TONIC BREED: Fuel the fire

Norvège, Thrash (Ep, M&O, 2022)

Je n’ai trouvé de traces que d’un seul Tonic Breed, groupe de thrash formé en Norvège sous forme de quatuor, auteur de 2 albums avant de se séparer en 2019.Patrick K. Svedsen remonte son projet seul et publie aujourd’hui un Ep 4 titres, Fuel the fire, ultra pêchu et bourré d’invités. C’est simple, les amateurs de thrash old school – besoin de citer des noms? on va chercher du côté d’Exodus, Testament, OverKill, Slayer ou Metallica – trouveront leur dose de puissance et d’efficacité. C’est heureux d’ailleurs, car en s’adjoignant les services (passagers) de Dirk Verbeuren et Bernt Jansen (Megadeth et Wig Wam) sur le morceau titre, de Bjorn Strid (Soilwork) et, sans doute moins connu mais bigrement efficace, Martin Skriubakken (batteur de Endezzmai) sur No rocks on the scotch et Olivier Palotai de Kamelot sur H.E. Antagonist, il ne pouvait en être autrement. Ca speede et ça cartonne dans diverses tonalités d’une efficacité sans pareille. Blood Moon, qui clôt cet ensemble beaucoup trop court, est sans doute le titre le plus prog et le moins thrash de l’ensemble, montrant une facette moins agressive et quelque peu plus « passe partout » du projet. Fuel the fire est, espérons-le, un amuse gueule anonciateur d’un album qu’on attend avec impatience. Une vraie réussite!

MEGADETH: The sick, the dying… and the dead !

Thrash, USA (Universal, )

Si Megadeth nous a récemment montré le visage d’un Dave Mustaine vieillissant et amaigri, musicalement, les légendes du thrash US reviennent avec un album d’une puissance exemplaire. The sick, the dying… and the dead!, le nouvel album de la bande désormais plus internationale qu’américaine est une vraie cure de thrash direct, speedé et dans ta face. L’intro du morceau titre avec cette voie d’outre temps qui scande « Bring out your dead! » pose un cadre sombre et mortifère. Si le titre puise dans le heavy metal pur jus et rappelle les meilleures heures du combo, la suite ne fait pas de prisonniers. Ca tabasse sec et ça speede à tout va sur Life in hell et Night stalker avant de retrouver un semblant de calme avec Dogs of Chernobyl. Le chant de Mustaine sur Sacrifice peut parfois surprendre: si le timbre est là, il module comme s’il était en légère transe. Junkie retrouve cet esprit heavy old school tandis que Psychopathy et ses rythmiques tribales, le chant parlé, les guitares hurlantes, sombre dans une forme de folie sonore incontrôlée. C’est le titre le plus court et barré de l’album qui précède un Killing time qui aurait pu figurer sur Countdown ou Youthanasia, suivi d’un Soldier on! martial au refrain le plus chantant de l’album. Celebutante évoque le heavy anglais speedé des 80’s (ne ratez pas ce « Ouh la la » sexy au début du titre, mot qui désigne une débutante qui fait tout pour être – se croire – célèbre) qui bascule rapidement dans du Megadeth typique. Si The sick, the dying… and the dead! traite principalement, comme son titre l’indique, de maladie et de mort, Mission to mars fait figure de morceau à part. Mais autant le danger et l’isolement sont réels , autant une telle mission peut faire et fait rêver des milliers de personnes. Le break complètement syncopé et épileptique est admirable de précision. Clin d’œil évident à son public, Megadeth clôt ce nouvel album à la manière d’un Terminator: We’ll be back finit de convaincre et d’achever l’auditeur et l’on ne peut qu’être convaincu que 1/ Megadeth est loin, très loin d’avoir dit son dernier mot et 2/les anciens n’ont vraiment rien à craindre de la jeune génération qui a encore beaucoup à apprendre. The sick, the dying… and the dead! bénéficie de plus d’une production plus que soignée, d’une pochette dont on se délecte… Penser que les deux années de crise sanitaire ont pu enrager certains musiciens au point qu’ils puissent concevoir de tels bijoux n’a sans doute rien d’illusoire tant ce disque risque de devenir un incontournable de Megadeth. Et comme les meilleurs album de la bande à Mustaine, The sick, the dying… and the dead! nécessitera bien plus d’une écoute avant d’être assimilé tant il regorge de morceaux à tiroirs et de détails étonnants. Superbe de bout en bout!

