BACK IN TIME: IRON MAIDEN

Heavy metal, Royaume-Uni (EMI, 1980)

Le 14 avril 1980, apparaît dans les bacs un visage inhumain, qui va rapidement devenir le symbole de ralliement de toute une génération de headbangers… Originellement destiné à représenter les punks, et déniché par hasard par Rod Smallwood, Eddie the ‘ead illustre la pochette du premier album éponyme d’Iron Maiden, lequel précède Saxon (qui vient de publier Wheels of steel) dans les charts en arrivant numéro 4. Rien, absolument rien, n’a été laissé au hasard, et l’on peut même se demander si l’ordonnancement des morceaux n’a pas été travaillé avec au moins autant d’attention : le titre introductif, Prowler (le rôdeur) doit-il nous faire comprendre que nos nuits seront désormais hantées par Eddie ? Que penser alors de la conclusion, Iron Maiden, dont le refrain n’est autre que « Iron Maiden’s gonna get you, wherever you are » ? Steve Harris est déterminé à imposer son groupe partout, et, de ce point de vue, l’entente avec Rod Smallwood, éternel manager aujourd’hui encore présent, est parfaite ; le manager du groupe n’a, lui non plus, rien  laissé au hasard puisque le contrat que Harris and Co. ont signé avec EMI concerne pas moins de cinq albums dont trois fermes. D’après Rod, ce détail était une obligation afin que la maison de disques s’engage réellement pour soutenir Maiden. Trop de groupes voient leur avenir corrompu du fait d’un engagement limité à un seul disque… ce qui ne force pas les responsables commerciaux à s’engager plus avant dans la promotion de jeunes artistes, aussi talentueux qu’ils puissent être. Ce premier album d’Iron Maiden, produit par Wil Malone dont l’enregistrement s’est effectué au studio Kingsway de Londres, mêle allègrement puissance (Phantom of the Opera, Prowler), douceur (Remember tomorrow), instrumentaux (Transylvania) et hits potentiels (Running free, Iron Maiden).Bref, de véritables perles classiques du metal nouveau. Même si le leader avoue être loin d’apprécier le son de ce disque, trop éloigné de ce qu’il attendait. D’une certaine manière, la production imparfaite (qui provoque la colère d’un Steve Harris insatisfait), avec ses relents punk crades, participent à sa légende. Tant mieux.

 

THE IRON TROOPERS

Heavy metal, France (Autoproduction, 2018)

Les Orléanais les connaissent bien No Mad Musik, ceux qui animent diverses soirées, Tribute et autres concerts, dans la région. Et toi, lecteur, ne sera guère surpris de le lire: The Iron Troopers est un tribute band à la vierge de fer, Iron Maiden, donc, monté par une bande de potes passionnés. Le line up? Dans le rôle de Bruce Dickinson: Arno Walden. Steve Harris: Fred. Dave Murray et Adrian Smith : Chris Dannacker et Nono (non, pas celui-là…). Enfin Nicko Mc Brain is Thomas Lemaire. On ne s’étonnera pas, au vu du track-listing principalement axé sur les années 80 – une exception avec Speed of light – de l’absence de clone pour Jannick Gers. Les Troopers s’amusent avec ce disque à reprendre, live en studio, de grands classiques de Maiden: The trooper, The number of the beast, Waysted years, The evil that men do et Powerslave sont ainsi proposés dans des versions brutes. Les guitares craquent tout en respectant les partitions d’origine presqu’à la note près, et l’on se prend à headbanguer et taper du pied. Maintenant, sans se prétendre Dickinson, le chant d’Arno Walden est puissant mais parfois limite. Peut être veut-il trop en faire et perd en efficacité ce qu’il pourrait gagner avec plus de simplicité vocale. La saturation des guitares, aussi, me gêne. Même si les moyens techniques sont d’un autre niveau, ce côté direct manque quelque peu de finesse alors que les mélodies de guitares maideniennes sont essentielles au son du groupe. Ce disque, sympathique mais sans autre prétention, est  cependant celui d’un groupe qui se fait plaisir, et c’est bien là le principal! Pas facile d’être (l’un des – très – nombreux) Tribute bands d’une des plus grosses légendes du Metal que la Terre ait portée!

Interview: ANVIL

Interview ANVIL. Entretien avec Lips (chant, guitare). Propos recueillis au Trabendo de Paris le 25 février 2018

Jamais trop tard pour bien faire, dit-on? Ben tant mieux, car bien c’est au mois de février que cet entretien avec le furieux leader d’Anvil a eu lieu. Pounding the pavement est encore chaud, alors retrouvons Anvil en interview avec un Lips en pleine forme juste avant de rencontrer, pour la toute première fois de l’histoire du groupe, son public parisien!

Metal-Eyes :Lips, merci de me recevoir jsute avant votre concert de ce soir. Nous allons parler de votre album, de scène et de Anvil, naturellement ! Pounding the pavement est sorti il y a un mois. Quels sont les premiers retours que tu en as ?

Lips : J’en sais rien ! Comment le pourrais-je ?

Metal-Eyes :En lisant les critiques….

Lips : Je ne lis pas la presse ! La presse ne signifie rien pour moi, absolument rien ! ça a toujours été comme ça ! depuis 40, ça ne veut absolument rien dire, ça n’a jamais rien changé, et il en sera sans doute toujours ainsi !

Metal-Eyes : Le titre de votre album peut avoir plusieurs significations…

Lips : Hein ?

Metal-Eyes : Oui, en français, « battre le pavé » peut aussi faire référence aux prostituées qui arpentent le trottoir…

Lips : Non, non ! Faire le trottoir ? Non, fuck ! C’est incroyable ce que les gens peuvent avoir l’esprit tordu ! C’est tellement à côté de la plaque, je ne peux pas le croire ! Aw ! Battre le pavé signifie simplement que tu va chercher du boulot. C’est aussi simple que ça ! C’est ce que ça veut dire, je ne sais pas où tu es allé chercher cette idée… Quoi ?

Metal-Eyes : Ben, c’est aussi ce que font certaines, arpenter les rues pour bosser…

Lips : Ce que ça veut dire, c’est comme le VRP qui vend des aspirateurs au porte à porte. Tu vas de porte en porte pour essayer de vendre ton truc. C’est en gros ce que nous faisons, on le fait depuis 40, du porte à porte, de club en club, de ville en ville, tenter de convaincre les gens que nous sommes suffisamment bons pour qu’ils achètent nos CD, t-shirts et pour qu’ils viennent  à nos concerts.

Metal-Eyes :Anvil a toujours été considéré comme un porte-parole du heavymetal classique, voire du speed metal, mais les temps ont changés en 40 ans. Alors, sans refaire l’histoire du groupe, quelle a été votre évolution entre vos deux derniers albums.

Lips : Un grand cycle… On a commencé en n’ayant pas idée de ce qu’on faisait, on a fait un paquet de découverte accidentellement exprès, avons développé un public, pas reconnu ce que nous avions créé… Des membres du groupes ont perdu de vue qui et ce que nous sommes, ont créé des tensions, sont partis, ne laissant que Robb (Reiner, batterie) et moi. Tu sais, notre guitariste originel a voulu s’approprier le crédit de « l’importance » qu’avait pris le groupe sur les 3 premiers albums sans pour autant prendre une once de responsabilité d’avoir tout foutu en l’air… Les bonnes choses mais pas les mauvaises ! Tu as le choix entre bosser avec Johnny Z., le patron de Megaforce, ou avec David Krebs, qui s’occupait de Scorpions, Aerosmith… Eh bien, tu ne vas pas t’acoquiner de ce genre de type qui s’occupe de Scorpions ou Aerosmith si tu fait du heavymetal ! Ce mec ne savait même pas qui diable nous étions. Tu te retrouve sur scène à jouer 666 et le mec vient te voir en disant « vous n’allez nulle part avec ça ! » Maintenant, 40 ans plus tard, devine quelle chanson a servi dans le film qui a fait un carton (The story of Anvil, 2008) ? 666 ! Ouais, on va nulle part avec ça ! Le guitariste à l’époque… on devait écouter tout ce qu’il disait : il nous a mis sur des dates avec Bryan Adams et Aerosmith, nous dit « voilà ce qu’on doit devenir » Hein ? Quoi ? A ce même moment, Johnny Z. prend des paris en signant Metallica, Anthrax, Testament et tous ces groupes de metal ! Il voulait signer Anvil, mais Dave ne voulait pas bosser avec lui ! Il a quitté le groupe, mais avant ça, a tout saboté. On a pu jouer avec Aerosmith devant des responsables de label, et le mec se défonçait sur cette putain de cocaïne, l’alcool, baisait n’importe où et… s’est planté en foutant en l’air toutes nos opportunités. Mais ça, il n’en assume rien ! Maintenant, on fait ce qu’on souhaite faire ! C’est pour ça que je parle de cycles : aujourd’hui, je sais exactement ce qu’on doit faire et avec qui le faire !

Metal-Eyes : Mais tu es toujours resté le même ?

Lips : Oui, et maintenant, en gros, on continue dans l’esprit dans lequel nous avons débuté, et on fonce. C’est ce que je fais !

Metal-Eyes : En 1983, Anvil connaissait une popularité similaire à celle de Metallica. Comment expliques-tu ces succès opposés par la suite ?

