Interview: PORN

Interview PORN. Entretien avec Philippe, aka Mr Strangler  (chant, compositeur, producteur). Propos recueillis à Paris, Doctor Feelgood le 29 janvier 2019

C’est un Mr Strangler heureux et bavard qui nous reçoit pour nous parler du second volet de sa trilogie racontant l’oeuvre de Mr Strangler. The darkest of human desires sera dans les bacs dès le 22 février et c’est tout un programme…

Metal-Eyes : Le groupe s’est formé à Lyon en 1999…

Mr Strangler : Oui, plus précisément à Grenoble, mais la genèse s’est faite à Lyon.

Metal-Eyes : Votre parcours a été depuis à la fois remarqué – notamment par le nom du groupe volontairement provocateur, mais également accidenté. Comment résumerais-tu l’histoire de Porn ?

Mr Strangler : Je dirais qu’on n’en est qu’au début ! Pour moi, on ne peut pas définir la carrière d’un groupe par le temps, par une histoire de longévité, mais plus par la concrétisation de l’œuvre artistique. Pour moi, une carrière musicale, c’est un marathon, elle se finit à la fin. Beaucoup de gens pensent que c’est un sprint, et pourtant… Tu peux aller vite à un moment, ensuite, tu stagnes, et puis tu peux repartir assez rapidement. Par exemple, en France… C’est un groupe que je n’écoute pas forcément, mais la carrière d’Indochine : ils ont cartonné au début, puis ils sont tombés dans les oubliettes de chez « les oubliettes », et là, ils sont revenus, doucement pour exploser. Je pense que c’est une histoire de marathon et d’endurance. C’est une discipline, plus qu’un métier. Comme quand tu veux faire un sport de combat, c’est dur. Je pense que j’aurais plus un jugement subjectif sur la qualité de ma musique plus que sur la notoriété ou ce genre de chose.

Metal-Eyes : Quelles ont été pour toi les principales étapes de votre carrière ?

Mr Strangler : Il y a eu le premier album (2004), puis The ogre inside (2017).

Metal-Eyes : Porn est un groupe qui a toujours voulu interpeler, à commencer par le nom du groupe… ça ne passe pas partout, tu fais une recherche sur internet… Merci

Mr Strangler : On a du mal à nous trouver, oui !

Metal-Eyes : Non, mais il faut rajouter quelques informations. Et ne pas avoir d’enfant à proximité ! Vous revenez aujourd’hui avec l’acte 2 de The darkest sides of human desires. Je n’ai pas réussi à trouver l’acte 1.

Mr Strangler : La première partie ? C’est The ogre inside

Metal-Eyes : D’où la numérotation des morceaux qui démarre à 10.Pourtant, il n’y a aucun titre sur The ogre inside qui s’’appelle « The darkest of human desires »…

Mr Strangler : Non, non… C’est le concept global, en fait, qui n’a pas de nom. Ca pourrait être « la vie et l’œuvre de Mr Strangler ». C’est une histoire en 3 actes, et je n’ai pas encore trouvé le nom de la troisième partie même si l’album est quasiment fini. The ogre inside, ce serait l’adolescence du personnage : c’est quelqu’un qui se découvre des pulsions meurtrières, et découvre qu’elles sont inadéquates, face à la famille, la société. Il va y avoir un biais entre les pulsions et comment les assouvir. Assouvir des pulsions meurtrières ? Ca ne le fait pas. Donc c’est quelqu’un qui comprend cela et qui est tiraillé par ses pulsions et qui est dans le refoulement. Dans l’acte 2, il est question du meurtre, le plus sombre des désirs humains. Et dans cette partie de sa vie, il est plutôt adulte et il s’assume. Il se dit « j’y vais, je vais tuer des gens ». Dans l’acte 3, il se fait attraper et là, on va parler de psychiatrie et d’emprisonnement.

Metal-Eyes : Ce qui explique aussi le lien qu’il y a entre les pochettes. J’imagine une continuité avec le troisième…

Mr Strangler : Oui, c’est la même personne qui va travailler dessus, avec la thématique de l’emprisonnement, et la psychiatrie.

Metal-Eyes : Même s’il n’y a pas eu beaucoup de temps entre ces deux derniers albums, comment analyserais-tu l’évolution de Porn ? 

Mr Strangler : Il n’y en a pas. En fait, on ne s’est jamais arrêtés dans la composition. A partir du moment, en 2016, où on a commencé à travailler sur The ogre inside, on ne s’est jamais arrêtés. Tout est fait dans la foulé. Quand on a bouclé les 10 morceaux qui, pour moi, était finalisés pour The ogre inside, ils sont partis le lendemain au mastering et dans la foulée, j’ai commencé à bosser sur le nouvel album. Celui-ci est fini depuis 2 mois, et j’ai déjà fini la composition du troisième. On va enregistrer dans pas longtemps et tous les morceaux sont quasiment finalisés. S’il y a une évolution, ben… comme j’ai la tête dans le guidon, je ne la vois pas ! Si, dans la recherche des ambiances : The ogre inside est plus sombre, mélancolique, parce que je voulais vraiment illustrer le tiraillement, la personne se sent vidée de l’intérieur. The darkest of human desire est plus exalté, plus speed, malgré de la mélancolie.

