Interview: DANKO JONES

Interview DANKO JONES : entretien avec JC Calabrese (basse). Propos recueillis par Skype le 20 août 2021

Alors que Power trio, le nouvel album des Canadiens de Danko Jones, c’est un JC Calabrese, bassiste du combo en pleine forme qui nous dit tout de la conception de ce disque et de bien plus encore. Interview joviale et détendue à l’image du bonhomme.

Danko Jones 2021 by Dustin Rabin

Metal-Eyes : Comment vas-tu aujourd’hui, JC ?

JC : Oh, je vais bien, merci de le demander ! Et merci de prendre le temps de parler de notre nouvel album, Power trio.

 

Metal-Eyes : Que je viens juste de recevoir aujourd’hui.

JC : Fantastique ! Tu peux me le montrer, je n’ai pas encore vu le produit fini, je n’ai vu que les maquettes… (Je lui montre le CD) Oh, ça donne bien.

 

Metal-Eyes : Je n’ai pas encore eu le temps de l’écouter entièrement, comme tu l’imagines. Juste avant, que donne la situation sanitaire au Canada ?

JC : Je crois que la majeure partie de la population, nous devons être 65% de la population, a reçu la double dose du vaccin. Le gouvernement impose que les travailleurs sociaux, ceux qui sont au contact des gens, qui travaillent dans le médical soient vaccinés. La situation semble meilleure que l’an dernier même s’il y a encore beaucoup d’hésitation au sujet du vaccin, comme partout. Mais au final, si ce vaccin ne nous tue pas, nous risquons de mourir d’une maladie contre laquelle il existe un vaccin. On peut s’en protéger de ce virus, on ne devrait même pas en débattre… Il y a beaucoup de discussions, de doutes à ce sujet, et c’est en grande partie dû à nos voisins (Il pointe le doigt vers le sud) Les USA… Il y a sans aucun doute de la désinformation venant de chez eux.

 

Metal-Eyes : Il y a les mêmes hésitations aussi ici, en France… Comment as-tu occupé ton temps pendant cette étrange période ?

JC : Honnêtement, ça fait plus de 25 ans que nous avons formé ce groupe, et j’ai été sur les routes depuis 20 bonnes années, sans avoir de routine, me trouvant à des endroits différents, me nourrissant à des heures variées… Et tout d’un coup, je me retrouve à dormir dans mon propre lit, me nourrir à des heures régulières au quotidien… J’ai pu lire des livres qui s’entassaient depuis des années, et ça fait un certain temps que je souhaite me remettre à courir – autant comme sport que comme passe-temps. Je m’y suis remis il y a 18 mois maintenant, et je m’y tiens. J’ai pu tirer le meilleur parti de cette situation – et nous n’aurons jamais plus autant de temps pour nous, je pense… Le principal, c’est de savoir en tirer profit et de garder son esprit occupé. Quand ton esprit pense à ce que tu ne peux pas faire, tu ne fais pas ce que tu pourrais faire. C’est un peu ce qui nous a poussés à faire cet album. J’ai incité les gars à faire cet album – « on a tellement de temps, faisons-le, maintenant ». J’ai suggéré que nous travaillons par email, tenter de travailler avec ces nouveaux procédés. Danko était hésitant au départ et ça a finalement fonctionné !

 

Metal-Eyes : Il y a tant de gens qui ont été forcés de travailler à distance qu’il n’est pas étonnant que des groupes aient fait de même. Ceci répond à une de mes questions qui portait sur le processus de création pour ce nouvel album.

JC : En gros, il y avait tant d’incertitudes avec cette pandémie – on ne savait pas si nous pourrions nous retrouver dans une même pièce, si oui, y aurait-il une distanciation obligatoire… bref, on ne pouvait pas se retrouver te travailler « à l’ancienne ». J’ai donc proposé aux autres de travailler par email, envoyé une interface à Danko pour qu’il puisse connecter sa guitare à son ordi, enregistrer ses idées, me les envoyer pour que je les arrange, les fasse parvenir à Rich (Knox, le batteur). Il recevait les bases de guitare et de basse, un morceau au clic sur lequel il pouvait ajouter sa batterie avant de me les renvoyer pour que je les arrange. Une fois fait, nous mettions le titre de côté pour y revenir plus tard et passions à autre chose. On a procédé de la même manière pour un paquet de chanson et avons trouvé notre rythme à travailler ainsi. A un certain moment, certaines restrictions ont été levées et nous avons pu nous retrouver avant d’entrer en studio afin de jouer pour la première fois des chansons que nous avions composées via internet. Le plus surprenant, c’est qu’elles sonnaient comme si nous les jouions depuis des années, sans doute parce que nous avons bénéficié de tant de temps pour les travailler, les répéter… Et, tu sais, quand tu enregistre avec trois personnes qui font beaucoup de bruit et un gars qui hurle, tu n’entends pas la même chose que si tu enregistres tes parties de basse tranquillement au calme. Nous avons été philosophes, avons tiré le meilleur de ces outils et de la situation. Ça nous a permis de faire de super bonnes démos qui ont servi de base à l’album. Un bon process. Quand tu retires la scène à un groupe qui ne fait que ça depuis des années, c’est un grand recul, mais tu ne peux pas te centrer sur ce qui n’est plus, ce que tu n’as pas. Tu dois te concentrer sur ce qui est là, ce que tu peux faire. C’est ce qui nous a permis de réaliser cet album.

 

Metal-Eyes : Donc si je te comprends bien, vous étiez déjà, avant de vous retrouver en studio, très satisfaits de vos démos ?

JC : Oui, elles ont été enregistrées pendant la pandémie. Nous avons été forcés de le faire au mieux…

 

Metal-Eyes : Ce qui sous entends qu’Eric Ratz, le producteur, n’a pas eu tant de travail que ça…

JC (rires) : Non, c’était assez marrant en fait : Eric a fait une ou deux suggestions mais en ce qui concerne les arrangements des chansons, tout était quasiment en place. Eric a donc pu bénéficier d’un peu plus de temps pour se concentrer sur les éléments sonores et dynamiques qu’il voulait obtenir pour la guitare, la basse, la batterie. Une paire supplémentaire d’oreilles est toujours la bienvenue. Nous sommes assez expérimentés en tant que musiciens, nous savions où nous voulions aller.

