HELLTERVIEW: SKINDRED

Entretien Skindred. Rencontre avec Benji Weeb (chant) et  Dan (basse). Propos recueillis au Hellfest le 18 juin 2017

Skindred

Quelques heures avant que Skindred ne mette le feu au Hellfest, c’est un chanteur et un bassiste déjà au taquet qui répondent à Metal Eyes. Une petite idée de ce qui va se passer en live !

 

Metal-Eyes : Je vous ai découvert l’an dernier au Download, et c’est, je crois, votre seconde venue au Hellfest ?

Dan : On a joué en 2013 ou 2014, oui. On a ouvert sur une des mainstages

Metal-Eyes : Aujourd’hui, vous jouez un peu plus tard. Ça vous fait quoi de revenir au Hellfest ?

Benji Weeb : C’est un honneur! Ce festival est extraordinaire ! Tu sais, on joue dans des festivals à travers le monde et celui-ci est un des meilleurs.

Dan : C’est fabuleux de constater que la France propose aujourd’hui ce festival qui est une vitrine pour le monde. Un outil qui prouve que la France a une scène, une scène rock explosive !

Metal-Eyes : Quelles sont les nouvelles de Skindred ?  

Dan : On fait les festivals cet été, et ensuite on enregistrera un nouvel album qui devrait paraitre en 2018. Tu auras bientôt de nouveaux morceaux à écouter. D’abord, on va jouer au Japon, en Australie, ensuite, on enregistre.

Metal-Eyes : Donc il y aura une nouvelle tournée?

Dan : Nous sommes comme dans une roue de souris: on court et on s’arrête où on veut !

Metal-Eyes : Qu’attendez-vous de ce festival, aujourd’hui?

Benji Weeb : De l’argent!

Metal-Eyes : Et à part l’argent? Non, attends, ne me parle pas de sexe ou autres trucs du genre ?

Benji Weeb : Non, sérieusement: on espère séduire les Français et pouvoir donner des concerts dans des clubs. Et que ces concerts soit complets, à Paris, Nice, Bordeaux ou ailleurs. Nous avons toujours eu un retour extra du public, mais nous espérons pouvoir effectuer une tuornée à guichets fermés ici ! On se fout de savoir qu’il y  ait 300 personnes ou 2000, tant que c’est complet. Donc, ce qu’on attend, c’est que le public se souvienne de Skindred, du concert, qu’ils en parlent à leurs amis et qu’ils viennent aux concerts !

Metal-Eyes : Comment définiriez-vous la musique de Skindred pour ceux qui ne vous connaissent pas?

Benji Weeb : Un peu de rock et un peu de reggae.

Dan : Et du groove. Une sorte de reggae agressif et de rock grovy.

Metal-Eyes : Quelques questions spéciales Hellfest: lequel des 7 péchés capitaux vous définirait le mieux, individuellement?

Benji Weeb : Tu es prêt? Incorruptible.

Metal-Eyes : Ce n’est pas un des sept péchés capitaix…

Benji Weeb : J’en ai rien à foutre, c’est mes 7 péchés! (rires)

Metal-Eyes : Donc je revois la liste, alors…

Benji Weeb : Oui, tu en fais une nouvelle!

Dan : Euh, l’apathie, c’en est un?

Metal-Eyes : La paresse, oui.

Dan : Non, pas la paresse, mais l’apathie oui!

Benji Weeb : On s’en tape des 7 péchés capitaux, on crée les nôtres !

Metal-Eyes : Pourriez-vous créer de nouvelles vertus cardinales, alors?

Benji Weeb : Tue s très religieux, dis! On n’est pas religieux, nous, on s’en fout ! (rires)

Metal-Eyes : Nous sommes au festival de l’enfer, je te rappelle!

Dan : La mauvaise attitude!

Benji Weeb : Exactement, on botte les culs! On est des vikings !

Metal-Eyes : Tu ressembles à un Viking, en effet!

Benji Weeb : Exactement! Je suis le premier Viking black que tu n’aies jamais rencontré!

Metal-Eyes : Y a-t-il quelque chose que vous regrettez l’un et l’autre d’avoir fait avec Skindred?

Dan : Tu as un papier et un crayon? La liste va être longue ! (rires) Être dans un groupe et jouer de la musique n’est pas traditionnel. Il faut que tu crées ton propre voyage. Ce faisant, tu vas faire des erreurs et en tirer des leçons…

Metal-Eyes : Comme quoi ?

Benji Weeb : Comme enregistrer des putains de morceaux electro ! ça c’était une erreur! (rires)

Dan : Dès que tu laisses quelqu’un s’occuper de tes affaires, comme les affaires créatives, ça se complique. Il s’agit de savoir ce que tu peux lâcher, ou pas. On ne fait pas partie de la scène traditionnelle : on n’est pas un groupe de rock cool, un groupe de metal dans le vent, ou de reggae… Emo, grunge… On ne fait partie de rien, et on a dû tracer notre propre route, sur laquelle il y a eu des détours. Et nous avons dû revenir sur le bon chemin.

Metal-Eyes : C’est ce que tu disais : pas de compromis…

Benji Weeb : Aucun. C’est comme quand nous avons fait ce truc, dub step, on l’a fait à notre manière. Et on excelle dans ce que l’on fait si on le fait à notre manière et ensemble.

