JOHN DIVA AND THE ROCKETS OF LOVE: Mama said rock is dead

Hard rock, USA  (Steamhammer, 2019)

Allez, franchement, si vous foncez sur le livret de Mama said rock is dead, ou sur les photos promos offertes sur le web, la première idée susceptible de surgir de votre esprit pourrait bien être du style: « Y a déjà Steel Panther, alors… » Voui, et c’est vrai que le message visuel est clair: glam still lives! John Diva and the Rockets of Love ont baigné dans le son des années 80, c’est évident. L’influence des Van Halen, Bon Jovi (des années 80, on est bien d’accord!), Ratt, Mötley Crüe, Poison et autres Great White est omni-présente, tant dans la recherche de la mélodie qui fait se dandiner les popotins, et incite les filles à se découvrir que dans l’esprit général: le chant limpide et les guitares franches, les mains qui battent la cadence, le message positif (« there ain’t no place for rock n roll in hell » sur Rock n roll heaven), le groove imparable et les histoires racontées. Les jalons sont nombreux: écoutez le phrasé de Wild wild life; s’il ne vous rappelle le Whitesnake de 1987… Ou encore le chant sur Fire eyes à la Bon Jovi. Bien sûr, on n’échappera pas, avec ces références, à la ballade au piano à mi-parcours (Just a night away)… Home sweet home n’est pas loin! Mama said rock is dead a tout de l’album de potes, un disque festif pas sérieux et rudement bien fichu. A des années lumières du quatuor de potaches mentionné plus haut.

BRING ME THE HORIZON: Amo

Rock electro, Royaume-uni (Sony music, 2019)

Totalement planant, I apologize if you feel something  (« Ce n’est rien, Pierre… Je n’ai rien senti », une référence du groupe?) introduit ce nouvel album des Anglais de Bring Me The Horizon. Si le groupe a toujours évolué, le son proposé aujourd’hui sur Amo est à des années lumières de ses débuts, brutaux et deathcore. Certains fans vont être surpris. C’est chantant, entraînant et très mélodique. Heureusement, les racines ne disparaissent pas entièrement, et BMTH nous réserve quelques surprises, comme ce Heavy metal auquel participe Rahze pour une jolie séance de beatbox sur un titre à l’opposé du metal. Surprises, étonnement, BMTH assume totalement ce virage electro, voire dance, ce qui pourrait  rebuter certains de ses admirateurs. Ça va même jusqu’à cette pochette de CD pleine de cœurs et au livret tronqué. Mais les plus ouverts d’esprits sauront reconnaître la prise de risques des Anglais, ce qui, en soi, marque une réelle volonté de ne jamais se répéter.

SKYHARBOR: Sunshine dust

Inde/USA, Rock progressif (2018, eOne)

A la fois puissant, léger et aérien, Skyharbor nous propose aujourd’hui un troisième album. Originellement formé en Inde, le groupe propose, après avoir stabilisé son line-up un premier album aux ambitions affichées: débuter avec un double, il fallait oser. Toutefois, le groupe parvient à travailler avec un certain Marty Friedman, qui apparaît sur deux titres, et… la machine est lancée. Sunshine dust puise son inspiration chez les grands du rock, et du metal, progressif. Rush, Dream Theater pour ne citer qu’eux, sont de la partie sans oublier, naturellement, les influences indiennes qui apportent cette légèreté et cette détermination toujours zen. Dim, Out of time, Disengage/evaluate, The reckoning… Chaque chanson réserve son lot de surprises. Skyharbor mérite qu’on prête un peu plus attention à son oeuvre. Un groupe à (re)découvrir.