HELLFEST WARM-UP: l’Astrolabe d’Orléans, le 5 mai 2022

C’est désormais une habitude: le Hellfest propose sa tournée Warm-up en sillonnant les routes de France l’espace de trois bonne semaine. Ce soir, le cirque passe par l’Astrolabe d’Orléans avec dans ses bagages les Espagnols de Crisix, les Rennais de Tagada Jones (deux habitués du fest) et les locaux du soir que sont Speed Jesus, sans oublier le concours d’air guitar et le photobooth HF. Une belle soirée à laquelle assistent un peu plus de 400 spectateurs qui ont bien fait de venir.

La soirée commence par une interview avec Busi B., plus que sympathique guitariste de Crisix, suivie d’une autre avec Niko, guitariste, chanteur et fondateur de Tagada Jones – interviews à retrouver sous peu sur Metal Eyes – avant de se plonger au cœur de l’évènement et retrouver le public en train de faire la queue au… Non, pas au bar mais au point d’adhésion. Une adhésion obligatoire si l’on veut pouvoir consommer et se sustenter. Seul point de reproche que je puisse faire à cette salle par ailleurs plus que sympathique que cette obligation d’adhérer… Quid de ceux qui ne viennent qu’une ou deux fois par an – et il y en a? ? Reste que la disposition se prête aux différentes parties de la soirée: une grande salle qui accueille les concerts – capacité de 500 à 600 personnes – une petite salle pour le concours d’air guitar, le photo booth et le bar et un grand couloir avec vestiaire et merch (dont quelques exclu Hellfestives, svp, et un accueil très chaleureux et jovial).

 

Speed Jesus

A 21h, Speed Jesus ouvre le feu et tire à boulets rouges ce qu’il peut. Le chanteur/hurleur crache sa colère accompagné par une section de cordes énervées (« cordes », oui, guitare et basse) et un batteur qui parfois se perd dans une intro provoquant un faux départ.

 

Le quatuor habillé comme à la ville se démène pendant pas loin de 40 minutes, chauffant un public pas encore très nombreux mais assez réactif. Une mise en bouche efficace.

Speed Jesus

 

Crisix

La scène est rapidement dégagée, laissant plus de place aux groupes vedettes qui partagent le même kit de batterie. Si l’histoire qui lie Crisix au Hellfest tourne à la passion (un premier HF sous Altar, un HF from home l’an dernier, ce warm up suivi d’une main stage en juin) celle entre Crisix et la France devient également de plus en plus sérieuse. Il faut dire que le groupe catalan de thrash sait tenir une scène et, si ça joue plus que sérieusement, les 5 sont là pour s’amuser. Ca commence d’ailleurs avec une vidéo à la Metallica montrant les conditions de vie de cette tournée. Le guide n’est autre que leur mascotte qui éructe ses explications (même Groot parle plus clairement!)  fort heureusement traduites par un… traducteur (fort, ça, vraiment, je m’admire…) qui témoigne de la largeur du couloir et des couchettes du tour bus, de l’utilité des WC… Fun dès le départ.

Warm up Hellfest

Ce sont ensuite pas loin de 45′ d’une folie ravageuse et contagieuse qui déboulent. Julian Baz est très en voix et sa rage est simplement communicative, ce qui est d’autant plus aisé lorsqu’on voit le sourire qu’il affiche entre deux titres, sourires que l’on retrouve chez chacun des musiciens. Le groupe propose de futurs classiques – Speak your truth, WNM United (allez voir le clip avec une palettes d’invités internationaux, le propos est clair), Get out of my head, un medley liant Metallica et Trust parmi d’autres références.

Warm up Hellfest

Le public est plus que mis à contribution, les musiciens lui demandant des circle pits, Julian initiant un wall of death et même, sur Macarena mosh, après avoir constaté la présence de deux portes menant vers la petite scène, l’invitant à sortir par l’une et revenir par l’autre dans une sorte de furieuse chenille metallique. Eric Perrin, chargé de com du HF, se marre tout en continuant de filmer la scène.