 

Metal-Eyes : Un son typique de Danko Jones, d’ailleurs. Il y a onze titres sur Power trio et tu viens de nous en expliquer la conception. Certains de ces morceaux sont très catchy, très rock n roll, d’autres, comme Ship of lies, très jumpy. Qu’avez-vous mis dans cet album qui a été composé chacun de son côté ?

JC :  Ship of lies, par exemple, c’est un de mes titres. Je voulais écrire une chanson avec ce rythme, un peu comme ton rythme cardiaque quand tu cours, 120 bpm. Je me suis rendu compte, avec d’autres chansons, que le public réagit vraiment bien à ce type de rythme, c’est donc ce que j’ai recherché. Je me demande toujours comment le public va réagir à telle ou telle chanson, et quand j’ai composé celle-là, je visualisais le public dansant, sautant, le sourire aux lèvres. Tu ne peux pas te planter avec ça ! (Rires)

 

Metal-Eyes : Comment analyserais-tu l’évolution de Danko Jones, le groupe, entre cet album et le précédent, A rock supreme ?

JC : Tu sais, pour A rock supreme, nous avons été amenés à travailler avec un de mes producteurs préférés, Garth Richardson. Garth a une telle culture… Il est issu de ce monde, son père était un grand producteur. Ce qu’il nous a apporté… sa vision, et quand tu travailles avec quelqu’un comme lui, tout déteint sur toi. Tu apprends toujours de ce type de personnes, des manières de faire un disque. Et de toute évidence, pour Power trio, nous avons dû apprendre à travailler dans de nouvelles circonstances – ne pas nous voir, ne pas nous retrouver dans une même pièce. Nous avons dû faire avec. Tu sais, la musique devrait toujours être fun, quelque chose que tu adores faire, et si tu gardes ça en tête, tu peux réaliser de beaux albums.

 

Metal-Eyes : Donc la différence principale, c’est la manière dont vous les avez réalisés…

JC : Absolument.

 

Metal-Eyes : Il y a une autre grande différence : aussi bien Wild cat que A rock supreme avaient des pochettes très colorées. Celle-ci, que tu viens de découvrir, est particulièrement sobre…

JC : Tu parles de la pochette ? Cette fois, nous avons travaillé avec un designer allemand. Il a apporté cette rigueur allemande. Pour Wildcat, c’était quelqu’un de Barcelone, et tu peux voir ce côté plus « poppy », tandis que A rock supreme, c’est un artiste suédois. Ils apportent chacun leur touche. Là, c’est pareil, et on a dit « fonce ! ». Et tu sais quoi ? Les silouhettes des photos ont été faites par un photographe français… Manu, tu connais ? Un photographe de Paris. Au fil des années, il est devenu un de mes très bons amis, entre les concerts qu’il a photographiés et nos rencontres… Parce que nous nous sommes retrouvés dans une pièces pour un shooting, j’ai suggéré d’utiliser des silhouettes. C’est intemporel et passe partout. J’ai demandé à Manu si c’était possible et il l’a fait. Les photos ont été prises à Paris…

 

Metal-Eyes : ‘Allemagne, le Canada, la France… C’est un album international…

JC (il sourit) : Oui, c’est un album international !

 

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un titre de Power trio pour expliquer ce qu’est Danko Jones aujourd’hui, ce serait laquelle, et pourquoi ?

JC : Mmhh… Je choisirai I want out, la première de l’album. C’est une sorte de déclaration d’intentions, elle est puissante et on sait ce qu’on va écouter. Et elle compense quelque peu cette impression que nous avons trous eue, disant « je veux sortir », « Laissez moi sortir, j’en ai marre de cette situation ». C’est un morceau fun à écouter au volant, ça te donne envie d’accélérer. C’est un peu ce qu’est Danko Jones, on n’est pas des penseurs…

 

Metal-Eyes : Tu parles de sortir, de concerts. Avez-vous des plans actuellement, de concert ou de tournée ?

JC : Pour le moment, on a eu de la chance, on a pu donenr quelques concerts ici, au Canada. Je dois reconnaitre avoir été impressionné par la gestion de ces concerts, aussi bien pour nous qui donnons les concerts que pour les spectateurs. Après avoir vu ça, j’ai le sentiment que nous suivons la bonne voie. Partout dans le monde on sait que nous avons besoin de cet aspect social dans nos vies, il faut retrouver cette liberté. Ils ont finalement rouvert quelques terrasses ici, à Toronto, et quand tu vois les gens discuter de tout, de rien, de foot, ça fait plaisir. Ce sont ces petites choses qui nous manquent et que nous oublions. Que nous ne voulons pas oublier. Alors, pour les concerts, nous en avons donnés une poignée et il semble que nous tournions au Canada en décembre. Si tout va bien, nous devrions venir faire une tournée des clubs en Europe en mai, avec une date à Paris le 28 mai. Je ne sais plus où.

 

Metal-Eyes : Si je te parle de Catherine Deneuve ou d’Irène Jacob…

JC : Ah, ce sont mes actrices françaises préférées (il rit). J’ai encore le poster de Belle de jour en bas ! J’ai des sketches des Parapluies de Cherbourg… J’ai adoré Irène Jacob dans Trois couleurs, rouge, j’ai trouvé ce film fantastique. Tu as touché mon point sensible lorsque j’étais plus jeune ! Irène Jacob et Catherine Deneuve.

 

Metal-Eyes :Et puisque nous parlons de la France et de l’impossibilité actuelle de voyager, lorsque nous pourrons de nouveau nous déplacer librement, quel est l’endroit du monde où tu voudrais te rendre en priorité ?

JC : Avant tout, je veux rentrer chez moi, en Calabre, voir ma mère. Ce sera ma priorité, ensuite, j’ai tellement d’amis en Europe que je voudrais prendre le temps de les voir.

 

Metal-Eyes : Revenons un peu à la musique : comment décrirais-tu cet album pour inciter quelu’un à l’acheter ?

JC : C’est un album plein d’énergie positive, direct et sans fioriture, avec des chansons catchy qui te feront ne penser à rien.

 

Metal-Eyes : Une dernière question :quelle pourrait être la devise de Danko Jones aujourd’hui ?

