 14 juillet 2016, le groupe est à la maison et dispose d’une place honorable sur l’affiche. Comme beaucoup d’autres, Crematory perd de précieuses minutes avec une longue intro – qui sert de générique sur le DVD de ce Live insurrection. Puis, une fois sur scène, ça joue. Bien. Parfois très heavy, parfois trop indus, à d’autre moment – allez comprendre pourquoi il s’agit des chansons en allemand – très rammsteinien, Crematory affirme son identité musicale. Oui, mais… Si les musiciens sont à l’aise, certains ne font que leur job. Katryn, derrière ses claviers, ne décroche pas un sourire, ne va pas haranguer le public, par exemple, contrairement à Jason (basse) qui occupe toute la scène. Le concert est bien mis en son et en lumière, mais je ne parviens pas à accrocher à ce mélange de guitares heavy (ça, j’aime!) de chant guttural (mouais… je préfère le partage vocal avec le chant clair de Tosse), le tout recouvert d’un nappage de claviers trop présents. Peu d’excitation, et ce sentiment me parait partagé par le public assez statique. Maintenant, les amateurs du groupe seront sans aucun doute possible ravis de ce produit qui répond à toutes les attentes, c’est à dire un concert carré, bien filmé et à la lumière et au son au top. Notez que le DVD propose en plus du concert 5 vidéos bonus, ce qui ne saurait que ravir les fans.

ONE LIFE ALL-IN: The A7 sessions

HardCore, France/USA (Rust and Blood, 2017)

Je n’ai jamais été très fan de la scène hardcore US… ça tombe bien, car One Life All In n’est pas entièrement américain. Pensez donc: Don Fosse, chanteur des Spudmonsters a décidé de s’acoquiner de 3 frenchies, Clem (guitare), Franco (basse) et Kevin Foley. Ce dernier nom vous évoque sans doute quelque chose si vous êtes amateur de metal extrême puisqu’il est batteur au sein de Benighted. Le mariage est sur ce The A7 sessions explosif, la rage vocale de Fosse, sans fioriture, allant droit au but, comme le veut la vieille tradition punk. Musicalement, l’ensemble est accrocheur, déterminé et incontestablement rentre dedans. Pas forcément aussi hard core qu’on aurait pu si attendre mais incontestablement explosif. Seulement, voilà, ce chant est, selon moi, trop sec et son mix ne permet par à Fosse de parfaitement se fondre à l’ensemble. Un ensemble constitué de riffs entraînants, et d’une rythmique en béton armé, et si c’est de l’énergie que vous voulez, vous trouverez ici votre compte! Même si l’on peut, légitimement, se demander quel avenir existe pour One Life All In.

 

APPICE: Sinister

Hard rock, USA (SPV, 2017)

Carmine et Vinny. Deux frangins, deux batteurs, deux légendes des fûts qui ont mis, au fil des ans, leurs baguettes au service des plus grands, parmi lesquels se distinguent, naturellement, Black Sabbath ou Dio. Il n’est dès lors guère surprenant que les frères Appice se réunissent le temps d’un album afin de mettre en avant leur instrument (c’est vrai qu’à de rares exceptions – Herman Rarebell, Phil Rudd et quelques autres – les batteurs ne se lancent pas dans une aventure solo). Ce Sinister viserait à prouver qu’un batteur c’est plus malin que quelqu’un qui ne sait compter que jusqu’à 4 qu’on n’en serait guère étonné. Mais dès le morceau titre, quelque chose coince… La fratrie a fait appel à divers musiciens et chanteurs pour l’accompagner et c’est très bien. Mais voilà, le chant de Jim Crean me gêne. Et je me rends compte qu’un élément essentiel manque à l’appel: la cohésion, celle d’une unité qui donne la pêche. Ce sentiment ne me quitte plus, malgré l’impatience d’écouter ce Drum wars, duel fratricide en vue qui se fait démonstration sans grande saveur, et la surprise d’un Riot, air qui me rappelle quelque chose. Ben oui! Le premier album, superbe, du Blue Murder de John Sykes, paru en 1989 et produit de main de maître par Bob Rock avec Carmine à la batterie. Mais voilà, encore, que, malgré le chant de Robin McAuley (seul Paul Shortino tire son épingle du jeu vocal), le résultat manque de pêche. Au final, si les intentions sont bonnes et l’exécution correcte, le résultat ne tient pas ses promesses. Dommage…

ALPHA TIGER

Heavy metal, Allemagne (SPV, 2017)

Prenez un groupe prometteur et voyez le frontman prendre a poudre d’escampette. Vous paririez volontiers sur la disparition de la formation dans un avenir proche, n’est-ce pas? C’est ce que d’aucuns ont prédi une fin rapide pour Alpha Tiger après le départ de Stefan Dietrich suivant la publication d’Identity en 2015. Seulement, les Allemands ne se sont pas découragés et ont recruté Benjamin Jaino qui s’est emparé du micro. Le groupe a multiplié les concerts avant de reprendre le chemin des studios et de décider de repartir de zéro. C’est bien le message de cet album éponyme au logo disparu, non? Ni titre, ni visuel qui pourrait rappeler le passé. Les nombreux concerts ont permis à la formation de mieux se connaitre et de fonctionner comme il faut ensemble, d’avancer sur la même voie. Le résultat s’en ressent au travers de compos carrée et entraînantes. Le chant est puissant, les guitares rageuses et l’apport d’un orgue Hammond aurait pu se faire plus discret. C’est d’ailleurs la prod dans son ensemble qui pêche: le rendu final est sec, vieux, ni assez gourmand ni suffisamment attirant. Il y a 30 ans, passe encore, mais les moyens actuels permettent à n’importe quel amateur de faire mieux. Et ça, ça gâche presque tout. Dommage, car musicalement, Alpha Tiger sait pondre de petites pépites d’originalité et d’efficacité.

PROPHETS OF RAGE

Rock, USA (Caroline records, 2017)

Je ne sais trop par où commencer avec ce premier album plus qu’attendu de Prophets Of Rage… Avec deux passages très remarqués dans l’Hexagone en juin dernier (Download Paris et Hellfest), on était impatients de découvrir l’album. Et, c’est une évidence, la réunion de ces furieux de Tom Morello à la guitare toujours aussi rageuse et fine à la fois avec Chuck D et B-Real au flow vocal souvent imité offre un résultat intriguant. On ne va pas revenir sur cette union a priori contre-nature d’ex-membres de Rage Against The Machine avec ceux de Public Ennemy et Cypress Hill. Rage était un groupe ouvert à tout, et intégrer des influences rap, rock ou metal semble ici naturel. Je n’ai jamais été fan de rap, cependant, je dois reconnaître que le mariage de ces monstres est efficace. Les titres sont variés dans les rythmes et ambiances. Du rageur Unfuck the world au psychédélique Legalize me, il y en a pour tous les goûts. POR parvient au gré des morceaux à rassurer quant à sa capacité à séduire. Et même si j’ai du mal avec le flow rap, l’ensemble se laisse plus que facilement écouter. Pas prise de tête pour un rond, engagé et critique de notre monde (et de leurs USA d’origine) Prophets Of Rage s’avère aussi efficace, groovy et entraînant sur CD que sur scène, ce qui n’est pas une mince affaire. Le groupe sera au Zénith de Paris la Villette le 10 novembre 2017, et ça va déménager sévère!