Interview: MELTED SPACE

Interview MELTED SPACE. Entretien avec Pierre le Pape (chant, claviers…). Propos recueillis au Hard Rock Cafe de Paris le 9 mars 2018

Metal-Eyes : Darkening light est le quatrième album de ton projet Melted Space. Comment analyses-tu l’évolution de ce projet – je vois plus Melted Space comme un projet que comme un « groupe » ?

Pierre : C’est une bonne question parce que je n’ai pas encore eu le temps de prendre du recul… Ce que j’en retiens, c’est qu’il y a eu un changement à un certain moment. C’est-à-dire qu’au départ, le projet n’était pas censé être autre chose qu’un projet studio. On a commencé à faire de la scène, et à partir du moment où on a commencé à adapter les choses pour la scène, pour un public, pas mal de choses ont changé dans ma perception du projet, dans ma façon d’écrire, dans ma façon de penser, même aux prémices d’un album. En fait, quand j’ai commencé à penser à Darkening light, j’avais déjà la scène en tête. Ce qui n’était pas le cas avant. D’ailleurs, aujourd’hui, on ne joue quasiment plus aucun morceau du premier album parce que les titres sont beaucoup moins adaptés ; tout s’enchaîne et ça ferait des coupes beaucoup trop franches, sans transition, alors que ça n’aurait de sens que si on jouait tout d’un bloc. Darkening light est composé de chansons bien séparées, et là on a une évolution qui vise vraiment la scène.

Metal-Eyes : Donc la grosse différence c’est que cet album, tu l’as envisagé en pensant à la scène, ce qui n’était pas le cas avant. Il y a une autre grosse différence, c’est que pour la première fois, tu chantes.

Pierre : Oui ! (il rit)

Metal-Eyes : Tu as rôle bien définit, aussi, celui de l’Espace. Comment en es-tu arrivé à cela ?

Pierre : Au départ, je n’étais pas pour (rires) ! Je n’ai jamais voulu chanter en lead parce que je ne suis pas chanteur, ce qui est en soi une bonne raison. J’ai été chanteur dans mon premier groupe au lycée, mais je braillais plus qu’autre chose… C’était un groupe de rock punk metal, un peu fourre tout. Mais après, je n’ai pas perduré dans cette voie-là, je n’ai jamais travaillé dans ce sens là. En fait, c’est venu petit à petit parce que je chante sur les démos puisque c’est moi qui les enregistre. Du coup, que ce soit Liv Kristine, Michael Stahne ou autres me demandent régulièrement pourquoi je ne chante pas sur les albums. Je leur réponds que je laisse ça à d’autres, qui savent faire mieux que moi. Et je trouvais ça, je trouve toujours ça relativement prétentieux pour un non chanteur de dire « ben tiens : aujourd’hui je vais aller chanter avec tous ces chanteurs extraordinaires et ça va être bien, et tout le monde va être content » (il rit) !

Metal-Eyes : D’ailleurs, dans l’interview de Rock Hard 184, tu dis avoir envisagé la possibilité de ne pas utiliser ton chant si ça ne convenait pas…

Pierre : Oui, c’est ça…

Metal-Eyes : …Et tu rajoutes même : « je ne veux pas être mégalo au point d’imposer ce genre de choix ». Ma question est la suivante : à quel point es-tu mégalo ?

Pierre : Alors ça, c’est une très bonne question ! (Il explose de rire) Dans les sujets que je traite dans mes albums, qui parlent de dieux, de mythologies, de grandes choses, après c’est de la mégalomanie avec, j’espère, beaucoup de recul, dans le sens où, avec Melted Space, je n’ai pas d’autre ambition que de proposer à l’auditeur un voyage le temps d’un album, d’une chanson, peut-être même d’un court instant. J’ai un regard un peu pessimiste sur le monde dans lequel on vit, qui ça ne me fait pas rêver. Du coup, je vais me réfugier dans des choses qui, moi, me font rêver, qui sont des références, des influences qui viennent de l’enfance. Des trucs qui m’ont marqué comme Les chevaliers du zodiaque, les jeux vidéo, Les mystérieuses cités d’or… Il y a quand même un fil rouge dans tout ça : ce sont des choses grandioses, extraordinaires.

Metal-Eyes : Un monde d’utopie mélangée à de la naïveté ?

Pierre : Complètement ! Du coup, quand je fais un album, quand je crée une chanson, j’essaye, via le côté assez cinématographique de ma musique, de prendre l’auditeur par la main et lui dire « viens, on va se promener et oublier un peu tout ça. »

Metal-Eyes : Une des particularités de Melted Space c’est le nombre extraordinaire de participants. Il y a des habitués, mais d’autres moins. Comment sélectionnes-tu ces intervenants ? Les rôles ne sont pas les mêmes d’un album à l’autre. Penses-tu en particulier à quelqu’un pour interpréter tel rôle ?

