SPHERES: Helios

France, metal progressif (M&O music, 2022)

Rappelez-vous: en 2019 Spheres publiait Iono, un premier album prometteur proposant un metal progressif et burné. Le groupe revient aujourd’hui avec Helios, tout aussi progressif et burné. Mais… Crevons l’abcès maintenant: je ne comprends rien ou presque au chant anglais de Jonathan Lino qui alterne entre voix gutturale et claire. Je repose la question: à moins de gueuler sa rage tout le temps, comment un groupe français peut-il séduire les marchés anglophones en n’étant pas compréhensible? C’est l’écueil principal de cet album par ailleurs fouillé et varié. Les tempi changent au gré des humeurs et besoins, les thèmes sont à la fois intemporels (Spiritual journey et sa video SF super soignée) ou plus actuels (Pandemia, et l’originalité de comparer la crise sanitaire au naufrage du Titanic, aux zombies et autres…, S.C.S et le rappel du Big brother de 1984 d’Orwell) allant jusqu’à la SF (Running man, issu du roman du même nom de King/Bachman, semble-t-il). Les morceaux ne se limitent pas au classique radiophonique de 3 ou 4′, allant du court instrumental éponyme (1’10) au très long et varié Pandemia et ses 11’13. Il y a de quoi en faire des breaks, de quoi placer des soli aériens et des rythmes speedés au possible, il y a de quoi hurler sa colère et clamer sa tendresse. En dehors du détail mentionné plus haut, avec Helios, Spheres propose un album riche, varié, intrigant parfois, étonnant souvent.

TONIC BREED: Fuel thefire

Norvège, Thrash (Ep, M&O, 2022)

Je n’ai trouvé de traces que d’un seul Tonic Breed, groupe de thrash formé en Norvège sous forme de quatuor, auteur de 2 albums avant de se séparer en 2019.Patrick K. Svedsen remonte son projet seul et publie aujourd’hui un Ep 4 titres, Fuel the fire, ultra pêchu et bourré d’invités. C’est simple, les amateurs de thrash old school – besoin de citer des noms? on va chercher du côté d’Exodus, Testament, OverKill, Slayer ou Metallica – trouveront leur dose de puissance et d’efficacité. C’est heureux d’ailleurs, car en s’adjoignant les services (passagers) de Dirk Verbeuren et Bernt Jansen (Megadeth et Wig Wam) sur le morceau titre, de Bjorn Strid (Soilwork) et, sans doute moins connu mais bigrement efficace, Martin Skriubakken (batteur de Endezzmai) sur No rocks on the scotch et Olivier Palotai de Kamelot sur H.E. Antagonist, il ne pouvait en être autrement. Ca speede et ça cartonne dans diverses tonalités d’une efficacité sans pareille. Blood Moon, qui clôt cet ensemble beaucoup trop court, est sans doute le titre le plus prog et le moins thrash de l’ensemble, montrant une facette moins agressive et quelque peu plus « passe partout » du projet. Fuel the fire est, espérons-le, un amuse gueule anonciateur d’un album qu’on attend avec impatience. Une vraie réussite!

MOTION WAVE: Father & child

France, Hard rock (EP, M&O music, 2022)

En guise de carte de visite, les Français de Motion Wave nous proposent un Ep de 5 titres taillés dans un hard rock aux relents sudistes et souvent teinté de gospel. L’ensemble de ce Father & child est chaleureux, très, le chant, profond et grave, apportant cette touche particulière. Empty bottle puise dans ce blues presque mélancolique des bayous de Louisiane tant et si bien qu’il pourrait s’intituler « empty bottle blues », on s’y retrouverait quand même. Failing system est plus grave mais tout aussi classic hard rock. Redemption replonge dans ce blues mélancolique qui fait mouche. Quand on sait que Fred Dusquesne est derrière la console, rien d’étonnant à ce que le résultat soit au top. Un album pour bientôt, ce serait une très bonne idée, non?

NOTHING BUT REAL: lost in the world

France, Metal (M&O music, 2021)