Metal-Eyes : Justement, les ambiances, il y en a plein, pas forcément du metal ou du rock, mais plein de choses typées des années 80, 90, et des choses plus électro. Qu’est-ce qui vous influence ?

Mr Strangler : Je dirais tout simplement les vieux groupes de metal industriel et de rock gothique. Type O Negative, The Cure, Paradise Lost… J’espère que comme eux, on va réussir à devenir nous-mêmes. Etre dépositaire d’un style, reconnus comme étant quelque chose d’unique, musicalement. Pour moi, c’est ça, « réussir sa carrière », c’est vers ça que je tends.

Metal-Eyes : Tu es quelqu’un de très actif, artisiquement, puisque, au-delà de lamusique tu écris. Les activités littéraires et musicales s’auto-alimentent-elles ?

Mr Strangler : Oui, totalement, et à chaque fois, k’un est venu de l’autre. Par exemple, lorsque j’ai commencé à travailler sur le deuxième album de Porn, From the void to infinite, j’étais en fait vachement inspiré par un poème de TS Elliott qui s’appelle Les hommes creux. Et c’est de là qu’est venu le concept de The ogre inside : quand je lisais et relisais ce poème, pour moi, ces hommes creux, c’est comme s’ils avaient été mangés de l’intérieur. From the void, pour moi, c’était ce vide intérieur. Et j’ai voulu développé ce concept, ce que j’ai fait dans un roman qui s’appelle Contoyen, mais qui ne parle pas que de ça. Le personnage principal dit cependant qu’il est mangé de l’intérieur par un ogre qui prend le pouvoir. Parti de la musique, c’est devenu un roman, qui a créé l’ogre intérieur, et c’est revenu à la musique. En travaillant là-dessus, j’ai inventé Mr Strangler. Peut-être qu’après la trilogie, je vais arrêter la musique un moment pour me consacrer à un comics dont le héros sera Mr Strangler !

Metal-Eyes : Tout à l’heure, tu me disais que tu ne dessines pas bien et là, tu me parles de comics…

Mr Strangler : Non, non, je ne ferais qu’écrire ! Je ne sais vraiment pas dessiner, c’est une catastrophe !

Metal-Eyes : Au-delà de la fiction, j’ai l’impression que tu portes un regard assez sombre sur la société…

Mr Strangler : Oui… Quand je parle de ce personnage, j’essais de montrer qu’en fait, i ; s’agit de tout le monde : le gamin qui a des pulsions homosexuelles, qui comprends qu’il faut les refouler avant que ça ne reprenne le dessus et que, comme certains l’ont fait, il décide d’aller tuer d’autres homosexuels. Une manière de tuer sa propre homosexualité va choisir un chemin qui ne sera pas le tien, ou pas accepter, et il y aura toujours cette forme de mélancolie, de regret : « peut-être que ça aurait pu se passer autrement… » Ici, j’exagère une situation pour qu’elle soit compréhensible. On vit dans une société normative, et quand on n’est pas normé, on va entrer en interaction et c’est là que, souvent, on est considérés comme des malades mentaux. Pour moi, la trilogie est le bon format, parce que je peux parler de ces trois étapes : l’enfance, le moment où on assume, et la fin, la phase de psychiatrisation. Est-ce qu’elle sert à quelque chose ?

Metal-Eyes : Si aujourd’hui, pour explique à quelqu’un ce qu’est Porn, tu devais ne retenir qu’un seul titre, ce serait lequel ?

Mr Strangler : Sans hésitation, je dirais Last of a million. Je pense qu’il y a un peu de tout, que c’est, à mon sens, un des plus réussis, tant esthétiquement qu’artistiquement.

Metal-Eyes : Quelle a été la meilleure question qui t’ai été posée aujourd’hui ?

Mr Strangler : Euh… Une question toute simple, en fait : « qui est Mr STrangler ». Dit comme ça, je n’ai pas su trop quoi répondre. Elle ne m’avait jamais été posée comme ça, de but en blanc, ça m’a amené à réfléchir. C’est un personnage quii est un peu en chacun de nous, je ne lui ai pas fait d’état civil…

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Porn en 2019 ?

Mr Strangler : … Quelque chose qui est en filigrane : l’émancipation. Gagner en émancipation, intellectuelle ou physique, financière. Devenir celui qu’on est… Reprendre ce vieux truc d’Aleister Crowley : Fais ce que tu veux sera la loi. Mis à côté de Rousseau : « ta liberté s’arrête où commence celle des autres ». « Deviens toi-même mais sans faire chier les autres ! »

Metal-Eyes : Crowley et Rousseau côte-à-côte, c’est original !