Dan : Ton idée des 7 péchés capitaux, c’est un peu ça : si tu relâches ton attention un instant, eh bien, c’est là que les choses arrivent. On vieilli, et on a une meilleure vision des choses. Parfois, c’est douloureux, d’autres fois, c’est compliqué, mais au final, ça nous aide à retrouver le bon chemin.

Metal-Eyes : Merci beaucoup, je vous vois tout à l’heure sur scène !

Benji Weeb : Merci à toi. C’était bien ! Tu sais quoi : tes questions sont bonnes ! Tu poses de bonnes questions, tu provoques de bonnes réponses, j’ai adoré. Maintenant, fous le camp, bordel ! (rires)

Merci à Elodie Jouault et Pauline (Him Media)

 

Interview: AS LIONS

Entretien As Lions. Rencontre avec Austin Dickinson (chant) et Connor O’Keefe (guitare, piano). Propos recueillis à Paris le 16 février 2017

AS LIONS

 

Metal-Eyes : Tous deux faisiez auparavant partie de Rise To Remain qui s’est séparé en 2015. Trois de ses membres – vous deux et Will – avez décidé de continuer en formant As lions. Lorsque vous avez décidé de fonder ce groupe, quelles étaient vos intentions et vision de As Lions ?

Austin Dickinson : Nous voulions faire la musique qui nous ressemble plus, en tant que personnes. Pas tant en tant que simples compositeurs, ce qui nous excitait vraiment c’est cette position de compositeurs et d’auditeur. Ce que nous écrivions à l’époque… La moitié correspondait à l’album de Rise To Remain que nous devions enregistrer, mais l’autre moitiéne ne convenait pas du tout. C’est devenu la base de As Lions. Nous voulions créer quelque chose qui soit, selon nous, plus dynamique, plus intéressant pour nous et qui soit plus en rapport avec les raisons qui font que nous adorons faire de la musique. Un groupe contemporain avec des influences classiques, la musique que nous adorons et avec laquelle on a grandi. Nous voulions nous l’approprier, y apporter notre touche, créer notre propre son et évoluer en tant que compositeurs, aussi.

Metal-Eyes : Comment décririez-vous votre musique à quelaqu’un qui vous découvrirait aujourd’hui?

Connor O’Keefe : Je dirais qu’elle est très “cinématique”, ça sonne grand et, très certainement, très mélodique

Austin Dickinson : Exactement. C’est dynamique, je… ça sonne comme du cinéma. Tu sais, nous voulons créer de la musique qui pourrait (il rit) conclure le plus épique des films de la planète, ou quelque chose qui puisse susciter l’imaginaire. Nous voulons que tu puisses explorer des univers inattendus. On essaie d’apporter quelque chose de différent à table. C’est la partie excitante : explorer de nouvelles choses, trouver un moyen de créer… des putains de nouveaux sons ! (rires)

Metal-Eyes : A l’époque de Rise to Remain, le groupe a beaucoup tourné à travers le monde, entre autres avec Iron Maiden. Comment des musiciens jeunes et «inexpérimentés » vivent-ils ce genre d’expérience ? Qu’est-ce que ça vous a apporté en tant que musiciens ?

Austin Dickinson : On n’a fait qu’une tournée avec Iron Maiden.

Metal-Eyes : Mais sur des scènes gigantesques…

Austin Dickinson : Oui, et je crois que cette tournée a beaucoup fait parler du groupe. On a aussi tourné avec Funeral For A Friend, Trivium, in Flammes… Beaucoup de groupes différents, ainsi que des festivals. L’Europe a très bien accueilli Rise To Remain et nous avons, j’ai doré tourner : le sens de la communauté, être dans le même bateau, il n’y a rien de comparable. Je crois que ce que ça m’a apporté, c’est que ça m’a aidé à forgé mon instinct sur la manière de tourner, d’écrire, pour ce type d’audiences, très bruyante souvent, et j’adore ça ! Tout le monde a son opinion, c’est évident, mais tout le monde ne parvient pas à sortir du « J’aime beaucoup ce que vous faites » ou « j’adore ton groupe ! » Mais j’apprécie et j’accueille cela avec plaisir parce que ça reste exceptionnel. Les fans m’ont permis d’apprendre à les comprendre et ce que la musique représente pour eux. C’est pour ça, en partie, que je suis ici, dans ce boulot. Je suis avant tout un fan de metal, et tu ne peux pas oublier d’où tu viens.ni que tu es partie de quelque chose de plus grand que ton groupe.

Connor O’Keefe : Pareil…

Metal-Eyes : ok, merci (rire général)

Connor O’Keefe : Avec As Lions, on vient de tourner avec Shinedown et Five Finger Death Punch, donc on redécouvre ces choses avec eux. On expérimente des choses avec eux, en adaptons, nous en approprions et en laissons de côté…

Metal-Eyes : Dites m’en plus au sujet du nom du groupe, As Lions. C’est connu, les lions rugissent beaucoup, ils ont pour habitudes de laisser leur femelles chasser pour eux, éduquer leurs petits – quand ils ne les tuent pas. C’est ce que vous êtes : apresseux et de nature violente ?