JC : « Persiste, peu importe ce que les gens te disent ». Si tu crois en ce que tu fais, ne baisse pas les bras. Si nous avions écouté les gens il y a quelques années, nous n’aurions pas continué en tant que groupe. Si tu fais ce que tu aimes, si tu vis ta passion… Ce n’est pas un hobbie, un passe-temps, la musique, c’est ma vie ! L’argent est secondaire, ça ne t’enrichit pas. Ce qui t’enrichit, c’est de partager tes expériences avec autrui…

 

Metal-Eyes : Ce qui te rend riche, c’est aussi Knox… (Note : en anglais ça donne « What makes you rick is knocks », jeu de mot avec le nom du batteur, Rich Knox)

JC :  Ah, ah ! excellent. Je vais devoir l’utiliser !

 

Metal-Eyes : C’est son quatrième album avec le groupe, plus un live. Il y a une constance, une stabilité au sein de Danko Jones depuis une dizaine d’années. J’imagine que vous vous sentez de nouveau « un groupe » ?

JC : Oh, clairement, oui ! Quand il y a cette stabilité, il y a… certaines nuances dans nos façons de jouer qui se sont mises en place. Parfois, quand tu joues avec une nouvelle personne, tu dois trouver des marques. Maintenant, c’est en place.

 

Metal-Eyes : Ce qui l’a sans doute aidé dans son jeu pour ce nouvel album, il savait déjà où aller.

JC : Oui, lorsque l’occasion a frappé, il a cogné (En anglais : « When the opportunity knocked, he knocked ») pardon… un autre jeu de mots…

 

Metal-Eyes : On pourrait même le dire au présent « when the opportunity knocks, Rich Knox »…

JC : oui, excellent !

 

Metal-Eyes : JC, avant que nous ne nous quittions, as-tu quelque chose à ajouter au sujet de ce nouvel album ?

JC : C’était quoi ? la double vie de Véronique, c’est un autre film avec Irène Jacob. Un film fantastique. Je fouillais mes DVD l’autre jour, et je suis retombé dessus.

 

Metal-Eyes : A part Irène Jacob, tu souhaites ajouter autre chose ?

JC : Je suis très jaloux du Paris Saint germain ! L’équipe est extraordinaire cette année, et Messi qui vient d’arriver !

 

Metal-Eyes : Mais Messi ne joue pas ce soir à Brest…

JC : T’en fais pas, il est là. Et ce gardien ! Fantastique… (il explose une nouvelle fois de rire)

 

 

DANKO JONES: Power trio

Canada, heavy rock (Mate in Germany, 2021) – sortie le 27 août

Première grosse sortie de cette rentrée, Power trio, le nouvel album de Danko Jones est une belle source de jovialité rock’n’roll direct et sans fioriture. On retrouve tout au long des 11 morceaux des Canadiens ce qui fait la force et l’identité du trio: pas de prise de tête, des chansons simples, courtes et efficaces. Covid oblige, le groupe a ajusté ses méthodes de travail comme nous l’explique le bassiste JC Calabrese au cours de sa longue interview: comme de nombreux autres, au lieu de se retrouver, les compos se sont écrites et enregistrées à distance, chacun travaillant ses parties, les envoyant aux autres et corrigeant par la suite. Le résultat en est tout simplement superbement plaisant. Power trio, c’est du rock comme on l’aime. Un vrai cadeau de rentrée. Pas besoin d’en ajouter d’avantage, il est désormais temps de retrouver le chemin des scènes.

ANNIHILATOR: Ballistic, sadistic

Thrash, Canada (Silver lining, 2020) – Sorti le 22 janvier 2020

Comme depuis quelques années déjà, et malgré ce que peut laisser penser la photo de groupe à l’arrière du disque, Annihilator, sur disque, se résume à Jeff Waters. Cette fois-ci, alors qu’il avait programmé la batterie sur son précédent album, For the demented en 2017, son compagnon de scène, Fabio Alessandrini, se charge des parties de batterie. Waters, lui, est responsable de tout le reste: chant, guitare, basse, production, mixage… Et il a bien raison car on n’est jamais mieux servi que par soi même. Et si David Coverdale chantait – et le chante encore – qu’il marchait au milieu du Blues, Monsieur Waters pourrait sans complexe le paraphraser avec un joli « I’m walking in the middle of the thrash ». Car de nouveau, le voici qui nous délivre dix cartouche enflammées et enragées. Enragées par l’époque, qui fournit visiblement au Canadien toute la matière pour entretenir sa colère. Si la mélodie est omniprésente, la rage de ses guitares et la violence rythmique puisent aux sources du thrash d’antant, avec, qui en douterait, un son résolument moderne. Et verbalement, il y en a pour presque tout le monde, mais visiblement, la religion et les comportements extrémistes sont la première cible. Si les Armed to the teeth ou The attitude, qui introduisent l’album, sont rentre dedans comme on aime, Annihilator passe à la vitesse supérieure dès Psycho ward – et son remarquable « He’s a god and a savior, He belongs in the psycho ward » – qui déboulonne les cervicales. Mais ce n’est rien en comparaison de l’ultra speedé  Out with the garbage (quel travail à la batterie!), explosif de bout en bout. Forcément, la suite pourrait avoir l’apparence de calme mais il n’en est rien. Dressed up for evil, One wrong move ou encore The end of the lie sont tout aussi explosifs et entraînants faisant de ce Ballistic, sadistic une des meilleurs albums d’Annihilator de ces dernières années, qui étaient déjà très riches. Enfin la vraie reconnaissance internationale? Il serait temps, non?

Interview: DANKO JONES

Entretien avec Danko Jones (chant, guitare). Propos recueillis à l’hôtel Alba Opéra de Paris, le 4 mars 2019

Il est bavard, le Danko… Tellement que nous décidons, l’ami Erwan du webzine WarmTV (www.wearerockmetal.fr) et moi, de mener cette interview ensemble. Un exercice toujours plaisant et parfois surprenant. C’est qu’il en a de ces idées de questions tordues, Erwan! Non, non, ne vous ruez pas sur la fin de cette interview. Prenez le temps de savourer…

Metal-Eyes : Tout d’abord, Danko, comment vas-tu et comment se passe cette journée promo ?

Danko Jones : Bien, très bien, et la journée promo se passe très bien aussi. J’ai commencé ici, à Paris ce matin. Je suis arrivé de Toronto hier. Je vais à Stockholm ce soir, je continuerais demain à Milan, puis à Berlin …

Metal-Eyes : Une vraie tournée promo, donc, pour ton nouvel album. Mais commençons par ceci : quel regard portes-tu, deux ans après, sur ton album précédent, Wild cat ?