Un riff rock et entrainant introduit ce Lost in the world, second album des Français de Nothing But Real, déjà auteur d’un premier essai éponyme paru en 2020. Une arrivée sur Terre qui va explorer ses divers horizons musicaux. Le groupe propose avant tout un mélange de rock traditionnel (est-ce volontaire? On entend même des guitare à la Qu’on me laisse le temps d’Océan en intro de Snake eyes, un morceau soft qui monte moins en puissance cependant – il y a plein de références au rock des 80’s et après), de fusion, d’alternatif, dans esprit souvent jazzy, prog et légèrement heavy qui laisse de la place à chaque instrument. Mais voilà, je ne peux que déplorer de ne pas comprendre un mot (ou très peu, si peu, « m’enfin!« …) du chant anglais, chant pourtant agréable et puissant.  Le groove est toujours présent, la formation aime d’ailleurs présenter sa musique comme « du rock alternatifs avec des mangas ». Tout un programme qui passe donc de la douceur à l’énervement tribal (Untold), alliant rock et électro sans hésiter (Scars and burden) et dont certains visuels laissent entrevoir une certaine attirance pour le monde de Hollywood Undead. Cet album a tout de visuel, d’ailleurs, de la pochette aux paroles, puisqu’il raconte l’histoire de Sakar qui débarque sur Terre et croit arriver dans un monde amical. Que nenni, et il va aller de découvertes en déceptions… Lost in this world est un album entrainant et joyeux, qui s’écoute tranquillement sans jamais se ou nous prendre la tête.

BREATH FROM THE VOID

France, Metalcore (M&O, 2022)

Formé en 2020, Breath From The Void déboule aujourd’hui avec un premier Ep – presque un album en réalité – éponyme. Proposant 7 chansons, le groupe navigue entre groove metal et metalcore. Après une intro soft (Immersion), le groupe crache sa rage avec un Discomfort bien nommé. Une rage et une énergie qui se révèlent tout au long de ce premier essai. Dès lors, le ton est donné. Les cinq ont grandi et ont été éduqué au son des Gojira, Lamb of God ou, dans un autre registre, Hypno5e. BFTV cherche à varier les ambiances et les plaisirs (cette intro sabbathienne et doom et cette ambiance presque mélancolique de Ocean eyes valent le détour), alternant entre chant clair puissant et colère peu contenue. Loin de bourriner à tout va, Breath Frolm The Void sait faire respirer son propos. Les guitares qui charcutent et cisaillent cherchent également une forme de mélodie en se faisant par instant plus aériennes tandis que des rythmes répétitifs et quelque peu hypnotiques parsèment ce premier essai qui s’adresse clairement aux amateurs de puissance, vélocité et breakdowns mêlées à une certaine recherche de mélodies.

PRIMAL RAGE: Awakening the masses

France, Thrash/Hardcore (M&O, 2021)

On ne va pas passer par 4 chemins: Awakening the masses, le premier album de Primal Rage depuis deux décennies, est un de ces putains de crochets qui te mettent genoux à terre en moins d’un round. Le groupe Savoyard a décidé de refaire parler la poudre et nous propose un album coup de maitre. Le thrash hardcore que propose le groupe est simplement redoutable. L’efficacité réside, au delà de la qualité des composition, dans les refrains et les chœurs qui présentent un groupe à l’unisson, une formation avec pour objectif commun d’entrainer l’auditeur et/ou le spectateur dans cette tempête de rage contrôlée. Putain, ces mec ont leur place à la Warzone direct! Zou, allez me faire des circle pits et des wall of death! Ca bastonne et ça dézingue à tout va! On pourrait faire l’analyse de chaque titre qu’on en reviendrait à la même chose: de Repression au morceau éponyme en passant par FFF (un rapport avec le groupe? mais non…) Racial hate, No cure for hate ou… bref, une conclusion s’impose: « ça le fait grave et sévère ». C’est certes brutal mais c’est également, surtout, salvateur. Alors, simplement, tout simplement, laissez-vous tenter et entrez dans cette massez que Primal Rage veut réveiller. Espérons simplement qu’il ne faille pas une nouvelle double décennie pour un nouvel album, mais laissons celui-ci vivre pleinement sa vie!

 

FEED THE SHARKS

France, Heavy metal (Ep, M&O, 2021)

Ils sont originaires de la station balnéaire de Thonon les Bains, en Haute Savoie, et si le nom du groupe, autant que l’illustration de ce premier Ep, peut laisser croire à du metal saignant, il n’en est rien (et, notons le, de toutes façons, on ne trouve pas de requins dans le Léman ^_^). Feed The Sharks propose un metal carré, puissant, au chant clair, un metal qui s’inspire de la vague heavy américaine avec tous les codes du genre. C’est super efficace, d’autant plus d’ailleurs que tout est réuni pour que ce groupe puisse exploser: une production grasse à souhait, un chant anglais parfaitement maitrisé, des guitares rageuses et tranchantes, une rythmiques genre char d’assaut et 5 titres aux mélodies groovy et redoutables taillées pour des passages en radio sans être « friendly ». Ces gars ont été biberonnés au son des guitars heros de groupes, avant d’être plongés dans le bain du renouveau metallique des années 2000. Parler de la scène metalcore semble trop limitateur, mais oui, il y a cette rage à la Killswitch Engage ou cette puissance et ce sens de la mélodie chères à Avenged Sevenfold. C’est moderne et bigrement réussi. un premier essai  imparable, point. A découvrir d’urgence. Bravo! Euh… un album, c’est possible?

