DREADFUL HIPPIES: Rover

Heavy rock, France (Autoproduction, 2020) – Sortie le 7 février 2020

Bon, ok, en matière de groupes de heavy rock festifs et légèrement déjantés, la France s’y connait. Alors Dreadful Hippies qui débarque avec son premier album (que précédait, en 2016, un Ep, Burn it) peut-il envisager révolutionner le monde? Est-ce seulement son intention? Non, car visiblement les inventeurs du courant HRSE n’ont pour objectif que de s’amuser et de permettre à leur public de passer du bon temps. Euh… pardon, mais HRSE, kézako? Heavy Rock Simple et Efficace. Rover, le susmentionné premier album, est doté de dix titres variés et entraînants. OK, Derrick Green, pardon, Niko Green (excusez la confuse, mais il est marron foncé comme le hurleur de Sepultura et il a le même patronyme. Je sais, on a dû te la faire environ un million de fois, celle là, non, Niko?) est parfois difficilement compréhensible, n’empêche que sa voix puissante et rauque, genre forgée à la dure à coup de papier de verre, de houblon et de clopes dans des tripots malfamés) fait le job. Et la grande force de ce disque réside en une variété musicale qui maintient en éveil. Démarrant sur un Who? digne de Motörhead par sa puissance et sa détermination, le groupe (Eric Lorcey à la guitare, Stéphane Mugnier à la basse et Vivien Bénard à la batterie accompagnent le chanteur lui aussi sus mentionné) explore rapidement d’autres horizons, tels que le grunge de Nirvana, le psyché des 60’s, et ajoute une touche de stoner ci et là. Si l’ensemble est puissant et groovy, si le propos général passe facilement, il manque toutefois cette petite touche qui pourrait faire passer Rover du statut de simple disque à une oeuvre marquante. Ce n’est que le premier album (l’ai-je déjà écrit quelque part? La mémoire me lâche…) et les promesses sont là. A Dreadful Hippies de transformer cet essai.

 

FIREMASTER CONVENTION – Châteauroux, du 21 au 23 février

La capitale de l’Indre, Châteauroux, accueille du 21 au 23 février une convention dédiée à l’univers du metal. Pendant 3 jours, le metalheads comme les curieux pourront assister à des conférences, des animations et des concerts. Ainsi se succèderont Black Bomb Ä, ADX – qui célèbre la sortie de son explosif nouvel album Bestial – Vulcain, Chris Holmes, l’ancien guitariste de W.A.S.P. venu avec ses Mean Men. Les conférences porteront quant à elles sur des thèmes portant sur notre pélerinage annuel qu’est le Hellfest, le développement de la scène rock et metal en France, ainsi qu’un mode d’emploi du metal animé par rien moins que Steph Buriez et Fred Leclerq.

Comme toute conventions, les visiteurs trouveront également un market, pourront voir des expos, participer à différentes animations dont un incontournable concours de air guitar.

Le programme complet est consultable sur le site de la Firemaster Convention ainsi que toutes les informations nécessaire à votre bonne organisation. Rendez-vous dès le 21 février à 10 h au Hall des Expositions de Belle-Isle – 1, avenue Daniel Bernardet à 36000 Châteauroux. Et pensez à effectuer vos réservations sur le site qui propose différentes formules: convention 1, 2 ou 3 jours, concerts 1 ou 2 jours et autres possibilités de 5 à 30 euros.

DEWOLFF: Tascam tapes

Hollande, Hard rock (Mascot, 2020) – Sortie le 10 janvier 2020

Avec un rythme régulier, dans l’esprit 70’s que le trio hollandais continue de faire vivre, DeWolff nous propose ce Tascam tapes hors du commun à plus d’un titre. Tout d’abord, cet album a été enregistré sur la route avec un simple magnéto 4 pistes, un Tascam que les frangins Van de Poel mettaient en route dès que germait une idée. Le résultat est impressionnant, comme c’est écrit en gros sur la pochette: « it sounds like a million bucks ». Des guitares envoûtantes, un chant hypnotisant, un rythme d’une redoutable efficacité, DeWolff nous offre une douzaines de chansons inspirées de la soul de la Motown, du disco des années 70 et, naturellement, de ce rock blues oldie mais si goodie. Ecoutez simplement le contraste entre le dansant It ain’t easy et la mélancolie de Rain… Rien sur cet album ne se répète. Si Thrust avait fait passer DeWolff dans une autre catégorie, ce nouvel album risque fort de les propulser aux sommets tant la musique et les tripes sont de sortie. Les choeurs pourraient laisser croire que le trio a eut à faire à une aide extérieure, mais non: les trois se sont chargé de tout, de A à Z. Un album bluffant de bout en bout qui transpire le sud, les bayous, les champs de coton, et la sincérité. Un superbe début d’année que nous offre DeWolff. Vivement qu’on les retrouve sur scène ceux-là!