Interview: ZEAL AND ARDOR

Interview ZEAL AND ARDOR. Entretien avec Manuel Gagneux (tout sauf batterie). Propos recueillis au Black Dog, à Paris Paris le 3 mai 2018

Metal-Eyes : Manuel, tout d’abord, comment vas-tu ? 

Manuel Gagneux : Bien ! Surcaféiné, donc je suis super éveillé (rires) !

Metal-Eyes : Ce qui est plutôt bien, puisque tu es en tournée de promotion pour le nouvel album de Zeal And Ardor. Comme il s’agit de notre première rencontre, je vais rester très traditionnel : peux-tu, en quelques mots, raconter l’histoire de Zeal And Ardor ? D’après ce que j’ai compris, tout est parti d’un gag…

Manuel Gagneux : Oui… J’avais l’habitude de faire un jeu en ligne où je demandais aux gens de choisir chacun un style musical, je choisissais deux des genres, les mélangeais pour en faire une chanson en une vingtaine de minutes. Un jour, un gars a suggéré « musique nègre et black metal ». Plutôt que de m’en offusquer, j’ai pensé « va te faire foutre, je vais te pondre une bonne chanson avec ça ! » Je l’ai fait, et ensuite, ça a un peu échappé à mon contrôle… Rolling Stone en a parlé et maintenant… me voici en train de donner des interviews à Paris !

Metal-Eyes : C’est bon signe ! Ta musique mélange du Black metal, de la musique noire, du blues, de la soul… Avec autant de styles, comment parviens-tu à obtenir un résultat si cohérent ?

Manuel Gagneux : C’est la force de l’erreur… La plupart des choses ne collent pas ensemble, c’est vraiment une suite d’erreurs… J’ai une idée et cherche ce qui pourrait venir la contraster de manière intéressante. Parfois ça fonctionne, d’autres fois, non. La plupart du temps, ça ne colle pas, mais quand ça marche, j’utilise tout ça comme une sorte de jeu de Lego pour en tirer une chanson.

Metal-Eyes : Et qui te conseille, décides-tu seul de ce qui est bon ou prends-tu des conseils extérieurs ?

Manuel Gagneux : Je travaille seul, la plupart du temps. Quand je termine une chanson, je la présente à des amis, pour avoir un retour. Mais c’est beaucoup plus tard !

Metal-Eyes : Tu es sur le point de sortir ton troisième album, Stranger Fruit. Comment décrirais-tu ton évolution musicale entre Devil is fine et Stranger fruit ?

Manuel Gagneux : Comme j’ai disposé d’un peu plus de temps et d’argent pour réaliser ce disque, j’ai pensé que ce serait juste de proposer un album un peu plus long, d’avoir un meilleur son et un meilleur mix. J’ai obtenu l’aide de gens compétents, même si j’ai écrit toutes les chansons. Le son de guitare, par exemple, est aussi bon grâce à Thibault Adam, un producteur autrichien qui m’a aidé, le son de la batterie ets le résultat du mix de Kirk Lew.

Metal-Eyes : As-tu eu recours à des musiciens extérieurs, y a-t-il des invités sur ce disque ?

Manuel Gagneux : Oui, il y en a un : la batterie a été enregistrée par Marco Von Allen qui joue aussi live avec nous. Mon corps est simplement trop faible pour pouvoir jouer de la batterie. Je programme la batterie, lui fais écouter ce que j’attends et, comme par magie, il le réalise ! Le reste, c’estr moi.

Metal-Eyes : Je n’ai pas eu le temps d’écouter tout l’album, cependant, je n’ai pas entendu de Black metal sur la première moitié. Où se cache ton côté Black ?

Manuel Gagneux : … Dans la seconde moitié (rires) !

Metal-Eyes : J’aurais dû m’y attendre !

Manuel Gagneux : Tu parles du genre Black metal ? Je pense qu’il se situe en des endroits intéressants. Il y a des groupes qui parviennent à proposer du très bon Black de façon traditionnelle et d’autres qui cherchent à l’amener dans d’autres directions. C’est ce que je cherche à faire. D’ici 5 ans, je pense qu’il va y avoir une explosion de sous genre liés au Black.