Crisix conclue avec le désormais incontournable Ultra thrash, rejoint par sa mascotte – un roadie masqué, ça vous rappelle quelque chose? C’est tout le mal qu’on peut souhaiter à ce plus que sympathique  groupe au thrash redoutable d’efficacité de devenir aussi grand que vous savez qui. A ne pas manquer au Hellfest (vendredi 24 juin, Mainstage 2 à 12h15). Avec possible distribution de pizza…

Warm up Hellfest

Voici 20 ans que Tagada Jones n’a pas fait halte à l’Astrolabe. Le public s’est cependant déplacé et la salle se rempli dès l’extinction des feux. Et ça commence par une panne électrique… Un des responsables de ce warm up vient rapidement rappeler certaines choses au public concernant le warm up, la possibilité de gagner un pass 2023 et d’autres prix, le HF, remerciant les groupes et l’orga, ainsi que le local de l’étape, Eric Perrin, orléanais, avant que le concert ne débute vraiment.

Tagada Jones

C’est également une belle histoire qui lie Tagada Jones et le HF, le groupe ayant fait sa première apparition en 2014, étant, comme Crisix, à l’affiche du HF from home de l’an dernier et de retour à Clisson, sur la Mainstage 2, svp, dans quelques semaines. Cependant, TJ va droit au but et ouvre son show avec un A feu et à sang repris en choeur par un public chauffé à blanc qui se masse et pogotte. Nous avons la rage, le bien nommé, Je suis démocratie au refrain une nouvelle fois scandé par le public, De l’amour et du sang… C’est un défilé d’hymnes que nous offrent les quatre.

 

 

Tagada Jones

Comme me le disait Niko avant le show, Tagada Jones, il n’est « pas sur scène pour parler de politique. On dit assez ce qu’on pense sur disque, là on vient pour que le public passe un bon moment », et c’est exactement le cas. Même si Stef fait mine de souffrir avec sa guitare, il va chercher le public autant que  Waner, derrière sa basse, tout sourire. A deux dates de la fin, la forme et l’envie sont intacts. Les 50′ défilent à vitesse grand V, classique après classique – Vendredi 13, Le dernier baril, De rires et de larmes jusqu’au final incontournable Mort aux cons. Vous vous en doutez, ce sera à e pas manquer: Tagada Jones est à retrouver au HF 2, également sur la main 2, mais cette fois ce sera le dimanche 26 à 15h40.

Tagada Jones

Merci à Eric Perrin d’avoir rendu ce report possible, à Busi (Crisix) et Niko (Tagada Jones) pour les interviews express et à toute l’équipe du Warm up pour la bonne humeur et l’ambiance de feu. Vivement juin!

PRIMAL RAGE: Awakening the masses

France, Thrash/Hardcore (M&O, 2021)

On ne va pas passer par 4 chemins: Awakening the masses, le premier album de Primal Rage depuis deux décennies, est un de ces putains de crochets qui te mettent genoux à terre en moins d’un round. Le groupe Savoyard a décidé de refaire parler la poudre et nous propose un album coup de maitre. Le thrash hardcore que propose le groupe est simplement redoutable. L’efficacité réside, au delà de la qualité des composition, dans les refrains et les chœurs qui présentent un groupe à l’unisson, une formation avec pour objectif commun d’entrainer l’auditeur et/ou le spectateur dans cette tempête de rage contrôlée. Putain, ces mec ont leur place à la Warzone direct! Zou, allez me faire des circle pits et des wall of death! Ca bastonne et ça dézingue à tout va! On pourrait faire l’analyse de chaque titre qu’on en reviendrait à la même chose: de Repression au morceau éponyme en passant par FFF (un rapport avec le groupe? mais non…) Racial hate, No cure for hate ou… bref, une conclusion s’impose: « ça le fait grave et sévère ». C’est certes brutal mais c’est également, surtout, salvateur. Alors, simplement, tout simplement, laissez-vous tenter et entrez dans cette massez que Primal Rage veut réveiller. Espérons simplement qu’il ne faille pas une nouvelle double décennie pour un nouvel album, mais laissons celui-ci vivre pleinement sa vie!

 

DEFICIENCY: Warenta

France, Thrash (Metal East, 2022)

