BRING ME THE HORIZON: Amo

Rock electro, Royaume-uni (Sony music, 2019)

Totalement planant, I apologize if you feel something  (« Ce n’est rien, Pierre… Je n’ai rien senti », une référence du groupe?) introduit ce nouvel album des Anglais de Bring Me The Horizon. Si le groupe a toujours évolué, le son proposé aujourd’hui sur Amo est à des années lumières de ses débuts, brutaux et deathcore. Certains fans vont être surpris. C’est chantant, entraînant et très mélodique. Heureusement, les racines ne disparaissent pas entièrement, et BMTH nous réserve quelques surprises, comme ce Heavy metal auquel participe Rahze pour une jolie séance de beatbox sur un titre à l’opposé du metal. Surprises, étonnement, BMTH assume totalement ce virage electro, voire dance, ce qui pourrait  rebuter certains de ses admirateurs. Ça va même jusqu’à cette pochette de CD pleine de cœurs et au livret tronqué. Mais les plus ouverts d’esprits sauront reconnaître la prise de risques des Anglais, ce qui, en soi, marque une réelle volonté de ne jamais se répéter.

ALMA ENCRIADA: Alien

France, Rock (Autoproduction, 2018)

Voici un Ep assez surprenant. Agréable, aussi. Alma Encriada est un groupe de rock sans prétention – dans le bon sens du terme – formé en 2006. A la limite du rock, du stoner et du psyché, le groupe puise ses influence tout autant chez Queens Of The Stone Age que Muse. Cette palette de couleur s’exprime tout au long de Alien au travers de 6 morceaux aussi variés que séduisants. Le très groovy et funky morceau éponyme cède la place à Coward, rock direct très 70’s. Friend or foe file du coté soft et bluesy avant que Alma Encriada n’explore le psychédélisme au travers de Death in the doorway. Toujours rock, Settle down précède un Angel’s down aux sonorités à la U2. Bien produit, avec un anglais très correct, ce disque mérite une attention particulière. A suivre…

 

I DON’T KNOW HOW BUT THEY FOUND ME: 1981 extended play

Rock, USA (Fearless records, 2018) – Sortie le 9 novembre 2018

Voilà un Ep qui réveille et met en forme… I Don’t Kow How But The Found Me – pour les connaisseurs, IDK How, nous nous y tiendrons – a vu le jour à Salt Lake City et semble déterminé à réintroduire le rock/new wave des années 80. Machines, boite à rythmes, ambiances fun et déjantées… Tout est réuni pour titiller les zygomatiques et passer un bon moment. Les connaisseurs sont déjà familiers de certaines chansons, déjà publiées, comme Choke en 2017 que l’on retrouve sur ce 1981 extended play qui porte vraiment bien son nom. On retrouve quelques traces rock à la Royal Republic, d’autres plus funk à la Prince. Les clins d’œil sont nombreux, les textes funs et l’interprétation donne simplement envie d’en entendre plus. Pas metal pour un rond, ce disque mérite cependant la meilleure attention tant il respire la joie de vivre.

JIMM: Distorsion cérébrale

France, Rock (Juste une trace, 2018) – sortie le 30 novembre 2018

Avec déjà deux albums au compteur (Jimm en 2013 et In(can)décence en 2015) Francis Caste et Fred Duquesne, le guitariste chanteur Jimm revient en 2018 avec un troisième album, Distorsion cérébrale. Composé de  11 titres, ce disque, foncièrement rock, explore différentes facettes énervées du genre. Les thèmes abordés sont sérieux et sombre, allant de la politique à la religion, Jimm éructant ses paroles à la manière d’un Brel du rock, enragé et engagé. Si Ton blues dans la peau et Je ne veux jamais vieillir sont plus personnels, Jimm s’emporte littéralement sur les aspects politiques avec L’ivresse du pouvoir, Prêt à penser ou Nos élites, titres sur lesquelles ressortent quelques influences punk bienvenues. Prisonnier de dieu semble inspiré par les tragédies de 2013 et toute forme de violence commises au nom de dieu. « Mais dieu n’existe pas » comme le chante, le plus simplement du monde et avec conviction, Jimm. Pas sûr que ça plaise à tout le monde, mais on reste dans un pays libre et laïque, ou la liberté de pensée et d’expression restent sacrées. Si le rendu est entraînant, une certaine naïveté se dégage de l’ensemble, faisant de ce disque une oeuvre simple et vraie. Pas de prise de tête, du rock, franc et direct. Comme cela devrait l’être tout le temps.

THE MAGPIE SALUTE: High water 1

Rock, USA (Provogue, 2018) – sorti le 10 août 2018

C’est en 2016 que se forme The Magpie Salute sous l’impulsion de Rich Robinson. Oui, celui là même qui fit les beaux jours des Black Crowes et qui revient aujourd’hui avec High water 1. On ne s’étonnera guère dès lors des influences du groupe, qui puise inlassablement dans le rock – qu’il soit hard ou pas – des années 70. Si Mary the gypsy démarre avec de faux airs « d’entrez dans l’arène », High water qui suit lorgne du côté de Led Zeppelin, tout comme ce superbe blues lancinant et légèrement psyché sur For the wind, la gouaille de Plant en moins. Mais le chant reste tout au long prenant, sensuel et s’accorde parfaitement aux guitares décalées, blues et envoûtantes. Parfois, comme sur Send me an omen, la rage évoque les Stones. The Magpie Salute surprend aussi lorsque, sur Sister moon, les guitares cèdent quasiment la place au piano. Le rock pur jus est également de la partie (Take it all). Cet album, vintage sans être nostalgique, respire entièrement la musique populaire américaine, du rock à la country et s’adresse à tous les amoureux de choses simples.

