Interview: SWARM

Interview SWARM : rencontre avec Antoine (guitare). Propos recueillis à Paris, Black Dog, le 8 janvier 2020

Metal-Eyes : Antoine, tu es guitariste au sein de Swan, et vous êtes présents pour assurer la promotion de Anathema, votre second album paru fin 2019. S’agissant de notre première rencontre, peux-tu raconter l’histoire du groupe ? Je sais que Swan s’est formé en 2012/2013, à Antibes, que votre premier album, Division and disharmony, est paru en 2017 et 2 ans plus tard vous publiez donc Anathema. Quelles sont les autres grandes étapes de votre parcours ?

Antoine : Oui, c’est exact. On a formé le groupe dans ces eaux-là, on a enregistré notre premier album, ce qui nous a pris du temps parce qu’il y a eu pas mal de péripéties…

 

Metal-Eyes : De quell genre?

Antoine : On a eu pas mal de problèmes avec la personne avec qui on enregistrait. L’enregistrement a duré environ un an. Entre-temps, notre premier chanteur a décidé de quitter le groupe, et Rémy est arrivé pendant l’enregistrement. On a fait le mixage chez Sébastien Camhi, studio Art music qui nous a un peu rattrapé le projet qui n’était pas en bonne voie pour plein de raisons. Il s’est retrouvé avec un truc à reconstruire et il nous a super bien rattrapé le coup. On a fait deux tournées pour supporter ce premier album, on a sorti trois clips. On est rentrés en studio en février 2019, chez Sébastien Camhi, où on a enregistré et mixé l’album. On a fait le mastering en Allemagne. On a sorti un premier clip pour le titre Frontiers, et on a fait une tournée en octobre novembre derniers.

 

Metal-Eyes : Quelles sont vos influences respectives, et qu’avez-vous mis dans ce second album ?

Antoine : L’idée de base du groupe, dès sa formation, c’était de faire du groove metal. Il n’y a pas tant de groupes que ça qui ont existé dans ce genre, et le peu qu’il y a, c’est soit des très gros comme Pantera, soit des tout petits groupes. Mais finalement, il n’y a pas tant de groupes qui ont développé ce style. C’est dionc une base intéressante pour développer un son varié…

 

Metal-Eyes : Et qui vous sort un peu de l’étiquette metalcore qu’on vous colle assez souvent et qui reste très limitative…

Antoine : Oui, on dit souvent qu’on fait du metalcore, j’aime beaucoup ça, on est pas mal dans le groupe à apprécier ça, pas tous, mais pour moi, le metalcore, c’est plus des groupes comme Killswitch Engaged, et ce n’est pas vraiment notre musique. Nous, on va plus se baser sur des groupes comme Pantera, Machine Head, et faire notre sauce sur ces bases. Après, on a d’autres influences, parfois on va plus dans le hardcore, d’autres fois on est un peu plus prog…

 

Metal-Eyes : Comment avez-vous travaillé ce second album? Notes-tu une évolution, et comment analyses-tu l’évolution entre vos deux albums ?

Antoine : Déjà, on a changé de second guitariste et il apporté sa patte. Au niveau du chant, puisqu’il s’occupe du chant screamé et growlé, et au niveau de la guitare, il a apporté ses influences. Après, au niveau du style en soi, ce qui a changé, c’est que le premier album était assez monolithique. C’était un pavé, beaucoup de batterie au taquet, de doubles croches… et là, on a voulu prendre un peu plus de risque, aérer un peu l’album avec des guitares en retrait sur certains passages, comme le couplet de Frontiers. Plus de guitare clean, aussi, on a fait une power ballad. On a fait des choses un peu différentes et on prend quelques risques. On a fait un premier morceau qui dure 8 minutes, New sun, un morceau à tiroirs, c’est quelque chose qu’on ne retrouve pas souvent…

 

Metal-Eyes : C’est un risqué, pour un jeune groupe comme vous d’ouvrir un album avec un titre aussi long…

Antoine : On en a conscience, oui. Après, ça peut payer  ou pas, maintenant, on a voulu le faire comme ça parce que c’était dans la logique de la composition de l’album. Et le thème de l’intro se retrouve à la fin de l’album, arrangé différemment, ce qui fait une boucle.

 

Metal-Eyes : Si on ne devait retenir que deux mots pour expliquer l’évolution entre ces deux albums, ce serait « plus aéré »

Antoine : Oui.

 

Metal-Eyes : Vous aviez des intentions plus particulières avec ce second album ?

Antoine : Comme je disais, le premier à pose les bases de Swarm. Avec celui-là, on approfondi les choses. Rémy, le chanteur, qui écrit aussi les paroles, avait d’autres choses à dire. C’est un concept album au sens large, qui se base sur la dualité, l’opposition, ce qu’on peut trouver partout : la pochette est réversible avec d’un côté la lumière, de l’autre, le sombre, l’homme qui domine la femme et la femme qui domine l’homme…

 

Metal-Eyes : un côté enchainé, l’autre désenchainé…

Antoine : Exactement… L’idée, était vraiment de travailler là-dessus, même au niveau des paroles.

 

Metal-Eyes : Justement, je n’ai pas tout lu, cependant j’ai l’impression qu’il y a de votre part non pas un engagement politique mais plutôt un constat de l’état de la planète, de l’humanité – ou plutôt, comme je le dis aujourd’hui, de l’inhumanité actuelle. Vous traitez de quoi, plus précisément ?