Danko Jones : Je suis très satisfait de tout ce qui est arrivé avec cet album : avant que l’album ne sorte, lorsque nous avons quitté le studio et que nous jouions ces morceaux sur scène, l’année s’est écoulée, l’an passé s’est écoulé, et j’en suis toujours très heureux. Je suis très heureux que nous ayons fait ce disque.

WarmTV : Aujourd’hui, nous sommes ici pour parler du nouvel album, A rock supreme qui sortira le 26 avril. Vous avez déjà sorti 3 singles pour ce disque. Quant tu as commencé dans la musique, c’était déjà comme ça pour la promotion ?

Danko Jones : Ce n’était même pas la même chose pour Wild Cat… On n’avait sorti qu’un single pour annoncer l’album. Là, c’est le premier album pour lequel nous avons bénéficié de temps. On a sorti We’re crazy… je ne sais plus, l’été dernier, je crois. Burn in hell est sorti en décembre ou janvier, au moment des fêtes, et maintenant Dance dance dance. Et il y a une vidéo pour chacun de ces titres, aussi, ce que nous ne faisions pas avant. Mais aujourd’hui, c’est tellement facile de sortir une vidéo, tel que nous le faisons. Nous n’y figurons pas : les gens nous filment en concert et assemblent le tout. Pour We’re crazy et Burn in hell. Dance dance dance est plus une « video officielle », dirigée par Amir Chandin qui a dirigé… sans doute toutes les vidéo d’hélicoptère que tu as pu voir, les Cardigans, quelques vidéos de Ghost, et nous adorons son travail. Et on le connait depuis plus de 15 ans. On s’est revus il y a quelques temps lors d’un meeting hélico, on est sortis le soir, on a discuté… Maintenant que nous avons repris contact, on lui a proposé. On l’a laissé choisir le concept, nous à Toronto, lui à Stockholm. Nous savions qu’il nous proposerait une super idée de vidéo qui nous emballerait et nous sommes ravis du résultat. Amir, bien qu’il se soit tourné vers le long métrage, continue de faire des vidéos musicales de temps à autre. Nous devions travailler avec lui il y a des années, mais nos plannings ne le permettaient pas. C’est un protégé de Jonas Akerlund qui a fait des vidéos pour… de Madonna à Metallica, en passant, je crois, par Lady Gaga, et il a fait le film Lords of chaos…

Metal-Eyes : Puisque nous parlons d’image, une des choses que le public remarquera certainement est l’illustration de ce nouvel album, très comics, ce qui est assez inhabituel dan sl’esprit Danko Jones…

Danko Jones : Ce qui est surtout inhabituel c’est qu’elle est très chargée. Nos autres albums bénéficient généralement d’une image très expressive, puissante. Nous adorons les premières illustrations, Ulf Lunden a réalisé cette pochette, il a fait les 2 dernières de Graveyard, et on adore son travail. Quand on l’a contacté, il avait déjà une esquisse de cette image d’une fille dans sa chambre. Fan de rock. Je ne sais même pas s’il s’agissait d’une fille ou d’une simple silhouette. On a bien aimé l’idée de cette rockeuse. Il y a plein de filles qui aiment le rock, mais on ne les met jamais en avant, alors c’était sympa à faire. Il y a beaucoup plus de détails que sur nos anciennes pochettes, avec plein de références à nos anciennes pochettes. Il y aune Gibson SG, des images… On en est très contents.

WarmTV : Il s’agit de votre 12ème album.

Danko Jones : 12ème en tout, 9ème album studio. Il y a 3 autres albums qui sont des sortes de compilations de morceaux inédits, démos, faces B, versions alternatives, ce genre de compilation. I’m alive and on fire est une compil de faces B et de titres inédits, B-sides parle de lui-même. Et Garage rock, des démos de 4 titres que nous n’avons jamais sortis mais que nous avons joués live. Je les ai retrouvés sur une cassette, dans une boite chez mes parents : nous les avons digitalisés, et transformés en disque il y a bientôt 4 ans. Alors, oui, tu as raison, il s’agit de 12ème album de morceaux originaux, mais seulement le 9ème en studio.

WarmTV : Tu as commencé en chantant ton amour du rock et des femmes, et aujourd’hui, tu continues de chanter ton amour du rock et des femmes. Backstage…

Metal-Eyes : et du sexe, à l’arrière d’une voiture !

Danko Jones (rire) : Oui, ça, ce n’est que sur une chanson !

WarmTV : Où trouves-tu cette énergie, plus de 20 ans après ?

Danko Jones : Les gens croient souvent que c’est simpliste et facile, mais en réalité, c’est un vrai défi quand tu t’imposes des choses et que tu ne travailles que sur trois accords, trois thèmes. C’est en gros ce que je m’impose depuis 20 ans.

Metal-Eyes : Te défier toi-même ?

Danko Jones : Oui, et c’est un vrai défi de trouver comment, une nouvelle fois, chanter au sujet de cette fille. Ou trouver une nouvelle manière de chanter au sujet du rock, ce que j’aime, comme I gotta rock, ou ici I’m in a band. Ce n’est pas quelque chose de délibéré mais je peux m’y référer aujourd’hui. Je suis certains qu’il y a une autre chanson qui traite du rock… C’est un thème auquel nous nous sommes ouverts ces dernières années, avant cela, nous étions un jeune groupe et ne voulions parler que de filles et de sexe. Maintenant que nous avons passé tant d’années dans un groupe, c’est devenu un sujet au sujet duquel chanter parce que : a/ il n’y a plus beaucoup de gens qui le font, et c’est une sorte de mémo disant qu’il ne reste pas tant de groupes, c’est donc devenu un sujet de discussions, ou plutôt de chansons, et ça ne me gène pas de le faire, ce qui sera encore le cas sans doute sur le prochain album. Mais il faut que le titre de la chanson soit bon. Le titre oriente la chanson sur son thème, il faut que ce soit assez anthémique, représentatif de la chanson.

Metal-Eyes : Qu’en est-il justement du titre de l’album, A rock supreme ?