AEPHANEMER: Prokopton

France, Death symphonique (Autoproduction, 2019)

Tiendrions nous enfin le Amon Amarth français? A l’écoute de Prokopton, le nouvel album des Toulousains de Aephanemer, tout pourrait le laisser croire:  les mélodies sont d’une efficacité sans faille, le chant, entre death et black, est déterminé, la section rythmique bombarde un ensemble réhaussé de claviers qui trouvent aisément leur place. Du morceau titre qui ouvre cet album, à If I should die, en passant par l’instrumental At eternity’s gate, tout est fait pour entraîner l’auditeur dans une jolie séance de non stop headbanging! On se demande où Marion Bascoul, la chanteuse guitariste (Aephanemer est un groupe mixte paritaire, mais on s’en fout!) trouve cette voix hargneuse et virile. Qui plus est, quand elle chante en voix claire, sur Dissonance within, quel plaisir d’entendre  un accent anglais correct! L’ensemble fait penser à toute la scène nordique et mélodique, des déjà mentionnés Amon Amarth ou In Flames aux plus mélodiques mais incontournables Nightwish. Snowblind, notons le, n’a rien à voir avec Black Sabbath, bien plus extrême. Aephanemer est ma découverte de ce début d’année et il est plus que temps que nous prenions conscience que la scène française regorge de (grands) talents.  Superbe claque!

 

Interview: WITHIN TEMPTATION

Interview WITHIN TEMPTATION. Entretien avec Rudd Jolie (guitare) et Martin  Spierenburg (claviers). Propos recueillis à Pantin le 15 novembre 2018

Initialement prévue le 14 décembre 2018, ce n’est qu’à l’issue de cette interview que nous apprenons que la date de sortie de Resist était repoussée au 1er février 2019. Cela ne change rien au plaisir de cette interview avec des musiciens qui en présenteront quelques extraits le lendemain, au Zénith de Paris.

 

Metal-Eyes : 4 ans après sa sortie, quel regard portez-vous sur Hydra, votre précédent album ?

Rudd : Je l’aime encore beaucoup, vraiment. En fait, lorsque The reckoning est sorti, le nouveau single, j’ai lu certains commentaires de gens qui disaient… J’ai lu beaucoup de choses négatives au sujet de Hydra, de nombreux fans qui semblaient ne pas l’apprécier, mais il reste un album encore très fun, parce que très orienté guitares. Et d’un point de vue purement égocentré, c’est toujours plus fun pour un guitariste quand un album est orienté guitares, soyons réalistes ! Toute cette période était plaisante, la tournée, tout…

Martin : Pour moi, c’est pareil…

Metal-Eyes : En tant que guitariste ? D’accord… (rire général)

Martin : Oui ! Mais en tant que claviériste, c’est pareil, en fait ! Ce fut un travail très intéressant à fournir, et il y a des choses incroyables. Par exemple, notre collaboration avec Exhibit, ce qui est assez inhabituel quand tu réalises à un album metal. Il y a eut des choses vraiment intéressantes que j’aime encore beaucoup.

Metal-Eyes : Comment définiriez-vous l’évolution de Within Temptation entre Hydra et ce nouvel album, Resist, qui sort dans quelques jours ?

Rudd : C’est encore assez différent. Et c’est ce que nous cherchons à faire, proposer un album qui soit différent du précédent. J’ai toujours tendance à dire que nous ne sommes pas AC/DC, sans leur manquer  de respect parce que c’est ce qu’ils font, que je les adore et que c’est ce que leurs fans attendent. Personne ne peut  dire que ça n’a pas marché pour eux, ils ont pas mal de succès (rires). Nous sommes le genre de groupe qui aime tenter différentes choses, et par conséquent, tous nos albums sont différents. Ce nouvel album est peut-être un peu moins orienté guitares, bien que Stefan et moi avons approché l’enregistrement différemment : des guitares à 8 cordes, une accordée plus bas, des sons un peu moins agressifs. Des choses un peu inhabituelles pour cet instrument. C’est ma contribution en tant que guitariste dans l’évolution du groupe. Je ne compose pas, donc je ne peux parler de l’évolution musicale, mais du jeu et des arrangements de guitares. (A Martin) : je ne sais pas ce que tu en penses…

Martin : Je pense que faire un disque différent à chaque fois est la base, une règle pour des musiciens, ceux de Within Temptation, afin d’évoluer. C’est une des raisons qui font que notre groupe continue d’exister. Parce que, musicalement, nous avons un très large spectre, si je puis m’exprimer ainsi. Nous nous intéressons à plein de genres musicaux différents. Je suis sûr que le groupe existerait encore si nous faisions depuis 20 ans la même chose, mais… on s’ennuierait ! Je pense que nous avons besoin de cette variété pour continuer de tourner, de nous amuser. C’est aussi un moyen, quand on sort des écrans radars et que nous faisons notre truc, de revenir, de retrouver de l’inspiration, de l’énergie.