 

AEPHANEMER: Prokopton

France, Death symphonique (Autoproduction, 2019)

Tiendrions nous enfin le Amon Amarth français? A l’écoute de Prokopton, le nouvel album des Toulousains de Aephanemer, tout pourrait le laisser croire:  les mélodies sont d’une efficacité sans faille, le chant, entre death et black, est déterminé, la section rythmique bombarde un ensemble réhaussé de claviers qui trouvent aisément leur place. Du morceau titre qui ouvre cet album, à If I should die, en passant par l’instrumental At eternity’s gate, tout est fait pour entraîner l’auditeur dans une jolie séance de non stop headbanging! On se demande où Marion Bascoul, la chanteuse guitariste (Aephanemer est un groupe mixte paritaire, mais on s’en fout!) trouve cette voix hargneuse et virile. Qui plus est, quand elle chante en voix claire, sur Dissonance within, quel plaisir d’entendre  un accent anglais correct! L’ensemble fait penser à toute la scène nordique et mélodique, des déjà mentionnés Amon Amarth ou In Flames aux plus mélodiques mais incontournables Nightwish. Snowblind, notons le, n’a rien à voir avec Black Sabbath, bien plus extrême. Aephanemer est ma découverte de ce début d’année et il est plus que temps que nous prenions conscience que la scène française regorge de (grands) talents.  Superbe claque!

 

JUDAS PRIEST live au Zénith de Paris (avec Disconnected, 27 janvier 2019)

 

Annoncé presque en dernière minute, Disconnected a l’honneur et le plaisir d’ouvrir pour Judas Priest. Autant dire que certains doivent les jalouser tant cette opportunité permet aux Français de toucher un vaste public, même si le backdrop fait ridiculement petit sur cette scène dépouillée au possible. Profitant d’une demi-heure de scène, Ivan et sa bande, pardon, Adrian Martinot et sa bande (oui, c’est son projet après tout) se donnent à fond et le vocaliste ne se gêne jamais pour communiquer sa joie et son émotion au public: dès la fin du premier titre Ivan prend le temps d’expliquer: « on revient d’une tournée avec Tremonti, et là, on est les mecs les plus chanceux du monde ». Plus tard : »vous pouvez pas imaginer comme on kiffe d’être là! » Tu m’étonnes…. Le public, qu’il remercie pour son accueil, son soutien au Metal français et son ouverture d’esprit, Disconnected  n’ayant que « peu en commun avec Judas Priest » – c’est un peu vite oublier que les Metal Gods ont connu leur période thrash et extrême – est conquis. La preuve en sera flagrante à l’issue du concert: plus un seul CD n’est disponible au merch. Alors même si 30′ c’est court, les gars, nous ne pouvons que vous dire un immense bravo!

 

Allez, je vous vois venir: j’avais un peu descendu un Judas Priest  roboratif lors de son dernier passage au Hellfest. Ce soir, première date de la tournée 2019, la donne a changé. Non seulement les Metal Gods sont en forme, mais ils nous proposent une setlist du feu de dieu. Et même si on a l’impression qu’on va aller se coucher à l’heure des poules (le concert débute à 20h…), même si le discours est identique (« The Priest is back », « Are you ready for some Judas Priest style Heavy metal », « Breaking the what? »…) le reste est simplement imparable: décors, lumières, son, set list et… Surprises! Pensez-donc: rien que la présence de Running wild ou Desert plains fait rêver. Mais quand Judas Priest propose Killing Machine, pas joué depuis des décennies, c’est plus qu’un cadeau fait aux plus anciens et fervents fans!

Si le groupe est en forme, c’est sans doute lié au fait que ce soir marque le lancement d’une nouvelle tournée. Tout le monde est reposé, mais il faut également constater que si Ritchie Faulkner est désormais entièrement adopté et à la maison, son nouveau coéquipier Andy Sneap, qui continue de remplacer Glenn Tipton – atteint de la maladie de Parkinson – a également trouvé ses marques. La nouvelle paire de bretteurs est complémentaire et fait aisément oublier le duo de duellistes originel. Finalement, seul Ian Hill reste scotché dans son mètre carré. Halford est, quant à lui, bien moins robotique que ces derniers temps. Mobile, arpentant la scène, le Metal God est bien présent!

Et puis ces décors qui changent au rythme des chansons: coupures de presse sur The ripper, robot cadencés sur Metal gods, Union Jack et images de manif d’une terrible actualité (chez nous, en tous les cas) sur Breaking the law… Judicieusement utilisé, le fond de scène ne fait apparaitre les visages des musiciens et du public qu’après une bonne heure de concert.

