Livre: AC/DC Tours de France 1976-2014 : Les bonus

Recueil de documents, France (Editions Point Barre, 2017)

Quel fan d’AC/DC n’a pas dans ses rayonnages la bible ultime qu’est AC/DC Tours de France concoctée de longues années durant par Phil Lageat (rédac’ chef de la bible mensuelle en France qu’est Rock Hard), Baptiste Brelet et mis en images et en pages par Vanessa Girth, également responsable de la mise en pages du sus mentionné mensuel? Le travail alors accompli fut logiquement salué par tous, à commencer par les membres du groupes eux-mêmes. Alors quand certains témoins, après la parution de ce premier pavé décident de se faire connaitre, lorsque de nouveaux documents sont confiés au trio, lorsque la fatigue de 7 années de travail cède le pas à la passion et l’envie de pousser plus loin, que se passe-t-il? On prend les mêmes, on remet le couvert et on relance la machine. Et on offre AC/DC Tours de France 1976-2014: Les Bonus

Ce second volume commence fort, avec la promesse d’un troisième volet… Ben oui, c’est logique: des choses se sont passées depuis 2014, de la séparation d’avec Brian Johnson à la disparition de Malcolm Young en passant par une tournée avec le sulfureux Axl Rose, autant de sujets attendus pour un ultime chapitre.

Mais en attendant, on se délecte de ces photos, rares et nombreuses, de ces témoignages inespérés d’anciens collaborateurs, de ces coupures de presse et de tous ces documents inédits et de cette incroyable aventure que fut le concert « fantôme » de 1991… Vous aviez cru que Lageat et sa bande avaient tout récolté? Vous serez les premiers surpris! S’il y a moins de textes et de témoignages, cependant tout aussi riches que précédemment, les 304 pages n’en restent pas moins bourrées de ces documents qui nous font encore et toujours rêver: photos inédites, places de concerts, pass divers, tout ou presque y est. Une seule chose m’étonne, c’est l’absence de photos de Marc Villalonga qui doit pourtant en avoir encore quelques unes dans ses archives…

Vous avez aimé le premier volume? Alors vous êtes sans aucun doute déjà en possession de ces Bonus. Vous avez raté le premier? Foncez sur celui-ci sans hésiter. En attendant la conclusion à cette oeuvre ultime d’une légende ultime du rock. Bravo à vous 3!

Cet ouvrage a fait l’objet d’une édition limitée, dédicacée, avec fourreau et 3 lithographie. Il en reste peut-être quelques exemplaire à commander sur le site www.acdclelivre.fr

AC/DC – The original monsters of rock

acdc book 2015Biographie « unofficial and unauthorized » de Jerry Ewing (éditions Sevenoaks, 2015)

Alors que Cliff Williams vient d’annoncer son départ du légendaire groupe australien – dont il ne reste plus aucun membre original, Angus Young ayant été recruté par son frère –  voici un ouvrage paru l’an dernier qui pourra intéresser les fans.

Résumer l’histoire d’un groupe quarantenaire en moins de 100 pages? C’est le défi que relève Jerry Ewing, auteur d’origine australienne dont la famille a émigré en Angleterre, grâce à nombre de documents inédits ou rares. Alternant entre l’ histoire de chaque album et des musiciens passés et actuels, l’auteur pose un regard original sur le parcours d’un des plus grands groupes de rock (toutes catégories et époques confondues) de tous les temps. Richement illustré de documents d’époque, cet ouvrage, s’il s’adresse principalement aux collectionneurs et fans acharnés, vise à initier le plus jeune public au travers d’histoires uniques qui ont forgé la légende d’AC/DC.

Quatre décennies bien séparées composent cette nouvelle édition (précédemment publiée en 2012 sous le titre de Treasures of AC/DC), au-delà d’une histoire connue de tous, le lecteur s’émerveillera des reproductions de collectors, disques, pubs, affiches et autres communiqués de presse et articles consacrés à la formation australienne. On déplore simplement que cette édition de 2015 ne propose pas une ligne sur Rock or bust, pourtant paru l’année précédente et mentionné dans la discographie proposée en fin d’ouvrage.

96 pages, des dizaines de documents… Cette biographie non officielle ne s’adresse qu’aux lecteurs anglophones (ou ceux qui préfèrent les images…)  Pas forcément un must, mais un regard de fan pour des fans.