MILS: We love, we fight

Rock, France (Autoproduction, 2017)

Mils, c’est qui? Formé à Montpellier en 2008, Mils est déjà auteur d’un album, Man is a lonely soldier, paru en 2012. Le chant (un peu partagé sur le nouvel Ep), les intonations électro font la particularité du groupe qui explore différents horizons musicaux.

We love, we fight, ça donne quoi? Prog, rock, new wave, electro… les 5 titres de ce Ep – chanté dans un anglais enfin compréhensible! – évoquent autant Blondie (c’est flagrant sur Escape!) ou la new wave par ses touches électroniques que le metal extrême dans certaines parties vocales hurlées en fond (No Body, chanté par Duja), et plus généralement le rock aérien aux sympathiques envolées vocales. Le chant, cependant, reste clair, puissant et mélodique, principalement féminin malgré l’échappée mentionnée plus haut qu’il serait d’ailleurs intéressant d’expérimenter encore plus. C’est assez rare pour qu’on le remarque, la vision du rock que propose Mils sort assez des sentiers battus pour qu’on lui donne une véritable chance. Un projet qu’il faut aller défendre sur la route, et qui nécessite une confirmation via un album complet!

Note: 8/10

 

ONE LAST SHOT: Even cowboys have sundays

Heavy metal, France (Autoproduction, 2017)

One Last Shot, c’est qui? Groupe parisien formé en 2013 par une bande de potes, One Last Shot publie son premier méfait discographique – le Ep First gear – en 2015. Les 5 titres lui ouvrent les portes du Motocultor festival et le propulse en première partie des Spiritual Beggars…

Even cowboys have sundays, ça donne quoi? Dès le morceau d’ouverture, I’m a gambler, on sent cette envie d’en découdre, de se retrouver à la table des plus grands. La voix qui pue la cendre froide et le whisky, les guitares gui traficotent des riffs directs et sans prétention autre que celle d’aller droit au but, la rythmique qui se pose comme un mur de briques… Avec Even cowboys have sundays, One Last Shot intègre parfaitement ses amours musicales dans ses réalisations tout en se forgeant son identité sonore. Un bel hommage à Motörhead (ah, ce Join the club, ses changements de rythmes et sa double!), au rock sudiste, au thrash des débuts, au rock puissant et groovy qui s’écoute sur les routes désertes, cheveux au vent. On regrettera simplement une production un peu trop étouffée, qui gache un peu le résultat global. Et bien que OLS ne réeinvente pas le genre, le potentiel est là, volontaire, spontané et déterminé.

Note: 8/10

Sortie: avril 2017

ANTIGONE PROJECT: Stellar machine

Progressif, France (Autoproduction, 2017)

C’est un voyage stellaire, et donc spatial, auquel nous invite Antigone Project, groupe formé au début des années 2000 par le chanteur et multi instrumentiste Frédéric Benmussa. Le voyage sonore nous entraîné au confins des sonorités rock, progressives et électro. Le chant presque mélancolique nous replonge au cœur de la New wave des années 80, un genre que je n’ai jamais aimé. Cependant, cette impression mise à part, force est de reconnaître que c’est construit, réfléchi et abouti. l’ensemble est solide, sinon immortel comme l’était, selon la mythologie grecque, l’âme de la fille qu’Oedipe, roi de Thèbes, eut avec sa propre mère, Jocatse. poison, qui introduit le disque avec force sons électroniques (qui évoquent les transmissions radios vers l’espace) voit guitares et batterie s’embrasser. Puissant, le titre est également, par le chant, mélancolique. Contrairement au joyeux et dancefloor Schizopolis. L’étrangeté de Mantra nabulae au guitares saturées et agressives est contrebalancé par le souffrant et langoureux Raphe nuclei. explorant l’univers de sons inhabituel, Antigone Project dérange autant qu’il peut fasciner.

Note : 7/10

M.F. CREW: First ride

Hard rock, France (Autoproduction, 2017)

M.F. CREW, c’est qui? C’est un quatuor français qui pratique un hard rock groovy , déjà auteur d’un EP et justement remarqué lors du PMFF VI de janvier 2017.