Lips : Parce que, entre 1983 et 1987, il n’yavait pas de disque ! Au moment le plus important de notre carrière, lorsque nous devrions proposer de nouveaux disques, partir en tournée, on fait quoi ? On reste assis et on ne fait rien ! On fait quoi ? On prépare un disque qui n’aurait jamais dû arriver. Et au moment où sort cet album, ce n’est pas le bon type de disque ! On peut toujours voir les choses avec du recul : ce qu’on aurait dû faire, c’est se séparer de cette mauvaise graine (Dave Allison), et si nous voulions avoir un second guitariste, aller chercher quelqu’un comme Marty Friedman, ou avoir un second lead guitariste comme nous l’avions fait pour l’album Worth the weight, et sortir ce disque au lieu de Strength of steel !

Metal-Eyes :Strength of steel, c’était votre choix ou vous avez subi l’influence de gens extériers?

Lips : On a été influencés ! Par David Krebs, et par Dave Allison qui a tout foutu en l’air ! C’était contre ma volonté… Tout était contre moi, j’avais à faire face à une mutinerie. Et j’avais le choix entre partir – ce que mon premier  label m’encourageait à faire : « barre toi et monte un nouveau groupe » ! – ou continuer et sombrer avec le navire. Eh bien, j’ai sombré avec le navire !

Metal-Eyes : Parce que tu en es le capitaine.

Lips : J’en suis le capitaine et… Que pouvais-je faire? Je les ai laissé monter à bord.

Metal-Eyes : Tu as sombré avec le navire, cependant, tu n’a jamais fait machine arrière.

Lips :non!

Metal-Eyes: En 2008, il y a eu le film The story of Anvil. Ressentez-vous encore les effets que ce film a eu sur votre carrière ?

Lips : Oh, bien sûr… Tu vois, ça fait partie d’un tout. Quand tout a merdé dans les années 80, je me suis dit que je continuais, que je savais ce que je devais faire et comment le faire. Je me disais qu’un jour, un de mes fans allait grandir, devenir un responsable de maisons de disques ou quelque chose, et que j’allais enfin signer un contrat, que tout irait mieux, plus tard. C’est ainsi que je voyais les choses. Je sais que je suis un bon, très bon compositeur, je savais ce que j’avais en moi, ce que j’ai créé, ce qui est à moi que personne ne peut avoir : ma voix, mon jeu de guitare, tout cela est vraiment unique et, au bout du compte, ce sera reconnu. Si je travaille suffisamment et que j’en suis vraiment convaincu, c’est ce qui se passera ! Je raconte tout ça à Johnny Z. sur un parking et il me dit que je suis complètement dingue. « On cherche d’autres gars et on met le feu maintenant ! » Mais je ne pouvais le faire à ce moment, il fallait que je laisse toute cette tension retomber. Finalement, ce gamin qu’on a rencontré en 1992 au Marquee de Londres devient… scénariste pour Steven Spielberg. 25 ans plus tard, il revient dans ma vie et me dit « je vais faire un film ! » Moi ? « Bingo !Voilà le gars que j’attendais!” Ce que je disais à Johnny Z. s’est produit ! Et pas seulement ça, mais ce gars est allé voir Johnny Z., lui a parlé et Johnny Z. est dans ce putain de film ! Tout arrive pour une raison… Le film a-t-il eu un impact ? Oui, je le savais, même avant qu’il ne soit tourné ! Aussitôt que le réalisateur a dit – et on ne parle pas d’un rigolo avec une caméra vidéo, on parle d’un mec qui travaille à Hollywood ! – dès qu’il a dit on le fait, je savais que mon moment était enfin arrivé ! ce qui est triste en revanche, c’est le fait que les gens sont stupides, le grand public est vraiment stupide : ils viennent nous dire que la seule raison pour laquelle on est célèbres c’est le film… Allons ! La raison pour laquelle je suis connu, c’est la musique ! Il n’y aurait jamais eu de film s’il n’y avait pas d’abord eu la musique ! C’est clair, non ? Mais c’est facile à oublier parce que les gens oublient le passé, ils ne voient que le présent… Et ils ne regardent pas plus loin que ça ! Maintenant… après le film, le groupe serait mort sur place s’il n’avait pas de crédibilité. Si nous n’étions pas un bon groupe, notre histoire serait morte aussi rapidement que le film est arrivé. Mais ce n’est pas le cas. Nous sommes sortis, avons tourné et battu le pavé comme jamais nous ne l’avions fait de nos vie ! Le groupe est aujourd’hui 10 fois plus important qu’il ne l’a jamais été, même au plus haut des années 80 ! Ce qui est génial pour moi ! Ça ne pouvait tomber à un meilleur moment, dans le sens où… je ne peux plus aller bosser comme livreur, c’est fini, mon dos est flingué, je ne peux plus faire ce genre de boulot ! j’en ai fini avec ces boulots, mais ce avec quoi je n’ai pas fini, c’est le rock n roll. Tu n’en finis jamais ! Tu le fais, jusqu’à ta mort ! Maintenant, je finis par faire ce que j’étais supposé faire. J’ai dû emprunter cette route difficile – qui n’était pas si difficile… Ce qu’elle m’a apporté ? Une famille, ma propre maison, la sécurité pour le reste de ma putain de vie. Il y a des musiciens qui peuvent travailler une vie entière sans jamais rien obtenir ; J’ai tout obtenu, alors il n’y a aucune amertume.

Metal-Eyes : Je n’entends aucune amertume…

Lips : Non, non… Je veux simplement que le message soit clair : le groupe ne s’est pas planté parce qu’on était mauvais, le groupe s’est planté parce qu’on s’est fait baiser. Baisés comment ? Venons-y : en 1982, Attic records a vendu nos droits à un label français, je ne sais plus lequel. Ils ont pressé, piraté, des centaines de milliers de picture discs de Hard and heavy et Metal on metal, les ont distribués à travers la planète sans nous verser un putain de centime ! Anvil a vendu des centaines de milliers d’albums qui n’ont jamais été comptabilisés.

Metal-Eyes : C’est vraiment l’histoire d’Anvil…

Lips : Oui, et personne ne peut dire qu’on pue et qu’on n’a jamais rien vendu, rien de tout ça n’est vrai. Ce sont des faits !

Metal-Eyes : Comment expliques-tu le fait de n’avoir que rarement joué en France, et jamais à Paris ?

Lips : Peut-être qu’il y a un rapport avec ces bootlegs ? Peut-être que les gens dans ce business, ici, en France, sont des branleurs malhonnêtes…J’en sais rien, pour tout te dire. Mais j’ai une punaise dans les fesses qui me gêne, et qui m’a gêné pendant des années : on a signé des dates un bon nombre de fois, et elles ont été annulées. Pourquoi ? Je n’en sais rien.

Metal-Eyes : Mais ce soir, vous êtes ici…

Lips : Nous sommes ici, j’en suis reconnaissant et super content, et je vais donner au public ce qu’il est venu : un spectacle que personne ne sera prêt d’oublier ! C’est ce qui va se passer ! (rires)

Metal-Eyes : Il y a deux ans, vous étiez censés jouer à Paris, mais encore une fois, ça a été annulé, mais pas la date de Lyon… Tu te souviens de la raison de l’annulation…

Lips : Non… Il y a toujours une raison, mais on ne me la donne jamais. En 1983, on devait déjà jouer au Moulin Rouge avec Overkill… Ça avait aussi été annulé ! Je ne sais pas si on déjà joué à Paris ! En 1982, on devait ouvrir pour Accept ! La veille du concert, un des gars d’Accept est tombé de scène et s’est cassé la jambe ! Ce concert aussi a été annulé ! Malchance, j’en sais rien !

Metal-Eyes : Tu a vécu beaucoup de choses avec Anvil, quels sont encore tes rêves de réalisation avec Anvil ?

Lips : il ne s’agit pas de savoir ce dont je peux rêver ; tous mes rêves sont devenus réalité, tout ce que je voulais est arrivé. Si je meurs demain, ça roule. Ma place est un bon endroit, j’adore ce que je fais et je profite de chaque instant de ma vie, à 100%.

Metal-Eyes : Si tu devais choisir une chanson de votre dernier album pour expliqer aux gens ce qu’est Anvil aujourd’hui, ce serait laquelle ?

Lips:Doing what I want !

Metal-Eyes : Pour quelle raison ?

Lips : Parce que je fais ce que je veux ! (rires)

 

BLAZE BAYLEY live à Orléans (Blue Devils, le 6 avril 2018)

Est-ce une bonne chose de transiter par un groupe comme Iron Maiden ? Blaze Bayley et sa bande investissent ce soir le Blue Devils à Orléans, un resto rock doté, au sous sol, d’une salle de concerts de 200 places environs. Comme il le rappellera en fin de concert, depuis son départ de la vierge de fer avec qui il n’a enregistré que 2 albums, Blaze a offert 10 disques à ses fans. Mais toujours l’ombre de la vierge de fer plane. Le nombre de T-shirts floqué Iron Maiden est impressionnant, et je suis même surpris de voir un fan vêtu d’un blouson « Trooper beer ». Comment, Blaze peut-il trouver son envergure si ses « fans » ne rapportent son histoire qu’à ses 4 années passées avec Steve Harris ? Il s’en est passé des choses depuis !

