THERAPHOSA

France, Metal (Ep Autoproduit, 2018)

Theraphosa, pour les connaisseurs, est un type d’araignée particulièrement dangereuse.  D’où la représentation d’une arachnée blanche sur fond noir de ce second Ep du trio français venu de Chelles (le premier, Inject the venom, est paru en 2012, une éternité! D’où, sans doute, un nouveau départ en ne nommant pas ce disque.) Je ne suis pas connaisseur, donc, je me plonge dans les sonorités de ce disque éponyme qui propose 5 morceaux et découvre une prière en ouvrant le CD, une prière à la reine araignée. Serait-on tombée dans une secte aux malsains rituels? Non, simplement au cœur des aspirations et inspirations musical d’un groupe de rock. Le premier morceau, The king of vultures est un mid tempo presque doom, intrigant et attisant la curiosité. The god within accélère le tempo et propose un riff obsessionnel et hypnotique sur fond de chant guttural, en alternance avec plus de mélodie. Le plus de 6′ passent sans qu’on ne s’en aperçoive. Puis The butcher, avec son chant clair presque a capella, nous entraîne dans un univers tout aussi heavy, au royaume du headbanging. Malgré ses guitares speedées, Obsession se distingue avec un chant presque pop, et surtout très mélodique. Leeches conclue ce disque avec ce rythme imparable, celui qui fait s’agiter les tignasses et taper du pied en cadence. Sans aucun doute un futur classique en live. Theraphosa parvient à se distinguer de ce qui se fait actuellement sur la scène metal, et rejoint les espoirs parmi les groupes français. Prometteur, tout simplement.

MONOLYTH: A bitter end / a brave new world

France, death mélodique (Autorpoduction, 2018) – sortie le 25 septembre 2018

L’an dernier au Hellfest, sous Temple, je suis allé jeter une oreille et un oeil au set de Monolith. Uee expérience brève tant l’ennui s’est emparé de moi rapidement. Alors, pensez, quand j’ai reçu cet album, ma première pensée a été « oh, non ». Mais un regard plus attentif me fait comprendre que, visiblement, il ne s’agit pas du même groupe. Non, celui-ci, ce Monolyth, s’écrit avec un Y salvateur! Je glisse donc le CD avec une curiosité attisée dans le lecteur pour y découvrir… du death metal. Premier constat, la pochette de A bitter end / A brave new world peut se regarder dans deux sens opposés. Un joli travail graphique qui me parle. Ensuite, en retournant la pochette, chaque titre est doublé d’un sous-titre genre mini résumé de la chanson. Original. Puis la musique démarre. Je passerai rapidement sur le « chant », style guttural hurlé qui, comme chacun sait, n’est pas du tout mon style, d’autant que c’est assez monocorde. En plus, j’ai la nette impression que l’anglais n’est guère maîtrisé. En ce qui concerne la musique, cependant, les morceaux sont travaillés et réfléchis, les mélodies incontestablement attirantes et efficaces. Monolythe propose avec A bitter end / A brave new world un disque extrême abouti que les amateurs découvriront avec plaisir.

ELYOSE: Reconnexion

Metal, France (Autoproduction, 2018) – sortie le 27 septembre 2018

Pour son troisième album (après Théogyne en 2012 et Ipso facto en 2015), les Parisiens de Elyose profitent d’un troisième album, Reconnexion, pour repenser leur approche musicale et offrir un son à la fois plus brut et direct et des mélodies pensées pour faire mouche. Elyose ne se contente en effet pas de chercher un style qui lui soit propre mais explore divers horizons, du metal symphonique aux intonations death metal, ou encore, à l’opposé, en visant la pop énergique. On reconnaîtra, naturellement l’influence d’Evanescence (le refrain de De tout là-haut semble plus qu’inspiré par un certain Wake me up inside…) ou d’Epica dont le guitariste chanteur Mark Jansen partage le chant sur le très énergique – et chanté en anglais – Psychosis. Les invités sont nombreux, d’ailleurs, puisque figurent rien moins que Raf Pener (T.A.N.K) sur Asyme’trie (qui me semble s’engager sur le terrain de la Syrie – dommage que les paroles ne soit pas plus compréhensibles, une des faiblesses de cet album…), Aurel sur Mes 100 ciels – premier single – ou encore Flo Lemonnier sur Les mots qui me viennent. Varié, enjoué, ce troisième album d’Elyose pourrait faire ressortir le groupe du lot des nombreux challengers, en tout cas, le placer dans le peloton de tête.

