DIRTY SHIRT: Get your dose now!

Roumanie, metal punk folklorique (Autoproduction, 2022)

Surfant sur la « vague pandémie », Dirty Shirt revient 3 ans après Letchology avec Get your dose now! qui se révèle rapidement addictif. Après une intro qui évoque à la fois westerns et Pulp fiction, le groupe roumain entre dans le vif de son sujet avec un rock teinté de punk et, surtout, doublé de cet esprit folklorique ultra dansant et entrainant. C’est festif de bout en bout et jamais la chemise sale ne lasse. Les rythmes hypnotiques proches parfois de la techno se mêlent à des guitares à la fois sautillante, trépidantes et syncopées sur fond de rythmes joyeux. Les voix se mêlent et se démêlent au gré des titres. On n’est pas étonné, d’ailleurs, de la participation de Beni Webb, le chanteur allumé de Skindred (Pretty faces) tant le style lui ressemble. Passant de titres très folk (Dope-a-min) à un esprit plus heroic metal (la première partie de Hot for summer qui sombre vite dans une folie ravageuse), Dirty Shirt se plonge même dans le bel exercice de la ballade (Cand-s-o-imparit norocu’ (part 1)).Impossible de rester de marbre face à cette déferlante de puissance et de bonne humeur qui se termine avec quelques bonus « spécial pandémie ». Trop sérieux, s’abstenir. Et tu sais quoi, lecteur? Les Roumains seront au Hellfest – part 2, sous Temple, le vendredi 24 juin. pour moi, rendez-vous est pris!

HELLFEST WARM-UP: l’Astrolabe d’Orléans, le 5 mai 2022

C’est désormais une habitude: le Hellfest propose sa tournée Warm-up en sillonnant les routes de France l’espace de trois bonne semaine. Ce soir, le cirque passe par l’Astrolabe d’Orléans avec dans ses bagages les Espagnols de Crisix, les Rennais de Tagada Jones (deux habitués du fest) et les locaux du soir que sont Speed Jesus, sans oublier le concours d’air guitar et le photobooth HF. Une belle soirée à laquelle assistent un peu plus de 400 spectateurs qui ont bien fait de venir.

La soirée commence par une interview avec Busi B., plus que sympathique guitariste de Crisix, suivie d’une autre avec Niko, guitariste, chanteur et fondateur de Tagada Jones – interviews à retrouver sous peu sur Metal Eyes – avant de se plonger au cœur de l’évènement et retrouver le public en train de faire la queue au… Non, pas au bar mais au point d’adhésion. Une adhésion obligatoire si l’on veut pouvoir consommer et se sustenter. Seul point de reproche que je puisse faire à cette salle par ailleurs plus que sympathique que cette obligation d’adhérer… Quid de ceux qui ne viennent qu’une ou deux fois par an – et il y en a? ? Reste que la disposition se prête aux différentes parties de la soirée: une grande salle qui accueille les concerts – capacité de 500 à 600 personnes – une petite salle pour le concours d’air guitar, le photo booth et le bar et un grand couloir avec vestiaire et merch (dont quelques exclu Hellfestives, svp, et un accueil très chaleureux et jovial).

 

Speed Jesus

A 21h, Speed Jesus ouvre le feu et tire à boulets rouges ce qu’il peut. Le chanteur/hurleur crache sa colère accompagné par une section de cordes énervées (« cordes », oui, guitare et basse) et un batteur qui parfois se perd dans une intro provoquant un faux départ.

 

Le quatuor habillé comme à la ville se démène pendant pas loin de 40 minutes, chauffant un public pas encore très nombreux mais assez réactif. Une mise en bouche efficace.

Speed Jesus

 

Crisix

La scène est rapidement dégagée, laissant plus de place aux groupes vedettes qui partagent le même kit de batterie. Si l’histoire qui lie Crisix au Hellfest tourne à la passion (un premier HF sous Altar, un HF from home l’an dernier, ce warm up suivi d’une main stage en juin) celle entre Crisix et la France devient également de plus en plus sérieuse. Il faut dire que le groupe catalan de thrash sait tenir une scène et, si ça joue plus que sérieusement, les 5 sont là pour s’amuser. Ca commence d’ailleurs avec une vidéo à la Metallica montrant les conditions de vie de cette tournée. Le guide n’est autre que leur mascotte qui éructe ses explications (même Groot parle plus clairement!)  fort heureusement traduites par un… traducteur (fort, ça, vraiment, je m’admire…) qui témoigne de la largeur du couloir et des couchettes du tour bus, de l’utilité des WC… Fun dès le départ.

Warm up Hellfest

Ce sont ensuite pas loin de 45′ d’une folie ravageuse et contagieuse qui déboulent. Julian Baz est très en voix et sa rage est simplement communicative, ce qui est d’autant plus aisé lorsqu’on voit le sourire qu’il affiche entre deux titres, sourires que l’on retrouve chez chacun des musiciens. Le groupe propose de futurs classiques – Speak your truth, WNM United (allez voir le clip avec une palettes d’invités internationaux, le propos est clair), Get out of my head, un medley liant Metallica et Trust parmi d’autres références.

Warm up Hellfest

Le public est plus que mis à contribution, les musiciens lui demandant des circle pits, Julian initiant un wall of death et même, sur Macarena mosh, après avoir constaté la présence de deux portes menant vers la petite scène, l’invitant à sortir par l’une et revenir par l’autre dans une sorte de furieuse chenille metallique. Eric Perrin, chargé de com du HF, se marre tout en continuant de filmer la scène.