Danko Jones : En fait, aucune des chansons de l’album de semblait pouvoir convenir pour représenter le disque. I’m in a band est un super titre de chanson, mais s’il devait être celui de l’album, il n’inclue pas Rich et John. Or, nous sommes un groupe. Ca a été difficile, on a beaucoup réfléchi à un titre, chacun a fait des propositions, et ça nous a tellement fatigué et un jour, c’était en France, lors de notre dernière tournée, nous n’avions toujours pas de titre. Fin novembre, début décembre… L’album avait été remis, l’artwork était prêt, et  Ulf avait placé A rock supreme comme dernier… détail. Rich a un jour lancé dans les loges « Pourquoi pas  A rock supreme ? », qui est un dérivé de A love supreme de Coltrane, que nous adorons tous, on a tous les 3 cet album. Le seul problème qu’on avait c’est qu’il s’agit d’un tel album légendaire, qu’on ne peut y toucher. C’est presque un sacrilège de ne serait-ce que le paraphraser. Et là, ça a été le déclencheur, j’ai dit « alors bordel, on devrait le faire, tout de suite ! »  J’aime vraiment cette idée, le côté un peu sacrilège. Ce n’est pas le même genre que le notre, alors personne ne peut vraiment nous accuser de plagiat. On n’appelle pas ce disque « Sgt Peter’s lonely hearts club band ». On est sorti de notre élément, et ça reste un disque qu’on adore. Ce n’est pas la première fois qu’on le fait, alors c’est presque une tradition pour nous d’intituler nos albums d’après des disques de jazz : Fire music a été directement inspiré du disque d’Archie Shepp (album de jazz de 1964). On parlait du titre de ce disque et je pestais « merde ! J’aurai voulu que nous inventions ce titre, Fire music. » C’est un de mes titres d’album préférés de tous temps. Et Shepp l’a trouvé, du jazz ! JC a suggéré de le prendre, genre, « on ne nous dira rien ». On l’a fait, et je pensais qu’on allait faire un million d’interviews pendant lesquelles on nous parlerait d’Archie Shepp, mais pas une seule question ! (rire) Ce n’est que maintenant, alors que nous nous sommes inspiré d’un album de Coltrane, que je commence à parler de Shepp, mais on ne l’a jamais fait pendant toute la durée de promo de Fire music, ou après, avec Wild cat, et maintenant, on me pose des questions au sujet de A rock supreme… Je crois que les gens croient qu’il y a un message caché derrière le titre de l’album, dans les textes, mais il n’y en a pas. Rien de profond ne se trouve dans les textes, tout reste assez direct et cru.

Metal-Eyes : J’ai une dernière question et je te laisse conclure, Erwan : Si tu devais ne retenir qu’une chanson de A rock supreme pour expliquer ce qu’est Danko Jones, le groupe, à quelqu’un qui ne vous connait pas, laquelle serait-ce et pourquoi ?

Danko Jones : JC séquence chaque album maintenant. Pour celui-ci, il a fait plusieurs tracklisting. Je crois qu’il n’y en a qu’un qui ne débutait pas avec I’m in a band. Je lui ai dit « allez, mec ! ça doit être I’m in a band ! » Ce titre est simple et direct, et c’est une vraie bonne déclaration d’ouverture. Quand je l’ai réécouté, une fois terminé, tout me représente, personnellement : les paroles parlent de moi – elles sont à la première personne. Maintenant que tout est fini, je crois qu’il s’agit de ce qui se rapproche le plus d’un hymne personnel auquel j’ai participé. Il y a certaines chansons que nous avons pu écrire qui font partie de mes favorites, mais celle-ci, je l’aime vraiment, elle me représente entièrement, le solo de guitare est sans doute mon solo préféré – je n’en fais pas beaucoup parce que je ne suis pas très bon dans cet exercice.

WarmTV : Tu étais en France en décembre pour 2 shows. Tu as sans doute entendu parler des Gilets jaunes que tu as vus en décembre, et qui sont encore là aujourd’hui. Quelle est ton opinion à ce sujet ?

Danko Jones : Oh, waow, ça n’a plus rien à voir avec la musique. Tu sais, je viens du Canada, et vous n’êtes peut-être pas au courant, mais ce mouvement a été récupéré au Canada. Par un groupe d’extrême droite, contre les immigrants et tout. Je ne crois pas que les Gilets Jaunes en France soit d’extrême droite (…) A la base, c’est la classe populaire,ai-je tort ? A la base, je soutiens les revendications. Je crois qu’il ne s’agit plus d’un secret : je suis plus à gauche qu’autre chose. J’ai grandi dans une famille très à gauche, mais je n’aime pas vraiment en parler. Ça devient brumeux, parce qu’au Canada, les Gilets Jaunes, à Alberta, sont racistes, contre les immigrants, les indigènes… Ca devient vraiment compliqué, maintenant : Gilet Jaune signifie différentes choses pour différentes personnes (…) Je ne peux pas dire que je suis pour ou contre en étant enregistré, parce que ce phénomène s’est développé au-delà de la France, dans mon pays. Ils ont récupéré le nom et transformé le reste. Ils tentent de se dissocier, au Canada, des autres mouvements racistes. Tous ces gens… C’est dingue, ils avaient ce truc contre les pipelines, contre les indigènes, contre l’écologie, ils se sont réunis à Ottawa… Quelle que soit ma réponse à ta question, elle sera interprétée de la mauvaise manière, parce qu’il s’agit de deux choses différentes… Tapes sur internet « Gilets Jaunes, Alberta », tu auras toutes les infos. Et ajoute le mot « raciste »…

Metal-Eyes : Je pense que nous allons conclure sur ces paroles…En tout cas, merci beaucoup, j’espère qu’on sera bientôt amenés à te retrouver sur scène. Il y a 2 shows prévus en France, j’espère qu’il y en aura plus à venir.

Danko Jones : Oui, il y en aura d’autres, puisque nous prévoyons une tournée des grandes villes en France et en Europe.

 

 ========================================================

Délectez vous également de cet amuse gueule:

ROYAL TUSK: Tusk II

Canada, Metal (eOne, 2018)

Certains albums arrivent en décallage et profitent d’une opportunité pour se dévoiler au grand jour. C’est le cas de ce Tusk II, second album des Canadiens de Royal Tusk qui vont bientôt tourner en Europe en première partie de leurs compatriotes de Monster Truck. Car Tusk II est déjà sorti en Amérique du Nord il y a quelque temps, et eOne se décide enfin à nous le proposer. « Enfin », car le groupe présente de nombreux atouts pour séduire un large public: des rythmes explosifs, une approche du metal très actuelle, une voix forgée à coup de clopes et papier de verre… Les First time, Aftermath, Reflection et autres Freedom ou Long shot évoquent tout autant Soundgarden ou Mudhoney que les plus récents Avenged Sevenfold, par exemple, et reflètent aussi l’esprit d’une certaine vague punk US des années 90. C’est à la fois rugueux et entraînant, très musical – la recherche du beat efficace et du refrain qui fait mouche – et authentique. Alors pour ceux qui le pourront, rendez-vous les 10 et 11 mai à l’Empreinte de Savigny le Temple et au Forum de Vauréal, ça risque d’être une jolie fête ! Pour les autres, vous voulez un bain d’une chaleureuse fraîcheur? Foncez découvrir Royal Tusk!

