MERZHIN: BabeLive

France, Rock (Verycords, 2017)

Voici déjà 20 années que Merzhin tourne partout dans le monde et enregistre ses albums. 6, au total, auxquels il convient de rajouter 2 live. Deux décennies, déjà, et je ne découvre qu’aujourd’hui ce groupe breton grâce à ce nouvel enregistrement public qui n’est, parmi ceux que je connais, rien moins qu’un des meilleurs albums live français de tous les temps. Quelle claque! Des premières notes de Babel à la conclusion Nains de jardins, je découvre un groupe à la fois rageur et festif, engagé et convivial, chaleureux et direct. Les titres évoquent (beaucoup) Noir Désir et piochent du côté du rock celtique et de la rage déterminée d’un Tagada Jones. 15 titres aussi enjoués qu’entraînants composent ce nouveau témoignage live qui célèbre une carrière ininterrompue. Les Brestois ont d’ailleurs décidé de célébrer cet anniversaire en grandes pompes puisque cet album sort également en version « coffret » contenant un DVD supplémentaire, bourré à ras la gueule de live, clips et autre documentaires. BabeLive est un album à découvrir d’urgence, et pour ceux qui, comme moi, n’en connaissent rien, Merzhin est un groupe à découvrir encore plus urgemment! Une pure merveille d’authenticité.

Note: 9,5/10

Sortie: le 14 avril 2017

Interview: DEFICIENCY

Entretien DEFICIENCY. Rencontre avec Laurent (chant, guitare), Sébastien (guitare) et Vianney (basse). Propos recueillis à Paris le 11 avril 2017

 

 

Metal-Eyes : Quatre années séparent vos deux derniers albums, The dawn of counsciousness qui vient de sortir et The prodigal child paru en 2013. Que s’est-il passé depuis 2013 ?

Laurent : Beaucoup de choses… The prodigal child, comme tu viens de le dire, est sorti en 2013, ça a été un peu l’album tremplin pour nous afin de nous faire un peu plus connaitre en dehors de notre région. Il nous a vraiment donné la possibilité de tourner un peu plus intensément à notre niveau, en France, mais aussi en Belgique, au Luxembourg, en Espagne, en Allemagne… Que du bonheur, sur ces deux trois années de tournées avec des dates mémorables pour le groupe.

Metal-Eyes : Comme, par exemple ?

Vianney : Première partie de Machine Head, à la Laiterie, à Strasbourg, la première date de leur tournée…

Laurent : Première partie de Testament, le Motocultor.

Jérôme : Testament, aussi. En plus, sur cette date, il y avait Evile, qui est un groupe, jeune, il s ont notre âge, mais c’est un groupe anglais de thrash que j’adore.

Metal-Eyes : Comment décririez-vous, tous, l’évolution du groupe entre ces deux derniers albums ?

Vianney : Ben… déjà, il y a eu des changements de line-up puisque notre ancien batteur, Anthony Thomas, a décidé de changer de vie – il est parti s’installer en Nouvelle Zélande avec sa copine pour faire un road trip. Ensuite, notre style de musique est sensiblement resté le même. On a tous un peu évolué au niveau de nos compos, de ce qu’n écoute, aussi, et ce qu’on inclut à notre musique. Mais je pense qu’on a gardé les mêmes bases que sur le précédent album, avec des structures un peu moins compliquées et des mélodies un peu plus accrocheuses. Et catchy.

Laurent : Je rejoins ce que dit Vianney. Après, on a aussi évolué dans nos vie perso, ce qui joue aussi, indirectement, sur la préparation d’un album, le temps qu’on y consacre et la manière dont on voit les choses aujourd’hui. C’est un tout, il n’y a pas que la musique.

Jérôme : Il y a l’expérience de la scène, aussi. Avant The prodigal child et après, il y a une grosse différence.

Vianney : Des connaissances par rapport au milieu. Comme le dit Laurent, c’est un tout, il y a beaucoup de facteurs qui forment un ensemble et qui véhiculent le groupe de telle ou telle façon.