Naturellement, le dernier album est bien représenté avec 3 extraits (Firepower, Lightning strikes, Rising from ruins), même si j’aurais bien pris un p’tit Evil never dies. Les classiques aussi sont de sortie. Grinder, Sinner, The Green Manalishi, Turbo lover, Freewheel burning, Electric eye, You’ve got another thing comin’, Hell bent for leather… Rob Halford, très en voix, a plaisir à annoncer que ce premier concert de la tournée 2019, il est ravi de le donner à Paris, ravi d’être de retour auprès de ce public. Scott Travis, plus tard, abonde en ce sens: « Paris! On a fini une tournée en Australie, en Indonésie, dans ces coins là. Quand on nous a demandé quelle est la ville ou nous voudrions prendre notre pied pour la nouvelle tournée, on a répondu : Paris! » Flatteur, va! Et taquin aussi, quand il dit: « on a le temps pour une chanson supplémentaire… ou 7! Que voulez vous qu’on joue? » Painkiller, bien sûr, avant un rappel de 4 titres pour un concert qui se conclue avant 22h. Et un Living after midnight un peu déplacé (il est 21h45…), mais la fête continue. Le public patiente dans les gradins, la salle toujours plongée dans le noir… L’espoir d’un nouveau rappel avec l’apparition de Glen Tipton ne durera pas… Les lumières se rallument et le public a du mal à partir.

Vraiment, ce soir, Judas Priest a donné un de ses meilleurs concerts auxquels j’ai assisté depuis longtemps. Et, contrairement à ce que j’écrivais l’été dernier, le groupe n’a pas dit son dernier mot. Et l’affiche avec un gigantesque « The Priest will be back ». Vivement la suite!

Merci à Olivier Garnier, Roger et Fabienne Wessier et toute l’équipe de Gérard Drouot Production.

ALMA ENCRIADA: Alien

France, Rock (Autoproduction, 2018)

Voici un Ep assez surprenant. Agréable, aussi. Alma Encriada est un groupe de rock sans prétention – dans le bon sens du terme – formé en 2006. A la limite du rock, du stoner et du psyché, le groupe puise ses influence tout autant chez Queens Of The Stone Age que Muse. Cette palette de couleur s’exprime tout au long de Alien au travers de 6 morceaux aussi variés que séduisants. Le très groovy et funky morceau éponyme cède la place à Coward, rock direct très 70’s. Friend or foe file du coté soft et bluesy avant que Alma Encriada n’explore le psychédélisme au travers de Death in the doorway. Toujours rock, Settle down précède un Angel’s down aux sonorités à la U2. Bien produit, avec un anglais très correct, ce disque mérite une attention particulière. A suivre…

 

HELLIXXIR: A dull light around

Trash/Black Metal, France (Music records, 2018)

Quel étrange parcours que celui d’Hellixxir… Formé à Grenoble en 2001, le groupe propose d’abord un heavy metal tendance extrême avec un premier album, War within en 2007, avant que le sort ne vienne frapper sa trajectoire en enlevant son bassiste chanteur, Camille Marquet en 2011. Le groupe lui rend un superbe hommage en terminant tant bien que mal Corrupted Harmony qui parait cette même année. Le groupe flirte alors ouvertement avec les ambiances sombres et extrêmes et dégote un nouveau chanteur – hurleur serait plus approprié, en la personne d’Alexandre qui amène Hellixxir aux limites du black metal. A dull light around, qui présente aujourd’hui les capacité vocales du nouveau venu (ainsi que celels de Baptiste, qui tient la basse) est un disque étonnant qui présente aussi bien certains morceaux live chantés par Alexandre – brutaux – et d’autres live ou studio chantés par Camille ou d’autres vocalistes (Arnaud Loubry, Julien Turnoud). Ces 10 titres s’étalent sur une période allant de 2003 à 2017, et l’on ne peut que constater l’évolution. Annonciateur d’un nouvel album studio, le trio d’ouverture – Blood writings, XXX et Birth of the evil – donnent clairement le ton: Hellixxir n’est plus un groupe de Heavy thrash, mais bien un nouveau venu sur la scène Black metal, et son avenir se situe dans ces trois morceaux. A suivre pour les amateurs du genre, le autres, dont je fais partie, se contenteront de headbanger au gré des autres titres de ce disque mi-compilation historique, mi-présentation d’une nouvelle facette. A suivre très prochainement!

EMBRYONIC CELLS: Horizon

France, Black metal mélodique (Apathia, 2018)

Certains le savent: je n’ai jamais été amateur de Black metal. Loin de moi, donc, l’idée de prétendre connaître Embryonic Cells qui, pourtant, sort son quatrième album. Mais le thème de ce disque me touche. Et devrait tous nous toucher, nous émouvoir. Horizon traite de tous ces « migrants » – qui naguère étaient nommés, venant d’autres terres mais vivant les mêmes drames, des « boat people ». Pas que je sois pour ou contre, mais ne vivons nous pas une époque d’une effroyable inhumanité qui pousse certains à fuir et tenter de connaitre un semblant d’espoir ailleurs? Et si les rôles étaient inversés? Alors toute action visant à dénoncer l’horreur de la fuite de ses terres, de sa patrie, de ses racines mérite d’être soutenue. Et c’est ce que fait Embryonic Cells, sur fond de 8 titres à la fois violents et mélodiques. Le chant mis à part – typique du Black et, parfois, du Death – cet album propose des ambiances ici lourdes et oppressantes (To horizon), là plus légères et mélancolique (le break de Carved in my skin, l’intro de Horizon…) . Chaque instrument est parfaitement utilisé et mis en avant pour un résultat réussi. Je ne parlerai pas de référence ou d’influence – j’en laisse le soin aux spécialistes du genre – mais nombre de passages incitent au headbanging (Never let you fall, To horizon). Embryonic Cells signe ici une oeuvre variée, sérieuse et remarquable (et cette pochette, lourde de sens…). On retrouvera avec une curiosité non feinte le groupe au Hellfest 2019 sous Altar le dimanche 23 juin à 10h30. Mais avant… Cette chronique est publiée en ce 2 janvier 2019 comme un voeu, celui que notre monde redevienne ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être: humain.