Nous avions pu rencontrer, il y a 5 ans, Deficiency qui présentait alors The dawn of cousciouness, une tatane thrash qui enfonçait le clou de son prédécesseur, The Prodigal son, album très bien reçu. « On a pas mal tourné avec The dawn of cousciousness, jusqu’en 2019, nous explique Laurent Gisonna, chanteur et guitariste du quatuor. On a ensuite pu se concentrer sur la suite. On a pu capitaliser sur les bases de ce que nous avons vécu précédemment et travailler les bases de ce nouvel album, Warenta« . Les Lorrains de Forbach reviennent aujourd’hui avec Warenta, un concept album qui traite de ce monde rude des mines de charbon et de ses extracteurs, les mineurs aux gueules noires des années 40. On peut aisément imaginer que la diffusion récente de la nouvelle version de Germinal, une des chefs d’œuvre d’Emile  Zola, a pu inspirer Laurent Gisonna et sa bande, mais il n’en est rien. « L’histoire qu’on raconte concerne la mine et les mineurs mais ne traite pas d’eux. Ca concerne ces personnes-là parce que c’est la population qui habitait cet endroit et qui a vécu les évènements qu’on relate dans cet album, mais, en l’occurrence, ce n’est pas une histoire sociale qu’on veut raconter. On se détache de cet angle-là. Nous, ce qu’on a voulu raconter, c’est plutôt une histoire locale basée autour de légendes, croyances, superstitions… Il y a un fond de vrai, mais la mine est simplement le cadre, plus que le cœur de l’histoire. » Donc, Deficiency n’est pas encore le nouveau Zola…

Cependant, 5 années se sont écoulées entre les deux derniers albums du groupe, alors, comment Laurent analyse-t-il l’évolution de Deficiency? « Déjà, on a un « nouveau » batteur puisqu’on s’est séparés de Tom en 2018. Bon, il n’est pas si nouveau que ça, Benjamin (Jaksch)… Il n’est pas forcément influencé par les scènes extrêmes, mais il a su se mettre au diapason ». Il frappe fort, pourtant… « Oui, il frappe très très fort, confirme Laurent. Je pense qu’il a une autre sensibilité, il caresse son instrument différemment, il a plus de subtilité dans son jeu que nos batteurs précédents, et je pense que ça s’entend, que ça apporte quelque chose de plus musical dans l’identité sonore du disque. On a su, je pense , garder notre identité, même si la voix y fait beaucoup – j’ai quand même voulu tester des choses nouvelles; On a poussé le curseur un peu plus sur les ambiances, les structures, les côtés symphoniques. Les ingrédients étaient déjà tous réunis mais on les a travaillé de manière à ce que le tout soit plus fluide, qu’il y ait moins d’information et que ce soit plus cohérent. » La réalité c’est que Deficiency reste profondément ancré dans le thrash avec, également, ces breaks, ces moments plus soft éparpillés ici et là qui permettent de respirer, de se poser un peu. Il y a aussi, en effet, la voix de Laurent, qui alterne avec une facilité déconcertante entre rage thrash et grognements death, distingue le groupe de ses concurrents (et néanmoins amis). Comment la travaille-t-il pour alterner avec autant d’aisance. « La travailler, je ne sais pas… C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire. Peut-être que ça parait plus simple sur cet album, c’est lié à l’expérience, à l’âge qui fait que je peux toucher d’autres sonorités, d’autres fréquences que je n’avais pas l’habitude de chatouiller avant. Je crois avoir su garder mon identité tout en allant chercher de la nouveauté, et c’est un sacré défi! La voix c’est aussi un instrument, et ça se travaille, ça s’entretien de la même manière que la guitare ou la batterie. »

On ne passera pas à côté de l’invité de marque que le groupe « au delà des prières et des danses vaudou qu’on a pu faire quand on l’a abordé » a su convaincre de participer à I am the misfortune herald. « Bjorn « Speed » Strid, au delà de la musique de son groupe qui est dans la même ligné que nous, j’ai toujours apprécié son chant, il m’a beaucoup influencé dans sa manière de passer d’un état à un autre. Il recherche la mélodie, le refrain parfait qui s’ancre dans ton esprit. A mon modeste niveau, j’essaie de reproduire cet esprit. On lui a en fait simplement envoyé un mail, puis le morceau, ça l’a intéressé et _ça s’est fait. Simplement… Il y a aussi cette période de confinement qui fait que certains ont sans doute eu un peu plus de temps pour ce type de collaboration, pour tenter autre chose« . D’accord, mais si le thème de l’album n’avait pas été les mines, le groupe aurait-il invité quelqu’un d’autre que le chanteur de Soilwork, du « travail de la terre »? Il se marre: « Bien vu, mais, non! C’est indépendant de notre volonté. Ca se serait appelé Balais ou Poutre, on l’aurait quand même invité. C’est juste que, artistiquement, on les adore« .