Richie Sambora + Orianthi: Radio free America

Rock/Pop, USA (BMG, 2018)

Richie Sambora, le mythique guitariste de Bon Jovi, et sa compagne Orianthi, qui l’a accompagné sur sa dernière tournée solo et a sévi auprès d’Alice Cooper il y a quelque temps, se réunissent sous le nom de RSO – Richie Sambora + Orianthi, sans surprises, et nous offrent aujourd’hui Radio free America, un disque produit par Bob Rock. En démarrant avec Making history, un titre foncièrement rock, entrainant et dansant, on se prend à espérer que la suite va monter en puissance. Lire la suite

PERFECT LINE: Seeds

France, Rock (Autoproduction, 2018) – Déjà sorti

Après 2 EP respectivement parus en 2012 et 2013, le trio parisien Perfect Line passe à l’étape de l’album complet et cherche à raviver un certain esprit rock noisy, parfois grunge, souvent heavy. Seeds, ledit album, se compose de 12 chansons rapides et mélodiques, aux rythmes variés, à la fois aériens, chantants et foncièrement rock. Dès Everything, morceau d’ouverture qui monte en puissance, le power trio met les choses au clair: le rock de Perfect Line, chanté dans un anglais convaincant et rageur, est direct et sans fioriture. What you won’t do, Red coach, Afraid vont droit au but, tandis que Free, plus lent, explore des aspects plus inquiétants, sombres et presque oppressants. On appréciera d’ailleurs l’apport de cordes donnant des sonorités symphoniques à ce titre ainsi qu’ Afraid. Seeds se révèle un album varié, énervé et efficace. Perfect Line entre dans cette catégorie de groupes à découvrir et à soutenir tant son album est efficace et diversifié.

FIDJI: Let the good times roll

Rock, France (Ep, Autoproduction, 2018) – sorti le 6 avril 2018

Cet Ep est rafraichissant, comme les îles du Pacifique sud que le nom du groupe francais évoque. Les 5 titres de ce Let the good times roll sont légers, aériens et entrainant et se laissent écouter avec une déconcertante facilité. Le morceau titre, qui ouvre cet Ep, à la guitare cristalline et au chant fédérateur, évoque Pink Floyd et une certaine idée de la new wave. Jungle continue dans une veine plus « dure » avec des guitares toujours claires mais plus déterminées tandis que Rebirth se fait plus groovy, voire légèrement funky tout en conservant une touche de rock léger et moderne. Whispers in the Wind, le morceau le plus long de ce disque, explore des horizons plus softs, à la fois tendres et intrigants. Pas oppressants, seulement mélancolique, c’est le titre le plus étrange – et, accessoirement, celui avec lequel j’accroche le moins facilement. Débutant par un chant presque a capella, The tide conclue ce premier essai « à la Muse », avec des ambiances joyeuses et dansantes. Si l’ensemble est éloigné du rock le plus énervé, on ne peut que saluer cette volonté de sortir des sentiers battus en proposant 5 morceaux variés qui reflètent une jolie palette d’envies musicales très sympathiques.

 

ROOM ME: Anaon

Rock, France (Autoproduction, 2018)

Room Me, c’est le projet solo de Anne-Sophie Rémy qui s’est chargée, aidée ci et là de Fabien Pillard et bénéficiant du mix de Julien Rosenberg, de mettre en boite ce mystérieux Anaon. Heureusement, la pochette intérieure explique la signification de ce titre: « Anaon est l’ensemble des âmes des morts et le lieux où elles se retrouvent: le monde après la mort« . Ambiance? Sombrement, oui! Car ce disque est à l’image de ces paroles: oppressant et fantomatique. Anne-Sophie joue sur les ambiances mélancoliques et sombres, alternant entre lenteur et lourdeur. Des ambiances aériennes mais chargée d’humidité se dégagent de ce disque qu’on pourrait presque qualifier de doom mais qui est surtout et avant tout gothique, inquiétant et oppressant. Bref, un album qui se déguste de préférence au soleil – pour équilibrer l’ensemble et ne pas sombrer dans la dépression! – aussi attirant que le vide d’un gouffre vertigineux. Ça impressionne et donne envie de plonger au fond des choses. A découvrir avec prudence.

NOT SCIENTISTS: Golden staples

France, Rock (Kidnap music, 2018) – sortie mai 2018

Chacun des membres de Not Scientists, groupe formé à Lyon, a forgé ses armes dans différents groupes d’univers variés. Sons Of Buddah, No Guts No Glory, un parcours semé de punk et de rock et marqué par l’énergie brute et directe qui permet au groupe de donner naissance à un premier album en 2015, Destroy to rebuilt. Aujourd’hui, Not Scientists est de retour avec Golden staples, un nouvel album composé de 10 titres dépouillés, au son clair qui évoquent souvent plus la New Wave de The Cure ou de Tears For Fears dans une configuration énervée que les Buzzcocks auxquels fut comparé le premier album. On pense aussi à toute la vague rock indé des 90’s. Les guitares sont entraînantes, le son propre et le chant anglais clair, bien que parfois difficile à déchiffrer. L’envie, cependant est telle que l’on se prend au jeu de ce disque rafraîchissant et chaleureux. Alors bien sûr, on peut se demander quel rapport entre le titre – « agrafes dorées » – et cette pochette en noir et blanc représentant une paire de gants dont les mailles (métalliques et aimantées?) se défont… Mais le groupe le dit: ils ne sont pas scientifiuque, alors, pourquoi se faire des nœuds au cerveau? Ecoutez, simplement!