Metal-Eyes : Après avoir écouté The dawn of cousciousness, ce que j’entends est un mélange de thrash traditionnel et d’influences plus extrêmes. Etes-vous d’accord avec ça et qu’avez-vous mis dans ce disque ?

Vianney: Oui, je pense que nous sommes d’accord avec ça: on part d’une base thrash old school, c’esr de là que partent nos influences. Pour ma part, je suis venu au metal en écoutant Slayer, Metallica, etc. Mais on n’est pas fermés sur un seul style. Je suis assez ouvert dans ce que j’écoute, et je pense que mes collègues partagent cet avis. On est assez éclectiques. Que ce soit dans ou hors metal. Il peut y a voir du death, du djent…

Laurent : Du progressif, du hardcore,du metal symphonique, et je pense que ça se ressent dans ce qu’on fait.

Metal-Eyes : Et vous avez réussi à mélanger toutes ces influences sur ce nouvel album ?

Laurent : Franchement ? Je trouve que le résultat de toutes nos influences transparait au gré des morceaux.

Jérôme : Et c’est naturel pour nous, on ne se force pas à faire comme ci ou ça. On écoute des choses qui nous influencent sans qu’on y pense. C’est inconscient.

Metal-Eyes : Alors, comment avez-vous abordé la conception de ce nouvel album ?

Laurent : de manière assez classique, comme pour les précédents : c’est-à-dire que l’essentiel du travail se fait en amont, avant les répètes. J’apporte souvent le gros des squelettes des morceaux, et ensuite on les bosse ensemble. Pendant les répètes, chacun apporte sa pierre à l’édifice, et  on finalise les morceaux ensemble. Chacun participe, même si c’est parfois peu parce que j’arrive avec de grosses structures de morceau, mais chacun participe aux arrangements, aux idées qui s’imbrique les unes dans les autres pour avoir un résultat dense et, je pense cohérent. En tout cas, cohérent par rapport à ce qu’on cherche.

Metal-Eyes : Donc c’est toi, Laurent qui arrive avec les idées de base, mais il y a un fonctionnement démocratique dans le groupe ?

Laurent : Est-ce qu’on peut parler de démocratie ? pour moi, le groupe n’est pas une entité politique, c’est juste qu’on est quatre dans le groupe et chacun a son mot à dire. Ils n’hésiteront pas à dire que mon riff est dégueulasse, que ça, ça n’a pas sa place là…

Metal-Eyes : Et c’est pour ça que tu les mets dehors après?

Laurent : non, non (rire général).

Metal-Eyes : Au niveau scénique, que prévoyez-vous maintenant? Vous avez pas mal tourné pour The prodigal child, vous remettez ça pour The dawn of cousciousness ? 

Vianney : On a déjà fait la release party le 1er avril, donc samedi dernier, on a encore 2 dates, les 7 et 8 en Alsace, on en a deux autres qui arrivent dans le Sud, le 21 et 22 avril…

Metal-Eyes : Pardon: par rapport à l’Alsace, le sud, c’est vaste…

Vianney : Oui (rires), Sud Est! J’y venais : Marseille, enfin, Miramas, juste à côté, et Fréjus. On jouera également au Lions Metal Fest près de Lyon, à  Montagny, où seront, parmi d’autres, en tête d’affiche, Onslaught et Darkhain, deux groupes qu’on affectionne particulièrement. Ça nous fait très plaisir de fouler les planches avec eux. Il y a encore quelques dates prévues pour l’été et un rythme un peu plus soutenu pour la rentrée en septembre.

Metal-Eyes : Si chacun d’entre vous ne devait retenir qu’un titre de The dawn of counsciousness pour expliquer ce qu’est Deficiency aujourd’hui, lequel serait-ce?

Vianney : Je dirais Newborns awakening, celui qu’on a utilisé pour le clip, dans la mesure où c’est un morceau assez rentre dedans et qui représente bien Deficiency ; on sent vraiment la patte de notre groupe. Autrement, un autre morceau qui me tient à cœur, c’est Another fail to come, qui est aussi assez représentatif de ce qu’on fait.

Laurent : The post knowledge day, l’avant dernier morceau… Je trouve que c’est un des morceaux les plus aboutis de l’album, avec son intro symphonique, les passages thrash, super mélodiques, des refrains accrocheurs… pour moi, c’est un des meilleurs titres du groupe, avec Newborn’s awakening.

