Interview: Sofie et Johann – Welcome to Hell(fest)

Interview Sofie Von Kelen (auteure) et Johann Guoyt (dessinateur). Propos recueillis au Hard Rock Cafe le 30 septembre 2019

Sofie, je la connais depuis des années. On se croise régulièrement là où se produit ADX. Johann, je ne l’ai jamais rencontré. Les deux sont pourtant d’assidus participants au Hellfest qu’ils ont décidé de raconter en se mettant en scène dans une trilogie de BD qui fait aujourd’hui l’objet d’une édition intégrale (plus d’info ici: Welcome to hell(fest) – l’intégrale augmentée.) Un objet pour lequel Sofie et Johann ont décidé de passer par le financement participatif via Ulule. Moins de 2 semaines avant la date limite de cette levée de fonds (vous avez jusqu’au 24 octobre seulement pour verser quelques euros), ils se sont confiés à Metal Eyes au cours d’une joyeuse interview.

 

Metal-Eyes : Johann, peux-tu nous raconter la genèse de ce projet BD Welcome to Hell(fest) ?

Johann Guyot : L’idée est venue de Sophie qui était alors journaliste BD et rock, puisqu’elle couvrait pas mal de concerts pour le magazine Abus Dangereux. Elle a été amenée à aller souvent au Hellfest…

Sofie von Kelen : Oui, mais pas en tant que journaliste. C’était au FuryFest, comme ça, pour m’amuser…

Johann Guyot : De mon côté, je suis dessinateur, illustrateur et j’ai ma propre maison d’éditions. On s’est connus sur un festival de BD…

Sofie von Kelen : Au festival d’Angoulême. J’ai acheté sa BD autobiographique où il racontait ses histoires de métalleux…

Johann Guyot : J’avais déjà fait un truc sur les concerts et les disques qui m’avaient marqué, ce qui ressemble un peu au début de Welcome, sur le ton, en tout cas. On est devenus amis par la suite. Sofie m’a contacté alors qu’elle comptait aller au Hellfest, ce à quoi j’étais plutôt réticent à l’époque… Autant j’adore ce genre musical, mais de là à aller dans cette foule… J’ai toujours été en concerts, mais dans des petites salles, alors un festival, sans être agoraphobe… 3 jours comme ça ?

Sofie von Kelen : Je venais de m’installer à Paris, et je pensais que ce serait beaucoup plus marrant de faire quelque chose comme ça plutôt que des reports classiques. Au début, d’ailleurs, on voulait mettre ça dans Abus Dangereux, ce n’étais pas prévu pour devenir un bouquin. On voulait juste faire un live report en BD. Au bout de deux ans, on avait accumulé du matériel et on s’est dit « en fait, on va faire un livre ! »

Johann Guyot : Le premier tome recouvre trois années consécutives – 2012 à 2014 – et il est sorti en 2015.

Sofie von Kelen : On a mis un peu de temps à trouver notre ton, notre voix.

Johann Guyot : Ensuite, on ne savait pas trop ce qu’on allait faire, mais deux autres albums sont sortis. On a continué à faire des croquis là-bas, et on a sorti deux autres volumes. En 2017, la dernière année qu’on a couvert pour le tome 3, on s’est dit qu’on allait arrêter là. Sauf que le tome 1 est épuisé depuis très longtemps et on nous l’a souvent réclamé. Beaucoup de gens nous ont réclamé une réédition et on s’est dit que c’était peut-être l’occasion de sortir une intégrale.

Sofie von Kelen : De tout remettre au bon format, de nettoyer certaines illustrations, de tout remettre bien…

Johann Guyot : Et d’en faire un objet assez classieux

Sofie von Kelen : Un beau bouquin de plus de 300 pages, couverture cartonnée…

 

Metal-Eyes : Chaque tome a été publié à combien d’exemplaires ?

Johann Guyot : Le premier à 1.300. Un petit tirage parce qu’on ne savait pas trop où on mettait les pieds. Il se trouve qu’on a fait appel à un distributeur qui l’a plutôt bien vendu. On lui en filé 600, mais il nous en a demandé 900, il avait des commandes un peu partout. On a vendu le reste en librairie et sur des stands en festivals.

Sofie von Kelen : Le second, on l’a tiré à 2.000 exemplaires, il nous en reste 2 ou 300…

 

Metal-Eyes : Ce qui fait de toute façon une différence entre le nombre de possesseurs du premier et du second.

Sofie von Kelen : Oui, c’est ça. Et le troisième, on l’a volontairement tiré en édition limitée à 300 exemplaires, numérotés et signés, ce qui en fait un peu un objet collector. On ne savait pas du tout ce qu’on allait faire après, on savait qu’on arrêtait, alors on a fait de ce troisième un objet un peu rare. Et après, on s’est dit : « l’intégrale » (elle rit)

 

Metal-Eyes : Avant de parler de l’intégrale, le pitch de Welcome to Hell(fest), c’est quoi ? Et quel est le ton que vous y mettez ?

Johann Guyot :

Sofie von Kelen : C’est de raconter notre festival.

Johann Guyot : C’est un reportage… Des carnets de voyages, comme on peut en trouver dans le milieu de la BD. Des planches qui racontent quelque chose. C’est autobiographique dans le sens où on se met en scène. Quand je dessine, je dessine Sofie et moi-même dans le festival. Ce sont des choses qui nous sont vraiment arrivées, les groupes que je vois, je les croque sur place. Et Sofie, journaliste, rapporte des chroniques, des interviews de groupes…

Sofie von Kelen : Au fil des séries, il y a eu 3 postures : nsur les premières années, moi j’étais encore journalistes pour Abus dangereux et Johann était néophyte. Ensuite, on s’est positionnés tous deux en tant qu’auteurs, en indépendants, et la troisième phase, c’est quant on a commencé à avoir notre stand sur l’Extreme market. Là il y a un œil un peu plus… on s’attarde un peu plus sur le public, sur les gens du market, sur le côté périphérique. On s’est vraiment rendu compte, en tant qu’exposants, de tout ce qu’il y a autour du Hellfest.

 

Metal-Eyes : On le sait : le Hellfest, ce n’est pas que les concerts, ou la grande roue, c’est aussi le camping ; le market, le Hell city square…

Johann Guyot :

Sofie von Kelen : La ville de Clisson, les gens qui font la déco. On a essayé de creuser un peu plus.

 

Metal-Eyes : Pour pouvoir financer l’intégrale, vous faites une levée de fonds via Ululeous faut combien et vous en êtes où ? (Vous pouvez contribuer jusqu’au 24 octobre ici: https://fr.ulule.com/welcome-to-hellfest-integrale/)

Sofie von Kelen : Il nous faut 12.000 euros.  (note : il reste aujourd’hui 45% de fonds à lever, et un peu plus d’une semaine de campagne). C’est ça qui va nous permettre de réaliser un beau produit, on ne veut pas faire un truc cheap.

Johann Guyot : On a un graphiste à payer, les envois des contre parties…

 

Metal-Eyes : Une des contre-parties que chaque contributeur va recevoir c’est un bisou de l’équipe.

Sofie von Kelen : Voilà !

 

Metal-Eyes : Sofie, on se voit régulièrement, au Hellfest ou en concerts. Des bisous j’en ai déjà. Est-ce que je dois vraiment contribuer ?

Sofie von Kelen : Euh, non, ben… Je pensais plutôt à un bisou virtuel. A la terre entière… Je pensais plus à un bisou spirituel ! (rires)

Johann Guyot : Par contre, si au Hellfest il y a des mecs qui me demandent un bisou sur le cul, je vais y réfléchir à deux fois…

 

Metal-Eyes : C’est l’expérience qui parle ? (rire général)

Johann Guyot : Non, non, pas encore, mais je vais y penser !

Sofie von Kelen : Je n’y avait pas encore réfléchi à l’année prochaine, au Hellfest, des mecs qui vont venir demander des bisous ! (rires)

 

Metal-Eyes : Qu’est-ce qui, justement, va attirer le bédéphile et l’inciter à acheter Welcome to Hell(fest) ?

Sofie von Kelen : Le bédéphile, je pense que ce sera au niveau de l’objet, parce que c’est quelqu’un qui aime les beaux objets, avec des couvertures bien contrastées.

Johann Guyot : Le contexte aussi : Sofie s’adresse plus au public metal là où je m’attarde plus sur un public de… bédéistes. Mes influences sont ce qu’elles sont, et tout est traité sur un ton humoristique. J’espère aussi toucher un public non fan de metal.