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’une chanson de Stranger fruit pour décrire ce qu’est aujourd’hui Zeal And Ardor, laquelle serait-ce ?

Manuel Gagneux : Je pense que ce serait Ship on Fire, parce qu’elle résume chaque élément de l’album, à l’exception de l’interlude…

Metal-Eyes : Quelle est ton éducation musicale ?

Manuel Gagneux : Mes parents sont tous deux musiciens, mais je n’ai pas eu une éducation musicale traditionnelle. Je n’ai jamais eu de cours de musique… En fait, si : j’ai pris un cours de guitare dans une école de jazz et j’ai détesté ça… Je pense que mon éducation se résume à avoir été un ado sans petite amie et avec une guitare… J’ai appris en écoutant des choses techniques, comme Wintersun, qui m’a vraiment impressionné, et tous les dieux de la guitare comme Van Halen, Dream Theater et tous ces trucs techniques. C’était mes influences à l’époque, aujourd’hui, ce sont des musiciens comme Marc Ribaud, Mr Bungle et Zappa, des gens étranges…

Metal-Eyes : Quel pourrait être la devise de Zeal And Ardor ?

Manuel Gagneux : Une devise ? « Fais ce que tu veux sans te soucier de ce que pensent les autres ». C’est très cliché, peut-être, mais…

Metal-Eyes : Tu vas jouer au Hellfest pour la première fois cette année, à une place assez bonne sur l’affiche. Que représente le Hellfest pour toi, Américain ?

Manuel Gagneux : Ca reste un festival indépendant, avec une affiche de tueur. J’ai l’impression que les gens ne sont pas sur sollicité. C’est pas un truc de Live Nation, en gros ! En tant que musiciens qui joue en festival, on se rend vite compte si l’orga est celle de passionnés ou si ça n’est qu’un boulot. Et j’ai le sentiment que c’est un de ces festivals où les gens adorent être, même s’ils y travaillent. J’espère que ce sera spécial.

Metal-Eyes : Comment te prépares-tu pour un tel événement ? Tu es un musicien solo, mais tu seras accompagné d’un groupe.

Manuel Gagneux : En fait, on joue ensemble depuis un an, et je ne peux imaginer travailler avec d’autres personnes. Je l’ai tenté, parce qu’ils n’ont pas obtenu de visa pour les USA, où j’ai donné des concerts avec d’autres musiciens. Très bons, mais ce n’était pas pareil. On répète un max, c’est tout !

Metal-Eyes : Et eux viennent d’où ?

Manuel Gagneux : Ils sont tous de Bales, où je vis maintenant. Des amis…

Metal-Eyes : Des Suisses qui n’ont pas pu avoir de visa pour les USA ?

Manuel Gagneux : Oui, parce qu’il faut un visa de travail en tant que musiciens. Mais il faut avoir été un groupe depuis deux ans, 18 mois, pour obtenir ce type de visa. Une règle décidé je ne sais comment, mais, bon…

Metal-Eyes : Et c’est eux qui seront avec toi à Clisson ?

Manuel Gagneux : Oui…

Metal-Eyes : Et tu pourras constater ce que tu viens de dire : l’ambiance est spéciale. Tu verras des gens faire la queue pour acheter, cette année, les billets pour l’an prochain.

Manuel Gagneux : C’est dément !

Metal-Eyes : Si tu devais décrire la musique de Zeal And Ardor à quelqu’un qui ne vous connait opas, afin de le convaincre d’acheter votre album, que lui dirais-tu ?

Manuel Gagneux : Je ne veux convaincre personne d’acheter l’album s’il ne le souhaite pas, mais… Ma musique joue sur des émotions extrêmes, à la fois agressives et mélancoliques ou joyeuses. Il n’y a pas de compromis, je suis toujours dans les extrêmes. Alors, si tu aimes les extrêmes, peut-être aimeras-tu ma musique !

Metal-Eyes : Tu parviens à mélanger ces ambiances. J’entends le blues des bayous, et la souffrance mêlée de tristesse des gens qui travaillaient dans les bayous de Louisiane.

Manuel Gagneux (il lève les bras, poings fermés): Oui ! J’y suis arrivé ! C’est ce que je cherche à faire !