Le groupe a pu enregistrer en studio, mais chacun son tour « On a voulu garder l’authenticité du studio. Le processus a duré quelque mois, mais au final, on est totalement satisfaits du résultat qui sonne moderne et ne vieillira pas avec le temps, je pense. » Justement, comment Laurent définirait-il la musique de Deficiency pour inciter quelqu’un qui ne connait pas son groupe à en écouter plus? « Ouh la! C’est compliqué comme question! Je ne suis pas forcément le plus objectif pour en parler… Mais disons que nous ne nous contentons pas de jouer du thrash pur et dur. On a une base de thrash moderne, mais nous ne nous donnons aucune limite d’exploration. C’est assez ouvert d’esprit, alors si tu es ouvert d’esprit en matière de metal, tu va t’y retrouver« . Il y a, c’est vrai, une belle variété de morceaux sur Warenta. Si Laurent ne devait en retenir qu’un seul pour expliquer à quelqu’un ce qu’est Deficiency aujourd’hui, lequel serait-ce? « Super dur… (rires) Chaque titre a son identité, si tu prends… » Je l’interromps alors qu’il commence à décrire les différentes chansons et le recentre sur un seul titre… « Je ne peux pas répondre… Bon, allez, je vais me lancer avec The feathers. C’est le morceau qui fait la jonction entre tout ce qu’il y a : des mélodies toujours prenantes, un refrain fort et fédérateur, un esprit un peu progressif et, aussi, les riffs qui vont vite et qui font secouer la tête (rires)« . Il se trouve aussi que c’est le titre le plus long (7’09), celui dans lequel le groupe a pu mettre un peu de tout (il confirme).

Terminons avec le classique de Metal Eyes: quelle pourrait être la devise du groupe? « Ah, elles sont compliquées tes questions, cher MP… « Du metal varié mais du metal quand même« , ça te va? » Oui, parce que Deficiency avec Warenta est définitivement metal. Du thrash qui dépote sans pour autant prendre la tête sauf pour la secouer. Alors inutile de se priver, réservons à Warenta un accueil digne de ce nom, d’autant que les dates commencent à être annoncées. Un groupe à ne pas rater sur scène!

Propos de Laurent Gisonna recueille le 15 mars 2022.

 

 

DEAD TREE SEEDS: Back to the seeds

France, thrash (EP, Music-Records, 2022)

Il y a un peu moins d’un an, nous avions découvert Dead Tree Seeds avec son second album, le bouillonnant et explosif Push the button (chro avec ce lien). Et comme ils nous l’avaient promis, les voilà qui reviennent avec un Ep, Back to the seeds. Quatre titres, dont un seul est nouveau -1796, année de l’élection de George Washington, premier président des Etats Unis – les trois autres sont extraits de leur premier album, Seed of thrash paru en 2013 (Set the fire, Torture and rage, Hommage to thrash). Alors certes, ici, peu de surprise, on est en terrain plus que connu: du thrash version Exodus et Slayer, teinté de Nuclear Assault et Sodom. ça dépote et ça défonce sévère, en allant simplement droit au but. 1796, le nouveau titre, est simplement brut de décoffrage et fonce dans le tas. Prémices de l’album à venir? C’est alors plus que prometteur. Dead Tree Seeds, petit à petit, continue de se frayer un chemin parmi les incontournables du thrash made in France.

BURNING DEAD: Fear and devastation

France, Heavy Thrash (M&O, 2022) – sortie le 25 février 2022

Fear & devastation, c’est le titre du premier album des Frenchies de Burning Dead qui avait annoncé « avec grand plaisir » sur son site « devoir retarder la sortie » de ce, Fear & devastation, premier album au 25 février. Etre heureux de voir la sortie de son bébé repoussée, mais quelle en est la cause? Une signature avec le label M&O ouvrant de fait plus de portes qu’une sortie indépendante. Cela valait-il le coup d’attendre?  Clairement, oui. Doté de 10 titres d’une puissance explosive, démarrant avec Fear et se concluant avec Devastation (original, mais, oui, il y a bien 8 autre morceaux entre ces deux là!), le groupe propose un heavy metal carré et burné doublé d’accents thrash d’une redoutable efficacité. Alternant entre chant clair et rage guerrière, les Fear, Their coming, Eternal war, Army of darkness se révèlent d’une grande efficacité. Si certaines références semblent évidentes (Maiden période Powersalve sur Their coming ou The warrior, Exodus ou Nuclear Assault dans les explosions thrash brutales), Burning Dead sait aussi se faire plus soft comme sur She, pause bienvenue au milieu de cette déferlante de fureur contenue. Les guitares qui cisaillent à tout va et la rythmique efficace enrobent un ensemble varié et puissant. Burning Dead saura incontestablement séduire les amateurs de gros riffs et de mélodies bien plus explosives que simplement et gratuitement brutales.