Sofie von Kelen : Je vois souvent sur les stands des salons de BD, Angoulême, Saint Malo et d’autres, beaucoup de gens qui n’ont rien à voir avec le metal et qui achètent Welcome to Hell(fest). Parce qu’ils ont feuilleté, ils ont envie de voir, de découvrir…

Johann Guyot : Il y a beaucoup d’anecdotes aussi. C’est presque de la sociologie, voir, analyser comment les gens qui travaillent toute l’année et vont au Hellfest se lâchent totalement pendant trois jours. Décrire comment le cadre de je ne sais quelle entreprise se trouve pendant un week-end gros nounours, le cul à l’air… C’est assez marrant de voir ce genre de choses. On parle avant tout de musique, mais pas que de ça.

Sofie von Kelen : Il faut aussi que les gens qui ne s’y connaissent pas en metal s’amusent en le lisant.

Johann Guyot : Ce n’est pas élitiste, ce n’est pas fait que pour le metalleux.

 

Metal-Eyes : Vous êtes tous deux fans de metal. Vos goûts se complètent-ils ou sont-ils à l’opposé ?

Johann Guyot : Ils ne sont pas complètement différents.

Sofie von Kelen : Moi je suis plus sur les 70’s, les vieilles gloires comme Blue Oÿster Cult, Uriah Heep, et tout ce qui est vieux hard et NWOBHM. Surtout axés heavy. Tout le neo 70’s. Je suis très axée chanson : j’ai besoin qu’il y ait un couplet un refrain, un solo… J’aime pas quand ça blaste pendant 3’30…

Johann Guyot : On n’est pas si éloignés que ça. J’aime beaucoup le rock, le psyché. Je suis aussi très branché vieux metal extrême, Venom, Hellhammer, Bathory… J’aime quasiment tous les styles, mais dans leur forme originale. Les groupes qui construisent quelque chose, quand je me dis « tiens, ça change un peu, il y a du nouveau ». Je trouve tous ces groupes passionnants. J’aime aussi le vieux punk des années 70, comme Discharge ou Black Flag. Les débuts du thrash, du black metal… Les contre-cultures, ou les précurseurs…

 

Metal-Eyes : Est-ce que vous alimentez votre inspiration, votre vue, votre vie du Hellfest avec la musique que vous écoutez au quotidien ou est-ce plutôt ce que vous y vivez, « ça je le note, j’en ferai quelque chose » ?

Johann Guyot : Quand un groupe me plait, je vais croquer le groupe, mais ce qui m’intéresse c’est de raconter l’histoire, comment j’en suis arrivé à devenir fan de ce groupe. Un retour à mon adolescence… Ce que j’ai ressenti avec tel ou tel disque. On ne parle pas forcément du Hellfest, finalement…

Sofie von Kelen : Sur les chroniques, je me rends compte que j’ai fait les deux. C’est vraiment au feeling : il y a des groupes qui m’ont donné envie de parler de leur histoire et de leur discographie, et d’autres qui m’ont donné envie de parlé de ce qui s’était passé pendant le concert.

 

Metal-Eyes : Sophie, je te croise régulièrement à l’extreme market. Il faut le tenir ce stand ; comment faites vous pour vous organiser pour voir des concerts ?

Sofie von Kelen : On est trois à tenir le stand : Johann, moi, et Julien Rousseau le bassiste d’ADX. On fait des tours. Comme le market ferme vers minuit, on peut aller voir les deux derniers groupes ensemble.

Johann Guyot : Les premières années on était partout, on voulait tout voir… Mais avec le temps, la fatigue aidant, on sélectionne un peu plus !

 

Metal-Eyes : Vous commencez à plutôt bien vous connaitre depuis 2012. Sofie, quelle est la plus grande qualité de Johann ? (Elle a le regard étonné et se met à rire) Johann, tu peux déjà commencer à réfléchir à la même chose pour Sophie…

Johann Guyot : Oui, j’avais compris…

Sofie von Kelen : La plus grande qualité de Johann ? C’est sa capacité à prendre du recul. Moi, je m’enflamme assez facilement sur un groupe, sur un truc, un détail d’organisation… Je peux stresser assez facilement, Johann, il prend du recul par rapport à tout. Il m’aide à relativiser…

Johann Guyot : Qu’est-ce que je peux dire ? Au niveau organisation, on peut compter sur Sophie. Quand il y a un truc de prévu, c’est rassurant. Là où je suis assez bordélique, elle est organisée. Je suis arrivé de Bordeaux aujourd’hui pour les interviews, je ne savais pas ce que j’allais trouver, mais je savais que Sofie avait tout prévu. C’est assez rassurant quand quelqu’un gère ces choses là.

 

Metal-Eyes : Et son plus gros défaut, alors ?

Johann Guyot : Ce qu’elle disait juste avant : Sofie s’enflamme très vite. C’est pas forcément un défaut, d’ailleurs : elle a gardé ce coté ado un peu « groupie ». Il y a un truc qui m’a toujours frappé chez elle, si le groupe qu’elle adore fait une crasse ou s’est mal comporté, elle va se mettre à détester le groupe, là où moi, je reste totalement extérieur à ça. Si j’aime la musique… ça me fait rire en fait, elle est très sur l’émotion…

Sofie von Kelen : Le plus gros défaut de Johann ? La procrastination ! (rires)

Johann Guyot : C’est pas faux !

Sofie von Kelen : Quelque fois je lui demande un truc et ça prend des jours. « Ouais, j’ai presque fini, demain tu l’auras ! Non, j’ai commencé, j’ai une idée » La procrastination !

 

Metal-Eyes : Tout fan rêve de partager des moments avec ses idoles. Le Hellfest a-t-il été un bon terrain de rencontres pour vous ?

Johann Guyot : On a vu des trucs assez hallucinants, oui !

Sofie von Kelen : Ça le fut, à l’époque où on faisait des interviews, et avant d’avoir le stand. Mais surtout, ça l’était à l’époque où il y avait l’ancien espace VIP où il y avait les journalistes, les groupes, etc. Maintenant, c’est plus l’espace VIP pour les fêtards, et les groupes ont leur propre espace, on ne peut plus les rencontrer. Je ne rencontre quasiment plus aucun groupe au Hellfest.

 

Metal-Eyes : Sauf ceux qui viennent dans cet espace.

Johann Guyot : Rencontrer Bobby Liebling de Pentagram, c’était une expérience. Voir un type aussi cintré… Puis Dave Chandler, extrêmement sympathique…

 

Metal-Eyes : Quels sont vos meilleurs souvenirs à tous les deux, de vos nombreux Hellfest ?

Johann Guyot : Sans hésiter, Venom en 2015, même si ce n’était pas le line-up original. Mais il y avait Cronos, dont je suis fan depuis toujours. Aussi, et j’étais tout devant, comme un grosse de 15 ans… Il y a eu Discharge en 2012. Le son était mauvais, mais j’adore ce groupe. Pentagrame, aussi, et puis, l’année dernière, ce sera dans les bonus parce qu’il y a eu une super affiche, Pestilence, Possessed et Hellhammer…

Sofie von Kelen : Meilleur souvenir de concert ? Je mettrai dans mon top 4 ou 5… Candelmass il y a 3 ans, Alice Cooper, un de mes groupes culte, Wardroma, toujours hallucinant sur scène, Metal Church que j’attendais depuis des années et… J’ai adoré Magma aussi. Je ne m’attendais pas à une réaction aussi vive du public.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être votre devise à l’un et à l’autre ?

Johann Guyot : Rock n roll damnantion !

Sofie von Kelen : It’s a dirty job, but someone has to do it !

 

Metal-Eyes : Dernière chose : quels sont vos paris pour le Hellfest 2020 ?

Johann Guyot : Le problème c’est que, pour moi, tout est passé. Il y a un truc assez hallucinant avec le Hellfest, c’est qu’ils parviennent à faire venir tant de groupes, à chaque fois, il y a une surprise… Tout le monde parle de Metallica qui n’est jamais venu, mais voir Metallica aujourd’hui, c’est pas ce qui m’excite…

Sofie von Kelen : De toutes façons, ils ne le feront pas pour des questions de finances et d’exclusivité avec un certain tourneur… Je sais que je serai ravie de l’affiche parce qu’il y aura au moins 15 groupes que je vais adorer, mais je ne m’attends pas à de grosses surprises. J’aimerai bien un peu plus de 70’s… Ils deviennent vieux, et ce serait bien de pouvoir les voir une fois… Si j’aimerai bien voir Page et Plant. Je les ai vus aux Eurokéennes, c’était brillant.

 

Metal-Eyes : Merci à tous les deux, la levée de fonds se termine le 24 octobre, l’appel aux contributeurs est lancé ! Et la publication est prévu en décembre, juste avant Noël…

Johann Guyot : Merci à toi.

Sofie von Kelen : Merci beaucoup, et oui, il faut faire vite, il ne reste plus beaucoup de temps !