Metal-Eyes : Ce qui se produit avec vous tous les 4 ans environ, comme un cycle…

Martin : Oui, absolument. Autrement, je pense que le groupe ne serait plus là.

Rudd : Ou alors, nous aurions perdu certains membres…

Metal-Eyes : J’ai écouté une partie de Resist qui n’est pas encore sorti. Alors que pourriez-vous en dire afin que les fans se précipitent pour l’acheter à sa sortie ?

Rudd : C’est un nouveau chapitre de Within Temptation. Je crois que c’est la chose la plus importante car, bien sûr, il y a de nouvelles choses musicalement, mais c’est toujours le cas. Donc, oui, c’est un nouveau chapitre.

Martin : Et je pense que c’est un album 50/50, en tout cas pour moi. Je peux toujours y penser objectivement, car il est encore assez neuf à mes yeux. Je crois que 5 chansons sont plus dans l’esprit de « l’ancien » Within Temptation, avec une approche un peu plus heavy, et les 5 autres sont plus fraiches…

Metal-Eyes : Poppy ?

Martin : Oui, « poppy »… J’ai toujours quelques appréhensions à utiliser ce mot dans la communauté metal, mais je pense que cela plaira à un large groupe de nouveau auditeurs, une large foule.

Metal-Eyes : Il semble que les textes restent proches de l’actualité. Certains titres parlent d’eux-mêmes, comme Endless war ou Mad world, mais il reste également une large place à l’optimisme, au positivisme. De quoi traite cet album ?

Rudd : Alors, tout d’abord, que ce soit clair : nous n’avons pas pris part à l’écriture des textes. C’est en général Sharon et Robert qui s’en chargent. Mais je pense que ce qui est sympa avec les textes, c’est qu’il y a souvent différentes interprétations possibles. Chacun peut y voir un message différent. Bien sûr, il y a certaines choses qui sont claires, mais… Tu sais, personnellement, je ne m’informe pas : je ne lis pas les journaux, je ne regarde pas la télé, je fais en sorte de rester aussi éloigné des infos que possible, parce qu’aujourd’hui, la manière dont sont présentées les infos rendent les choses très tristes… Tout est fait pour attirer l’auditeur, le lecteur, et les choses sont plus « sensationnelles » qu’humaines. Il y a 3 ou 4 ans, en prenant mon petit-déjeuner, je me suis rendu-compte, avant de terminé que je me sentait déjà déprimé, même si le mot est un peu fort, de toute cette merde qui nous entoure. Tu sais, c’est terrible qu’il y ait un tsunami quelque part, mais je ne peux rien y faire. Peut-être donner de l’argent, qui ne fini de toute façon pas là où il devrait se trouver… Un crash d’avion… Je ne peux rien y faire, même si c’est terrible. Je me sens simplement mal toute la journée, alors… Fuck it !

Metal-Eyes : Tu parles-là d’accidents, nous pourrions aussi évoquer les actes humains, les guerres, l’économie, la violence…

Rudd : C’est vrai… C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que je ne peux rien y faire… Je m’intéresse à la politique au moment des élections, parce que je sais qu’à ce moment je peux m’exprimer. Autrement, je ne veux rien savoir. Parfois, je me sens vraiment stupide quand j’entends les autres parler de ceci et cela. « Hein ? Non, j’en sais rien. De quoi tu parles ? » (rires) Mais au moins, j’ai fait un vrai travail sur moi.

