SIDILARSEN: Live – In Bikini dura Sidi

Metal, France (Verycords, 2018)

Avec le superbe Dancefloor bastards, paru en 2016, Sidilarsen entame une longue tournée qui célèbre ses 20 ans de carrière. 20 ans, 6 albums studio, un public fidèle(bien que pas assez important à mon goût). Sa tournée a mené le groupe toulousain un peu partout en France, et Sidi se souvient certainement de son passage en Russie, en compagnie de Severny Flot. Mais surtout, le quintette passe enfin au Hellfest en 2017 et immortalise son passage à domicile dans un Bikini blindé (la salle peut accueillir jusqu’à 1500 spectateurs sur 2 niveaux) et survolté. Si le CD comporte – naturellement, même si l’on aurait pu espérer un double CD… – moins de titres que le DVD, l’ambiance est parfaitement captée. Le groupe est au taquet, faisant participer le public qui ne se fait pas prier. Bien sûr, le dernier album est à l’honneur, les autres albums ne sont pas en reste. Naturellement, le concert se termine avec l’indispensable Des milliards et son public invité à s’asseoir avant de sauter symbolisant le réveil de la population. Frissons assurés. Le groupe plongé dans des couleurs bleues, rouges et mauve dominantes, on savoure de retrouver Sidi live, d’autant que les caméras sont autant focalisées sur le groupe que dans le public, véritable 6ème homme de ce concert. Toujours pleins d’énergie, les Toulousains se font plaisir en réservant quelques surprises au public, dont ce solo de batterie de Sam Cancel, accompagné par le bassiste de Severny Flot, Alexander Kulikov, la venue sur scène des furieux Arno et Poun de Black Bomb Ä ou celle de la chanteuse Béra ou, naturellement, de Sabash, venu célébrer cet anniversaire sur Teknotrone. Au delà de ce concert d’un groupe quasi irréprochable, l’intérêt du DVD se trouve dans le documentaire de 72 minutes qui voit les frères Cancel (Sam, donc, et David « Didou », le chanteur) et Benjamin « Viber » Bury, le guitariste/chanteur, ainsi que les autres et plus récents membres Benjamin Lartigue et Julien Soula (guitare et basse) raconter, sobrement, l’histoire de Sidilarsen. On fait ici le plein d’anecdotes, dont l’association avec Psykup et Delicatessen, deux autres formations locales, afin de monter une structures visant à faire avancer les groupes, ensemble. On trouve aussi un bel hommage au premier guitariste, Sabash, sa fidélité et son adoubement de son remplaçant. Hellfest, tournée en Russie, amitiés, équipe… tout y passe, avec émotion et sincérité jusqu’à arriver à ce Sidifest du Bikini, objet de ce live. Un beau document (« dédié au plubic », gag!)qui pose simplement la question: pourquoi Sidi n’est-il pas plus important? Une aventure à suivre pour les 20 prochaines années. Au moins!

SIDILARSEN et Severny Flot Live (Paris, le Divan du Monde, le 11 octobre 2016)

SONY DSC

Commençons par le désagréable: on va les remplir quand, ces salles de concerts? A peine plus de 250 personnes présentes au concert de Sidilarsen à Paris, c’est presque un scandale. Ce groupe mériterait amplement de jouer sur de scènes plus grandes, un Trabendo au minimum, un Elysée Montmartre, un Trianon, un Bataclan, aussi. Bougez-vous, ou alors, ne venez pas, demain, vous plaindre qu’il ne se passe plus rien à Paris!
SONY DSCDonc, peu de spectateurs se présentent pour assister au concert des moscovites de Severny Flot. Le quatuor s’installe tranquillement sur scène, et dégaine rapidement un metal couillu et varié. Le quatuor puise son inspiration dans de nombreux styles, et déménage bien grâce à un guitariste soliste impressionnant (et un claviériste d’une « discrétion » telle qu’il en est invisible…) Les influences slaves sont, évidemment, au rendez-vous, tout autant que du thrash, du punk ou du metal plus fin. Si on tape du pied, j’ai rapidement l’impression que Severny Flot a plein d’idées mais ne parvient pas à les exploiter à fond. Souvent, le milieu des chansons se fait lassant, navigant entre deux eaux… Hormis cela et quelques problèmes de guitare, le set est efficace, le chanteur remerciant le public en français, anglais, espagnol ou allemand… et se termine par deux titres carrément punk/thrash.

