ANNIHILATOR: For the demented

Thrash, Canada (Silver lining, 2017)

Annihilator n’a pas dit son dernier mot. ça sonne comme une conclusion? Ben oui, et alors? A la première écoute, ce For the demented, nouveau disque du groupe de Jeff Waters me semble plus efficace que le précédent opus studio, Suicide society, trop orienté Megadeth et Metallica. Ici, Waters se concentre sur ce qu’il sait faire de mieux: du thrash old school, aux rythmes endiablés. Forcément, on trouve des traces de ses mentors, mais pas que: certaines (rares) ambiances évoquent même Ghost, c’est dire! L’ensemble est compact, brutal et direct, tout au long des ces 10 morceaux d’une puissance sans pareille. dernière tournée et sur Triple threat, CD/DVD paru l’an dernier. Bien sûr, s’il chante toujours « à la » Mustaine, il semble avoir beaucoup progressé et gagné en confiance. PLutôt que de courir derrière la perle rare, autant se faire confiance, non? D’autant plus que ses accompagnants prennent un certains pouvoir, notamment Fabio Alessandrini qui s’impose comme un des meilleurs batteurs de sa génération. Mais non! Un coup d’oeil aux crédits montre qu’une fois encore, Jeff Waters s’est chargé de tout, jusqu’à la programmation de la batterie… Et ses rythmes son épileptiques et accompagnent merveilleusement un ensemble syncopé, digne d’une crise cardiaque. Vous voulez savoir? Ça sent le Hellfest à plein nez, tant ça cartonne de bout en bout… On en redemande!

ANNIHILATOR: Triple threat

annihilator triple threat 2017Thrash, Canada (UDR, 2017)

C’est dans un superbe fourreau que Jeff Waters nous propose le nouveau méfait d’Annihilator. Et les fans sont servis! Pensez donc, un triple album – d’où, imagine-t-on, le titre Triple threat – qui contient 2 CD et un DVD. Comme on en fait de plus en plus souvent, les CD sont la bande son du DVD, ou l’inverse: le DVD est la mise en images des pistes audio. Le premier CD nous propose 11 morceaux enregistrés lors du dernier festival Bang your head, le 15 juillet 2016. Le cadre des festivals n’est pas idéal pour défendre un dernier album. Ainsi, on ne retrouve qu’n titre extrait de Suicide society, l’inquiétant Creeping again. Le reste est composé d’indémodables classiques  (faut-il les citer? Allez, quelques uns: King of the kill, Never, neverland, Set the world on fire, Refresh the demon, Alisson Hell...) parfaitement joués ce jour là, malgré quelques faiblesse vocales du sieur Waters. Le second CD propose quant à lui des versions acoustiques de 10 chansons. C’est sans doute la partie la plus intéressante de ce combo, car on écoute une autre facette de l’oeuvre d’un groupe habituellement radical. Jeff partage ici le chant avec Matc La France, et c’est un choix judicieux tant l’homme met d’émotion dans son verbe. L’ensemble confirme, s’il en était encore besoin, le talent du guitariste canadien, aussi à l’aise en électrique furieuse qu’en acoustique. Le DVD commence d’ailleurs, étonnamment, par la partie acoustique. l’intérêt n’est ici que musical, les musiciens étant simplement sagement assis en rang d’oignons dans le Watersound studio devant un backdrop au nom du groupe. Ok, on peut constater que les prises ont été faite en plusieurs fois, les fringues des zicos sont là pour le prouver. Non, l’intérêt de ce DVD est bien sûr la prestation du Bang your head où le groupe évolue en plein jour et semble parfaitement à l’aise. Les images sont propres, nettes et le son digne d’un événement de cette ampleur. Un troisième partie propose un mini documentaire capté durant ce même été 2016 alors que le groupe répétait et se préparait pour son set acoustique. Une sorte d’immersion dans la vie du groupe, toujours sympa comme témoignage. Avec Triple threat, Annihilator pourrait indiquer clore un chapitre et orienter sa carrière sur une nouvelle voie. Attendons la suite, mais d’ici là, ne boudons pas notre plaisir de retrouver un groupe en forme.

Note: 8/10

Site web: Annihilator