 Rappel: les contributions pour la publication de  Welcome to Hell(fest) – l’intégrale se poursuivent jusqu’au 24 octobre. Quelques euros pour un peu de culture fun et metal, chacun peut le faire! Un joli cadeau pour Noel, en plus…

MAGOYOND: Kryptshow

France, Metal (Autoproduction, 2019)

Kryptshow, le nouvel album (le 5ème, je crois, si l’on compte les sorties uniquement digitales) de Magoyond, est ma grosse claque de cette rentrée. Jamais je n’avais entendu parler de cette formation hexagonale née de l’union musicale de Le Mago (chant et guitare) et Yond (basse). Ce dernier semble cependant avoir quitté la formation avant l’enregistrement de ce double album. Le groupe a développé un concept très personnel en puisant son inspiration dans les séries télé fantastiques et horrifiques des années 70/80 dont, oh surprise!, les mythiques Contes de la crypte. Dès Le chapiteau des supplices (dont l’introduction m’évoque L’envers de Wormfood) le décor sonore est planté: le chant très narratif déclame des paroles et textes sur fond de rock hard rythmé, cinématographique, enjoué avec un fort esprit de cirque. Monsieur Loyal est ici inquiétant et positivement malveillant. Magoyond se plait à raconter des histoires de zombies, de suicides, de cimetière avec humour. Noir, forcément. J’ai parfois l’impression d’écouter la BO d’un Disney pour adultes (Aladin et son génie me viennent à l’esprit) ou de retrouver la Petite boutique des horreurs. La mise en son ressemble à une mise en scène sans images et lorsque les guitares se mettent à hurler, la rythmique décroche quelques cervicales. Si l’ensemble semble fun, tout est fait avec le plus grand sérieux. Magoyond s’attache au moindre détail dans le verbe et dans le son – véritable jeu de pistes de fines subtilités. C’est un univers à part dans lequel Magoyond nous invite à plonger, et dans lequel je me noie avec plaisir. Vous l’aurez compris, si vous voulez vous changer les idées et aller de surprise en étonnement, foncez découvrir Kryptshow et soutenir Magoyond. Une folie française que ne renierait pas Alice Cooper.

INTERVIEW: TARJA

Interview Tarja TURUNEN. Propos recueillis à Paris le 7 juin 2019

 

C’est une Tarja joviale et vraisemblablement fière de son nouvel album, qui paraîtra à la fin du mois d’août sur Ear music/Verycords, qui a reçu Metal Eyes dans le cadre d’un hôtel parisien. La Finlandaise, désormais installée en Espagne, nous dit tout au sujet de In the raw, et plus encore.

Metal-Eyes : Tarja, tu es ici pour parler de ton nouvel album In the raw, mais juste avant, si tu permets, il y a une question que j’ai voulu te poser depuis 3 ans…

Tarja : Vraiment ? Waow !

Metal-Eyes : Nous n’avions pas eu l’occasion de parler pour la sortie de The shadow self. Cet album me semble avoir été une réaction à Colours in the dark à plus d’un titre : tout d’abord le côté visuel, en noir et blanc, alors que Colours était très coloré. Certaines chansons semblent aussi être une réaction à d’autres figurant sur Colours. Par exemple : 500 letters dénonçait le harcèlement de certains fans (elle confirme) et  j’ai l’impression que Diva a été écrite en réaction à la réaction qu’aurait pu avoir un fan blessé par 500 letters, t’accusant de n’être qu’une diva capricieuse…

Tarja : Vraiment, c’est ton sentiment ? C’est très intéressant ! Fantastique, même ! C’est ce que j’adore, et tu es le premier à me faire part de ce sentiment ! C’est absolument fabuleux que tu aies eu cette impression, parce que c’est ton propre ressenti. Je dois te dire que c’était complètement différent pour moi, mais c’est exactement ce que je recherche avec mes chansons en général. Quand j’écris les paroles, encore plus avec le nouvel album qui est le plus personnel que j’ai écrit. Je fais attention à ne pas trop expliquer les paroles, afin que chacun puisse y réfléchir, y trouver ce qu’ils veulent. Tu as trouvé cette connexion, ce qui juste incroyable, je ne l’ai vraiment pas écrite dans ce sens…

Metal-Eyes : Et tu comprends le lien que je peux faire ?

Tarja : Oui, totalement ! Je peux tout à fait imaginer et comprendre. C’est superbe, c’est la magie de la musique ! C’est comme ça que ça devrait être pour chacun de nous : interpréter différemment les chansons. Ecouter de la musique est une expérience unique. Tu peux discuter des goûts, ne pas aimer la saveur de cette eau ou la musique que je fais.

Metal-Eyes : Ce qui est OK

Tarja : Oui, ça me convient parfaitement. Tu sais, avant tout, j’écris de la musique pour moi. Si mon travail me satisfait – et le mot « satisfaction », pour une perfectionniste comme moi… – eh bien, pour ce nouvel album j’ai pris du recul. J’avais besoin de casser mes filtres, de me confronter à mes peurs, mes doutes, tout à mon sujet. J’ai composé seule, j’avais tout ce monde de doutes face à moi et je savais que je devais m’y confronter. Je souhaitais voir si j’avais la capacité à me dépasser.

Metal-Eyes : Ce qui est le cas selon moi, après une écoute de ce disque dont nous allons parler dans un instant. Cependant, tu habitais en Argentine et tu as récemment déménagé en Espagne. Quelle en est la cause ?

Tarja : Je voulais raccourcir les distances. Je passe la majeure partie de mon temps en Europe, professionnellement. Alors les vols long courrier, depuis Buenos Aires, d’autant plus maintenant que nous avons une petite fille, et aussi vivre dans une aussi grande ville, j’avais un peu peur de laisser ma famille derrière moi dans cette ville de chaos. C’était trop me demander, je ne voulais pas ce poids là. Alors nous avons décidé de chercher un logement en Europe, et nous avons trouvé un superbe endroit en Andalousie, nous y sommes très heureux. Je crois que tout cela se ressent dans mon nouvel album. Parce qu’il s’agit de moi. Tout ce que je fais artistiquement est lié à moi. Tu peux ressentir, j’espère, la paix, principalement dans une chanson comme Golden chamber (elle rit).

Metal-Eyes : Juste avant de parler de ton nouvel album, comment décrirais-tu ton évolution musicale entre The shadow self et In the raw ?

Tarja : J’ai beaucoup tourné pour The shadow self, et je déplorais en même temps de ne pas être avec ma famille. Il y a eu un grand changement avant la production de l’album : ma fille de 4ans ½ est rentrée à l’école. Avant, elle a été un bébé en tournée, je l’emmenais partout avec moi. Ce changement m’a affectée, et soudain, elle entre à l’école. Elle n’est plus là, mon mari non plus, je me retrouve seule, ce qui a été un grand changement. Me retrouver dans cette nouvelle situation – qui n’a plus rien de neuf, je te rassure ! – m’a affecté de telle sorte que j’avais besoin de m’ouvrir et de sortir de ma zone de confort, de me débarrasser de mes craintes. Quand j’ai commencé à composer In the raw, la musique m’est venue très facilement : elle était puissante, et à chaque fois que je rentrais de tournée, je composais, au piano, j’ai enregistré beaucoup de démo, sans paroles, et j’avais le sentiment que la musique était très progressive. J’ai arrêté de tergiverser – « est-ce bon ? est-ce mauvais ? est-ce que je peux le faire ? oui, je le peux ! » – Je me suis libérée en matière de composition.

Metal-Eyes : Cela s’entend dès le premier titre, qui est vraiment très heavy. Tu y es accompagnée de Bjorn Speed Strid, chanteur de Soilwork, qui a cette voix particulière et puissante. Etait-il nécessaire selon toi d’ouvrir In the raw avec Dead promisses ?

Tarja : Quand j’ai mis toutes les chansons à plat, j’ai voulu que cette guitare puissante soit le guide de l’album. J’adore le son de la guitare électrique. J’aime composer les chansons avec mon guitariste. Alex et moi avons cette complicité. La raison pour laquelle je voulais ce titre est que j’avais besoin d’une chanson qui me soutienne, qui soutienne ma voix, m’entraine. Pas seulement la guitare, mais tout le groupe. Comme avec un orchestre symphonique. Tu es devant un orchestre de 68, 70 personnes et je sais qu’elles sont là pour me soutenir, et je veux ressentir la même chose avec un groupe de rock, toute cette amplification… Le son n’est pas naturel, on a des retours internes, c’est complètement différents de l’acoustique. Avoir cette puissance qui me soutient, juste là derrière moi, avec cette certitude que, si je me plante, ils sont là… Voilà pourquoi Dead promisses se trouve à cette place.

Metal-Eyes : Et que sont ces promesses éteintes ?