Austin Dickinson : Nous sommes exactement cela: bouffer nos petits…

Connor O’Keefe : … Laisser les filles aller chercher la bouffe…

Austin Dickinson : Nous sommes paresseux et des trous du cul à l’égo surdimensionné. Tu peux entendre tout ça dans notre musique (il explose de rire) ! Non… Le nom ? Nous voulions nous démarquer d’un genre : si nous n’étions qu’un groupe de rock, nous serions The Lions ou si nous étions un putain de groupe de death metal, nous serions Sceptic Lions ou un truc du genre (rires) … Nous voulions nous démarquer d’un genre spécifique, passer pour un groupe de rock, de metal, un peut tout, sans qu’on puisse avoir une idée préconçue. Aussi, les lions sont assez symboliques, contrairement à des animaux… « fonctionnels ». Ils sont symboliques de bruit et de fierté. Ça nous ressemble, on pourrait dire, écrire des choses comme ça !

Metal-Eyes : Parlons un peu de votre musique. La première qui m’a marqué, c’est ton chant qui est loin, très loin de ce que tu faisais avec Rise To Remain. Qu’est-ce qui t’a poussé à choisir ce type de chant plutôt que le chant metalcore ?

Austin Dickinson : Je pense que quand tu changes d’orientation, de chemin, il est important de te poser quelques questions. La première, ça a été : « hurler. Est-ce une part fondamentale de mon identité, selon moi ? Non, pas vraiment. » Quand ta technique est assez bonne pour limiter les dégâts, c’est bien, mais tu ne peux faire ça pendant 50 ans, et je ne le veux pas ! Est-ce une partie de mon identité ? Pas forcément. Est-ce ce en quoi je crois ? Pas nécessairement. Est-ce que je souhaite tenter de nouvelles choses ? Absolument ! Est-ce que je souhaite m’améliorer en tant qu’auteur ? Putain, oui ! J’ai tenté d’avancer, et je crois qu’il y a beaucoup plus d’émotions que tu peux travailler, et je crois aussi que, avec le hurlement, on passe à côté de beaucoup de choses. Tu ne touches pas autant les gens avec le hurlement. Et, avec cet album et les suivants, j’ai vraiment envie d’être le plus proche possible de l’auditeur. Comme si j’étais juste à côté. Tu sais, le contenu et les paroles de nos chansons ne seraient pas là si ce n’était important à nos yeux. J’adore avoir ce type de connexion avec les gens. Je ne dis pas que je ne hurlerai plus jamais, je pense seulement que j’en ai fait le tour et je voulais vraiment démarquer ce chant entre Rise To Remain et As Lions.

Metal-Eyes : Et ce nouveau chant a-t-il affecté ta façon de jouer ?

Connor O’Keefe : Au sein de Rise To Remain, je jouais de la basse. Mais aussi du piano. Nous avons simplement pu baisser le ton et adapter, à la guitare acoustique et au piano, le musique au chant. En ce qui concerne la guitare, nous voulions simplement qu’elle soit énorme, pleine de riff et qu’elle puisse crée une ambiance. C’était une adaptation assez facile. Même assez naturelle, dirais-je.

Metal-Eyes : Nous vivons dans une époque égoïste, qui est le titre de votre album qui reflète assez bien ce dont nous pouvons être les témoins. Quels sont les thèmes que vous avez abordés et y a-t-il des sujets que vous ne souhaitez pas traiter avec As Lions ?

Austin Dickinson : Je voulais vraiment parler de la consommation, de l’image, de ces obsessions personnelles que nous avons aujourd’hui. Je ne pourrais pas en parler si je n’en étais pas coupable moi-même. Je crois que ce n’est que partie de notre existence dans le cadre de nos sociétés modernes. J’ai aussi l’impression que nous nous sentons obligés de nous présenter tels que nous ne sommes pas. Que nous avons besoin de remplir le moindre espace de silence ou de temps libre avec ces choses qui nous marquent. Et cela efface l’individualité, qui devrait être célébrée, je pense. Nous sommes tous des individualités. En même temps, je vois beaucoup de gens qui ne sont pas égoïste. A toute action correspond une réaction… Peut-être que c’est moi qui me fait l’écho de ce qui se passe dans le vrai monde, mais je vois beaucoup de personnes qui se battent pour des causes, s’élèvent contre la bigoterie, le racisme, l’homophobie, je vois beaucoup de gens qui se bougent pour éradiquer ça, et c’est vraiment magnifique ! Parallèlement on a vu tous ces phénomènes croitre, tout ces préjudices sont égoïstes. C’est un monde qui change et els gens réagissent. Comme cet album qui est trrès réactionnaire. La musique, en tant que telle, est unificatrice, c’est un langage universel. Il est important pour moi d’aborder ces thèmes auxquels nous sommes tous confrontés. Et si nou s pouvons permettre à 2 personnes de s’unir, ou à 20.000, nous le considèreront comme une réussite. Maintenant, il n’y a pas de thèmes que je ne voudrais aborder. Plus je traite de sujets, plus je suis épanoui ! (rires)

Metal-Eyes : Si vous ne deviez retenir, chacun d’entre vous, qu’une chanson de Selfish age pour expliquer ce qu’est As Lions, laquelle serait-ce ?