BURNING DEAD: Fear and devastation

France, Heavy Thrash (M&O, 2022) – sortie le 25 février 2022

Fear & devastation, c’est le titre du premier album des Frenchies de Burning Dead qui avait annoncé « avec grand plaisir » sur son site « devoir retarder la sortie » de ce, Fear & devastation, premier album au 25 février. Etre heureux de voir la sortie de son bébé repoussée, mais quelle en est la cause? Une signature avec le label M&O ouvrant de fait plus de portes qu’une sortie indépendante. Cela valait-il le coup d’attendre?  Clairement, oui. Doté de 10 titres d’une puissance explosive, démarrant avec Fear et se concluant avec Devastation (original, mais, oui, il y a bien 8 autre morceaux entre ces deux là!), le groupe propose un heavy metal carré et burné doublé d’accents thrash d’une redoutable efficacité. Alternant entre chant clair et rage guerrière, les Fear, Their coming, Eternal war, Army of darkness se révèlent d’une grande efficacité. Si certaines références semblent évidentes (Maiden période Powersalve sur Their coming ou The warrior, Exodus ou Nuclear Assault dans les explosions thrash brutales), Burning Dead sait aussi se faire plus soft comme sur She, pause bienvenue au milieu de cette déferlante de fureur contenue. Les guitares qui cisaillent à tout va et la rythmique efficace enrobent un ensemble varié et puissant. Burning Dead saura incontestablement séduire les amateurs de gros riffs et de mélodies bien plus explosives que simplement et gratuitement brutales.

TIGERLEECH: Melancholy bridge

France, stoner (M&O music, 2021)

Nous avions pu découvrir Tigerleech en 2019 avec leur premier album lourd et intrigant. La sangsue tigre – c’est ce que signifie le nom du groupe – revient avec ce Melancholy bridge au titre et au contenu aussi lourds que l’illustration est déprimante (et ce verso dans la même veine… On dirait des travailleurs de l’uranium enrichi de l’ancien temps). Les onze titres de ce nouvel essai confirment l’orientation musicale de Sheby (chant) et sa bande: un stoner proche du doom grave et saisissant. The messenger – bonne idée que de démarrer l’album avec ce titre annonciateur de ce qui suit – donne la ligne directrice sur un fond oppressant. La lenteur des riffs évoque la noirceur du monde, ambiance parfois contrebalancée par un blues triste et mélancolique (Melancholy bridge) ou par un We. As we are plus up tempo mais tout aussi pesant. La production d’Andrew Guillotin – on ne change pas une équipe qui gagne – de retour derrière les manettes apporte à cet ensemble gravité et sérieux. Dans son style, avec Melancholy bridge, Tigerleech se fraye un chemin vers les sommets.

DEAFBROOD: Hell reel

France, Hard rock (M&O music, 2021)

Glisser le CD dans le lecteur. Appuyer sur « play ». Courir vers le coffre à souvenirs et se saisir de la guitare en carton. Se poser devant le miroir puis sauter et gratter à s’en bruler les ongles fraichement manucurés. C’est gros, c’est gras, c’est direct et c’est simplement rock’n’roll. Deafbrood, c’est un quatuor de dignes descendant de ce qui se fait de plus basique et efficace en matière de hard rock. Tout sur ce Hell reel, premier album du groupe composé de Julien Hoarse (chant et basse), Aymeric Quidu et Martin Arzh (guitares) et Cyrille Chevalier (batterie), évoque avec le plus grand respect possible les Motörhead, AC/DC et Ramones des années 70’s, avec quelques lignes de guitares qui évoquent le metal d’un jeune Maiden. Les groupe est franc du collier, ne cherchant qu’une chose: une puissante efficacité. Mais se limiter à ces références est trop limitatif tant Deafbrood se plait à pondre des pépites entrainantes et brutes de décoffrage. Simples et efficaces, les 12 morceaux sont taillés dans ce rock indémodable qui te fait sauter et t’emporte dans un univers d’insouciance enfantine. La voix de Julien, grave et profonde au possible, rassure par sa chaleur autant qu’elle inquiète par sa puissance. Les thèmes abordés ne surprendront personne, de la fête à l’alcool en passant par la fête et les filles et laissant un peu de place au rock et à la fête. Simple, certes, mais pas tant que ça, le groupe cherchant partout le petit truc qui surprend et interpelle. Vulcain ayant pris sa retraite, Deafbrood pourrait aisément combler le siège laissé vacant. Une sacré belle découverte à soutenir d’urgence!