BLAZE BAYLEY Live à Orléans – Blue Devil’s, le 2 octobre 2019 (avec Absolva)

Blaze Bayley et le Blue Devil’s, c’est une longue histoire: voici 5 fois que le propriétaire des lieux accueille celui que tout le monde connait pour être l’ex chanteur d’Iron Maiden. Cette amitié entre Hervé et Blaze remonte au temps d’Arras, lieu du premier Blue Devil’s. Depuis, le club a trouvé refuge à Orléans, et Blaze y pose ses valises pour la seconde fois.

Cette année, le chanteur célèbre le 25ème anniversaire de son intégration au sein de la vierge de fer. Sa tournée est donc axée autour des deux albums qu’il a enregistré avec la bande de Steve Harris. Les connaisseurs sont ravis de pouvoir écouter de nouveau des titres plus – ou presque plus – joués en concert par Iron Maiden. Et pourtant, The X-factor et Virtual XI regorgent de pépites…

Ce soir, ce sont les Anglais d’Absolva qui ouvrent pour Blaze. On connait déjà les musiciens puisque, au delà de Luke Appleton qui sévit au sein de Iced Earth, ce sont eux qui, l’an dernier, accompagnaient le chanteur (euh… Luke ouvrait déjà pour lui en solo et en acoustique…) Et qui ce soir l’accompagnent de nouveau, donnant ainsi 2 concerts. Economique pour l’hébergement, cette formule!

Reste que ce soir, un peu moins de 200 fans se sont donné rendez-vous au Blue Devil’s. Absolva ouvre le bal devant un parterre dégarni, qui, toutefois, se remplira rapidement dès les premiers riffs accrocheurs. Le groupe propose un heavy metal traditionnel, piochant du côté de Judas Priest et de, tiens donc?, Iron Maiden, et lorgne parfois vers le thrash. C’est carré, bien fichu et le quatuor semble, tout au long de ces 45′, prendre son pied.

Chris Appleton (chant et guitare) harangue le public avec des « Scream for me Orléans! » qui sonnent un brin familier. Ces références sont cependant émaillées de touches originales transformant ce concert en une agréable découverte, Absolva ayant une réelle personnalité qui s’affirme titre après titre. En milieu de set, le groupe ralenti le tempo avec un long instrumental aérien, presque prog et salué comme il se doit par le public.

Le temps de quelques rafistolages, Luke rappelle que Absolva enregistre actuellement son 5ème album, avant que son frère ne reprenne la parole pour remercier Hervé qui les a toujours bien accueillis. Le groupe termine avec un Never back down explosif et rentre dedans.

 

Quinze minutes après, Martin McNee, le batteur, qui a changé de T-Shirt pour rappeler qui joue maintenant, reprend place derrière ses fûts, rejoint par ses camarades. Dos tourné au public, les premiers rangs peuvent entendre Blaze Bayley hurler un « ah! Shut up! » qui a le mérite de faire rire et réagir les fans. Le thème de la soirée est clair et l’on n’a donc aucune surprise à écouter une setlist exclusivement maidenienne. Cependant il conserve son attitude avec le public, restant très proche, attrapant qui par la tête tel un prêcheur fou, dont il a d’ailleurs le regard, qui d’autre par la main.

Très en forme, le chanteur est tout autant pédagogue, expliquant lentement au public toute l’admiration qu’il garde pour Iron Maiden, tout ce qu’il a pu apprendre et découvrir au contact du groupe. Le respect est réel, et le gaillard n’a aucune animosité envers ses anciens compagnons de route.

Plein d’humour, il raconte la genèse de Two worlds collide, explique avoir réarrangé certains titres pour mieux coller à ce qu’il est aujourd’hui. « Si vous détestez la version de la chanson qui vient… » et il place un index sur sa bouche. « Mais si vous l’aimez, alors allez le dire à la terre entière! » introduit donc  The angel and the gambler et franchement… ça vaut vraiment le détour. Prenez le temps d’y jeter une oreille curieuse, c’est une seconde jeunesse que lui offre Blaze.

Respectueux de son public, Blaze, debout au milieu des fans, rappelle que ce ne sont pas les labels qui le font vivre. C’est bien grace aux fans qu’il est toujours là, à chacun des fans. « Merci beaucoup mes amis » s’exclame-t-il en français, un large sourire aux lèvres, avant de rappeler qu’il y a encore quelques concerts commémoratifs qui le mèneront jusqu’à la fin de l’année, et que 2020 le verra se consacrer de nouveau à sa carrière solo, carrière qui compte déjà 11 albums.

Le concert se termine avec la chanson qui, habituellement introduit les concerts de la vierge de fer, Doctor Doctor de UFO et Blaze, après avoir remercié les fans, file s’installer au stand de merch pour signer tous les autographes qui lui sont demandés et prendre la pause avec chacun de ses fans qui le lui demande. Les autres membres du groupe font de même, répartis dans la salle et discutant avec le public. Une belle conclusion à une soirée comme on voudrait en vivre plus.

 

BLAZE BAYLEY live à Orléans (Blue Devils, le 6 avril 2018)

Est-ce une bonne chose de transiter par un groupe comme Iron Maiden ? Blaze Bayley et sa bande investissent ce soir le Blue Devils à Orléans, un resto rock doté, au sous sol, d’une salle de concerts de 200 places environs. Comme il le rappellera en fin de concert, depuis son départ de la vierge de fer avec qui il n’a enregistré que 2 albums, Blaze a offert 10 disques à ses fans. Mais toujours l’ombre de la vierge de fer plane. Le nombre de T-shirts floqué Iron Maiden est impressionnant, et je suis même surpris de voir un fan vêtu d’un blouson « Trooper beer ». Comment, Blaze peut-il trouver son envergure si ses « fans » ne rapportent son histoire qu’à ses 4 années passées avec Steve Harris ? Il s’en est passé des choses depuis ! Lire la suite