DOWNRIGHT MALICE: Mechanica temporis

France, thrash (Autoproduction, 2021)

Franchement, il y a des groupes comme ça, tu demandes comment tu as fait pour passer à côté. Downright Malice en fait partie et je remercie Didier (guitare) de m’avoir fait découvrir son groupe. Mechanica temporis est – déjà ! –  le cinquième album du combo fondé en 1987 dans le Haut Rhin. Après deux démos, le groupe publie in doctrine… nation, son premier album en 1995, avant une longue pause de 6 ans. Le retour est marqué par un Ep en 2001. Puisant autant dans le heavy que le thrash ou le death, lorgnant parfois du côté du black, les 10 titres de ce nouvel album, inspiré par les grands classiques du genre, de Judas Priest à Slayer ou Exodus, se révèlent rapidement d’une redoutable efficacité. Une des cause en est la présence de deux chanteurs (Cliff et Cyrille) aux styles différents et totalement complémentaires et qui apporte du contraste à chacun de ces neckbreakers. Ce n’est cependant pas suffisant et l’on ne peut qu’admirer la puissance des compositions. Les guitares rapides, heavy, saccadées, charcutent à l’envi, les rythmiques (Aris à la basse et Olivier à la batterie) en acier trempé et la variété des tempi transforment cet album en une machine à faire headbanguer. Un véritable appel à circle pit tout au long de ces 10 morceaux imparables. L’album peut être commandé sur la page FB du groupe pour 10€ port compris. Faites vous plaisir! Et Downright Malice… Vous aussi, faites nous plaisir avec un peu plus d’un album tous les 4 à 6 ans. « M’enfin! »

Interview: DEAD TREE SEEDS

Interview DEAD TREE SEEDS : entretien avec Alex (batterie) et Aurélien (guitare). Propos recueillis par téléphone le 24 juin 2021

Ils sont Français, ils aiment le thrash et ils viennent de sortir leur second album, le remarquable Push the button. Il est désormais temps de faire plus ample connaissance avec ces furieux au metal rageur et plus que prometteur.

Photo promo

Metal-Eyes : D’après ce que je sais, Dead Tree Seeds a été fondé sur les bases de Triakhantos. Quand le groupe a-t-il été formé exactement ?

Alex : Dead Tree Seeds existe depuis fin 2009/début 2010. J’avais en effet une autre formation de Thrash qui a splitté, Triakhantos. Il y avait un guitariste, Nico, qui est resté et les autres ont dit qu’ils arrêtaient. Le triacanthos, c’est un arbre févier d’Amérique. Nico a dit « Nous, on est les graines de l’arbre mort », voilà comment est venu le nom du groupe.

 

Metal-Eyes : Voilà donc les origines du nom… Les graines d’un arbre mort ne servent pas à grand-chose même si on peut encore espérer y trouver un peu de vie… Vous avez sorti un premier album en 2013, Seeds of thrash, et ensuite il y a eu pas mal de changements de line-up.

Alex : Voilà, comme pour pas mal de groupes, en fait. Il n’y a pas de tensions, c’est juste la vie qui l’a voulu, des obligations personnelles pour les uns, professionnelles pour d’autres, mais, là, on a trouvé une stabilité.

 

Metal-Eyes : Aurélien est arrivé à la guitare en 2014 (il confirme), Francesco, le chanteur, en 2018, François à la guitare en 2019 et Sidi à la basse est arrivé… je ne sais pas quand…

Aurélien : Il est arrivé en 2015, quelques mois après moi.

 

Metal-Eyes : Donc ce line-up est stable depuis 2019. Espérons qu’il le reste !

Alex : Ecoute, ce qui intéressant, je me dis qu’il a déjà passé le Covid, c’est déjà une bonne chose ! Il y a des groupes qui ont splitté à cause de ça…

 

Metal-Eyes : Vous venez de sortir Push the button, votre second album. Quel a été, justement, m’impact du Covid sur sa préparation, son enregistrement ?

Aurélien : L’album est fini depuis 2017, en fait. Il était enregistré, prêt… Il ne manquait que le chant, mais on voulait aller de l’avant. Comme tout était composé, on a décidé d’enregistrer fin 2017 : guitares, basse et batterie, et le temps de trouver un chanteur – Francesco est arrivé fin 2018 – il a enregistré le chant à l’été 2019 et le temps de faire le mixage et le reste, le Covid est arrivé. Mais ça n’a pas impacté l’enregistrement.

