Interview: MOLY BARON

Interview MOLY BARON : rencontre avec Gary (chant, guitare) et Raphaël (batterie). Entretien mené le 24 octobre 2017 au Hard Rock Cafe, Paris.

metal-eyes: Moly Baron a été formé en 2015 à Paris avec des musiciens français et un chanteur guitariste irlandais. Quelles ont été les moments importants dans la vie du groupe depuis ses débuts ?

Gary: En 2014, j’ai lancé ce projet depuis ma chambre, en réalité. Il y a eu quelques démos, dont la plupart des chansons figurent sur l’album, et je me suis mis en quête de musiciens. J’ai trouvé Steven, le guitariste, puis Seb, le bassiste, et il y a 6 mois, nous avons découvert Raph, qui a été le plus difficile à trouver. Trouver un bon batteur est compliqué, tous sont musiciens de session, n’importe quel bon batteur fait des sessions… C’est difficile de trouver un batteur de ce niveau.

metal-eyes: Ce qui est un beau compliment pour Raphaël.

Gary: Oui, bien sûr ! Il y a eu deux grandes réalisations jusqu’à aujourd’hui : finir cet album, ce qui nous a demandé à peu près 3 ans – nous avons tous un boulot au quotidien. Ensuite, être capable de chanter sur cet album. Je ne suis pas chanteur, je n’ai jamais eu l’intention de chanter. Il a fallu tellement de temps pour trouver un chanteur que je m’y suis mis.

metal-eyes: Ce qui signifie que trouver un bon batteur est plus facile que de trouver un bon chanteur ?

Gary: Euh… probablement, oui. J’ai donc chanté, ce qui a été une grande découverte. Nous avons donc fait cet album et c’est extraordinaire de le savoir publié. La seconde vraie réalisation est d’avoir joué à l’Elysée Montmartre en ouverture des Psychedelic Furs. J’étais si nerveux ! C’est à peu près tout, dans la mesure où on n’est exposé que depuis 5 ou 6 mois…

metal-eyes: Raphaël est dans le groupe depuis seulement 6 mois ce qui explique que vous ne soyez que 3 sur le CD et 4 sur votre site web.

Gary: Exactement. Raph est arrivé après. Quand on a enregistré l’album, j’ai programmé toute la batterie, tout y était, mais ça ne semblait pas naturel. J’ai donc cherché un batteur de studio, que j’ai trouvé à Nashville. Je lui ai envoyé toutes la programmation et il a tout rejoué. Raph a un style différent, et pour moi il est bien meilleur que ce batteur de session : il est plus lourd, a un feeling différent.

metal-eyes: Pour moi, la musique de Moly Baron mélange la mélodie du rock avec la lourdeur du metal, l’émotion, la mélancolie du blues. Comment décririez-vous la musique de Moly Baron, et qu’y mettez-vous ?

Gary: C’est assez difficile d’être objecif avec ta propre musique… Je pourrais la décrire en citant des noms de groupes. Nous incluons un peu de Metallica, dont j’ai toujours été fan, U2 aussi, tu peux entendre du vieux  Muse, du blues rock à la Thin Lizzy, Led Zeppelin… Un mélange de tout ça. C’est un peu incohérent mais pour certains, c’est assez sympa de changer de registre. Tous ces groupes que j’ai cités, et Rage Against The Machine, Red Hot Chili Peppers… sont de grosses influences. Mais j’imagine que si tu mélanges tout ça, le résultat est assez original aussi. Je crois qu’on a le son de Moly Baron.

metal-eyes: Ca sonne aussi familier à mes oreilles que différents, parce que toutes ces influences sont présentes. Je n’ai pas pris le temps de lire les paroles. De quoi parlez-vous, même si un titre comme Fear is better business than love parle de lui-même, ne parlez-vous que de ce qui se passe  dans le monde ?