BLACK STONE CHERRY Live à Paris (Elysée Montmartre, le 3 décembre 2018, avec Monster Truck)

Black Stone Cherry, c’est la quasi garantie, pour tous les amateurs de Hard rock teinté sudiste, de passer un bon, voire un excellent moment, que ce soit sur disque mais plus encore sur scène. Et ce soir, les frangins du Kentucky, qui viennent soutenir leur dernier et très réussi dernier album, Family tree, sont accompagné des Canadiens de plus en plus en voguer de Monster Truck. Lire la suite

MONSTER TRUCK: True rocker

Hard Rock, Canada (Mascot records, 2018) – Sortie le 14 septembre 2018

Sittin’ heavy, le précédent album des Canadiens de Monster Truck paru en 2016, avait démontré que le hard rock vintage a encore de beaux jours devant lui. Une tournée plus tard – dont un passage remarqué à la Maroquinerie de Paris – et voilà que le quatuor remet le couvert et nous offre True rockers, un cocktail musical rock’n’rollesque de 11 chansons. Cocktail parce que Monster Truck ne se contente pas de ne jouer que du rock à 3 accords irrésistibles mais varie ses plaisirs (True rocker, Thunderstruck, Being cool is over…). Bien sûr, le morceau titre, puissant, direct et simple met les pendules à l’heure et surprend avec ce speech digne d’un télé évangéliste qui semble éructé par un clone de Dee Snider. Ben, non, par Dee Snider himself qui semble ainsi adouber Monster Truck. La suite évoque des univers sonores aussi variés que le rock sudiste, un peu de psyché 70’s, du heavy actuel digne de remplir des stades  (Evolution), le blues (Devil don’t care) et fait même quelques clins d’oeil au punk US des 90’s de The Offspring (Young city hearts). La ballade Undone apporte un peu de calme au milieu de cette tempête qu’on s’empresse pourtant d’accueillir les oreilles grande ouvertes. L’énergie et la mélodie sont ici toujours mises au service de l’efficacité d’un rock direct et pas forcément aussi simple qu’il le laisse paraître. C’est donc avec impatience et plaisir qu’on retrouvera Monster Truck en première partie de Black Stone Cherry à l’Elysée Montmartre le 3 décembre prochain qui nous présentera, en live, un de mes albums de cette rentrée.

Interview: ANVIL

Interview ANVIL. Entretien avec Lips (chant, guitare). Propos recueillis au Trabendo de Paris le 25 février 2018

Jamais trop tard pour bien faire, dit-on? Ben tant mieux, car bien c’est au mois de février que cet entretien avec le furieux leader d’Anvil a eu lieu. Pounding the pavement est encore chaud, alors retrouvons Anvil en interview avec un Lips en pleine forme juste avant de rencontrer, pour la toute première fois de l’histoire du groupe, son public parisien!

Metal-Eyes :Lips, merci de me recevoir jsute avant votre concert de ce soir. Nous allons parler de votre album, de scène et de Anvil, naturellement ! Pounding the pavement est sorti il y a un mois. Quels sont les premiers retours que tu en as ?

Lips : J’en sais rien ! Comment le pourrais-je ?

Metal-Eyes :En lisant les critiques….

Lips : Je ne lis pas la presse ! La presse ne signifie rien pour moi, absolument rien ! ça a toujours été comme ça ! depuis 40, ça ne veut absolument rien dire, ça n’a jamais rien changé, et il en sera sans doute toujours ainsi !

Metal-Eyes : Le titre de votre album peut avoir plusieurs significations…

Lips : Hein ?

Metal-Eyes : Oui, en français, « battre le pavé » peut aussi faire référence aux prostituées qui arpentent le trottoir…

Lips : Non, non ! Faire le trottoir ? Non, fuck ! C’est incroyable ce que les gens peuvent avoir l’esprit tordu ! C’est tellement à côté de la plaque, je ne peux pas le croire ! Aw ! « Battre le pavé » signifie simplement que tu vas chercher du boulot. C’est aussi simple que ça ! C’est ce que ça veut dire, je ne sais pas où tu es allé chercher cette idée… Quoi ?

Metal-Eyes : Ben, c’est aussi ce que font certaines, arpenter les rues pour bosser…

Lips : Ce que ça veut dire, c’est comme le VRP qui vend des aspirateurs au porte à porte. Tu vas de porte en porte pour essayer de vendre ton truc. C’est en gros ce que nous faisons, on le fait depuis 40, du porte à porte, de club en club, de ville en ville, tenter de convaincre les gens que nous sommes suffisamment bons pour qu’ils achètent nos CD, t-shirts et pour qu’ils viennent  à nos concerts.

Metal-Eyes : Anvil a toujours été considéré comme un porte-parole du heavy metal classique, voire du speed metal, mais les temps ont changés en 40 ans. Alors, sans refaire l’histoire du groupe, quelle a été votre évolution entre vos deux derniers albums.

Lips : Un grand cycle… On a commencé en n’ayant pas idée de ce qu’on faisait, on a fait un paquet de découverte accidentellement exprès, avons développé un public, pas reconnu ce que nous avions créé… Des membres du groupes ont perdu de vue qui et ce que nous sommes, ont créé des tensions, sont partis, ne laissant que Robb (Reiner, batterie) et moi. Tu sais, notre guitariste originel a voulu s’approprier le crédit de « l’importance » qu’avait pris le groupe sur les 3 premiers albums sans pour autant prendre une once de responsabilité d’avoir tout foutu en l’air… Les bonnes choses mais pas les mauvaises ! Tu as le choix entre bosser avec Johnny Z., le patron de Megaforce, ou avec David Krebs, qui s’occupait de Scorpions, Aerosmith… Eh bien, tu ne vas pas t’acoquiner de ce genre de type qui s’occupe de Scorpions ou Aerosmith si tu fait du heavy metal ! Ce mec ne savait même pas qui diable nous étions. Tu te retrouves sur scène à jouer 666 et le mec vient te voir en disant « vous n’allez nulle part avec ça ! » Maintenant, 40 ans plus tard, devine quelle chanson a servi dans le film qui a fait un carton (The story of Anvil, 2008) ? 666 ! Ouais, on va nulle part avec ça ! Le guitariste à l’époque… on devait écouter tout ce qu’il disait : il nous a mis sur des dates avec Bryan Adams et Aerosmith, nous dit « voilà ce qu’on doit devenir » Hein ? Quoi ? A ce même moment, Johnny Z. prend des paris en signant Metallica, Anthrax, Testament et tous ces groupes de metal ! Il voulait signer Anvil, mais Dave ne voulait pas bosser avec lui ! Il a quitté le groupe, mais avant ça, a tout saboté. On a pu jouer avec Aerosmith devant des responsables de label, et le mec se défonçait sur cette putain de cocaïne, l’alcool, baisait n’importe où et… s’est planté en foutant en l’air toutes nos opportunités. Mais ça, il n’en assume rien ! Maintenant, on fait ce qu’on souhaite faire ! C’est pour ça que je parle de cycles : aujourd’hui, je sais exactement ce qu’on doit faire et avec qui le faire !

