ARKAN: Lila H

France, metal (Autoproduction, 2020)

Petit à petit, Arkan se fait plus qu’un nom dans le paysage metal hexagonal. Les origines algériennes de ses membres fondateurs – le multi instrumentiste Mus El Kamal, le bassiste Samir Remila et le batteur Foued Moukid – y sont pour beaucoup car Arkan ne se contente pas, ne s’est même jamais contenté, de en proposer qu’un metal extrême rigide et fermé. Au contraire,  la part folklorique est capitale dans la démarche du groupe, d’autant plus avec ce cinquième opus, Lila H. Ce qui rend son propos encore plus passionnant ici est le thème de l’album: les années 1990 en Algérie. Samir (dont vous pouvez retrouver l’interview ici)et Mus entraient à peine dans l’adolescence, ou plutôt n’avaient pas encore quitté l’enfance, qu’ils vivaient sous un régime de terreur, de terrorisme aujourd’hui connu sous le terme explicite de « décennie noire ». La peur s’emparant du pays – souvenez-vous le GIA et ses fanatiques religieux – privait sa jeunesse de ce qui devrait être les plus belles années d’une vie. Si l’album démarre avec un Dusk to dawn explosif et radicalement death, la suite se fait varié, pleine de lumière, d’inquiétude et d’espoir. Le partage des voix – Manuel Munoz qui est arrivé dans le groupe avec l’album précédent et Florent Jannier – donne un résultat souvent émouvant, les influences hispaniques et orientales (Black decade, Crawl) apportent une touche de lumière, mais la gravité du propos n’est jamais loin (Broken existences, My son). Il y a dans cet album aux mille facettes autant de rage et de colère que d’envie d’espérer qu’un jour ce monde puisse retrouver la raison. Lila-H est un album majeur dans la carrière d’Arkan, un album témoin et exutoire d’une beauté tout autant fascinante que repoussante.

Laisser un commentaire