Interview: YANN ARMELLINO & EL BUTCHO

Interview Yann ARMELLINO & El BUTCHO. Propos recueillis au Hard Rock Cafe de Paris le 11 décembre 2018

Metal-Eyes : Commençons par faire un rapide retour sur le passé : Better way est sorti il y a maintenant deux ans. Quel regard portes-tu avec du recul sur ce premier album ?

Yann Armellino : Ouh là… ça c’est une question qu’on ne m’avait pas encore posée… Il faut que je réfléchisse un peu… Quel regard ? Better way, c’était le début d’un truc avec Butcho. La genèse de cet album, les compositions, ça s’est fait d’une manière différente, parce que j’avais déjà pas mal d’idées. Je les ai envoyées à Butcho, il a posé ses voix dessus. Il y avait moins d’échanges, moins d’affinités, alors qu’avec ce nouvel album, on a beaucoup plus échangé et travaillé ensemble. Ça, déjà, c’est la grosse différence. Après, le regard que j’en ai c’est surtout que ça nous a permis de faire quelques dates sympathiques, des showcases, et continuer à faire des choses un peu différentes. De sortir un peu de ce carcan de guitariste.

Metal-Eyes : Aujourd’hui, vous revenez avec 17. Est-ce que le titre a un rapport avec l’adolecence et les nombreux « teenage » qu’on peut entendre sur le premier titre, Mr Wish ?(Après ré-écoute du titre et lecture des textes, Butcho ne chante que « tonight, tonight »…)

Yann Armellino : Non. Alors, non, pas du tout.

Metal-Eyes : Alors quel est le mystère qu’il cache ? J’ai lu quelque part que c’est en rapport avec le nombre d’albums que vous avez enregistrés…

Yann Armellino : Oui, c’est ça ! En fait, il n’y avait pas un titre générique qu’on pouvait extraire pour appeler cet album. D’habitude, c’est plus facile. Better way, c’était plus facile, c’était le premier titre et on l’a tout de suite vu comme tel. On a eu l’idée, ou plutôt, je crois, j’ai eu l’idée. J’ai demandé à Butcho combien d’albums il avait fait, et moi aussi. On n’a compté Better way qu’une fois, sinon on l’aurait appelé 18 (rires). Je trouvais ça rigolo.

Metal-Eyes : Ca évoque aussi les hard américain des 80’s qui parlait beaucoup de jeunesse, et de jeunes filles. Comme Winger avec son titre, Seventeen. Tu nous as dit que vous aviez plus travaillé ensemble. Musicalement, comment analyses-tu votre évolution entre ces deux disques ?

Yann Armellino : J’ai pas pour habitude d’analyser et de regarder trop dans le rétro… Je vais u  peu où le vent me porte. Difficile de répondre à ça… Il y a des choses… Tout est perfectible, mais a un moment, il faut figer les choses, sinon…

Metal-Eyes : Avez-vous changé votre méthode de travail. La dernière fois que nous avions parlé, vous disiez avoir travaillé à distance, échangé des fichiers. Vous avez modifié les choses ?

Yann Armellino : Oui, là on s’est beaucoup plus vus. On a fait des séances de travail ensemble. Du coup, vu qu’on a beaucoup plus composé ensemble, j’espère que ça se ressent. Là, ça peut marquer une vraie évolution, parce qu’il y a plus de travail en commun, plus d’échanges, d’idées, un jeu de ping pong. Suite à ces séances de travail, j’avais un refrain, un couplet, et je me débrouillais pour en faire un titre. C’est vrai que c’est quelque chose qu’on ne faisait pas sur le premier album. Il y a des idées qui sont parties en studio de répétitions, un riff… Et puis Butcho a cette capacité à très vite poser des mélodies sur un riff… Tu sais, il est assez étonnant là-dessus. C’est le roi des mash up : tu lui demandes de faire Hot fot teacher de Van Halen sur Beat it de Michael Jackson, il te le fait. Ça vient comme ça, en fait, c’est assez naturel. Du coup, ça facilite le fait de pouvoir composer ensemble.

Metal-Eyes : Une question qui peut vous concerner tous les deux : au niveau des textes, y a-t-il des thèmes que vous souhaitez aborder, et d’autres que vous préférez éviter ?

Yann Armellino : Alors, là… Ben le voilà qui arrive, ça tombe bien. Il va pouvoir répondre. On parlait de tes textes !

