DOG N’ STYLE: Pub’s calling

dog-n-style-2016Hard rock, France (Dooweet, 2016)

Une belle bagnole plantée dans un désert rocheux, quatre gars l’air énervé qui en sortent. Des grosses guitares un peu sleaze, un chant déterminé… Ca ressemblerait à un groupe américain de la scène de L.A. qu’on en serait guère surpris. Et, ça, en France on aime! Dog n’ Style en est la preuve en son et décibels. Ca rocke, ça bastonne, ça groove pied au plancher, sans chercher à faire autre chose que du gros metal qui tâche. C’est direct et entraînant, avec quelques accents plus modernes (les lignes de chant de Pretty fly, par exemple). Les guitares peuvent être aussi joyeuse que percutantes, (I did something bad – qui rappelle même Vai ou Satriani dans certains passages de guitare). Hanoi Rocks, Mötley Crüe, Dokken, s’ils ne sont pas loin, ne sont pas les seules influences. On pense, naturellement, à la simplicité rock’n’rollesque d’un Motörhead, à la débauche d’un Twisted Sister… L’esprit US est partout présent, le chant rauque pue la bière, le whiskey frelaté et les relents de clopes, c’est vulgaire, je m’en foutiste et… ça fait du bien. C’est un mode de vie rock’n’roll et gueulard que prône Dog n’ Style. Rock on!

Note: 8/10

Titre que je retiens: Never trust an asshole