Festival 666: les survivants

Située à 45′ au nord de Bordeaux et à 30′ de St Emilion, entre Cognac et Bordeaux, la petite ville de Cercoux (Charente Maritime, 17) accueille depuis 2018 le festival 666. Comme tous les autres évenements, ce festival s’est vu annulé l’an dernier pour les raisons que l’on connait. Mais il en faudrait plus à Victor, son jeune fondateur (19 ans) pour baisser les bras. Cercoux accueillera donc la troisième édition du festival entre le 20 et le 22 août prochains et il y aura de quoi faire: des têtes d’affiches de haute volée (No One Is Innocent, Mass Hysteria et Phil Campbell) côtoieront une vingtaine d’autres formations, principalement fançaises, et pas des moindres: Loudblast, Sidilarsen, Shâarghot, Smash Hit Control, Psykup… Une affiche riche et variée. Nous avons pu en discuter longuement avec son fondateur, Victor, qui nous dit tout de son bébé en commençant par « on a vraiment hâte de pouvoir organiser cette troisième édition. Même moi, à titre perso, j’ai hâte de pouvoir aller pogoter dans le pit et retrouver les festivaliers. »

Bien sûr, 2020 fut une année noire. Mais plutôt que de proposer un remboursement ou un report de l’affiche initialement prévue, l’organisation « a préféré ajouter une journée supplémentaire. Ainsi, les gens qui ont acheté leur billet pour 2020 entreront gratuitement sur la troisième journée« , et n’ont rien de plus à débourser pour assister à un festival plus long. Une belle initiative qui pourrait plomber le budget du festival? Non, une des fiertés de Victor est d’avoir, dès la seconde année, atteint l’équilibre, sans perte financière.

Mais comment est né le festival? « J’ai créé l’association Festival 666 en septembre 2017 alors que j’avais 15 ans, dans le but de faire notre première édition en 2018. L’idée m’est venue en allant au Hellfest, notamment celui de en 2017. Je me suis demandé comment faisaient les porteurs de projets pour créer un tel évenement. je me suis demandé ce que ça donnerait à Cercoux, bien sûr à plus petite échelle. J’ai contacté la mairie, je leur ai parlé de mon projet de festival metal et ils ont tout de suite été partants. Elle a tout de suite soutenu le projet, nous a accompagné… Notre passion du metal, ça peut faire peur – les clichés… En septembre 2017, je suis allé voir Nico de Tagada Jones, après un concert à Angoulême. Je lui ai proposé d’être la première tête d’affiche de mon premier festival. L’idée lui a plu, aider un petit jeune qui se lance lui pas plu. Il m’a proposé deux autres groupes et on a pu faire notre première édition en 2018. »

L’annulation de 2020 n’a pas pour autant inquiété l’organisation: « quand on a reporté le festival, on avait pas avancé de fonds. En plus, on n’est que des bénévoles, il n’y a pas de salaires à payer. Le réel enjeu, c’est qu’on est en pleine période de pérennisation, de consolidation du festival, et l’enjeu c’est de faire en sorte que les festivaliers se souviennent de nous. »

Et pou cela, rien de tel qu’un peu d’intimité: une jauge à 1.000 personnes par jour, des groupes qui « descendent de scène pour aller au stand de merch et rencontrer les festivalier, signer des autographes, prendre des photos... » alors que la capacité est de 2.500 personnes /jour. La raison? « On se met dans la pire des situations, il y a un variant qui arrive… Si on peut faire plus, tant mieux, autrement, nous serons prêts« .

En tout cas, les têtes d’affiches sont belles: « Mass Hysteria, pour moi, c’était un objectif, dès la première année. Mais , c’était encore un peu tôt. Pour ce qui est de Phil Campbell, en revanche, c’est assez marrant: il s’est abonné à notre compte Instagram et je lui ai écrit pour le remercier parce que j’étais assez honoré. Il m’a répondu qu’il serait prêt à venir jouer à mon festival et demandé de contacter son agent. En fait, c’est lui qui a demandé à venir! C’est très motivant pour la suite. Mon challenge « ultime » c’est de pouvoir un jour accueillir Gojira, mais là, c’est à un autre niveau. »

Quelles sont les relations avec les riverains? « Au début, ils se méfiaient, mais maintenant, tout le monde apprécie et se respecte. On travaille beaucoup avec les commerces locaux, la boulangerie, la superette… et tout le monde y gagne ».  Et quid de l’hébergement? « On propose un bivouac sur un champs, à côté du site. A une minute à pieds... » Avec une plage horaire musicale qui s’étend de 15h à 2h, avec la mer située pas trop loin, des distillerie et caves à visiter, forcément, les relations commerciales peuvent être bonnes.

Il reste des places pour l’édition de 2020, alors à 66,6€, pour quoi se priver d’une fin d’été rock’n’roll? Toutes les infos sont ici : billetterie Festival 666.

Vous ne savez pas comment terminer vos vacances? Maintenant si!

 

WELCOME-X: Vol. 2

France, Fusion (Le Triton, 2021)

Ce sera donc un doublé! Welcome-X, avec son premier album, était parvenu à créer un genre indéfinissable, alliant rock, metal, jazz, prog… dans une fusion musicale envoûtante. Avec ce Vol. 2, le groupe explore les mêmes sentiers mais en allant plus loin. Normal: le groupe, puisqu’on peut désormais parler de groupe, se connait mieux et, conséquence logique, fonctionne mieux ensemble. Déjà que le premier essai était une réussite… Alors, oui, le bassiste fondateur Phil Bussonnet reste le principal compositeur et le chanteur fondateur Sam Kün l’unique auteur, mais chacun des musiciens apporte sa touche. Thomas Coeuriot, le second guitariste, signe le morceau de clôture, le brillant instrumental 32GE (si ce n’est déjà fait, allez découvrir la signification de ce titre dans l’interview publié plus tôt). Le reste met en avant la voix unique et variée de Sam qui, de nouveau, alterne entre douceur et rage, puissance et retenue tout au long de ces titres aussi lourds qu’aériens. Welcome-X nous propose ni plus ni moins un des albums les plus envoûtants, originaux, riches et variés de l’année. Impossible de rester de marbre à l’écoute de cette fusion et de ce mélange de genres, mixture alambiqués, certes, mais dont le flot s’écoule aussi aisément qu’une rivière dans son lit – avec parfois ses remous et rapides, cela va sans dire! Il y a de la majesté dans cet ensemble qu’on espère pouvoir partager bientôt sur scène. Superbe de bout en bout, bravo!

Interview: WELCOME-X

Interview WELCOME-X : entretien avec Sam Kün (chant). Propos recueillis par téléphone le 5 juillet 2021

Photo promo

Metal-Eyes : On s’est rencontrés la première fois au Hard Rock cafe en janvier 2019 pour la sortie du premier album que j’avais qualifié de « barré » (il rit). Qu’avez-vous fait depuis, avant Covid ? Il s’est passé une bonne année entre la sortie du premier album et l’arrivée de la pandémie…

Sam : On avait commencé à le défendre sur scène, on a eu quelques dates, des festivals, mais on a été arrêtés en plein élan par l’arrivée du Covid… On a continué à écrire. Cet album s’appelle Vol. 2 parce qu’il est dans la continuité du premier. En fait, les morceaux étaient déjà pensés, et certains étaient même déjà écrit au moment de la sortie du premier album. La plupart des morceaux étaient composés avant le confinement. Covid free, si tu veux (rires) ! Pas un album de confinement. On a juste eu à aller en studio. Le processus n’a pas été impacté par le Covid.