Metal-Eyes : Je vais, juste avant,  revenir un peu en arrière et te poser la question précédente : comment analyses-tu l’évolution de votre collaboration entre vos deux albums ? 

El Butcho : … J’ai aucun mot pour ça ! (il rit) Non, l’évolution elle est vraiment cool, c’est un vrai partage. C’est une émulation entre lui et moi, ses riffs de guitare m’inspirent, je fais un truc par-dessus, un couplet, il enchaine…

Metal-Eyes : Yann me disait aussi que vous avez beaucoup plus travaillé ensemble.

Yann Armellino : Je disais aussi que tu poses des mélodies et des textes très rapidement quand je balance u  riff. Ce qui est très agréable pour un musicien.

El Butcho : Ce qui est important, c’est la ligne de chant. Dès que la ligne de chant est prête, c’est bon. Après, je m’occupe du texte à part, dans mon coin, mais il faut que je sois d’accord avec Yann sur la ligne de chant. Souvent, ça commence par le refrain.

Metal-Eyes : Au niveau des textes, j’ai l’impression qu’il y a deux lignes directrices…

El Butcho : Oui, lesquelles ?

Metal-Eyes : Une, personnelle, avec de l’introspection, beaucoup de sentiment, de sentimentalisme, d’amour aussi, et l’autre qui pose un regard sur notre monde, un regard un peu dépité.

El Butcho : Ben, ça se voit que tu as analysé mes textes, c’est exactement ça. Introspection, voyage interne et une invitation au voyage aussi, de liberté aussi, comme dans le titre Under my skin. C’est pour ça qu’on a fait la lyrics video où tu ne vois que des routes. C’est vraiment l’esprit voyage, à travers les Etats-Unis ou ailleurs, parce que c’est une musique qui se prête à ce genre de truc. Tu mets ça dans ta Chevrolet et tu fonces…

Metal-Eyes : Y a-t-il des thèmes que tu souhaites ne pas aborder ?

El Butcho : Oui, tout ce qui est politique. Je garde ça pour moi, c’est des choses qui n’interessent personne, on s’en fout…

Metal-Eyes * : Est-ce qu’il y a des choses que tu ne sais pas écrire ?

Yann Armellino : En fait c’est pas ça. C’est la musique qui m’inspire, et pas la politique.

Metal-Eyes *: Tu t’inspires de ton expérience, d’accord, mais est-ce que tu pourrais aussi parler de la nature, de rencontres de voyages. Des choses autres que ton expérience ?

El Butcho : Bien sûr, et je l’ai fait sur le premier album : je racontais des histoires pas personnelles. Celui-ci est plus personnel.

Metal-Eyes : Ce que j’ai apprécié sur le disque, c’est ce mariage entre les guitares très aériennes à la « guitariste instrumental » avec ce chant typé hard rock 80’s. Avez-vous décidé d’une manière de composer spécifique ou de vous laisser inspirer par ce qui arrive ?

Yann Armellino : On a décidé en fait de rien du tout ! On ne se dit pas qu’on va composer à la manière de untel ou untel, on n’a pas de cahier des charges défini.

Metal-Eyes : Donc si ça vous plait à tous les deux, hop, ça part !

El Butcho : Oui, et c’est pour ça que c’était bien qu’on se retrouve toi et moi, guitare acoustique, voix. C’est primordial.

Metal-Eyes : Et vous avez eu un mot à dire l’un et l’autre au sujet de votre travail respectif ou êtes-vous plutôt d’accord ?

Yann Armellino : On est souvent d’accord, et quand on ne l’est pas, on se le dit.

El Butcho : On a changé quelques petites choses parce que moi, j’étais pas content avec ça…

Yann Armellino : Il y a pas mal de titres qui ne se sont pas retrouvés sur l’album parce que…

El Butcho : …avec du recul on s’est dit qu’on n’aimait pas

Metal-Eyes : Un processus assez naturel, finalement. Si vous deviez l’un et l’autre ne retenir qu’un titre de 17 pour expliquer ce que vous êtes aujourd’hui, ce serait lequel ?

El Butcho : Moi, c’est le deuxième, Love ain’t easy to tame. Parce qu’il y a le côté nouveau, le côté sauvage, le côté liberté…

Yann Armellino : Moi aussi. Et il y a le côté blues, aussi. J’aime beaucoup ce titre.

El Butcho : Je pense que ça va être la transition, s’il y a un troisième album, entre celui-ci et le troisième.

Metal-Eyes : Pourquoi n’y en aurait-il pas ?

Yann Armellino : On verra… Déjà, en 2019, on va essayer de faire vivre celui-là et après, on verra.

Metal-Eyes : Un album, ça se défend sur scène. Quels sont vos projets de ce côté ?