SONY DSC

 

SONY DSCSidilarsen subit un retard de 15′ à cause de difficultés lors du changement de plateaux. Mais dès l’arrivée sur scène des Toulousains, c’est la guerre! Le public pogote et saute en tous sens. deux écrans encadrent la batterie et seront utilisé efficacement tout au long du concert. Didou, atteint d’une bonne crève, arrive encapuchonné dans un sweat shirt qui cache son visage le temps des premiers morceaux, au cours desquels il saute et s’offre même une session de stage diving. Viber, qui partage le chant en plus de tenir la guitare, accompagné de Berben (guitare), Fryzzer (basse) et Sam (batterie) donnent également tout ce qu’un groupe de rock devrait donner à son public: de l’énergie, de la rage, de la sueur. Sidi convie même Poun, un des vocaliste de Black Bomb A, à venir partager le chant quelques instants sur Walls of shame avantSONY DSC d’organiser un (mini) wall of death afin de « casser ce mur de la honte ». Suit un solo de batterie aux accents électro comme les aime Sidi, qui n’hésite jamais à se faire aussi rugueux que dance. Tiens, justement, c’est Dancefloor bastards, leur dernier album, qui est à l’honneur. Le public est invité à chanter sur le morceau éponyme et (au moins) six morceaux sont extraits (Spread it, Dancefloor bastards, Guerres à vendre, Walls of shame, Méditerrannée damnée, 1976) de ce dernier et
superbe disque. Trop tôt arrive le rappel. Le public reprend à l’unisson le chorus de Des milliards. Les musiciens posent tour à tour leurs instruments, laissant le public terminer ce concert: « Nous sommes des milliards contre une élite / Impossible qu’ils nous évitent » alors que des visages défilent par milliers, milliards, sur les écrans. Impressionnant, tout simplement. Un superbe concert, malheureusement desservi par un public trop peu nombreux.

SONY DSC

HELLTERVIEWS – Spécial Interviews @Hellfest 2016

Au delà des concerts, le Hellfest est aussi un club de rencontres et le lieu révé pour faire, même rapidement, connaissance avec des artistes qui y donnent, ou non, un concert. Cette première vague de « Hellterviews » vous propose de retrouver les joyeux drilles d’Audrey Horne ainsi que les Frenchies de Mass Hysteria, Sidilarsen et Nightmare. A vous!

 

AUDREY HORNE

Rencontre avec Toschie (voc) et Isdal (gtr). Propos recueillis au Hellfest le 17 juin 2016

Audrey Horne

Metal-Eyes : Quelles sont vos premières impressions après ce concert matinal au Hellfest ?

Toschie : C’était fun… Il y avait du monde. D’habitude, quand tu joues aussi tôt à un festival, tu te demandes s’il va y avoir des gens ou pas, mais il y avait du monde. Le public a eut l’air d’aimer, nous avons aimé… C’était une bonne journée.

Isdal : Vous vous levez tôt, en France !

Metal-Eyes : Oui, et le premier concert a lieu à 10h30 ici.

Isdal : Je sais ! En Norvège, personne ne viendrait aussi tôt

Toschie : Si tu organises un festival en Norvège, à 10h30, il n’y aura personne. Peut-être qu’à 20h le public viendra.

Metal-Eyes : N’est-ce pas un peu frustrant pour une formation comme Audrey Horne d’être programmée aussi tôt ?

Isdal : Bien sûr, on préfèrerait jouer plus tard, mais c’est un festival important. Mais on a une place assez bonne : on joue sur une des main stages, les gens sont là, devant.

Toschie : Si tu joues tard, les gens risquent de ne pas s’en souvenir… « Tu as vu Audrey Horne ? Euh… Je sais plus, j’étais bourré ! » Mais ceux qui viennent le matin, oui ! « Je m’en souviens, yep ! C’était bien ! »

Metal-Eyes : Quelles sont les nouvelles du groupes ?