Antoine : C’est assez bien résumé. Notre but n’est pas de nous engager genre « votez à gauche ou votez à droite ! », c’est plus, comme tu disais, une idée de constat. L’album est basé là-dessus, que ce soit un constat écologique ou sociétal, c’est plus un bilan de là où en est l’humanité en 2019-2020. On se place plus en observateur, du côté des paroles.

 

Metal-Eyes : Sans donner de leçons….

Antoine : On n’est pas là pour  dire aux autres ce qu’il faut faire. On fait des constats, c’est tout. Un morceau comme Frontiers traite des frontières que l’on va se poser les uns les autres. Le clip, qui peut paraitre en total décalage avec la musique – le morceau est assez hardcore, le clip est plus rap 90’s, old schhol – évoque cette idée : casser un peu l’image du méchant metalleux qui est là, dans un garage, qui tourne la tête et qui n’est pas content…

 

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un titre d’Ananthema pour expliquer ce qu’est Swarm aujourd’hui, ce serait lequel et pourquoi ?

Antoine : Je trouve que Life on hold est un très bon résumé de ce qu’on peut faire, ce qu’on sait faire : il y a un riff principal très groovy, un couplet/riff très entraînant et à côté de ça un pont mélodique avec des soli avec un peu plus d’émotion. C’est un peu l’idée générale du groupe, et il y a une patte un peu différente. Je trouve que c’est une bonne introduction.

 

Metal-Eyes : Un album se défend sur scène : quels sont vos projets de tournée et de concerts à venir ?

Antoine : Alors, on joue au Rock and Eat le 1er février à Lyon, on sera à Nice en mars. On a aussi une date en juillet dans un petit festival dans le Var, et on est en train de préparer une tournée en mai.

 

Metal-Eyes : Vous venez d’Antibes : comment se porte la scène du sud de la France, de la Région PACA, et où vous situez-vous sur cette scène ?

Antoine : La scène de la Région Paca… Ce n’est pas forcément le terreau du metal, mais il y a un public, des groupes aussi. Où on se situe ? On est des petits jeunes en comparaison de groupes comme Heart Attack qui existe depuis un bout de temps, qui font de belles choses, des tournées, des festivals. Mais il y a des salles, un public, même s’il n’en a pas beaucoup. Il y a quand même une vie pour le metal dans le sud. On a pas mal écumé ces scène, on continue de le faire, mais maintenant, on cherche à s’exporter un peu plus, sortir de la région, jouer ailleurs.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait-être la devise de Swarm en 2020 ?

Antoine : Euh… Je dirais « Stay close to the swarm ». Swarm, c’est un essaim, et il y a ce côté un peu fédérateur parce qu’on a tendance, tous, à se tirer un peu dans les pattes alors que, sans aller dans la caricature « on est une grande famille du metal, on est des bisounours », on est souvent dans l’opposition. C’est dommage.

 

Metal-Eyes : Une dernière chose: l’année 2020 ne faisant que débuter, quelles sont tes resolutions?

Antoine : C’est de ne pas avoir de résolutions, parce qu’on ne les tient jamais ! (rires)

 

Metal-Eyes : Bien vu! Merci beaucoup, plein de bonnes choses avec cet album qui, a priori n’est pas mon genre de musique mais quand je me suis plongé dedans, j’ai eu beaucoup d’agréables surprises.

Antoine : Ben, merci, ça, ça me fait plaisir, avoir des retours d’un public autre que le nôtre de base. C’est super cool.

 

 

SWARM: Anathema

Metalcore, France (Autoproduction, 2019)

Après un premier album paru en 2017, Division & disharmony, les Français de Swarm reviennent avec Anathema, un second essais qui pourraient bien les faire passer dans la cour des grands. Même si metalcore n’est pas mon truc, force est de reconnaître que la rage et la puissance qui se dégagent de ce disque sont exemplaires. Après une introduction aux faux airs de Judas Priest, New sun rentre dans le vif du sujet. Les guitares grasses et speed accompagnent un chant enragé plus que simplement hurlé, même si ce dernier fait nombre d’apparitions en arrière plan. L’ensemble est, à la grâce d’une rythmique qui martèle et s’emballe, syncopé et explosif. Les références au metal et au thrash sont nombreuses. Et avec ses 7’49, ce premier titre semble résumer l’esprit de l’album. Frontiers pioche également du côté de Rage Against The Machine et du rap, avec quelques clins d’œil à Slayer. Intifada parle de lui même. Le titre est guerrier, hardcore et engagé. « J’ai vu le jour alors que nous étions frères »… Oui, le monde change, il ne semble plus n’y avoir qu’ennemis partout… D’où cette référence à l’anathème, à la sentence d’excommunication…  Swarm nous apporte ici 11 morceaux qui ne se ressemblent qu’en l’énergie qu’ils dégagent. Et même si le rythme est plus qu’enlevé, les mélodies, alternant speed et lourdeur, l’auditeur est emporté dans un univers entraînant et, somme toute, lumineux. Les jalons positifs se retrouvent un peu partout, ce qui apporte sans doute ce côté frais qui manque à tant d’autres (comme ce quatrain en français qui vient clore The deed is done. Une piste à suivre? ou, juste après cette intro de Spoutnik explorer à la guitare claire qui évoque indéniablement Metallica). Brutal, efficace et… enjoué. Une belle découverte de fin d’année, en tous les cas, une belle promesse..