Crisix conclue avec le désormais incontournable Ultra thrash, rejoint par sa mascotte – un roadie masqué, ça vous rappelle quelque chose? C’est tout le mal qu’on peut souhaiter à ce plus que sympathique  groupe au thrash redoutable d’efficacité de devenir aussi grand que vous savez qui. A ne pas manquer au Hellfest (vendredi 24 juin, Mainstage 2 à 12h15). Avec possible distribution de pizza…

Warm up Hellfest

Voici 20 ans que Tagada Jones n’a pas fait halte à l’Astrolabe. Le public s’est cependant déplacé et la salle se rempli dès l’extinction des feux. Et ça commence par une panne électrique… Un des responsables de ce warm up vient rapidement rappeler certaines choses au public concernant le warm up, la possibilité de gagner un pass 2023 et d’autres prix, le HF, remerciant les groupes et l’orga, ainsi que le local de l’étape, Eric Perrin, orléanais, avant que le concert ne débute vraiment.

Tagada Jones

C’est également une belle histoire qui lie Tagada Jones et le HF, le groupe ayant fait sa première apparition en 2014, étant, comme Crisix, à l’affiche du HF from home de l’an dernier et de retour à Clisson, sur la Mainstage 2, svp, dans quelques semaines. Cependant, TJ va droit au but et ouvre son show avec un A feu et à sang repris en choeur par un public chauffé à blanc qui se masse et pogotte. Nous avons la rage, le bien nommé, Je suis démocratie au refrain une nouvelle fois scandé par le public, De l’amour et du sang… C’est un défilé d’hymnes que nous offrent les quatre.

 

 

Tagada Jones

Comme me le disait Niko avant le show, Tagada Jones, il n’est « pas sur scène pour parler de politique. On dit assez ce qu’on pense sur disque, là on vient pour que le public passe un bon moment », et c’est exactement le cas. Même si Stef fait mine de souffrir avec sa guitare, il va chercher le public autant que  Waner, derrière sa basse, tout sourire. A deux dates de la fin, la forme et l’envie sont intacts. Les 50′ défilent à vitesse grand V, classique après classique – Vendredi 13, Le dernier baril, De rires et de larmes jusqu’au final incontournable Mort aux cons. Vous vous en doutez, ce sera à e pas manquer: Tagada Jones est à retrouver au HF 2, également sur la main 2, mais cette fois ce sera le dimanche 26 à 15h40.

Tagada Jones

Merci à Eric Perrin d’avoir rendu ce report possible, à Busi (Crisix) et Niko (Tagada Jones) pour les interviews express et à toute l’équipe du Warm up pour la bonne humeur et l’ambiance de feu. Vivement juin!

DROPKICK MURPHYS: Turn up that dial

USA, punk irlandais (Born & bred, 2021)

Turn up that dial arrive à point nommé pour célébrer le 25ème anniversaire des plus irlandais des joyeux rockers américains de Dropkick Murphys. 4 ans après la sortie de 11 short stories, la bande menée par le duo vocal Al Barr et Ken Casey continue de nous offrir un folk irrésistible, plus proche du punk que jamais. La recette fonctionne toujours aussi bien, et les morceaux sont simplement imparables. Comment rester de marbre, ne pas avoir envie de se lever, taper du pied, embarquer une belle dans une ronde sans fin à l’écoute du morceau titre qui ouvre cet album? ‘est joyeux bien que parfois plus dur, irrévérencieux (Middle finger et son « I can never keep my middle finger down », le message est clair) et drôle à la fois (Mick Jones nicked my pudding). On retrouve ici tous les ingrédients qui font de Dropkick Murphys le groupe si enjoué et quelque peu décallé qu’il est – des guitares, du chant rentre dedans et hargneux, de l’accordéon, une rythmique joyeuse et sautillante – et ça fait un bien fou! Vivement que nous puissions les retrouver en tournée – une nouvelle fois, 2 Zéniths sont annoncés à Paris les 28 et 29 janvier 2022, plus un autre le 13 février à celui de Nantes. Ainsi qu’un nouveau Hellfest en 2022! A ne pas manquer…

PARPAING PAPIER: Croire au printemps

France, Rock/Punk/Metal (Autoproduction, 2021)

Ils sont de retours nos Frenchies frapadingues de Parpaing Papier! De retour avec un album complet, le très bien nommé Croire au printemps, qui débarque le 18 juin. « Très bien nommé » parce que 1/ le mois de mai a été si pourri qu’on espère vraiment que le beau temps va revenir et 2/ parce que la vie elle même, paralysée par la crise sanitaire, à besoin de retrouver un printemps, un nouvelle jeunesse. Sont-ce là les préoccupations premières de PP/PP? Certes non! Nous avions eu droit à une belle carte de visite avec l’Ep Tester des casques et les gars continuent dans cette veine d’un rock furieusement entraînant aux textes d’un humour fin et recherché. Rien ne peut ici laisser indifférents, le sourire pointe à chaque riff et chaque parole. Démarrant avec le morbide imparable et impayable de Entrée plat décès que ne renierait certainement pas Hannibal L. Parpaing Papier donne le ton. Son mélange de rock, de punk et de metal fait mouche. Et derrière un fun apparent se cache un sérieux sans pareil. Oui, il semble aisé d’écrire des « débilités » comme Acheter un œil, Dans ma fusée (clin d’œil – justement ^_^ – à Thomas Pesquet?), Cadeau de cowboy, ou après les casques, ce sont maintenant le vestes que le quatuor veut tester, mais il y a beaucoup plus que ça. « Metal marrant »? A rapprocher d’Ultra Vomit ou des Princesses Leya? Non, même si PP/PP ne dénoterait nullement sur une affiche avec ces deux groupes. Fun, sérieux et efficace en diable, ce Croire au printemps est une vraie bouffée d’air frais et de bonne humeur dans le paysage actuel.

Interview: SLEAZYZ

Interview Sleazyz : entretien avec Speed (batterie). Propos recueillis par téléphone le 29 janvier 2021

Metal-Eyes : Votre album March of the dead est sorti en octobre dernier. Première question : pourquoi en faire la promo aussi tard ?