C’est un peu réducteur mais au final le gaillard est un forçat de la route et du studio. Il vient d’ailleurs de publier l’excellente dernière partie de sa trilogie qu’il vient défendre ce soir sur scène.

Pour commencer,  avec 45’ de retard, Luke Appleton, bassiste de Iced Earth, propose un set de metal acoustique. Seul sur scène avec sa guitare, une demi heure durant, il propose des extraits de son Ep How does it feel to be alive, dont 3 eyed crow, inspiré par la série Game of thrones, en alternance avec des morceaux revisités d’Iced Earth. Une démarche intéressante que le public apprécie.

Luke remercie à maintes reprises Blaze de l’avoir retenu pour cette tournée européenne de 37 dates et promet de revenir en France, en juin avec Iced Earth, pour un concert en tête d’affiche et un passage à votre « mighty festival », Hellfest. Une prestation sympa et une présence pas si surprenante quand on regarde le line up : le guitariste de Blaze, et son manager, sont également des Appleton…

Blaze Bayley semble ce soir en forme. C’est la troisième fois qu’il joue au Blue Devils, comme le rappellera en fin de soirée, pas peu fier, Hervé, le maître des lieux : 2 fois à Arras et pour la première fois ici, à Orléans.  Les musiciens montent sur scène vers 21h30, tournent le dos au public et Blaze me demande confirmation de la prononciation : « Owléans ? Orléans ! » avant de s’adresser, sans micro, au public « Orléans ! Orléans ! Le show n’a pas commencé ! Tu vois mon bonnet ? Tant que j’ai mon bonnet sur la tête, le show n’est pas commencé ! » hurle-t-il avant de se retourner et d’ôter ledit bonnet. « Maintenant, ça commence » scande-t-il, se retournant en affichant un sourire malicieux…

 

C’est sans surprise Redeemer qui annonce la couleur : ce premier extrait de The redemption of William Black semble déjà connu du public et le quatuor met les turbos en route, s’approchant au maximum du public. Blaze pose la main sur la moindre tête qui se trouve à sa portée, la secouant et la lâchant aussi sec. Tous les 4 sont peu avares de mimiques et grimaces, exagérant le trait tout en délivrant une interprétation remarquable et d’une réelle efficacité.

Rapidement, en début de set, Futureal rappelle le glorieux passé du chanteur, puis, en milieu de set, c’est Virus, nouvel extrait du répertoire maidenien de Blaze qui reçoit l’approbation du public. Personnellement, c’est l’un des morceaux que je trouve vraiment dispensables, l’un des rares qui m’ennuie… Direction une petite bière rapide avant de retrouver la troupe toujours aussi joyeuse.

A l’exception de ses débuts avec Wolfsbane, l’ensemble de la carrière de Blaze Bayley est passé en revue. Soit ce qu’il a pu enregistrer ces 20 dernières années, d’ailleurs, même s’il se concentre sur la trilogie Infinite entranglement. Et il en parle avec respect, de son parcours : « Il y a 20 ans, j’étais avec un superbe groupe appelé Iron Maiden. »  Vivas du public. « J’ai eu l’occasion de visiter plusieurs fois votre superbe pays. Et écrire des chansons avec Steve Harris est une expérience fantastique.  J’ai enregistré 2 albums avec eux. Depuis, j’en ai enregistré 10 autres ! » Une bonne dizaines d’albums en effet, qui, souvent, portent cette marque, cette touche du passage du chanteur dans l’un des plus gigantesques groupes de metal que la terre ait portés.

Forcément, Blaze ne peut faire l’impasse sur ce passé et annonce, non sans humour : « On aime revisiter des chansons du passé. Celle-ci est notre version, si vous l’appréciez, merci, sinon… rendez-moi service : allez boire plus que de raison pour oublier et ne pas en parler ! » The angel and the gambler est en effet relookée, avec brio, et le groupe est rejoint par Luke Appleton qui se saisit d’une seconde guitare. La chanson démarre de manière assez délirante, chaque musicien faisant son show et jouant des coudes pour être devant la scène au « désespoir » de Blaze qui, au fond de la scène, fait mine d’être en rogne,  pour monter en puissance et finir de manière explosive. C’est fun, pas sérieux et simplement rock n roll. Man on the edge, qui suit, est plus direct et proche de sa version originale, puissante et lourde.

Après A thousand years, Blaze annonce que « ça y est ! On a fini. On a fini notre travail ! Vous en voulez encore ? Alors ce que nous allons jouer maintenant, c’est cadeau ! Gratuit, pour vous ! Après le concert, venez nous voir, nous rencontrer au merch ! Ce n’est pas un Meet and greet qu’on fait payer, non, c’est gratuit, parce que c’est comme ça qu’on vous dit merci, parce qu’on vous aime ».  Deux derniers extraits, Infinite entranglement et Dark energy 256, viennent ainsi conclure une soirée fun, simple et chaleureuse offerte par un musicien et un groupe qui, tout simplement, continuent d’aimer ce qu’ils font.

Hervé monte sur scène pour remercier chacun des musiciens et le public auquel il annonce la suite du programme, invitant chacun à revenir. Vous trouverez d’ailleurs toutes les infos sur la programmation ici : http://www.bluedevils.fr/

 

 

JUDAS PRIEST: Fire power

Heavy metal, Royaume-Uni (Columbia, 2018)

J’ai tellement lu, ces derniers temps, sur les webzines ou la presse écrite que « The Priest is back! » que j’en arrive à me méfier. Ce Fire power, nouvel album des metal gods est-il vraiment à la hauteur des rumeurs? Bien sûr, le groupe avait satisfait une grande majorité de fans avec, pour le sixième live Battle cry, le retour aux manettes de Tom Allom, producteur des plus grands albums du Priest au cours des années 80, de British steel à Ram it down. L’annonce de sa nouvelle collaboration en studio pour ce Fire power ravive forcément de nombreux souvenirs et fait naître de grands espoirs. Et si Judas Priest n’a rien à prouver depuis longtemps, force est de constater que ce nouvel opus est d’une puissance remarquable et à toute épreuve. 14 titres – ou 13 plus un interlude – variés dans l’historique esprit des Anglais, un son remarquable et une créativité intacte. Du morceau titre, qui ouvre les hostilités avec rage et fureur au final d’une inquiétante douceur Sea of red, rien, absolument rien, n’est à jeter. Si Evil never dies ralentit le tempo, il est forgé dans un esprit lourd et oppressant. Never the heroe se fait plus chantant et est une invitation à trépigner en headbangant. On s’attarde volontiers sur ce Necromancer varié pour retomber dans la lourdeur chantante de Children of the sun. Guardians propose un court interlude avant l’explosion de Rising from the ruins au riff mélodique imparable. La suite pourrait se radoucir, mais le Priest n’en fait rien, ni sur Bolt thrower – qui n’est pas un hommage au groupe du même nom – ni même sur Traitor’s gate qui monte en puissance. Lone wolf – qui n’a rien d’un hommage au groupe français du même nom – est peut-être le titre le plus faible du lot mais propose cependant des guitares différentes de ce à quoi le Priest nous a habitués. Avec Fire power, Judas Priest revisite son parcours sans toutefois donner l’impression de nous offrir un album testamentaire. Même si, on le sait maintenant, c’est Andy Sneap qui jouera à la place de Glenn Tipton de plus en plus affecté par la maladie de Parkinson. Fire power est un album à classer aux côtés des British steel, Screaming for vengeance et autres Painkiller. Un must qui fait dire que, oui: « the Priest is back! »

Interview: DISCONNECTED

Interview DISCONNECTED. Entretien avec Ivan (chant). Propos recueillis au Hard Rock Cafe de Paris le 9 mars 2018

 

Metal-Eyes : Commençons par une question traditionnelle. Ou moins traditionnelle puisque je vais en changer : devine quelle est la première question que je vais te poser…

Ivan : Euh… « Comment es-tu rentré dans le groupe ? » ou « d’où vient le nom du groupe ? », j’hésite entre les deux…

Metal – Eyes : Ou, plus simplement : raconte-moi l’histoire du groupe…

Ivan : Ah, d’accord ! L’histoire du groupe démarre bien avant moi puisque je suis arrivé dans l’aventure fin 2016. Elle débute en 2012 avec Adrian qui monte ce projet, qui écrit des titres et qui veut monter son groupe avec des idées assez hétéroclites, musicalement parlant. Pendant des années, il galère à trouver des gens qui ont la possibilité de s’investir, et qui ont la compétence pour s’investir à un certain niveau. Compétence musicale et artistique de jouer ce que lui compose. Pendant un an, un an et demi, il galère pour trouver un « bon » chanteur, en tout cas un chanteur qui correspond à ce que lui attend, si bien qu’il s’est demandé s’il allait voir à l’étranger. C’est là qu’intervient notre lucky charm, François-Maxime Boutot, qui est le réalisateur et mixeur de l’album et qui me connaissait par d’autres biais. Il lui a conseillé de le contacter. A ce moment-là, j’étais en fin de course avec mon groupe précédent, Heavy Duty, qui sortait un troisième album, Endgame, en octobre 2016. Adrian me contacte donc à ce moment, et comme on avait du mal à tourner, que l’album ne prenait pas trop, qu’on était un peu en fin de vie, et comme je n’aime pas trop m’éparpiller, je me suis dit que j’allais écouter ce qu’il me propose. Et ça m’a séduit tout de suite.