Metal-Eyes : Mais tu es toujours resté le même ?

Lips : Oui, et maintenant, en gros, on continue dans l’esprit dans lequel nous avons débuté, et on fonce. C’est ce que je fais !

Metal-Eyes : En 1983, Anvil connaissait une popularité similaire à celle de Metallica. Comment expliques-tu ces succès opposés par la suite ?

Lips : Parce que, entre 1983 et 1987, il n’y avait pas de disque ! Au moment le plus important de notre carrière, lorsque nous devrions proposer de nouveaux disques, partir en tournée, on fait quoi ? On reste assis et on ne fait rien ! On fait quoi ? On prépare un disque qui n’aurait jamais dû arriver. Et au moment où sort cet album, ce n’est pas le bon type de disque ! On peut toujours voir les choses avec du recul : ce qu’on aurait dû faire, c’est se séparer de cette mauvaise graine (Dave Allison), et si nous voulions avoir un second guitariste, aller chercher quelqu’un comme Marty Friedman, ou avoir un second lead guitariste comme nous l’avions fait pour l’album Worth the weight, et sortir ce disque au lieu de Strength of steel !

Metal-Eyes :Strength of steel, c’était votre choix ou vous avez subi l’influence de gens extériers?

Lips : On a été influencés ! Par David Krebs, et par Dave Allison qui a tout foutu en l’air ! C’était contre ma volonté… Tout était contre moi, j’avais à faire face à une mutinerie. Et j’avais le choix entre partir – ce que mon premier  label m’encourageait à faire : « barre toi et monte un nouveau groupe » ! – ou continuer et sombrer avec le navire. Eh bien, j’ai sombré avec le navire !

Metal-Eyes : Parce que tu en es le capitaine.

Lips : J’en suis le capitaine et… Que pouvais-je faire? Je les ai laissés monter à bord.

Metal-Eyes : Tu as sombré avec le navire, cependant, tu n’a jamais fait machine arrière.

Lips : Non!

Metal-Eyes: En 2008, il y a eu le film The story of Anvil. Ressentez-vous encore les effets que ce film a eu sur votre carrière ?

Lips : Oh, bien sûr… Tu vois, ça fait partie d’un tout. Quand tout a merdé dans les années 80, je me suis dit que je continuais, que je savais ce que je devais faire et comment le faire. Je me disais qu’un jour, un de mes fans allait grandir, devenir un responsable de maisons de disques ou quelque chose, et que j’allais enfin signer un contrat, que tout irait mieux, plus tard. C’est ainsi que je voyais les choses. Je sais que je suis un bon, très bon compositeur, je savais ce que j’avais en moi, ce que j’ai créé, ce qui est à moi que personne ne peut avoir : ma voix, mon jeu de guitare, tout cela est vraiment unique et, au bout du compte, ce sera reconnu. Si je travaille suffisamment et que j’en suis vraiment convaincu, c’est ce qui se passera ! Je raconte tout ça à Johnny Z. sur un parking et il me dit que je suis complètement dingue. « On cherche d’autres gars et on met le feu maintenant ! » Mais je ne pouvais le faire à ce moment, il fallait que je laisse toute cette tension retomber. Finalement, ce gamin qu’on a rencontré en 1992 au Marquee de Londres devient… scénariste pour Steven Spielberg. 25 ans plus tard, il revient dans ma vie et me dit « je vais faire un film ! » Moi ? « Bingo !Voilà le gars que j’attendais!” Ce que je disais à Johnny Z. s’est produit ! Et pas seulement ça, mais ce gars est allé voir Johnny Z., lui a parlé et Johnny Z. est dans ce putain de film ! Tout arrive pour une raison… Le film a-t-il eu un impact ? Oui, je le savais, même avant qu’il ne soit tourné ! Aussitôt que le réalisateur a dit – et on ne parle pas d’un rigolo avec une caméra vidéo, on parle d’un mec qui travaille à Hollywood ! – dès qu’il a dit on le fait, je savais que mon moment était enfin arrivé ! ce qui est triste en revanche, c’est le fait que les gens sont stupides, le grand public est vraiment stupide : ils viennent nous dire que la seule raison pour laquelle on est célèbres c’est le film… Allons ! La raison pour laquelle je suis connu, c’est la musique ! Il n’y aurait jamais eu de film s’il n’y avait pas d’abord eu la musique ! C’est clair, non ? Mais c’est facile à oublier parce que les gens oublient le passé, ils ne voient que le présent… Et ils ne regardent pas plus loin que ça ! Maintenant… après le film, le groupe serait mort sur place s’il n’avait pas de crédibilité. Si nous n’étions pas un bon groupe, notre histoire serait morte aussi rapidement que le film est arrivé. Mais ce n’est pas le cas. Nous sommes sortis, avons tourné et battu le pavé comme jamais nous ne l’avions fait de nos vie ! Le groupe est aujourd’hui 10 fois plus important qu’il ne l’a jamais été, même au plus haut des années 80 ! Ce qui est génial pour moi ! Ça ne pouvait tomber à un meilleur moment, dans le sens où… je ne peux plus aller bosser comme livreur, c’est fini, mon dos est flingué, je ne peux plus faire ce genre de boulot ! j’en ai fini avec ces boulots, mais ce avec quoi je n’ai pas fini, c’est le rock n roll. Tu n’en finis jamais ! Tu le fais, jusqu’à ta mort ! Maintenant, je finis par faire ce que j’étais supposé faire. J’ai dû emprunter cette route difficile – qui n’était pas si difficile… Ce qu’elle m’a apporté ? Une famille, ma propre maison, la sécurité pour le reste de ma putain de vie. Il y a des musiciens qui peuvent travailler une vie entière sans jamais rien obtenir ; J’ai tout obtenu, alors il n’y a aucune amertume.