First ride, ça donne quoi? Ces gars ont vraiment le sens du groove. Ce son metal, gras et biéreux, qui rappelle le bon gros hard US qui bouge et qui fait bouger. Ne serait-ce une pointe d’accent dans le chant, on ne pourrait a priori imaginer le quatuor M.F. Crew originaire de chez nous. Ne serait-ce, aussi, cette Intro de 4 gars qui discutent en français – pour ne pas dire grand chose, en vérité – avant d’attaquer les séances studio. Ensuite, c’est la poudre qui parle. Old friends, Paris is burning, No way in hell nous montrent un groupe inspiré par la puissance de feu de Metallica ou de Pantera, la voix grave et profonde de Boris est tout en puissance. Les riffs  développés par Boris et Couanos évoquent autant le hard rock US d’Ozzy ou, de fait, de Black Label Society que le heavy metal européen, ou le plus récent stoner. Ce First ride est varié, plein d’humour (euh, c’est quoi ce morceau Last beer(part 1) qui n’a pas de suite???), festif et compact (malgré un léger moment moins inspiré à mi parcours) et, je suis désormais impatient de voir de nouveau le groupe live. Un premier album très prometteur.

Note: 8/10

Sortie: le 23 mars 2017

WORSELDER: Paradigms lost

Heavy metal, France (Autoproduction, 2017)

La grosse difficulté que nous, chroniqueurs de tous horizons, rencontrons souvent, c’est la profusion. De groupes « uniques », de CD « novateurs », « exceptionnels » ou doté de tout autre superlatifs hâtifs. Alors, quand on écoute un CD et que celui-ci fait vibrer certaines cordes, là, on se dit qu’on tient quelque chose. C’est le cas de ce Paradigms lost, nouvel album des Français de Worselder. Et ce qui me fascine, c’est que le groupe utilise un nombre conséquent de ficelles connues de tous sans que cela ne soit un instant gênant. Rien que le long Infighting qui ouvre ce disque est explicite: Worselder puise son inspiration au sein des 80’s (les lignes vocales, la guitare shreedée, les rythmes qui vont du metal à la Dio au thrash des premiers jours…) et des 90’s ou dela décennie contemporaine. N’hésitant jamais à casser le rythme ou à changer de thème, Worselder maintient l’auditeur en éveil, curieux . Le chant est puissant, rauque, parfois un peu hurlé. Alternant au sein d’un même titre différents styles, il est légitime de se demander combien de temps l’auditeur peut tenir. 54′, sans soucis, c’est la durée de ce disque qui regorge de surprises. Paradigms lost mélange avec bonheur heavy, power, speed ou thrash, glam, death… Bref, le groupe réussit aujourd’hui à créer un son non pas unique mais vraiment original qui donne envie de plonger en son sein. C’est dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleurs plats, dit-on? Worselder se pose en véritable challenger du renouveau du metal hexagonal.

Note: 8/10

BAGDAD RODEO: Trois

Rock, France (Autoproduction, 2017)

Impertinent, fun, engagé, enragé, décalé… Rock, punk, alternatif… Autant d’adjectifs qui ne donnent qu’une brève idée de ce qu’est ce troisième album (ah, bon? Il s’intitule Trois?) des Français de Bagdad Rodeo. On se croirait repartis dans les années 80 lorsque les groupes hexagonaux de rock dit alternatifs, ou neo punk, osaient. Jouer des accords simples rythmés par la rage et la joie de foutre le bordel, éructer des paroles engagées et réfléchies. Cracher à la gueule d’un système immuable… cette impertinence et cet engagement, Bagdad Rodeo s’en fait le digne héritier, ajoutant le ridicule à son analyse sociétale, tout en s’inspirant d’autres grands plus contemporains, dont un Tryo qui semble évident. Au milieu de chansons « à textes » on se – je me – délecte de paroles rigolotes et décalées, et on se – je me – poile avec cette reprise inattendue du Jésus reviens immortalisé par le film La vie est un long fleuve tranquille d’Etienne Chatilliez.

Note: 9/10

UNANSWERED RIP: Whisperin’ monsters

Thrash, France (Autroproduction, 2017)

Originaire de Bergerac, les thrasheurs d’Unanswered RIP nous proposent aujourd’hui leur premier album, le très explosif Whisperin’ monsters. Amis de Slayer, passez votre chemin… Le quintettes puise son inspiration auprès de formations plus « expressives », punk, hardcore et foncièrement violentes. Le black metal n’est jamais loin dans les vocaux, et les guitares, si elles évoquent naturellement l’héritages des ainés que sont Metallica ou Slayer, revisitent également l’oeuvre de Napalm Death, Dark Angel, Sepultura, Cradle Of Filth, voire même Iron Maiden (oui, écoutez donc l’introduction de Ravaged, si elle ne vous évoque pas la période Powerslave…) Sept titres sont ici jetés en pâture comme un ping dans la gueule, genre amuse-bouches pimentés et déterminés. Si l’on excepte le chant trop orienté metal extrême, musicalement, Unanswered atteint son objectif: brutal et direct, les titres sont une porte ouverte au « neck breaking »!