 

Metal-Eyes : Si on prend un peu d’avance, ça sous-entend que votre prochain album ne s’appellera pas forcément Vol. 3…

Sam (il rit) : Alors, je vais te dire… On a composé plusieurs morceaux dont un qui n’apparait ni sur le Vol. 1 ni sur le Vol.2 et qui est dans la continuité. Donc il apparaitra forcément sur le volume 3…

 

Metal-Eyes : Vous avez 7 titres plus un instrumental. On retrouve la même folie que sur le premier. On ne peut pas parler de fusion, les choses sont assez distinctes, et comme tu l’as dit, c’est dans la continuité du premier album. Qu’avez-vous mis dans ce nouveau disque et comment se distingue-t-il du premier album ?

Sam : Déjà, il y a une personne qui est venu enregistrer cet album, Martin Antiphon (Note de MP : analysez l’étymologie de ce nom – « Contre le son » –  Un merveilleux non-sens, sinon un oxymore, pour quelqu’un chargé de la réalisation sonore et du mixage) qui s’est chargé de la prise de son de tous les instruments, qui a tout mixé, donc c’est une oreille extérieure à nous. Il a mis sa patte sur l’album, et c’est déjà beaucoup. Il y a aussi le fait qu’il y ait un nouveau batteur, Julien Charlet. Après, l’album a été enregistré presque en conditions live – les instruments ont été enregistrés ensemble, moi j’ai enregistré mes voix juste après – on était tous les 5 en studio pendant 6 jours. Voilà les différences par rapport au premier et, en plus, on était tellement contents de pouvoir se retrouver, tous, en studio, que tu sens peut-être une sorte d’explosion…

 

Metal-Eyes : La différence principale c’est donc d’avoir travaillé avec une oreilel extérieure et un nouveau membre ?

Sam : Tout à fait.

 

Metal-Eyes : Il y a la même variété que ce que l’on trouvait sur le premier album sans que ce soit une redite. Il y a quelques moments qui me marquent comme la partie introductive de Thalacyne blues, très courte avec des intonations qui évoquent à la fois AC/DC et du doom, une rage vocale sur Inevitable collapse. Qu’avez-vous voulu mettre dans cet album ?

Sam : Il est construit en trois parties, en fait. Une première partie très rentre dedans avec les deux premiers titres, et cette respiration au milieu avec Everesting light prelude, Sent of Sakura et Everesting light part II, qui sont en fait un même morceau, un peu plus aérien, et une troisième partie plus brut et mélodique, assez années 90 qui se termine par un instrumental.

 

Metal-Eyes : Vous avez aussi, sur les photos promo, développé un look assez terreux…

Sam : Ben écoute… C’est comme ça qu’on est tous les jours (il explose de rire) !

 

Metal-Eyes : Le livret aussi est assez riche, même s’il est petit. Qui en est à l’origine ?

Sam : C’est Paul, Paul Emagalaï. Il avait déjà travaillé avec nous sur le premier album. On a cette pochette un peu sobre… La première était très brute, métal, là le bleu fait penser au lit d’une rivière, il y a des éléments qu’on aime beaucoup, et l’intérieur tu découvres ce qui illustre les morceaux. On a fonctionné de la même manière : il venait nous voir en répète, on lui fournissait les morceaux et il nous a proposé ces croquis. Il a tout fait à la main, avant de numériser et de coloriser.

 

Metal-Eyes : Et ça colle bien à l’esprit visuel que vous développez depuis le début. Puisqu’on parle du visuel, il y a une dédicace au dos du CD « à James ». De qui s’agit-il ?

Sam : Il s’agit de James Mac Gaw qui a été guitariste de Magma pendant très longtemps, avec qui Philippe (Bussonnet, basse) a beaucoup travaillé. C’est un de ses amis d’enfance. James était là depuis les débuts de Welcome-X, il nous a toujours soutenus, est venu nous voir en répète. Il aurait dû participer au deuxième album mais sa maladie a été diagnostiquée et il nous a quittés. C’est un peu un autre membre à part entière de Welcome-X même s’il n’a jamais joué avec nous. Je conseille à tout le monde d’aller écouter James Mac Gaw, que ce soit avec One Shot ou avec Magma, il a toujours été fantastique.

 

Metal-Eyes : Il y a beaucoup de choses sur votre album. Comme tu l’as expliqué, il y a trois parties distinctes. Ces ambiances, vous en parlez entre vous ?

Sam : On n’en parle pas du tout… Philippe s’occupe des compositions, je m’occupe des paroles et chacun apporte sa patte ensuite, mais il y a un ressenti naturel qui se fait sur scène. S’il y a quelque chose qui ne passe pas, on mettra le morceau à la trappe. Philippe connait par cœur le jeu de guitare de Joe et de Tom, donc il leur propose des parties de guitare qui leur correspondent. On se connait tellement par cœur, on aime tellement jouer ensemble que les choses viennent naturellement. C’est du ressenti.

 

Metal-Eyes : Est-ce qu’on peut considérer, comme nous en avions parlé pour le premier album, que ça se fait dans un esprit de jam continuelle ?

Sam : Oui, d’une certaine façon, mais… Il y a le côté improvisation sans improvisation. Bizarrement, c’est étrange, mais tout est écrit… C’est un peu paradoxal d’avoir ce côté ressenti de liberté et d’improvisation, mais c’est aussi comme ça qu’a été conçu le groupe. On s’est connus en jammant. Joe, le guitariste, est un bluesman, c’est ancré, c’est en lui…

 

Metal-Eyes : Un chose que j’ai remarquée : sur le premier album, pas un titre ne durait moins de 6’. Là, la moitié des morceaux n’atteint pas les 5’. Vous avez voulu le pied ? Il y a ce temps calme au milieu avec des titres de 3’ environ…

Sam : En fait, comme je te le disais, ces trois morceaux n’en font qu’un, que nous avons découpé sur l’album pour une question pratique. Mais sur scène, tu retrouveras Sent of Sakura et Everesting part II en un seul et même morceau.

 

Metal-Eyes : Finalement, il ne reste que 5 titres plus un instrumental…

Sam (il rit) : voilà ! Un instrumental qui a été composé par Tom (Thomas Coeuriot), qui est notre titre d’intro sur scène.

 

Metal-Eyes : Parlons en un peu : cet instrumental, 32GE, est très sabbathien, très doom, je trouev (il confirme). Il y a cette lourdeur indéniable qui correspond aussi à votre esprit. Mais 32GE, c’est quoi ?

Sam : Ah ! Alors, c’est comme ça qu’il l’a appelé au départ, ce qui était provisoire, mais c’est resté comme ça. 32GE, c’est le symbole chimique du germanium, qui est un composant qu’on retrouve dans les pédales de fuzz, pédales qu’on retrouve et qui a servi à faire ce morceau-là. On a décidé de garder ce titre parce qu’on voulait avoir cette résonnance de guitare, avec ce riff qu’on entend au départ et qu’on retrouve à la fin. Pour nous, c’est quelque chose de très organique, donc on a gardé ce côté « élément ».

 

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un seul titre de ce Vol 2 pour expliquer ce qu’est Welcome-X aujourd’hui à quelqu’un qui ne vous connait pas, ce serait lequel ?

Sam : Ah, c’est difficile… Pour quelqu’un qui ne nous connait pas ? Je dirais Thylacine blues parce que c’est sans doute celui dans lequel tu retrouves tous les éléments, ou alors ça pourrait être…

 

Metal-Eyes : Non, non, un seul, Sam ! Ne jouez pas l’enfant, un seul titre !

Sam (il se marre) : Ok, je ne joue pas … Ce sera Thylacine blues, alors.

 

Metal-Eyes : Ce n’est sans doute pas pour rien qu’il est placé en début d’album… Une dernière chose : quelle pourrait être la devise de Welcome-X aujourd’hui ?

