ORPHEUM BLACK et HYAENA live à Orléans – Blue Devils, le 10 octobre 2019

Le 31 mai 2018, à Saint Jean de Braye (45), j’assistais au dernier concert  de Wild Dawn qui jouait en tête d’affiche en lieu et place d’un No One Is Innocent se trouvant bien et à l’aise entre deux groupes. Depuis, quelques news sur Facebook d’un Romain offrant quelques démonstrations à la guitare, de retrouvailles avec Greg et d’autres musiciens dans le cadre d’un projet qui ne voit pas le jour.

Jusqu’à la naissance de cet Orpheum Black qui voit Greg (chant et guitare) et Romain (guitare) s’unir à Mélodie (chant et claviers), ex-No Sign Nothing (si je me souviens bien, elle tenait alors la guitare), qui avait croisé la route de Wild Dawn à quelques reprises. Ils sont rejoint par la section rythmique composée de l’ex bassiste de The Lunatiks, Gauthier, et du batteur Paskal. Ensemble, les 5 s’éloignent des influences ancestrales de chacun pour tenter de se forger une nouvelle identité sonore et visuelle.

Après une résidence à Blois, ce concert au Blue Devil’s d’Orléans est la première véritable représentation d’Orpheum Black en ses terres. Un test grandeur nature pour voir si le public répondra présent. Il semble bien que oui, car, en ce 10 octobre, hormis les familles de chacun, ce sont environ 150 spectateurs qui se retrouvent en ce temple du rock qu’est le Blue Devil’s. Si c’est le premier concert d’Orpheum Black dans cette salle, ce n’est pas la première fois que les musiciens jouent en ces lieux puisqu’ils y ont donnés plusieurs représentations à l’époque de l’Infrared.

A 21h, le groupe monte enfin sur scène. Adieu les chemise à carreaux qui faisait la particularité visuelle des bûcherons de Wild Dawn. Bonjour, cependant, la chemise noire ouverte sur un T-shirt blanc. Rien de tel que la sobriété. Seulement, au lieu de balancer directement un bon gros riff, le concert commence par un mauvais branchement… Montée de stress qui voit Greg, Romain, Mélo chercher d’où ça vient. Quelques minutes qui prennent fin. Le groupe se recentre et s’offre 50′ de plaisir avec un public présent et réceptif, qui se fait plus massif encore dès que résonnent les premières notes.

Dès ses premières notes, Romain se lâche. Habité par son jeu, il déploie une énergie sans pareille et maltraite sa guitare, tapant du pied, tournoyant, allant se coller à Mélodie, Greg, arpentant la (petite) scène de long en large. Le chant, ceux qui ont vu la première vidéo le savent, les autres le découvrent, est partagé entre la voix puissante de Greg et celle plus douce de Mélodie. Un choix qui permet d’offrir une plus large palette émotionnelle pour un rock qui se révèle rapidement plus progressif que purement hard.

D’ailleurs, Orpheum Black – c’est osé et courageux sur un premier concert, même si le répertoire n’est pas assez fourni pour ne proposer que du matériel original – offre au public une reprise de Untouchable d’Anathema. Pas le groupe le plus aisé à reprendre mais le toucher de Romain, léger et aérien, fait le job. Et si, au cours du concerts, quelques couacs et pains viennent perturber les musiciens, Greg a tôt fait de rappeler que c’est une première, rien de grave.

Et pour une première, Orpheum Black a su séduire son auditoire, démontrer être en capacité à sortir du carcan Wild Dawn (d’ailleurs Romain n’est pas descendu dans le public au cours de son solo comme il le faisait systématiquement naguère) et d’offrir un concert efficace et dynamique. Une affaire à suivre.

Le temps de changer le plateau, ce sont d’autres Orléanais qui investissent la scène. La tête d’affiche de ce soir a beau être plus ancienne (le groupe s’est formé en 2010), Hyaena semble attirer moins de monde que sa première partie. Bien que la salle se remplisse de nouveau dès les premiers accords et hurlements du chanteurs, on circule assez facilement dans la fosse.

Hyaena propose un metal hard core assez technique. Peut-on pour autant parler de hard core progressif? On pourrait, teinté de death, de hard core et autres styles extrêmes. Nathan, le bassiste qui évolue pieds nus, exhibe une belle 6 cordes. Il est le seul dont le look attire, avec le chauve batteur Christophe, les autres étant ce soir vêtus comme à la ville. Rien de visuellement marquant, donc. Les guitaristes sont très concentrés sur leur jeu, et le résultat s’en fait sentir: il y a un manque de partage, de complicité avec les gens présents. Un peu plus de spontanéité serait à ce stade bienvenue.

 

Vocalement, le style de Kevin, le nouveau chanteur, est extrême. Lui n’hésite pas à chercher le public, et s’adresse à ceux présents: « Vous êtes prêts pour la bagarre? Orléans, vous êtes prêts à retourner le Blue Devils? » Oui, mais la salle est-elle suffisamment remplie pour cela?

Je n’ai jamais, à quelques exceptions près, aimé le chant hurlé, grunté, le vocaux gutturaux. Le death n’est pas mon truc. Même si le groupe est présent pou présenter son nouvel album, Poison pen, je ne parviens pas à accrocher. Je remonte donc prendre l’air, constate que du monde s’abreuve au bar et en terrasse. Le connaisseurs et amateurs restent en bas, profitant de ce concert. Clairement, le public est ce soir venu découvrir Orpheum Black. Chose faite, il a déserté la salle au détriment de Hyeana. Un tel plateau, en semaine, se révèle à double tranchant. Tant mieux pour les uns, tant pis pour les autres…

 

Interview: Sofie et Johann – Welcome to Hell(fest)

Interview Sofie Von Kelen (auteure) et Johann Guoyt (dessinateur). Propos recueillis au Hard Rock Cafe le 30 septembre 2019

Sofie, je la connais depuis des années. On se croise régulièrement là où se produit ADX. Johann, je ne l’ai jamais rencontré. Les deux sont pourtant d’assidus participants au Hellfest qu’ils ont décidé de raconter en se mettant en scène dans une trilogie de BD qui fait aujourd’hui l’objet d’une édition intégrale (plus d’info ici: Welcome to hell(fest) – l’intégrale augmentée.) Un objet pour lequel Sofie et Johann ont décidé de passer par le financement participatif via Ulule. Moins de 2 semaines avant la date limite de cette levée de fonds (vous avez jusqu’au 24 octobre seulement pour verser quelques euros), ils se sont confiés à Metal Eyes au cours d’une joyeuse interview.