Gary:  Je n’écris jamais les paroles avant, et je ne voulais pas sonner comme quelqu’un de prétentieux qui a un « important message ». J’ai vraiment écrit en fonction de ce qui me parlait : les élections américaines l’an dernier, c’était dingue… L’abus de pouvoir des grandes corporations, des médias qui diffusent leurs messages, à gauche comme à droite, ce qui est vraiment décevant. La seule manière d’avoir de l’information, de la vraie information, est d’aller sur le net trouver des médias indépendants. La plupart des gens ne font pas cet effort, allument simplement la télé, regardent les chaines nationales comme la BBC ou CNN, sans se rendre compte que c’est de la propagande d’Etat. J’ai écrit en fonction de l’époque et des événements que je vivais, et ça se ressent aussi dans la pochette, un peu dingue. Tout traite de perdre sa conscience, son esprit critique.

metal-eyes: Un fait qui remonte loin…

Gary: Ca a toujours été… George Orwell et 1984. Le morceau Incognito est quelque peu basé sur 1984, c’est la dernière chanson que nous ayons composée. Je devenais dingue, il fallait qu’on termine ce truc ! Je ne sais pas comment décrire ça : je me sentais comme emprisonné à la fin !

metal-eyes: Tu parles de George Orwell, qu’en est-il de Ray Bradubury et Fahrenheit 451, le fait de brûler des livres, détruire la culture ?

Gary: Tu sais ? C’était le nom de ma dernière entreprise, « 451 » ! (rires) C’est en rapport, mais loin de moi l’idée de marcher sur les plates bandes de quelqu’un avec un message… Ce qui s’est produit avec cet album était naturel, ça s’est fait comme ça. Peut-être que l a prochaine fois je parlerais d’environnement ou je ne sais quoi…

metal-eyes: Raphaël, comment as-tu intégré le groupe ? Tu peux répondre ne français, si tu le souhaites

Raphaël: Non, je vais répondre en anglais (note: l’interview se déroule en anglais et Raph, batteur français, répond en anglais de bout en bout. Bel effort et bel esprit !) Depuis que j’ai 14 ou 15 ans, j’ai toujours cherché à jouer au sein d’un groupe parce que c’est le meilleur moyen de s’améliorer musicalement. C’est mon rêve : j’ai vraiment envie de devenir musicien. Je n’ai jamais eu l’opportunité de rencontrer d’autres musiciens. Mes amis n’écoutent généralement pas de metal via des sites web et annonces. Il y a 6 ou 7 mois, j’ai vu sur un site l’annonce de Moly Baron qui était si professionnelle, j’ai su que je voulais jouer avec ce groupe, c’était un vrai défi. Je les ai contacté, on a fait une audition et j’étais assez stressé car je n’ai jamais joué avec un clic ou des samples. Je me suis lancé et il semble qu’ils aient apprécié mon style !

Gary: Je peux raconter une anecdote ? Avant qu’il n’arrive, nous avions rencontré un de ses… pas amis mais collègues de cours…

Raphaël: En fait, j’étudie au conservatoire de Paris, e un des élèves de ma classe de batterie a aussi contacté Moly Baron. On ne se connaissait pas, et quelques jours avant l’audition, on a échangé : « oh, je vais passer une audition avec un groupe, Moly Baron. – Ah, toi aussi ? »… On n’était pas en compétition mais on a joué comme on joue d’habitude et c’est à eux de décider.

Gary: Le premier qui est venu a joué et on s’est dit « chouette, c’est lui, nous l’avons trouvé. » Nous n’avions pas encore rencontré Raph et on se disait « oh… faut qu’on aille voir cet autre gars ! On vient de trouver notre batteur… » Raph est arrivé et on s’est dit « Merde ! Il est meilleur ! » Nous étions ravis de n’avoir pas annulé !

metal-eyes: J’imagine… Quel a été, pour chacun de vous, votre premier choc musical ? Le groupe ou le musicien qui vous a fait dire « voilà ce que je veux faire ! »

Gary: Si je remonte très loin, je dirais Bon Jovi. Slippery when wet, j’adore cet album. Ensuite c’est Metallica et …And justice for all. J’adore Harvester of sorrow, Blackened… Ca m’a soufflé comme jamais ! Je me suis dit, à ce moment là : « C’est ça que je veux faire ! » Pas Bon Jovi, vraiment plus Metallica !

Raphaël : The White Stripes. Ce n’est pas compliqué mais c’est si puissant ! Le chant, les guitares, il y a tant d’énergie que j’ai été vraiment emporté. J’écoute tous leurs albums depuis que j’ai… 7 ou 8 ans.

Gary: J’imagine un gamin de 7 ans écouter The White Stripes ! Pour nous, ils sont arrivés largement après nos 7 ans ! Ils ont commencé quand ? En 98 ?