Metal-Eyes : Donc la fin d’un groupe pour démarrer avec un nouveau.

Ivan : Ben, pas vraiment la fin, parce que Heavy Duty existe toujours. Mais malheureusement on a fait le tour de la question : en 6 ans d’existence et 3 albums sortis avec eux, on n’a pas réussi à faire monter le truc de manière à pouvoir investir dans un nouvel album, tourner… On n’a malheureusement pas rencontré notre public. Forcément, l’activité devient moindre et on a plus de temps pour faire d’autres choses. Et comme j’ai l’habitude de m’investir à 100% dans ce que je fais, j’ai senti que je pouvais le faire pour Disconnected, avec qui je me suis donc engagé à 100%.

Metal-Eyes : Ce premier album est donc le début d’une aventure qui a mis du temps à se créer.

Ivan : Tout à fait, oui. Maintenant, c’est le vrai début de vie du groupe puisque, encore, on n’a eu le line-up du groupe « définitif » que récemment puisqu’un des guitaristes est parti et a été remplacé par un autre. Certains n’ont pas enregistré sur l’album. Il n’y a que Aurélien, Adrian et moi. Maintenant on est au complet avec une belle, belle équipe.

Metal-Eyes : Justement, ce qui me surprend en prenant le livret c’est qu’il y a une photo avec 5 personnes et seuls 3 noms sont cités…

Ivan : C’est ce que je te disais. En fait, il y en a un qui a changé. Romain ne fait plus partie du groupe, et on lui souhaite tout le meilleur, d’ailleurs. Il y a un nouveau guitariste, Florian Merendol, qui vient de rejoindre le groupe et Romain, le bassiste est arrivé peu de temps avant l’enregistrement parce qu’on a été plantés par l’ancien bassiste peu de temps avant d’enregistrer. Du coup, Adrian a dû acheter une basse et enregistrer les parties de basse, parce que, sinon, ça allait tout reculer pour la sortie de l’album, et on ne pouvait pas se le permettre.

Metal-Eyes : Et la photo avec les 5, c’est d’actualité ?

Ivan : C’est d’actualité moins un.

Metal-Eyes : Parlons un peu de l’album maintenant. Il débute avec Living incomplete qui est très heavy, avec un chant très rugueux, extrême, même, et le disque se diversifie ensuite avec des tonalités complètement différentes. Qu’avez-vous voulu mettre dans ce disque ?

Ivan : Adrian c’est quelqu’un de totalement libre artistiquement parlant. Il a pas mal d’influences, mais c’est un mec qui écoute aussi bien Architects en boucle que, par exemple, Alter Bridge dont il est ultra fan. C’est même son groupe de référence. Du coup, il ne s’est rien interdit, il a fait ce qu’il voulait, et moi, j’ai eu carte blanche au niveau de ce que je voulais apporter en terme de voix. J’y suis allé franco, je me suis fgait plaisir dans tout ce que je sais faire…

Metal-Eyes : Ca va de l’extrême à la pop, il y a des choses qui évoquent Muse, par exemple.

Ivan : Carrément ! Clairement, notre univers il est là-dedans. Un peu dans un mélange entre Gojira, Deftones, Alter Bridge, et des influences prog, ou djent, parfois, avec des choses un peu plus compliquées rythmiquement. Ce que j’ai voulu apporter, c’est ma conception un peu catchy de la musique, parce que je viens de ça, je suis très fan de groupes comme Stone Sour, ou Five Finger Death Punch que j’ai toujours aimé. Et j’aime bien le côté « refrain qui te reste dans la tête ». Mais la musique d’Adrian est beaucoup plus compliquée, donc, du coup, j’ai résussi à trouver une place, qui va un peu parfois, dans une certaine complexité mais qui ramène les choses dans le domaine de la « chanson », c’est-à-dire avec des vrai couplets, des refrains, des ponts, etc.

Metal-Eyes : Et avec des progressions. Wounded heart, par exemple, commence de façon assez légère et termine de manière plus brutale.

Ivan : Il fini très fort, oui, exactement.

Metal-Eyes : Le chant est pareil ; il est doux au départ et termine growlé. J’imagine qu’il y a une vraie volonté de vous démarquer avec ce type de « comportement » ?

Ivan : C’est pas une volonté de se démarquer mais de rester honnêtes par rapport à l’ouverture qu’on a avec la musique. C’est-à-dire qu’on ne fait pas les choses par calcul mais par sentiment, par résonnance émotionnelle, avec Adrian. Il arrive avec un titre, il le fait évoluer de cette manière sans se dire « tiens, je vais rajouter tel plan parce que machin n’aurait pas fait comme ça… ». C’est la musique qui lui vient de manière intuitive. Il a ça en lui, et moi, quand je compose mes lignes de chant, je me laisse porter par l’ambiance qu’il a développée, et j’apporte ma patte et ce que je pense être la bonne ligne vocale, le bon sentiment à exprimer par rapport à l’ensemble.

Metal-Eyes : Il doit y avoir des discussions entre vous, des choses que l’un ou l’autre ne veut pas…

Ivan : Il y en a eu, mais il n’y a pas eut beaucoup de moment où on a fait fausse route l’un par rapport à l’autre. On a travaillé de la manière suivante : quand je suis arrivé, il avait déjà les titres, tout pré produits. Il me les envoyés, j’avais donc tous les morceaux avec les orchestrations, et je posais mon chant en yaourt avant de lui renvoyer. A chaque fois, dans ses retours, il y avait plus des ajustements que des remarques négatives du style « oh, ça, ça ne me plais pas ». C’était plutôt « là, cette partie gueulée, tu pourrais peut être la transmettre de manière plus mélodique », etc. En fait, il y a vraiment un truc qui s’est passé entre nous, en tant que créateurs de musique, de très fort. On est… Je sais pas, il y a vraiment quelque chose qui s’est créé entre nous, quelque chose de fort.

Metal-Eyes : Comment travailles-tu ton chant, justement ?

Ivan : Déjà, la voix, c’est mon gagne-pain. Je fais entre 80 et 100 concerts par an, pas du tout dans ce registre là, mais dans celui de la pop et autres. Je travaille beaucoup en région parisienne, à l’étranger, dans le sud de la France. Je suis habitué à faire de longues sessions de chant, et ça, ça me fait beaucoup travailler ma voix. Après, plus spécifiquement pour le metal, je travaille notamment les voix saturées ; je pense d’ailleurs que j’ai bien évolué entre Heavy Duty et maintenant, et j’arrive du coup à obtenir des colorations différentes, un peu plus chargées, qui tirent vers des choses plus lourdes, par exemple les growls que je faisais beaucoup moins avant.

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un titre de White colossus pour décrire ce qu’est Disconnected à quelqu’un qui ne vous connait pas, ce serait lequel ?

Ivan : Ah… That’s a tough question… (en anglais dans le texte) Je pense que je retiendrais justement White colossus. Parce qu’il a ce côté ambiant qui est le fil rouge de l’album, il a un côté rythmique à la fois complexe et groovy, et, au niveau de l’expression vocale, entre les parties finales un peu screamées, la voix parlée, oppressante qu’il y a sur le pont, je trouve que ça représente bien le groupe. Quand je fais écouter un morceau à des gens, c’est souvent celui-là. Sans être le plus simple de l’album, il reste assez représentatif de ce qu’on aime faire.

Metal-Eyes : Vous avez des projets de scène ?

Ivan : Oui, l’album sort le 23 mars, et ce même jour on fait une release party à La Chappelle Argens à Troyes, avec Melted Space et un autre groupe troyen, Insolvency, très bon, aussi. On a une résidence toute la semaine dans la salle où on va faire une créa lumière et son. On veut avoir un package et un truc qui se tient de bout en bout pour le spectateur. On a voulu travailler aussi bien au niveau de l’univers sonore que visuel. Après, on adhère ou pas, c’est autre chose. On va travailler de la même manière pour la scène : on a un gars attitré pour le son, un autre pour les lumières, on travaille déjà ces aspects. On va mettre tout ça en place pendant ces 3 jours de résidence, faire ce concert où on attend pas mal de monde, et ensuite, on va rapidement annoncer une date sur Paris courant mai, avec Base prod, et deux autres groupes parisiens. L’étranger, aussi, mais je n’en dis pas plus pour l’instant. Pour avoir connu d’autres groupes où ça ramait, je peux te dire qu’il se passe des choses pour Disconnected !

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Disconnected ?

Ivan : Ah… C’est une bonne question ça ! Ce qu’on dit, en général, c’est « Stay disconnected ». Mais ça peut être trompeur, parce que ça peut vouloir dire l’inverse de ce qu’on souhaite faire passer : cet album, il est dans le concept de la déconnection des gens par rapport à la réalité de la vie. Mais être « disconnected », pour nous, c’est garder cette liberté de faire ce qui nous tient à cœur, et aux tripes et de rester honnêtes avec cette démarche, ne pas se laisser phagocyter par ceux qui nous disent ce qu’il faut faire pour que ça marche. On veut juste rester honnêtes avec ce qu’on propose, de le faire, de le proposer aux gens et aller au bout de notre idée, sans en dévier.