Speed : Ben, la crise sanitaire n’a pas facilité les choses, tu as pu le constater. Il y a un an jour pour jour, nous étions encore en studio, Âme du temple, à Troyes…

 

Metal-Eyes : A Troyes ? Mais vous êtes quatre…

Speed : C’est ça (rires) ! On est de Troyes, mais nous sommes 4 et l’album a été enregistré en 5 jours (rires). Joli coup, hein ! Vu que ce sont des morceaux relativement court, l’album ne dure que 33 minutes. Tu as pu l’écouter ?

 

Metal-Eyes : Oui, la chronique est déjà parue, ça a été une très agréable surprise.

Speed : C’est vrai, je l’ai vue en plus ta chronique. Pour nous, ce qu’on recherche, c’est que ça dégomme, que ça envoi, et l’esprit, c’est aussi de trouver des refrains qu’on va pouvoir retenir, dans un esprit un peu festif.

 

Metal-Eyes : Un peu festif et aussi un peu shock rock. D’autant plus que Marche of teh dead est sorti juste à la période de Halloween.

Speed : Oui, même si cet album aurait dû sortir plus tôt. Mais avec le Covid, on a repoussé, encore et encore, il devait sortir au mois de novembre, on devait même, grâce à la ville de Troyes et La Maison du Boulanger en faire la promo à la Chapelle Argens, une très bonne salle de concert, mais c’est aussi repoussé, pour l’instant au mois d’avril.

 

Metal-Eyes : Revenons cependant sur l’histoire du groupe que je découvre avec ce nouvel album. Peux-tu me raconter l’histoire du groupe ?

Speed : Alors, Sleazyz est un groupe d’horror metal qui a été créé en 2003 par Fred, le chanteur bassiste, à Saint Ouen, en région parisienne. Il y a eu deux albums single auto produits faits à cette période. En 2017, 2018, Fred est venu s’installer à Troyes et a reformé le groupe avec un nouveau line-up. Il y a donc Fred, l’auteur compositeur principal des morceaux, chanteur et bassiste du groupe, David « Ripper » à la guitare lead, « Pandemonium » Rodriguez, Illiana, aussi compositrice et arrangeuse, à la guitare rythmique et au chœurs, et moi à la batterie. Le premier album, une démo 12 titres, a été enregistré en 2014, et en 2016, Funhouse arrive, avant la reformation en région troyenne et l’enregistrement de March of the dead et 10 nouveaux morceaux.

 

Metal-Eyes : 10 nouveaux morceaux qui correspondent bien au nom du groupe, des morceaux assez glam rock aussi, mais pas que…

Speed : On a plein de monde autour de nous qui nous « au final, vous jouez du rock n roll ». Mais c’est la base, le rock ! Fred est fasciné par tout ce qui est horreur, films d’horreur des années 50 à 80. Sur scène, on a aussi toujours des montages de films de ces périodes-là. C’est super, parce que dans le public, les gens se font des petits quizz, c’est à qui reconnait tel ou tel extrait.

 

Metal-Eyes : Assez fun aussi, donc. J’allais te demander à quoi ressemble un concert de Sleazyz, mais tu viens d’en faire un rapide descriptif…

Speed : Oh, un concert de Sleazyz, tu as vu des photos, il y a du maquillage, un look, et le montage video avec, quand on le peut, sur des scènes un peu plus grandes, un visuel toujours en lien avec cet univers de l’horreur.

 

Metal-Eyes : Rock n roll, influences de film d’horreur… Mais si tu devais décrire votre musique à quelqu’un qui ne vous connait pas du tout, que lui dirais-tu ?

Speed : Oh, d’abord notre musique elle reste basée sur les influences que nous avons tous les quatre. On écoute du rock, du metal, du glam et aussi du speed et du thrash.

 

Metal-Eyes : Et si tu devais ne retenir qu’un seul morceau de March of the dead pour inciter la personne à écouter ce que vous faites, ce serait lequel ?

Speed : Pour l’inciter ? Je l’invite à regarder notre dernier clip, le morceau qui s’appelle Devil talking in my head. Je pense que ça retranscrit tout ce que je viens de te dire : ça commence avec un metal assez lourd, avec des saccades, un solo de guitare bien speed, il y a du groove, tout ça dans le même morceau. C’est assez représentatif de l’ambiance de Sleazyz. Même si, comme tu l’as écrit dans ta chronique, il y a des morceaux un peu plus glam, d’autres carrément punk ou indus. Mais en allant toujours droit au but. Ce qu’on cherche, c’est que le lendemain d’un concert, que quelqu’un se réveille en ayant toujours un ou deux refrains en tête.

 

Metal-Eyes : Ben ça, en ce moment, ce n’est pas gagné… Une question sur la pochette : à quoi correspondent les dates qui figurent sur le cercueil, au verso ?

Speed : Ah, alors là, c’est une bonne question ! Je ne pourrais pas te répondre… Je n’ai pas l’album devant moi….

 

Metal-Eyes : 1959, 1945, 1959 et 1968.

Speed : Je n’en ai aucune idée. Il faudra demander à Fred… C’est vrai que je n’avais pas tout décris sur cette pochette.

 

Metal-Eyes : Avais-tu eu l’opportunité d’écouter ce que faisait la première mouture de Sleazyz ?

Speed : Oui, reprenant certains de ces morceaux, j’ai écouté, et ça reste dans l’esprit de ce que fait Sleazyz.

 

Metal-Eyes : Alors comment pourrais-tu décrire l’évolution du groupe entre ces deux derniers albums ? Il y a eu un changement radical de line-up, mais en dehors de ça ?