Raphaël : Michel Gondry a réalisé certains de leur clips, dont Fell in love with a girl, je ne sais pas si tu le connais, il est entièrement fait avec des Lego. Je regardais ça quand j’étais vraiment jeune, toute la journée, et… Waow ! C’est ce qui a tout déclenché.

metal-eyes: Vous prévoyez de tourner un peu maintenant que le groupe est au complet?

Gary: On a quelques concerts prévus, et le but de cette journée promo est aussi de pouvoir en faire plus. On espère, maintenant que l’album est sorti, pouvoir nous concentrer sur les festivals d’été mais aussi aller en Allemagne et au Royaume Uni, des lieux où nous devons concentrer nos efforts si nous souhaitons grandir. C’est plus compliqué en France. Si tu crois en ta musique, tu peux réaliser des choses. Mais si personne n’en parle, si personne n’écoute ce que tu fais…

metal-eyes: Si vous deviez ne retenir qu’une chanson de ce premier album pour définir ce qu’est Moly Baron, ce serait laquelle ? En tant qu’auteur et en tant que nouveau membre ?

Gary: Laisse-moi réfléchir… Sans doute… Incognito : elle a une allure rock traditionnelle avec un riff final très thrash, cette sorte de voix mélodique et ces décors sonores divers, un peu comme Brian Eno. Un peu étrange, mais il y a une belle variété dans cette chanson. Et le chant n’est pas évident. On doit garder cette chanson pour la fin de nos concerts tellement ça use ! Il y a aussi ce groove funky, et ce solo très blues. Oui, Incognito est ma chanson !

Raphaël: Une qui représente bien Moly Baron est When darkenss holds : elle mélange toutes les ambiances sombres du metal avec des parties mélodiques, de belles harmonies. Même si ma chanson préférée est Incognito. On compose de nouvelles chansons, plus agressives qu’avant.

metal-eyes: Quelle pourrait être la devise de Moly Baron ?

Gary: Notre devise ? Oh, mon Dieu ! Ouf… Aucune idée… « Rock Metal Groove Paris Dublin » ? (rires) C’est dur, mec ! C’est la question la plus difficile de la journée !

Raphaël: Aucune idée…

metal-eyes: On y reviendra… Tu viens de dire que c’était la question la plus difficile du jour, mais quelle a été la meilleure, la plus surprenante ?

Gary: Oh… Merde, quelqu’un m’a posé une question aujourd’hui, je n’arrive pas à m’en souvenir !

Raphaël: J’en ai une : quelqu’un m’a demandé quelle œuvre d’art, hors musique j’ai apprécié récemment. Je trouve que c’est très intéressant parce que tu peux aborder différents arts : la peinture, la culture, la littérature qui expriment des émotions que tu peux ressentir. J’ai vraiment apprécié cette question.

Gary: Il y a eu un tel déluge de questions aujourd’hui que je ne parviens pas à m’en souvenir.

metal-eyes: C’est le genre de question qui te force à repasser la journée…

Gary: Je suis sûr que dès que tu vas partir je vais m’en souvenir ! Il y a eu de très bonnes questions aujourd’hui, celle-là en fait partie. Vos questions n’ont pas été répétitives, ce qui est une bonne chose. Parfois, on répond aux mêmes choses toute la journée, mais ce ne fut pas le cas aujourd’hui. J’ai apprécié.

Raphaël: Je reviens à la devise : « Exprime tes sentiments »

metal-eyes: Merci pour cette interview, j’espère qu’on vous verra bientôt sur scène !

Gary: Oh, oui. Le 16 décembre à Paris, au Batofar, et d’autres dates suivront. Merci à toi !

AQME

Metal, France (At(h)ome, 2017)