Connor O’Keefe : White flags, je pense…

Austin Dickinson : White flags, oui. Je pense qu’elle contient tout, même si ce n’est pas ma préférée, qui serait plutôt World on fire. Mais White flags a un peu de tout ce que nous faisons.

Metal-Eyes : Austin, quand tu as décidé de travailler dans l’industrie de la musique, as-tu reçu des conseils particuliers de la part de ton père qui a une longue expérience dans ce domaine ? Des conseils sur quoi faire ou pas ?

Austin Dickinson : Quand j’ai commencé, on allait donner un concert et plein de gens du business étaient présent. Il m’a attrapé par les épaules, m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit que je devais m’assurer que tous les verrous étaient bien fermés en quittant la maison. C’est tout ! (rires)

Metal-Eyes : Et toi, t’a-t-il conseillé, Connor ?

Connor O’Keefe : Pas vraiment. C’est un homme vraiment charmant !

Austin Dickinson : Il est simplement mon père, c’est tout !

Connor O’Keefe :

Metal-Eyes : Mais tu es plus grand que lui!

Austin Dickinson : Je suis le plus grand de la famille, oui, mais je ne suis pas vraiment grand! On est une famille de hobbits ! (rires)

Metal-Eyes : Une dernière chose: vous suivez ce que fait George Harris avec son propre groupe, The Raven Age ?

Austin Dickinson : Oui, oui, nous avons grandis ensemble, n’avons jamais été très éloignés. Je sais qu’il était sur la tournée The Book Of Souls, avec The Raven Age. Leur batteur, Jay, en fait…

Connor O’Keefe : Je le connais depuis très longtemps. On a joué dans plusieurs groupes ensemble et il nous a même dépannés avec Rise To Remain sur quelques concerts…

Austin Dickinson : Oui, il nous a vraiment aidés, il a balancé la sauce, c’était génial !

Connor O’Keefe : Il joue depuis tellement longtemps, je l’ai vraiment vu progresser.

Austin Dickinson : C’est vraiment le batteur qu’il faut pour The Raven Age !

Metal-Eyes : Merci à vous deux, et j’espère vous voir bientôt sur scène !

Austin Dickinson : Merci à toi de nous avoir reçus!

AS LIONS

INTERVIEW: THE RAVEN AGE

Entretien avec Dan Wright et George Harris (guitares) – The Raven Age. Propos recueillis à Paris le 7 février 2017

logo raven age

Metal-Eyes : Je suis aujourd’hui, 7 février 2017, en présence de George Harris et Dan Wright, tous deux guitaristes au seine de The Raven Age. Tout d’abord, et je suis certains que des dizaines de personnes vous l’ont déjà demandé : c’est notre première rencontre, pouvez-vous nous raconter l’histoire de The Raven Age ?

George Harris : L’idée du groupe est née en 2009, lorsque nous nous sommes rencontrés, Dan et moi. Nous sommes devenus amis, jouons tous deux de la guitare et écoutons le même style de musique. Nous avons commencé à composer, et deux ans plus tard, nous avons décidé de monter notre propre groupe. On se débrouillait plutôt bien… Nous avons donné notre premier concert en 2013, et depuis tout s’est enclenché, sans contrôle, on a tourné à travers le monde et… c’est dingue depuis!

Metal-Eyes : A ce jour, vous avez sorti un Ep. Un album arrive, dont nous allons parler, mais tout d’abord, entre février et août 22016 vous avez tournés avec Iron Maiden. Nous connaissons la relation qui vous unis, toi et le bassiste d’Iron Maiden, qui se trouve être ton père, ce qui a certainement facilité l’accès du groupe à cette affiche. Toutefois, comment de jeunes et inexpérimentés musiciens tels que vous êtes, vivent-ils un tel périple, dans de telles conditions ? Il ne s’agit pas de jouer dans des clubs, mais bien dans des endroits énormes…

George Harris : Oui, énormes. Le plus gros endroit où nous ayons joués avant ça accueillait… 2300 personnes et le premier concert de cette tournée c’était devant 22.000 personnes. Le premier show ! C’était très éprouvant nerveusement, pour nous tous. Mais je pense que notre son, notre vision de ce que nous serons à l’avenir en tant que groupe… On s’est toujours projetés sur de grandes scènes. Nous avions une certaine idée de comment nous devrions nous comporter sur de telles scènes. Ensuite, il faut mettre cela à exécution. Les premiers shows sont angoissant, que va-ton-faire de cet espace ? Comment l’occuper ? Mais nous aimons ça, et même si nous étions nerveux, nous étions encore plus excités par ce défi et cette opportunité. C’était une expérience simplement extraordinaire.

Metal-Eyes : Maintenant, après avoir tourné à travers le monde, dans des conditions aussi bonnes pour un jeune groupe, de quoi pouvez-vous encore rêver ?

Dan Wright : C’est sûr que pour nous, c’est une belle étape, en tant que groupe.