Martin : Nous réalisons de pus en plus que les médias sont comme une loupe : ils ont accès aux informations et ils décident où placer la loupe, quoi nous dire… Un crash d’avion ou un millier de personnes tuées en Afrique, qu’est-ce qui est le plus important ? Quelles sont les vraies informations ?

Metal-Eyes : Ils ont le pouvoir de…

Rudd : Oui, de me faire savoir ce qu’ils veulent, et de me cacher le reste. Je déteste ça de plus en plus !

Metal-Eyes : Il semble que sur The reckoning il y ait des trompettes, il y a des inspiration amérindiennes sur Firelight. Y a-t-il une signification particulière ? Car les trompettes peuvent être interprétées comme celles de l’Archange Gabriel, l’apocalypse, tandis que l’inspiration indienne apporte beaucoup de lumière…

Rudd : Oh ! Je n’avais pas pensé à ça ! Une approche très intéressante…

Martin : Oui, mais je ne pense pas que ce fut l’idée au départ, cette approche.

Rudd : La chanson Firelight est en fait un reste du projet solo de Sharon, mais ne convenait pas à son album. En revanche, je trouve qu’elle colle parfaitement à Resist

Metal-Eyes : Vous allez de nouveau jouer au Zénith demain soir (le 11 novembre 2018). L’album n’est pas encore sorti, mais vous allez le présenter au public. Combien de chansons allez-vous en jouer ?

Rudd : 5.

Metal-Eyes : Vous allez les tester, voire en changer, en fonction des réactions du public ?

Martin : Non, elles font partie de la setlist régulière.

Rudd : On en a répétées 6, mais une, je ne sais plus pourquoi, a été mise de côté. Sur Firelight, nous avons un invité, qui vit en Belgique. Alors nous la jouerons probablement là-bas exclusivement. Mais les 5 autres font partie du set.

Metal-Eyes : Si vous deviez ne retenir qu’une chanson de Resist pour exprimer ce qu’est aujourd’hui Within Temptation, laquelle serait-ce et pour quelle raison ?

Martin : Pour moi, ce serait The reckoning, pour la puissance qu’à toujours développé Within Temptation. Elle est puissante mais aussi plus directe, il y a moins de choses, elle va droit au but.

Rudd : Je suis d’accord, et c’est le titre d’ouverture. C’est une chanson très heavy, ce qui est dû aux guitares très graves. Un morceau explosif qui, en plus, fonctionne super bien sur scène.

Martin : Et ce rythme de batterie : simple et direct. Quelque chose de très simple mais les gens savent ce qu’ils vont avoir. C’est une chanson puissante, avec la voix de Sharon… C’est une bonne représentation de cet album et de ce qu’est aujourd’hui Within Temptation.

Metal-Eyes : Vous avez-joué à Paris à plusieurs reprises. Quel est votre salle préférée ? Vious avez joué à La Locomotive, Le Zénith, l’Elysée Montmartre, et aussi en ouverture d’Iron Maiden au Parc des Princes

Les deux : ah, oui, oui, oui !

Metal-Eyes : Des lieux différents, avec différentes capacités. Lequel a vos faveurs ?

Rudd : Je préfère le Zénith. Je trouve que ce type de salle, 6.000 personnes, est parfait pour nous. Nous pouvons offrir un gros show, très visuel, et pour le public, ce n’est pas trop gros. Si on joue dans un stade et que tu es assis au fond, tu vois ce petites figurines… (rires)

Metal-Eyes : Ou tu regardes les écrans…

Rudd : Oui, aussi, mais dans ce cas, reste chez toi, et regarde un DVD…

Martin : Je me souviens au Parc des Princes, j’ai eu le sentiment, alors que nous étions sur scène, que les gens à l’autre bout étaient ailleurs, à une fête foraine… Qu’ils s’intéressaient à autre chose que ce qu’il se passait sur scène. Comme un festival. Une salle de 6.000 personnes conserve cette intimité avec le public. Tu construis quelque chose avec les gens. Maintenant, je crois que ma salle préférée a été La Locomotive, petite, mais surtout parce que c’était la première fois, très excitant ! Première tournée en France, avec un bus qui avait fait le Paris-Dakar, que nous avons pu louer pour pas grand-chose. C’était super ! C’était la minute « retour dans le passé » !