Isdal : Nous terminons la tournée de Pure heavy, qui est sorti il y a bientôt 2 ans. On fait quelques festivals, puis on retourne en Norvège pour quelques concerts, et on se remet au travail. On a les nouvelles compositions. Voilà les plans : finir la tournée et enregistrer un nouvel album.

Toschie : Quelqu’un doit s’attaquer aux lignes de chant, c’est ça ? On a une cinquantaine d’idées de nouvelles chansons. Comme une sorte de compte bancaire pour les nouvelles chansons, et on y puise tout. On y place tout : il a une idée de riff, on le joue et on garde. 20 seconde de musique, qu’on place dans notre banque d’idée. On e s’assied pas pour écrire une chanson de A à Z, on prend les idées, on voit ce qui marche, et ce sur quoi on peut travailler un peu plus, ou pas. On procède ainsi tout au long de l’année, et pendant l’été, au début de l’automne, on se concentre sur ces idées. On devrait avoir suffisamment de chansons pour enregistrer l’année prochaine.

Isdal : En gros, on écrit beaucoup, des riffs, des idées, et il (Toschie) peut nous dire « non, je ne peux pas chanter là-dessus. Ecris autre chose », alors on écrit autre chose. Encore…

Metal-Eyes : Quand vous tournez, en dehors des shows en tête d’affiche, comment décidez-vous de la setlist ?

Isdal : On se bat jusqu’à ce que l’un gagne !

Toschie : Oui. Et quand on n’a que 30 minutes, on sélectionne : celle-ci est rapide, celle-là est une ballade, donc on la vire. On n’a qu’une demi-heure, et un set comme aujourd’hui, beaucoup de gens ne connaissent pas le groupe. Il faut que ça soit punchy, percutant. Et bien sûr, nous devons prendre du plaisir, aussi ; Quelles chansons voulons-nous vraiment jouer ? J’aimerai vraiment faire celles-ci. Ok, jouons-les, alors.

Metal-Eyes : Vous vous souvenez du premier festival où Audrey Horne à joué ?

Toschie : C’était un petit festival, en Norvège. Mais

Metal-Eyes : Le plus gros festival auquel vous ayez participé ?

Toschie : Je dirais le Hellfest et le Grasspop, en Hollande. On a joué en ouverture d’AC/DC, mais ce n’est pas un festival.

Metal-Eyes : Quel est l’endroit le plus étrange où vous vous soyez produits ?

Isdal : Il y en a plein en Norvège…

Toschie : Oui, mais tu te souviens cette salle à Manchester, je crois ? Il n’y avait pas de scène, ce n’était pas une salle. Il y avait ces portraits d’horreur… Un peu flippant, et certainement étrange.

Metal-Eyes : Merci pour cette interview vraiment express et j’espère que votre prochain album sera aussi bon que Pure Heavy!

Toschie : Merci, nous aussi, on l’espère (rires)

H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H 

MASS HYSTERIA

Rencontre avec Yann (Mass Hysteria), propos recueillis le 18 juin 2016 à Clisson (Hellfest)

Metal-Eyes : L’actualité de Mass Hysteria c’est une grosse tournée des festivals, vous étiez la semaine dernière au Download, hier au Hellfest. Il y a quelques concerts à la rentrée également, ainsi que la sortie d’un nouveau CD/DVD live. Dans quelles circonstances ce disque a-t-il été enregistré ?

Yann : On l’a fait sur notre date au Trianon. Il n’était pas du tout prévu qu’on l’enregistre, et quelqu’un nous l’a proposé, et le résultat est super bien.

Metal-Eyes :J’imagine qu’en plus du concert, ce DVD propose quelques bonus ?

Yann : Il n’y a pas grand-chose, en fait. A ce concert-là, on a joué tout l’album, Matière noire, en entier. Et il y a un petit reportage sur ce qu’il s’est passé l’après midi.

Metal-Eyes : Parlons un peu de la scène: hier vous avez voulu faire le plus grand Wall of death que le Hellfest ait connu. Mais un peu avant, vous êtes descendus, Mouss et toi, dans le public, ce que vous ne faites pas tout le temps.