 

Metal-Eyes : Johann, peux-tu nous raconter la genèse de ce projet BD Welcome to Hell(fest) ?

Johann Guyot : L’idée est venue de Sophie qui était alors journaliste BD et rock, puisqu’elle couvrait pas mal de concerts pour le magazine Abus Dangereux. Elle a été amenée à aller souvent au Hellfest…

Sofie von Kelen : Oui, mais pas en tant que journaliste. C’était au FuryFest, comme ça, pour m’amuser…

Johann Guyot : De mon côté, je suis dessinateur, illustrateur et j’ai ma propre maison d’éditions. On s’est connus sur un festival de BD…

Sofie von Kelen : Au festival d’Angoulême. J’ai acheté sa BD autobiographique où il racontait ses histoires de métalleux…

Johann Guyot : J’avais déjà fait un truc sur les concerts et les disques qui m’avaient marqué, ce qui ressemble un peu au début de Welcome, sur le ton, en tout cas. On est devenus amis par la suite. Sofie m’a contacté alors qu’elle comptait aller au Hellfest, ce à quoi j’étais plutôt réticent à l’époque… Autant j’adore ce genre musical, mais de là à aller dans cette foule… J’ai toujours été en concerts, mais dans des petites salles, alors un festival, sans être agoraphobe… 3 jours comme ça ?

Sofie von Kelen : Je venais de m’installer à Paris, et je pensais que ce serait beaucoup plus marrant de faire quelque chose comme ça plutôt que des reports classiques. Au début, d’ailleurs, on voulait mettre ça dans Abus Dangereux, ce n’étais pas prévu pour devenir un bouquin. On voulait juste faire un live report en BD. Au bout de deux ans, on avait accumulé du matériel et on s’est dit « en fait, on va faire un livre ! »

Johann Guyot : Le premier tome recouvre trois années consécutives – 2012 à 2014 – et il est sorti en 2015.

Sofie von Kelen : On a mis un peu de temps à trouver notre ton, notre voix.

Johann Guyot : Ensuite, on ne savait pas trop ce qu’on allait faire, mais deux autres albums sont sortis. On a continué à faire des croquis là-bas, et on a sorti deux autres volumes. En 2017, la dernière année qu’on a couvert pour le tome 3, on s’est dit qu’on allait arrêter là. Sauf que le tome 1 est épuisé depuis très longtemps et on nous l’a souvent réclamé. Beaucoup de gens nous ont réclamé une réédition et on s’est dit que c’était peut-être l’occasion de sortir une intégrale.

Sofie von Kelen : De tout remettre au bon format, de nettoyer certaines illustrations, de tout remettre bien…

Johann Guyot : Et d’en faire un objet assez classieux

Sofie von Kelen : Un beau bouquin de plus de 300 pages, couverture cartonnée…

 

Metal-Eyes : Chaque tome a été publié à combien d’exemplaires ?

Johann Guyot : Le premier à 1.300. Un petit tirage parce qu’on ne savait pas trop où on mettait les pieds. Il se trouve qu’on a fait appel à un distributeur qui l’a plutôt bien vendu. On lui en filé 600, mais il nous en a demandé 900, il avait des commandes un peu partout. On a vendu le reste en librairie et sur des stands en festivals.

Sofie von Kelen : Le second, on l’a tiré à 2.000 exemplaires, il nous en reste 2 ou 300…

 

Metal-Eyes : Ce qui fait de toute façon une différence entre le nombre de possesseurs du premier et du second.

Sofie von Kelen : Oui, c’est ça. Et le troisième, on l’a volontairement tiré en édition limitée à 300 exemplaires, numérotés et signés, ce qui en fait un peu un objet collector. On ne savait pas du tout ce qu’on allait faire après, on savait qu’on arrêtait, alors on a fait de ce troisième un objet un peu rare. Et après, on s’est dit : « l’intégrale » (elle rit)

 

Metal-Eyes : Avant de parler de l’intégrale, le pitch de Welcome to Hell(fest), c’est quoi ? Et quel est le ton que vous y mettez ?

Johann Guyot :

Sofie von Kelen : C’est de raconter notre festival.

Johann Guyot : C’est un reportage… Des carnets de voyages, comme on peut en trouver dans le milieu de la BD. Des planches qui racontent quelque chose. C’est autobiographique dans le sens où on se met en scène. Quand je dessine, je dessine Sofie et moi-même dans le festival. Ce sont des choses qui nous sont vraiment arrivées, les groupes que je vois, je les croque sur place. Et Sofie, journaliste, rapporte des chroniques, des interviews de groupes…

Sofie von Kelen : Au fil des séries, il y a eu 3 postures : nsur les premières années, moi j’étais encore journalistes pour Abus dangereux et Johann était néophyte. Ensuite, on s’est positionnés tous deux en tant qu’auteurs, en indépendants, et la troisième phase, c’est quant on a commencé à avoir notre stand sur l’Extreme market. Là il y a un œil un peu plus… on s’attarde un peu plus sur le public, sur les gens du market, sur le côté périphérique. On s’est vraiment rendu compte, en tant qu’exposants, de tout ce qu’il y a autour du Hellfest.

 

Metal-Eyes : On le sait : le Hellfest, ce n’est pas que les concerts, ou la grande roue, c’est aussi le camping ; le market, le Hell city square…

Johann Guyot :

Sofie von Kelen : La ville de Clisson, les gens qui font la déco. On a essayé de creuser un peu plus.