Metal-Eyes : Un peu de nostalgie…

Rudd : Qu’en est-il de l’Elysée Montmartre ? Il a été détruit dans un incendie ?

Metal-Eyes : Oui, et il a réouvert il y a environ deux ans.

Rudd : Dans le même esprit ?

Metal-Eyes : Le même, la même architecture, rénovée, et le tout plus blanc et propre.

Rudd : J’ai parlé du Zénith, mais l’Elysée Montmartre est très chouette aussi. On y a joué, quoi ? 2 ou 3 fois, je crois…

Metal-Eyes : Maintenant, quel est l’endroit du monde où vous n’avez pas aimé joué, où vous ne retourneriez pour rien au monde ?

Rudd : Avec Within Temptation ou peu importe le groupe ?

Metal-Eyes : Peu importe, mais là où même avec une formation telle que la votre vous diriez « non ! » même si on vous payait…

Rudd : Alors… Je joue parfois avec un groupe acoustique Tribute à Iron Maiden qui s’appelle Maiden United, un de mes autres projets. J’ai joué dans un endroit qui s’appelle De Virlichte Geest à Roeselvare, en Belgique (NdMP : il le prononce avec un accent incompréhensible, je le regarde avec des yeux ronds…)

Metal-Eyes : OK, pourquoi j’ai posé cette question ? (rire général)

Rudd : Ah, ah ! Je te l’écrirais après ! Il y avait des fuites dans les loges, des trous dans les murs, il nous a fallu mettre un chauffage électrique… C’était pourri, sale, une vraie merde ! Tu sais, on ne peut pas faire grand-chose pour de vieux endroits, mais un endroit sale peut être nettoyé, tu vois… Il aurait suffit de deux ou trois personnes et d’un après-midi pour rendre cet endroit bien mieux, mais ils n’ont rien fait. Et je pense que c’est un vrai manque de respect. Jamais plus je n’y mettrais les pieds, jamais…

Martin : Avec Within Temptation, il y a eut un festival, je ne sais plus lequel, il n’y avait pas de loges pour les artistes. On a dû se changer derrière les arbres…

Rudd : Quoi ? J’étais là ?

Martin : Oui, je crois que tu étais là… Même Sharon, je me souviens de Robert qui tenait une grande serviette devant elle. Pas de loges ! Et la nourriture… On nous a remis des coupons pour la nourriture et on n’a eut droit qu’à du pain blanc ! Pas de boisson, rien du tout…

Rudd : Je crois que je m’en souviens, oui…

Metal-Eyes : Vous avez parlé de festival, y a t-il déjà des festivals prévus pour 2019 ?

Rudd : Oui, certains. On aura la tête d’affiche du Grasspop, il y a Wacken qui a été confirmé. On travaille sur quelques autres mais, honnêtement, je ne suis pas certains de ceux qui ont été confirmé. Il y en a mais certains n’ont pas encore été annoncés, alors nous ne pouvons rien en dire…

Metal-Eyes : J’aurai essayé…

Rudd : Mais c’est raté ! (rire général)

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Within Temptation pour 2019

Martin (sans hésiter) : Resist !

Rudd : Oui, « resist ! »

Metal-Eyes : Facile, c’est le titre de votre nouvel album…

Rudd : Euh… On approche de l’hiver, et je cite toujours Frank Zappa : « regarde où vont les huskies », où se trouve la neige… Mais ça ne fait aucun sens non plus (rires) !

Martin : C’est une question difficile…

Metal-Eyes : J’aime bien poser des questions difficiles…

Rudd : Et tu te débrouilles bien ! « Aime ton voisin » ? Non… Je reste avec Resist !

Metal-Eyes : On en reparlera une prochaine fois alors. Terminons avec ceci : quelle a été, jusqu’à présent, la meilleure question qu’on vous a posée, la plus étonnante ?