Sam : Notre devise ? C’est toujours « bienvenue dans l’inconnu, bienvenu à tout le monde ». On ne se met pas de barrière, alors ne vous en mettez pas non plus, soyez curieux, entrez et écoutez. Ce n’est pas du jazz, du rock, ce n’est pas avant-gardiste, c’est ouvert à tout le monde. On n’a pas de route prédéfinie, on prend celle qu’on veut, alors, faites la même chose.

Interview: DEAD TREE SEEDS

Interview DEAD TREE SEEDS : entretien avec Alex (batterie) et Aurélien (guitare). Propos recueillis par téléphone le 24 juin 2021

Ils sont Français, ils aiment le thrash et ils viennent de sortir leur second album, le remarquable Push the button. Il est désormais temps de faire plus ample connaissance avec ces furieux au metal rageur et plus que prometteur.

Photo promo

Metal-Eyes : D’après ce que je sais, Dead Tree Seeds a été fondé sur les bases de Triakhantos. Quand le groupe a-t-il été formé exactement ?

Alex : Dead Tree Seeds existe depuis fin 2009/début 2010. J’avais en effet une autre formation de Thrash qui a splitté, Triakhantos. Il y avait un guitariste, Nico, qui est resté et les autres ont dit qu’ils arrêtaient. Le triacanthos, c’est un arbre févier d’Amérique. Nico a dit « Nous, on est les graines de l’arbre mort », voilà comment est venu le nom du groupe.

 

Metal-Eyes : Voilà donc les origines du nom… Les graines d’un arbre mort ne servent pas à grand-chose même si on peut encore espérer y trouver un peu de vie… Vous avez sorti un premier album en 2013, Seeds of thrash, et ensuite il y a eu pas mal de changements de line-up.

Alex : Voilà, comme pour pas mal de groupes, en fait. Il n’y a pas de tensions, c’est juste la vie qui l’a voulu, des obligations personnelles pour les uns, professionnelles pour d’autres, mais, là, on a trouvé une stabilité.

 

Metal-Eyes : Aurélien est arrivé à la guitare en 2014 (il confirme), Francesco, le chanteur, en 2018, François à la guitare en 2019 et Sidi à la basse est arrivé… je ne sais pas quand…

Aurélien : Il est arrivé en 2015, quelques mois après moi.

 

Metal-Eyes : Donc ce line-up est stable depuis 2019. Espérons qu’il le reste !

Alex : Ecoute, ce qui intéressant, je me dis qu’il a déjà passé le Covid, c’est déjà une bonne chose ! Il y a des groupes qui ont splitté à cause de ça…

 

Metal-Eyes : Vous venez de sortir Push the button, votre second album. Quel a été, justement, m’impact du Covid sur sa préparation, son enregistrement ?

Aurélien : L’album est fini depuis 2017, en fait. Il était enregistré, prêt… Il ne manquait que le chant, mais on voulait aller de l’avant. Comme tout était composé, on a décidé d’enregistrer fin 2017 : guitares, basse et batterie, et le temps de trouver un chanteur – Francesco est arrivé fin 2018 – il a enregistré le chant à l’été 2019 et le temps de faire le mixage et le reste, le Covid est arrivé. Mais ça n’a pas impacté l’enregistrement.

 

Metal-Eyes : Ca n’a donc que retardé la sortie de l’album ?

Alex : Oui, notre label, Music-Records, nous a fait repousser la sortie de quelques mois, et c’était finalement une bonne chose. Il y beaucoup de sorties en ce moment, donc, quelque part, ça ne change pas grand choses, la date de sortie. Ce qui fait la différence, c’est la promotion avec Replica promotion.

 

Metal-Eyes : Moi qui ne vous connais pas du tout, comment décririez-vous votre musique ? Que pourriez-vous me dire pour me séduire et me pousser à écouter ce que vous faites ?

Aurélien : C’est un mélange de pas mal de groupes… On est tous fans de thrash des années 80, celui de la Bay Area – Testament, Slayer, Metallica, Exodus et tous ces trucs-là… Oui, du thrash old school avec une production actuelle. Clairement, si tu aimes le thrash, c’est fait pour toi.

Alex : Moi, pour te séduire, je te dirais que je t’aime beaucoup mais que si tu es fan de ces groupes, alors tu écoutes Dead Tree Seeds et c’est le carton.

 

Metal-Eyes : Sur ce second album, toutes ces références sont évidentes : les rythmiques de plomb à la Slayer, ce chant enragé à la Exodus, cependant, je note quelques approches plus modernes notamment avec un chant qui s’approche parfois du death.

Aurélien : Totalement… Frank Vortex, notre chanteur, module pas mal sa voix, il y met quelques growls et ça apporte une touche différente.

Alex : Et ce n’est pas voulu, on propose les morceaux comme ça vient, au feeling.

 

Metal-Eyes : J’ai l’impression que les thèmes principaux que vous abordez sont liés aux monstres, à l’heroic fantasy, à la mythologie…

Alex : C’est le chanteur qui s’occupe des paroles. C’est vrai que Fangs of the white wolves est assez fantasy, après il y a des choses un peu plus engagées, comme Push the button qui dénonce la politique. Il y a plusieurs choses, mais on reste dans la veine thrash metal, politique, sociétal…

Aurélien : Enemies of Rome est aussi politique, ça parle de tout ce qui est oppression, entraves à la liberté.

 

Metal-Eyes : Parlons justement un peu de la pochette : on y voit un personnage assez trumpiste dominé par une sorte de Vic Rattlehead, ainsi que des enfants qui portent tous un masque à gaz. On est en plein dans notre époque…

Alex : Ouais, on avait vu arriver le truc, on est des précurseurs (rires) ! On n’a pas fait exprès…

Aurélien : En fait, c’est notre chanteur qui a vu un discours de Trump qui disait « si j’appuie sur un bouton, je détruis tout », ce qui a inspiré directement le morceau. Du coup, on a choisi ce thème pour titre de l’album et pour l’illustrer. En effet, il y a cet homme qui ressemble à Trump qui contrôle le bouton nucléaire et derrière, la représentation de tous les lobbies, ceux de la finance, du gouvernement… et ça abouti à cette guerre nucléaire, ce décor apocalyptique, radioactif…

 

Metal-Eyes : Alex, comment analyses-tu l’évolution du groupe entre les deux albums ? Le line-up a complètement changé…

Alex : Oui, du premier il ne reste plus que moi. Du coup, l’évolution était obligatoire parce que les morceaux étaient composés par d’autres personnes. Et ça se ressent… Je dirai que Push the button il y a plus de maturité, les morceaux sont plus approfondis et surtout plus techniques. Mais il y a toujours le côté thrash qui est présent.

 

Metal-Eyes : Si l’un et l’autre vous ne deviez retenir qu’un seul titre de Push the button pour expliquer ce qu’est Dead Tree Seeds, ce serait lequel et pour quelle raison ?

Alex : Oh là, dur comme question ! Je pense que Push the button est celui qui nous représente le mieux, en fait.

 

Metal-Eyes : Il le résume de quelle manière ?

Alex : En termes de puissance, de speed, de groove, de parties lentes…

Aurélien : en matière de solos, aussi… Il y a tout dans ce morceau, il représente bien ce que l’on fait.

 

Metal-Eyes : L’album débute avec une intro hispanisante avant de rentrer dans le vif du sujet : thrash, thrash, thrash. Vous envisagez de vous calmer à un moment, de proposer quelque chose de plus soft ?

Aurélien : Non, c’est juste que, quand j’ai composé ce morceau hispanisant, je n’ai gardé que l’intro. J’aime bien les groupes qui proposent une intro instrumentale pour un album. Je trouve ça sympa, le côté « guitare acoustique », ça me fait penser au Battery de Metallica. Je trouve ça sympa en ouverture d’un album, un petit instrumental.

