Interview: ZEAL AND ARDOR

Interview ZEAL AND ARDOR. Entretien avec Manuel Gagneux (tout sauf batterie). Propos recueillis au Black Dog, à Paris Paris le 3 mai 2018

Metal-Eyes : Manuel, tout d’abord, comment vas-tu ? 

Manuel Gagneux : Bien ! Surcaféiné, donc je suis super éveillé (rires) !

Metal-Eyes : Ce qui est plutôt bien, puisque tu es en tournée de promotion pour le nouvel album de Zeal And Ardor. Comme il s’agit de notre première rencontre, je vais rester très traditionnel : peux-tu, en quelques mots, raconter l’histoire de Zeal And Ardor ? D’après ce que j’ai compris, tout est parti d’un gag…

Manuel Gagneux : Oui… J’avais l’habitude de faire un jeu en ligne où je demandais aux gens de choisir chacun un style musical, je choisissais deux des genres, les mélangeais pour en faire une chanson en une vingtaine de minutes. Un jour, un gars a suggéré « musique nègre et black metal ». Plutôt que de m’en offusquer, j’ai pensé « va te faire foutre, je vais te pondre une bonne chanson avec ça ! » Je l’ai fait, et ensuite, ça a un peu échappé à mon contrôle… Rolling Stone en a parlé et maintenant… me voici en train de donner des interviews à Paris !

Metal-Eyes : C’est bon signe ! Ta musique mélange du Black metal, de la musique noire, du blues, de la soul… Avec autant de styles, comment parviens-tu à obtenir un résultat si cohérent ?

Manuel Gagneux : C’est la force de l’erreur… La plupart des choses ne collent pas ensemble, c’est vraiment une suite d’erreurs… J’ai une idée et cherche ce qui pourrait venir la contraster de manière intéressante. Parfois ça fonctionne, d’autres fois, non. La plupart du temps, ça ne colle pas, mais quand ça marche, j’utilise tout ça comme une sorte de jeu de Lego pour en tirer une chanson.

Metal-Eyes : Et qui te conseille, décides-tu seul de ce qui est bon ou prends-tu des conseils extérieurs ?

Manuel Gagneux : Je travaille seul, la plupart du temps. Quand je termine une chanson, je la présente à des amis, pour avoir un retour. Mais c’est beaucoup plus tard !

Metal-Eyes : Tu es sur le point de sortir ton troisième album, Stranger Fruit. Comment décrirais-tu ton évolution musicale entre Devil is fine et Stranger fruit ?

Manuel Gagneux : Comme j’ai disposé d’un peu plus de temps et d’argent pour réaliser ce disque, j’ai pensé que ce serait juste de proposer un album un peu plus long, d’avoir un meilleur son et un meilleur mix. J’ai obtenu l’aide de gens compétents, même si j’ai écrit toutes les chansons. Le son de guitare, par exemple, est aussi bon grâce à Thibault Adam, un producteur autrichien qui m’a aidé, le son de la batterie ets le résultat du mix de Kirk Lew.

Metal-Eyes : As-tu eu recours à des musiciens extérieurs, y a-t-il des invités sur ce disque ?

Manuel Gagneux : Oui, il y en a un : la batterie a été enregistrée par Marco Von Allen qui joue aussi live avec nous. Mon corps est simplement trop faible pour pouvoir jouer de la batterie. Je programme la batterie, lui fais écouter ce que j’attends et, comme par magie, il le réalise ! Le reste, c’estr moi.

Metal-Eyes : Je n’ai pas eu le temps d’écouter tout l’album, cependant, je n’ai pas entendu de Black metal sur la première moitié. Où se cache ton côté Black ?

Manuel Gagneux : … Dans la seconde moitié (rires) !

Metal-Eyes : J’aurais dû m’y attendre !

Manuel Gagneux : Tu parles du genre Black metal ? Je pense qu’il se situe en des endroits intéressants. Il y a des groupes qui parviennent à proposer du très bon Black de façon traditionnelle et d’autres qui cherchent à l’amener dans d’autres directions. C’est ce que je cherche à faire. D’ici 5 ans, je pense qu’il va y avoir une explosion de sous genre liés au Black.

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’une chanson de Stranger fruit pour décrire ce qu’est aujourd’hui Zeal And Ardor, laquelle serait-ce ?

Manuel Gagneux : Je pense que ce serait Ship on Fire, parce qu’elle résume chaque élément de l’album, à l’exception de l’interlude…

Metal-Eyes : Quelle est ton éducation musicale ?