El Butcho : Sur scène… Malheureusement, ce n’est pas nous qui décidons. Si on s’écoutait, on donnerait des concerts tous les jours, voire deux ou trois… Mais ce sont les programmateurs des salles en France qui décident. C’est très difficile pour des groupes comme nous, en développement d’être programmés. Parce que les gens veulent la sécurité, des salles remplies, des artistes confirmés. Ils ne veulent plus du tout de groupes en développement…

Metal-Eyes : Il y a un risque financier derrière…

Yann Armellino : En même temps, il ne faut pas perdre de vue que c’est notre métier, on ne fait que de la musique…

El Butcho : Ouais, mais là, si je suis programmateur, je dis « OK, c’est bien, c’est votre métier, cool… Mais vous allez me remplir ma salle ou pas ? »  Alors on fait comment ?

Metal-Eyes : Donc, c’est les programmateurs qu’il faut séduire.

El Butcho : Pas qu’eux : le public aussi…

Metal-Eyes : Vous visez des salles de quelle capacité ?

El Butcho : Je dirai entre 200 et 400…

Yann Armellino : Oui, à peu près…

El Butcho : Même pas, pour l’instant…150 à 300. Mais ce n’est pas que les programmateurs, c’est le public aussi. Là… c’est un peu plus difficile. Les gens se réservent pour des gros évènements, de gros festivals…

Yann Armellino : C’est aussi lié au prix des places. Nous on n’a pas des tarifs chers, mais…

El Butcho : Mais même si on faisait des places à 2 €, je ne sais pas si les gens se déplaceraient. Tant que tu n’as pas un nom…

Yann Armellino : Quand les gens dépensent 80 ou 100 balles pour aller voir X ou Y à Bercy ou au Stade de France, ils y vont à 2 ou à 3. Taxi, repas, c’est une soirée à 500 balles alors après, ils ne vont pas dépenser, même si c’est un ticket à 15 €. Ils ne vont pas en faire des dizaines dans l’année.

Metal-Eyes : Même si on se trouve beaucoup plus près des musiciens, mais on connait le débat…

El Butcho : Et on ne va pas en faire une histoire, les gens sont libres de faire ce qu’ils veulent. On ne va pas les forcer.

Metal-Eyes : Maintenant que vous vous connaissez mieux, que vous travaillez ensemble depuis quelques temps, on peut vous considérer comme un groupe à part entière. Alors, quelle pourrait être la devise de votre groupe ?

El Butcho : Mmhh… Euh… Never give up ! N’abandonnez pas.

Yann Armellino : Je signe. Ça me va !

Metal-Eyes : Vous êtes tous deux fans de guitare, de rock des années 70/80. Etes-vous allés voir Bohemian rhaps…

El Butcho : Bien sûr ! J’ai adoré. 2 fois ! 2 fois en une semaine !

Metal-Eyes : Et tu en as pensé quoi ?

El Butcho : Franchement, j’avoue : je ne connaissais pas trop Queen. J’y suis allé en tant que novice. Je connaissais comme tout le monde, We will rock you, We are the champions, et je me suis pris une grosse claque.

Metal-Eyes : Qu’est-ce qui t’a le plus plu ?

El Butcho : Tout ! Je ne connaissais pas son histoire. Les puristes doivent dire qu’il y a des erreurs, moi, je ne connais pas Queen…

Yann Armellino : A priori, il y a quand même des erreurs chronologiques…

El Butcho : Mais moi, j’ai rêvé pendant le film. 2 fois ! Ce que j’ai adoré, c’est le live à Wembley, au Live Aid. Du coup, en rentrant, je suis allé chercher ça sur internet, et le Live Aid, c’est le même. C’est la même chose !

Metal-Eyes : Oui, les images du groupe ont été ajoutées à celles originales du public…

El Butcho : Non ! (…) ça a été mis en…

Metal-Eyes : Oui, c’est un montage, avec les images d’origine.

El Butcho : Mais comment ils ont fait pour avoir cette qualité ? Image de ouf !

Metal-Eyes : On fait des choses magiques aujourd’hui…

El Butcho : Attends… je suis naïf ou quoi, là ?

Metal-Eyes : Oui ! (rire général)

El Butcho : Je pensais qu’ils avaient tout reconstitué au Live Aid…

Metal-Eyes : Va le voir une troisième fois : tu vois bien que ça a été monté.

El Butcho : Non mais, même si en 85 il y avait la vidéo, la qualité n’était pas pareille, c’est pas possible ! A l’époque, il n’y avait pas ça en caméra ! Ils ont reconstitué… Et là, vous dites que c’est des vraies images d’archives… C’est pas possible… A mon avis, ils ont reconstitué tout le Live Aid, avec les gens et tout, quoi…

Metal-Eyes : Pourquoi j’ai posé la question… Yann, tu l’as vu ?

Yann Armellino : Non. Pas d’avis, et je n’ai pas forcément envie d’aller le voir. Je ne suis pas très client des biopics, des nécros… Je le verrai peut-être, mais pas là.

El Butcho : L’acteur, il est génial ! J’en ai découvert un autre qui chante comme lui, Marc Martel. Tape ce nom sur internet…

Metal-Eyes : Je suis sûr que le premier qui sortira, c’est Charles Martel…Ceci dit, je te rejoins, j’ai aussi adoré. J’ai été bluffé, même si, en effet, le puristes disent qu’il y a des erreurs chronologiques. Une dernière chose : vous avez passé la journée en promo. Il y a encore quelques interviews à venir, mais, pour le moment, quelle a été la meilleure question qu’on vous ait posé, la plus surprenante, étonnante…

El Butcho : … Il n’y en a pas eu. Je n’ai pas été étonné.