 

Metal-Eyes : Ca n’a donc que retardé la sortie de l’album ?

Alex : Oui, notre label, Music-Records, nous a fait repousser la sortie de quelques mois, et c’était finalement une bonne chose. Il y beaucoup de sorties en ce moment, donc, quelque part, ça ne change pas grand choses, la date de sortie. Ce qui fait la différence, c’est la promotion avec Replica promotion.

 

Metal-Eyes : Moi qui ne vous connais pas du tout, comment décririez-vous votre musique ? Que pourriez-vous me dire pour me séduire et me pousser à écouter ce que vous faites ?

Aurélien : C’est un mélange de pas mal de groupes… On est tous fans de thrash des années 80, celui de la Bay Area – Testament, Slayer, Metallica, Exodus et tous ces trucs-là… Oui, du thrash old school avec une production actuelle. Clairement, si tu aimes le thrash, c’est fait pour toi.

Alex : Moi, pour te séduire, je te dirais que je t’aime beaucoup mais que si tu es fan de ces groupes, alors tu écoutes Dead Tree Seeds et c’est le carton.

 

Metal-Eyes : Sur ce second album, toutes ces références sont évidentes : les rythmiques de plomb à la Slayer, ce chant enragé à la Exodus, cependant, je note quelques approches plus modernes notamment avec un chant qui s’approche parfois du death.

Aurélien : Totalement… Frank Vortex, notre chanteur, module pas mal sa voix, il y met quelques growls et ça apporte une touche différente.

Alex : Et ce n’est pas voulu, on propose les morceaux comme ça vient, au feeling.

 

Metal-Eyes : J’ai l’impression que les thèmes principaux que vous abordez sont liés aux monstres, à l’heroic fantasy, à la mythologie…

Alex : C’est le chanteur qui s’occupe des paroles. C’est vrai que Fangs of the white wolves est assez fantasy, après il y a des choses un peu plus engagées, comme Push the button qui dénonce la politique. Il y a plusieurs choses, mais on reste dans la veine thrash metal, politique, sociétal…

Aurélien : Enemies of Rome est aussi politique, ça parle de tout ce qui est oppression, entraves à la liberté.

 

Metal-Eyes : Parlons justement un peu de la pochette : on y voit un personnage assez trumpiste dominé par une sorte de Vic Rattlehead, ainsi que des enfants qui portent tous un masque à gaz. On est en plein dans notre époque…

Alex : Ouais, on avait vu arriver le truc, on est des précurseurs (rires) ! On n’a pas fait exprès…

Aurélien : En fait, c’est notre chanteur qui a vu un discours de Trump qui disait « si j’appuie sur un bouton, je détruis tout », ce qui a inspiré directement le morceau. Du coup, on a choisi ce thème pour titre de l’album et pour l’illustrer. En effet, il y a cet homme qui ressemble à Trump qui contrôle le bouton nucléaire et derrière, la représentation de tous les lobbies, ceux de la finance, du gouvernement… et ça abouti à cette guerre nucléaire, ce décor apocalyptique, radioactif…

 

Metal-Eyes : Alex, comment analyses-tu l’évolution du groupe entre les deux albums ? Le line-up a complètement changé…

Alex : Oui, du premier il ne reste plus que moi. Du coup, l’évolution était obligatoire parce que les morceaux étaient composés par d’autres personnes. Et ça se ressent… Je dirai que Push the button il y a plus de maturité, les morceaux sont plus approfondis et surtout plus techniques. Mais il y a toujours le côté thrash qui est présent.

 

Metal-Eyes : Si l’un et l’autre vous ne deviez retenir qu’un seul titre de Push the button pour expliquer ce qu’est Dead Tree Seeds, ce serait lequel et pour quelle raison ?

Alex : Oh là, dur comme question ! Je pense que Push the button est celui qui nous représente le mieux, en fait.

 

Metal-Eyes : Il le résume de quelle manière ?

Alex : En termes de puissance, de speed, de groove, de parties lentes…

Aurélien : en matière de solos, aussi… Il y a tout dans ce morceau, il représente bien ce que l’on fait.

 

Metal-Eyes : L’album débute avec une intro hispanisante avant de rentrer dans le vif du sujet : thrash, thrash, thrash. Vous envisagez de vous calmer à un moment, de proposer quelque chose de plus soft ?