George Harris : Je pense que, avant tout, nous devons avoir conscience que c’est notre rêve. Et autant nous avons la chance d’avoir pu vivre une telle expérience, le rêve ultime est de pouvoir le faire par nous-mêmes. En tête d’affiche. Nous sommes revenus de cette tournée plus motivés que jamais ! On a entendu des histoires au sujet de groupes qui ont vécu de telles tournées et qui ont eu beaucoup de mal à revenir à la réalité. Nous étions tous excités à la fin de cette tournée, et nous sommes remis au travail, avons sorti le matériel… Nous savons que si nous trvaillons dur, saisssons d’autres opportunités, tournons, nous pouvons continuer. C’est ce que nous allons faire sur cette tournée avec Anthrax. Il y a l’album qui sort sur BMG, une belle opportunité aussi. Tant que nous continuons de travailler dur, et réalisons que ces conditions sont superbes, alors notre travail paiera.

Metal-Eyes : Une dernière question concernant cette tournée : dans quelle mesure pensez-vous qu’elle ait impacté votre musique ? Votre manière de composer ou d’enregistrer ?

George Harris : Pour cet album, les chansons étaient composées avant la tournée. Mais nous composé pendant cette tournée. Mais je ne pense pas que ça ait modifié notre façon de composer. Nous sommes restés nous-mêmes en ce qui concerne la façon de composer. On se dit que nous devrions orienter ce titre de telle manière, inclure ceci parce qu’il sera joué live. Nous sentons qu’il faut faire telle ou telle chose afin d’amener cette chanson là où elle doit aller. Même si cette tournée a été gigantesque pour nous, nous avions déjà eu de grosses tournée avec Mastodon et Gojira. Et ça n’a pas changé notre manière de composer non plus.

Dan Wright : Je crois que ça nous a surtout donné du temps pour composer, plus. Il y avait tant de temps entre les shows, et après notre set-up, et soundcheck, il y a 4 ou 5 heures avant le show… Quand tu es sur la route, tu as plus de temps pour composer. Tu vois différents endroits, plein de choses te traversent l’esprit… Tu ne songes pas forcément à composer, mais certaines choses arrivent à certains endroits ou moments. Un riff de guitare, un environnement qui t’inspire… Ca aide vraiment d’être sur la route tant tu vois de choses, tu vis tant d’émotions… Tu appuies sur la détente, tu attrapes une guitare et écrit ton riff…

Metal-Eyes : Comment décrirez-vous Darkness will rise, votre album qui sera en bacs le 17 mars, pour me convaincre de l’acheter ?

George Harris : (rires) C’est un album très dynamique, je dirais. Ce n’est pas un album composé uniquement de metal rapide. Il y a plusieurs batteurs ce qui, je crois, le rend intéressant. De nombreuses chansons sont assez longues, l’album dure 77’ je crois… Chaque chanson est différentes, il y a des parties thrash, d’autres plus lentes… Il y a un peu de tout, ce qui peu plaire à plein de gens différents.

Metal-Eyes : Et si vous deviez ne retenir qu’un titre de cet album pour expliquer – à moi et à ceux qui vont vous découvrir – ce qu’est ce groupe, ce serait quel titre ?

Dan Wright : Satisfy, je dirais. Celle dont nous venons de publier une vidéo. Je crois que c’est la meilleures représentation de ce que nous sommes, de la manière dont nous racontons les histoires, avec des moments forts et d’autres plus calmes. Toutes nos chansons, selon moi, sont ainsi sur cet album, mais je pense que c’est la plus représentative.

George Harris : Je suis d’accord.

Metal-Eyes : Ok. Si George est d’accord (rires des deux). Une question pour toi, George: quand tu as décidé de te lancer dans le business de la musique, quel type d’avertissement ton père, qui, par le plus grand des hazards, est un des bassistes les plus appréciés de la planète, a-t-il put e donner? Il a une longue expérience dans de nombreux domaines, avant et après ta naissance…

George Harris : Le principal conseil qu’il m’ait donné, et c’est encore valable aujourd’hui, est de rester fidèle à moi-même. « Reste fidèle et intègre. Il y aura beaucoup de gens sur ta route, certains voudront te convaincre de jouer de telle manière, d’enregistrer de telle manière… Mais personne ne sait ce qui est bon pour ton groupe aussi bien que toi. Quelle que soit ta vision, accroches toi à elle ! » Tu sais, c’est avoir du caractère et ne laisser personne te dicter ce que tu dois faire et ce genre de chose

Metal-Eyes : Il t’a aussi conseillé, toi, ou les autres membres du groupe ?

Dan Wright : Oui, absolument! Il a été fantastique en matière de conseil. Il nous fait confiance en ce qui concerne la prise de décision, mais il a été de bon conseil pendant la tournée. Le meilleur conseil qu’il nous ait donné était comment attaquer cette scène ! Tu sais, elle était si grande que, pour nous, c’était effrayant bien qu’excitant. Avoir quelqu’un de présent pour nous conseiller avant de monter sur scène nous a été vraiment très bénéfique. Même d’un point de vue musical, il est une inspiration. Il ne nous a rien conseillé de ce point de vue, mais simplement le fait d’être là, sa présence, ça ne peut pas être mauvais.

Metal-Eyes : J’imagine… Revenons à votre album. Pouvez-vous nous parler de l’enregistrement: où a-t-il eu lieu, comment avez vous procédé?