DESILLUSION, FURIES et PAINTED SIDE live à Orléans (Blue Devils, le 10 mars 2018)

C’est un soirée 100% heavy « vintage » que nous propose ce soir le Blue Devils. Une soirée, précisons le, organisée par l’association Burning Inside qui cherche à proposer des affiches de metal « traditionnel » (Hürlement et Tentation sont d’ailleurs prévus) et qui profite de la générosité d’Hervé, le gérant du Blue Devils, qui met gratuitement la salle de concert à disposition de l’asso. Je n’ai pas encore eu l’opportunité de retourner dans ce restaurant club de la place du Chatelêt, au centre ville d’Orléans, qui pourtant propose de belles affiches rock et heavy. Alors les copains de Furies venant et l’occasion faisant le larron, je me rends sur place pour découvrir ce lieu repensé et redécoré. Si la nourriture est chère, elle est de qualité. Les boissons, en revanche, sont offertes à des tarifs très raisonnables. Mais c’est bien la salle de concert qui m’a fait venir ce soir: toujours située en sous-sol, la scène a été repensée et agrandie: exit la verrière de l’escalier et la loge minuscule « back stage ». Exit les loges tout court d’ailleurs, puisque les musiciens se préparent dans le nouveau couloir qui doit servir d’évacuation. Les points forts, au delà de cette « grande scène », ce sont les lights et le son.

Ce soir, une petite centaine de personnes circulent tranquillement devant la scène, et les trois groupes se donnent à fond. La soirée commence avec les locaux de Painted Side, qui proposent un hard rock typé 80’s et, dans l’ensemble bien fait. Preuve du bon goût des musiciens, le chanteur arbore une veste légèrement patchée sur laquelle on distingue les noms de Whitesnake et Helloween, le bassiste a un look joliment travaillé et le guitariste semble, justement, rescapé de la période hair metal. Les quatre proposent un set d’une heure de hard rock bien ficelé, et sont totalement à l’aise sur scène, face à un public réceptif qui se dandine. La seule chose qui m’étonne est cette reprise d’Hysteria (Def Lerppard) suivie d’une ballade en fin de set. C’est un choix qui différencie ce groupe des autres. Une jolie découverte.

 

 

Furies semble attendu, preuve en est le nombre de T Shirts floqués du logo du groupe. Les Parisiens, dont la formation semble désormais totalement stabilisée (rappelons que Furies fut à l’origine un quintette, puis quartet 100% féminin et est désormais mixte à parité), investi une scène face à un public nombreux. Totalement investis dans leur heavy metal vintage, le groupe mené par Lynda Basstarde propose un set composé tant de ses classiques ( oui, on peut appeler ainsi les Furies attack, Prince of the middle East ou autre plus récent – figurant sur la cassette encore disponible, Unleash the Furies) que de classiques du metal – The hellion/Electric eye de Judas Priest et Sirtilège de Sortilège.

L’entente entre les 4 se traduit par une complicité scénique, grande force visuelle du quatuor. Si Sam Flash est expansif et toujours sourriant et Billy Laser plus concentré, les deux guitariste savent parfaitement remplir l’espace scénique, soutenir leur bassiste chanteuse et faire coucou à Zaza Báthory, qui s’acharne sur ses fûts.

Quelques soucis de retours émaillent ce set pourtant carré, qui permet à Furies de proposer un nouveau titre en français, Antidote, avant de continuer en beauté en proposant des titres efficaces et rentre dedans (Delision of daylight, Fire in the sky…) pour conclure sur le désormais incontorunable La guerrière, repris en chœur par une bonne partie du public présent. Une belle prestation, chaleureuse qui donne envie d’être encore plus rapidement au Hellfest pusiqu’on pourra y encourager Furies sur la Hellstage, à l’entré du Hell city square!

Place ensuite aux « anciens » de Désillusion. Changement de scène oblige, un peu de retard a été pris, mais rien de grave… Les Normands, auteurs de 3 puissants albums, débutent leur set devant un public épars, certains spectateurs étant remontés s’enfiler une bière. Ou deux, poussant Jimmy à battre le rappel, attirant plus de monde au sous-sol. La machine lancée permet ensuite à Yvon, facétieux, et Sébastien de se lancer dans des « concours » de grimace, prouvant la bonne humeur qui règne ce soir. C’est heureux, le groupe est tout autant complice et efficace que les autres formations. on est là pour s’amuser, et c’est bien ce qu’il se passe ce soir!

Lynda rejoint bientôt le groupe sur scène, dès le quatrième titre!, et partage le chant sur Fear of the dark. les choses sérieuse peuvent commencer? Désillusion déballe son artillerie lourde, ses classiques que sont vision d’apocalypse, Jack l’éventreur ou encore Metal influences. L’humour potache et le peu de sérieux transforment cette fin de soirée en grand moment!

Pour un retour en ces lieux, la surprise est plus qu’agréable, et c’est avec plaisir que je retournerai bientôt soutenir d’autres musiciens et groupe sur cette scène locale, une des rares à Orléans à pouvoir accueillir des groupes prometteurs au public encore peu nombreux dans de bonnes conditions. Une fort belle soirée, en somme!

 

 

ANVIL live à Paris! Le Trabendo, 25 février 2018 (avec Trance)

Voir un Zénith en petite configuration, on en a l’habitude, mais que le Trabendo, club de 700 places, décide de faire de même??? Sans doute le fait que la France entière soit en vacances – certains sont rentrés la veille, d’autres viennent de rejoindre les stations de sport d’hiver – explique-t-il qu’environs 300 personnes soient venues acclamer des miraculés. Trance, les Allemands à l’origine de Break out et Power infusion au début des 80’s, récemment reformés et Anvil qui donne ce soir son premier concert parisiens en… 4 décennies de carrière. 40 ans et pas un seul passage dans la capitale, chacun des concerts ayant dû, pour une raison ou une autre, être annulés. Et, pour l’avoir interviewé juste avant, je peux vous dire que Lips est loin de se décourager malgré la faible affluence. On a même l’impression que c’est le contraire tant le gaillard est remonté comme un ressort!

Trance, accompagné au chant du jeune Nick Hollman, bénéficie d’une demi-heure pour convaincre. Sans surprise, si le public, principalement des quinquas voire plus agés, est également familier avec le groupe formé en 1977 puisque Trance concurrençait directement Scorpions sur le terrain du heavy rock. Séparés puis revenus sous le nom de TranceMission au début des années 2000, Trance réapparaît récemment sous son nom d’origine et semble décidé à reconquérir son public, à qui il propose d’ailleurs un nouvel album, The loser strikes back. La voix puissante et haut perchée de Nickfait son effet, sa jeunesse dynamise la prestation – comme lorsqu’il décide de sauter sur les enceintes pour dominer, prudemment!, le public. Les anciens, Tommy Klein et Markus Berger donnent ce qu’ils peuvent, et l’apport d’Eddie St James, au look glam à souhait, est remarquable. Même si les Heavy metal queen, Break the chains et Looser sont interprétés à la perfection, je ne peux m’empêcher de trouver un sacré coup de vieux à ces compos qui marquèrent mon adolescence… Un prestation sympathique néanmoins, et suffisamment rare pour en profiter à fond.

A 20h30, la tête d’affiche Anvil ne se fait pas prier, d’autant que Lips a fini ses réglages sous les encouragements du public. Les lumières à peines éteintes, Rob Reiner s’installe derrière ses futs et lance la machine. Christ, dernier bassiste en date, se pose face au public tandis que Lips fait une rapide apparition sur la scène, le temps d’annoncer que « ça fait 40 putain d’années qu’on veut jouer ici! 40 ans et à chaque fois, nos concerts ont été annulés!  Pas ce soir! », scène qu’il quitte aussitôt pour réapparaître, quelques instants plus tard, au milieu du public. Phiphi s’en souviendra longtemps de ces minutes passées juste à côté du Canadien qui lance le set avec un March of the crabs qui donne le tempo de la soirée !

La suite mélange avec bonheur morceaux vintage  – à commencer par l’incontournable 666 -et titres plus récents (Doing what I want, This is 13, Bitch in the box…)souvenirs et humour, parmi lesquels Lips évoque ses soirées passées avec Lemmy, et l’imite, lors de la tournée Another perfect tour. Un long discours, mais fun, comme les grimaces dont ne sont avares ni Christ – il a vraiment la gueule de l’emploi, mais se révèle un bassiste exemplaire – ni Lips, jamais dernier à rigoler, même si tout est fait avec le plus grand soin.

Le solo de Free as the wind a l’air si facile et pourtant… Après On fire, Lips a une pensée hommage au producteur Chris Tsangarides, récemment disparu et qui avait notamment travaillé sur Metal on metal ou This is thirteen avant de revenir aux affaire et d’offrir un nouveau joli solo sur Mothra, solo effectué à l’aide – on le savait pourtant, je l’avais oublié, ce coup là! – à l’aide d’un vibromasseur! Les yeux pétillant de Lips en disent long sur son plaisir… Puis il se souvient d’Enfer magazine, souvenir qui ne rajeunit personne, avant d’attaquer Bitch in the box avant que Robb Reiner ne soit enfin mis à l’honneur avec son solo d’une incroyable efficacité sur Sweetie thing. Comme si ce dernier n’avait pas assez donné de double pédale, Anvil livre un Ego – qui parle de ceux qui ont une trop grande impressions d’eux mêmes – dantesque avant un Die for a lie sans doute moins percutant.