 

Metal-Eyes : Pour pouvoir financer l’intégrale, vous faites une levée de fonds via Ululeous faut combien et vous en êtes où ? (Vous pouvez contribuer jusqu’au 24 octobre ici: https://fr.ulule.com/welcome-to-hellfest-integrale/)

Sofie von Kelen : Il nous faut 12.000 euros.  (note : il reste aujourd’hui 45% de fonds à lever, et un peu plus d’une semaine de campagne). C’est ça qui va nous permettre de réaliser un beau produit, on ne veut pas faire un truc cheap.

Johann Guyot : On a un graphiste à payer, les envois des contre parties…

 

Metal-Eyes : Une des contre-parties que chaque contributeur va recevoir c’est un bisou de l’équipe.

Sofie von Kelen : Voilà !

 

Metal-Eyes : Sofie, on se voit régulièrement, au Hellfest ou en concerts. Des bisous j’en ai déjà. Est-ce que je dois vraiment contribuer ?

Sofie von Kelen : Euh, non, ben… Je pensais plutôt à un bisou virtuel. A la terre entière… Je pensais plus à un bisou spirituel ! (rires)

Johann Guyot : Par contre, si au Hellfest il y a des mecs qui me demandent un bisou sur le cul, je vais y réfléchir à deux fois…

 

Metal-Eyes : C’est l’expérience qui parle ? (rire général)

Johann Guyot : Non, non, pas encore, mais je vais y penser !

Sofie von Kelen : Je n’y avait pas encore réfléchi à l’année prochaine, au Hellfest, des mecs qui vont venir demander des bisous ! (rires)

 

Metal-Eyes : Qu’est-ce qui, justement, va attirer le bédéphile et l’inciter à acheter Welcome to Hell(fest) ?

Sofie von Kelen : Le bédéphile, je pense que ce sera au niveau de l’objet, parce que c’est quelqu’un qui aime les beaux objets, avec des couvertures bien contrastées.

Johann Guyot : Le contexte aussi : Sofie s’adresse plus au public metal là où je m’attarde plus sur un public de… bédéistes. Mes influences sont ce qu’elles sont, et tout est traité sur un ton humoristique. J’espère aussi toucher un public non fan de metal.

Sofie von Kelen : Je vois souvent sur les stands des salons de BD, Angoulême, Saint Malo et d’autres, beaucoup de gens qui n’ont rien à voir avec le metal et qui achètent Welcome to Hell(fest). Parce qu’ils ont feuilleté, ils ont envie de voir, de découvrir…

Johann Guyot : Il y a beaucoup d’anecdotes aussi. C’est presque de la sociologie, voir, analyser comment les gens qui travaillent toute l’année et vont au Hellfest se lâchent totalement pendant trois jours. Décrire comment le cadre de je ne sais quelle entreprise se trouve pendant un week-end gros nounours, le cul à l’air… C’est assez marrant de voir ce genre de choses. On parle avant tout de musique, mais pas que de ça.

Sofie von Kelen : Il faut aussi que les gens qui ne s’y connaissent pas en metal s’amusent en le lisant.

Johann Guyot : Ce n’est pas élitiste, ce n’est pas fait que pour le metalleux.

 

Metal-Eyes : Vous êtes tous deux fans de metal. Vos goûts se complètent-ils ou sont-ils à l’opposé ?

Johann Guyot : Ils ne sont pas complètement différents.

Sofie von Kelen : Moi je suis plus sur les 70’s, les vieilles gloires comme Blue Oÿster Cult, Uriah Heep, et tout ce qui est vieux hard et NWOBHM. Surtout axés heavy. Tout le neo 70’s. Je suis très axée chanson : j’ai besoin qu’il y ait un couplet un refrain, un solo… J’aime pas quand ça blaste pendant 3’30…

Johann Guyot : On n’est pas si éloignés que ça. J’aime beaucoup le rock, le psyché. Je suis aussi très branché vieux metal extrême, Venom, Hellhammer, Bathory… J’aime quasiment tous les styles, mais dans leur forme originale. Les groupes qui construisent quelque chose, quand je me dis « tiens, ça change un peu, il y a du nouveau ». Je trouve tous ces groupes passionnants. J’aime aussi le vieux punk des années 70, comme Discharge ou Black Flag. Les débuts du thrash, du black metal… Les contre-cultures, ou les précurseurs…

 

Metal-Eyes : Est-ce que vous alimentez votre inspiration, votre vue, votre vie du Hellfest avec la musique que vous écoutez au quotidien ou est-ce plutôt ce que vous y vivez, « ça je le note, j’en ferai quelque chose » ?

Johann Guyot : Quand un groupe me plait, je vais croquer le groupe, mais ce qui m’intéresse c’est de raconter l’histoire, comment j’en suis arrivé à devenir fan de ce groupe. Un retour à mon adolescence… Ce que j’ai ressenti avec tel ou tel disque. On ne parle pas forcément du Hellfest, finalement…

Sofie von Kelen : Sur les chroniques, je me rends compte que j’ai fait les deux. C’est vraiment au feeling : il y a des groupes qui m’ont donné envie de parler de leur histoire et de leur discographie, et d’autres qui m’ont donné envie de parlé de ce qui s’était passé pendant le concert.

 

Metal-Eyes : Sophie, je te croise régulièrement à l’extreme market. Il faut le tenir ce stand ; comment faites vous pour vous organiser pour voir des concerts ?

Sofie von Kelen : On est trois à tenir le stand : Johann, moi, et Julien Rousseau le bassiste d’ADX. On fait des tours. Comme le market ferme vers minuit, on peut aller voir les deux derniers groupes ensemble.

Johann Guyot : Les premières années on était partout, on voulait tout voir… Mais avec le temps, la fatigue aidant, on sélectionne un peu plus !

