BLACK STONE CHERRY: Black to blues 2

Hard rock, USA (Mascot records, 2019) – Sortie le 18 octobre 2019

Black Stone Cherry, les fans le savent bien, est composé d’amoureux de rock et de blues. Après un premier Black to blues, Ep paru en 2017, très axé sur l’oeuvre de Willie Dixon on s’attendait à voir un second volume apparaître.  Les Américains reviennent aujourd’hui avec un second volet, Black to blues 2, toujours sous le format Ep, en revisitant plus d’artistes. Démarrant avec une énergique version du Big legged woman de Freddie King, Chris Robertson et sa bande continuent avec le classique intemporel du légendaire Robert Johnson, Me & the devil blues avant de revisiter l’un des titres les plus connus d’Otis Rush, All your love (I miss loving). A mi parcours, BSC se montre plus curieux; Musicalement, ben… Quand une chanson est bonne, si les interprètes sont bons, la chanson reste bonne, quelle que soit la moulinette à laquelle on la passe. Ici, le son est plus moderne et plus dynamique, et la voix de Robertson colle parfaitement à ce blues plus que quinqua. Le groupe s’amuse tout autant avec Down in the bottom, création originale d’un des maîtres du genre, Howlin’ Wolf, avant de s’attaquer au Early one morning d’Elmore James, déjà très déjanté et ici légèrement « punk ». Le disque se termine sur Death letter blues, de Son House. En continuant d’explorer et de revisiter ces chansons à sa sauce, Black Stone Cherry permet à chacun de (re)découvrir un pan parfois oublié de l’histoire de la musique américaine. Et de se rendre compte de ces tripes qui ont, depuis des décennies, fait bouger les foules. Black to blues 2 est un intermède entre deux albums d’un des plus sympathiques groupes d’outre-Atlantique. Et si le groupe trouvait-là un rythme de croisière album original, Ep de reprises?

Laisser un commentaire