Alex : Quand on compose, on ne calcule pas, on fait comme ça vient, au feeling du moment. Le troisième album qui est entièrement composé, il y a une intro aussi. On ne cherche pas à savoir si on va se calmer ou pas, on le fait vraiment au feeling.

Aurélien : Il y a l’interlude au milieu, aussi, mais c’est pas tout à fait pareil. C’est juste pour avoir une petite pause au milieu de l’album.

 

Metal-Eyes : Un groupe comme le vôtre, j’imagine que c’est aussi taillé pour la scène. Maintenant que la situation semble s’améliorer, les concerts vont-ils reprendre ?

Aurélien : On n’a rien de concret pour le moment, on ne nous a rien proposé. Il y a des dates de 2020 qui ont été annulées et qui vont certainement être reportées, mais pour le moment, rien… Je pense que les gens attendent que l’été passe pour évaluer la situation sanitaire.

Alex : On espère aussi qu’avec la promotion qu’on fait aujourd’hui ça va attirer des gens… Il est efficace Roger !

 

Metal-Eyes : Non, non, il fait n’importe quoi !

Alex : Oui, oui, j’ai remarqué, c’est mal organisé (rires) ! On a commencé à 9h, on était sur place, première interview à 10h et depuis on n’arrête pas…

Aurélien : On a à peine eu le temps d’aller manger (rires) !

 

Metal-Eyes : Vous proposez votre album en différentes versions et différentes packages. Par quel biais je dois passer si je veux un album dédicacé ?

Alex : Tu peux le commander directement sur Music-Records, mais si tu le veux dédicacé, le mieux, c’est de passer par la page Facebook du groupe (https://www.facebook.com/DeadTreeSeedsThrash), là on a même en stock des photos dédicacées.

 

Metal-Eyes : Quelle pourrait être la devise de Dead Tree Seeds ?

Alex (sans hésiter) : Ah, ben on en a une, c’est Thrash ‘til death

 

Metal-Eyes : Oh, facile, ça a déjà été fait, mais bon, je l’accepte ! Vous avez quelque chose à ajouter avant de nous quitter ?

Alex : Oui, on a un Ep qui sortira le 11 février 2022 avec 3 titres du premier album entièrement refaits, plus un nouveau titre qu’on ne trouvera nulle part ailleurs.

Aurélien :

 

Metal-Eyes : Vous avez un troisième album qui est prêt et un Ep qui va sortir en février. L’album est prévu pour quand ?

Aurélien : Le troisième album ? Les morceaux sont composés mais il faut qu’on bosse dessus. D’abord la sortie de l’Ep, ensuite… chaque chose en son temps

Alex : Et ça va dépendre de plusieurs facteurs : est-ce qu’on sera sur le même label, ça dépendra aussi des finances pour l’enregistrement, de plein de choses en fait.

 

Metal-Eyes : Donc ce sera l’objet d’une prochaine interview !

Alex : Ben voilà, merveilleux !

LAST ADDICTION: Inner abyss

France, Metal (M&O, 2021)

Depuis 2016, les Français de Last Addiction rôdent leur metal rugueux et chantant à travers la France. Ayant débuté à 4 (Dylan Fournet au chant, Gaël Augier à la guitare, Will Guinet (basse) et Thomas Chaverondier (batterie), le quatuor est coaché et décroche ainsi quelques premières parties sympathiques (Audrey Horne, parmi d’autres), produit un premier Ep en 2019 avant d’étoffer son son avec l’intégration au mois de septembre de l’année suivante (bon, si tu n’as pas suivi, l’an dernier, donc 2020…) d’un second guitariste en la personne de Vincent Delphin. Le quintette s’attelle à la réalisation de son premier album, Inner abyss, paru au mois d’avril. Démarrant avec des guitares claires, The skin on my bones introduit rapidement les différents éléments qui caractérisent Last Addiction: des rythmes entraînants, un chant qui alterne entre power metal, black et death, une batterie rapide… Plutôt que d’hésiter entre heavy traditionnel, metal moderne et extrême, le groupe a fait le choix, judicieux, d’intégrer l’ensemble de ses influences dans chacun de ses titres. Mais, voilà, il manque un petit quelque chose pour que Last Addiction m’entraîne totalement dans son univers sonore: peut-être le chant clair est-il trop… « pop », peut-être les riffs, aussi agréables puissent-ils être, manquent-ils de prise de risque, se faisant ainsi trop conventionnels? L’ensemble est bien fait, les textes creusent et explorent diverses théories et Last Addiction cherche à se démarquer grâce à des influences qui s’étalent des années 80 à nos jours. Un large panel qui rend ce premier album agréable sans pour autant lui permettre de se démarquer entièrement. Un essai à confirmer et sans doute une formation à suivre.

Interview: HEVIUS

Interview HEVIUS : entretien avec Julien Ferrier (chant, guitare). Propos recueillis par Skype le 22 juin 2021

Photo promo

Metal-Eyes : Hevius a été formé en 1995 en région parisienne, vous avez sorti un premier album, Derrière la lumière, en 2005, et l’an dernier, en 2020, vous avez publié Millénaire.

Julien : Exactement.

 

Metal-Eyes : C’est quoi, le groupe exactement ?

Julien (il rit): Ah, merde, on m’avait jamais posé cette question… Attends, je ne suis pas prêt (rires) ! C’est quoi l’histoire ? L’histoire c’est celle d’un groupe qui a commencé au lycée, comme beaucoup de groupes, et qui ne s’est jamais arrêté. Au final, en 15/20 ans, les gens viennent, partent, on grandi tous. Surtout, on a eu plusieurs époques, parce qu’au début, on ne faisait pas de metal, on faisait des reprises punk, The Offspring…

 

Metal-Eyes : Ouais, punk US…

Julien : Oui, punk californien. Très vite, on est passé à autre chose, on a fait des reprises metal mais à un moment, on s’est dit : des reprises, c’est sympa, mais là, il va falloir autre chose ». A partir du moment où on a composé notre premier titre, on n’a plus fait de reprises. Et en 2005, on avait un line up plutôt stable, on a sorti Derrière la lumière qu’on a complètement autoproduit – ça s’entend quand tu l’écoutes… Ça s’entend d’autant plus qu’à l’époque, c’est le chanteur qui s’est chargé du mixage, et il n’avait pas la moindre notion du mixage (rires). On a tout appris sur le tas, on a tout fait nous-mêmes, pareil pour la pochette. La seule chose qu’on n’ait pas fait nous-mêmes, c’est le pressage, mais là, ça ne dépendait pas de nous ! Après 2005, les choses ont un peu bougé : le chanteur est parti, le clavier aussi et là on s’est dits que ça allait être un peu compliqué de trouver quelqu’un. Finalement ça s’est faits, le guitariste aussi et, ce qu’il se passe au final, quand tu changes de personnel, c’est que les goûts ne sont pas forcément les mêmes. Il y a des morceaux qu’on a laissé tomber, d’autres qu’on a ajoutés, Olivier (Olivier Louis-Servais), avec sa façon de jouer de la guitare a aussi un peu changé la donne… Flo (Florian Altairac) avec ses claviers, pareil… Donc on a tout refait. Et l’album Millénaire, même s’il est sorti en 2020, on a mis du temps à le faire.

 

Metal-Eyes : On va en reparler. Le line-up actuel date de quand ?

Julien : Oh, punaise, moi et les dates… J’ai envie de te dire 2013, le dernier arrivé étant Hugo à la basse, Olivier est arrivé avant lui à la guitare… Je l’ai recruté à la source : vendeur de guitares (rires) !

 

Metal-Eyes : Entre les deux albums, l’un autoproduit, l’autre… un peu autoproduit aussi, il y a eu pas mal de mouvements de personnel. C’est dû à quoi tous ces changements ? Obligations familiales, boulot, le manque de visibilité sur l’environnement de la musique ?

