HELLOWEEN et Existance live à Paris: l’Olympia, le 30 août 2022

Retrouvez ici la galerie photos du concert

Voici plus de deux ans que je n’ai pas mis les pieds dans une salle de concerts parisienne. Retrouver la capitale bruyante, salle, odorante et toujours en travaux n’a pour objectif que de retrouver les frenchies d’Existance – que j’ai bien involontairement ratés au Hellfest – et Helloween – que j’ai bien heureusement vu à ce même Hellfest. En arrivant boulevard des Capucines, une longue file patiente et piétine, ce qui est plutôt bon signe. Après les salles à moitié vides, il semble que le public ait envie de revenir en masse, et c’est tant mieux. C’est donc un Olympia quasi complet qui accueille nos citrouilles préférées.

EXISTANCE

Existance ouvre ce soir en lieu et place des Suédois d’Hammerfall qui, sans explications, sont programmés sur l’ensemble de la tournée à l’exception de Paris et Lyon. Tant mieux pour le groupe de Julian Izard qui attaque la scène dès 20h et prend directement le public à la gorge. Les amateurs le savent, Existance propose un heavy metal racé et puissant, totalement influencé par les 80’s, sans rien écarter: du look cuir et clous, bandanas sur le crane… au mélodies accrocheuses et rentre dedans en passant par le chant haut perché et puissant tout y est sans une once de nostalgie. Scéniquement, en une tout petite demi heure, les quatre font tout pour séduire le public qu’ils se mettent rapidement dans la poche. Là où d’autres en auraient simplement profiter pour jouer et poser (ce que les gars d’Existance savent faire et ils ne s’en privent pas!) Julian se permet  de faire participer la salle – très bien remplie au passage – en faisant chanter ce public quelques minutes augmentant le capital sympathie de la bande. Loin d’être un « jeune » groupe, Existance reste aujourd’hui encore trop méconnu du grand public. Mais avec le concert de ce soir, on peut espérer les voir grossir rapidement. Une valeur sûre à soutenir d’urgence!

EXISTANCE

Que le hall est bruyant plein de monde! Ca aussi, je l’avais oublié! Mais c’est aussi là qu’on recroise les copains, que l’on s’abreuve en attendant que le plateau soit changé. Une demie heure suffit pendant laquelle la sono diffuse des classiques du metal.

Si le retour au bercail de Mickael Kiske et Kai Hansen avait été une nouvelle explosive, on ne peut que se satisfaire que cette réunion n’ait pas été qu’un effet d’annonce et un feu de paille. Car, depuis, une tournée mondiale à succès a été effectuée et a aussi – surtout –  permis à Helloween d’enregistrer un album unanimement acclamé. Et la formation à 7 continue quelques années plus tard de tourner avec une complicité plus grande que jamais. Semble-t-il.

Ce soir, le concert nous démontre une nouvelle fois la solidité du Helloween version « Pumpkins united ». C’est un concert impeccable de bout en bout que nous offrent les 7 – exception faite sans doute des lights bien trop bleues pour les photographes (après le trop orangé du Hellfest, ils ne nous facilitent pas la tâche!) On connait désormais la formule: un démarrage à 7 puis une alternance de chanteurs solo et duo/trio. Sans surprise, ne change ce soir (exception faite pour les photographes, nombreux, qui sont séparés en 2 vagues non pas de 3 chansons mais de 12′ chacune!), le concert est divisé en trois parties distinctes: fun, speed et plus légère.

HELLOWEEN

 

Le rideau tombe dévoilant un kit de batterie monté sur une… citrouille. Ben oui! le temps de l’intro et le groupe déboule sur scène pour démarrer avec le long Skyfall (12′, justement) qui permet à chacun des musiciens de s’exprimer. Tout le monde est en place et le public est très chaud! Le dernier album en date est ce soir à l’honneur avec 4 extraits (plus Orbit sur bande en intro du concert). On peut regretter l’absence de Out for glory, mais avec un show de plus de deux heures, évitons de nous plaindre.