Yann : C’est quelque chose qu’on a mis en place il y a quelques années et qu’on fait quand on trouve l’événement assez fort. C’est excitant de faire ça.

Metal-Eyes : Et ce Wall of death, vous êtes satisfaits du résultat ?

Yann : Oui, je n’ai pas encore vu d’images, mais on voulait un peut marquer le truc. Ca avait l’air assez cool. Celui de Dagoba était assez fort.

Metal-Eyes : Mass Hysteria est un groupe très engage. Comment faites vous pour entretenir cette rage qui vous anime ?

Yann : C’est la passion, après, ça vient naturellement. C’est une telle chance d’avoir Mass Hysteria qu’on n’a pas envie que ça s’arrête. Du coup, on ne se pose pas la question, on avance. Tant que les gens seront là.

Metal-Eyes : Mais d’un point de vue engagement politique, j’imagine qu’avec l’actualité que nous vivons en France, la loi El Komri, les attentats de l’an dernier, tout ça participle. Mais y a-t-il d’autres choses dans lesquelles vous puisez votre énergie ?

Yann : Mouss, il écrit des choses, il fait des bilans, et il essaie de dire aux gens de ne pas se laisser emmerder par tous ces soucis. Ce qui nous motive, c’est de dire aux gens de rester positifs. Tu peux rester positif, si tu éteins ta télé, passer du bon temps avec ta famille, aller à des expos, les cultiver, faire des choses. Si tu passes ta vie à regarder BFMTV, tu déprimes. Evidemment, il y a plein de choses qui vont mal, mais il faut voir autre chose aussi.

Metal-Eyes : Revenons à votre label, Verycords : j’ai l’impression qu’ils veulent tabler sur des produits CD/DVD. N’est-ce pas un peu risqué pour des groupes de faire ça étant dopnné l’état actuel du marché du disque ou est-ce, au contraire, un moyen de lutter contre cette morosité.

Yann : On fait pas attention à ça, parce qu’en effet, le marché du disque est catastrophique. C’est plus histoire de faire plaisir aux gens qui nous écoutent. Ce CD/DVD, on sait qu’on n’en vendra pas beaucoup, mais on sait que ça plaira aux gens qui étaient à ce concert. C’est des souvenirs qu’on aime bien garder, et quand on a la possibilité de les enregistrer, ça reste gravé. Un Olympia ou un Trianon sont des moments assez forts pour nous qu’on est fiers de pouvoir sortir en DVD et montrer aux gens.

Metal-Eyes : Revenons un peu en arrière, à des événements qui nous ont tous marqués, les attentats du mois de novembre 2015. Mass Hysteria a été parmi les premiers groupes à réagir, à vouloir continuer de faire du bruit. Est-ce que ça a impacté votre approche de faire de la musique ? Est-ce que ça a eu une influence sur votre manière de composer, ‘écrire vos chansons ?

Yann : Pas à ce niveau-là, non. On avait écrit un morceau avant qui s’appelle l’Enfer des dieux et qui parle exactement de ça. Le 13 novembre, c’était le jour du premier concert de notre tournée. On é tait dans le sud, et le lendemain on jouait à Toulouse. Quand on est arrivés au Bikini, le patron nous a demandé si on voulait jouer ou pas et nous a dit qu’il nous suivait, qu’on joue ou pas. On l’a fait, et je pense qu’on a eu raison parce que les gens en avait besoin. Quand on a joué L’enfer des dieux c’était assez fort, c’était un concert assez spécial.

Metal-Eyes : La semaine dernière vous avez joué à la première édition parisienne du Download. Quelles sont tes impressions au sujet de ce festival ?

Yann : J’ai été très agréablement surpris, je pensais que d’organiser ça une semaine avant le Hellfest c’était très risqué, en termes d’affluence. Mais il y avait beaucoup de monde, du coup on a été super bien accueillis, et le concert s’est très bien passé.

Metal-Eyes : Le lendemain, Reuno de Lofofora a fait une remarque quand il s’est rendu compte qu’il jouait en face des tours de la Défense. Vous y avez pensé ?