Julien : Non, ça, ça n’a jamais été un problème parce qu’on n’a jamais eu comme objectif de défoncer le marché. Avant tout, c’est le plaisir de jouer. En 2005/2008, chacun devait s’affirmer dans sa vie professionnelle ou familiale et c’est comme ça que David, le chanteur, qui est parti – aussi pour des raisons musicales, ce qu’on faisait lui plaisait un peu moins. Fabio, c’était pour d’autres raisons parce qu’il commençait à avoir beaucoup de groupes, beaucoup de choses et il avait besoin de temps pour sa vie professionnelle. On était dans une période où chacun avait besoin de se stabiliser un peu. Du coup, l’avantage, c’est que les gens qu’on a trouvé étaient déjà stabilisés. Le bassiste est parti parce qu’il a déménagé et il habitait un peu trop loin, donc il a préféré arrêter.

 

Metal-Eyes : Tu parles de plaisir, c’est ce que j’ai écrit dans la chro de l’album. Vous cherchez quoi dans la musique ? Seulement du plaisir ou un peu plus ? Parce qu’avec un album tous les 15 ans…

Julien : Ouais, ça fait beaucoup, hein (rires) ! On est déjà sur la composition du prochain, un peu différent. L’objectif, c’est de faire un nouvel album plus rapidement que ça, quand même !

 

Metal-Eyes : Objectif 2034 ?

Julien : 33 (il rit). Non, je ne donne pas de date, on risque de me la ressortir après, ça la fout mal ! Notre objectif c’est de jouer… Ce qui est très frustrant, parce que cet album, on n’a pas pu le défendre sur scène. Il est sorti en plein confinement… On est vraiment un groupe de scène, et ça ne s’est pas fait. Nous faire connaitre partout dans le monde, pourquoi pas ? Mais, déjà, en chantant en français, on se ferme quelques portes. Un peu de frilosité ? Je ne sais pas, mais c’est limité.

 

Metal-Eyes : On peut, comme ADX et d’autres groupes français l’ont fait, vous dire d’aller vous faire voir chez les Grecs (il rit). Ils aiment bien le metal chanté en français…

Julien : Oui, pourquoi pas…

 

Metal-Eyes : Votre actualité, un an après la sortie de Millénaire, c’est une nouvelle vidéo, Hevius et versa, une reprise…

Julien : On a un tout petit peu plus d’actualité en ce moment avec ce clip vidéo. C’était un peu pour fêter l’anniversaire de l’album, un peu en retard. On a commencé le clip à la date anniversaire ! C’est un des morceaux bonus de l’album qui est une reprise de Vice et versa des Inconnus. Ce morceau, il a juste été taillé pour le metal, tu peux te demander pourquoi, à la base, il n’a pas été fait en version heavy metal… C’est un morceau qui est pile poil dans notre cœur de cible : les gens qui ont apprécié les années 90 et qui apprécient ce que l’on fait. Ce morceau, dans notre tranche d’âge, tout le monde le connait, et c’est un gros délire de le reprendre. Au début, on voulait un clip un peu différent, on voulait plus se rapprocher du clip d’origine pour faire un gros clin d’œil, mais on ne pouvait pas sortir. Donc, on a acheté un fond vert et on a essayé de faire la même chose…

 

Metal-Eyes : Tu parles des années 90, mais vous êtes très influencés aussi par les années 80… Quand j’écoute vos albums, j’entends beaucoup de Maiden, de Priest. du power metal à la Helloween aussi, mais beaucoup des 80’s. Vos influences, c’est quoi ?

Julien : Je ne fais pas la différence entre les années 80 et 90…

 

Metal-Eyes : Tu devrais pourtant, il y a eu Nirvana et toute la vague grunge…

Julien : Clairement, quand tu parles des influences Maiden, c’est évident, les plans à deux guitares et ces trucs-là. On ne le renie pas, c’est des choses qu’on adore et on nous le dit souvent. Ça nous fait juste plaisir… J’adore aussi des groupes comme Beast In Black ou Battle Beast… Bon, c’est la même chose, deux groupes en un, mais c’est un son moderne totalement issu des années 80. On est aussi influencés par les groupes du début des années 2000, Sonata Arctica, Stratovarius – même si ça remonte un peu plus…On reste dans le power metal, à fond.

 

Metal-Eyes : Si tu devais décrire votre musique pour votre auditoire qui ne vous connait pas encore, tu dirais quoi ?

Julien : Quand on a sorti Derrière la lumière, on nous a dit « les mecs, vous faites pas du metal »… Ben, quand même, si un peu… On avait trouvé un terme pour ça, à l’époque : on fait du metal assez mélodique, pas trop bourrin, et on avait appelé ça du « gate metal », la porte vers le metal

 

Metal-Eyes : J’ai cru que tu avais dit « gay metal » ! En même temps, pourquoi pas, ça peu être très bien aussi !

Julien (rires) : On vend des tapettes à mouche ! Merde, j’en ai pas là, mais on en vend ! Comment on pourrait le définir aujourd’hui ? Heavy power metal avec du chant en français. Le chant en français a une particularité qui ne laisse pas indifférent en général, parce qu’on écoute le texte, plus qu’en anglais, donc là, on ne peut pas déconner, on ne peut pas faire semblant sinon, très vite, tu deviens ridicule, ou tu n’assumes pas ce que tu fais. J’attache énormément d’importance aux textes.

 

Metal-Eyes : Tu dis « on écoute beaucoup le texte » et que tu y attaches « énormément d’importance ». Vous traitez de quoi dans vos chansons ?

Julien : Alors, clairement, je ne fais pas du texte à message, je reste dans le metal… Le premier album était plutôt onirique, le rêve… Millénaire a des textes qui peuvent paraître un peu plus guerriers, mais au final…

 

Metal-Eyes : Manowar ?

Julien : Alors… on n’en est pas encore aux dragons ou aux guerriers, et je n’y tiens pas spécialement, pour tout te dire. C’est le genre de choses que j’évite d’aborder, on tombe vite dans le kitch et je ne sais pas si j’assumerai. Il faudrait essayer mais on verra. On nous a dit une fois que nos textes sont super sombres, ils parlent de la guerre, de la mort. Mais si tu lis les textes jusqu’au bout, tu verras que c’est toujours teinté d’espoir. J’aime beaucoup travailler sur les contrastes : le bien/le mal, la lumière/les ténèbres… Ça peut paraître un peu bateau mais j’essaie de le faire avec un maximum d’imagerie pour que ça reste sympa à lire ou à écouter.

 

Metal-Eyes : « Imagerie », alors parlons un instant de la pochette de l’album : on voit un oiseau selon moi percé de deux flèches, un oiseau qui pourrait évoquer l’image d’un phénix. Le phénix est un oiseau qui renaît de ses cendres, Hevius a sorti son premier album il y a plus de quinze ans, quinze ans entre ses deux albums… Est-ce un signe disant que vous renaissez de vos cendres ?

Julien : Oui et non. Oui, parce que on ne peut pas nier le fait qu’on a mis du temps avant de sortir ce second album. Tu auras remarqué le nom de l’album qui évoque le fait qu’on ait mis autant de temps. Quand on a pensé au nom de l’album, on s’est dit qu’avec un titre comme Millénaire, on allait se faire tailler, mais on a décidé de jouer dessus. Le phénix n’est pas arrivé tout de suite, ce n’était pas l’idée première. Je pense qu’on a fait les choses à l’envers : on s’est demandés comment on allait appeler cet album, on a pensé que le morceau Millénaire est un bon morceau et on l’a retenu comme titre. Et comme ce morceau parle d’un phénix, l’idée est née comme ça. Finalement, ça boucle bien la boucle avec le fait que le groupe a beaucoup évolué et qu’on ait mis du temps à le faire, cet album.