 

Metal-Eyes : Vous commencez à plutôt bien vous connaitre depuis 2012. Sofie, quelle est la plus grande qualité de Johann ? (Elle a le regard étonné et se met à rire) Johann, tu peux déjà commencer à réfléchir à la même chose pour Sophie…

Johann Guyot : Oui, j’avais compris…

Sofie von Kelen : La plus grande qualité de Johann ? C’est sa capacité à prendre du recul. Moi, je m’enflamme assez facilement sur un groupe, sur un truc, un détail d’organisation… Je peux stresser assez facilement, Johann, il prend du recul par rapport à tout. Il m’aide à relativiser…

Johann Guyot : Qu’est-ce que je peux dire ? Au niveau organisation, on peut compter sur Sophie. Quand il y a un truc de prévu, c’est rassurant. Là où je suis assez bordélique, elle est organisée. Je suis arrivé de Bordeaux aujourd’hui pour les interviews, je ne savais pas ce que j’allais trouver, mais je savais que Sofie avait tout prévu. C’est assez rassurant quand quelqu’un gère ces choses là.

 

Metal-Eyes : Et son plus gros défaut, alors ?

Johann Guyot : Ce qu’elle disait juste avant : Sofie s’enflamme très vite. C’est pas forcément un défaut, d’ailleurs : elle a gardé ce coté ado un peu « groupie ». Il y a un truc qui m’a toujours frappé chez elle, si le groupe qu’elle adore fait une crasse ou s’est mal comporté, elle va se mettre à détester le groupe, là où moi, je reste totalement extérieur à ça. Si j’aime la musique… ça me fait rire en fait, elle est très sur l’émotion…

Sofie von Kelen : Le plus gros défaut de Johann ? La procrastination ! (rires)

Johann Guyot : C’est pas faux !

Sofie von Kelen : Quelque fois je lui demande un truc et ça prend des jours. « Ouais, j’ai presque fini, demain tu l’auras ! Non, j’ai commencé, j’ai une idée » La procrastination !

 

Metal-Eyes : Tout fan rêve de partager des moments avec ses idoles. Le Hellfest a-t-il été un bon terrain de rencontres pour vous ?

Johann Guyot : On a vu des trucs assez hallucinants, oui !

Sofie von Kelen : Ça le fut, à l’époque où on faisait des interviews, et avant d’avoir le stand. Mais surtout, ça l’était à l’époque où il y avait l’ancien espace VIP où il y avait les journalistes, les groupes, etc. Maintenant, c’est plus l’espace VIP pour les fêtards, et les groupes ont leur propre espace, on ne peut plus les rencontrer. Je ne rencontre quasiment plus aucun groupe au Hellfest.

 

Metal-Eyes : Sauf ceux qui viennent dans cet espace.

Johann Guyot : Rencontrer Bobby Liebling de Pentagram, c’était une expérience. Voir un type aussi cintré… Puis Dave Chandler, extrêmement sympathique…

 

Metal-Eyes : Quels sont vos meilleurs souvenirs à tous les deux, de vos nombreux Hellfest ?

Johann Guyot : Sans hésiter, Venom en 2015, même si ce n’était pas le line-up original. Mais il y avait Cronos, dont je suis fan depuis toujours. Aussi, et j’étais tout devant, comme un grosse de 15 ans… Il y a eu Discharge en 2012. Le son était mauvais, mais j’adore ce groupe. Pentagrame, aussi, et puis, l’année dernière, ce sera dans les bonus parce qu’il y a eu une super affiche, Pestilence, Possessed et Hellhammer…

Sofie von Kelen : Meilleur souvenir de concert ? Je mettrai dans mon top 4 ou 5… Candelmass il y a 3 ans, Alice Cooper, un de mes groupes culte, Wardroma, toujours hallucinant sur scène, Metal Church que j’attendais depuis des années et… J’ai adoré Magma aussi. Je ne m’attendais pas à une réaction aussi vive du public.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être votre devise à l’un et à l’autre ?

Johann Guyot : Rock n roll damnantion !

Sofie von Kelen : It’s a dirty job, but someone has to do it !

 

Metal-Eyes : Dernière chose : quels sont vos paris pour le Hellfest 2020 ?

Johann Guyot : Le problème c’est que, pour moi, tout est passé. Il y a un truc assez hallucinant avec le Hellfest, c’est qu’ils parviennent à faire venir tant de groupes, à chaque fois, il y a une surprise… Tout le monde parle de Metallica qui n’est jamais venu, mais voir Metallica aujourd’hui, c’est pas ce qui m’excite…

Sofie von Kelen : De toutes façons, ils ne le feront pas pour des questions de finances et d’exclusivité avec un certain tourneur… Je sais que je serai ravie de l’affiche parce qu’il y aura au moins 15 groupes que je vais adorer, mais je ne m’attends pas à de grosses surprises. J’aimerai bien un peu plus de 70’s… Ils deviennent vieux, et ce serait bien de pouvoir les voir une fois… Si j’aimerai bien voir Page et Plant. Je les ai vus aux Eurokéennes, c’était brillant.

 

Metal-Eyes : Merci à tous les deux, la levée de fonds se termine le 24 octobre, l’appel aux contributeurs est lancé ! Et la publication est prévu en décembre, juste avant Noël…

Johann Guyot : Merci à toi.

Sofie von Kelen : Merci beaucoup, et oui, il faut faire vite, il ne reste plus beaucoup de temps !

 Rappel: les contributions pour la publication de  Welcome to Hell(fest) – l’intégrale se poursuivent jusqu’au 24 octobre. Quelques euros pour un peu de culture fun et metal, chacun peut le faire! Un joli cadeau pour Noel, en plus…

TRUST: Fils de lutte

Hard rock, France (Verycords, 2019)