HELLOWEEN

 

Puis, Kiske et Andi Deris offrent une alternance sur les titres suivants, classiques du groupe (Eagles fly free, Future world, Power) ou nouveauté (Mass pollution que le public connait déjà sur le bout des doigts) avant de se retrouver sur Save us qui clôt cette première partie ultra festive, chaleureuse et qui nous montre un Helloween en pleine forme, heureux d’être enfin de retour sur scène.

La seconde partie voit Kiske et Deris céder leur place à Kai Hansen, dont le micro est installé au centre. A lui maintenant d’occuper ce public pendant une bonne vingtaine de minutes qui commencent avec un medley de titres issus du tout premier album d’Helloween, Walls of Jericho, alors qu’il était chanteur principal et guitariste. Honneur est donc fait à ces morceaux plus brutaux, speeds et énervés que sont Metal Invaders, Victim of fate, Gorgar et Ride the sky avant de terminer sa partie avec l’incontournable vérité Heavy metal is the law. Ouf, ça déménage, c’est plus sombre, mais que ça fait du bien aussi!

HELLOWEEN

La troisième partie démarre avec la ballade Forever and one, temps calme bienvenu après la tornade Hansen. Mais rapidement, les affaires chantantes reprennent avec un Angels qui monte en puissance suivi d’un solo de Sascha Gerstner qui, seul en scène, continue de jouer avec le public.

Dernier extrait du dernier album, Best time précède un Dr. Stein annonciateur de la presque fin du concert. Pas de ballons ni d’invités du public cette fois-ci, on se concentre sur l’amusement avant de conclure, ou presque, avec How many tears, introduit avec humour par Hansen qui précise qu’il s’agit là du « dernier titre de la soirée. Enfin, le « dernier »… On verra pour le rappel ». Un morceau explosif à souhaits en guise de final feu d’artifices qui permet une nouvelle fois aux trois chanteurs de partager leurs voix avant de quitter la scène.

HELLOWEEN

Naturellement 1/ il s’agit d’un concert de rock et on sait comment ça fonctionne et 2/on ne va pas finir une telle soirée comme ça! Il faut peu de temps pour que les 7 réinvestissent cette scène avec Perfect gentleman et une version longue, voire allongée de l’incontournable Keeper of the seven keys dont le final voit chacun des musicien en présenter un autre avant de voir ce dernier quitter la scène. Un par un, dans une chorégraphie parfaitement huilée laissant seul en scène un Sascha Gerstner terminant sa partie légère et aérienne.

HELLOWEEN

Le public n’est pas sur le départ et Helloween revient une nouvelle et dernière fois pour le classique message I want out. Pourtant, plutôt que de simplement terminer cette soirée dantesque avec joie et bonne humeur, ce dernier morceau est un nouveau prétexte pour faire participer le public dont une moitié est invitée à chanter des « Oh, oh, oh » tandis que l’autre moitié scande « I want out » quelques minutes durant. Un dernier titre aussi festif que l’ensemble de ce concert dans un Olympia aux anges. Helloween nous a ce soir proposé un des meilleurs concerts de l’année, sans aucun doute possible. Avec un public de retour en salle, et ça, ça fait du bien. Un voeux pieu, cependant pour terminer: pouvons nous espérer qu’une prochaine tournée voit Helloween piocher aussi dans ses albums de la décennie dernière (7 sinners, Straight out of hell et My god-given right)? A suivre, mais nous serons là!

Retrouvez ici la galerie photos du concert

Merci à Olivier Garnier, Roger Wessier et l »équipe de GDP.

HELLOWEEN et Existance live à l’Olympia: la galerie

Retrouvez ici le live report du concert

BORN AGAIN : Live hard die free

France, Heavy Metal ( Autoproduction, 2022)

J’avais craqué pour le premier album des Français de Born Again en 2017 et il semble que j’ai raté un épisode… Mais tant pis, car les voici qui reviennent avec un ep 5 titres, Live hard, die free. Toujours animé par l’esprit NWOBHM ou metal 80’s traditionnel, cet Ep est une nouvelle réussite. Le quatuor sait écrire des morceaux speeds et redoutablement efficaces tout en proposant des refrains fédérateurs qui te rentrent dans la tête. Metal wings, à ce titre, se distingue et sera sans conteste l’un des refrains à chanter en chœur live. Le chant hargneux et rauque de Thierry est porté par les guitares de Steff, Aurélien (basse) et Pich (batterie) apportant une structure solide à l’ensemble. Et puis, aussi, l’amateur de comics vintage ne pourra qu’admirer cette illustration très « marvelesque », signée d’un certain Stan,W. Decker. un dessinateur à suivre tout autant que ce groupe au metal direct. Espérons que Born Again trouve enfin son public et puisse grandir. Pour vous en convaincre, jetez-vous sur cet Ep sans modération!