Jérôme : Newborn’s awakening, pour moi, c’est le titre qui nous représente le mieux. Thrash, direct, et en ouverture d’album…

Metal-Eyes : C’est peut-être pour ça qu’il est en ouverture de l’album…

Laurent : Oui, d’entrée on annonce la couleur!

Metal-Eyes : A part lorsqu’on a pris votre commande aujourd’hui pour le déjeuner, quelle a été la meilleure question qu’on vous ai posée depuis ce matin?

Vianney (Rires) : Quelle sauce? (Rire général)

Laurent : Ah, j’en ai une pas mal, je en sais plus qui c’était… Mais c’était “si tu devais partir  sur une ile déserte avec tout un tas de nom genre le lapin d’Alice au pays des merveilles et Jar-Jar Binks ? ”, j’ai choisi Jar-Jar Binks. On risque de bien se fendre la gueule.

Vianney : je ne sais pas, j’ai pas eu de question farfelue pendant les interviews…

Metal-Eyes : Celle qui t’a le plus marqué alors?

Vianney : C’est un peu difficile… Je ne sais plus comment elle était formulée, mais… demande à Jérôme, ça va revenir…

Jérôme : Pas une question, c’était une sorte de portarait chinois, un peu différent et plus personnel.

Metal-Eyes : Ca t’est revenue, Vianney?

Vianney : Non, mais une autre m’est revenue: on nous demandait trois termes à chacun pour décrire le groupe. C’était assez difficile et les réponses de chacun étaient assez intéressantes, en fait.

 

THE T.A.W.S.: Beyond the path

the taws 2017Hard rock, France (M&O music, 2017)

The T.A.W.S. ? Derrière ce mystérieux acronyme (qui signifie Travel Across  the Windmills State – donc littéralement « Voyage à travers le pays des moulins à vent ») se cache une jeune formation hexagonale de Hard rock grandement influencée par le rock pop énergique contemporain. Tout au long des 11 titres de Beyond the path, le quintette (Elodie Jouault au chant, Rémy Baty et Ben Pubert aux guitares, Pierre-Yves Sabirou à la basse et Alexandre Bonnet à la batterie) nous offre un voyage non pas en Hollande – malgré la référence évidente du patronyme et de l’illustration qui sous entend que le groupe, comme tant d’autres, se bat contre des moulins à vent afin de tenter de survivre – mais bien une échappée aux pays des guitares. Rapides, rageuses, elle ne sont adoucies que par le chant plus popisant d’Elodie, pourtant déterminé et volontaire, parfois limite punk (Welcome to hell). Les riffs et échappées guitaristiques évoquent autant les groupes actuels (Avenged Sevenfold, parmi d’autres) que plus anciens (on pioche dans le thrash de Metallica?) et impose une ambiance à la fois joyeuse et explosive. Certes, The T.A.W.S. ne cherche pas à transmettre un négativisme musical mais simplement sa vision de la joie de vivre. C’est une bonne surprise, entraînante et joviale qui (même si ce n’est pas mon style musical de prédilection, avouons le!) parvient à se démarque de nombre de groupes que l’on peut « découvrir » ici et là qui se disent « différents ». The T.A.W.S.? Un groupe à suivre.

Note: 7,5/10

Sortie: le 31 mars 2017

VULCAIN, ADX et HIGH SCREAM live à Olivet (45), le 8 avril 2017

Vulcain ADX Olivet

Il y a quelques mois, Vulcain devait donner un concert au Blue Devils, bar rock du centre ville d’Orléans que connaissent bien les amateurs et qui fut jadis l’Infrared. Mais ce concert n’eut lieu, la préfecture ayant augmenté les normes de sécurité attendues… C’est finalement avec l’association Le Dahlia Rouge que ce concert est organisé, à l’espace culturel d’Yvremont situé dans la ville d’Olivet, à coté d’Orléans. La salle est grande et propose une scène spacieuse dotée de bons éclairages. le seul hic réside en la sonorisation, pas évidente mais nous ferons avec.