Speed : Quand je suis arrivé dans le groupe, il y avait déjà 6 morceaux de composés par Fred. Les arrangements finaux se font aussi en studio, mais j’espère que pour le prochain on pourra apporter un peu plus notre patte. Mais c’est vrai que depuis un an et demi, tout se passe toujours super bien, il y a une vraie symbiose entre nous. On est toujours un peu comme des gamins, et jusqu’à présent, je traverse ce groupe avec une impression assez virevoltante, et j’ai joué dans maints et maints groupes…

 

Metal-Eyes : Vous avez travaillé avec un producteur, l’album a un gros son. Il est sorti en fin d’année dernière, alors, quels sont les premiers retours ?

Speed : Toutes les chroniques qu’on a reçues vont au-delà de ce qu’on pouvait espérer… « du son direct qui rentre dedans », « Fun, fear et rock n roll », des choses comme ça. Je pense que tout a été très positif. Le problème, c’est que la distribution de l’album c’est… AUJOURD’HUI ! Sur toutes les plateformes streaming…

 

Metal-Eyes : Avec tous ces retours encourageants, avez-vous envie d’enfoncer le clou et de ne pas faire attendre le public trop longtemps avant un nouvel album ?

Speed : C’est assez difficile de se voir en ce moment. Mais on commence à composer, on a quelques bribes de titres qui prennent forme.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Sleazys ?

Speed (il rit) : comme dit le morceau Sleazyz qui figure sur un autre album : « One, two, fuck you ! »

 

Metal-Eyes : Soyons clairs : « One, two », comme « un deux », ou « Want to » comme « je veux » ?

Speed : Non, non, « un deux », « One two » ! En plus, sur scène, le morceau marche bien sur scène, le public réagit facilement et le reprend direct. En plus, avec la période qu’on vit, on est en plein dedans.

 

Metal-Eyes : As-tu quelque chose à rajouter pour terminer ?

Speed : Je vais me répéter, mais « fun, fear, and rock n roll ».

 

 

SLEAZYZ: March of the dead

France, Sleaze (facile…) (La maison des boulangers, 2020)

D’abord, les indices contradictoires de la pochette: des faciès peints, des flammes, un titre limpide, une photo au verso avec des gueules irreconnaissables, une production Tenebras project et des titres comme Malleus maleficarum, Devil talking in my head, Orion conspiracy, bref, tout ce qui, à mes yeux, indique un groupe de black, mais une signature un peu trop lisible pour en être, et un album, March of the dead qui arrive juste avant Halloween… Allez, un peu de curiosité ne me fera pas de mal… Et quelle bonne idée que celle de glisser cet album de Sleazyz dans la platine! Les premiers sons de guitare de l’introductif Malleus  maleficarum sont clairement taillés dans le glam rock à la Blackrain. Mon esprit est en éveil et mes premières impressions à la benne: il n’est nullement ici question de black metal, bien au contraire. Tout au long de ses 10 titres, Sleazys provoque et s’amuse sur des airs punks et glam, dans un esprit festif et gentiment horrifique, genre The Misfits. On est souvent même plus proche de l’univers cinématographique d’un Romero, certainement une influence majeure, que de l’univers « evil » développé par certaines formations. Rien de malsain, ici, que du fun irrévérencieux, de la provoc « acceptable » dispensée par un rock énergique, entraînant et simplement efficace. On se prend vite, et facilement, au jeu des God, Chaos n’destruction, Psycho witch et de leurs refrains chantants et fédérateurs. Oui, en cette fin d’année quelque peu morose, Sleazys débarque avec son lot de bonne humeur communicative. A découvrir et consommer sans modération!

Interview: HAUMEA

Interview HAUMEA : entretien avec Seb (batterie). Propos recueillis par téléphone, le 13 avril 2020

Photo promo

Metal-Eyes : On n’a pas dû te poser beaucoup la question aujourd’hui, alors pour commencer, peux-tu raconter l’histoire d’Hauméa ?

Seb : L’histoire d’Hauméa ? On ne me l’a pas demandé aujourd’hui, en effet (rires)… Hauméa, c’est la réunion de 4 musiciens qui ont des parcours complètement différents sur la scène musicale : il y en a qui viennent du metal extrême, d’autre du rock français. On a monté un combo pour essayer de mixer tout ça, te le résultat, c’est 2 Ep, dont le dernier, Leaving vient de sortir.

 

Metal-Eyes : Vous êtes originaires d’Alençon. Le groupe s’est formé quand ?

Seb : Tout début 2018.

 

Metal-Eyes : Vous avez tous joué dans d’autres groupes avant de former Hauméa : quels étaient vos formations précédentes ?

Seb : Andy, le guitariste, était dans Erider (?), un groupe de deathcore, Lea était avec un groupe extrême qui s’appelait Rotting Face, qui a pas mal tourné, 3 ou 4 fois en Europe, ce qui n’est pas négligeable… Moi, j’étais avec Nobody’s Straight, un groupe de Hardcore et Nico, le chanteur était avec Lady Morose.

 

Metal-Eyes : Quels ont été les retours sur votre premier Ep ?

Seb : Les chroniques disaient en vouloir encore, alors on a poursuivi (rires). On a eu beaucoup de bonnes chroniques disant que c’était prometteur. Le second vient de sortir, on a déjà des éloges à son sujet, et ça, c’est plus que gratifiant.

 

Metal-Eyes : Pourquoi avoir choisi ce nom d’Hauméa qui est celui d’une planète naine ? Est-ce parce que vous aussi vous gravitez autour d’une certaine sphère musicale ?

Seb : C’est un peu le délire, oui. Il y a deux idées derrières : Hauméa, c’est une musique un peu solaire, spatiale. On part dans différents univers. Mais Hauméa, c’est aussi la déesse de la fertilité dans la mythologie hawaïenne. Et à l’époque où on s’est formés, on était 4 musiciens sans groupe, et le fait de nous trouver était comme une renaissance pour nous. Il y a une double signification derrière le nom d’Hauméa.