SABATON: The war to end all wars

Suède, heavy metal (Nuclear Blast, 2022)

Séance de rattrapage… Après sa très belle prestation au Hellfest, sans doute est-il temps de se replonger dans le dernier album de Sabaton, The war to end all wars, paru en mars dernier. Privés de concerts pendant deux ans, les Suédois ont mis à profit ce temps subi pour donner une suite à The great war en explorant plus encore les noirceurs de cette guerre censée être la dernière… On remarquera la pochette et son soldat – sans doute le même qui figurait déjà, vivant, sur celle de The great war, mort, un journal annaonçant la fin de la guerre… En dix chansons, le groupe résume les moments phare de la grande guerre: démarrant avec Sarajevo qui conte l’assassinat de l’archiduc d’Autriche, moment déclencheur des hostilités jusqu’à la signature du traité de paix à Versailles, ce sont ces 5 années sombres qui sont revisitées. Sabaton utilise les recettes habituelles, celles qui font qu’on reconnait immanquablement son son, son style. Seulement, si c’est toujours efficace et très bien produit, il n’y a guère de prise de risque. La mise en son, le rythme, les refrains, tout est impeccable mais on arrive à ce stade où le groupe, pour avancer, va devoir se réinventer afin de ne pas lasser l’auditeur. Se réinventer tant musicalement que dans les thèmes abordés sans doute, même si la guerre restera au centre du propos du groupe. Si quelqu’un découvre Sabaton avec cet album, nul doute qu’il sera séduit. Ceux qui suivent les Suédois depuis quelques temps le sont sans doute un peu moins. Le résultat est cependant celui qu’on peut attendre, a minima, de Sabaton qui ne déçoit jamais et qui sait proposer des spectacles toujours renouvelés, eux. Un bon album, sans plus.

MASACRITIKA: Raza de Kain + Homonimo

Chili, Heavy metal (2022, Bitume prod)

La vie, parfois, réserve de jolies surprises. Un simple contact qui se transforme en une découverte excitante. Formé au Chili en 2015, Masacritika est un groupe de heavy stoner. Le groupe publie rapidement un premier Ep, Homonimo en 2017, qui leur permet de séduire l’Amérique du sud avant de publier un premier album Thesis Mortem en 2020. Les voici de retour avec Raza de Kain, que Bitum prod a eu la bonne idée de publier accompagné du premier Ep. Et diantre! Ce chant gras (Mauro Bastias) et rauque me rappelle celui de – les amateurs reconnaitront – Oscar Sancho et les guitares (tenues par Boris Riquelme) évoquent autant Heroes del Silencio (Esferas) que Maiden, Metallica et Candlemass en version speedée. Le ton général est heavy, parfois proche d’un doom stoner, avec quelques fulgurances shreddées. Ca speede toujours en mélodie, mâtinée parfois de passages orientaux et, punaise, c’est efficace! Impossible de ne pas secouer sa tignasse – hormis pour qui comme moi n’en disposent plus ! Le chant en espagnol est toujours aussi efficace et coloré. Difficile ici de trouver un reproche sauf à dire que le groupe est trop éloigné de nos terres. Car si ça dépote scéniquement comme sur disque, alors gaffe… Un album (un Ep doublé d’un autre, ça fait un album, merde!) redoutablement efficace de bout en bout. A découvrir d’urgence !

