ONE LIFE ALL-IN: The A7 sessions

HardCore, France/USA (Rust and Blood, 2017)

Je n’ai jamais été très fan de la scène hardcore US… ça tombe bien, car One Life All In n’est pas entièrement américain. Pensez donc: Don Fosse, chanteur des Spudmonsters a décidé de s’acoquiner de 3 frenchies, Clem (guitare), Franco (basse) et Kevin Foley. Ce dernier nom vous évoque sans doute quelque chose si vous êtes amateur de metal extrême puisqu’il est batteur au sein de Benighted. Le mariage est sur ce The A7 sessions explosif, la rage vocale de Fosse, sans fioriture, allant droit au but, comme le veut la vieille tradition punk. Musicalement, l’ensemble est accrocheur, déterminé et incontestablement rentre dedans. Pas forcément aussi hard core qu’on aurait pu si attendre mais incontestablement explosif. Seulement, voilà, ce chant est, selon moi, trop sec et son mix ne permet par à Fosse de parfaitement se fondre à l’ensemble. Un ensemble constitué de riffs entraînants, et d’une rythmique en béton armé, et si c’est de l’énergie que vous voulez, vous trouverez ici votre compte! Même si l’on peut, légitimement, se demander quel avenir existe pour One Life All In.

 

TAGADA JONES: La peste et le cholera

tagada jones 2017Hardcore, France (At(h)ome, 2017)

Plus de 20 ans que ça dure! Deux décennies que Tagada Jones sillonne la France à coup de rage et de coups de gueule. Engagé comme jamais, le monde actuel est source d’une inspiration et prétexte à une colère qui servent d’exutoire à Niko et sa bande. On y va, direct, franco, carré. On enrage devant la bêtise d’une humanité de plus en plus inexistante, face à un monde de plus en plus individualiste. La peste et le choléra, ce sont 12 nouvelle dénonciations et autant de constats affligés de notre monde. La guerre en Syrie, le réfugiés refoulés, la crétinerie humaine, tout y passe au son et aux textes des La peste et le choléra, Le monde tourne à l’envers, Narcissique, Pas de futur, Enfant des rues. Bien sûr, il est impossible de ne pas débuter avec un hymne à la mémoire des victimes du Batacla, des terrasses et du SDF, Vendredi 13 clamant haut et fort NOTRE liberté et soif de vivre. Partout, le riff est rageur, le chant enragé, et Tagada Jones affiche une forme exemplaire. L’état de la planète est une source intarissable pour les Bretons qui nous offrent une de leurs meilleures productions de ces dernières années. Un must  du hardcore punk qui va faire pogoter la France entière.

Note: 8,5/10

WARS: We are islands, after all

wars-2017Hardcore, Royaume-Uni (Spinefarm, 2017)

Je n’ai pas connaissance qu’un groupe se soit déjà nommé Wars. C’est si simple que c’en est étonnant, mais je n’ai pas la prétention de connaitre tous les groupes ayant enregistré un album (heureusement, dis!) Et quand on choisi un tel patronyme, quoi de surprenant à ce que la musique soit à l’avenant: guerrière, rentre dedans, vindicative et directe?  Rien. Et les dix titres proposés sur ce premier album, We are islands, after all (en bac le 27 janvier 2017) frappent dur. Cognent, même, fort et violemment. La rage vocale accompagne à merveille celle de guitares criant leur fureur sur des rythmes rentre dedans. De prime abord, on pourrait croire que Wars défonce tout sur son passage tel un pachyderme énervé. Pourtant, Wars ne bourrine pas. S’il est vindicatif, le groupe n’en reste pas moins réaliste tant dans ses propos – souvent d’actualité – que dans la construction sans concession de ses morceaux, souvent simples et directs, sans chercher à réinventer un style qui puise dans la « simplicité » brutale et irrévérencieuse du punk. Et s’il s’adresse avant tout aux fans de hardcore revendicatif, We are islands after all apporte aussi sa dose de décibels à tout amateur de metal en recherche d’énergie pure. C’est déjà ça…

Note: 7,5/10

NO ONE IS INNOCENT: Barricades live

No on is innocent live 2016Hardcore, France (Verycords, 2016)

Je ne suis pas un grand fan de No One Is Innocent. Par conséquent, j’en suis encore moins spécialiste que connaisseur. Mais ça risque de changer bientôt, surtout après avoir écouté et visionné ce Barricades Live, double CD agrémenté d’un DVD 100% convaincants. Enregistré lors d’un concert donné à Paris dans une Cigale blindée le 30 novembre 2015, ce témoignage, particulièrement explosif, reflète ce besoin commun de se retrouver ensemble pour faire la fête et du bruit  Lire la suite

ENEMY OF THE ENEMY : Hellequin

enemy of the enemyThrash, France (Auto production, 2013)

J’ai découvert Enemy Of The Enemy lors d’un festival donné sur la péniche l’Alternat en mai 2010. A cette époque, et j’espère que nous parlons bien du même groupe (celui responsable de la démo Klebz back) Adrian Cavalier, le vocaliste enragé, était grimé en une sorte de Darth Maul Lire la suite