Tarja : C’est une histoire que j’ai écrite au sujet d’une personne très proche qui… qui s’est égarée. J’ai écrit cette chanson pour lui – ou elle – pour lui faire comprendre que la porte est toujours ouverte. C’est une chanson d’espoir. J’ai toujours cru en l’espérance… Il y a un moment dans ma vie, il y a longtemps de cela – tu sais de quoi je parle, ce moment où j’ai perdu tout espoir en l’humanité et l’amitié, quand j’ai tout perdu et que je ne savais plus comment faire confiance aux gens, j’ai eu le sentiment de trahison. Je ne savais pas où recommencer, mais j’ai retrouvé cette confiance, et je crois de nouveau en de belles choses. Je suis peut-être naïve en disant ça, mais je préfère voir le bon côté des choses.

Metal-Eyes : Concernant la musique, cet album me semble scindé en deux parties : un coôté très pop rock, ton chant y est pour beaucoup, et, je connais ton intérêt pour la musique de films, et il y a un bon nombre de chansons, You and I, The golden chamber, Spirits of the sea, par exemple, qui sont très cinématiques. Ce sont aussi les chansons les plus longues, les plus progressives. Avais-tu la volonté d’avoir cet esprit ciné dans tes chansons ?

Tarja : La musique de film est aujourd’hui une de mes plus grandes sources d’inspiration. Oui, cela me renvoie à mes premières amours musicales, avec la musique classique, le grand amour de ma vie. La musique de film y est lié. Et tout est si émotionnel, ça te transporte dans différents endroits, et parfois des lieux effrayants. Tu n’as pas forcément besoin d’images, mais si tu rajoutes des images à la musique, tu n’auras sans doute pas le même film…

Metal-Eyes : J’ai ce sentiment avec Spirits of the sea qui est très sombre et inquiétant et aussi Shadow play qui m’évoque un film de heroic fantasy à la Seigneur des anneaux ou Game of thrones. De la puissance suivie de temps calmes, des hauts et des bas…

Tarja : Oui, et ça fait beaucoup de bien d’entendre ça… Ces derniers jours, je commence à peine à avoir des avis, vos avis, sur ces nouveaux titres que personne n’a encore entendus. Ca me fait vraiment plaisir, et c’est exactement ce que je recherche. Je peints des tableaux quand j’écris des chansons, c’est très colorés, et je souhaite que les gens voient ces couleurs et puissent emplir leurs esprits de ces images. Mes chansons ont en effet beaucoup de lien avec le cinéma. Mes albums ont toujours été diversifiés. C’est comme ma culture musicale est ma main droite, ma culture rock, la main gauche, et elles sont en parfaite harmonie.  Mes albums changent la donne, aussi. Prends The golden chamber : il n’y a aucune guitare, pas de solo, c’est un superbe morceau d’orchestre.

Metal-Eyes : Deux notes, au piano, qui se répètent.

Tarja : Oui, la paix, la tranquillité. Tu peux la trouver en toute chose, si tu regardes bien, quelque chose de vraiment beau. Si tu observes bien, tu la trouveras

Metal-Eyes : Comment as-tu choisis les invités et quels musiciens t’accompagnent sur l’album en dehors des fidèles Alex Scholpp à la guitare et de Christian Kreschtschmar aux claviers et Max Lilja au violoncelle ?

Tarja : Il y a aussi mon équipe de rêve qui joue : Doug Wimbish, Kevin Chown sont là aussi. L’équipe est la même que d’habitude, en dehors du batteur. Il s’agit de Tim Schreiner qui joue avec moi depuis deux ans, sur les concerts. Un excellent batteur, c’est un vrai plaisir que d’avoir enregistré cet album avec lui. C’est très sympa de voir comment il travaille. Il fait partie de ces personnes qui me font oublier le travail au clic. Quand il joue, c’est simplement fantastique, il fait de la musique plus que de la puissance. En ce qui concerne les invités, ils sont tous très distincts, et j’ai été fan de chacun d’eux depuis longtemps. Nous sommes amies avec Cristina Scabbia depuis de longues années, et nous avons évoqué la possibilité de faire quelque chose ensemble. Il fallait simplement la bonne chanson. Tu sais, j’écris les chansons pour ma voix, je ne pense pas à qui pourrait interpréter telle ou telle partie. Alors quand il s’agit d’imaginer un chanteur, un homme, qui pourrait interpréter mes chansons… tadaaaa ! (Rires) C’est un vrai challenge. Björn et Tommy Karverik (Kamelot) m’ont tous deux dit « Euh… ça sort vraiment de mon champs habituel ! » mais ils ont fait un travail fantastique. Les chansons me parlent, je sens que j’aurais envie d’avoir un « partenaire de crime » pour celle-ci. Avec Cristina, c’est aussi rock que possible : guitare, basse et batterie. Et je l’ai laissée ainsi parce que la voix de Cristina mérite d’être vraiment mise en avant.

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’une chanson de In the raw pour expliquer à quelqu’un qui ne connait pas ton travail ce en quoi consiste Tarja, ce serait laquelle ?

Tarja : Oh… Ce n’est pas évident, comment choisir ? Ca doit être un des morceaux symphoniques, avec ces orchestrations qui sont vraiment qui je suis, et ce font rock. Je pense à la dernière chanson de l’album, Shadow player. C’est une chanson que j’ai écrite entièrement seule. Au piano, l’instrument que j’utilise habituellement quand je compose. Quand j’ai terminé au piano, j’ai écouté le morceau dépouillé et j’ai entendu toutes ces orchestrations, explosives, se mettre en place, tout semblait déjà être en place. J’ai dit à mon mari que ça devait être la dernière chanson de l’album (rires). Un disque doit se finir ainsi !

Metal-Eyes : Tu as joué dans plusieurs salles à Paris – l’Elysée Montmartre, le Zénith, Bercy, le Bataclan, le Casino de Paris. Quelle est ta salle préférée ?

Tarja : Wouf, c’est difficile ! Toutes sont différentes. J’ai vraiment aimé le Casino, avoir les gens assis, aussi près. C’est vraiment différent. Comprend moi bien : j’adore voir les gens sauter, devenir dingues devant moi, dès que je fais quelque chose, j’ai un retour immédiat, et j’adore ça ! Mais j’aime aussi me donner à fond pour qu’une audience assise apprécie l’expérience et vive un concert rock différemment. Il faut aller chercher le public. Je crois que pour les spectateurs, c’est une expérience… choquante. C’est inhabituel, et les gens sont obligés de faire plus attention. Le Casino étant le dernier concert que j’ai donné à Paris fut une belle expérience.

Metal-Eyes : C’était vraiment une expérience étonnante pour un concert de rock. Et c’est vraiment sur les derniers morceaux que l’ambiance rock est arrivée, lorsque le public, enfin, s’est levé et s’est mis à bouger. Y a-t-il un endroit au monde, en revanche, où tu ne te reproduirais jamais ? Parce que l’organisation, parce que les conditions, ou parce que les gens sont stupides… (elle pouffe de rire)

Tarja : Waow… Tu en as encore des cures comme ça ? Quand l’expérience est mauvaise, tout disparait généralement avec le début du concert. Le public vient voir le groupe et transforme toute la merde en quelque chose de positif. C’est toujours ainsi. Bien sûr j’ai joué dans des endroits merdiques, dans des conditions chaotiques, avec des problèmes électriques et ce genre de chose. Mais le show commence et tout va pour le mieux ! (rires) Je ne me souviens pas d’avoir fini un concert en me disant que je ne reviendrais pas. A l’époque de Nightwish, quand on se battait tout le temps avec le matériel, les déplacements… Il y a des concerts en Finlande où je n’entendais même pas ma voix, le matériel n’était pas bon, j’avais peur de perdre ma voix. Mais c’est aussi comme ça que tu apprends. D’ailleurs, je suis toujours là ! (rires)

Metal-Eyes : Une dernière chose : quelle pourrait être la devise de Tarja en 2019 ?

Tarja : Oohh… Ma devise serait, toujours : « bats toi pour tes rêves ». Il faut aller au bout des choses…

PROPHETS OF RAGE live à l’Olympia le 8 aôut 2019 (avec Nova Twins)

C’est un concert exceptionnel à plus d’un titre auquel je me rends ce soir: 1/Prophets Of Rage revient en France sans grosse campagne de com’, et 2/ un concert de cette envergure en plain mois d’août, c’est rare! Et franchement, en cette période estivale, seconde semaine du mois où Paris est la plus vide de l’année, ben… l’Olympia est complet ou presque.

