DEVILSBRIDGE: Sense of…

Suisse, Metal (Fastball, 2022)

Jolie découverte que ce Sense of… de DevilsBridge. L’album explore le concept de la recherche de LA sensation au travers d’une intro de présentation et de 11 titres heavy, rugueux et racés. Une sensation, un mot, une chanson. On est bien au delà des 7 péchés capitaux ou des 7 vertus cardinales avec ces 11 sensations. De l’Illusion à la mort, en passant par la douleur, la réalité, l’Instinct ou la recherche de la Perfection, les Suisses, menés par la chanteuse Dani nous offrent une petite heure de ce métal puissant, enragé et compact. Musicalement, le groupe n’a rien de commun avec ses compatriotes de Krokus ou de Gotthard mais pourrait bien creuser le sillon avec autant de succès qu’eux. Le quintette explore divers univers du metal tout en gardant une ligne directrice avec pour mot d’ordre « efficacité ». Le chant peut être aussi agressif que teigneux ou narquois – à la manière d’une Robbie Zane (du regretté Shadow Queen) ou Joan Jett – soutenu par des guitares aussi incisives qu’agressives. DevilsBridge est sans doute la découverte metal de ce second semestre 2022. A suivre de près!

MAGICAL HEART: Heartsonic

Allemagne, Heavy rock (Fastball, 2022)

Ils auront dû patienter, nos voisins teutons, avant de sortir cet album. Les Allemands de Magical Heart ont en effet sorti leur premier album, Another wonderland, en 2018 et ont eu la bonne idée de teaser leur public en publiant, en 2020, deux singles prometteurs de l’album à venir. Sauf que… 2020 a vu nombre de projets avortés, repoussés sin die. Magical Heart a sagement préféré attendre la fin de la crise sanitaire et plus pour enfin sortir ce Heartsonic, second album puissant et mélodique. Dès Bad habits, le groupe séduit avec son hard rock mélodique, puissant, entraînant, la voix de son guitariste/chanteur, Christian Urner, y est pour beaucoup. Rugueuse, profonde, elle correspond parfaitement à ce type de hard rock. Il y a chez Magical Heart un amour évident des années 80, celles de ce heavy qui osait explorer des horizons variés, allant du hard FM au heavy racé tout en proposant un son résolument moderne. Le groupe varie les plaisirs et alterne intelligemment les tempi, passant du rapide Heartsonic à la power ballad My own way – peut-être le titre le moins marquant de cet album-  avant de revenir à du heavy mélodique et poétique (Waiting for so long) puis de retrouver les chemins du heavy rentre dedans et déterminé avec Daydream. On retrouve tout au long de Heartsonic des références à Bon Jovi ou Giant, parmi d’autres (Free of pain, Raise, Take your time) sans évoquer le visuel, très réussi, clin d’œil évident aux compatriotes de Helloween période Keeper. Au travers de ces onze titres, Heartsonic réunit tous les ingrédients pour séduire un public amateur de jolies et puissantes mélodies, toujours joyeuses et entrainantes. A découvrir et à soutenir sans hésiter!

FLYING CIRCUS: Seasons 25

Allemagne, Prog (Fastball, 2022)

certains artistes et musiciens savent célébrer certains évènements de manière originale. En 1997, les Allemands de Flying Circus publiaient leur premier album, Seasons. 2022-1997= 25, pas la peine d’aller d’aller plus loin pour trouver un raison valable de faire quelque chose. Alors, ce quelque chose, c’est quoi? plutôt que de proposer une simple version augmentée de titres rares ou inédits, Flying Circus a simplement choisi de réenregistrer l’intégralité de son album et de le réintituler Seasons 25. Mais pas que, puisqu’une version originale remasterisée accompagne ce nouveau disque. Débutant avec un Footprints in the sand dont les claviers évoquent Jon Lord (Deep Purple), le groupe explore des horizons autant rock qu’hispano ou orientaux. Les influences sont variées, allant de Deep Purple à Cat Stevens ou encore Pink Floyd, Fleetwood Mac ou encore Grateful Dead tout en imposant son identité musicale. Les 12 titres du quintette sont aussi mélodiques – aux influences, force du violon, quelque peu symphonique – que dynamiques. la chaleureuse voix de Michael Dorp est accompagnée des guitares envoutantes de Michael Rick; Avec des chansons allant de 3’30 à 10′, Flying Circus ne vise pas les radios. Mais là où cet album est encore plus intéressant, c’est à l’écoute de la version d’origine remasterisée. On se rend compte – parce que rares sont les amateurs du groupe en France, reconnaissons-le – que Flying Circus ne s’est pas contenter de réenregistrer son album. Le groupe a vraiment retravaillé ses chansons, leur apportant de nouvelles couleurs, de nouvelles idées sans jamais les dénaturer. un album double en quelque sorte qui permet aussi de faire le constat de l’évolution du groupe; Une jolie découverte, un quart de siècle plus tard…

ASKARA: Lights of the night

Suisse, Metal (2022, Fastball)

Après une intro au piano léger et guitares tourbillonnantes, Askara, en activité depuis 2013,  entre dans son sujet avec un metal épique et sombre, agrémenté d’un chant double: le côté guttural du bassiste chanteur Elia Schmidt et celui plus doux et clair de sa sœur Miril, également au piano. Le 11 titres entrainent l’auditeur dans cet univers familier de l’heroic fantasy proposant une musique à la fois sombre et lumineuse, mélodique et brutale sans être jamais speedée. On peut même être surpris par la lenteur de ces compositions, par la juxtaposition de ce tempo et de ces growls. Ce n’est pas le seul point d’étonnement: tout au long de ce Lights of night, second album du quatuor, Askara sait se faufiler en terrain plus risqué, à l’instar de ce To Alisa rock aux relents progs qui frôle les 9′. Bénéficiant d’une production exemplaire et d’un très bel artwork, Askara, avec son metal sombre et lent, s’adresse toutefois à un public précis. Difficile ingurgiter du premier coup, mais intrigant et attirant. A découvrir.