Metal-Eyes : Une dernière chose : tu as passé une bonne partie de ta journée en promo, quelle a été ta question préférée jusqu’ici ? La plus surprenante, intéressante…

Manuel Gagneux : La meilleure question ? Je dirais : « Quelle est la meilleure question qui t’a été posée aujourd’hui ? »

Metal-Eyes : Et pour quelle raison ?

Manuel Gagneux : … Ah, nom de Dieu ! (rires) Parce que c’est une question ouverte, qui fait réfléchir à ce qui a été demandé depuis ce matin. Une question très professionnelle à laquelle je ne peux pas répondre par « oui » ou « non ».

Metal-Eyes : Alors je prends cette réponse comme un compliment ! Bonne chance avec ce nouvel album et je te verrais au Hellfest !

Manuel Gagneux : Avec plaisir ! Et merci pour ton temps, aussi !

 

JOE BONAMASSA: Live at Carnegie Hall – An acoustic evening

Blues, USA (Provogue, 2017)

Après un superbe Blues of desperation, Joe Bonamassa nous offre un album live acoustique enregistré au cours de la tournée qui a suivi. Et c’est un double album, paru fin juin, qui nous apporte le plein de blues et de feeling. A ce niveau, c’est un minimum. Démarrant avec le dynamique This train, suivi d’un Drive tout en émotion, Bonamassa se livre très vite à l’exercice du blues acoustique avec une aisance et un bonheur sans pareil. Sa voix chaleureuse sublime le travail de son doigté unique, magique. Les cordes sont léchées, aimées, les choeurs profonds et envoûtants, la sélection des chansons impeccable. Du blues des champs de coton (partout) aux sonorités irlandaises (Black lung heartache), du rock retravaillé à la chanson populaire (Blue and evil), tout y passe avec un extraordinaire feeling. Ce gars est un magicien de la six cordes. Et un double album n’est guère suffisant pour assouvir le fan. Ce Live at Carnegie hall, produit de main, pardon, d’oreille de maitre, par Kevin Shirley, est présenté sous divers formats, du CD au DVD ou Blu Ray, sans compter le triple vinyle. Il y a de quoi faire pour satisfaire tout le monde. Musicalement, s’entend!

SHAMAN’S HARVEST: Red hands black deeds

Metal, USA (Mascot records, 2017)

Ca devient une habitude que de découvrir un groupe qui a déjà quelques albums à son actif… Au cours de l’année passée, ce furent Royal Thunder, Whiskey Meyers ou Flogging Molly, issus de pays et d’univers musicaux différents; Et ça continue… Que peut être le havre du shaman? Un calumet de la paix sans doute vissé à la bouche, les Américains de Shaman’s Harvest – groupe formé en 1996 dans le Missouri – nous proposent aujourd’hui Red hands black deeds, leur 6ème album qui navigue sur plusieurs eaux et nous etraine, de fait, vers différents rivages. Le morceau titre, tribal, cède la place à Broken ones bien plus dur et déterminé. Puis vient The come up qui lorgne plus du côté du rock direct; Nathan Hunt en profite pour démonter l’étendue de son spectre vocal, aussi rugueux que doux et profond (A longer view, ballade mélancolique). Dès lors, on attend la suite avec intérêt, espérant que cette variété continue. Shaman’s Harvest puise, par la suite dans le blues, la soul, le rock, la country… sans lasser un instant. La variété proposée sur cet album allié à la voix si particulière du sus mentionné chanteur (et cette choriste sur Soul crusher et Off the tracks!) permet à Red hands black deeds ne ne jamais lasser l’auditeur; une véritable force pour un album (presque) envoûtant de bout en bout – allez y d’ailleurs, jusqu’au bout, il y a un morceau caché assez fun! Amateur de rock 70’s, vous savez ce qu’il vous reste à faire!

COTTON BELLY’S: Live session vol. 1

Blues, France (Autoproduction, 2017)

Cotton Belly’s c’est qui? Le blues à l’état pur, version frenchy, ça s’appelle Cotton Belly’s. Issu de la réunion en 2005 de Yann Malek (chant, harmonica, guitare), Jérôme Perraut (guitare électrique), Christophe Etienne (basse, contrebasse) et Aurélie Simenel (batterie), Cotton Belly’s alterne Ep et albums, se place sur divers podiums musicaux partout en France, dont la première place du 3ème blues challenge en 2016.

