MONSTER TRUCK: True rocker

Hard Rock, Canada (Mascot records, 2018) – Sortie le 14 septembre 2018

Sittin’ heavy, le précédent album des Canadiens de Monster Truck paru en 2016, avait démontré que le hard rock vintage a encore de beaux jours devant lui. Une tournée plus tard – dont un passage remarqué à la Maroquinerie de Paris – et voilà que le quatuor remet le couvert et nous offre True rockers, un cocktail musical rock’n’rollesque de 11 chansons. Cocktail parce que Monster Truck ne se contente pas de ne jouer que du rock à 3 accords irrésistibles mais varie ses plaisirs (True rocker, Thunderstruck, Being cool is over…). Bien sûr, le morceau titre, puissant, direct et simple met les pendules à l’heure et surprend avec ce speech digne d’un télé évangéliste qui semble éructé par un clone de Dee Snider. Ben, non, par Dee Snider himself qui semble ainsi adouber Monster Truck. La suite évoque des univers sonores aussi variés que le rock sudiste, un peu de psyché 70’s, du heavy actuel digne de remplir des stades  (Evolution), le blues (Devil don’t care) et fait même quelques clins d’oeil au punk US des 90’s de The Offspring (Young city hearts). La ballade Undone apporte un peu de calme au milieu de cette tempête qu’on s’empresse pourtant d’accueillir les oreilles grande ouvertes. L’énergie et la mélodie sont ici toujours mises au service de l’efficacité d’un rock direct et pas forcément aussi simple qu’il le laisse paraître. C’est donc avec impatience et plaisir qu’on retrouvera Monster Truck en première partie de Black Stone Cherry à l’Elysée Montmartre le 3 décembre prochain qui nous présentera, en live, un de mes albums de cette rentrée.

INTERVIEW: MONSTER TRUCK

Rencontre avec Steve (batterie) de Monster Truck. Propos recueillis par metalmp à la Maroquinerie, Paris, le 3 avril 2016

S’il est un groupe qui monte en puissance, c’est bien le quatuor canadien de Monster Truck. Metal Eyes ne pouvait qu’aller à la rencontre du groupe lors de son dernier passage parisien dont vous avez déjà pu lire le live report. C’est sous un soleil radieux que nous avons pu échanger avec Steve, tranquillement assis à la terrasse de la Maroquinerie. Lire la suite