Yann : Je n’y ai même pas pensé…

Metal-Eyes : Pour terminer, quelles sont tes premières impressions concernant ce nouveau passage au Hellfest ?

Yann : Ca a été super. Tu sais, tu arrives ici, c’est un peu un rendez-vous spécial. On y a déjà joué deux fois, ça s’est super bien passé, et on se dit qu’il faut qu’on soit meilleurs. C’est un festival où je viens même quand on n’y joue pas. Ça fait une dizaine d’années que je viens tous les ans. Les gens étaient super réceptifs. Maintenant, continuez de soutenir les groupes français, d’aller aux concerts – pas tous, mais sortez – et achetez des disques.

H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H 

NIGHTMARE

Rencontre avec Nightmare – Yves Campion (basse) et Magali (Chant). Propos recueillis au Hellfest, le 18 juin  2016

Nightmare

Metal-Eyes : Avant que nous n’entrions dans le vif du sujet, je voudrais que nous revenions sur ce quo a motivé le départ des frères Amore.

Yves : Les raisons, c’est à eux qu’il faut les demander. Je n’aime pas trop m’étendre sur le sujet, c’est une longue histoire… Il y a 30 de boulot, ce n’est pas comme si on avait joué ensemble 2 mois. Ce qui est important, c’est le rebond, aujourd’hui. On aurait pu être très mal, mais on a pu rebondir grâce à Magali et trouver une nouvelle énergie.

Metal-Eyes : Qu’est-ce qui a motivé le fait de choisir une chanteuse pour Nightmare, qui a toujours eu un vocaliste masculin ?

Yves : Parce qu’on a une chanteuse qui chante du rock. On n’a rien contre les chanteuses qui chantent dans un registre opéra, Magali, elle, c’est une chanteuse qui chante avec des couilles. On la connaissait déjà, elle avait participé à un titre. Et c’est la meilleure chanteuse, capable de s’imposer dans Nightmare. C’est la numéro 1, autrement, il aurait fallu choisir un mec.

Metal-Eyes : Et toi, Magali, qu’est-ce qui t’a motivée dans ce choix de rejoindre Nightmare?

Magali : Il y a plusieurs choses qui m’ont motivée. D’abord, j’avais déjà travaillé avec eux comme Yves l’a mentionné. Humainement ça s’était bien passé et musicalement, j’avais kiffé. Donc le fait de pouvoir être à plein temps dans ce genre de musique, c’est un peu ce que j’attendais. Je me suis aussi rendue compte que j’aimais beaucoup la musique, et mes chanteurs d’influence, ce sont des hommes. Donc je suis très attirée par du chant puissant, avec du grain, mais pas que ça : j’aime pouvoir moduler aussi. Et dans Nightmare, j’ai cette possibilité. Je m’épanoui dans Nightmare.

Metal-Eyes : Quel est ton parcours, ton cursus musical?

Magali : Au niveau apprentissage ? Autodidacte et très fière. Passée par toutes les erreurs possibles et imaginables, dont les extinctions de voix, mais c’était il y a longtemps et j’ai fini par apprendre plusieurs technique pour pouvoir m’autogérer. Quand on est limité – et on l’est toujours – on ne profite pas pleinement de ce que l’on peu faire. Donc, autodidacte, et je me suis formée au fur et à mesure sur le terrain, et je fais aussi du coaching vocal. En apprenant aux autres à bien faire les choses, j’apprends aussi. C’est un échange.

Metal-Eyes : Vous allez jouer demain au Hellfest, assez tôt. Ce n’est pas un peu frustrant pour un groupe comme Nightmare, qui a une carrière de 30 ans, de jouer aussi tôt ?

Yves : Non. Après, si tu vois le line up des Main stages, après nous, il y a Orphaned land et DragonForce, on est assez bien lotis. Mieux qu’après King Diamond. On est très contents de jouer, et on ne va pas rentrer dans ces considérations.

Metal-Eyes : Que pouvez-vous nous dire de l’album que vous venez d’enregistrer ? Il est prévu pour quand ?