 

Metal-Eyes : Il y a pourtant un lien évident avec la planète puisque vous avez gravé son numéro – 136108 – sur la première barre du H…

Seb : Cette planète a été repérée dans l’Orne je ne sais plus en quelle année, mais c’est pour ça qu’il y a le nombre 61 dans son intitulé.

 

Metal-Eyes : Rien à voir, donc, avec le fait que vous soyez amateurs d’astronomie ?

Seb : Pas du tout. Sinon, on n’aurait pas choisi une planète qui a une forme d’œuf (rires) !

 

Metal-Eyes : Et on en parle juste au moment de Pâques… Autre chose : c’est un peu provocateur en ce moment de publier un disque qui s’appelle Leaving en cette période de confinement…

Seb : Rien n’est prémédité. Après, quand on pense à ce qui se passe actuellement, je trouve ça excellent, la main sur la pochette est tendue, la personne veut sortir… C’est en totale contradiction avec ce qu’il se passe en ce moment.

 

Metal-Eyes : Comment définirais-tu la musique d’Hauméa pour quelqu’un qui ne la connait pas et souhaite la découvrir ?

Seb : Je dirai que c’est du rock metal, avec beaucoup d’émotion, de rage aussi. Une musique assez cadencée et lourde à la fois.

 

Metal-Eyes : Les deux premiers termes qui me soient venus à l’esprit en écoutant le disque c’est Hardcore et punk. Ça correspond à vos influences ?

Seb : Oui, on peut dire ça… C’était le milieu musical dans lequel j’évoluais avant. Notre bassiste vient du grindcore, notre guitariste, du detah, deathcore, moi, du hardcore et le chanteur vient de la chanson française. On reste tous fans de Deftones, Faith No More, Gojira. Mais aussi The Cure… On écoute tellement de choses qu’on essaie de mixer le tout.

 

Metal-Eyes : Vous ne vous imposez pas de limites j’imagine…

Seb : Chez Hauméa, il n’y a pas de limite. Notre guitariste arrive avec un riff, si ça matche, c’est adopté. On pose les textes, on fait des arrangements, et si ça matche encore, alors on le pose sur une galette.

 

Metal-Eyes : Quels sont les thèmes que vous abordez dans vos textes ?

Seb : On parle principalement de sentiments, le côté émotionnel, le mal qu’on peut ressentir en soi, les addictions, à l’alcool, à la drogue. Ça peut être du vécu personnel, il y a aussi du constat écologique et humain. On aborde plusieurs thèmes sans pour autant faire de prosélytisme politique. C’est pas du tout notre fer de lance. On préfère se concentrer sur le vécu.

 

Metal-Eyes : Sur des expériences individuelles ?

Seb : Pour beaucoup, oui. Soit vécu en direct, soit interposé. Certains morceaux traitent de ce qui a pu arriver à un d’entre nous, un de nos proches. Ce sont des marqueurs d’inspiration.

 

Metal-Eyes : Y a-t-il des sujets que vous préférez ne pas aborder, qui n’ont, aujourd’hui, pas leur place dans Hauméa ?

Seb : La politique, ça ne nous intéresse pas. On en parle entre nous, mais on n’est pas là pour faire de la politique, on ne veut pas avoir d’étiquette politique. On pointe du doigt l’humain en tant que tel, pas un parti politique ou un gouvernement en particulier. Ça, on n’en a rien à cirer !

 

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un seul titre de Leaving pour décrire ce qu’est Hauméa aujourd’hui, ce serait lequel et pourquoi ?

Seb : Celui qui nous représente le mieux ? Je dirais Breathe, celui qui a fait l’objet d’un clip. C’est celui sur lequel l’empreinte d’Hauméa est la plus palpable : il y a de l’émotion, de la puissance, de la rage, aussi. Et c’est vraiment tout l’univers d’Hauméa.

 

Metal-Eyes : Pourquoi avoir choisi ce format de disque, un peu plus long qu’un Ep mais plus court qu’un album ?

Seb : Le travail d’un album est très long. C’est pas qu’on est fainéants, loin de là, mais à la suite d’Unborn, on voulait avoir une activité assez régulière, et le format Ep/lp se prête relativement bien avant de se concentrer sur la préparation d’un album. Le format Ep nous permet d’avoir une continuité dans cette dynamique de promotion avant la sortie d’un album. Pour le démarchage, aussi, au niveau de l’orga de festivals ou même des Fnac : eux-mêmes disent préférer avoir des Ep. Et pouvoir sortir quelque chose plus régulièrement montre qu’on a envie de continuer.

 

Metal-Eyes : Comment analyserais-tu l’évolution musicale d’Hauméa entre vos de disques ?

Seb : Elle a été plus marquée sur les textes puisqu’on fait valoir le chant en français. C’est le chant qui a principalement évolué même si on a muri musicalement, bien sûr, mais c’est principalement au niveau des textes où on mélange l’anglais et le français. Le français est une langue poétique, c’est notre langue maternelle, et elle est plus à même de créer une métaphore que l’anglais. L’anglais est réservé pour les grosses parties avec les punchlines. On est parvenu à faire ce mélange des deux langues, ce que peu de groupes osent mettre en place.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise d’Hauméa ?

Seb : Oh, la question piège…

 

Metal-Eyes : Non, pâs piège, différente, c’est tout. Celle-là, tu ne peux pas dire qu’on te la pose tous les jours !

Seb : Oh, non… Là, tu m’as coupé l’herbe sous le pied… « De l’émotion, si tu en veux, avec Hauméa, tu l’auras »

 

Interview: ANTI FLAG

A quelques jours de la sorti de 2020 vision, nouvel album des punks américains de Anti Flag qui sera en bacs le 17 janvier 2020, Metal Eyes est allé parler, pour cette dernière interview de 2019, de politique, du monde et du reste avec Justin Sane, guitariste chanteur d’une douceur et d’un engagement sans pareils.