Rudd : « Quelle pourrait être la devise de Within Temptation » ! (rires)

Metal-Eyes : Tu sais quoi ? Mes prochaines interviews, je vais inverser ces questions !

Rudd : Non, sérieusement, j’ai bien aimé ta vision des trompettes de l’archange Gabriel. Ce n’est comme ça que je voyais les choses… Peut être que c’est ce que Daniel, le producteur avait en tête… Ou c’est toi qui y a pensé dans les arrangements ?

Martin : Je ne sais plus… Je fais tellement attention aux détails, je ne sais plus forcément qui a eu quelle idée. Peut être que j’ai posé ces trompettes, je ne sais plus.

Rudd : Pareil avec les guitares, on rajoute des choses, mais je ne sais plus…

Metal-Eyes : Il s’agit de toute façon d’un effort collectif.

Rudd : Absolument, nous faisons les choses ensemble.

Metal-Eyes : Merci à tous les deux pour cette interview, et bonne chance pour votre show de demain. Vous savez comment vous allez occuper votre soirée ?

Rudd : Peut-être que je vais faire un tour… On est où dans Paris ?

Metal-Eyes : Paris est juste de l’autre côté du pont. On voit le Zénith d’ici…

Rudd : Ah oui ? (Je lui montre par la fenêtre) On n’est même pas dans Paris ? Ben… Je crois que je vais rester ici et récupérer un peu de sommeil, alors…

Martin : Moi aussi, je n’ai pas bien dormi la nuit dernière, alors, un peu de repos fera du bien. En plus, il a fallu qu’on se lève au milieu de la nuit pour le contrôle de passeport en Angleterre… un bon dîner à l’hôtel et une bonne nuit !

 

PUPPY: The goat

Hard rock, Royaume-Uni (Spinefarm, 2019) – sortie le 29 janvier

C’est sympa de débuter l’année avec un album aussi cool que The goat de Puppy. Déjà, porter pour patronyme le nom de « chiot » c’est tout mignon, en plus proposer une pochette rose, ça pose l’ambiance. Ok, celle-ci est agrémentée de bougies noires et d’un crane parmi d’autres objets, mais c’est cool. Tout autant que le contenu musical qui pioche autant dans le heavy traditionnel, lourd, gras et saturé de Black Sabbath, que dans celui plus moderne et chantant d’un Ghost, par exemple, en passant par une certaine idée du psychédélisme des 70’s. Les 44 minutes que durent ces 12 morceaux passent à une vitesse folle, Puppy nous entraînant avec une déconcertante facilité dans son univers. D’accord, Black hole, And so I burn, Bathe in blood ne réinventent pas la machine à courber les bananes mais il y a tant de plaisirs simples qu’on ne peut s’empêcher de trépigner, de chantonner et de suivre le mouvement. The goat est un vrai bon moment qui, si ça continue, annonce une belle année bien rock et roots. Bravo!

TORQUE

Thrash, USA (Mascot, 2019réédition de l’album de 1996)

Initialement formé en 1994 par Phil Demmel, ex-Vio-lence et Machine Head, qui se lance dans ce projet crade, direct, engagé et enragé nommé Torque. Phil, pour la première fois, s’attribue le mérite du chant lead, sale comme savaient le faire les premiers punk anglais: il éructe et dégueule son propos plus qu’il n’y cherche de la finesse. En cela, on retrouve des traces des Pistols qui ont aussi influencé Pantera. Musicalement, le thrash de la Bay area de Slayer, Exodus et Metallica est omni-présent. Les guitares de Ray Vegas charcutent, la basse de Deen Dell et la batterie de Mark Hernandez pilonnent sans répit et l’ensemble de ces 11 morceaux sont simplement sans pitié. A l’image de cette pochette, inquiétante, oppressante et répressive, rien, de H.L.S. à Breed, en passant par Nothing, Dead you lay ou Forgotten ne laisse de répit, pas même le lourd et oppressant Shhoter. Mascot ressort cet unique album en CD ainsi que dans une version vinyle rouge limitée à 1.000 exemplaires. Brutal et sanglant!