George Harris : Nous l’avons enregistré au studio où nous répétions, chez nous, à Londres. Nous avons impliqué Matt Hight, il est venu, a enregistré les batteries. Ensuite, nous avons investit les studios et j’ai chapeauté l’enregistrement du reste : les guitares, la basse et les voix. C’était très relax, sans pression. Nous n’étions pas contraint par le temps, l’argent, d’avoir quelqu’un présent dont tu as l’impression que tu lui fais perdre du temps et ces trucs là. L’ambiance était très relaxe, ce qui a retiré pas mal de pression. Nous pouvions donc prendre le temps de faire les choses comme nous l’entendions. Et nous avions la tournée entre temps, entre deux sessions… Donc, l’enregistrement s’est étalé sur pas mal de temps, le mixage aussi… Le tout a pris environ un an.

Metal-Eyes : Qu’en est-il du deal avec BMG, comment l’avez-vous obtenu?

George Harris : En gros, après notre tournée avec Maiden, nous avons vraisemblablement attire pas mal de regards, nous avons aussi récolté de nombreux fans. Spotify a pris cela en compte et nous a ajoutés à sa playlist Metal et a vu les chiffres augmenter rien qu’avec ce qu’on pouvait dire à notre sujet. A partir de là, BMG a aussi entendu parler de nous, nous a contactés, a écouté l’album et, pendant une semaine environ, nous sommes restés discrets. Ensuite, nous les avons rencontrés et ils étaient si impressionnés par l’album, la manière dont il sonne, par notre organisation… Je crois que la raison pour laquelle nous avons choisi de travailler avec eux est qu’ils semblent vraiment adhérer à notre art, aux histoires que nous créons et à l’univers que nous voulons créer… Ils ne veulent pas s’investir dans l’aspect artistique mais simplement apporter leur expertise pour la commercialisation du disque.Une des raisons de ce choix est qu’ils nous font entièrement confiance en matière artistique : nous créons tous nous-mêmes, nous faisons tout en tant que groupe. C’est pour ça que nous avons choisi de travailler avec eux, et les derniers mois – les 6 prochaines semaines, en fait – ont été assez dingues !

Metal-Eyes : Oui, on y arrive.  La pochette de l’album évoque à la fois un casque et le crane d’un corbeau. Quelle relation existe-t-il entre cette illustration et le titre de l’album ?

George Harris : Darkness will rise est directement lié au nom du groupe, The Raven Age. Historiquement, les corbeaux étaient considérés comme les gardiens de la ville de Londres. Les tours, les exécutions… Les corbeaux protégeaient cela. La légende disait que si les corbeaux étaient amenés à disparaitre, alors l’Empire britannique tomberait. Darkenss will rise évoque donc  l’idée que les corbeaux ont les pleins pouvoirs parce qu’ils doivent être là pour empêcher l’Empire de disparaitre. C’est aussi un message pour nous, en tant que groupe, pour nous battre en ce début de carrière… L’artwork représente en effet un corbeau qui s’apprête à aller au combat. Pour nous, c’est nous lancer dans la bataille de cette industrie…

Metal-Eyes : Avez-vous entendu parler de cet autre groupe anglais…

Dan Wright : RavenEye ? Oui, ils nous ont d’ailleurs contactés il y a quelques mois, nous disant qu’on les avait pris pour nous et inversement !

Metal-Eyes : Le chanteur a apparemment une passion pour les oiseaux, dont les corbeaux, mais ce n’est pas votre cas ! En revanche, avez-vous choisi le nom du groupe en relation avec le roman Game of thrones ?

George Harris : Non, en fait, nous n’avions pas vu la série au moment où nous avons formé le groupe, en 2009. Elle est d’ailleurs sortie après…Non, c’est vraiment l’histoire liée à la Tour de Londres et la légende que cela créé…

Metal-Eyes : Quelques mots au sujet de votre éducation musicale. Pas l’apprentissage de la guitare, mais le développement de votre culture musicale. A priori, George, il y avait beaucoup de musique à la  maison, était-ce la même chose chez toi Dan ?

Dan Wright : Oui, les membres de ma familles jouaient aussi dans des groups et j’ai dû recevoir ma première guitare enfant ; Du style « tiens, voici une guitare, vois si ça te plait ». Mais je n’ai vraiment commencé à m’y intéresser qu’à l’âge de 13 ans… Après, je suis allé étudier la musique. J’ai toujours voulu aller étudier la composition à l’université, j’ai toujours été intéressé par les musiques de films, et je crois que tu peux entendre dans notre musique le côté épique du cinéma. Notre relation, George et moi, est évidemment liée à notre attrait pour ce genre de compositions. Oui, la musique a définitivement toujours fait partie de mon univers !

Metal-Eyes : Et votre culture musicale s’est-elle faite plus en fonction de ce que vous pouviez entendre à la maison ou au contact, comme c’est souvent le cas à l’adolescence, de vos amis ?