Aurélien : Non, c’est juste que, quand j’ai composé ce morceau hispanisant, je n’ai gardé que l’intro. J’aime bien les groupes qui proposent une intro instrumentale pour un album. Je trouve ça sympa, le côté « guitare acoustique », ça me fait penser au Battery de Metallica. Je trouve ça sympa en ouverture d’un album, un petit instrumental.

Alex : Quand on compose, on ne calcule pas, on fait comme ça vient, au feeling du moment. Le troisième album qui est entièrement composé, il y a une intro aussi. On ne cherche pas à savoir si on va se calmer ou pas, on le fait vraiment au feeling.

Aurélien : Il y a l’interlude au milieu, aussi, mais c’est pas tout à fait pareil. C’est juste pour avoir une petite pause au milieu de l’album.

 

Metal-Eyes : Un groupe comme le vôtre, j’imagine que c’est aussi taillé pour la scène. Maintenant que la situation semble s’améliorer, les concerts vont-ils reprendre ?

Aurélien : On n’a rien de concret pour le moment, on ne nous a rien proposé. Il y a des dates de 2020 qui ont été annulées et qui vont certainement être reportées, mais pour le moment, rien… Je pense que les gens attendent que l’été passe pour évaluer la situation sanitaire.

Alex : On espère aussi qu’avec la promotion qu’on fait aujourd’hui ça va attirer des gens… Il est efficace Roger !

 

Metal-Eyes : Non, non, il fait n’importe quoi !

Alex : Oui, oui, j’ai remarqué, c’est mal organisé (rires) ! On a commencé à 9h, on était sur place, première interview à 10h et depuis on n’arrête pas…

Aurélien : On a à peine eu le temps d’aller manger (rires) !

 

Metal-Eyes : Vous proposez votre album en différentes versions et différentes packages. Par quel biais je dois passer si je veux un album dédicacé ?

Alex : Tu peux le commander directement sur Music-Records, mais si tu le veux dédicacé, le mieux, c’est de passer par la page Facebook du groupe (https://www.facebook.com/DeadTreeSeedsThrash), là on a même en stock des photos dédicacées.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Dead Tree Seeds ?

Alex (sans hésiter) : Ah, ben on en a une, c’est Thrash ‘til death

 

Metal-Eyes : Oh, facile, ça a déjà été fait, mais bon, je l’accepte ! Vous avez quelque chose à ajouter avant de nous quitter ?

Alex : Oui, on a un Ep qui sortira le 11 février 2022 avec 3 titres du premier album entièrement refaits, plus un nouveau titre qu’on ne trouvera nulle part ailleurs.

Aurélien :

 

Metal-Eyes : Vous avez un troisième album qui est prêt et un Ep qui va sortir en février. L’album est prévu pour quand ?

Aurélien : Le troisième album ? Les morceaux sont composés mais il faut qu’on bosse dessus. D’abord la sortie de l’Ep, ensuite… chaque chose en son temps

Alex : Et ça va dépendre de plusieurs facteurs : est-ce qu’on sera sur le même label, ça dépendra aussi des finances pour l’enregistrement, de plein de choses en fait.

 

Metal-Eyes : Donc ce sera l’objet d’une prochaine interview !

Alex : Ben voilà, merveilleux !

DEAD TREE SEEDS: Push the button

France, Thrash (2021, Music records)

Oh que voilà une grosse claque thrash qui se pointe! Droit dans ta face, sans temps calmes (ou presque – le break de No time to complain et l’instrumental The way to eternity, aérien, pause obligatoire dans ce maelstrom de fureur), les Français de Dead Tree Seeds ne font pas dans la dentelle. Formé sur les cendres de Triakhantos, Dead Tree Seeds publie, en 2013, un premier album (Seeds of thrash) avant de vivre de multiples changements de line-up – ce qui explique sans doute les 8 années qui séparent ces ceux albums. Peut-on dès lors parler d’un nouveau départ? Sans doute. Les dix titres de Push the button évoquent aussi bien Slayer qu’Exodus ou Metallica, Testament… Brutal sans perdre de vue la nécessité d’un rythme entraînant (certes plombé mais irrésistible), cet album aux références parfaitement assumées – le thrash naissant de la Bay Area teinté de death, de Tampa plus que de Suède – se révèle une franche réussite. Le son, clair et puissant, le chant, rugueux et rageur, les guitares, acérées et tranchantes, la rythmique, syncopée et épileptique… Il n’y a simplement rien à jeter dans ce nouvel essai – véritable coup de maître. Bravo!