Malgré une carrière en forme de montagnes russes, Trust reste une des valeurs sûres du hard rock français. Aujourd’hui plus rock que hard, d’ailleurs, ce que Bernie a toujours clamé haut et fort. Depuis les retrouvailles avec Nono et l’enregistrement du remarqué Europe et haines en 1996, Trust a trouvé une nouvelle voie musicale, franche et directe. Cette voie s’est retrouvée sur l’album « interdit » paru en 2000, le splendide Ni dieu ni maître, et bien plus récemment sur Dans le même sang, le dernier album en date du gang paru seulement l’an dernier. Un an seulement sépare deux albums studios de Trust! Comme à ses débuts, en somme. Et Trust nous l’avait prouvé lors de sa dernière tournée qui a sillonné la France, en passant, enfin, par le Hellfest: le groupe est en forme. La niaque est bien présente alors tant qu’à faire, « battons le fer tant qu’il est chaud ». D’autant que, engagé comme toujours, la période est propice pour nourrir la colère de Bernie. Fils de lutte propose aujourd’hui 12 titres, parfaitement mis en son par Mike Fraser. De Portez vos croix à Delenda, chaque titre fonce droit au but. Le verbe haut, Bernie continue de dire ce qu’il a a dire, sans détour. On sourit avec Miss Univers, qui a tout de la diatribe anti Macron, on approuve cette vérité que l’on veut cacher qu’est « la saloperie humaine, on n’en fera jamais le tour » sur Y’a pas le feu mais faut brûler, les éternelles excuses trouvées par tout un chacun sur C’n’est pas ma faute. Bernie est vindicatif, et il y en a pour tout le monde, de la droite qu’il exècre à la gauche qu’il ne tiens pas – plus – en très haute estime. Les gilets jaunes alimentent d’ailleurs une bonne partie de l’album, eux désignés par Bernie comme « le peuple des ronds-points », et illustrés dans le masque à gaz de la pochette. Avec Fils de lutte, Trust démontre simplement être très en forme. D’ailleurs, ça fait combien de temps qu’un batteur n’a pas joué sur deux albums successifs de Trust? De mémoire, ça doit remonter à… 1979 et 1980, soit les deux premiers méfaits. Ici, c’est encore plus fort puisque c’est le line-up même qui reste inchangé! Un bel exploit, rarissime, donc qui semble montrer que le groupe a trouvé un juste équilibre. Il le prouve tout au long de ces 12 titres finalement imparables composés en quelques semaines et enregistrés dans l’urgence en 3 jours. A l’ancienne, afin de garder une certaine spontanéité. C’est réussi.

PARPAING PAPIER: Tester des casques

France, Rock, Punk et Heavy (Real Marty, 2019)

Parpaing Papier, c’est un peu de fraîcheur apportée dans notre univers musical aux décibels parfois un peu trop uniformisés. Les Français s’efforcent de porter une certaine forme de ridicule au niveau d’art. Tester des casques? Ben voilà, tout est dit dans le titre de cet Ep de 5 chansons… Faut être un peu débile pour vouloir foncer tête baissée contre des murs de planches, de briques et autre matériau pas très mou, non? Cependant, ce « ridicule » des textes (Robinet d’eau tiède qui réinvente la machine à courber les bananes, l’hilarant Champions du patin, Tempête je t’aime) sur fond de rock énervé, le quatuor travaille des textes et des mélodies qui ne visent qu’à emporter l’auditeur sur les chemins de la surprise, de l’étonnement et du fun. Impossible, sauf si on a une âme trop sérieuse pour prêter attention aux petits plaisirs de la vie, de résister, de ne pas sentir un brin de rigolade ou d’euphorie. Et ces textes, pour comiques qu’ils soient, sont travaillés, réfléchis. La rage vocale évoque l’irrévérence du punk, les rythmes et mélodies rappellent le rock indépendant de la fin des 80’s. Il ne fait aucun doute que la famille Papier (Martin au chant, Clo à la guitare, Fa à la basse et Coco à la batterie – d’autres font les choses en famille aussi, les Ramones ou les Telliers) mette un maximum de cœur à son ouvrage, bourré de références (qui vont du Marsupilami au Seigneur des anneaux sont des évidences sur Premières neiges, et plein d’autres littéraires ou musicales se trouvent ci-et-là). En un mot comme en deux, écouter Parpaing Papier c’est comme s’offrir un moment de détente, un sourire accroché au visage tout au long de ces 5 chansons qui dépotent, décoiffent, surprennent. Du fun et du bonheur!

WELCOME TO HELL(FEST): L’intégrale augmentée en préparation

BD, de Sophie Van Kelen et Johann Guyot – Edition du Blouson Noir, 2019

Depuis 2012, la journaliste Sofie Van Kelen a réussi à traîner le dessinateur Johann Guyot au cœur du Hellfest. Ensemble, ils ont décidé de croquer leur aventures sur le site de Clisson, racontant avec humour leurs déboires, étonnements, concerts et rencontres au travers de la BD Welcome to Hell(fest).

J. Guyot et S. van Kelen

Un premier tome parait ainsi en 2015, désormais épuisé. Il sera suivi d’un second volume, Le retour, en 2016. Désormais presque épuisé. Le troisième et dernier tome, plus collector car volontairement édité en moins grand nombre, vient compléter cette épopée de deux metalheads bordelais.

Aujourd’hui, Sofie et Johann souhaitent offrir à l’amateur de décibels, fans de Hellfest ou bédéphile, une édition regroupant l’intégrale des 3 volumes dans une version augmentée de dessins et histoires inédites, dont la sortie est espérée pour décembre prochain. Pour ce faire, une campagne de levée de fonds – de crowdfunding, donc – est lancée sur Ulule. Chacun peut contribuer avec ce lien: https://fr.ulule.com/welcome-to-hellfest-integrale/ Et il y a urgence puisque la campagne prendra fin le 24 octobre prochain.

Vous aimez le Hellfest, la BD et voulez soutenir une belle et amusante initiative française? Quelques euros feront des heureux. Chaque contributeur, au delà du bisou de l’équipe (ça va en faire, j’espère, du monde au stand que tiennent les deux loulous à l’Extreme Market au prochain Hellfest!), se verra remettre qui une caricature, qui un exemplaire dédicacé. Alors, foncez soutenir Welcome to Hell(fest) – L’intégrale augmentée , c’est pour une bonne cause!