Incontournable du répertoire des Canadiens, Metal on metal voit le public mis à contribution version G.O, et sonne les rappels. Robb reste planqué derrière sa batterie et martèle un bord de tom, et Anvil nous propose deux dernières cartouches, Running et un version remaniée de Born to be wild. Pour son dépucelage parisien, et malgré une faible affluence, Anvil aura tout donné deux pleines heures durant. Une soirée mémorable qu’on espère voir rééditée bientôt!

Merci à Roger Wessier et Base prod d’avoir rendu ce live report possible.

Interview: SATAN JOKERS

Interview SATAN JOKERS. Entretien avec Renaud Hantson (chant). Propos recueillis au Dr Feelgood des Halles, à Paris le 14 février 2018

 

 

Metal-Eyes : Si tu veux bien, commençons par parler de ton nouvel album, Symphönic Kömmadöh : pourquoi as-tu choisi ce format de best-of de Satan Jokers dans des versions symphoniques ? Ça a été fait avant par d’autres groupes, ce n’est plus vraiment actuel, ce qui, aussi, peut aider…

Renaud Hantson : Oui, mais attention : on est le premier groupe francophone à le faire. Aucun autre groupe de rock ne l’a fait avec un orchestre symphonique. Mon acceptation de ce projet vient d’une rencontre, avec quelqu’un qui s’appelle Florent Gauthier. Cette rencontre, elle a eu lieu à Aix en Provence après un concert de Satan Jokers dans un club, le Korrigan, à Luynes. Florent vient de Marseille, il vient me voir après le concert pendant lequel il m’a entendu dire : « je continuerais Satan Jokers si j’ai une idée brillante et lumineuse ». Il vient me voir et me dit : « Bonsoir, je m’appelle Florent Gauthier, je vais te faire du Renaud Hantson : ne prend pas mal ce que je vais te dire mais… ton idée brillante et lumineuse, c’est moi ! » Je le regarde et lui dit que, oui, j’aurai pu l’écrire cette phrase, parce que j’aime bien, avec ce groupe, jouer l’arrogance, ce côté mégalo de Satan Jokers qu’on entretient depuis 83, ce que je ne suis pas réellement, pas plus que d’autres artistes. Avec ce groupe-là, on aime bien jouer à ça. Je le regarde et il me dit « je te propose de faire un album avec un orchestre symphonique. Je suis arrangeur classique, prof de conservatoire, et j’ai envie d’écrire des scores pour 40 musiciens. Et je connais ta carrière par cœur ! » Moi, comme je suis à 5 verres de pinard, le concert étant fini, je lui demande son téléphone et lui dit que je le rappellerai le lendemain de Paris. Et on a parlé une heure et quart. Mon expérience, de la vie, et des hommes, de la nature humaine, font que je savais qu’il ferait ce qu’il disait. Je savais qu’il serait à la hauteur, au niveau d’amener le projet jusqu’au bout.

Metal-Eyes : Le projet, il est là, aujourd’hui. Comment avez-vous sélectionné les chansons ?

Renaud Hantson : A table, avec du vin, à nouveau ! Michael Zurita fait aussi partie d’un de mes autres projets qui s’appelle Furious Zoo (je lui tend un des albums) ; yes, exactement, même si celui-là date un peu, et il y en a de meilleurs. Florent est venu nous voir à Dourdan avec une idée assez précise des titres qu’il voulait faire. Je suis tombé d’accord à peu près avec tout. On a dû, Mike et moi, ajouter deux ou trois chansons pour compléter le tableau. On a proposé ça aux autres membres du groupe et ça a roulé tout de suite ! On a commencé à croire au projet quand il nous a envoyé – même si au départ on s’est moqué de lui parce qu’il nous avait envoyé ça fait avec un synthé ! – entre 30 et 40 parties instrumentales auxquelles on n’a rien compris ! Quand j’ai vu Pascal Mulot, le bassiste, Aurel, le batteur et Mike commencer à douter, je leur ai dit « non, justement, c’est là que ça devient intéressant parce qu’il y a du danger. Il faut croire en ce mec parce que je crois qu’il est aussi fou que nous, donc, il faut y aller ! » Après, il y a eu un moment de flottement parce que l’orchestre qu’il avait choisi au départ l’a planté – Pau ou Toulouse, je ne sais plus.

Metal-Eyes : Et vous vous êtes retrouvés avec l’orchestre phocéen…

Renaud Hantson : Oui, qui est une escroquerie parce que c’est lui qui l’a monté de toutes pièces ! En fait, il y a 20 musiciens d’un côté, ses 8 chefs de pupitre d’un autre et 10 musiciens qui doivent être des élèves à lui. Donc on a bien le quota de 38-40 musiciens qu’il faut pour monter un orchestre symphonique. C’est ce que je te disais tout à l’heure : je savais qu’il le ferait. S’il n’est pas là, je ne peux pas faire l’album. Il a coproduit l’album avec moi, je ne veux pas m’engager dans des frais avec des mecs qui n’existent pas, mon ingénieur du son ne sait pas enregistrer un orchestre symphonique, alors « tu gères ta partie ». Et il l’a fait.

Metal-Eyes : Peut-on profiter de ce best-of pour revenir sur la carrière de Satan Jokers ? Pour rappel, le groupe est issu de Jartelles qui, en 1980, change de nom. En 1983 parait Les fils du metal, votre premier album, dont sont extraits Quand les héros se meurent et Les fils du metal. Quels sont tes souvenirs de cette époque où tu travaillais avec d’autres musiciens puisqu’il y avait Stéphane Bonneau…

Renaud Hantson : Pierre Guiraud au chant, Stéphane Bonneau à la guitare et Laurent Bernant – paix à son âme – à la basse avec qui j’ai monté le groupe. Il est une des raisons principales pour lesquelles certains journalistes de rock estiment que Satan Jokers a inventé la fusion metal.

Metal-Eyes : A l’époque, d’ailleurs, vous êtes vite entrés dans le trio de tête avec Trust, Warning, comme un certain trio anglais avec, également, 3 styles différents.

Renaud Hantson : Oui, quoique Satan Jokers et Warning avaient des points communs, on était un peu des frères siamois. Il y avait aussi Sortilège, Stocks…

Metal-Eyes : Un peu après, avec plein d’autres.

Renaud Hantson : Oui. Cette époque, ce n’est pas les meilleurs souvenirs, mais quand même, d’excellents souvenirs. Les tensions n’existent pas encore, pas comme en 85 où chacun commence à… Si tu veux, même si je suis à la base de beaucoup de choses, des mélodies, beaucoup de textes, c’est une écriture collective. Si je ne rencontre pas Stéphane Bonneau, je ne fait pas Les fils du metal, je n’écris pas Quand les héros se meurent ; c’est grâce à lui qu’on commence à se barrer vers des trucs nouveau. Avec Stéphane, on a le bon guitariste alors que pendant 2 ans on a galéré à virer des mecs tous les 3 mois ! Pierre n’était pas un chanteur, il n’était pas prêt, n’était pas bon techniquement, mais il était un grand showman, et je savais que c’est lui qu’il fallait. J’ai défendu cette idée jusqu’au bout, c’est lui le meilleur showman de l’époque ! Et je voulais un mec qui soit capable de monter dans les aigus, façon Rob Halford, ce dont je n’étais pas capable à l’époque. Oui, je partageais le chant avec lui, mais comme Coverdale et Glenn Hugues, qui étaient nos héros. Mais on n’était pas prêts. Vocalement, ej suis bien meilleur aujourd’hui. Mais c’est ce groupe qui a fait ces 3 albums.

Metal-Eyes : Justement, en 1984 il y a Trop fou pour toi qui change un peu de registre…

Renaud Hantson : On est passés au hard FM… On a cru que ce serait une grande idée.

Metal-Eyes : Qu’est-ce qui vous a fait passer à ça, justement ?

Renaud Hantson : J’en suis un peu responsable. Rien n’est jamais acquis dans la carrière d’un artiste, et on a eu la présomption de penser que le fait de s’arrêter à 92-94.000 albums vendus – ce qui était énorme pour l’époque, c’était presque disque d’or – était acquis. Ce qui est faux. Le public voyait en nous un nouveau Judas Priest ou un truc proche de Metallica, enfin, un truc violent, fusion, mais méchant, avec des textes « bariolés », qui parlent de sexualité, et on part vers un hard plus propre, connoté américain, où je rajoute des synthés avec Laurent. En fait, on vend moins, et les journalistes crient au génie mais le public suit moins. Incompréhension totale…

Metal-Eyes : Est-ce que cela peut être dû, on est en 1984, à toute cette vague française qui arrive ? Il y a Axe Killer, Devil’s records, et tous les groupes comme Blasphème, Vulcain, Sortilège qui commencent à s’imposer sur le marché…

Renaud Hantson : C’est pas eux qui nous ont fait du tort, c’était complémentaire tout ça ! C’est juste que c’était… trop tôt. Satan Jokers, ça a souvent été « too much, too soon ». On était trop tout : arrogant, à la Van Halen, on se la pétait faussement, avec des déclarations tapageuses, des looks de scène très virevoltants…

Metal-Eyes : Oui, il y avait de la couleur !