Note: 7,5/10

SUPERSCREAM: The engine cries

SUPERSCREAM 2017 Heavy metal, France (Autoproduction, 2017)

Six ans après le très prometteur Some strange heavy sound, album qui mit les Français de Superscream sur de bons, très bons, rails en direction d’une belle reconnaissance, le groupe nous offre un second album, The engine cries au nom évocateur et très bien choisi. Car dans notre univers de consommation irréfléchie et d’immédiateté sans pareil, 6 ans sont l’équivalent, le synonyme d’éternité. Pourtant, voir cet album débarquer est aussi provocateur d’une envie, celle de découvrir les nouvelles œuvres metal et prog que peut nous proposer le quintette. Première impression: Superscream est en forme. Seconde impression: l’empreinte de grands tels Helloween, Iron Maiden ou Deep Purple (l’ombre de Blackmore plane en de nombreux endroits) est présente sans être omni présente. La puissance dégagée par l’ensemble des chansons, la semi ballade Your necklace of bites  incluse, est réelle et efficace, même si la production s’avère rapidement claire mais pas assez gourmande. Le groupe parvient à nous emmener dans des paysages familiers, parfois virulents (Velvet cigarette, Where’s my mom? légèrement schizophrène sur les bords…) autant que nous transporter dans d’autres espaces plus orientaux (Evil cream, Ways out). Si ce nouvel album est, de nouveau, prometteur, il manque cependant ce « plus » qui le démarquerait, notamment, encore une fois, dans une production plus généreuse et grasse. Pour le reste, les amateurs de heavy, pur ou progressif, de belles envolées de guitares, seront aux anges: cet album est travaillé et plus que digne d’intérêt. Espérons seulement que Superscream revienne avant une demi douzaines d’années…

Note: 7,5/10

OPALIZED: Rising from the ashes

opalized 2017Thrash Death, France (Autoproduction, 2017)

Après The fall, une intro calme et légère, la furie contrôlée déboule. Give it back sonne comme un avertissent, et claque comme un fouet, marquant la rencontre d’envolées de guitares et de grosses rythmiques. Puis arrive le choc de deux voix masculines. L’une claire, l’autre gutturale, version death metal. L’ensemble constitue un énorme mur de son contre lequel on a envie de foncer et de ne pas s’écraser. The end of human reign continue sur un tempo rapide tandis que la voix claire se fait également agressive. L’efficacité est de sortie mais… Dès Unity, l’étrange impression d’avoir à faire à une version frenchie d’Amon Amarth se pose et s’impose. Très – trop? – proche de l’esprit des vikings, Opalized? Sans doute. Cependant, les compositions sont efficaces et l’apport d’un mix vocal fait la différence et donne envie d’aller au bout, permettant ainsi de découvrir la puissance de feu d’un groupe à suivre. Opalized a la force de ses guitares: à la fois modernes et vintages, le groupe puise son inspiration sans limites temporelles (Black Flag zyeute même du côté des années 40 avant de devenir aussi explicite que son titre, les soli évoquent souvent le metal des années 80…). Rising from the ashes est, malgré un sérieux label « Amon A. » un disque puissant, carré et efficace à conseiller et à soutenir.

Note: 8/10

QUICK & DIRTY: Falling down

Quick-Dirty-Falling-DownFrance, Rock (Autoproduction, 2017)

Vulgaire, la pochette l’est sans conteste. Au delà de sa vilaine mimique et de ses tatouages, cette nana, les seins à l’air, évoque la pochette du premier King Lizard, album raté dont on a plus parlé de la pochette que du contenu musical. Sera-ce la même chose avec Falling down, premier Ep 5 titres de Quick & Dirty? Peut-être pas, et tant mieux pour eux! Car le groupe joue un rock énergique avec quelques relent hard, et propose cn=inq chansons variées. Le fun est le maître mot, et les quatre ne s’en privent pas. Ne parlons pas des titres qui semblent avoir été imprimés dans un ordre qui n’est pas celui du CD (par exemple, le troisième morceau semble être, à l’écoute I was born mais la pochette indique East west…) mais d’impressions générales: les guitares sont claires bien que parfois les cordes s’énervent. Le chant, malheureusement mixé un peu trop en retrait selon moi, est à l’image des chansons: varié, narquois et se fond dans un ensemble canaille et coquin. J’ai même, à certains moments, l’impression d’entendre un Tears For Fears énervé! Rien de sale ni de rapide, rien de très neuf non plus, mais une simple envie de partager un moment de vie.