 

Metal-Eyes : « Bouclé la boucle » ne signifie pas que ce soit la fin du groupe… Ce serait dommage de faire une interview si c’est la fin…

Julien : Non, non (rires)

 

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un titre de Millénaire qui vous représente aujourd’hui, un titre que tu me ferais écouter en me disant « voilà, c’est ça, ce que nous sommes », ce serait lequel ?

Julien : Pas forcément mon préféré, alors… Attend, il faut que je regarde quels morceaux il y a sur cet album (note : je présente l’album à la caméra pour qu’il puisse se souvenir des titres) La vache, c’est dur d’en choisir un…

 

Metal-Eyes : uU titre, pas deux… Un titre que tu ferais écouter à mon épouse qui est juste à côté (note : on entend un gros « non ! je ne suis pas à côté ! »)

Julien : Sympa la réaction (rire général) ! Je dirai Millénaire parce que c’est un titre qui envoi et il y a une partie au milieu un peu Happy metal, et ça représente bien Hevius.

 

Metal-Eyes : Ca veut dire que les autres, ils n’envoient pas ?

Julien : Oh, lui ! J’ai dit que celui-là, non seulement il envoie, mais comme les autres…

 

Metal-Eyes : Tu n’as pas dit « non seulement »… Si tu devais penser à une devise pour Hevius, ce serait quoi ?

Julien : Il y a une phrase qui revient souvent en répète, parce qu’on passe peu de temps à répéter en répète, on dit beaucoup de bêtises…

 

Metal-Eyes : C’est peut être pour ça, la production du premier album…

Julien : C’est possible (rires). En général, quand il y en a un qui dit une connerie, on dit « c’est nul, j’adore ! » Et cette phrase, elle pourrait être celle qui nous représente.

 

Metal-Eyes : Donc je peux le dire au sujet de votre album: C’est nul, j’adore! Tu parlais tout à l’heure du fait de penser à votre prochain album. Il va ressembler à quoi ? Vous évoluez vers d’autres choses ?

Julien : On a déjà composé deux morceaux, et le leitmotiv, c’est de rester dans le style tout en proposant quelque chose de différent. A chaque moment du morceau, on se demande si c’est quelque chose qu’on a déjà fait. On essaie de proposer des morceaux de rupture ou de vraies ruptures dans les morceaux pour éviter de proposer un Millénaire bis.

 

Metal-Eyes : Une dernière chose : on se retrouve pour une prochaine interview… dans 14 ans ?

Julien (rires) : Ah, la provoc’, je ne suis pas habitué, moi !

 

Metal-Eyes : Demande à ton agent de t’organiser plus d’interviews ! As-tu quelque chose à rajouter pour conclure ?

Julien : Si les gens peuvent acheter directement l’album physique…

 

Metal-Eyes : Directement chez-vous, via Season of Mist ?

Julien : Oh… à partir du moment où ils l’ont dans les mains, moi, ça me va ! Reprenons : achetez l’album physique, on y a mis tellement de cœur ! Et le livret, il y a quelques surprises, ce serait dommage de passer à côté !

 

Metal-Eyes : Ça provoque une autre question : vous y avez « mis tellement de cœur »… mais y avez-vous mis de couilles ?

Julien : Euh, littéralement ou ???

 

Metal-Eyes : Y en a qui ont essayé…

Julien : Je crois qu’on y a mis une ou deux choses que je n’ai jamais vues dans un autre livret.

 

PARPAING PAPIER: Croire au printemps

France, Rock/Punk/Metal (Autoproduction, 2021)

Ils sont de retours nos Frenchies frapadingues de Parpaing Papier! De retour avec un album complet, le très bien nommé Croire au printemps, qui débarque le 18 juin. « Très bien nommé » parce que 1/ le mois de mai a été si pourri qu’on espère vraiment que le beau temps va revenir et 2/ parce que la vie elle même, paralysée par la crise sanitaire, à besoin de retrouver un printemps, un nouvelle jeunesse. Sont-ce là les préoccupations premières de PP/PP? Certes non! Nous avions eu droit à une belle carte de visite avec l’Ep Tester des casques et les gars continuent dans cette veine d’un rock furieusement entraînant aux textes d’un humour fin et recherché. Rien ne peut ici laisser indifférents, le sourire pointe à chaque riff et chaque parole. Démarrant avec le morbide imparable et impayable de Entrée plat décès que ne renierait certainement pas Hannibal L. Parpaing Papier donne le ton. Son mélange de rock, de punk et de metal fait mouche. Et derrière un fun apparent se cache un sérieux sans pareil. Oui, il semble aisé d’écrire des « débilités » comme Acheter un œil, Dans ma fusée (clin d’œil – justement ^_^ – à Thomas Pesquet?), Cadeau de cowboy, ou après les casques, ce sont maintenant le vestes que le quatuor veut tester, mais il y a beaucoup plus que ça. « Metal marrant »? A rapprocher d’Ultra Vomit ou des Princesses Leya? Non, même si PP/PP ne dénoterait nullement sur une affiche avec ces deux groupes. Fun, sérieux et efficace en diable, ce Croire au printemps est une vraie bouffée d’air frais et de bonne humeur dans le paysage actuel.

Interview: PRIMAL AGE

Interview PRIMAL AGE : entretien avec Benoit (guitare). Propos recueillis par téléphone le 7 juin 2021

Metal-Eyes : Benoit, Primal Age, en 2021, c’est quoi ?

Benoit : Déjà, en 2021, Primal Age c’est un groupe qui est toujours là, qui n’a pas succombé à la pandémie. C’est la sortie d’un nouvel album. C’est surtout les précurseurs du metal hardcore en France, un groupe qui a apporté le mix entre ces deux genres…

 

Metal-Eyes : Mais ça c’était hier. Tu viens de le dire, votre nouvel album sort ce mois-ci. Il s’appelle Masked enemy, ce qui se traduit par Ennemi masqué. Il sort un an après le début de la pandémie. Question quelque peu évidente : s’agit-il d’un hasard, d’une coïncidence une y a-t-il une volonté de votre part de l’intituler ainsi ?

Benoit : C’est un pur hasard… Il faut savoir que la composition a démarré il y a 3 ou 4 ans, que les textes et les titres ont été trouvé en amont. On nous le dit à chaque fois, mais, non, c’est un pur hasard…

 

Metal-Eyes : En même temps, vous parlez d’un ennemi masqué alors qu’aujourd’hui, c’est nous qui sommes masqués… Quels thèmes abordez-vous sur cet album ?

Benoit : Comme depuis les débuts du groupe : on aborde les thèmes de l’écologie, de la cause animale, de la politique, tout ce dont on a pu parler sur les albums précédents, on reste sur ces thèmes.

 

Metal-Eyes : Vous abordez également le thème du végétarisme (il confirme), ce qui est assez contradictoire avec le nom du groupe qui signifie « âge primaire ». Nos ancêtres étaient assez peu végétariens ou végétariens…

Benoit (il rit) : C’est sûr… Il y a 3 végé/végan dans le groupe, ce n’est pas moi qui pourrait le mieux t’en parler…

 

Metal-Eyes : Alors tu leur diras que le nom n’est pas cohérent par rapport à l’histoire du groupe. Tu es arrivé en 2015 avec Flo, le batteur. Tu as enregistré A silent wound et The light to purify avant celui-ci.

Benoit : Exact. Sur A silent wound, c’est Sylvain des Seekers of the truth, un ami de longue date, qui nous a dépannés sur la tournée japonaise – il a pris la place de Yohann à la guitare sur la tournée japonaise et m’a remplacé sur la tournée brésilienne.

 

Metal-Eyes : Comment me vendrais-tu Masked ennemy ?