Yann Armellino : Si, ta première, peut être…

El Butcho : C’était laquelle ?

Metal-Eyes : C’était : quel est le regard que vous portez aujourd’hui sur Better way, sorti il y a deux ans.

Yann Armellino : Regarder dans le rétro, c’est pas mon truc.

El Butcho : Ouais… Sur le moment, c’était bien. Maintenant, on passe à autre chose.

* Questions posées par Soniata

Merci à Roger Wessier et au Hard rock café d’avoir rendu un grand nombre d’interviews de 2018 tout autant possibles que sympathiques!

VISAVIS: War machine

Hard rock, France (Autoproduction, 2018)

C’était il y a un peu plus de 30 ans… Visavis se formait à Tulle en 1985 et se fait connaitre jusqu’à pouvoir sortir, en 1993, son premier album, La cage, suivi de So special en 1995. Le groupe se sépare et revient « par hasard » en 2013 lors d’une soirée privée. Comme souvent, il  n’en faut pas moins pour remettre le couvert. Visavis revient aujourd’hui avec War machine, un album taillé dans le rock le plus dur et le plus pur. Direct, enjoué et dansant. Dès le morceau d’ouverture, Hey Jack, le ton est donné: 2 riffs, 3 accords franc, une voix éraillée, sans finesse mais avec une vraie conviction. La suite pioche dans le metal et le hard traditionnels, celui des années 80 (Black holes, Give the boys a chance), ainsi que dans le punk anglais des 70’s Don’t turn around. Quelques moments speed, d’autres plus aériens, une rythmique solide, une véritable envie de s’amuser et de passer du bon temps… C’est ainsi qu’on pourrait résumer cet album qui donne envie de bouger. La soi disant ballade Mine tonight et son harmonica mélancolique monte en puissance. Sound soldiers évoque période dorée du metal français, So special ressemblant à une reprise new wave/punk version metalisée. Si From L.A me laisse de marbre, la conclusion Rough boy – aucun rapport avec ZZ Top – tape de nouveau dans le rock un peu crade. Franchement, même si Visavis ne propose rien de foncièrement original ou novateur, on ne boude pas son plaisir à l’écoute de ce disque simplement heavy rock, sale et biéreux. Fun.

DEAD BONES BUNNY: What’s up rock?

Rock, France (Autoproduction, 2018)

Oh la claque! Du rockabilly ultra puissant, grrovy et dansant, un esprit à la Stray Cats (pour des lapins, c’est original…) déjanté sur fond de chant rageur… C’est le programme que nous propose Dead Bones Bunny sur son album What’s up rock?, véritable source de fraicheur et moment de bonheur à partager sans modération. Dès Team Bunny, le ton est donné: on navigue entre le rock des années 50/60 et le metal de Slayer ou Motörhead. Lemmy d’ailleurs s’était acoquiné de Brian Setzer au sein de Headcat, non? Eh bien l’esprit est le même tout au long de ces 12 morceaux qui mélangent guitares, batterie et contrebasse. Malgré quelques approximations entre chant et chœurs , cet album fait énormément de bien. L’esprit « team » ou « famille » qui transpire se confirme à la lecture des crédits, puisque non seulement les musiciens remercient, mais également l’équipe scénique (danse, lumières, décors, photographe). C’est frais, ça bouge, c’est à la fois rugueux et entraînant… Ce What’s up rock? ne laisse pas de place à l’ennui, c’est une évidence… A écouter d’une traite et à ne pas rater!

FREEHOWLING: A frightful piece of hate

Metal, France (Silver medal, 2018)

Dès les premières mesures de ce premier album (court, 7 titres) des Français de Freehowling, on sait qu’on a à faire à du sérieux. Lourd et oppressant, Children of society, qui ouvre A frightful piece of hate, propose des ambiances directes et inquiétantes avant de se tourner vers du plus classique sur Crushed world. Tout du moins dans les guitares parfois à la Maiden, ou dans le chant à la Slayer. Sepultura, Machine Head ne sont jamais bien loin, et la suite, Deathline – et ses rythmes cassés et cassant – ou Master of thought – et son introduction en français – La ligue des justiciers, lourd et lent à la Black Sabbath, étonnamment chanté en anglais, apportent leur dose de fraîcheur à un genre qui parfois a tendance à se répéter. Le groupe ne tombe jamais, il faut le remarquer, dans la facilité, lorgnant même vers quelques inspirations progressives. Très heavy, mais progressives…  Pas étonnant dès lors d’avoir des titres majoritairement longs, en majorité plus de 5′, l’un d’eux, Freedom, flirtant avec les 8’30! Osé pour un premier essais dans un genre plutôt extrême. Une belle découverte à soutenir.