J. Guyot et S. van Kelen

DOG N STYLE : Only stronger

Hard rock, France (Autoproduction, 2019)

Après un Pub’s calling (2016) arrivé comme une surprise dans la paysage metallique français, le dingos de Dog N Style remettent le couvert avec Only stronger, leur nouvel album qui fleure bon le délire musical et visuel. Toujours très influencé par la scène glam/sleaze américaine, le groupe peaufine cette approche sonore (les grands du genre sont de la partie – Mötley Crüe, Ratt, Dokken, Great White, doublés des incontournables Motörhead et AC/DC) avec un visuel tout aussi délirant autant inspiré du manga que du western ou du comics. Si, de prime abord, Gamble to gain (bonjour le clin d’oeil à Ace of spades!), Feed your devil (avec plaisir!) Bad man et autres Come on in ne réinventent pas l’eau tiède, Only stronger entre dans la catégorie des albums qui s’écoute sans faim, au volant, pour le plaisir et le fun. Avec rock’n’roll, fun est le maître mot qui semble guider Dog N Style. Et ça fait du bien!

Interview: LAST TEMPTATION

Interview LAST TEMPTATION. Entretien avec Butcho (chant). Propos recueillis au pub King George à Paris le 10 septembre 2019

Alors que Peter Scheithauer est en train de faire un démo à la guitare pour un magazine spécialisé, je retrouve Butch Vukovic pour parler de ce nouveau projet à l’envergure internationale. Last Temptation pourrait être « the next big thing » en matière de heavy mélodique. Et quand des Américains viennent dégoter un chanteur français, c’est un signe…

 

Metal-Eyes : Ce n’est pas notre première rencontre, en revanche, c’est la première fois que tu vas me parler de Last Temptation. Question classique : comment s’est formé le groupe ?

Butcho : En fait, ça s’est formé, avec Peter et moi, il y a presque 10 ans. C’était une autre formation. A l’époque, j’étais avec Hellectrokuters et il m’avait contacté sur Facebook. Il voulait absolument un chanteur français. Il a regardé plein de vidéo, il en a vu 800, à la lettre H, il est tombé sur Hellectrokuters et il a fait « waow, je veux ce chanteur ! C’est qui ? » Il me contacte, à l’époque il ne connaissait pas Watcha – il était aux Etats Unis. Il me contacte sur Facebook, et à cette époque je lui dit non, parce que j’avais un autre deal qui arrivait avec Hellectrokuters.

 

Metal-Eyes : Qui était, pour rappel, un groupe typiquement hard rock 80’s comme tu aimes tant.

Butcho : Voilà, AC/DC, Motörhead… Je lui ai dit non. Il est revenu plusieurs fois à la charge, et le plan que je devais avoir ne s’est pas fait. Je lui ai demandé de m’envoyer ses morceaux, ce qu’il fait. Je trouve ça super bien, et le jour même, je lui ai enregistré les 3 morceaux. Il a adoré, et c’est parti comme ça. Mais ce n’était pas du tout cette formation de Last Temptation, c’était autre chose. Plus à la Mötley Crüe, des trucs comme ça, et pas du tout le même line-up. Le line-up actuel s’est mis en place il y a à peu près 3 ans. Ça a pris beaucoup de temps parce qu’il y avait des contrats avec les autres : Vinnie Appice qui était avec Last In Line, Bob Daisley, en Australie…

 

Metal-Eyes : Vous êtes tous les deux passionnés par le gros hard rock des années 80. Comment définirais-tu la musique de Last Temptation ?

Butcho : On n’a absolument rien inventé, c’est du hard rock old school des années 70/80, à la Black Sabbath, Ozzy, Dio… C’est du old school, tout simplement.

 

Metal-Eyes : Vous avez joué au Hellfest cette année. C’était ton premier, je crois ?

Butcho : Non, non : j’y ai joué il y a très longtemps, en 2007, avec un groupe de death metal, Scarve.

 

Metal-Eyes : Et ce n’était pas le même esprit qu’aujourd’hui, en 2007.

Butcho : Non, c’était pratiquement les débuts du Hellfest ! Après j’ai joué plusieurs fois avec Showtime, groupe de reprises, mais sur des scènes annexes. Ma première scène, mainstage, sans avoir sorti d’album… c’est juste… incroyable.

 

Metal-Eyes : C’est-à-dire ?

Butcho : Ben… Il y a plein de groupes qui rêveraient de jouer au Hellfest en Main, qui ont déjà plusieurs albums, et qui n’y arrivent pas. Nous, on arrive, sans album et on a réussi à dégoter la Mainstage.

 

Metal-Eyes : Justement, comment avez-vous réussi à dégoter cette place, comment ça s’est fait ?

Butcho : Alors… Il faut dire que Peter a le bras très long. Il connait beaucoup de monde, et un de ses meilleurs potes, c’est Gérard Drout. Qui a une petite partie du Hellfest.

 

Metal-Eyes : C’est donc du relationnel…

Butcho : Oui, et ça ne marche que comme ça. Soit tu connais des gens, soit tu as de l’argent. Je vais te donner mon cas, avec Helelctrokutters : on n’a ni argent, ni relation. Donc, évidemment…

 

Metal-Eyes : Message pour Ben Barbaud : si tu es intéressé, l’année prochaine, Hellectrokuters est dispo ! Quand tu es monté sur scène, tu as ressenti quoi ?

Butcho : Waow ! J’étais… Je me suis dis « c’est juste trop énorme » ; rien que la scène, elel est plus grande qu’un terrain de foot ! C’est énorme !

 

Metal-Eyes : En plus, maintenant, même a cette heure là, il y a du monde.

Butcho : Oui, il y avait du monde. Groupe inconnu, le public était à fond. On a même réussi à les faire chanter ! Super expérience, vraiment.

 

Metal-Eyes : Comment vous êtes-vous préparés pour un événement de cette envergure ?

Butcho : J’ai envie de te dire que c’est un concert. Que ce soit là où dans un plus petit club, c’est beaucoup de répèts. On n’a pas eu beaucoup de temps, là, on a juste eu une semaine avec tout le groupe en studio pour répéter. On ne se connaissait pas encore vraiment, on a vraiment travaillé.