Dan Wright : Exactement ! Avec les copains, au lycée, nous regardions les chaines musicales, et il y avait ces vidéos de Funeral For A Friend, Bullet For My Valentine, Avenged Sevenfold, Killswitch Engaged et ces groupes là… Nous allions à des concerts ensemble, et, parce que je jouais de la guitare, je fréquentais pas mal de groupe et allais les voir. C’est devenu une part de ma vie. Et nous avons réalisé que nous avions les mêmes expériences et attentes…

George Harris : Pour moi, c’est pareil. J’ai été exposé au Heavy Metal dès ma naissance…

Metal-Eyes : Même avant ta naissance!

George Harris : Oui, oui! Bien avant (rires). Je crois que j’ai toujours évolué autour de l’industrie musicale. Il y avait de la musique partout, dans la voiture, pour aller à l’école, il y avait plein de musique, des BO de films, des choses plus obscures… J’ai assimilé tout cela inconsciemment et ça ressort aujourd’hui. Cela a sans aucun doute une influence sur ta construction. J’ai commencé avec des groupes vers 14 ans, et mes influences ont toujours eu un rôle à jouer.

Metal-Eyes : Une dernière chose, George: suis-tu ce que fait Austin Dickinson avec son groupe, As Lions?

George Harris : Je les suis sur Instagram pour savoir ce qu’ils font, oui.

Metal-Eyes : Je le vois dans quelques jours et lui poserai la même question !

George Harris : Ah, oui! Cool! (rires)… Non, je le suis, pour savoir comment ils se débrouillent. Ils viennent de soutenir Five Finger Death Punch aux USA et leur album vient de paraitre. On est tous assez occupés ces derniers temps. Je ne lui ai pas parlé depuis quelques temps, on s’était vus à des festivals… Mais oui, je le suis.

Metal-Eyes : Nous ne vous avons pas encore vus en France, en tout cas pas avec Iron Maiden. Quand nous verrons vous live en France ?

George Harris : Eh bien, nous allons jouer le 16 mars prochain en ouverture de Anthrax, à l’Esy..Elysée Montmartre (NdMP : il a un peu de mal à prononcer ce nom). C’est cet endroit qui est fait dans les mêmes matériaux que la tour Eiffel ?

Metal-Eyes : Exactement, une charpente en métal, avec des chevilles fusionnées. Une technologie développée au 19ème siècle. La salle a été fermée quelques années à la suite d’un incendie mais a rouvert tout récemment. Je vous y verrais, j’espère. Merci pour cet échange et bonne chance pour votre carrière.

Tous deux : Merci à toi !

theRavenAge

 

 

SAXON: Let me feel your power

saxon-2016Heavy metal, Angleterre (UDR, 2016)

Bon, c’est clair: il faut absolument que j’arrête de demander aux membres de Saxon, quand j’ai l’opportunité de les rencontrer, s’il est raisonnable de publier autant de nouveautés puis de remarquer que ça s’est calmé. En réalité, non, le rythme est toujours soutenu car Saxon est hyper actif. Jamais un moment de répit, hors de question de se faire oublier. Et si l’on fait les comptes, ces cinq dernières années, Saxon aura joué, en France – et hors festivals – devant plus de monde qu’Iron Maiden. J’en vois qui sourient? Faites les comptes: Saxon tourne en France très régulièrement là où la vierge de fer ne se contente plus que d’une date à Paris… Mondialement, c’est pareil. Alors, de nouveau, ça valait bien un petit live, non? Let me feel your power se trouve être un doublé, puisque la bande à Biff profite de cette opportunité pour nous offrir deux concerts distincts, tous deux captés lors de la tournée Battering Ram, dernier album en date. Le produit proposé est composé de deux CD et d’un DVD. Le CD 1 retrace le concert de Saxon à Munich sur la tournée commune avec Girlschool et Motörhead (saloperie d’en….s de daesh qui nous auront empêchés d’assister à la date parisienne!) et comporte 13 titres plus 3 enregistrés à Brighton. Le second CD a été enregistré à Chicago, et propose 18 titres. Ceux qui ont assisté ces dernières années à un concert de Saxon le savent: Biff et ses gars sont dans une forme resplendissante et personne ne peut les prendre en défaut sur scène. Avec une ribambelle de classiques, il serait facile de rester fidèle à une setlist. Mais non, Saxon offre au public américain, outre ses indispensables standards que sont Wheels of steel, Denim and leather, Motorcycle man, Strong arm of the law, Heavy metal thunder ou Princess of the night, et quelques extraits plus récents (Battering ram, Sacrifice) des pépites qu’on n’a pas entendues depuis des lustres. On se délecte donc des This town rocks dont on avait oublié l’explosivité, Rock the nations, Just let me rock ou Solid ball of rock proposés lors de ce concert particulier. Une indication de ce qui nous attend lors de la future tournée européeenne? Le DVD quant à lui est la mise en image de ces deux concerts. Les images sont propres, le groupe visiblement heureux (Biff et Nibbs vont se décrocher la tête un jour, Paul, toujours appliqué, sait aussi aller chercher le public), les Anglais continuent de prendre leur pied sur scène. Non, ce n’est pas qu’un simple boulot. Malgré un incroyable nombre de sorties , Saxon ne se moque pas de ses fans qui peuvent, les yeux fermés, se procurer ce nouveau témoignage d’un dinosaure de la NWOBHM et du metal moderne.