Renaud Hantson : Oui, et avoir voulu faire des chansons plus pop, plus « radio », c’était une erreur de calcul. On revient sur III à un album violent,

Metal-Eyes : Un mini album sorti en 1985.

Renaud Hantson : Un mini album 6 titres, et je prends la direction des opérations. À l’époque, Polygram – nous on était sur Vertigo, qui était le label de Black Sabbath, Rush, Def Leppard… ça rigolait pas, quoi ! – croyait que c’était une bonne idée pour que les disques se vendent de vendre moins cher avec moins de chansons. Ah bon ? Alors nous, ce qu’on a fait, c’était de choisir les chansons les plus longues afin de bourrer les faces, donc on avait 6 titres qui duraient la longueur d’un album de l’époque. Là, je prends la direction des opérations, je commence à écrire seul, sans les gars du groupe parce qu’on se voyait de moins en moins, les premières tensions apparaissent… A mon avis, avec Les Fils du metal, c’est le meilleur album du groupe, de cette première mouture. Pas parce que j’en suis responsable mais parce que je pense qu’on est sur le pic d’un truc, on est en train d’inventer quelque chose. C’est là que la fusion apparait, avec des passages instrumentaux, façon Magma, Rush, des trucs un peu compliqués, naïfs aussi. Mais ça ne le fait pas… Par contre, on fait des concerts !

Metal-Eyes : Ca ne le fait pas, mais pourtant, vous assurez la tête d’affiche du premier soir du France Festival, qui paradoxalement réuni la fine fleur du metal français et marque la fin de cette époque.

Renaud Hantson : 80 groupes et…

Metal-Eyes : Non, il n’y en avait que 24…

Renaud Hantson : Non, il y avait 30 groupes par jour, il y avait la seconde scène…

Metal-Eyes : Deux scènes, oui, mais moins de 30 groupes en tout.

Renaud Hantson : … Je confonds de festival, je confonds avec le Hellfest !

Metal-Eyes : On est d’accord ! Je ne veux pas me mettre Renaud Hantson à dos, mais vous n’avez pas encore fait la tête d’affiche du Hellfest !

Renaud Hantson : Non, non, du tout… Il y avait combien de groupes en tout ?

Metal-Eyes : De mémoire, 24, sur 2 jours, à Choisy-le-Roi. Et ça a marqué la chute du metal français.

Renaud Hantson : La fin d’une époque… Je crois que, à part Vulcain, tout le monde arrête.

Metal-Eyes : Comment tu l’as vécue cette bérézina ? Parce que vous avez été emporté dans le lot…

Renaud Hantson : J’en suis un peu responsable parce que j’avais dit aux mecs que c’était mon dernier concert à part Grenoble qu’on faisait 15 jours après, avec Trust et Sortilège. Je leur ai dit que si, avec 24 groupes on ne fait qu’à peine 2.000 personnes, alors que le même jour Deep Purple faisait 16.000 à Bercy, c’est qu’il y a un problème. On était tous d’accord. J’en parle à Nono et il dit pareil…

Metal-Eyes : Satan Jokers disparait, tu t’engages dans une aventure solo et avec Furious Zoo.

Renaud Hantson : Je démarre ma carrière solo en 86, et Furious Zoo n’apparait qu’en 92 avec Thibault Abrial.

Metal-Eyes : Et Satan Jokers réapparait en 2005 avec le best of live, qui est une compilation de différents concerts.

Renaud Hantson : Oui, oui !  Une compilation de cassettes que j’ai remasterisées avec Anthony Arcon qui est un ingénieur du son de génie, et ça rappelle que être méticuleux peux être très utile dans la musique.

Metal-Eyes : C’est-à-dire ?

Renaud Hantson : C’est-à-dire que je suis très collectionneur et méticuleux dans le rangement de ce qui est musical. J’avais gardé de côté des cassettes en pensant qu’un jour, ça pourrait me servir. Des cassettes… Des cassettes audio avec la console de mixage qui donnait un son pourri. On remixe ça avec Antony et à l’arrivée je lui dit « mais ça sonne de la mort ! » Alors on a fait deux trois escroqueries dans l’album, parce qu’il y a quelques maquettes, mais on pouvait pas faire autrement parce qu’on ne les avait pas en public. Mais, comme c’étaient des maquettes enregistrées en live…

Metal-Eyes : Après il ya eu cet album un peu à part, aussi, Hardcore colelctors.

Renaud Hantson : Qui est beaucoup moins bien, parce que c’est toute les chutes que je n’ai pas utilisées sur le Live, toutes les « merdes », on va dire, plus des inédits. Donc, le seul intérêt de cet album, c’est ces maquettes inédites qui devaient être le Furious Zoo… euh, le Satan Jokers 4.

Metal-Eyes : Il y a également l’apparition des musiciens qui vont t’accompagner plus tard.

Renaud Hantson : Oui, alors… Mais dis donc, t’es très rencardé ! Olivier Spitzer qui était au départ rythmique dans la reformation de Satan Jokers…

Metal-Eyes : Et qui était un ex-Stators…

Renaud Hantson : Oui, exactement. Stéphane réappariat dans ma vie, et il y a Pascal Mulot, qui est déjà là. Stéphane ne veut pas faire partie de l’aventure. Je lui dit que Mulot m’a convaincu de remonter Satan Jokers…

Metal-Eyes :Donc l’idée ne vient pas de toi, mais de Pascal Mulot ?

Renaud Hantson : Non, moi j’ai toujours dit que… Tu sais, pour Satan Jokers, je fais du Renaud Hantson, donc comme Mc Cartney l’avait dit pour Lennon « je ne remonterai les Beatles que lorsque John Lennon ne sera plus mort ». Ben moi, j’ai dit que je ne remonterai Satan Jokers que lorsque Laurent Bernat ne sera plus mort…Il est mort juste avant. En fait, j’ai téléphoné à son père avant de m’attaquer à ça (le Best of live) qui me dit « Renaud, c’est formidable que tu fasses ça. Je joindrais bien Laurent, mais ça va être difficile là où il est… Laurent est mort il y a deux ans ». En fait, je ne réalise pas, je fini les mixages, les dernières retouches et je rentre chez moi et là… Je fonds en larmes pendant 6 heures. Je dis à mon ex : « Laurent est mort… » Et je répète cette phrase pendant 4 heures. Au moment où je m’en rends compte, je me rends compte aussi du temps qui passe ; c’est avec lui que j’ai commencé la musique en professionnel, et… J’ai pas beaucoup dormi… tout à l’heure on m’a parlé de France Gall et ça m’a mis un petit coup de blues, et là, Laurent, ça m’en met un autre…

Metal-Eyes :Je ne pouvais pas parler de Satan Jokers sans parler de Laurent non plus. On arriveà 2009 alors que Satan Jokers est remonté. 2009, c’est une grosse année pour le groupe puisqu’il y a une grosse tournée, un nouvel album qui marque le renouveau du groupe, SJ2009… Quels sont tes souvenirs pour ce disque ?

Renaud Hantson : Un groupe bancal… Un bon album avec un groupe bancal. Bancal parce que Satan Jokers n’avait pas vocation  à avoir un guitariste rythmique, ça a toujours été un quatuor, donc un trio musical avec un chanteur. Là c’est un quintette, donc ça alourdi la dextérité de Pascal Mulot, ça alourdi les riffs de Michael Zurita, même si Olivier Spitzer est un très bon guitariste rythmique, c’est pas le problème. C’est juste que ce n’est pas ce que ça devait être… Et mauvais choix de batteur

Metal-Eyes :C’était Marc Varez ?

Renaud Hantson : Oui, il est sympa Marc, mais ce n’est pas le batteur pour Satan Jokers. Il est très bien pour jouer du Motörhead ou du Vulcain, pas ça ne correspond pas à du Satan Jokers. J’en parle avec beaucoup de sympathie d’autant plus qu’il a été mon batteur en solo pendant un an ou deux… Ils ne correspondaient pas à ce qu’il fallait pour le groupe. Dès qu’on s’est séparé d’eux, le groupe a vraiment… C’est à ce moment-là que Satan Jokers renait de ses cendres.

Metal-Eyes :Mais avant, toujours à 5, vous sortez, aussi en 2009 Fetish X…

Renaud Hantson : Oui, c’est là qu’on rencontre Aurèle qui enregistre trois titres avec nous, et là, ça bombarde, on sait que c’est lui. Moi, je sais que je vais arrêter la batterie, ça ne m’intéresse plus. J’ai engendré une génération de cyborgs comme ce mec qui sait qui je suis, qui a voulu faire de la batterie quand il a vu Starmania… Tu vois qu’il a cette culture-là, même s’il ne connait pas Satan Jokers, il se penche dessus et me dit « punaise, ça déboite ce que tu fais… » Mais ce mec, c’est un vrai cyborg, il m’assassine à la batterie !

Metal-Eyes :En plus, les techniques ont changé.