 

Metal-Eyes : Ça veut dire que tu as pu rencontrer certaines de tes idoles des années 80…

Butcho : Oui… J’ai pu rencontrer Stet (Howland) qui joue de la batterie avec Lita Ford, Wasp, il est maintenant ave Metal Church, Steve (Unger, basse) qui est aussi dans Metal Church. Et sur l’album, il y a Bob Daisley, le légendaire Bob Daisley, Vinnie Appice à la batterie, James Lomenzo à la basse… Il y en a tellement, en fait !

 

Metal-Eyes : Revenons justement à cet album, très typé années 80 : que trouves-tu dans cette période que tu ne retrouves pas aujourd’hui ?

Butcho : Je sais pas… Tout se ressemble un peu, soit extrême, soit… J’ai l’impression d’écouter toujours la même chose, sans doute parce que je n’ai pas l’oreille assez aiguisée ppour ça. J’aime bien les trucs avec de la mélodie, du chant… J’ai de la chance, parce que Stet et Steve savent chanter. Ce sont de vrais chanteurs lead, et s’ils me remplacent, aucun problème. Les mecs, ils font des chœurs de malade !

 

Metal-Eyes : Comment avez-vous choisi le nom du groupe ? Pour moi, lorsque j’entends « Last Temptation », ça m’évoque le film de Scorcese, La dernière tentation du Christ.

Butcho : Non, il n’y a aucune connotation religieuse chez nous…

 

Metal-Eyes : La pochette y fait pourtant référence plus d’une fois…

Butcho : En fait, le nom a été trouvé par Peter. Toutes ces personnes qui se disent, avec regrets  « si j’avais su, j’aurais fait ça… Dans ma jeunesse, j’aurais dû faire ça… » En fait, nous, on décide de faire, de prendre des risques. On ne se pose pas de question, on y va. C’est un esprit beaucoup plus positif.

 

Metal-Eyes : Il y a quand même pas mal de références à la religion : le diable, le serpent qui pourrait être Seth, les éclairs dans les nuages qui évoquent la colère divine, le croissant de lune…

Butcho : Oui, mais c’est quoi, le diable, le serpent ? Ca évoque juste la tentation, oui, mais il n’y a aucun texte qui soit connoté religion. Je voulais juste quelque chose qui soit un peu mystique, parce que j’aime ces choses-là. Mais dans les textes, on parle beaucoup de remise en question, de ce qui est existentiel, savoir se battre jusqu’au bout. Ou, parfois, comme Bob Daisley m’a demandé, j’aborde une thématique : lui adore tout qui traite de conspiration, de manipulation des masses… En plus, je la trouve super esthétique, c’est le genre de pochette qui, pour moi, ne vieillira pas. Après, c’est juste l’interprétation de chacun.

 

Metal-Eyes : Et le symbole central, c’est quoi ?

Butcho : En fait, ce ne sont que des L et des T dans tous les sens… Tu peux tourner la roue, tu les trouveras toujours.

 

Metal-Eyes : Avec le signe de l’infini au centre. Autre chose : la dernière fois qu’on s’est vus, tu a fait preuve de beaucoup de naïveté au sujet d’un film, tu t’en souviens ?

Butcho : euh… peut-être… Rappelles-moi…

 

Metal-Eyes : La scène de Wembley, dans Bohemian Rhapsody.

Butcho : Oui ! Je reconfirme, j’ai adoré ce film ! Je l’ai revu, et pour moi, je suis sûr qu’ils ont reconstitué, le public est venu remplir Wembley, j’en suis sûr !

 

Metal-Eyes : Même époque, même réalisateur – en tout cas, il a participé à une partie de Bohemian rhapsody : as-tu vu Rocket man ?

Butcho : Oui, je l’ai vu. J’ai vraiment beaucoup aimé. J’adore l’acteur qui joue Elton John (Taron Egerton), il avait joué dans Kingsman. Mais le seul truc, c’est que j’ai du mal avec les comédies musicale, j’aime moins quand l’histoire est racontée en chantant. J’ai préféré Bohemian Rhapsody parce que l’histoire est racontée. Il y a les concerts, mais le reste est parlé. Jai aimé, mais moins que Bohemian rhapsody. J’adore Elton John, et j’ai découvert des choses. Je ne le connaissais qu’avec I’m still standing ou presque, le reste j’ai fait « waow ». Je redécouvre plein de choses ! Quand t’es jeune, tu n’écoutes qu’un type de chose, et avec l’âge, je m’ouvre beaucoup plus, je découvre, je redécouvre plein de choses. Je redécouvre des trucs que tout le monde connait sauf moi ! Je surprends certaines personnes… « Mais tu sors d’où, là ? Evidemment c’est un super chanteur Elton John ! » Oui, mais bon, je le connaissais pas !

 

Metal-Eyes : Un groupe de rock, c’est aussi la scène, alors quels sont vos projets ? Vous habitez sur des continents différents, logistiquement ce n’est pas évident ?

Butcho : Début octobre, on a une vingtaine de dates aux USA. On y retournera d’ailleurs en janvier et février. Entre les deux, il y aura l’Europe, avec plein de dates, en Allemagne, et un peu partout.

 

Metal-Eyes : Excité à l’idée de jouer aux USA ?

Butcho : Ben ouais, carrément ! En plus ce sera en tête d’affiche. Dans des petits clubs, comme le Whisky-a-gogo, on va à Las Vegas, aussi. En plus, il y a plein d’invités de prestiges qui viendront nous voir, donc ça va être incroyable.

 

Metal-Eyes : Je me souviens de ce que je voulais te demander : Peter voulait un chanteur français. Pour quelle raison, te l’a-t-il expliqué ?

Butcho : Oui, déjà il est Français, même s’il vit aux USA. Il ne voulait pas d’un chanteur déjà connoté, il voulait quelqu’un qui chante bien. Bob Daisley ne voulait pas de quelqu’un déjà connu, même s’il a plein de potes chanteurs. Ils voulaient quelqu’un avec de l’expérience mais pas connu, et Peter voulait que ce soit un Français. Et Bob Daisley a adoré ma voix, il a dit « c’est lui que je veux ! » Il m’a dit, il a dit à Peter : « Butcho me rappelle Ozzy jeune. Mais Ozzy qui chante juste » (rires).