Metal-Eyes : Je n’entends aucune amertume…

Lips : Non, non… Je veux simplement que le message soit clair : le groupe ne s’est pas planté parce qu’on était mauvais, le groupe s’est planté parce qu’on s’est fait baiser. Baisés comment ? Venons-y : en 1982, Attic records a vendu nos droits à un label français, je ne sais plus lequel. Ils ont pressé, piraté, des centaines de milliers de picture discs de Hard and heavy et Metal on metal, les ont distribués à travers la planète sans nous verser un putain de centime ! Anvil a vendu des centaines de milliers d’albums qui n’ont jamais été comptabilisés.

Metal-Eyes : C’est vraiment l’histoire d’Anvil…

Lips : Oui, et personne ne peut dire qu’on pue et qu’on n’a jamais rien vendu, rien de tout ça n’est vrai. Ce sont des faits !

Metal-Eyes : Comment expliques-tu le fait de n’avoir que rarement joué en France, et jamais à Paris ?

Lips : Peut-être qu’il y a un rapport avec ces bootlegs ? Peut-être que les gens dans ce business, ici, en France, sont des branleurs malhonnêtes…J’en sais rien, pour tout te dire. Mais j’ai une punaise dans les fesses qui me gêne, et qui m’a gêné pendant des années : on a signé des dates un bon nombre de fois, et elles ont été annulées. Pourquoi ? Je n’en sais rien.

Metal-Eyes : Mais ce soir, vous êtes ici…

Lips : Nous sommes ici, j’en suis reconnaissant et super content, et je vais donner au public ce qu’il est venu : un spectacle que personne ne sera prêt d’oublier ! C’est ce qui va se passer ! (rires)

Metal-Eyes : Il y a deux ans, vous étiez censés jouer à Paris, mais encore une fois, ça a été annulé, mais pas la date de Lyon… Tu te souviens de la raison de l’annulation…

Lips : Non… Il y a toujours une raison, mais on ne me la donne jamais. En 1983, on devait déjà jouer au Moulin Rouge avec Overkill… Ça avait aussi été annulé ! Je ne sais pas si on déjà joué à Paris ! En 1982, on devait ouvrir pour Accept ! La veille du concert, un des gars d’Accept est tombé de scène et s’est cassé la jambe ! Ce concert aussi a été annulé ! Malchance, j’en sais rien !

Metal-Eyes : Tu a vécu beaucoup de choses avec Anvil, quels sont encore tes rêves de réalisation avec Anvil ?

Lips : Il ne s’agit pas de savoir ce dont je peux rêver ; tous mes rêves sont devenus réalité, tout ce que je voulais est arrivé. Si je meurs demain, ça roule. Ma place est un bon endroit, j’adore ce que je fais et je profite de chaque instant de ma vie, à 100%.

Metal-Eyes : Si tu devais choisir une chanson de votre dernier album pour expliquer aux gens ce qu’est Anvil aujourd’hui, ce serait laquelle ?

Lips: Doing what I want !

Metal-Eyes : Pour quelle raison ?

Lips : Parce que je fais ce que je veux ! (rires)

 

ANVIL: Pounding the pavement

Heavy metal, Canada (SPV, 2018)

Si Anvil a connu, au cours des années 80, un joli début de gloire pour mieux sombrer dans un injuste oubli, il fait aujourd’hui, depuis le film qui lui a été consacré, partie des éternels challengers. Sans aucun doute le capricieux succès restant à la porte a-t-il inspiré le titre de ce nouvel album. Car Anvil ne lâche rien et continue de battre le pavé (Pounding the pavement, en anglais, et accessoirement le titre de son nouvel album) en rongeant son frein. L’envie est toujours présente, et cela s’entend dès Bitch in the box, un heavy carré et entraînant à la mélodie mémorisable. La voix de Lips est puissante et rugueuse et sied parfaitement. Anvil s’amuse par la suite avec les rythmes proposant ici du speed (Ego), de la lente oppression (Smash your face, pas totalement convainquant), un instrumental efficace (Pounding the pavement, qui m’évoque Accept), du rock n roll débridé à la Motörhead (Rock that shit, le bien nommé), du heavy pur jus, mais toujours teinté de mélodies variées et puissantes. Pounding the pavement est un album qui sent le plaisir de jouer, et parfaitement adapté pour les concerts. Espérons seulement qu’Anvil puisse, sans morceau immédiat, trouver un public plus large, ce qu’il mérite vraiment.

ANNIHILATOR: For the demented

Thrash, Canada (Silver lining, 2017)

Annihilator n’a pas dit son dernier mot. ça sonne comme une conclusion? Ben oui, et alors? A la première écoute, ce For the demented, nouveau disque du groupe de Jeff Waters me semble plus efficace que le précédent opus studio, Suicide society, trop orienté Megadeth et Metallica. Ici, Waters se concentre sur ce qu’il sait faire de mieux: du thrash old school, aux rythmes endiablés. Forcément, on trouve des traces de ses mentors, mais pas que: certaines (rares) ambiances évoquent même Ghost, c’est dire! L’ensemble est compact, brutal et direct, tout au long des ces 10 morceaux d’une puissance sans pareille. dernière tournée et sur Triple threat, CD/DVD paru l’an dernier. Bien sûr, s’il chante toujours « à la » Mustaine, il semble avoir beaucoup progressé et gagné en confiance. PLutôt que de courir derrière la perle rare, autant se faire confiance, non? D’autant plus que ses accompagnants prennent un certains pouvoir, notamment Fabio Alessandrini qui s’impose comme un des meilleurs batteurs de sa génération. Mais non! Un coup d’oeil aux crédits montre qu’une fois encore, Jeff Waters s’est chargé de tout, jusqu’à la programmation de la batterie… Et ses rythmes son épileptiques et accompagnent merveilleusement un ensemble syncopé, digne d’une crise cardiaque. Vous voulez savoir? Ça sent le Hellfest à plein nez, tant ça cartonne de bout en bout… On en redemande!