A 20h30, High Scream investit les lieux. Laissez-moi commencer par un mea culpa avant de vous parler du concert en lui même – ceux qui me lisent régulièrement vont penser que je suis maudit. Bon, euh, comment dire??? Une fausse manip m’a fait perdre toutes les photos de High Scream ainsi qu’une partie de celles d’ADX. Donc, j’en suis navré, il n’y aura pas de visuel pour ce groupe pourtant très prometteur. Car High Scream délivre un heavy racé, typé US, au chant et mélodies puissants et entraînants. La formation profite d’ailleurs de l’espace qui lui est offert pour donner le meilleur d’elle même et parvient aisément à séduire un public malheureusement trop peu dense (environ 200 spectateurs pour une capacité de 600, ça fait vide!). Une demie-heure, c’est sans doute un peu court, mais c’est aussi le sort réservé lorsqu’on a deux grosses têtes d’affiches qui arrivent. Il n’empêche, High Scream balance son hard rock avec une réelle conviction, et on attend de les retrouver bientôt!

SONY DSC

La dernière fois que j’ai vu ADX en région orléanaise remonte à… 2009 je crois, à Lailly en Val. Et ce soir, à Olivet, même si la salle n’affiche pas complet, on remarque que le public est varié: local, certes, mais certains viennent de Chartres, Paris ou encore Montpellier! Si ADX ne réserve pas vraiment de surprise, c’est toujours la bonne humeur qui est de mise live. un concert, c’est la fête, et les deux plus « sérieux » sont Nicklaus et Julien, les deux derniers arrivés au sein de la formation qui semble avoir vraiment trouvé sa stabilité. La setlist est judicieusement partagée entre classiques (Tourmente et passion, Déesse du crime, Notre Dame de Paris, Mémoire de l’éternel, Les enfants de l’ombre, L’étranger, Suprématie et Caligula) et titres plus récents (La complainte du Demeter, La mort en face, Red cap et Division blindée) et l’heure et quart de jeu frustre forcément certains qui en auraient redemandé. Phil, le jovial, remercie à plusieurs reprises le public pour son accueil, public de « Jolivet » (Julien le reprend en lui expliquant que le groupe est à Olivet…) et Betov est toujours aussi heureux de jouer et facétieux avec le public.

SONY DSC

SONY DSC

Tout comme ADX, Vulcain connait parfaitement les ficelles et propose un set carré d’une heure et demi. Depuis bientôt deux ans, le trio célèbre le trentième anniversaire de la sortie de son premier album, Rock n roll secours (mais commence à s’en éloigner un peu, rafraîchissant ainsi la setlist) dont sont ce soir extraits les plus remarquables morceaux (soit presque tous!): Rock ‘n’roll secours, Les damnés, Le fils de Lucifer, Bosser, Overdose, Vulcain/L’enfer, Ebony) ainsi que le plus récent V8, dernier album en date (Avec vous, Call of duty, Limite et Sur la ligne). Les frangins Puzio sont à l’aise, Marc Varez, derrière sa batterie, harangue le public régulièrement et ses commentaires font bien marrer Daniel Puzio.

SONY DSC

Trois nouveaux titres sont joués (En vrac, qui parle des femmes, le très actuel Pour qui voter suivi de Heroes) le reste du set – deux morceaux – piochant dans une partie de la très riche discographie du trio  (Blueberry blues, Le soviet suprême). C’est peu, mais on ne peut satisfaire tout le monde à moins de jouer 5 heures! Le public est réceptif, un couple s’offrant quelques pas d’un joli rock, certains montant sur scène et prenant le risque d’un petit stage diving (merci à la jeune femme complètement bourrée qui n’a pu se lever et m’est tombée sur e dos… Pour ensuite se rater de nouveau et se retrouver par terre! Rock n roll!) Au milieu d’Ebony, joué en rappel, Julien et Nicklaus décident, armé de leurs instruments, de rejoindre Vulcain sur scène avant que tous les intervenants du soir ne s’y retrouve pour la traditionnelle Digue du cul.

SONY DSC

L’association Dahlia Rouge et le Blue Devils ont, malgré une salle pas complète, réussi leur soirée, chaleureuse et conviviale. Une initiative à réitérer.