Pour son nouvel album, annoncé un peu partout dès l’été dernier via affiches et pubs diverses, Aqme a décidé de remettre les compteurs à zéro avec un album sans titre. Comme un retour à la case départ, ce qui est étrange dans la mesure où il s’agit du second disque avec ce line-up: l’indéboulonnable duo des origine composé de la bassiste Charlotte Poiget et du batteur Etienne Sarthou (également responsable du son de ce disque), pour la seconde fois accompagnés du chanteur Vincent Peignart-Mancini et du guitariste Julien Hekking. Nouveau départ donc, pour lequel Aqme se fend d’un album superbement produit et surtout composé de 12 titres explosifs. Vocalement, Vincent a parfaitement trouvé sa place, entre rage et mélancolie. On s’amuse du choc lorsqu’il partage le micro avec Reuno (Lofofora) sur Rien ne nous arrêtera. Aqme a toujours su allier colère et groove, rage et crasse dans sa musique et franchit ici encore un nouveau pas. La variété fait plaisir à entendre: Aqme navigue entre lourdeur pachydermique et sombre mélancolie, heavy riffu et couillu et moments plus popisants. Bref, Aqme, en se renouvelant tout en restant lui-même, nous offre sans aucun doute un de ses meilleurs albums à se jour.

PROPHETS OF RAGE

Rock, USA (Caroline records, 2017)

Je ne sais trop par où commencer avec ce premier album plus qu’attendu de Prophets Of Rage… Avec deux passages très remarqués dans l’Hexagone en juin dernier (Download Paris et Hellfest), on était impatients de découvrir l’album. Et, c’est une évidence, la réunion de ces furieux de Tom Morello à la guitare toujours aussi rageuse et fine à la fois avec Chuck D et B-Real au flow vocal souvent imité offre un résultat intriguant. On ne va pas revenir sur cette union a priori contre-nature d’ex-membres de Rage Against The Machine avec ceux de Public Ennemy et Cypress Hill. Rage était un groupe ouvert à tout, et intégrer des influences rap, rock ou metal semble ici naturel. Je n’ai jamais été fan de rap, cependant, je dois reconnaître que le mariage de ces monstres est efficace. Les titres sont variés dans les rythmes et ambiances. Du rageur Unfuck the world au psychédélique Legalize me, il y en a pour tous les goûts. POR parvient au gré des morceaux à rassurer quant à sa capacité à séduire. Et même si j’ai du mal avec le flow rap, l’ensemble se laisse plus que facilement écouter. Pas prise de tête pour un rond, engagé et critique de notre monde (et de leurs USA d’origine) Prophets Of Rage s’avère aussi efficace, groovy et entraînant sur CD que sur scène, ce qui n’est pas une mince affaire. Le groupe sera au Zénith de Paris la Villette le 10 novembre 2017, et ça va déménager sévère!

STÖMB: Duality

Metal (semi) instrumental, France (Autoproduction, 2017)

Difficile travail que celui de l’instrumental. Il faut réussir à capter l’auditeur en ne répétant pas ce que d’autres font déjà très bien. Depuis sa création en 2012, c’est le travail auquel s’est attelé le quatuor parisien de Stömb, déjà auteur d’un Ep (Fragments en 2014) et d’un album (The grey en 2016). Duality, dès son ouverture The dark admirer, cherche à nous entraîner dans un univers aérien et planant qui se fait, au fil des morceaux, plus lourd et oppressant, tout du moins sur la première moitié, triptyque qui monte en puissance. Étiqueté instrumental, Stömb inclut pourtant des textes, dont l’incompréhensible et cependant bien nommé A voice in my head, ainsi que The other me adapté d’un poème de Khalid El Morabethi. Stömb parvient, grâce au format Ep, à séduire en ne lassant pas. Un voyage envoûtant.

DEMENTIA: Persona

Metal, France (Autoproduction, 2017)

Introduit par Blur – rien à voir avec le groupe – une sorte de complainte mélancolique, Persona prend tout son envol dès le bien nommé Speedball. Francis Caste, magicien des manettes, gourou de la prod hexagonale, est, encore une fouis parvenu à obtenir le meilleur des musiciens de Dementia, qui restent cependant producteurs de leur projet. Enregistrés aux studios sainte Marthe entre mars et avril de cette année, les 14 titres chantés dans un anglais très honorable et avec une rage salutaire, font la part belle à l’énergie, la puissance d’exécution et la mélodie. Persona est un album qui sonne résolument moderne, qui puise cependant dans l’histoire du metal, du hard rock et du prog; c’est ce qui fait la force de ce disque, une belle introduction à l’univers sonore de Dementia, pas si dément que ça! Une alliance savamment orchestrée, une exploration de sons et d’horizons variés qui se laisse écouter sans sourciller.