Renaud Hantson : Ouais, c’est des cyborgs, des mecs qui ont radicalisé ce que de gars comme moi faisions… John Bonham, il reste Bonham, mais aujourd’hui, il y a des mecs qui joue encore mieux, comme son fils, par exemple ! Le groupe existe à la fin de Fetish X. D’ailleurs, au moment de me séparer d’Olivier, Marc Varez étant out et en engageant Auréle, je me dis on va arrêter. Si on commence à avoir des problèmes comme ça, on arrête. Avec Aurèle, on ne se comprenait pas, au départ, il faisait un peu session man, et moi je ne comprenais pas. Aujourd’hui, on est comme les doigts de la main, mais au départ, je voulais un vrai groupe, pas de session man. Je ne voulais pas faire comme David Lee Roth entouré de super musiciens quand il a quitté Van Halen. J’avais envie de faire un vrai Satan Jokers, et en fait, on se trouve avec Addictions.

Metal-Eyes :Juste avant, en 2009, il y a aussi le Hellfest, et Axe Killer qui réédite vos deux premiers albums. Quand je disais que c’est une grosse année, il y a vraiment plein de choses qui sont arrivées.

Renaud Hantson : Oui, mais ce « plein de choses » est arrivé à plein de groupes. Eric Coubard, avec Axe Killer, il a ressorti plein de groupes, Warning, Sortilège, il a un peu surfé sur une vague nostalgique qu’il y avait à cette époque-là, et il a eu raison parce qu’on est tous nostalgiques et que la nostalgie, ça ne fait pas de mal. Ça permet de faire perdurer une culture… C’est une grosse année, tu as raison, et l’apothéose, c’est le Hellfest. Pour un groupe, quoi de mieux que le Hellfest ? Pour moi, là où les choses démarrent, c’est avec cet album, Addictions, qui est un sacre. Pour moi, c’est plus important que les Victoires de la musique ou autres Hit Parade, c’est un album qui est validé par la Mission Interministérielle de Lutte Contre les Drogues et les Conduites Addictives, avec la rencontre avec celui qui aura été mon psy et qui est devenu un frère, Laurent Karila.

Metal-Eyes : Mais juste avant, en 2010, tu lances le premier Satan Fest.

Renaud Hantson : Oui, exact, et je vais te dire pourquoi : c’est en réaction à un mec qui avait monté un festival qui s’inspirait du France Festival et pendant 2 ans me dit qu’il nous veut en tête d’affiche. Et ça ne s’est jamais fait… Donc moi, je suis réactif et je me dit « ben je vais faire le mien ». On me dit qu’il en refait un à telle date, et… moi aussi, c’est con. Et l’année où je l’ai fait, il a annulé. Maintenant, c’est le début d’une longue série, on fera le 10ème l’année prochaine où on jouera l’intégralité des Fils du metal, les 35 ans de l’album.

Metal-Eyes : Ensuite, en 2011 arrive Addictions, qui est le début d’une trilogie avec Psychiatric et Sex opera. Tu t’ouvres au monde puisque tu parles, en collaboration avec Laurent Karila, de toutes tes addictions.

Renaud Hantson : Je lui ai ouvert les portes du metal, il m’a ouvert les portes des conférences et du psychiatrique ! Des conférences préventives.

Metal-Eyes : Première question : tu en es où de tes addictions ?

Renaud Hantson : Pff… J’ai fait le yoyo… Lemmy et Ozzy n’ont rien à m’apprendre… C’est pas un sujet que j’ai très envie d’aborder…

Metal-Eyes : Pourtant tu l’abordes, tu te livres entièrement avec ces disques…

Renaud Hantson : Oui… Oui, mais le problème c’est qu’un ancien addict  reste toute sa vie un ancien addict. Il faut qu’il ait une vraie force de caractère, un vraie volonté, et moi, il y a énormément de moments où les doutes de cette profession et de mon propre métier ne me mettent pas à l’aise avec moi-même, me gênent, et quand, en 20 piges le seul pansement que tu connais c’est la fuite en avant avec des choses qui te détruisent la santé, c’est très compliqué… Il y a eu plein de rechutes, plein de faux pas…

Metal-Eyes : Le fait d’en parler, de te livre de cette manière…

Renaud Hantson : C’est pas de l’exhibitionnisme, hein !

Metal-Eyes : Non, c’est avant tout préventif comme démarche…

Renaud Hantson : Oui, parce que si mes conneries à moi peuvent servir à d’autres pour se dire « je vais éviter d’aller sur ce terrain-là », la mission aura été accomplie et ce ne seront pas des années perdues. Les quelques connards qui s’imaginent que c’est un fonds de commerce ou de l’exhibitionnisme, ils n’ont rien compris, parce que c’est une vraie souffrance. Une véritable souffrance… On ne sait jamais jusqu’à quel degré on aura une propension à une addiction. Tant que tu n’es pas rentré dans un processus addictif, tu ne peux pas savoir… Ton cerveau à toi, il se rappelle qu’une entrecôte, c’est bon. Moi, mon cerveau, il se rappelle que ma première prise de coke, c’était une excitation extraordinaire. Enfin, pas la première, la cinquième, une excitation sexuelle ; même si ça marche pas, ça te fait une bite comme ça (NdMP : il montre 2 centimètres). Mais j’ai recherché cette excitation à connotation sexuelle pendant… Et mon cerveau se dit « Putain, j’ai 5 jours sans rien à faire… »

Metal-Eyes : En réenregistrant les morceaux de cette trilogie, est-ce que ça t’a replongé…

Renaud Hantson : Je n’ai pas voulu les rechanter, elles font partie des 5 chansons que je n’ai pas voulu rechanter. Je ne me sentais pas de le faire.

Metal-Eyes : Pour quelle raison ? Par peur, manque de motivation ?

Renaud Hantson : Parce que j’avais tout donné pour ces chansons avant. J’ai demandé à mon ingénieur du son si c’était gênant que je ne les refasse pas parce que je en ferais pas mieux…

Metal-Eyes : ET tu les fais, en concert ?

Renaud Hantson : Oui, mais c’est pas pareil. Appétit pour l’autodestruction, en concert, je la sors avec une violence terrible, c’est viscéral. Ma vie sans, jai aussi gardé la  voix initiale, Substance récompense pareil, qu’est-ce que je pouvais faire de mieux dessus ?

Metal-Eyes : Donc c’est la partie symphonique qui a été rajoutée.

Renaud Hantson : Et les musiciens du groupe qui ont aussi refait leurs parties. Sur les 16 chansons, il y en a 5 où je n’ai pas refait les voix, on les a remixées, rééquilibrées différemment. C’est ce qui est bien de bosser avec un génie comme Anthony.

Metal-Eyes : Deux dernières choses parce que je sens que nous allons être interrompus bientôt : Quelle pourrait être la devise de Satan Jokers aujourd’hui ?

Renaud Hantson : La devise ? (Il réfléchit) « Certains groupes font leur truc. Nous, on le fait encore mieux ! » (rires) Mais ça fait 30 ans que je dis les mêmes conneries pour ce groupe. Mais comme c’est un vrai groupe de techniciens, on peut se permettre de dire des trucs comme ça parce qu’on peut démontrer que c’est vrai ! Mulot, quand on fait un festival, il dit un truc du genre « c’est bien ce que vous faites. C’est moins bien que nous, mais c’est bien’ ! J essais qu’il le pense en plus, ce salaud !

Metal-Eyes : Tu as passé la journée en promo. Jusqu’à maintenant, quelle a été la question que tu as préféré, la plus surprenante, étonnante ?

Renaud Hantson : LA tienne ! La devise… Mais il y en a eu beaucoup des sympas. C’est très flatteurs de recevoir et de parler avec des mecs qui ont préparé, qui se sont intéressés à l’histoire de Satan Jokers, et c’est très agréable à vivre. J’ai dormi 3 heures et tant pis. ET c’est vrai que la question qui diffère, c’est « quelle serait la devise du groupe ». On m’en a posé une dans le même genre… Donner 3 expressions qui me définiraient. Ce sont les deux questions qui étaient vraiment différentes. J’évite de faire de la redite, même si je suis obligé d’en faire un peu !

 

MANIGANCE: Machine nation

Heavy metal, France (Verycords, 2018)

Les fans le savent depuis la sortie de ce nouveau disque: Machine nation est le dernier album auquel Didier Delaux, chanteur historique de Manigance, pose sa voix. A peine ce CD est-il sorti qu’on a appris son départ, volontaire, et son remplacement par une chanteuse, Carine Pinto. En quelques années, ce sont donc deux des formations masculines qui font ce choix, Nightmare ayant décidé de collaborer avec Maggie Luyten. Mais il est une différence de taille: ces derniers ont toujours chanté en anglais, Manigance conserve le chant français.
Mais revenons à la musique, voulez-vous? Machine nation est, comme chaque album de Manigance, à la hauteur des attentes: mélodique en diable, le travail des deux guitaristes est toujours d’une précision chirurgicale (ah, ces soli de Bruno Ramos! Et cette efficacité rythmique de François Merle!), le chant de Didier toujours aussi puissant. Les textes sont d’une saisissante actualité, et les apports novateurs. Carine Pinto semble un choix évident, sa participation sur Face contre terre, qui ouvre l’album, est plus que convaincante, son timbre semblable à celui qu’elle remplace. Machination surprend aussi par des growls inhabituels chez les Palois. D’ailleurs, quelques riffs thrash (Loin d’ici) accompagnent des airs presque FM (La donne doit changer). En bref, Manigance nous offre un nouvel album de haute volée, diversifié et enchanteur, et Didier Delsaux peut partir l’esprit tranquille: le boulot est fait, et bien fait, jusqu’au bout!