SENDWOOD – First leaf

Metal, France (Autoproduction, 2018)

Sendwood est un groupe français composé de deux frères, Kriss W. Wood au chant et à la guitare et Alex Mc Wood aux chant, batterie et harmonica. Pas forcément frères dans la vie, en fait, mais on s’en fout. Comem eux: l’un vient de The Real Mc Coy, l’autre de Harmonic Generator. Les compères se retrouvant seuls en studio décident de monter ce projet à deux. L’important c’est que le nom du groupe des frères Wood (ça vous rappelle pas légèrement les Blues Brothers, ou les Ramones? Nous y reviendrons…) est explicite du contenu musical: ça défouraille sévère, ça balance mémé dans les orties, bref, ça envoie le bois grave. Le seul bémol, c’est l’anglais incompréhensible, pour le reste, rien à dire: Sendwood c’est l’sprit du punk mélé à la lourdeur du metal actuel, des influences qui vont des sus mentionnés Ramones à AC/DC en incluant tout ce qui peut faire s’agiter. Les voix sont graves et profondes, le riff direct et la rythmique… brute , sans fioritures. Le but visiblement est de faire taper du pied et de voir le public pogoter. Simple, direct et efficace pourraient être les 3 mots qui définissent le mieux ce premier essai de 10 titres pachydermiques.

PERFECT LINE: Seeds

France, Rock (Autoproduction, 2018) – Déjà sorti

Après 2 EP respectivement parus en 2012 et 2013, le trio parisien Perfect Line passe à l’étape de l’album complet et cherche à raviver un certain esprit rock noisy, parfois grunge, souvent heavy. Seeds, ledit album, se compose de 12 chansons rapides et mélodiques, aux rythmes variés, à la fois aériens, chantants et foncièrement rock. Dès Everything, morceau d’ouverture qui monte en puissance, le power trio met les choses au clair: le rock de Perfect Line, chanté dans un anglais convaincant et rageur, est direct et sans fioriture. What you won’t do, Red coach, Afraid vont droit au but, tandis que Free, plus lent, explore des aspects plus inquiétants, sombres et presque oppressants. On appréciera d’ailleurs l’apport de cordes donnant des sonorités symphoniques à ce titre ainsi qu’ Afraid. Seeds se révèle un album varié, énervé et efficace. Perfect Line entre dans cette catégorie de groupes à découvrir et à soutenir tant son album est efficace et diversifié.

FIDJI: Let the good times roll

Rock, France (Ep, Autoproduction, 2018) – sorti le 6 avril 2018

Cet Ep est rafraichissant, comme les îles du Pacifique sud que le nom du groupe francais évoque. Les 5 titres de ce Let the good times roll sont légers, aériens et entrainant et se laissent écouter avec une déconcertante facilité. Le morceau titre, qui ouvre cet Ep, à la guitare cristalline et au chant fédérateur, évoque Pink Floyd et une certaine idée de la new wave. Jungle continue dans une veine plus « dure » avec des guitares toujours claires mais plus déterminées tandis que Rebirth se fait plus groovy, voire légèrement funky tout en conservant une touche de rock léger et moderne. Whispers in the Wind, le morceau le plus long de ce disque, explore des horizons plus softs, à la fois tendres et intrigants. Pas oppressants, seulement mélancolique, c’est le titre le plus étrange – et, accessoirement, celui avec lequel j’accroche le moins facilement. Débutant par un chant presque a capella, The tide conclue ce premier essai « à la Muse », avec des ambiances joyeuses et dansantes. Si l’ensemble est éloigné du rock le plus énervé, on ne peut que saluer cette volonté de sortir des sentiers battus en proposant 5 morceaux variés qui reflètent une jolie palette d’envies musicales très sympathiques.

 

ROOM ME: Anaon

Rock, France (Autoproduction, 2018)

Room Me, c’est le projet solo de Anne-Sophie Rémy qui s’est chargée, aidée ci et là de Fabien Pillard et bénéficiant du mix de Julien Rosenberg, de mettre en boite ce mystérieux Anaon. Heureusement, la pochette intérieure explique la signification de ce titre: « Anaon est l’ensemble des âmes des morts et le lieux où elles se retrouvent: le monde après la mort« . Ambiance? Sombrement, oui! Car ce disque est à l’image de ces paroles: oppressant et fantomatique. Anne-Sophie joue sur les ambiances mélancoliques et sombres, alternant entre lenteur et lourdeur. Des ambiances aériennes mais chargée d’humidité se dégagent de ce disque qu’on pourrait presque qualifier de doom mais qui est surtout et avant tout gothique, inquiétant et oppressant. Bref, un album qui se déguste de préférence au soleil – pour équilibrer l’ensemble et ne pas sombrer dans la dépression! – aussi attirant que le vide d’un gouffre vertigineux. Ça impressionne et donne envie de plonger au fond des choses. A découvrir avec prudence.