SONY DSC

Merci à Fabienne et les bénévoles de Dahlia rouge production pour l’orga, à ADX et Vulcain pour les moments festifs live et hors scène! 

SUPERSCREAM: The engine cries

SUPERSCREAM 2017 Heavy metal, France (Autoproduction, 2017)

Six ans après le très prometteur Some strange heavy sound, album qui mit les Français de Superscream sur de bons, très bons, rails en direction d’une belle reconnaissance – le groupe nous offre un second album, The engine cries au nom évocateur et très bien choisi. Car dans notre univers de consommation irréfléchie et d’immédiateté sans pareil, 6 ans sont l’équivalent, le synonyme d’éternité. Pourtant, voir cet album débarquer est aussi provocateur d’une envie, celle de découvrir les nouvelles oeuvres metal et prog que peut nous proposer le quintette. Première impression: Superscream est en forme. Seconde impression: l’empreinte de grands tels Helloween, Iron Maiden ou Deep Purple (l’ombre de Blackmore plane en de nombreux endroits) est présente sans être omni présente. La puissance dégagée par l’ensemble des chansons, la semi ballade Your necklace of bite  incluse, est réelle et efficace, même si la production s’avère rapidement claire mais pas assez gourmande. Le groupe parvient à nous emmener dans des paysages familiers, parfois virulents (Velvet cigarette, Where’s my mom? légèrement schizophrène sur les bords…) autant que nous transporter dans d’autres espaces plus orientaux (Evil cream, Ways out). Si ce nouvel album est, de nouveau, prometteur, il manque cependant ce « plus » qui le démarquerait, notamment, encore une fois, dans une production plus généreuse et grasse. Pour le reste, les amateurs de heavy, pur ou progressif, de belles envolées de guitares, seront aux anges: cet album est travaillé et plus que digne d’intérêt. Espérons seulement que Superscream revienne avant une demi douzaines d’années…

Note: 7,5/10

OPALIZED: Rising from the ashes

opalized 2017Thrash Death, France (Autoproduction, 2017)

Après The fall, une intro calme et légère, la furie contrôlée déboule. Give it back sonne comme un avertissent, et claque comme un fouet, marquant la rencontre d’envolées de guitares et de grosses rythmiques. Puis arrive le choc de deux voix masculines. L’une claire, l’autre gutturale, version death metal. L’ensemble constitue un énorme mur de son contre lequel on a envie de foncer et de ne pas s’écraser. The end of human reign continue sur un tempo rapide tandis que la voix claire se fait également agressive. L’efficacité est de sortie mais… Dès Unity, l’étrange impression d’avoir à faire à une version frenchie d’Amon Amarth se pose et s’impose. Très – trop? – proche de l’esprit des vikings, Opalized? Sans doute. Cependant, les compositions sont efficaces et l’apport d’un mix vocal fait la différence et donne envie d’aller au bout, permettant ainsi de découvrir la puissance de feu d’un groupe à suivre. Opalized a la force de ses guitares: à la fois modernes et vintages, le groupe puise son inspiration sans limites temporelles (Black Flag zyeute même du côté des années 40 avant de devenir aussi explicite que son titre, les soli évoquent souvent le metal des années 80…). Rising from the ashes est, malgré un sérieux label « Amon A. » un disque puissant, carré et efficace à conseiller et à soutenir.

Note: 8/10

QUICK & DIRTY: Falling down

Quick-Dirty-Falling-DownFrance, Rock (Autoproduction, 2017)

Vulgaire, la pochette l’est sans conteste. Au delà de sa vilaine mimique et de ses tatouages, cette nana, les seins à l’air, évoque la pochette du premier King Lizard, album raté dont on a plus parlé de la pochette que du contenu musical. Sera-ce la même chose avec Falling down, premier Ep 5 titres de Quick & Dirty? Peut-être pas, et tant mieux pour eux! Car le groupe joue un rock énergique avec quelques relent hard, et propose cn=inq chansons variées. Le fun est le maître mot, et les quatre ne s’en privent pas. Ne parlons pas des titres qui semblent avoir été imprimés dans un ordre qui n’est pas celui du CD (par exemple, le troisième morceau semble être, à l’écoute I was born mais la pochette indique East west…) mais d’impressions générales: les guitares sont claires bien que parfois les cordes s’énervent. Le chant, malheureusement mixé un peu trop en retrait selon moi, est à l’image des chansons: varié, narquois et se fond dans un ensemble canaille et coquin. J’ai même, à certains moments, l’impression d’entendre un Tears For Fears énervé! Rien de sale ni de rapide, rien de très neuf non plus, mais une simple envie de partager un moment de vie.