KLOGR: Keystone

Metal, Italie (Zeta factory, 2017)

Dites, Klogr… C’est toujours du neo metal qu’ils pratiquent? Parce qu’à l’écoute de Sleeping through the seasons et Prison of light, les deux premier morceaux de ce nouvel album, Keystone, on a l’impression d’avoir à faire à un trio prog metal. Ambiances recherchées et lourdeur du tempo, les Italiens ont certes mûri; cependant, que les anciens fans se rassurent, le neo est toujours d’actualité dès le brutal Technocracy. Faut dire qu’un titre pareil, ça a de quoi énerver! Ce qui conditionne la suite, naturellement. Rock et rageur, doux et dur, les Drag you back, Pride before the fall, très groovy, ou plus martial et inquiétant (Something’s in the air), démontrent que Klogr explore divers horizons tout en gardant son cap. Pas forcément mon truc, mais reconnaissons que l’ensemble se veut novateur et différent. Une curiosité, donc.

SEETHER: Poison the parish

Metal, Afrique du Sud (Spinefarm, 2017)

Seether, c’est qui? Formé en 2002 en Afrique du Sud par le chanteur et guitariste Shaun Morgan Welgemoed, Seether dispense un metal empreint de grunge. Malgré de nombreux changements de personnel, le groupe parvient à se forger une solide fanbase et propose aujourd’hui son 7ème album studio, auquel il convient d’ajouter un live.

Poison the parish, ça donne quoi? Varié, ce nouvel album est à la fois envoûtant, familier et inquiétant. Familier parce que le chant et les guitares (flagrant sur I’ll survive) évoquent Nirvana, la rage se disputent parfois avec la colère. Quelques hurlements sont ainsi évocateurs sur Stroke the fire ou Nothing left, mais la mélancolie, l’inquiétude (les paroles en général, qui me semble dénoncer une certaine forme de superficialité de nos sociétés) ou la douceur (Against the wall, Sell my soul) trouvent également place tout au long de ce superbe Poison the parish. Les mélodies sont accrocheuses, les riffs mémorables et le refrains chantant sans être gnangnan. En gros, Seether signe un album riche, diversifié, un disque qui ne peut laisser aucun amateur de rock indifférent. Une invitation à un voyage sonore émouvant, entraînant et d’une remarquable efficacité.

Seether sera au Bataclan de Paris le 13 octobre 2017 pour une unique date en France!

Note: 9/10

HYPERDUMP: The weak man

Metal, France (Send the wood music, 2017)

Hyperdump, c’est quoi? Le groupe nordiste – ou, plus actuel, des Hauts de France – s’est formé en 2007, alternant Ep et albums et développe aujourd’hui un concept discographique et visuel.

The weak man, ça donne quoi? Basé sur une histoire concoctée par le chanteur Ws, The weak man est un concept album qui puise dans une certaine folie. On imagine volontiers des espaces orientaux (Awaken, Departure) qui seraient mêlés à des enfers plus occidentaux, et ce dès Awaken. Folie qui évoque souvent Faith No More ou Mr Bundle (l’univers barré de Mike Patton trouverait parfaitement sa place ici) ou la rugosité rythmique d’un Slipknot. L’univers de Hyperdump est – volontairement – oppressant et inquiétant, qui rappelle, aussi, la dinguerie de 6:33. Il émane pourtant une certaine forme de lumière grâce à des morceaux plus « abordable. La force de ce disuqe est telle qu’on n’est guère surpris de voir une flopée d’invités de marque, parmi lesquels Blaze Bailey, Guillaume Bideau (Scars, Mnemic, One Way Mirror) ou Arno Strobl (qui, tiens donc, a collaborer au projet 6:33…). Pas forcément toujours facile d’accès, souvent déjanté, The weak man est cependant un projet ambitieux qui n’a rien à envier à certaines grosses pointures internationales.

Note: 8,5/10

Interview: HYPERDUMP

Entretien HYPERDUMP. Rencontre avec Holyv (guitare) et Gaël (batterie). Propos recueillis à Paris le 16 mai 2017

 

Metal-Eyes : Comme vous avez déjà dû le faire 15 fois aujourd’hui, pouvez-vous me raconter l’histoire du groupe, comment vous vous êtes formés, d’où vous venez…

Holyv : Tout commence en 2007. A l’époque, Julien, Sylvain, à la basse, et moi-même voulions faire un nouveau groupe. A cette époque, on jouait dans un groupe de heavy metal, et on est tous fans de Devin Townsend, Strapping Young Lad… et on a voulu monter un projet qui s’en rapprochait et c’est comme ça qu’est né Hyperdump. On a sorti une première démo en 2007 qui n’a pas été vraiment commercialisée – c’était plus pour trouver notre style – et notre premier album en 2012. Fred nous a rejoint à peu près à cette période, à la seconde guitare. Un an après on a sorti un Ep qui s’appelle Saint Critism. Gaël nous a rejoints en 2015 et là, on sort notre nouvel album, The weak man.