Interview Anti-Flag. Rencontre avec Justin Sane (chant, guitare). Propos recueillis à l’hôtel Alba Opéra à Paris le 3 décembre 2019

 

 

Metal-Eyes : Je suis en présence de… j’allais dire Justin Time, non, Justin Sane de Anti Flag

Justin Sane (il rit) : Non, tu es juste à l’heure ! Moi, je suis Justin Sane !

 

Metal-Eyes : Tu es là pour nous parler de votre nouvel album, qui arrive le 17 janvier 2020. Tout d’abord, American fall est votre dernier album studio paru en 2017, suivi de American reckoning, en 2018, qui est un album acoustique de reprises de vos deux précédents albums. Quel était l’objectif de réaliser cette compilation acoustique ?

Justin Sane : Je pourrais en parler longtemps…

 

Metal-Eyes : On ne dispose que d’une demi-heure…

Justin Sane : Alors, je vais à l’essentiel. Nous avons joué en acoustique de plus en plus souvent et certaines chansons que nous jouions ainsi n’avaient jamais été enregistrées. Certaines personnes les avaient simplement entendues en concerts, et on a voulu les proposer aux autres. Ça, c’était le point principal. On a enregistré quelques reprises, chacun avait un morceau en tête qu’il voulait enregistrer depuis longtemps – moi, c’était Cheap Trick. Le projet s’est affiné mais il n’y avait pas de véritable travail, nous n’étions pas à fond dedans. A cette époque, ma mère avait été diagnostiquée avec un cancer et je voulais faire quelque chose de créatif mais je n’avais pas l’énergie de me dire que j’allais composer un album. Je me suis dit que ce serais cool de pouvoir travailler sur un disque qui avait déjà été écrit pour moi, et on s’est attaquer à ces versions acoustiques.

 

Metal-Eyes : Le résultat était intéressant et surprenant.

Justin Sane : Oui, c’était intéressant. Je ne dirais pas que c’est notre meilleur album, mais c’était une expérience différente.

 

Metal-Eyes : Ce disque a en quelque sorte clôt la trilogie « American » qui avait débuté avec American Spring en 2015, un an avant l’élection de Donald Trump.

Justin Sane : Exact, oui, oui…

 

Metal-Eyes : Maintenant, nous arrivons en 2020. La pochette de votre nouvel album est assez explicite – 2020 vision, avec un Trump complètement brouillé. Une question : qui penses-tu pourrait affronter Donald Trump lors des prochaines présidentielles ?

Justin Sane : Et gagner ?

 

Metal-Eyes : Simplement s’opposer à lui… Il y a Bernie Sanders qui revient, mais à part lui ?

Justin Sane : Je pense que Bernie pourrait remporter ces élections. La raison principale… Nous habitons à Pittsburg, en Pennsylvanie. Il y a un mélange culturel très intéressant, et Pittsburg est surnommé le Paris des Appalaches (il rit). Où en étais-je ??? Ah oui, ce que je veux dire c’est que nous habitons dans les Appalaches, et beaucoup de gens pauvres vinent là-bas. C’est une résultante du système économique dans lequel nous vivons, beaucoup de gens sont restés sur le carreau. Il est très intéressant de voir que 20 ans après les manifestations anti accords mondiaux du commerce à Seattle et Washington qui ont vu des gens s’élever contre cette mondialisation économique pensant que ça allait affecter beaucoup de gens, l’économie et la planète. Nous voici 20 ans plus tard et on se rend compte que ces prévisions sont exactes : la planète meurt, il y a des gens comme Donald Trump qui sont parvenus à exploiter le système économique pour avoir plus de pouvoir – et finir à la Maison blanche…Beaucoup de personnes qui ont voté pour lui l’ont fait pas parce qu’elles sont racistes ou autre, mais parce qu’il disait que « le système est corrompu, Hillary Clinton fait partie du system, je n’en fais pas partie et je vais travailler pour vous ». Quand tu parles avec les gens des Appalaches te dirons qu’elles ont voté soit pour Trump, soit pour Sanders, parce qu’ils étaient tous deux vus comme des outsiders. Ils auraient voté pour n’importe quelle personne vue comme un populiste extérieur au système. Je crois que Bernie Sander est un de ces outsiders qui a vraiment envie de se battre pour les plus démunis là où Trump est arrivé avec ce côté faussement populaire, et ses idées d’extrême droite, néo fascistes et on a maintenant un suprémaciste blanc à la Maison blanche… C’est pour cela que je pense que Sanders peut le battre.

 

Metal-Eyes : Mais il y a de fortes probabilités pour que Trump soit réélu…

Justin Sane : De très fortes possibilités, oui. Comme Bush a été réélu. Et il était très peu populaire quand il é été réélu…

 

Metal-Eyes : De ce que j’ai pu écouter de l’album, 2020 vision est plus heavy que vos deux précédents efforts (il confirme). Où avez-vous puisé l’inspiration pour retrouver cette énergie et la repositionner dans votre musique ?

Justin Sane : Tu sais, ça vient sans doute du fait que nous avons décidé d’écrire un album qui traite de maintenant. Souvent, sur nos albums précédents, on parlait de choses plus généralistes, et même si on abordait des sujets d’actualité, nous ne mentionnions pas George Bush ou Barak Obama. Maintenant, nous pouvions parler de leur politique intérieure ou extérieure… Nous sentons, avec Trump, que nous passons à autre chose : dans notre histoire moderne, on n’a jamais vu un néo fasciste de son niveau entrer à la Maison Blanche. Ce disque devait traiter de lui, de lui en tant qu’icône de poster pour tous ces extrémistes qui gagnent du terrain partout dans le monde. Mais si nous devions composer un disque qui traite de « maintenant » alors donnons lui le son d’aujourd’hui. Nous ne voulions pas répéter nos deux derniers albums, nous avions l’intention, volontairement, d’aller explorer d’autres horizons qui feraient que les gens puissent dirent que c’est bien un disque de la fin des années 2020.