Magali : Il est prévu pour novembre. Je pense qu’il est très cohérent, c’est une suite logique de la série Nightmare, avec une voix différente. Des influences différente aussi. On a travaillé en symbiose en studio, on a beaucoup créé en studio de façon très spontanée, vraiment ensemble. On a balancé des idées et « que le meilleur gagne ». Au final, on sait plus qui a fait quoi parce que tout se tient et on s’en fiche.

Metal-Eyes : En quoi est-ce que l’arrivée de Magali a changé votre manière de composer ?

Yves : Déjà, je ne m’occupe pas des riffs de guitare. Mais la manière qu’elle a d’approcher une chanson, son timbre, sa voix, on était en phase. C’est un peu compliqué d’en parler, mais tu entendras le résultat.

Metal-Eyes : Tu le positionne comment cet album par rapport à l’ensemble de la discographie de Nightmare ?

Magali : Pour moi, il se distingue principalement au niveau des textes. J’y ai mis mon cœur, et je ne pourrais jamais ne pas mettre mon cœur dans les chansons. Je peux interpréter, chanter les anciennes chansons, mais ce n’est pas moi. La différence principale elle est là.

Metal-Eyes : De quoi parlent ces textes ?

Magali : C’est la surprise…

Metal-Eyes : Y-a-t-il des thèmes que tu refuses d’aborder ?

Magali : Oui, des choses dans lesquelles je ne crois pas. Qui me feraient sentir mal ou pas fidèle à moi-même. Des choses qui me mettraient mal à l’aise.

 

H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H – H 

SIDILARSEN

Rencontre avec Didou (chant) – Sidilarsen. Propos recueillis au Hellfest, le 17 juin 2016 2016

Metal-Eyes : ça fait quelques temps que Sidilarsen existe. Où se situe aujourd’hui le groupe sur la scène hexagonale ?

Didou : On se considère avant tout comme un groupe de rock. Mais on appartient à la scène metal parce qu’on a toujours eu un héritage metal. C’est difficile de parler de notre musique parce que c’est un métissage d’indus, d’électro, de metal, de rock… On fait partie de la scène metal française aujourd’hui, mais pour nous, le metal, c’est du rock. On aime bien dire qu’on est un groupe de rock français. Mais de rock dur, qui envoie, quoi !.

Metal-Eyes : Par rapport aux autres groupes, vous vous situez où ? Sidilarsen est encore très underground…

Didou : On reste un groupe indépendant. L’année prochaine, ça fera 20 ans qu’on tourne, on en est au 6ème album. On est au sein de la scène française avec No One Is Innocent, Mass Hysteria, Lofofora. Et on a la chance d’avoir un 6ème album, et ça n’a jamais marché autant, d’être signés chez Verycords qui le label de Mass Hysteria, The Arrs, No One, L’Esprit Du Clan… On est bien reconnu sur cette scène aujourd’hui, même s’il y a quelques médias, les « puristes », qui ont du mal, qui bloquent encore un peu parce qu’on n’arrive pas à mettre Sidilarsen dans une catégorie. Les gens aiment bien ranger dans des genres, sous genres et catégorie.

Metal-Eyes : Puisque tu en parles : vous avez été signés par Verycords qui est un label encore assez récent en France, mais qui bénéficie de la force de distribution de Warner. Comment avez-vous négocié ce contrat avec eux ?

Didou : Ca s’est fait naturellement. Pour nos deux premiers albums, on était signés sur des maisons de disques. On a voulu arrêter ce système, reprendre les rennes, car dans la façon de communiquer, de faire de la promo, on avait des idées, une vision, et on avait besoin de mener le bateau. On l’a faitr pendant plusieurs années, le groupe est devenu plus fort, on a beaucoup tourné – on est forts en live, on a un bon tourneur – et du coup on a eu de nouveau besoin de déléguer. On travaillait trop, avec mon frangin, le batteur. On ne peut pas avoir toutes les casquettes sans arrêt, tu t’épuises, et ça peut être au détriment de la musique. On avait besoin de se recentrer sur l’énergie de ce qu’on fait, de notre musique. De là, on démarché Verycords qui a vu le parcours du groupe, qui avait une assise, qui, sur le terrain, a un vrai écho. On a démarché, comme ferait n’importe quel groupe, et ils ont dit OK.