Plus d’info ici:

www.bitume-prods.frwww.facebook.com/bitumeprods

www.masacritika.comwww.facebook.com/MasaCritika

 

CRAZY HAMMER: Roll the dice

France, Heavy metal (M&O music, 2022)

Etonnant parcours que celui de Crazy Hammer. Le groupe a vu le jour en 1987 à Tarbes en 1987, se sépare en 1991 avant de revenir en 2015. Ce n’est pourtant qu’en 2020 qu’il enregistre Résurrection avant de nous proposer aujourd’hui ce Roll the dice explosif. Oh, oui! Loin de renier ses racines, Crazy Hammer propose un heavy metal pur jus, pur 80’s, piochant à loisir dans la grande période du metal teuton et, aussi, européen. Oh, oui, il y en a des influences, Accept et Helloween en tête. Running Wild n’est sans doute pas très loin ni même d’autres européens géants du genre (Maiden, Priest, au hasard…) et reconnaissons que c’est puissant, super bien foutu et carrément entrainant. Si les références sont nombreuses, le groupe ne s’en cache pas, les revendique même, et compose des titres taillés pour la scène (imparable refrain à faire chanter au public que celui de ce We fight qui ferme le ban!) Les guitares speedées rappellent le Helloween période Keeper (Another way, Never show) et l’efficacité brute d’Accept période Metal heart est présente sur Walking over you. All for one (rien à voir avec Raven, et pourtant… ça speede sec) se rapproche sans frémir des premières heures du thrash. Alors Crazy hammer 2022, c’est késakok’sékoi? Le groupe est aujourd’hui composé de Karim Alkama et Matthieu Papon aux guitares, accompagnés du chanteur Didier Delsaux, du bassiste Marc Duffau et du batteur Daniel Pouylau. Oui, 3 anciens Manigance qui ont vécu la très grande époque du groupe – de Signe de vie à Récidive. Trois copains qui se retrouvent, avec l’envie, dans un projet qui pourrait devenir rapidement plus qu’un hobby. Notons ici que le chant anglais de Didier est plus que compréhensible, ouf! Superbement produit, doté d’une illustration remarquable, de 10 titres que tout amateur de metal classique s’empressera de fredonner, Roll the dice est un pari qu’on espère gagnant. Bingo!

ANTECHAOS: Apocalypse

France, Heavy metal (Autoproduction, 2022)

Des grosses guitares, une voix grasse et puissante, Alpha, le titre d’ouverture de Apocalypse, premier album des Français d’Antechaos, choppe à la gorge, fait taper du pied et secouer les cheveux. La production est riche, les compos pensées pour faire mouche. Le groupe est amateur à la fois de ces grands classiques du metal qu’on ne citera pas ici et de sons modernes. Allez, un défaut, mais sans doute est-ce une question de générations: rapidement Antechaos avance son admiration pour l’univers manga tant les refrains pourraient provenir de ces animés japonais (écoutez Gangster, après son intro speedée, tout y est – et on y parle de Yakuza. CQFD). Ce « défaut », on ne le retrouve qu’au début de l’album, les gars montant en puissance et folie très rapidement. Normal, ils n’ont rien de « gamins », justement: au sein d’Antechaos, on retrouve Nico Pelissier et Chris Billon-Laroute, les ex-guitariste et bassiste de Seyminhol qui se sont adjoint les services de Max Boriolo à la seconde guitare, Julien Truttman à la batterie et cette arme secrète qu’est Laurent Fabisz, ex-chanteur de Kryzees (certains se souviendront de sa prestation au Hellfest 2017  lorsqu’il se vit confié le micro de Joakim Broden le temps d’interpréter Sweedish pagans et s’en sortir avec mieux que des honneurs).  Il apporte toute la puissance et la variété vocale que le genre exige (superbe Lucifer, et ces passages rapés sur Secret medical et Effet papillon – la folie du chant! -, c’est aussi Laurent?). L’ensemble est haut en couleurs, puissant et efficace et le chant en français colle parfaitement. Un premier essai à soutenir d’urgence en rendant visite à Antechaos ici:

www.facebook.com/antechaos

Et puis j’aime bien ce nom de groupe: AnteChaos traduction littérale: « avant le chaos », à l’image de cette boule de cristal montrant une nature verte et saine que ce gamin (encore?!?) semble protéger et vouloir préserver. un groupe à découvrir.