Live sessions vol. 1, ça donne quoi? 6 titres composent ce Live sessions vol 1 (qui promet donc une suite!) enregistré sans public mais en prise directe. Exception faite de sa patate dans la bouche, le chant de Yann est chaleureux, rauque et envoûtant. Broken line, Reason transportent l’auditeur directement dans le sud des USA, le gospel Three times se chante au milieu des champs de coton et aurait même sa place à l’église…Oh yeah!  Superstition, Greatness, chaque titre est un hommage aux grands du blues, de la soul, de cette musique noire américaine légendaire et irrésistible. L’humour pointe aussi le bout de son nez avec Mr Bedman, qui clôt en douceur un superbe disque. On en redemande! A soutenir sur scène lors de la tournée française de juin (dates sur www.cottonbellys.com)

Note: 9/10

 

JEFF ANGELL’S STATICLAND

STATICLAND_UDR_DIGIPAK_Cover_600pxHard blues, USA (UDR, 2016)

Voici une découverte tardive, et il n’est jamais trop tard pour se rattraper. Jeff Angell est un guitariste de blues rock qui a fait ses armes au sein de The Missionary Position ou Walking Papers. Pas de gigantesque gloire, mais d’incontestables références en blues rock et progressif. En décidant de faire précéder le nom du groupe, Staticland, par son nom, le message est clair: c’est sa formation et il la dirige. Le guitariste chanteur s’est ici entouré de Benjamin Anderson (instrument à touches: piano, orgue, synthé…) et Joshua Fant à la batterie (sauf sur quelques titres). Ensemble le trio nous invite à replonger dans le blues des années 60, celui teinté de rock des 70’s. L’esprit de Woodstock n’est jamais loin et l’orgue évoque – invoque – l’esprit de Jon Lord. La voix suave d’Angell est d’une infinie douceur, pleine de bonté et de tendresse. Si l’on excepte quelques longueurs (l’album est selon moi difficile à écouter d’une traite) on s’amuse cependant à suivre quelques pistes et influences. Ainsi, ça et là se trouve des airs de Bruce Springsteen, Sting ou The Police, un peu de Pink Floyd, aussi. Des instants légers et aériens qui côtoient d’autres plus foncièrement blues ou simplement rock. Un plaisir à partager en somme.

A noter: le groupe est actuellement en tournée européenne et passera à Paris le 31 janvier (Les étoiles)

Site: http://www.staticland.com/en/

Note: 8/10

JOE BONAMASSA: Blues of desperation

Bonamassa 2016Hard rock, USA (Provogue, 2016)

Oh, ce bonheur d’écouter Blues of deperation! This train, qui ouvre l’album, est une véritable locomotive entraînant dans son sillage les 10 wagons de ce train de rock, de blues, de tripes et de vie. Cette introduction au rythme endiablé est une ouverture sur la suite, plus nuancée, qui nous ramène au pays du blues rock. Pas celui sec et plat, non, celui gras et généreux. Mountain climbing, plus foncièrement rock, est suivi de Drive qui ralentit un peu la cadence, mais le message est clair: ce disque est varié et, surtout, propose un paquet de soli que seul des grands de cet acabit sont capables de nous offrir (ah, ces passages sur No good place for the lonely et Blues of desperation!). Joe Bonamassa nous entraîne donc dans un voyage au(x) pays du blues, de Memphis, Tenessee, aux bayous de Louisiane. Le décor change donc régulièrement, se faisant ici rock (toujours), puisant là dans la soul ou le gospel (la ballade The valley runs low, ainsi que la plupart de choeurs), ou encore dans l’esprit rock des 60’s (You left me nothin but the bill and the blues). Pas un morceau n’est ici plus faible que l’autre, démontrant, s’il en était besoin, que la bonne musique n’a pas d’âge et n’est jamais dépassée quand elle sait rester simple et venir du fond de ses tripes ou de son âme. Ca, Joe l’a bien compris et c’est un grand, très grand disque que nous propose maître Bonamassa. Malgré son titre, ce Blues of deperation est lumineux, ensoleillé et enchanteur.

Note: 9,5/10

Titre que je retiens: This train