MOLY BARON

Heavy rock, France/Irlande (Autoproduction, 2017)

Me voilà dans l’embarras, car voici pile le type d’album pour lequel je ne sais par où commencer. A chaque écoute je craque un peu plus, à chaque fois, je me dis « mince, ça me rappelle… Ah! quoi??? » Étonnamment, le seul groupe que j’ai mentionné sont les Espagnols de Heroes del Silencio… C’est sans aucun doute une des grandes forces de ce premier album: avoir su transformer d’évidentes influences en personnalité propre. Formé par le guitariste Gary Kelly, Irlandais depuis des années installé à Paris qui s’est entouré de jeunes musiciens français, Moly Baron propose un rock heavy, dont les racines sont ancrées dans le metal autant que dans le rock des années 80 ou le grunge des 90’s. Superbement produit, par Gary himself, cet album propose 10 chansons enlevées et envoûtantes qui entraînent l’auditeur dans un univers à la fois familier et nouveau, aussi lumineux souvent que parfois sombre. Les thèmes abordés sont inspirés de l’actualité (le très judicieux Fear is a better business than love ou The apocalypse shop) ou se font plus personnels (Dance, et ses rythmes de boites de nuit, Let’s die together). La rage est toujours présente et monte en puissance au grès des morceaux, tels Incognito. Une superbe réussite, un groupe à suivre de très, très près dont vous découvrirez les secrets dans une prochaine interview.

SONS OF TEXAS: Forged by fortitude

Heavy rock, USA (Spinefarm records, 2017)

Quant on s’appelle Sons Of Texas (« les fils du Texas » pour les nuls en anglais, pas la peine de me remercier, hein!), que son premier album, paru en 2015 s’intitule Baptized in the Rio Grande Mud (« baptisés dans la boue du Rio Grande », nouvelle traduction généreusement offerte pour les précités nuls en anglais), référence ouverte au second album de ZZ Top (célèbre trio formé au Texas… faut tout vous dire…) et que la pochette de son nouvel album, Forged by fortitude,  évoque ouvertement, aussi, l’univers du Southern rock, tout laisse croire que l’on a ici à faire à un groupe de…rock sudiste. Formé en 2011 à Mc Allen au Texas (ah, oui?) par les frères Villareal (Nick, basse et Mike batterie), le chanteur à la voix aussi puissante qu’éraillée Mark Morales et les guitaristes Jon Olivares et Jon De Hoyos, Sons Of Texas a forgé son et identité musicale au fil de ses quelques années d’existence. L’album, de 11 titres, est un véritable hommage à la culture rock du sud des USA sous toutes ses coutures ou presque. Mais attention, il y a un double effet, volontaire: les trois premiers titres, puissants, presque enragés, évoquent une rencontre entre Pantera et Lynyrd Skynyrd. On est aux limites du metal extrême, et ça dépote grave avant que Sons of Texas ne ralentisse le tempo avec Cast in stone, power ballad qui ouvre la porte à d’autres horizons musicaux. Ainsi, tout au long de ce Forged by fortitude, le groupe alterne les plaisirs, allant du hard core de Buy to sell out à la ballad heavy Turnin’ the page, en passant par la détermination volontaire de Expedition to perdition ou Jaded eyes ou le rock sudiste typique (si c’est ce qu’évoque l’illustration, ne vous lassez pas avoir, ce n’est qu’une partie des influences du groupe…) Ci et là, les guitares, généralement rageuses, lorgnent vers le sleaze. C’est cette variété qui fait la force de Sons Of Texas. Là où l’on pourrait penser que certains se cherchent, les Texans savent où ils vont. Un plaisir à découvrir et partager.