SAXON: Carpe diem

Heavy metal, Angleterre (Silver lining, 2022)

Même avec la pandémie, Biff Byford ne semble pas savoir ce que c’est que de rester inactif… Un album de reprises avec Saxon (Inspirations en 2020) histoire d’occuper le temps, un autre avec son fils Seb (Red brick city sous le nom de groupe Heavy Water en 2021) et maintenant voici que déboule Carpe diem, le nouvel effort collectif desdits Saxon. Clairement, Biff et sa bande – inchangée depuis maintenant 2007 et le retour de Nigel Gloker pour The inner sanctum – ont les crocs. Si Paul Graham (éternel guitariste du groupe) expliquait il y a quelques temps à Metal Eyes (cf l’interview de mars 2021) que le nouvel album studio de Saxon sortirait lorsque le groupe pourrait reprendre la route, la durée prolongée de la crise sanitaire semble en avoir décidé autrement, poussant les Anglais à publier ce bien nommé Carpe diem maintenant. « Vis l’instant présent »… oui, pas d’autre choix possible. Illustré par Paul Raymond Gregory (responsable de nombreux visuels du groupe depuis les années 80 – Crusader, Rock the nations, The inner sanctum, Into the labyrinth…), et une nouvelle fois produit par Andy Sneap, ce disque propose dix nouveaux brulots forgés dans le plus pur et traditionnel metal made in chez Saxon. Toujours aussi puissants et mélodiques, ces nouveaux titres démontrent une nouvelle fois, dès l’explosif morceau titre – superbe entrée en matière qui met les pendules à l’heure – que les anciens n’ont rien à prouver et qu’en se faisant simplement plaisir, ils parviennent à offrir à leurs fans du renouveau tout en restant eux mêmes. La paire de bretteurs composée de Paul Quinn et Doug Scarrat fait montre d’une complicité sans équivalent, le duo restant malheureusement bien trop sous estimé. Le chant de Biff est comme un bon vin, puissant et gouleyant, la frappe de Nigel Glocker ferme et plus solide que jamais soutenant le travail solide et puissant d’un Nibbs Carter comme les autres au top de sa forme. . Rapides, enlevés ou heavy, la ligne directrice reste toujours celle de la mélodie catchy et entrainante. Impossible de résister au morceau titre, de ne pas chanter en chœur le refrain de Age of steam, de ne pas headbanger sur Supernova ou de vibre sur The pilgramage (qui tel un Crusader en son temps  risque de voir les portes de certains pays se fermer plutôt que d’accueillir le groupe…) Si Lady in gray est sans aucun doute le morceau le plus faible ou le moins marquant du lot, l’ensemble est toujours aussi redoutable et nous montre un Saxon fier, qui garde crânement la tête haute. Moderne tout en proposant quelques références à son glorieux passé, Saxon nous offre rien de moins qu’une de ses meilleures productions de ces dernières années. Vétéran de la NWOBHM, Saxon est avant tout, aujourd’hui, le gardien du temple d’un genre qui se bonifie en vieillissant. Reste à savoir quand le groupe pourra retrouver le chemin des concerts… La bonne nouvelle c’est que Saxon a pu lancer son Seize the day tour à domicile et que, en France, les concerts debout sont de nouveau autorisés sans jauge. A suivre!

 

FIREWÖLFE: Conquer all fear

USA, Heavy metal (Linb music, 2021)

Sept années… Il aura fallu sept longues années aux Américains de Firewölfe pour donner un successeur au remarqué We rule the night paru en 2014. Une éternité qui aurait pu laisser les fans croire en la disparition pure et simple de la formation. Mais non, les revoilà avec un Conquer all fear forgé dans le metal le plus pur et traditionnel. Il aura cependant fallu au groupe de traverser de nombreuses épreuves pour réussir à, enfin, finaliser ce  nouveau disque: changement de line-up quasi complet, pandémie, re-recherche de nouveaux musiciens… Mais l’attente en valait le coup. Conquer all fear résume un état d’esprit justement conquérant, et l’album transpire de cet amour pour le heavy traditionnel. Hein? Non, je ne parle pas d’un nouveau Manowar bien que l’esprit des titres évoque incontestablement le quatuor US. Les références sont d’ailleurs nombreuses et parfaitement intégrées, allant de Black Sabbath à Motörhead en passant par Michael Schencker ou Accept. Firewölfe varie les tempi, passant du speed (Petal to metal et ses belles mécaniques, Wages of sin) au heavy typé allemand (Keep the hounds at bay, Swallow my pride) ou à des influences  qui évoquent Dio (l’intro orientale de Conquer all fear) ou Whitesnake (le mid tempo Candle in the dark). Du grand classique parfaitement digéré qui fait de ce nouveau disque une petite merveille pour tout amateur du genre. Parfaitement produit et sans fioriture, Conquer all fear pourrait permettre à Firewölfe de trouver enfin son public.