Pierre : Quand j’écris l’histoire, je définis mes personnages. Là, j’ai fait un gros travail de bibliothèque pour lire des choses sur la cosmologie, sur la mythologie autre que gréco-romaine qu’on connait par cœur et qu’on a entendu 600 fois. D’ailleurs, dans Between et From the past, je suis allé chercher beaucoup d’informations scientifiques et littéraires, j’ai lu beaucoup de Stephen Hawkin qui est un très bon vulgarisateur de science. Du coup, quand je crée ces personnages, je fais une fiche par personnage en me demandant comment je le vois, quel caractère j’aimerais lui donner, ce que je voudrais lui faire exprimer, comment il pourrait réagir, quelles sont ses envies, ses attentes… De là, l’orientation vocale se définit. Ensuite, il y a ce que moi j’ai envie de faire aussi. L’exemple plus marquant dans cet album là c’est le personnage de la mort, donc le concept de fin. L’homme en a fait quelque chose de négatif, mais en réalité, il y a un début et une fin, donc ça crée un cycle. Je ne voulais pas rentrer dans le cliché de prendre un chanteur de death ou de black metal, donc tout le monde comprend qu’il est méchant. Je voulais quelque chose de plus aérien…

Metal-Eyes : D’autant plus qu’il y a des croyances qui disent que ce n’est qu’un début, que la mort n’est qu’une étape.

Pierre : C’est ça, d’où, aussi, le choix du titre de la chanson From the begining to the end, parce qu’il y a ce côté cyclique, et ce n’est pas forcément mauvais. Le choix des voix, des personnages se fait en fonction de l’histoire mais aussi de comment j’ai envie d’utiliser le personnage.

Metal-Eyes : Tu viens d’expliquer préparer tes histoires avec des recherches, la rédaction de fiches… Tes univers sont très riches, alors as-tu déjà envisagé de les retranscrire sous forme de roman ? Une grande saga d’héroic fantasy.

Pierre : Alors, de façon générale, je dirais que l’idée de passer par un autre média que la musique m’a déjà traversé l’esprit. En tout cas, ne pas se limiter à juste un disque ou un concert. Ça m’est déjà arrivé d’y penser et ça m’arrive encore. J’ai rencontré il n’y a pas longtemps une metteuse en scène pour envisager, pourquoi pas, des choses ensemble, sous une autre forme. Mais ce sont des projets qui, s’ils peuvent se montrer très enrichissants, passionnants et motivants, demandent beaucoup de travail en amont, beaucoup de temps. L’album a été assez difficile à faire, dans la mesure où l’année dernière n’a pas été terrible d’un point de vue perso et j’ai dû porter deux choses à bout de bras ce qui m’a un peu épuisé… Maintenant, j’aspire à des vacances et un peu de repos, mais ce n’est pas inenvisageable. Avant de me lancer dans un projet qui va me demander deux ou trois ans de travail en amont, à plein temps, j’ai envie de prendre le temps d’y réfléchir. Et s’y j’y vais, j’y vais à fond en ayant pesé le pour et le contre…

Metal-Eyes : Autre chose : Darkening light pourrait-il marquer la fin d’un cycle ? Je parle là d’un cycle visuel (j’aligne devant Pierre les pochettes des 4 albums), il y a des extrémités, avec From the Past et Darkening light bleu nuit, et au milieu une terre qui se détruit, poussiéreuse…

Pierre : Et ben tu sais quoi ? C’est la première fois que je vois les 4 en même temps…

Metal-Eyes : On a un effet de miroir, là…

Pierre : Complètement, oui. Je n’y ai jamais pensé… Je me suis fait la réflexion en passant, chez moi, devant From the past, qu’on était revenu à une même teinte, alors que je n’ai jamais voulu faire un album par couleur…

Metal-Eyes : Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a aussi ces teintes… maronnasse, poussiéreuses sur Between et The great lie, entourées de ces couleurs plus nocturnes.

Pierre : C’est vrai, et tu viens d’utiliser le mot poussiéreux. C’est le mot que j’avais utilisé pour décrire ce que je voulais au graphiste, alors que là, sur les deux autres, j’ai plus orienté les choses sur les grands espaces, le spatial… Pas quelque chose de cassé… Dans l’idée, je suis effectivement revenu vers quelque chose de moins poussiéreux. C’est marrant, là, de voir les 4… Ca me… ça me fait un petit truc. Comme je te disais, ce dernier je l’ai fait dans des conditions pas faciles, je l’ai reçu et mis dans un coin. J’aimerai, maintenant, prendre le temps de les écouter… dans cet ordre là, avec le début, cette espèce de demi-cadence et une fin qui reste ouverte. (NdMP : l’ordre c’est Darkening light, From the past, Between et The great lie). C’est aussi pour ça que j’ai fait cet album : quand j’ai réfléchi à quelle histoire je voulais raconter, j’ai trouvé ça plus intéressant… Jusque là, il manquait un véritable début, donc j’ai voulu expliquer le pourquoi des trois autres. Il me semblait qu’il y avait des fondations qui n’étaient pas posées, et, effectivement, tu parlais de la fin d’un cycle, je peux considérer que c’est le cas, dans le sens où on a maintenant quelque chose de posé, les dernières notes de Darkening light sont les premières de From the past, il y a aussi certaines références dans certains textes, certaines lignes de chant aux autres albums. Donc là, je sais que je peux me dire qu’il y a un gros pavé qui se tient, qu’il y a un univers étendu. J’aime énormément les univers immersifs type Marvel, Star wars ou autres. Maintenant, sur quoi ça va déboucher ? Je n’en sais rien mais aurais-je à un moment envie de raconter la suite de The great lie, est-ce que j’aurais envie de raconter autre chose, est-ce que ça finira ? Pour l’instant, je n’en sais rien. Mais là, effectivement, je pense qu’il y a quelque chose qui se tient, et dont je suis assez fier…