 

Metal-Eyes : La comparaison est flatteuse !

Butcho : Oui, et ça fait d’autant plus plaisir que ça vient d’une personne qui a écrit la plupart des textes d’Ozzy. C’est une légende.

 

 

ORPHEUM BLACK: nouvelle promesse orléanaise

 

Orpheum Black, un nom à retenir. Les amateurs de bons gros riffs frenchie made in Orléans se souviennent évidemment de Wild Dawn. Le quatuor avait, chose rare, célébré son enterrement en donnant un concert et en sortant un nouveau CD. Wild Dawn is dead…

Ok, mais quand on a la passion du rock chevillée au corps, on revient. Greg et Romain, les deux guitaristes se sont entourés d’une nouvelle équipe pour donner naissance à Orpheum Black. Mélodie, ex- No Sign, Nothing (claviers) partage le chant avec Greg et la section rythmique est tenue par Gauthier (basse) et Paskal (batterie). Qu’en est-il de ce nouveau combo? Vous pourrez, nous pourrons tous le découvrir dès le 1er octobre, date de la sortie du premier single et de la vidéo qui va avec. Sur sa page Facebook (https://www.facebook.com/OrpheumBlack/) le groupe indique évoluer dans le registre prog et atmosphérique.

Pour véritablement découvrir Orpheum Black, rendez-vous le 10 octobre à 20h au Blue Devils d’Orléans où le groupe ouvrira pour Hyeana. Un concert à 5€, ce serait dommage  de le rater!

MAGOYOND: Kryptshow

France, Metal (Autoproduction, 2019)

Kryptshow, le nouvel album (le 5ème, je crois, si l’on compte les sorties uniquement digitales) de Magoyond, est ma grosse claque de cette rentrée. Jamais je n’avais entendu parler de cette formation hexagonale née de l’union musicale de Le Mago (chant et guitare) et Yond (basse). Ce dernier semble cependant avoir quitté la formation avant l’enregistrement de ce double album. Le groupe a développé un concept très personnel en puisant son inspiration dans les séries télé fantastiques et horrifiques des années 70/80 dont, oh surprise!, les mythiques Contes de la crypte. Dès Le chapiteau des supplices (dont l’introduction m’évoque L’envers de Wormfood) le décor sonore est planté: le chant très narratif déclame des paroles et textes sur fond de rock hard rythmé, cinématographique, enjoué avec un fort esprit de cirque. Monsieur Loyal est ici inquiétant et positivement malveillant. Magoyond se plait à raconter des histoires de zombies, de suicides, de cimetière avec humour. Noir, forcément. J’ai parfois l’impression d’écouter la BO d’un Disney pour adultes (Aladin et son génie me viennent à l’esprit) ou de retrouver la Petite boutique des horreurs. La mise en son ressemble à une mise en scène sans images et lorsque les guitares se mettent à hurler, la rythmique décroche quelques cervicales. Si l’ensemble semble fun, tout est fait avec le plus grand sérieux. Magoyond s’attache au moindre détail dans le verbe et dans le son – véritable jeu de pistes de fines subtilités. C’est un univers à part dans lequel Magoyond nous invite à plonger, et dans lequel je me noie avec plaisir. Vous l’aurez compris, si vous voulez vous changer les idées et aller de surprise en étonnement, foncez découvrir Kryptshow et soutenir Magoyond. Une folie française que ne renierait pas Alice Cooper.

BLACKRAIN: Dying breed

France, Hard rock (Steamhammer, 2019)

Si, en 2016, Released (2016) marquait la renaissance de BlackRain, étrangement, la formation hexagonale semblait avoir disparu des écrans radars après sa tournée en compagnie de The Treatment. Il aura donc fallu à Swan et sa troupe pas moins de 3 années pour nous apporter à leurs fans une nouvelle offrande. Somme toute, le même délais qu’entre It begins (2013) et Released. Contrairement à ses deux précédents albums, Dying Breed est ici produit par Swan qui, également, compose la plupart des 10 titres et semble donc de plus en plus être seul maître à bord du navire BlackRain. Avec Dying breed, les Savoyards d’origine continuent de diversifier leur propos et savent surprendre. Oui, il y a des surprises sur ce disque, dont la reprise de Blast me up, un hit potentiel de… BlackRain paru en 2013. Perso, je préfère la version originelle et me demande quel est le bien fondé de ce choix.. Si l’empreinte musicale est toujours forgée dans ce hard rock qui les séduit tant, et si les références sont parfois évidentes (impossible de ne pas penser à Mötley Crüe sur Hellfire), Swan teste parfois le chant extrême et guttural, parfois proche du black metal (Nobody can change et son « I wasn’t born to follow rules ») tout en continuant de se faire plaisir avec des montées dans les notes les plus aiguës qu’il puisse atteindre, et toujours le groupe reste enjoué et entrainant (Nobody can change, Dying breed, Like me). Passage obligé de ce genre musical, la ballade All angels have gone évoque par instants Bon Jovi avant une reprise sérieuse We are the mayhem, suivi d’un Rock radio surprenant, aux rythmes cassés et à la mélodies moins évidentes malgré les choeurs qui frôlent le gospel. Public enemy est direct, rock sans fioritures, au refrain imparable, le type de morceau à écouter les cheveux au vent en traversant de vastes espaces, tandis que A call from the inside plus soft vient conclure, avec ses « oh oh » qui rappelle le morceau titre au début du disque, un album efficace mais dont aucun titre ne se démarque vraiment. Je ne parviens pas à définir quel chanson pourrait devenir un hit, quel est le morceau qui ferait passer ce Dying breed de bon à excellent album.  Reste que le plaisir de retrouver BlackRain est réel, et qu’on attend de retrouver le groupe sur scène. Ça tombe bien, ils seront bientôt en tournée avec leurs pairs allemands de Kissin’ Dynamite.