Benoit : Je pourrais te dire que c’est un bon mix de tous les genre metal edge hard core à l’ancienne, qu’on a pu retravailler pour le moderniser, avec un bon gros son de Guillaume Doussaud au mixage et Alan Douches au mastering. On a beaucoup de retours médias positif et on attend avec impatience les retours des personnes qui ont précommandé l’album. Pour nous, c’est certainement le meilleur album produit par Primal Age ?

 

Metal-Eyes : Le meilleur album, de quel point de vue ? Compositions, production, efficacité… ?

Benoit : A tout point de vue !

 

Metal-Eyes : OK, on va faire simple, alors…

Benoit : On va faire simple et efficace ! Il y unanimité là-dessus.

 

Metal-Eyes : Comment analyserais-tu l’évolution de Primal Age entre The light to purify et Maked enemy, toi qui a justement participé aux deux ?

Benoit : Beaucoup de modernité due aux nouvelles technologies qui ont pu arriver, dans mon cas, en ce qui concerne les amplis de guitare, mais aussi dans les micros, les techniques d’enregistrement… On s’est un peu servis de tous ce qu’on aime en matière d’effets par exemple. Je pense que notre arrivée, à Flo et moi, ça a aussi apporté un coup de « refresh » aux composition. Mais le groupe continue avec la même rage.

 

Metal-Eyes : Si tu devais ne retenir qu’un seul titre de ce nouvel album pour expliquer ce qu’est le groupe aujourd’hui, ce serait lequel ?

Benoit : Euh… Je vais te dire I warn you, mon titre préféré. Pour le côté bien pêchu de certains riffs, mais aussi pour le côté très technique de certains sons. Il y a aussi le côté un peu punk, c’est un peu un mix de plusieurs genres, mais que du meilleur.

 

Metal-Eyes : ça veut dire que les autres sont moins bons.

Benoit : Ah, non ! Non, ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit (rire) ! Je vais me faire taper sur les doigts après ! C’est sur ce titre-là, qu’on répète toujours en studio, que j’ai vraiment envie de sortir de mes gonds !

 

Metal-Eyes : Ça fait 6 ans que tu es dans ce groupe qui s’est formé en 1993. Comment décrirais-tu la musique de Primal Age à quelqu’un qui ne vous connait pas ?

Benoit : Je dirais que c’est avant tout une musique de passionnés, une musique qui transmet… Je compare ça à un défouloir, pour certains c’est le sport, nous c’est la musique. Les retours que nous avons, c’est que les gens nous disent qu’on sent qu’on vit la musique quand on la joue, c’est sincère. Même entre nous, on a beau être de plusieurs générations, on est en osmose, tous ensemble sur un même bateau. Une déferlante de rage, mais de rage positive.

 

 Metal-Eyes : Depuis sa formation, Primal Age a donné 700 concerts, a tourné au Japon, au Brésil, au Mexique, a joué en festivals mais au regard de l’ancienneté du groupe, ça fait un nombre de concerts trop peu nombreux pour que le nom de Primal Age s’impregne dans l’esprit des gens (Il approuve). Que manque-t-il à Primal Age pour passer à l’étape supérieur ?

Benoit : Ça, c’est une bonne question ! Je vais te donner mon avis : pour moi, ce serait la communication et augmenter notre présence sur scène, plus de dates, de festivals. On n’est pas un groupe professionnel, on a tous un boulot, on doit s’adapter… Peut-être que le manque de communication via les médias ou les réseaux sociaux, pas assez fait depuis le début, a freiné certaines choses. On essaye de se rattraper. Depuis que je suis arrivé dans le groupe, j’ai proposé de gérer les médias. Je suis le plus jeune du groupe – je vais avoir 24 ans – je pense connaitre un peu mieux que Didier ou Dimitri le fonctionnement des réseaux. Pour l’instant, ça porte ses fruits, même si on ne pourra jamais rattraper le temps perdu.

 

Metal-Eyes : Ce que je constate aussi c’est que, malgré un gros trou dans votre parcours, vous semblez avoir trouvé un rythme dans la sortie de vos productions avec une nouveauté tous les deux ans environ. Sans doute, en effet, que le nom du groupe s’ancrerait plus avec la communication dont tu parles.

Benoit : Oui, c’est sûr.

 

Metal-Eyes : Ce qui pourrait être un message, comme d’autres le font, c’est de repartir de zéro avec un album auto nommé.

Benoit : Oui, c’est vrai, toute idée est bonne à prendre, je n’y avais pas pensé…

 

Metal-Eyes : Si tu devais envisager une devise pour Primal Age, quelle serai-elle ?

Benoit : Mmmmhhhh…. Alors là… tu me poses une colle, terrible… J’y réfléchis, je vais te dire dans un instant…

 

Metal-Eyes : On va y revenir. Parlons de l’illustration de ce nouvel album : il s’intitule Ennemi masqué, nous voyons un cadavre dont les yeux sont bandés – on aperçoit aussi un troisième œil – et au-dessus de lui, une créature cornue qui a une capuche qui lui couvre la tête. Lequel des deux est le véritable ennemi ?

Benoit : Ça … c’est à chacun de l’imaginer après écoute de l’album… C’est Greg, de Visual Injuries, qui travaille avec nous depuis 2015. Il fait notamment des designs pour le Hellfest et il connait très bien le groupe. On lui donnait des directives, on lui demandait quelques modifications, mais pour cet album, on lui a laissé carte blanche. On lui a envoyé les textes, les sons, il nous a fait un premier envoi et ça a été du one-shot. Il nous a dit qu’il s’était senti vachement inspiré. Quand tu lis les paroles, que tu écoutes certains sons, tu fais tout de suite le lien avec certains détails.

 

Metal-Eyes : Cet album a été finalisé en pleine période de pandémie. Comment avez-vous procédé pour son enregistrement ? Vous avez modifié vos habitudes ?

Benoit : Oh, oui… Oui. Comme je te le disais, la composition a commencé il y a 3 ou 4 ans On avait encore Mehdi à la batterie, on a repris le tout premier batteur avec qui on a tourné mais quand on a commencé à penser nouvelles compositions, il nous a expliqué qu’avec son changement de travail, ça allait être compliqué. On a retrouvé un batteur, Toki de The Arrs (Note : Vincent Bertuit), qui a fait une tournée avec nous. Mais arrivés à la composition, on n’était pas sur la même longueur d’ondes. Là, on a cherché une solution, on a envoyé quelques sons à notre pote, Rudy, d’Explicit Silence, en lui demandant si ça lui parlait. Il nous a envoyé un premier son et ça l’a fait direct. On lui a proposé d’enregistrer l’album avec nous et ça nous a enlevé une grosse épine du pied. Tout ce qui est compositions, Dimitri, le bassiste, avait écrit une bonne moitié de l’album. Quand il a un son e n ête, il l’a en entier – chant, basse, guitare – et Flo a su s’imprégner de l’univers de Primal Age et il a composé l’autre partie des sons.

 

Metal-Eyes : La situation sanitaire semble commencer à s’améliorer : est-ce que vous avez commencé à ré-envisager des dates ?

Benoit : Oui, absolument. Notre tour manager a commencé à en caler quelques-unes. Si tout se passe bien, on devrait faire notre rentrée scénique en octobre. Après, je ne peux pas encore parler des projets de 2022, mais tout commence à se décanter. Ça commence à sentir bon.

 

VULCAIN: C’est la fin…

 

C’est avec ce post sur Facebook que Marc Varez, batteur de Vulcain, a annoncé le 10 juin 2021 la triste nouvelle:

« C’est avec un pincement au cœur que nous vous annonçons que Vulcain arrête son activité.