Metal-Eyes : Qui fait référence à un célèbre jeu télévisé ?

Holyv : Euh… Non, pourquoi ?

Metal-Eyes : Le maillon faible ?

Holyv : Ah, oui (rires) ! Ça aurait pu c’est vrai, mais non ! C’est un concept album, d’après une histoire inventée par Julien, plutôt style SF, fantastique, inspirée par des auteurs comme Lovecraft. Visuellement, ça s’apparente plutôt aux années 30, 40. Grosso modo, c’est l’histoire d’un homme, le héros, qui est en prison, et il y a des démons et créatures maléfiques. Il se réveille mais ne se souvient pas de ce qu’il s’est passé. Les morceaux qui suivent racontent ce qui s’est passé – en gros, que son frère a fomenté une révolution pour le faire sortir de cette prison – et le personnage principal va vouloir, à son tour, prendre la tête de la révolution pour se venger de la mort de son frère. A la fin il y a une révélation finale qu’on ne dévoilera pas ici.

Metal-Eyes : Quels sont les invités sur cet album, justement ?

Holyv : Entre autre, Blaze Bailey, ancien chanteur d’Iron Maiden, Guillaume Bideau, ancien chanteur de Mnemic, Scars et One Way Mirror, Arno Strobl de Carnival In Coal, Marc Bazil, le chanteur de DGM, groupe de prog italien… Et on a aussi des proches : l’ancien prof de chant de Julien, Kamel, un ami qui a aussi participé aux textes…

Metal-Eyes : J’imagine que vous avez ravaillé à distance pour la réalisation de cet album, ou vous avez réuni tout le monde ?

Holyv : Non, on a beaucoup travaillé à distance. On a envoyé une maquette, le chanteur a enregistré ses voix qu’on a intégré au mix…

Metal-Eyes : La technologie moderne le permet facilement. Quelles sont vos influences principales ?

Holyv : On a des influences très variées dans le groupe : Julien, par exemple, n’écoute pas de metal, moi, ça va de Dream Theater à Behemoth…

Gaël : Moi, Gojira, Slipknot…

Metal-Eyes : Je n’ai eu le temps d’écouter votre album qu’une fois. C’est donc l’occasion pour vous de me le vendre : qu’est-ce qui fait que je vais aller l’acheter dès sa sortie ?

Holyv : On pourrait dire que c’est un album de metal varié, rentre dedans, pêchu et mélodique. C’est un concept album mais pas dans l’esprit chiant de la chose, avec des morceaux qui durent 20’. Nous, on voulait que ça puisse s’écouter d’une traite, chaque chanson indépendamment. C’est assez accessible.

Metal-Eyes : Comment qualifierais-tu votre style ?

Holyv : On n’aime pas les étiquettes, mais metal moderne s’en rapproche pas mal. Après s’il faut vraiment coller une étiquette, ce serait prog, pourquoi pas…

Gaël : Avant d’entre dans le groupe, on en avait parlé. J’écoutais leur premier album sur lequel certains riffs me font penser à du Slipknot…

Metal-Eyes : … Ce qui n’est pas tout à fait progressif !

Gaël : Non, non, en effet.

Metal-Eyes : Votre éducation musicale, maintenant : comment s’est-elle faite ? Venez-vous d’un milieu musical, avez-vous pris des cours, y avait-il beaucoup de musique à la maison ?

Holyv : Je ne viens pas du tout d’un milieu musical. Je n’écoutais pas de musique, je n’envisageais pas de jouer de la guitare, et un jour, j’ai découvert Metallica à la radio et je me suis dit « je veux faire ça ! » C’était un morceau du Black album, mais je ne sais plus lequel. J’ai acheté une première guitare classique qui coutait trois fois rien, et quand mes parents ont vu que je m’y intéressais vraiment, ils m’ont acheté ma première guitare électrique et je m’y suis mis à fond. J’écoutais Malmsteen, Dream Theater…J’ai toujours appris tout seul et je ne me suis jamais arrêté.