Note: 8,5/10

Titre que je retiens: Just let me rock (avec en bonus non négociable un gros doigt pointé à la face de ces ignorants barbares qui veulent nous empêcher de vivre. Simplement vivre, merde!)

Photo de la semaine: ORANGE GOBLIN

SONY DSC

 

Je ne suis pas spécialiste d’Orange Goblin, loin s’en faut. Cependant, l’avantage d’un festival est de pouvoir y voir et découvrir de nombreuses formations. J’avais entendu parler des stoners anglais, et était donc curieux de les découvrir live. Ce fut chose faite lors du Hellfest 2015, et le bouffon orange s’est ici transformé en extra terrestre. J’avais réglé la vitesse à 1/200 de seconde et la sensibilité à 800 ISO. Lorsque j’ai déclenché, toute cette lumière a créé cette surexposition, heureusement contrastée par l’ombre du bassiste, offrant ce résultat inattendu et accidentel. C’est ce qui fait aussi une grande partie de la magie du spectacle vivant.

GLORY HOLE – First experience

GLORY-HOLE---FIRST-EXPERIENCE-SD-COVERHard rock, France/Angleterre (EpAutoproduction, 2016)

Glory Hole est un groupe franco anglais. Et, avant tout, pour ceux qui souhaitent faire une recherche sur internet, un avertissement: tapez Glory Hole band… Car ce groupe semble, par son nom et certains des titres de ce premier Ep, inspiré par le groupe que l’Amérique entière voudrait censurer, le groupe interdit aux moins de 18 ans, Steel Panther. Mais là s’arrête la comparaison, car chacun des 5 titres de ce Ep propose une facette dofférente, étonante, rentre-dedans… dce dont est capable ce groupe. On navigue entre un esprit neo-metal – Lost, sa basse ronflante et sa voix alternant entre rap et chant rock – hard rock plus traditionnel et direct (Love) ou orienté 70’s (le très évocateur Anaconda’s sister)ou le fringant Kill your classmate. Alors, non, Glory Hole n’a guère en commun, musicalement parlant, avec Steel Panther, et en proposant de nous laisser découvrir plusieurs facettes, le groupe nous montre aussi son ouverture d’esprit. Ou son hésitation à suivre un chemin plutôt qu’un autre. C’est sympathique, plutôt bien fait, le chant est puissant et parfaitement compréhensible et l’ensemble donne envie d’en connaitre plus. Mais de quelle manière Glory Hole compte-t-il se démarquer? Wait and see!

Note: 7,5/10

Titre que je retiens: Anaconda’s sister

VARDIS – Red eye

VARDIS_Red-eye 2016Heavy metal, Angleterre (Steamhammer/SPV, 2016)

NWOBHM. Parmi la myriade de groupes issus des scènes d’un metal renaissant, Vardis s’était distingué dès 1980 avec son premier album, 100 m.p.h sans jamais réussir à distancer sa concurrence directe. En 2016, Vardis revient après une très longue absence avec ce Red Eye prometteur. prometteur car cet album est bourré des mélodies et riffs joyeux et entraînants, d’un chant particulier et d’une énergie qui n’a pas changé. C’est sans doute là la plus grosse difficulté de Red Eye: bien que tentant de se moderniser, Vardis semble resté coincé en 1984. Il y a du plaisir de la part de Steve Zodiac, mais plus rien d’irrévérencieux. Il y a de la composition, mais le chant ne me convainc guère. Il y a du fun comme Back to school aux paroles un peu ridicules passé 50 ans) mais sur fond de riffs tellement classiques qu’on n’est guère surpris. Il y a du hard rock (Lightning man) et certains passages se veulent punk (The knowledge). Et il y a le clin deuil instrumental (200 m.p.h) à un glorieux passé venant sans doute boucler la boucle. Sympathique sans pour autant être remarquable, Red eye se laisse écouter avec plaisir et une certaine nostalgie.

Note: 7/10

Titre que je retiens : 200 m.p.h

PHOTO DE LA SEMAINE: DEEP PURPLE

Roger Glove, Deep Purple - Paris, le Zénith, le 13 novembre 2012

Roger Glover, Deep Purple – Paris, le Zénith, le 13 novembre 2012

La force tranquille d’un vieux briscard de la route… J’ai vu Deep Purple pour la première fois lors après sa reformation en 1985 dans un POPB archi comble, au lendemain de deux journées d’un France Festival en demi teinte. Mais je n’avais pas eu l’opportunité de les voir accompagnés de Steve Morse. Ce soir du 13 novembre 2012, alors que Deep Purple se produit une énième fois en France, c’est chose faite. Lire la suite

PURSON – Desire’s magic threatre

purson 2016 001Hard psyché, Angleterre (Spinefarm records, 2016)

Quel jour sommes nous? Ou, plutôt, en quelle année? Peut-on dire que Blues Pills et consorts ont ouvert la voie au retour d’un rock psychédélique, ouvertement inspiré par les années 60 et 70? Ou devrait-on simplement se contenter de citer Lavoisier pour qui « rien ne se perd, rien ne se crée: tout se transforme »? Un peu des deux, et avec un certain plaisir. Lire la suite