Après un petit moment de doute (les photographes accrédités ne seront pas autorisées à rester après les 3 premiers titres de POR) vite réglé par l’ami Roger, nous découvrons les Anglaises de Nova Twins qui avaient  déjà ouvert pour Prophets au Zénith de Paris il y a moins de 2 ans, le 10 novembre 2017 et qui se sont fait remarquer lors de leur passage au dernier Hellfest, jouant tôt face à plus de 20.000 spectateurs. D’autres les auront déjà vues en 2017 au Zénith de Paris en ouverture de… Prophets Of Rage. Seraient-elles devenues, en quelque sorte, les protégées des Américains? Et si j’ai pu apprécié la surprenante courtoisie et gentillesse des deux jeunes femmes qui se réclament, entre autre, du punk au cours d’une interview deux heures plus tôt (à découvrir bientôt), je n’ai pas encore eu l’occasion d’écouter leur musique.

Georgia South (basse) et Amy Love (chant et guitare), accompagnées d’un discret batteur, montent sur scène habillées d’une improbable tenue vert fluo. Concentrées au départ, les filles proposent un rock électro groovy à la fois dansant et hargneux. Un style qui emprunte autant au funk qu’au rock, au heavy ou au punk. Indéfinnissable, la musique de Nova Twins est à l’image de ses musiciennes: un ovni indéfinissable.

 

Annoncés à 20h50, Prophets Of Rage ne démarre finalement son concert que 15 bonnes minutes plus tard. Et c’est DJ Lord (Public Enemy) qui se charge de chauffer le public avec un set… de DJ rappant et scratchant sur divers airs du metal ou US et populaires (de l’hymne américain à Slayer en passant par La marche impériale de Star Wars). Mais que cette intro est longue! 20 bonnes minutes qui finissent par lasser et laisser penser que le groupe ne fait que rogner sur le vrai temps de jeu. Car le public attend tout un groupe, et certains commencent à siffler cette trop longue prestation.

Enfin, la salle est replongée dans le noir pour accueillir Prophet Of Rage dont les musiciens se postent devant la scène, poing levé à la manière de Tommie Smith et John Carlos. Mais personne, ce soir, ne disqualifiera B-Real (Cypress Hill, en survêtement, comme à la maison…), Chuck D (Public Enemy), Tom Morello et Tim Commerford (Rage Against The Machine, Audioslave). Puis la machine se met en branle et les gaillards s’énervent, font sauter un Olympia qui se transforme rapidement en un gigantesque trampoline tant le sol bouge et rebondit.

Si le groupe avait retourné le Zénith deux ans auparavant, il est sur le point de faire de même ce soir. L’efficacité de la setlist imparable fait son oeuvre. Setlist sont on pourra simplement remarquer que 8 titres au minimum sont identiques à celle d’il y a deux ans (dans le désordre: Testify, Living on the 110, Fight the power, Unfuck the world, Guerilla radio, Know your enemy…).

La recette est efficace, un medley en milieu de set permet de caser d’autres titres… Un gimmick que l’on retrouve parmi d’autres comme ce message plaqué derrière la guitare de Morello (pour la France c’est « Soutenir les gilets jaunes », pour les autres pays, ce sera quoi?) L’énergie est présente, l’entente entre musiciens parfaite. On ne regrettera finalement que ce manque de communication avec le public, communication qui aurait pu transformer cette soirée en communion. Mais on ne chipotera pas plus loin, tant ce concert fut explosif de bout en bout.

Le groupe prend congé sur l’indispensable Killing in the name of (bon sang, que c’est encore d’une cruelle actualité!) avant de revenir pour un unique rappel avec le non moins incontournable Bombtrack. Prophets Of Rage n’est pas prêt à dire son dernier mot, c’est une évidence!

 

Merci à Gérard Drout Production et à Roger Wessier (Replica promotion) d’avoir rendu ce report possible

HERRSCHAFT: Le festin du lion

France, Metal indus (Les noires productions, 2019)

OK, dès Technosatan, le message, pour celui qui, comme moi, découvre le groupe, semble clair: les Français de Herrschaft pratiquent un metal électro et industriel violent, brutal et direct. Marylin Manson, Ministry, Rob Zombie et consorts n’ont qu’à bien se tenir… La prod est soignée, le rythme est épileptique. Impossible de ne pas imaginer qu’un morceau pareil ne fasse pas fureur dans une boite de nuit! Les dix titres de ce Le festin du lion font preuve d’une rage non contenue – le chant hargneux de Max est parfois effrayant, les machines bastonnent à tous les étages et les guitares de Zoé H. charcutent genre boucherie héroïque. Heureusement, pour atténuer cette furie, le groupe s’accorde, pardon, nous accorde quelques moments de rare répit, afin de nous laisser souffler. On sent que le groupe sait où il va, et ce quatrième album démontre aussi qu’il sait comment y aller. Le festin du lion est un album puissant à conseiller à tous les amateurs de metal indus et electro surpuissant. Une vraie baffe dont Zoé vous dira tout ce qu’il en pense dans une interview que vous découvrirez très prochainement.

JIRFIYA: Wait for dawn

France, Metal (Ep, autoproduction, 2019)

Sur fond de guitares furieuses et d’un partage vocal masculin (Jérôme Thellier, également guitariste et co-fondateur) et féminin (Ingrid Denis, co-fondatrice) Jirfiya, quatuor hexagonal, nous invite, avec ce premier Ep, Wait for dawn, dans son univers sonore qui explore aussi bien des tonalités orientales (The report card), la fureur metal pure et dure, s’engage également sur les terres progressives (Under control) . La rage vocale de Jérome Thellier, également membre de Born From Lie (ainsi que le bassiste Patrick Davoury) apporte une touche extrême contrebalancée par la douceur de celle d’Ingrid. Le propos est diversifié (To be saved est aussi speed et furieux que mélodique, suivi de son opposé, la ballade A part of light, titre qui monte en puissance et en hargne sur sa seconde partie). Waiting for your fall, qui clôt ce premier essai, est un parfait mix de tout ce que Jirfiya a présenté. Ingrid en profite même pour présenter une facette vocale bien plus hargneuse… En 5 morceaux, les Français démontre l’étendue de leurs influence et prouvent un réel savoir faire, doté d’une vraie personnalité.

Interview: IRON BASTARDS

Interview IRON BASTARDS. Entretien avec David (guitare). Propos recueillis au Hard Rock Cafe de Paris le 11 juin 2019

 

Metal-Eyes : J’imagine qu’on a dû vous poser de nombreuses fois cette question, mais commençons par le début : peux-tu me raconter l’histoire du groupe ?

David : Iron Bastards est né en 2013 à Strasbourg. A la base c’est une formation qui existait sous le nom de No Class qui faisait exclusivement des reprises de Motörhead. A un moment, on a décidé de passer à la composition et de changer le nom du groupe. On a sorti trois albums, dont le dernier qui s’appelle Coppa Cadabra, qui vient de sortir. Les deux premiers sont sortis en 2015 et 2016.

Metal-Eyes : Elle est comment la scène strasbourgeoise ?

David : Elle est cool, vraiment. Enfin… ça veut tout dire et rien dire. Elle est assez émergente et vivante. Il y a un bon renouvellement en termes de groupes.

Metal-Eyes : Vous vous situez comment sur cette scène strasbourgeoise ?

David : Sur Strasbourg, on est plutôt bien placés en termes de notoriété.

Metal-Eyes : Vous avez tourné avec pas mal de groupes, dont Phil Campbell. Quelles ont été les grandes étapes de votre parcours ?

David : Tout d’abord, la sortie de notre premier album ; là, on a décidé de mettre les bouchées doubles, faire plus de scène et de concerts. Ensuite, on a joué au Hellfest – au Metal Corner. C’est très impressionnant. En 2017, toujours, notre tournée de 3 mois en Angleterre, et en 2018, année de création du dernier album.

Metal-Eyes : Iron Bastards, ça ressemble à un mélange de Iron Fist et Bastards, deux albums de Motörhead…

David : ça ne vient pas de là… On a choisi ce nom parce que « bâtard », je le considère vraiment comme notre style musical : on mélange diverses influences. Une musique bâtarde par le mélange de beaucoup de genres, tout en restant rock n roll. Et Iron, pour le côté amical de la chose…On est trois amis avec des liens très forts, fraternels. Bien sûr, ça nous a effleuré l’esprit, ces deux albums, mais le nom du groupe ne vient pas de là.

Metal-Eyes : Comment définirais-tu la musique de Iron Bastards pour quelqu’un qui ne vous connait pas ?

David : Ben, je dirais que c’est du « Motörhead plus plus », dans le sens où…

Metal-Eyes : ça fait pas frime du tout ça !

David (il rit) : Non, non ! Je ne voulais pas le dire dans ce sens là ! Mais plus en termes d’enrichissement et de développement. Certes, c’est clair, on est vraiment influencés par Motörhead, mais on a réussi à enrichir cette influence par d’autres influences.

Metal-Eyes : Quelles sont-elles justement ?