Metal-Eyes : Et toi, Gaël ?

Gaël : Pareil : personne n’écoutait de musique. C’est un de mes amis qui m’a fait découvrir Slipknot au tout début. Avant j’étais plus branché rap américain, et j’ai eu un déclic, j’ai changé de bord ! C’est le batteur de Slipknot, Joey Jordisson, qui m’a donné envie de devenir batteur. Et je n’ai jamais arrêté non plus. J’ai pris des cours pendant un an, mais l’école a fermé. J’ai continué, en autodidacte, et maintenant, c’est une drogue. A l’automne prochain, je rentre au Music Academy International, pour un programme de 35 heures de batterie, une année de batterie, en gros.

Metal-Eyes : Tu es rentré quand dans Hyperdump ?

Gaël : Il y a deux ans maintenant…

Metal-Eyes : Donc on peut dire que vous avez trouvé un certain équilibre, que le groupe est une entité. Alors, en tant qu’entité, quelle pourrait être votre devise ?

Holyv : On ne se fixe aucune limite. « Pas de limite ». Ça peut s’entendre dans l’album, parfois certains passages sonnent oriental ou jazzy… A partir du moment où c’est cohérent, où ça sert le propos de l’album, on ne se demande pas si c’est metal, si ça rentre ou pas… Si ça nous plait, on garde, c’est tout !

Metal-Eyes : Si vous deviez ne retenir qu’un seul titre de The weak man pour expliquer à quelqu’un qui ne vous connait pas ce qu’est Hyperdump, ce serait quel titre ?

Holyv : History, sans doute, parce qu’il y a un peu tout. Il y a le refrain un peu mélodique, le riff est pêchu – du coup, ça ferait un peu penser à Slipknot. Ça représente bien les différentes facettes du groupe.

Gaël : Moi, ce serait le dernier titre, Circling down the drain, parce qu’elle est pêchue, certains riffs t’entraînent vraiment, et restent vraiment dans le crane

Metal-Eyes : Une dernière chose : un disque ça se défend aussi sur scène, alors quels sont vos projets ?

Holyv : Pour le moment, on n’a donné qu’une date, mais en juin il y a le Black Pearl fest, dans l’Oise. On est en train de monter un projet dont le but est de faire une tournée en septembre. On contacte les assos, on démarche, et on voudrait que ce soit vraiment abouti sur scène. On voudrait coller au visuel su disque, on aura les vêtement et tout ça… On est en train de préparer quelque chose pour tourner en septembre.

Metal-Eyes : Donc il y a le concept musical et le visuel que vous développez…

Holyv : ça va même au-delà puisque Julien, qui fait du dessin et de la BD, va commencer, à partir de juin, à poster le concept, les personnages….

Metal-Eyes : Et sur scène, il y aurait aussi des invités ?

Holyv : Pff… On adorerait pouvoir les faire venir. Kamel serait partant pour venir chanter, les autres, on verra s’ils sont disponibles, autrement, on a les samples. C’est quelque chose de très important pour nous, on sera en concert avec les samples, c’est sûr.

 

 

DARKE COMPLEX: Point oblivion

Darke Complex, c’est qui? Formé à Houston en 2015, Darke Complex propose un metal moderne, teinté de sonorités rap et electro. Un esprit fusionnel et muliticulturel résolument d’actualité.

Point oblivion, ça donne quoi? Le premier album des Américains propose 12 titres explosifs, rageurs et variés. Le chant agressif est aussi mélodique que hurlé, les guitares bouillonnent d’impatience et les touches électroniques sont quasi omni présentes. L’ensemble évoque tout autant Linkin Park que Slipknot, c’est dire! On imagine volontiers Cameron séduit par ce disque pour en utiliser quelques extraits pour la BO d’un Terminator relooké! Bien que tout le monde n’apprécie pas forcément ces sonorités électros, force est de reconnaître que Darke Complex les intègre parfaitement à l’ensemble, puissante et déterminé de ce premier album, paru en Europe chez Spinefarm. Et ça non plus, ce n’est guère surprenant!

Note: 7,5/10

Sortie : le 21 avril 2017