 

Metal-Eyes : Alors comment analyserais-tu l’évolution musicale de Anti Flag entre vos deux derniers albums ?

Justin Sane : Mmh… Clairement, il y a un certain nombre de choses. Trump pourrait n’être que le symptôme d’un problème beaucoup plus vaste. Mais s’il n’est qu’un symptôme, il est toujours LE symptôme. Je veux dire qu’il représente vraiment le pire de tout ce qu’il représente.

 

Metal-Eyes : Le pire, et sans doute aussi le plus comique de ce qu’il veut représenter…

Justin Sane (il rit) : Oui, c’est vrai ! Ce serait tellement distrayant de voir ce type de comédie ! Mais c’est une comédie, d’une certaine manière. Sauf que cela affecte vraiment la vie des gens, et c’est là que c’est vraiment douloureux. Je crois que ce que nous avons voulu faire avec ce disque, c’est de laisser les gens considérés comme des boucs-émissaires, les persécutés, les membres de la communauté LGBT, les pauvres, les femmes… Laisser savoir aux gens qui se sentent persécutés qu’il y a d’autres personnes qui sont à même de prendre leur défense. Nous, on est quatre mecs blancs dans un groupe, et cela nous donne un privilège que beaucoup de gens, dans notre société, n’ont pas. Nous voulons que les gens persécutés sachent que nous sommes là pour eux ; « nous sommes là pour vous, pour prendre votre défense, nous élever avec vous si vous avez besoin de nous pour vous aider ». Il s’agit bien de solidarité, parce que nous savons bien que, nous aussi, nous pourrons avoir besoin de l’aide d’autrui à certains moments. C’est vraiment le message que nous voulons faire passer avec ce disque, vous pouvez compter sur nous.

 

Metal-Eyes : Ce qui semble être très clair. Si tu devais ne retenir qu’un seul titre de 2020 vision pour expliquer ce qu’est Anti Flag aujourd’hui, lequel serait-ce et pour quelle raison ?

Justin Sane : J’adore Don’t let the bastards beat you down, parce qu’il s’agit, en effet, uniquement de solidarité. Nous prenons en compte le fait que le monde actuel connait beaucoup de problèmes. Pour moi, ce morceau nous ramène aux tout débuts du groupe, à la raison pour laquelle on a monté ce groupe : nous avons cette musique, elle est celle d’une communauté de gens, s’adresse à tout le monde. Si tu es inadapté, cette musique est pour toi. Si tu es plus dans le courant, mainstream, mais que tu crois en l’entraide, que tu es emphatique, alors, notre musique est aussi pour toi. Si tu es quelqu’un qui s’intéresse à quelqu’un d’autre que ta petite personne, notre communauté est faite pour toi.

 

Metal-Eyes : Si tu veux construire des ponts plutôt que des murs…

Justin Sane : Exactement ! Pour moi, cette chanson est fun, elle est dynamique, mais témoigne du fait que les problèmes existent mais que nous pouvons lutter ensemble. Si nous remontons à nos origines, la raison pour laquelle je me suis investi dans le punk c’est que c’était fun ! Je m’intéressais à la politique, mais le fait est que lorsque j’allais en concert, on s’amusait avant tout. Si les gens ne se sentent pas bienvenus dans un endroit, ils n’auront aucune envie d’y rester. Cette chanson couvre un peu tous ces aspects.

 

Metal-Eyes : Tu parles de concerts. Vous serez en juin à l’affiche du Hellfest. La dernière fois que vous y avez joué c’était en 2013. Mais vous allez cette fois jouer assez bas sur l’affiche. N’est-ce pas un peu frustrant pour toi ?

Justin Sane : C’est juste un défi, on a intérêt à tout donner ! On a 40 minutes, donc à nous de prouver que nous méritons d’être là.

 

Metal-Eyes : Et vous allez jouer sur la nouvelle Warzone, que vous n’avez pas encore vue…

Justin Sane : Oui, j’ai entendu qu’elle est vraiment super. Tu sais, on ne fait pas vraiment attention à notre position sur l’affiche d’un festival. Si tu joues tôt, les gens sont en forme et excités, prêts à foncer ! Et ils ne sont pas encore bourrés ! Alors parfois, c’est positif de jouer tôt. Au milieu de la journée, le public peut avoir un coup de mou, et en fin de nuit, ils sont rincés. Et nous avons joué sur tous ces créneaux… En festival, j’aime bien jouer tôt. Et ça a un avantage : une fois que tu a donné ton concert, la pression retombe, tu peux aller voir les concerts des autres, boire, prendre du bon temps.

 

Metal-Eyes : Donc on se retrouvera là bas !

Justin Sane : Et à la fin de la journée, il y a de fortes chances que je sois bourré ! (rires)

 

Metal-Eyes : Il n’y a pas que le Hellfest, quels sont vos autres projets de tournée ?

Justin Sane : Nous commençons à tourner en Europe le 7 janvier et l’album sortira le 17. Ensuite, nous retournons aux USA, puis ce sera les festivals d’été, et nous resterons ensuite en Europe, donc beaucoup de concerts en vue. Je ne sais pas encore quand nous serons en France, j’espère à l’automne 2020.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Anti Flag en 2020 ?

Justin Sane (avec un large sourire, avant d’ éclater de rire) : Ne laissez pas les bâtards vous abattre !

 

Metal-Eyes : Facile, mais elle est efficace !