David : On peut citer des groupes comme Black Sabbath, Deep Purple, Iron Maiden, Thin Lizzy, Ted Nugent, même du rock progressif, psychédélique…

Metal-Eyes : Tu portes d’ailleurs un T-Shirt Pink Floyd… Il y a quand même une forte influence du rock des années 70 dans votre musique.

David : Oui, on va dire que c’est la tranche de rock n roll qui reste la plus présente dans notre musique. Après, je ne te cache Pas que je suis un gros fan de Van Halen, ou même de ce qui se fait actuellement, avec des groupes comme Horizon

Metal-Eyes : Vous êtes influencés par cette scène, et aujourd’hui, il y a un vrai revival de la scène des 70’s.

David : Oui, mais on arrive à le réinterpréter. A se le réapproprier aussi. Dans le sens où on adapte des motifs musicaux des années 70 de façon moderne. On les retravaille, les réarrange à notre sauce, selon nos envies. On n’essaie pas de faire un copier-coller, on cherche aussi notre propre identité musicale là-dedans.

Metal-Eyes : Ce qui se ressent à l’écoute de l’album. On ressent bien vos influences, mais il y a cette personnalité qui vous est propre.

David : Oui, c’est ça. Si j’ai envie de composer un truc à la Motörhead, ben… Je préfère directement écouter du Motörhead ! Ou faire de la reprise. Après, je peux composer un morceau dans cet esprit, ça ne me dérange pas, mais je préfère développer mon propre esprit, la manière dont je pourrais interpréter ma musique.

Metal-Eyes : Justement, quelle est ton éducation musicale ?

David : A la base, je viens du blues et de la country. Après, je me suis orienté vers le metal. J’ai aussi fait la NAI, lécole de musique à Nancy où j’ai pu étudier d’autres genres musicaux, tels que la fusion et le jazz, par exemple. Toutes ces influences s’assemblent, se sont intégrées dans la musique d’Iron Bastards. Même si on les entend peu, elles sont bien présentes.

Metal-Eyes : Comment en es-tu venu à la guitare ?

David : Euh… En écoutant Motörhead, tout simplement. Je suis fan depuis que je suis tout petit, depuis que j’ai découvert l’album Ace of spades. Je t’avoue que j’aime beaucoup aussi la période avec Robertson, Another perfect day.

Metal-Eyes : Une courte période, et un album qu’on redécouvre aujourd’hui.

David : Oui, un excellent album. Je n’ai pas de préférence particulière pour les albums, à par ceux qui se sont fait avant les années 90. Après, j’ai un peu plus de mal, mais des albums comme Motorizer, et ce qui s’est fait récemment, je les trouve excellent. A partir de Inferno, c’est excellent.

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un morceau de votre troisième album pour expliquer à quelqu’un qui ne vous connait pas ce qu’est Iron Bastards, ce serait lequel ?

David : Je pense Speed machine. Les harmonies au niveau des guitares, la puissance et l’agressivité du morceau, qui reste très rentre dedans mais avec cet enrichissement en termes d’harmonie. Il est assez représentatif de cet album. Il réunit tout ce qu’on a pu faire depuis les débuts du groupe.

Metal-Eyes : Et tu me dirais quoi pour me convaincre de courir acheter l’album, tu me dirais quoi ?

David : Euh… Comment je pourrais expliquer ça ? Ecoutes : si tu as envie de musique rentre dedans avec des parties musicales un peu plus complexes, vas-y, lâche-toi, vas acheter notre album  (rires)! Après, c’est un peu difficile pour moi de convaincre quelqu’un d’aller l’acheter… Si tu es à la recherche d’agressivité, d’harmonies et de groove, vient écouter notre musique.

Metal-Eyes : Vous êtes 3 dans le groupe, comment vous travaillez ? A l’ancienne ou chacun envoie ses fichiers ?

David : A l’ancienne. Cet album a été enregistré en live. On n’a pas enregistré chaque instrument séparément, tout a été fait en live. Après, il y a les arrangements, les guitares et les voix qui ont été rajoutées. Normal, quand tu veux faire des arrangements… La base a été enregistrée en live. En termes de composition, il n’y a rien de standard. C’est plus ce que l’on se propose, ce qui nous parle. David vient me voir, me disant qu’en ce moment il écoute ça, qu’il ferait bien un truc dans le genre. Moi, j’ai comme une banque de riffs, que j’ai en stock et que j’alimente dès que j’ai une idée. Parfois, je pioche dedans, mais la plupart du temps, ça vient de jams : on arrive en répète, on balance un truc et les autres suivent, Anthony (batterie) balance un rythme et on y va !

Metal-Eyes : J’ai quand même besoin d’avoir la photo du groupe sous les yeux pour me repérer, même si vous n’êtes que trois. Il y a deux David… ça n’aurait pas été plus pratique d’en choisir un troisième ?

David (rires) : C’est vrai que ça aurait été plus pratique, mais quand même, on va abuser. On se serait appelés Iron Davids !

Metal-Eyes : En 2019, quelle pourrait être la devise d’Iron Bastards ?

David : La devise ? Faire la musique qui te plait, en gros… « Fais ce qui te plait avec authenticité et sincérité ».

Metal-Eyes : EN dehors du groupe, justement, tu aimes faire quoi avec authenticité et simplicité ?

David : J’aime jouer d’autres instruments : du lap steel, du banjo, ma vie est principalement axée autour de la musique. Mais j’adore aussi faire de la randonnée, je suis un gros passionné d’histoire, principalement l’histoire de la religion… Je m’intéresse à pas ma de choses.

Metal-Eyes : Ces instruments dont tu parles, il y a possibilité de les retrouver au sein du groupe ?

David : Non. Pas aujourd’hui. Peut-être plus tard, mais pour l’instant, je n’ai pas eu la chance de pouvoir intégrer de la mandoline dans Iron Bastards… Je pourrais faire une petite intro, un interlude, mais je ne me considère pas assez expérimenté pour pouvoir apporter cette touche là dans notre musique.

Metal-Eyes : Je n’ai pas eu le temps de me plonger dans les textes. De quoi parlez-vous ?

David : Principalement des aventures qui nous arrivent sur la route, très rock n roll, quoi ! Ensuite, des choses plus personnelles qui arrivent à David, qui écrit les paroles. Son ressenti, sa situation. Il a un espèce de filtre sur la société, te c’est la troisième façon dont un texte peut être écrit, un aspect un peu plus politisé.

Metal-Eyes : Y a-t-il des thèmes que vous souhaitez ne pas aborder parce que ça ne colle pas avec l’image d’Iron Bastards ?

David : Je dirais les thèmes un peu trop “idéalisés”, genre sorciers, chasseurs de dragons… Ca ne me branche pas du tout en termes de rock n roll. Peut-être dans un autre registre, mais il y a des thèmes qui ne sont pas appropriés, adéquats pour notre musique. Bien sûr qu’on peut parler d’amour dans le rock, mais il faut que, pour notre musique, ça reste très spontané, très instinctif. Si on parle d’amour, ce serait de la manière la plus spontanée. Réaliste. Oui, « réaliste », c’est le mot exact. On n’essaie pas de faire de la musique trop idéalisée comme ça peut être le cas dans le rock progressif, on cherche à rester proches de la réalité, à la retranscrire telle qu’on l’interprète, via la musique.

Metal-Eyes : Un groupe de rock, c’est fait pour être sur scène. Il y a des dates prévues en dehors de votre région ?

David : On joue beaucoup en Allemagne, on aurait voulu l’Espagne. En France, on est toujours à la recherche de dates. Qu’est-ce qu’on a, On joue pas mal dans le Nord, on va jouer dans le Jura ; On peut trouver les dates sur notre Facebook, tu tapes le nom du groupe. Je t’avoue que jouer en Allemagne, c’est plus facile pour nous, les dates qu’on nous propose en Allemagne sont plus proches que celles qu’on nous propose en France…

Metal-Eyes : Vous avez une vidéo qui tourne en ce moment pour Days of rage où on vous voit tous les trois tourner autour d’un canapé, genre chaises musicales. Mais ce n’est pas ce qui est intéressant, c’est le contenu, avec toutes ces images de violences à travers l’histoire et la planète. C’est un autre constat de société, qui sous-entend que rien n’a changé

David : C’est ça, on a voulu mettre en avant les gros parallèles de l’histoire, et faire des liens avec ce qu’il se passait et certains mouvements contestataires qu’on retrouve de nouveau aujourd’hui. Et qu’on retrouvera aussi demain. Il y a des similitudes à différentes époques.

Metal-Eyes : Merci David, je vous souhaite bonne chance avec ce nouveau disque.

David : merci à toi… C’est vrai… J’ai repensé au “Motörhead plus plus”, c’est vrai que ça fait vachement péteux (rires)

Metal-Eyes : Mais, c’est bien, je vais le garder.