DOPE OUT: Scars and stripes

dope-out-2017Hard rock, France (Autoproduction, 2017)

Largement inspiré du gros hard rock américain, Dope Out nous présente Scars and stripes (qui joue sur le surnom du drapeau américain « stars and stripes », des étoiles et des rayures), nouvel album (le premier, Bad seed est paru en 2014) de dix chansons qui puisent autant dans l’esprit glam/sleaze que dans le punk gentiment déjanté ou la road music, ce classic (hard) rock qui s’écoute cheveux au vent. Musicalement, les compositions sont efficaces, entraînantes et joviales. Les mélodies sont directes et réfléchies, leur objectif étant clair: nous faire bouger, et ça marche plutôt bien. D’autant que le groupe ne se cantonne pas à un style, il s’efforce au contraire de varier ses plaisirs et surprend parfois en allant sur des terrains où l’on ne l’attendrait pas forcément. Vocalement, en dehors d’un paquet de chamallows dans la bouche, le chant est puissant, les lignes originales et mémorisables. Mais on ne pipe mot. C’est le point le plus dommageable car, même si Dope Out ne cherche pas à réinventer un genre, les Parisiens savent faire passer le notion du plaisir musical.

Note: 7/10

site internet: www.dopeoutofficial.com

EXTRAVASION: Origins of magma

extravasion 2017  Thrash, France (Autoproduction, 2017)

Extravasion a commencé à voir le jour en 2011 sous l’impulsion du guitariste Baptiste. Il lui faudra 4 années pour réunir autour de lui le line-up actuel composé du chanteur Emil (également dessinateur de l’illustration de couverture), le bassiste Clément et le batteur Guillaume. Bien qu’intitulé Orgins of magma, ce premier Ep, long de 7 titres n’a rien à voir avec l’histoire du groupe Magma… Bien au contraire, Extravasion propose un thrash sans concession qui évoque aussi bien Voivod que Forbidden ou, naturellement Slayer ou Metallica (Consume emprunte quelques riffs à Creeping death) ou encore Sepultura. Du sérieux, du lourd dans un ensemble parfaitement assimilé. Le chant, souvent proche du black metal, est agressif et déterminé. La production de l’ensemble rappelle le son d’une époque révolue, en plus moderne, et ce disque s’écoute sans fléchir. Ni réfléchir, d’ailleurs. ça file et ça cogne, ça décrasse les oreilles. Une belle promesse pour les amateurs de sensations fortes en somme.

Note: 8/10

Sortie: le 2 mars 2017

Pour toute info ou commande de ce CD, vous pouvez contacter: Extravasion@gmail.com

RICH ROBIN: Trigger

rich-robin-2017France, Rock, (Autoproduction, 2017)

Déterminé et léger à la fois, Trigger, nouvel album de Rich Robin, est empli de jolies mélodies chantantes et entêtantes. Puisant son inspiration dans le rock des années 70 autant que dans la rage d’un neo punk ou d’un rock actuel, le groupe parvient, en alliant harmonie et énergie à maintenir l’attention. Le chant (dans un anglais parfaitement compréhensible) est étouffé et chaleureux, les guitares claires et aérienne et la rythmique, si elle reste traditionnelle, pose une structure imparable, renforcé par une production limpide donnant sa place à chaque instrument. Cette collection de 10 chansons atteint aisément son objectif et constitue une très, très jolie surprise. Jamais la tension ne baisse, exception faite du titre de clôture, Liza. Une gourmandise auditive qui met l’eau à la bouche.

Note: 8,5/10