Justin Sane : Oui, mais on s’en sert… On a fait des bannières qui le disent. Je veux rappeler aux gens qu’il ne faut pas baisser les bras. Les gens au pouvoir conservent leur pouvoir en nous faisant croire, de manière cynique, que nous n’avons aucune chance. Je ne ferais pas tout ça, je n’écrirais pas ces chansons si je croyais que nous n’avions aucune chance. C’est marrant, on en parlait plus tôt : en France il y a eu mai 1968, et là, il y a ces grosses manifestations qui arrivent mardi (NdMP : l’interview a eu lieu avant la première mobilisation contre la réforme des retraites du 5 décembre). En 1968, beaucoup de gens pensait que ça n’allait être qu’un week end de manifestations, mais ça a complètement changé la société. Il se pourrait qu’il ne s’agisse pas que « d’une autre grève », ça pourrait être à l’origine de quelque chose de plus important. L’étincelle qui embrase tout, et c’est cela dont les pouvoirs en place ont toujours peur. C’est pour cela que ce type de mouvement puisse mettre le feu, et que tout change, que cela leur fasse perdre leurs pouvoirs. C’est pour cela qu’il faut toujours pousser plus loin, résister, car quand il y aura cette ouverture, ça peut donner quelque chose de très grand.

 

Metal-Eyes : Quelle est alors ta vision du monde en 2020 ?

Justin Sane : Je crois que notre album traite simplement du fait que nous vivons dans une sorte de dystopie. Il existe littéralement des camps de concentration aux frontières américaines, il y a des camps de concentration en Chine, il y en a beaucoup un peu partout dans le monde. Regarde de quelle manière les réfugiés ont été traités en Europe. Que se passe-t-il aujourd’hui, d’un point de vue écologique, économique, humain ? C’est insoutenable et je crois que notre vision est de dire que les enjeux du monde de actuel sont tels que la sortie ne peut pas être positive… Il faut une nouvelle vision de comment faire les choses, et cela commence par reconnaitre que tout le monde a droit à la dignité, à l’humanité. Ce serait un bon point de départ…

 

Metal-Eyes : Allez, cessons d’être sérieux et terminons avec ceci : quelle est ta blague préférée ?

Justin Sane : Ma blague ? Ah, fuck !!!

 

Metal-Eyes : Non, ça, ce n’est pas une blague…

Justin Sane : Comme ça, j’en sais rien…

 

Metal-Eyes : C’est la première fois que je la pose celle là…

Justin Sane : Elle est super, j’adore. Mon frère est un magicien, et il est aussi maitre en arts martiaux, une sorte de ninja. Il donne un spectacle où il mélange les deux c’est impressionnant, moi ça me fait rire. Ce n’est pas une blague, je sais, m’ais si mon frère était là, il aurait une très bonne blague à te raconter (il explose de rires). Et toi, c’est quoi ta blague préférée…

 

Metal-Eyes : Merde, comme toi, j’en ai aucune qui me vienne ! J’aurai dû m’y préparer aussi ! En tout cas, merci pour cette interview et nous nous reverrons au Hellfest.

Justin Sane : Si on se croise au Hellfest, viens prendre un pot avec moi. Je ne suis jamais trop bourré pour un autre verre (nouvelle explosion de rires) !

 

 

THE DAMNED – Black is the night

Punk, Angleterre (BMG, 2019)

Formé en 1976, The Damned fut rapidement affilié à la scène punk anglaise. Le ton, l’arrogance, l’irrévérence des textes (Democracy? et Anti-pope parlent d’eux mêmes), tout y participait, en effet, à l’exception de la musique, plus orienté rock, selon moi, que punk. A quelques exceptions près (So messed up, Machine gun etiquette aussi courts qu’explosifs et bordéliques), on est loin des Sex Pistols, G.B.H ou The Exploited. Qu’importe, plus de 40 ans plus tard, le groupe de David Vanian et Captain Sensible est encore là, et en joyeuse forme comme le prouve son dernier album en date, Evil Spirits (2018). Alors tant que les Anglais ont le vent en poupe, pourquoi ne pas proposer un récapitulatif de leur riche carrière? C’est ce que nous apporte ce Black is the night, double compilation retraçant l’histoire musicale des Damned. Avec quelque 40 titres, on se replonge dans le rock teinté ici de ska, là de presque pop, là encore de boogie, et toujours le groupe semble faire la fête. Des morceaux courts, directs qui ne dépassent que très rarement les 4′, qui se révèlent simplement encore efficace. Comment ne pas (re)succomber à Love song, Bad time for Bonzo, Melody Lee ou autre Problem child (qui n’a rien à voir avec le morceau d’AC/DC)? The Damned auraient certainement mérité plus d’exposition, mais ainsi va la vie. Reste que l’on peut aujourd’hui se rattraper avec cette très belle compilation.

BLINK 182: Nine

Rock, USA (Columbia records, 2019)

Bon… alors, par où commencer avec ce nouvel album coloré des Américains ex-punks et désormais pop un peu rock de Blink 182? Je n’avais que moyennement accroché au précédent effort, California, paru en 2016 et cette fois je me demande pourquoi il a fallu 3 ans pour pondre Nine. Le virage pop pris ne surprend sans doute plus grand monde, le punk est devenu, il y a quelques années, comme c’est le cas pour d’autres formations de cette même génération, soft punk. Ici, bien que quelques moments se fassent plus énervés, les 15 titres sont acidulés et colorés comme cet artwork digne des passages piétons du quartier de Castro à San Francisco. Rien que la pochette pourrait, avec tout le respect que j’ai pour les uns et les autres (qu’on évitera de mélanger s’il vous plaît…), attirer en nombre aussi bien les enfants que les gays ! Nine s’écoute facilement, certes. Cependant, j’ai l’impression d’écouter la B.O d’une série US pour ados. Un album facile et presque évident. C’est léger, passe partout, légèrement sirupeux et dansant juste ce qu’il faut, plein de bonnes intentions, mais au final, je retiens quoi? Mouais…