David : ok, ok (rires)

 

WILD MIGHTY FREAKS: Rhythm ‘n blood

France, Metal (Bemavo records, 2019)

Wild Mighty Freaks parlera sans doutes aux plus fidèles d’entre vous qui ont découvert ce groupe déjanté en 2017 avec son premier Ep, Guns n’cookies. Si les guitares furieuses sont toujours, sur ce premier album, Rhythm ‘n blood, présentes, au même titre que les inspirations rap/hip hop, les Franciliens font un pas en avant de plus en incluant d’autres sonorités, plus dance, électro et lorgnent même du côté du metal extrême et de toute la fureur qu’on peut y trouver. Dix titres variés, avec des arrangements parfois contre nature mais qui marchent! Body Count n’est pas loin, même si WMF se démarque de cette illustre comparaisons avec un look complètement déjanté qui promet un show haut en couleurs. On rêverait presque d’un festival regroupant tous ces groupes français qui développent le visuel autant que le propose musical. Remarquons enfin que le groupe a trouver une solution au gros écueil de sa précédente production: Crazy Joe a su travailler son anglais, et même si son accent reste perfectible, ses mots sont déjà plus compréhensibles. Et la prod sait mettre sa voix en valeur. Une vraie progression qui mérite qu’on se penche sur ces freaks là.

LOADED GUN: First round

France, Heavy metal (Autoproduction, 2019)

Euh…. comment dire? Comment aborder cet album qui veut nous replonger au coeur du hair metal insolent et déjanté des années 80? Comment dire que les Français de Loaded Gun nous font part de leur nostalgie des frasques des Mötley Crüe, Gun’s n Roses, Cinderella, Ratt et autres Poison? Le riff assuré, les guitares volontaires, les thèmes purement sexuels, tout, de Stay on me à Last bullet, en passant par Bitch (pas celui des Stones repris récemment par The Dead Daisies, non..) à Dirty night pourrait séduire l’auditeur si ce n’est ce chant dont je ne comprends pas un traître mot. Le chant yaourt ne passe pas le cap de mes oreilles… Et là, oui, on est bien de retour dans la France des 80’s qui faisait écrire à Martin Popoff  dans son Collector’s guide to heavy metal volune 2: « Que quelqu’un frappe ces gars avec leurs bérets » (chronique de l’album Never too late de de Stators, p. 337)…  Encore une fois, groupes français: si vous décidez de chanter en anglais, respectez vos auditeurs anglophones. Perso… Je passe.

Interview: SIDILARSEN

Interview SIDILARSEN. Entretien avec Benjamin « Vyber » (guitare, chant) et David  « Didou » (chant) Propos recueillis à l’hôtel Alba Opéra à Paris, le 10 avril 2019

Metal-Eyes : Commençons par un saut en arrière puisque vous avez rencontré un franc succès avec votre précédent album, Dancefloor bastards, cycle qui s’est conclu par un album/DVD live qui a été enregistré chez vous, au Bikini de Toulouse. Quel regard portez-vous sur ces trois dernières années ?

Didou: Des années très riches…

Metal-Eyes : Elles vous ont vus voyager, aller en Russie, notamment.

Vyber: Elles nous ont permis de franchir des étapes importantes : le Hellfest, le DVD, comme tu disais qui célèbre nos 20 ans de carrière, et aussi la Russie, avec la découverte de la portée musicale… Une émotion particulière…

Metal-Eyes : Tu parles de « portée musicale » ; vous l’avez vécu comment ce voyage ?

Vyber: Il y avait vraiment un accueil chaleureux, extrêmement franc et direct, alors qu’on se demandait comment on allait être perçus parce qu’on chante en français… Et en fait ça a largement dépassé les barrières, c’était très fraternel avec le public.

Metal-Eyes : Comme quoi, un groupe français qui chante en français peut rencontrer le public à l’étranger… Je crois qu’il y a des Allemands qui l’ont prouvé dans leur langue mais je ne sais plus trop qui…

Didou: On se base beaucoup sur cet exemple…

Metal-Eyes : C’est aussi, je pense, une question de se donner les moyens, de prendre des risques (ils acquiescent tous les deux) plutôt que de se cantonner à jouer le week end, avec des boulots à côté parce qu’il faut aussi se nourrir. Vous allez y retourner ?

Didou: On espère, c’est même probable… C’est une belle histoire.

Metal-Eyes : Venons en au présent : On va tous crever – enfin, ça c’est l’avenir, c’est une évidence… Que s’est-il passé ? Vous êtes passés d’une certaine joie de vivre avec Dancefloor bastards à un côté beaucoup plus sombre et brutal sur ce nouvel album…

Vyber: En fait, il y avait déjà du sombre sur Dancefloor, et on avait envie d’exploiter cet aspect là. L’époque nous y a amenés, et c’est aussi ce qu’on sent autour de nous, la réflexion mondiale tourne autour de ça et on a été influencés par tout ça, c’est ce qu’on ressent. Et on avait aussi envie d’une couleur plus metal. Je pense, je suis sûr même que ça correspond à ce que dégageait notre live dans la sélection des morceaux. Il se dégage une vraie couleur metal et on avait envie d’enfoncer le clou là-dessus. Rebondir, donner de l’excitation dans un nouveau Sidi… On a bientôt 22 ans… Par le jeu, aussi, il y a plus de guitare basse batterie, un son plus massif te sombre. C’est aussi parce que le reste, on l’a déjà fait. Ca n’efface rien.

Didou: Et ça ne renie rien du tout, non plus. C’est un besoin actuel pour nous. Il y avait déjà cette face sombre dans un titre comme Guerres à vendre. Là, on avait envie d’aller dans une seule direction, un concept – enfin, concept… C’est un bien grand mot… Et une production homogène, droit au but. On voulait moins s’éparpiller. Une envie qu’on avait depuis un moment de faire un album compact… Après, c’est aussi nos vies personnelles, la confrontation avec la mort… On revient aux fondamentaux : on fait du metal et on se confronte à la mort.

Metal-Eyes : Ca répond en partie à ma question suivante qui est de savoir comment vous analysez l’évolution du groupe entre ces deux derniers albums. Vous retournez vers le metal avec des sujets sombres, même si vous avez toujours été engagés dans vos textes (ils approuvent) et que la situation du monde fait que ça entretien votre colère…

Vyber (il rit) : c’est ça…

Didou: On n’y est pour rien

Vyber: Ca ne l’a pas calmée… On voudrait bien être très apaisés, mais pour le coup, ça nous arrange, ça colle avec nos volontés musicales. Il y a de quoi être enragés, mettre de grosses guitares acvec de la colère véritable et sincère…

Metal-Eyes : Vous chantez tous les deux ; comment vous répartissez-vous le chant ?

Vyber: Complètement à l’arrache ! (rires)

Didou: C’est vrai, on le fait à l’arrache mais en fait, c’est une science, c’est notre propre science…

Vyber: C’est vraiment une alchimie particulière qui est devenue instinctive au fil du temps…

Didou: On se connait bien tous les deux, c’est assez naturel. Ca peut paraitre étonnant pour certaines personnes parce qu’on est deux à écrire. Mais il n’y a pas d’importance réelle de savoir qui a écrit quoi, parce qu’on s’aime, on s’apprécie suffisamment pour se donner ce beau cadeau qu’est la création, l’écriture. Qu’elle soit chantée par l’un où l’autre ne nous pose aucun problème. C’est même très intéressant d’interpréter un texte qui n’est pas le sien. Il n’y a pas de logique…

Vyber: A de rares exceptions près… Il y a un morceau qui s’appelle Dans tes bras qui a été écrit par David et qui est tellement personnel que ça n’aurait pas de sens que je chante.

Didou: J’en ai parlé avec Benjamin qui a entendu ma requête. C’est arrivé dans le passé qu’il y ait des choses un peu plus personnelles. Il y a eu un titre où je suis venu saupoudrer parce que je n’ai pas d’instrument, autre que vocal. J’étais juste là en appoint, et c’était une chanson très forte de Sidi. Ca pourra arriver dans un sens comme dans l’autre à l’avenir, mais ce n’est pas la priorité. La priorité , c’est un collectif, un ensemble, mais c’est important aussi d’avoir cette liberté, cet espace de liberté pour mettre un peu de piment et varier les plaisirs. Parce que si nous prenons du plaisir, a priori l’auditeur en aura aussi.Après c’est aussi l’insiration, on ne se force pas, il n’y a pas de règle. Ca s’est fait comme ça pour Dans tes bras, mais le reste de l’album est clairement marqué par cette entité Vyber/Didou qui est notre empreinte. Moi, j’adore ça, ça me rend plus fort d’avoir quelqu’un à qui donner le change. Tu peux soulever des montagnes comme ça.