THE IRON TROOPERS

Heavy metal, France (Autoproduction, 2018)

Les Orléanais les connaissent bien No Mad Musik, ceux qui animent diverses soirées, Tribute et autres concerts, dans la région. Et toi, lecteur, ne sera guère surpris de le lire: The Iron Troopers est un tribute band à la vierge de fer, Iron Maiden, donc, monté par une bande de potes passionnés. Le line up? Dans le rôle de Bruce Dickinson: Arno Walden. Steve Harris: Fred. Dave Murray et Adrian Smith : Chris Dannacker et Nono (non, pas celui-là…). Enfin Nicko Mc Brain is Thomas Lemaire. On ne s’étonnera pas, au vu du track-listing principalement axé sur les années 80 – une exception avec Speed of light – de l’absence de clone pour Jannick Gers. Les Troopers s’amusent avec ce disque à reprendre, live en studio, de grands classiques de Maiden: The trooper, The number of the beast, Waysted years, The evil that men do et Powerslave sont ainsi proposés dans des versions brutes. Les guitares craquent tout en respectant les partitions d’origine presqu’à la note près, et l’on se prend à headbanguer et taper du pied. Maintenant, sans se prétendre Dickinson, le chant d’Arno Walden est puissant mais parfois limite. Peut être veut-il trop en faire et perd en efficacité ce qu’il pourrait gagner avec plus de simplicité vocale. La saturation des guitares, aussi, me gêne. Même si les moyens techniques sont d’un autre niveau, ce côté direct manque quelque peu de finesse alors que les mélodies de guitares maideniennes sont essentielles au son du groupe. Ce disque, sympathique mais sans autre prétention, est  cependant celui d’un groupe qui se fait plaisir, et c’est bien là le principal! Pas facile d’être (l’un des – très – nombreux) Tribute bands d’une des plus grosses légendes du Metal que la Terre ait portée!

BLACK MAMBA: Heritage

Rock, Italie (Autoproduction, 2017)

Paru fin 2017, Heritage, premier album de Black Mamba aurait pu passer inaperçu ne serait-ce cette pochette qui, forcément, retient l’attention, et les origines du combo. La pochette, tout d’abord… On pourrait croire avoir à faire à un groupe de midinettes japonaises accros à l’univers manga. Ben, non, même si tout l’artwork évoque cet univers… On est au contraire confronté à un trio italien, originaire de Viterbo pour ceux qui connaissent (pour les autres, c’est au centre de l’Italie). Forcément, on pense à Klogr, mais la réalité est ailleurs: composé de Irma Mirtilla à la guitare et au chant, Cecilia Nappo à la basse et Frederico Maragoni à la batterie, Black Mamba a du mordant, si ce n’est celui, mortel, du serpent à qui le groupe s’identifie. L’univers du trio s’inspire autant de la pop et du funk – les rythmes dansants, la basse groovy et slappée y sont pour beaucoup – que du rock progressif et/ou enervé. Les guitares évoquent souvent celles d’Alex Lifeson (Rush), et lorgnent aussi du côté des Foo Fighters et, mix de cet ensemble, des Red Hot Chilli Peppers. Le chant d’Irma est puissant, varié, son timbre au trémolo unique emporte l’auditeur dans ses errances et douceurs, et les guitares de Cecilia sont tranchantes, à la fois aériennes et déterminées. Impossible de rester de marbre, chacun, amateur de prog, de groove ou de metal, y trouvera son compte. Une jolie découverte à suivre.

CRUSKIN: Time to rise

Rock/Pop, France (Autoproduction, 2018)

Etrange, ce Cruskin. Formé en 2009 par la chanteuse / guitariste / pianiste Sabrina, le bassiste Mike et Samuel, le batteur, le trio se distingue en explorant divers horizons, à la fois rock et électro. Les forts accents pop de ce Time to rise, troisième album du combo évoquent la new wave et, naturellement, l’univers des musiques électro. A priori, ça colle pas dans ce webzine… Mais voilà, la corne de brume du morceau titre qui ouvre ce disque est suffisamment lourde pour m’intriguer. En plus, c’est bien produit, bien foutu dans l’ensemble, chanté dans un anglais enfin compréhensible et surtout, le rock n’est jamais très loin… Ok, I found you est trop « boite de nuit » pour que j’accroche, tout comme Burning away. Cependant, ce dernier visite des sonorités plus rock et énervées, variant les rythmes, rendant l’ensemble intéressant. Je m’arrête en revanche sur ce No regrets aux furieuses guitares, presque punk, ou The runner qui m’évoque le Blondie des 80’s. En revanche, les boites à rythme de Let me see your love me font fuir, tandis que Frozen puise dans le pop rock chantant et entraînant. Bref, Cruskin se fait plaisir en jouant ce qui lui plait, et, au passage, ratisse large. Pas révolutionnaire, mais digne d’intérêt car ce disque s’adresse, sinon aux amateurs de metal, autant aux amateurs de musiques électroniques que de rock.