Manuel Gagneux : Mes parents sont tous deux musiciens, mais je n’ai pas eu une éducation musicale traditionnelle. Je n’ai jamais eu de cours de musique… En fait, si : j’ai pris un cours de guitare dans une école de jazz et j’ai détesté ça… Je pense que mon éducation se résume à avoir été un ado sans petite amie et avec une guitare… J’ai appris en écoutant des choses techniques, comme Wintersun, qui m’a vraiment impressionné, et tous les dieux de la guitare comme Van Halen, Dream Theater et tous ces trucs techniques. C’était mes influences à l’époque, aujourd’hui, ce sont des musiciens comme Marc Ribaud, Mr Bungle et Zappa, des gens étranges…

Metal-Eyes : Quel pourrait être la devise de Zeal And Ardor ?

Manuel Gagneux : Une devise ? « Fais ce que tu veux sans te soucier de ce que pensent les autres ». C’est très cliché, peut-être, mais…

Metal-Eyes : Tu vas jouer au Hellfest pour la première fois cette année, à une place assez bonne sur l’affiche. Que représente le Hellfest pour toi, Américain ?

Manuel Gagneux : Ca reste un festival indépendant, avec une affiche de tueur. J’ai l’impression que les gens ne sont pas sur sollicité. C’est pas un truc de Live Nation, en gros ! En tant que musiciens qui joue en festival, on se rend vite compte si l’orga est celle de passionnés ou si ça n’est qu’un boulot. Et j’ai le sentiment que c’est un de ces festivals où les gens adorent être, même s’ils y travaillent. J’espère que ce sera spécial.

Metal-Eyes : Comment te prépares-tu pour un tel événement ? Tu es un musicien solo, mais tu seras accompagné d’un groupe.

Manuel Gagneux : En fait, on joue ensemble depuis un an, et je ne peux imaginer travailler avec d’autres personnes. Je l’ai tenté, parce qu’ils n’ont pas obtenu de visa pour les USA, où j’ai donné des concerts avec d’autres musiciens. Très bons, mais ce n’était pas pareil. On répète un max, c’est tout !

Metal-Eyes : Et eux viennent d’où ?

Manuel Gagneux : Ils sont tous de Bales, où je vis maintenant. Des amis…

Metal-Eyes : Des Suisses qui n’ont pas pu avoir de visa pour les USA ?

Manuel Gagneux : Oui, parce qu’il faut un visa de travail en tant que musiciens. Mais il faut avoir été un groupe depuis deux ans, 18 mois, pour obtenir ce type de visa. Une règle décidé je ne sais comment, mais, bon…

Metal-Eyes : Et c’est eux qui seront avec toi à Clisson ?

Manuel Gagneux : Oui…

Metal-Eyes : Et tu pourras constater ce que tu viens de dire : l’ambiance est spéciale. Tu verras des gens faire la queue pour acheter, cette année, les billets pour l’an prochain.

Manuel Gagneux : C’est dément !

Metal-Eyes : Si tu devais décrire la musique de Zeal And Ardor à quelqu’un qui ne vous connait opas, afin de le convaincre d’acheter votre album, que lui dirais-tu ?

Manuel Gagneux : Je ne veux convaincre personne d’acheter l’album s’il ne le souhaite pas, mais… Ma musique joue sur des émotions extrêmes, à la fois agressives et mélancoliques ou joyeuses. Il n’y a pas de compromis, je suis toujours dans les extrêmes. Alors, si tu aimes les extrêmes, peut-être aimeras-tu ma musique !

Metal-Eyes : Tu parviens à mélanger ces ambiances. J’entends le blues des bayous, et la souffrance mêlée de tristesse des gens qui travaillaient dans les bayous de Louisiane.

Manuel Gagneux (il lève les bras, poings fermés): Oui ! J’y suis arrivé ! C’est ce que je cherche à faire !

Metal-Eyes : Une dernière chose : tu as passé une bonne partie de ta journée en promo, quelle a été ta question préférée jusqu’ici ? La plus surprenante, intéressante…

Manuel Gagneux : La meilleure question ? Je dirais : « Quelle est la meilleure question qui t’a été posée aujourd’hui ? »

Metal-Eyes : Et pour quelle raison ?

Manuel Gagneux : … Ah, nom de Dieu ! (rires) Parce que c’est une question ouverte, qui fait réfléchir à ce qui a été demandé depuis ce matin. Une question très professionnelle à laquelle je ne peux pas répondre par « oui » ou « non ».

Metal-Eyes : Alors je prends cette réponse comme un compliment ! Bonne chance avec ce nouvel album et je te verrais au Hellfest !

Manuel Gagneux : Avec plaisir ! Et merci pour ton temps, aussi !

 

Laisser un commentaire