Metal-Eyes : D’un autre côté, ça vous ôte la problématique de la question : « avec qui je vais chanter en duo ce soir » ! (Rires général)

Didou: Voilà ! Il y a un filtre permanent et ça donne beaucoup de force d’être deux. C’est puissant. C’est peut être parfois plus compliqué dans la compo parce qu’il faut créer des espaces, trouver une cohérence pour que ce soit agréable à l’écoute et pas « il a fallu caser le passage Didou, le passage Vyber »…

Metal-Eyes : Tu parles de compo ; vous avez eu deux années très occupées après Dancefloor bastards, ce qui signifie que ce nouvel album a été enregistré et composé assez vite. Est-ce que vous avez changé votre méthodologie de travail ?

Vyber: C’est pas vraiment la méthode entière, c’est surtout pour l’enregistrement où on avait une idée précise en tête. C’était vraiment un son de guitare, un son de batterie, on ne voulait pas partir dans tous les sens. Comme le disait David, on voulait quelque chose de compact. On a profité aussi du fait que Sylvain soit arrivé pour s’écouter jouer, jouer ensemble, mettre en perspective nos manières de faire. Trouver la juste place de chaque instrument, même des machines. La basse est beaucoup moins saturée que ce qu’on a pu faire dans le passé, ça s’approche plus d’un son naturel pour du metal, la batterie aussi prend plus de place… Faire un mixage complet pour créer de la largeur et de la puissance.

Didou: On voulait que Sylvain puisse s’exprimer dans la compo, qu’il puisse mettre sa patte dans le cadre Sidilarsen avec tout le passif qui est lourd, puissant mais ça faisait aussi écho à nos envies. Sa façon d’écrire, ajoutée à la notre, a amené un petit vent frais qui correspondait à nos envies.

Vyber: Et pour la première fois, avec la sortir du DVD qui nous permet de nous arrêter et de regarder où on en est, on a pu se dire collectivement « voilà ce qu’on a fait : tel style, telles ambiances… On a déjà fait, faisons autre chose »

Metal-Eyes : « On n’est pas AC/DC »

Vyber: C’est ça.

Metal-Eyes : Que me diriez vous, l’un et l’autre, pour me convaincre d’aller acheter l’album dès sa sortie ?

Didou: Le problème, c’est que le 26 avril, on va tous crever… Donc il vaut mieux l’écouter très vite…

Vyber: (il rit) c’est ça… Après, je pense que ça va en surprendre quelques uns et ceux qui se sont endormis sur Sidi pensant que ça ne bougerait jamais, ben… Vous allez prendre une gifle ! Positive, la gifle. Ceux qui aiment ne seront pas choqués.

Metal-Eyes : Non, parce que depuis quelques albums il y a eut une évolution et, comme vous le disiez, vous retournez vers le metal, vers vos racines. Maintenant, si vous ne deviez, l’un et l’autre, ne retenir qu’un seul titre de On va tous crever pour expliquer ce qu’est aujourd’hui Sidilarsen, ce serait lequel, et pour quelle raison ?

Didou: Ah c’est chaud… Pour moi c’est chaud parce que j’ai toujours du mal à choisir un titre… Elle est vache comme question…

Vyber: J’aurais dit On va tous crever parce que c’est le titre éponyme, mais… Oui, il y a ces grosses rythmique très binaires dans le couplet mais ce n’est pas très dépaysant pour du Sidi, mais du gros refrain avec de la voix…

Didou: Assez frontal le refrain, et il est 100% français celui-là, il nous ressemble bien.

Vyber: Du bon gros metal français…

Metal-Eyes : Alors puisque vous parlez de metal français : vous n’êtes pas sans savoir que la Main 2 du Hellfest, le vendredi, sera 100% française

Les deux: Ouais, c’est chouette !

Metal-Eyes : Vous aviez posé votre candidature ?

Didou: Non, parce qu’on n’a pas cherché à arriver tout de suite sur un Hellfest alors qu’on l’a fait il y a deux ans

Metal-Eyes : Pourtant, il est marquant, ce Hellfest…

Didou: Oui, pourtout, il y a eut un avant et un après Hellfest 2017 pour Sidi. Avec ce public, ça a été énorme, fabuleux. Maintenant, deux ans après, en pleine sortie d’album, c’était un peu trop tôt pour revenir. On a tellement tourné sur Danceflor bastards qu’on a besoin de laisser vivre cet album et le premier clip, sachant qu’il va y en avoir un second, on laisse infusé. L’idée, c’est de revenir sur un Hellfest en 2020, on aura déjà bien commencé à écumer les clubs, les salles et les festivals, on sera bien en forme, et là, on voudra mettre une bonne rouste, ou comme on dit à Toulouse, « une bonne roustade »…

Metal-Eyes : En plus, ce serait pour le 15ème anniversaire, ce qui est un autre symbole…

Vyber: Ben voilà ! en plus !

Metal-Eyes : Tu dis qu’il y a un avant et un après Hellfest… Quel est votre souvenir le plus prégnant de ce Hellfest justement ?

Didou: Pour moi, le fait de jouer en plein jour. Peu de groupes le disent, mais le monde, ces visages… J’aime bien l’exercice du plein jour parce qu’on a un show très visuel et on est habitués à jouer la nuit, dans des salles fermées, ou dans des festivals la nuit…Il est très rare qu’on joue en journée et c’est un exercice différent, très intéressant parce qu’il n’y a plus aucun filtre. Là, en plus, c’est complètement démesuré, tu pourrais te dire qu’on est loin du public, que c’est impalpable, mais au contraire : c’est une confrontation directe, en plein jour, et c’est… énorme !

Metal-Eyes : Vous étiez passés assez tôt, avec un temps de jeu limité…

Vyber: Oui, ça permet de te lâcher dès le départ

Didou: T’as pas le temps de passer par 4 chemins, il faut y aller tout de suite… Mais le public nous y  a particulièrement aidés, les gars étaient chauds, directs…

Vyber: Le public nous a transportés… Incroyable…

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Sidilasrsen en 2019 ?

Didou: Elle est évidente : On va tous crever… (rire général)

Metal-Eyes : Donc on va pouvoir la placer sans cesse… Ca veut dire qu’il n’y aura pas d’autre album de Sidilarsen…

Didou: « L’ardeur du vivant »… On en a traversé des tempêtes, ensemble. Et à chaque fois, l’humain l’a emporté.

Vyber: On profite du présent. On se dit que maintenant, le temps passe, il serait temps de profiter de tout, pas seulement des aboutissements des projets, mais aussi profiter de la route, tout le temps

Metal-Eyes : Profiter de tout, ça veut dire aussi pouvoir profiter d’une journée promo à Paris pour aller visiter, mais non… Ça fait deux jours que vous êtes coincés ici … (ils explosent de rire)

Vyber: On profite des gens…

Didou: On profite de cet instant avec toi, et c’est bien. On est bien là et pas à moitié sur des smartphones…

Metal-Eyes : Vous avez encore une interview après, mais jusqu’à présent, quelle est la meilleure question qu’on vous ait posée, la plus étonnante, ou la plus surprenante, décalée ?

Vyber: Waow…

Didou: Il y en a eut quelques unes d’intéressantes… C’est peut-être celle que tu viens de poser…

Metal-Eyes : Ça c’est facile…

Didou: Oui, c’est facile… Alors… Il y a eu des débats intéressants, plus que des questions. Des débats où on est même sortis du cadre musical, on est partis assez loin…

Vyber: Les questions étaient « assez classiques », les gens ont cherché à vraiment parler de l’album…

Didou: On a trouvé qu’il y avait une belle qualité d’interviews par rapport à ce dont on se souvient pour les albums précédents. Il y a eu une constance, parfois il y a, sans jugements, sans se poser en juges, des interviews qualitatives, d’autres un peu moins, mais c’était aassez profond tout au long de ces deux journées. On ne s’attendait ps à ce que les médias prennent autant au sérieux cet album et son titre. On savait qu’il y aurait un peu de ricanement avec ce titre, et on provoque un peu. Mais chaque intervenant a bien saisi le sens et ne la pas pris comme si on était juste un groupe de punks anars. Peut-êttre que la pochette y est aussi pour beaucoup…

Vyber: Ca reste un objet artistique, ce n’est pas un manifeste politique. Il y a effectivement cette dimension d’entertainment, et quand tu achète un album de metal, c’est pour du gros son avant tout.

Didou: Il ya effectivement cette dimension de plaisir, et dans un second temps, chacun va creuser…

Metal-Eyes : Creuser, avec un « s » (rires général)

Vyber: Oui, en effet, dans un second temps on va tous crever… euh creuser !

Metal-Eyes : Merci à tout les deux, j’espère qu’on vous verra bientôt sur scène, et bonne route avec ce nouvel album !

Didou: Alors, déjà: une date, le 23 novembre, à la Maroquinerie. Il y en aura plein d’autre bientôt annoncées. Merci à toi !