Depuis plusieurs mois, Daniel Puzio (chanteur et guitariste), a des problèmes de santé qui ne lui permettent plus de monter sur scène sereinement. Il a donc décidé de cesser son activité musicale et nous respectons et comprenons tous sa décision.
Nous remercions tous nos fans de nous avoir soutenus toutes ces années, les organisateurs de concerts qui nous ont fait jouer et toutes les personnes qui se sont investies dans la grande aventure qu’a été Vulcain.
Nous ne participerons pas aux festivals prévus… »
Formé en région parisienne en 1981, Vulcain s’est rapidement fait remarqué par son heavy metal gras et puissant, rappelant, notamment par le chant de Daniel Puzio – guitariste, chanteur et fondateur du combo avec son frère, le bassiste Vincent – rugueux. Rapidement surnommé le Motörhead français, le quatuor (Didier Lohézic à la guitare de 1981 à 1989, décédé le 26 avril 2020 à l’âge de 61 ans), Vulcain se positionne dans le peloton de tête des jeunes loups de la nouvelle scène française. Son nom brille aux côtés de ceux d’ADX, H-Bomb, Sortilège, Blasphème, High Power…
La sortie de son premier album, Rock’n’roll secours, en 1984 permet au combo, alors accompagné de Franck Vilatte à la batterie, de tourner intensivement, notamment avec… Motörhead et de séduire un public croissant. Un passage par le premier France festival à Brétigny sur Orge confirme sa position de challenger sur qui il faut compter.

France Festival 1985

Dès Despérados (1985), Marc Varez récupère la place de batteur, poste qu’il conservera tout au long du parcours de Vulcain. Nouvelle tournée dont un passage plus que remarqué au France Festival de Choisy le Roi qui, pourtant, marque le désintérêt du public pour le metal hexagonal (à peine 2.000 spectateurs par jours…)

France Festival 1985

France Festival 1985

Big brother (1986) voit le groupe se lancer dans une intensive tournée française – Vulcain ouvre même pour Iron Maiden sur la tournée Somewhere on tour devenant le premier groupe français de la famille hard/metal à jouer à Bercy – qui se solde par deux dates à la Locomotive de Paris qui donneront naissance en 1987 au témoignage live Live force. 1986 c’est aussi la première cérémonie des Osc’hard au Théâtre du Forum des Halles qui voit Vulcain recevoir une pluie de récompenses…

Paris, Cérémonie des Osc’hards 1986

Mais… Le départ de Didier Lohézic force les frangins Puzio et Marc Varez à dégoter une nouvelle fine gâchette. Les ennuis commencent… Frank Pilant n’enregistre que Transition (1990) qui déroute les fans. Derrière les cartes frappe certes fort, mais la suite présente un groupe qui prend des risques sans parvenir à convaincre son public. Même constat avec Big bang (1992) avec, cette fois, la participation de Marcos Arieta à la guitare. Look plus « in », compos réfléchies, là encore, malgré la puissance du morceau titre ou de Faut faire la guerre, le public ne suit pas, pire: il déserte. La route est longue avant que Vulcain ne réussisse à séduire de nouveau son public.
La décision de devenir trio est sans doute la plus judicieuse qui soit. La nouvelle formule revient avec un album autonommé, comme un nouveau départ, un retour aux sources. Vulcain parait en 1994 et renoue avec le metal rugueux qui a fait la renommé du gang. Mais là encore, malgré le soutien de la presse spécialisée qui reconnait unanimement les qualités de ce nouvel album, le public ne suit guère. Question de confiance perdue que même Atomic live, le très bien nommé, ne parvient pas à retrouver.
Les tensions montent au sein du groupe qui enregistre en 1998 Stoppe la machine. Signe du hasard ou message évident, au delà du titre de l’album c’est son illustration qui interpelle: totalement inspirée de celle du premier album, la noirceur est sans équivoque. Une nouvelle tournée et, sans surprise, le trio jette l’éponge.
Jusqu’en 2010… Depuis quelques temps, le public, qui a vu revenir sur le devant de la scène, notamment grâce au travail de Phil ‘Em All, initiateur et animateur des différentes éditions du Paris Metal France Festival, nombre de groupes disparus. ADX, Blasphème, Killers (bien que n’ayant jamais vraiment arrêté) et même Océan… Ne manque plus que de voir Vulcain revenir. Mais en 2008, lors du PMFF II, rien n’est moins sûr. Marc Varez et Daniel Puzio se faisant toujours la gueule évitent de se croiser dans le couloir de la Loco (j’en suis témoin…) Heureusement, la hache de guerre est finalement enterrée et Vulcain officialise son retour en 2010.
Une vaste tournée est mise en place et le trio enregistre et filme son concert du 13 novembre de cette même année au Trabendo de Paris offrant au public le témoignage de son retour avec En revenant… La salle est comble, et le public aux anges. Notamment en découvrant l’invité le plus spécial qui soit sur les rappels: Didier Lohézic.

Trabendo, Paris 2010

La suite, ce sont des dizaines de concerts à travers la France, au Canada, en Europe, le Hellfest, de nouveaux albums – qui tardent, certes, mais qui séduisent: V8 en 2013 et, un dernier pour la route, Vinyle, en 2018.

Divan du Monde, Paris 2011

Divan du Monde, Paris 2011

Rebrechien, mars 2014

Rebrechien, mars 2014

Rebrechien, mars 2014

 

en revenant…

Vulcain cessant son activité, ce sont des souvenirs par dizaines qui refont surface: ma première rencontre avec le gang lors du France Festival de 85, le forcing auprès de leur manager d’alors, Elie Benalie, qui avait oublié m’avoir accordé un pass photo pour le concert de l’Eldorado avec Rogue Male, photos finalement prises du balcon… des interviews en pagaille, l’honneur d’avoir mes clichés (pris avec un simple bridge) retenus pour illustrer la pochette de En revenant…, le live du come back, Dan qui signe la préface de ma tentative de recueil « Fils de la haine », des concerts à Paris, à Orléans, Olivet, Rebrechien, Chateauroux, le Hellfest… Combien de fois nous sommes nous croisés, combien d’interviews dans les loges, un bar, le HRC ou dans un van? Depuis que j’ai découvert le groupe, Vulcain ça a toujours été une source de plaisirs, d’échanges simples et de rock pur et direct.

Rebrechien, mai 2014

Hellfest 2015

Olivet 2017

Olivet 2017

Olivet 2017

Merci Messieurs pour ces années de « Bon rock » comme l’écrit sur ses dédicaces l’ami Vincent, prenez tous les trois soin de vous. On ne se verra plus « sur la route » mais je continuerai d’écouter vos brûlots finalement indémodables.

Châteauroux 2020

PRIMAL AGE: Masked enemy

France, Hardcore (WTF records, 2021)

Avec Masked Enemy, leur nouvel album – cinquième méfait, les Français de Primal Age, que certains ont pu découvrir lors de la dernière édition du Hellfest (2019) veulent frapper un grand coup . Fidèles à leurs brutales convictions musicales, les 5 nous délivrent un hardcore sans concession, direct et dans ta face. La rage est présente de bout en bout, cachée par une intro faussement rassurante. Les thèmes abordés sont actuels – défense de l’écologie et de la cause animale, végétarisme, consommation de masse… – et l’on imagine volontiers le groupe s’engager auprès d’ONG et d’associations diverses. Alors certes, les amateurs de colère vont être servis, la brutalité est à l’image d’une charge de cavalerie syncopée et épileptique – Rollins & Co. n’ont qu’à bien se tenir, croyez moi ! – mais il est difficile de suivre cet album d’une traite. A mi parcours, une pause s’impose afin de mieux repartir. C’est que 11 morceaux, 11 bastos, plutôt, ça ne se digère pas en un claquement de doigts. Non, il faut un peu de temps pour tout assimiler. Sensations fortes assurées.