EXISTANCE: Wolf attack

France, Heavy metal (Autoproduction, 2021)

Le ton est donné dès le départ: la puissance du cri poussé par Julian Izard (chant et guitare) invoque directement le Metal God, tandis que les guitares se disputent les grands anciens. Clairement, cette dernière mouture d’Existance est l’avenir du metal français. D’ailleurs, le terme « français » est ici en trop tant le groupe a un son, une attitude, une identité musicale d’envergure internationale. La jeune garde a été bercée au son du metal principalement européen de l’âge d’or. On entend sur ce nouvel album Wolf attack, tout au long des Highgate vampire, Death bringer, Preacher of insanity tout l’amour voué à Judas Priest, Iron Maiden, Accept… mais aussi des références plus US à Dio ou Twisted Sister à travers Power of the gods ou You gotta rock it, voire au rock direct américano-européen sur les plus calmes rock n roll et Jenny’s dream. Comme le résume Antoine (guitares), « c’est un album assez varié du fait de nos influences communes mais aussi de ce que chacun de nous apprécie de son côté. On a voulu varier les plaisirs en gardant une certaine cohérence. Je crois que nous y sommes parvenus, mais ça, ce sera aux auditeurs d’en juger. ». Et, en effet, impossible de ne pas trouver ces influences qui ratissent du hard rock au heavy metal, passant même par la case power ballad.  Il aura fallu cinq ans à Existance pour donner un successeur à Breaking the rock (2016), période qui voit l’arrivée de Géry Carbonelle à la batterie – après la sortie de ce Breaking the rock. Wolf attack est également le premier album du groupe produit par François Merle (Manigance). Pourquelle raison avoir décidé de travailler avec un producteur? Géry reconnait que « ce n’est pas vraiment nous qui avons décidé… C’est François qui est venu nous voir cherchant à savoir si nous avions un producteur pour notre futur album. Il voulait nous aider à passer un cap et c’est quand l’album a été finalisé qu’on s’en est rendu compte. oui, on a passé un cap, au niveau du son et sur pas mal de point. Il est venu nous voir sur la tournée en 2018, il a fallu qu’on se rencontre, on a fait un essai chez lui qui a été concluant. Si l’album sonne comme ça aujourd’hui, c’est en grande partie grâce à lui ». Antoine ajoute que le groupe ne disposait « que de deux semaines pour travailler chez lui, donc, ça a tété des journées hyper intenses. On a pris le temps d’écouter ses conseils. Il nous a vraiment apporté beaucoup tant sur la façon d’enregistrer que dans la méthode. Avec Breaking the rock, on avait nos petites habitudes, on était à la maison… Là, il nous a fait des suggestions, tenté ça ou ça, il nous disait « On essaye, si ça ne vous plait pas, on tentera autre chose ». Résultat: il n’y a pas un faux pas sur cet album qui, naturellement, est un hommage au regretté Didier Izard, le père de Julian, ancien chanteur d’un H-Bomb mythique dont il est plusieurs fois référence . Déjà, le titre de l’album et son illustration rappellent évidemment le titre Le loup et la reprise de Gwendoline – seul titre chanté en français – qui clôt Wolf attack. Ces deux références qui renvoient à un Attaque qui distingua jadis H-Bomb. Hormis cet hommage justifié et naturel, Existance signe, avec Wolf attack, un des meilleurs album metal de l’année, une perle de puissance, d’efficacité et de créativité. Bravo!

Entretien Zoom effectué le 21 octobre 2021 avec Géry et Antoine