Metal-Eyes : Vous avez sorti, il y a quelques semaines Dancefloor bastards, qui porte très bien son nom d’après moi. Comment le décrirais-tu en comparaison du reste discographie ?

Didou : On aime bien dire, et penser, que c’est un album qui a été fait dans l’urgence. Mais la bonne urgence. C’est-à-dire que pour cet album, on n’a pas pris de recul : on a composé et on est tout de suite rentrés en studio, et on a mixé dans la foulé, alors qu’en général, avec Sidilarsen, on est soigneux, assez perfectionnistes, on aime bien enregistrer, prendre quinze jours de repos, revenir pour le mixage. Là on l’a réalisé avec Plume, qui avait fait Chatterbox, l’album précédent, qui était très léger, avec du gros son bien propre. Pour Dancefloor bastards, on voulait quelque chose de plus organique, sale, un peu plus vivant, rock n roll. Après, la prod reste soignée parce que Plume, c’est un mec qui aime bien rentrer dans les détail. Mais on n’a pas pris de recul : on a enregistré, tour à tour, chant, batterie, guitare, encore du chant, de la basse… On avait une configuration alterné, ce n’était pas le schéma habituel, l’usine. L’idée était de capter l’énergie de l’instant présent. On a beaucoup gardé les premières prises, les imperfections, pour garder cette énergie. Le public qui nous connait bien nous dit souvent que sur album, on ne retrouve pas l’énergie du live. Je pense qu’elle y est, sur Dancefloor bastards. Maintenant, c’est un album, du studio… J’invite quand même les gens à venir nous voir sur scène.

Metal-Eyes : Quels sont les projets immédiats de Sidilarsen en matière de tourné ? Car cet album, il faut le défendre !

Didou : La tournée démarre cet été avec une dizaine de dates en festival, ensuite, à l’automne, il y a une tournée ne France avec une vingtaine de dates, dont une à Paris, au Divan du Monde, et il y aussi une tournée en Russie, c’est la petite nouveauté. Et en 2017, on va continuer. On va bien le défendre cet album, je pense qu’on est parti pour deux ans.

Metal-Eyes : C’est une vraie tournée ou plutôt ce que j’appelle une tournée « des week ends » ?

Didou : A l’automne, c’est compact, il y a de gros enchainements, oui…

Metal-Eyes : C’est ce qui manque selon moi, en France, où beaucoup de groupes ne jouent que les samedis et dimanches…

Didou : Oui, il a beaucoup de groupes qui ménagent boulot et musique, ce qui est très compliqué. Nous, on est intermittents du spectacle, et on a la chance de pouvoir se consacrer quasi à 100% à Sidilarsen, parfois on fait des plans à côté, comme beaucoup, pour pouvoir faire les heures. Je pense qu’en France, il y a un peu moins cette culture, comparé à d’autres pays. Par exemple, en Allemagne, c’est normal d’organiser un concert un lundi ou un mardi, en France, moins. Ça se fait, mais c’est plus difficile de remplir une salle et il y a aussi les enjeux économiques.

Metal-Eyes : Ne faudrait-il pas voir les choses de l’autre côté, et se dire que c’est le public qui trouve « anormal » de sortir un lundi ou un mardi ?

Didou : Oui, bien sûr, mais le programmateur, le tourneur, il raisonne, il fait des équations… Les locations sont chères, il faut payer les musiciens, donc l’équation c’est : un lundi soir est plus compliqué qu’un vendredi soir. Mais ça se fait quand même : on sera à Paris un mardi, le lendemain, on sera à Limoges, ensuite, Toulouse, Lyon…

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’une chanson de Dancefloorbastards qui serait représentative de ce qu’est le groupe aujourd’hui, tu retiendrais laquelle ?

Didou : Dancefloor bastards. Parce que au niveau du texte, elle est plus légère que le reste de l’album, et elle défini bien Sidilarsen : elle dit « on est resté au Sud sous vos sirènes ». A un moment donné, dans la carrière d’un groupe, on peut se demander s’il vaut mieux s’installer à Paris pour gagner du temps, et en fait, on a une qualité de vie à Toulouse qu’on apprécie beaucoup et qui fait partie de notre identité. On a un son spécifique te sur ce titre il y a cette alchimie entre l’électro, le côté dansant, un peu imparable au niveau de l’efficacité. Cette chanson nous défini bien, dans un an, on fête nos 20 ans, un moment clé de la carrière du groupe, et on a eu envie de redéfinir, de réaffirmer ce que l’on est. Les salopards du dancefloor, ça nous défini bien…

Metal-Eyes : Une des influences de Sidilarsen est Rammstein. Tu as pu les voir, hier ?

Didou : Oui, oui, bien sûr ! C’est vraiment du très bon spectacle, ça me fait plaisir de les voir revenir. Il y aura un album l’année prochaine, je ne sais pas. C’est un groupe que je respecte parce que, elles ne sont pas si nombreuses les têtes d’affiches, à tout réinvestir dans le show, la générosité. Parfois, il y a des groupes qui proposent des gros shows, mais des shows un peu m’as-tu-vu, pas assez pensés. Le show industriel. Eux, c’est démesuré, mais c’est un des plus grands groupe metal au monde. Et ils donnent tout. Quand je vois leurs visages sur scène, c’est un travail énorme, et il faut en prendre conscience.

Metal-Eyes : Là-dessus, même si je ne suis pas entièrement pour, les écrans servent vraiment : on voit toutes les mimiques…

Didou : Oui, dans un concert comme hier, les écrans servent énormément…

Metal-Eyes : un dernier mot pour les lecteurs de Metal Eyes ?

Didou : Je vous invite à être curieux de la scène française. Et j’invite les métalleux à ne jamais se recroqueviller : quand j’ai sombré dans le metal, à 16-17 ans, j’ai écouté des choses différentes. J’aime quand les groupes innovent, j’aime quand ils apportent soit quelque chose de très personnel, soit d’innovant. Alors restez curieux et ouverts. Pendant quelques années, le metal s’est recroquevillé et est resté sur ses acquis. Je pense que ça rassure les gens, que les gens ont besoin, dans une période tellement chaotique, avec l’actualité mondiale, la révolution d’internet, le climat qui part en couilles… les gens ont besoin de se rassurer. Et le metal, ça rassure, ça fait du bien, c’est un exutoire, mais il doit aussi se réinventer régulièrement, se mettre en danger. Sans prétention, nous, on a toujours été en marge, et on essaie d’apporter un son particulier. Certains puristes, ça peut les gêner. Alors, j’invite les gens à venir découvrir les groupes en live. Après, vous pourrez juger, mieux que sur album !

SIDILARSEN – Dancefloor bastards

sidilarsen 2016Fusion, France (Verycords, 2016)

C’est sympa, parfois, de découvrir un groupe dont on a entendu parler sans jamais avoir eu l’occasion d’en écouter le travail. Les Toulousains de Sidilarsen font partie de ceux-là et la surprise est d’autant plus appréciable avec Dancefloor bastards, leur nouvel album que je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Ce disque porte parfaitement bien son titre, mélangeant le rock brut, franc et direct à des sonorités plus électro. Mais surtout, au delà d’une musique d’apparence racoleuse, alternant entre « musique de boite de nuit » et rock indé, grunge et hard, les textes sont à mettre en avant. Sidilarsen y parle de la vie, mais également de ses horreurs, la guerre, la violence que l’être « humain » répend à travers la planète. Et ce Méditerranée damnée qui montre du doigt ce navire de mort pour âmes en quête d’un sanctuaire, cette exploitation de la misère de ceux que l’on préfère appeler « migrants » qu’humains en détresse… Spread it, Frapper la terre, Guerres à vendre… sont autant de dénonciations de la bêtise de notre espèce que Dancefloor bastards, Go fast, Sois mon rêve sont des odes à la vie. Entre engagement et amusement, sur des rythmes souvent joyeux et festifs, Sidilarsen nous offre un album particulièrement efficace.