Metal-Eyes : Tu peux l’être, je pense. Darkening light est un tout, cependant, si tu devais ne retenir qu’un morceau de l’album pour expliquer à quelqu’un ce qu’est Melted Space, ce serait le quel ?

Pierre : Hmmm… Pour répondre à ta question, je suis obligé de différencier deux choses : dans l’album, j’ai effectivement une petite chouchoute (rires) qui est Trust in me parce que c’est un combat vocal de lions, parce que Jeff Scott Soto a fait des merveilles, Michael Stahne, depuis The great lie, on est comme des frères. On s’ets revus sur des tournées, des festivals…

Metal-Eyes : C’est ta chouchoute, ce qui sous entend qu’il y en aurait une qui serait plus représentative ?

Pierre : Oui, effectivement. Je pense que dans l’évolution de l’histoire, l’orchestre est beaucoup moins utilisé que sur les autres et petit à petit, on arrive au moment où le Melted space s’est créé et on retrouve ce Melted space qui s’est créé dans les autres albums. Donc, pour donner à quelqu’un qui ne connait pas une bonne idée de ce que c’est, je pense que je prendrais la dernière, Fallen world.

Metal-Eyes : Quel est ton rêve pour Melted Space ?

Pierre : Euh… Quel est mon rêve ? J’en ai plusieurs. L’utilisation d’autres médias pourrait en faire partie, déboucher sur une vraie mise en scène avec orchestre et tout ces chanteurs qui viendraient interpréter leur rôle… Je pourrais rêver d’avoir la belle carrière que peut avoir Arjen Lucassen….

Metal-Eyes : C’est marrant, je pensais à lui ! Il vient de sortir un live avec son projet….

Pierre : Oui, j’y étais, d’ailleurs. Ce sont des moments rares et c’était… Un rêve : réussir à faire à ce point là ce qu’il a fait. C’était vraiment extraordinaire… Et là, j’ai eu envie de dire « quand je serrais grand, je veux faire ça ! »

Metal-Eyes : Ce qui est bien, c’est ton âme d’enfant qui ressort.

Pierre : Je pense que c’est une ambition saine que de vouloir pousser son concept à ce point là, avec une équipe qui le suit. Après, il a quelques années de carrière de plus. Mais ce genre de projet pourrait voir le jour, mais ça demanderait, comme lui, deux ou trois ans de travail. Certains chanteurs m’ont clairement fait comprendre que un concert comme ça, ils étaient partant.

 

Interview: STOLEN MEMORIES

Interview STOLEN MEMORIES : rencontre avec Baptiste Brun (guitares) et Antoine Brun (batterie). Entretien mené le 02 octobre 2017 au Hard Rock Cafe Paris

 

Stolen Memories

A l’occasion de la sortie de son nouvel album, (Paradox, sorti le 27 octobre et chroniqué ici-même), Metal Eyes est allé rencontrer les frères Brun, moelle épinière du groupe lyonnais qui nous dévoilent presque tout sur la conception de ce troisième album.

metal-eyes: Stolen Memories a été formé à Lyon en 2007, vous publiez aujourd’hui Paradox, votre troisième album, ce qui fait un album trous les 3-4 ans… Ce n’est pas très rapide comme rythme si vous voulez sortir du lot. Comment vous expliquez ça ?

Baptiste: C’est vrai… On est un peu fainéants (rires) ! Non, en fait, au départ on voulait enchainer les disques mais on a eu pas mal de soucis de label entre le premier et le deuxième album, ensuite, on a eu des soucis de line-up, ce qui nous a pas mal retardés. Et au bout d’un moment, à la suite de tout ça, on a décidé de faire un petit break. On a mis le projet en stand-by, on ne savait pas si on allait réattaquer, dans 6 mois, un an, 5 ans… Ce n’était plus du tout notre priorité, et finalement, ça nous a vite manqué, et c’est reparti de plus belle. Depuis, on ne s’arrête plus !

metal-eyes: Vous êtes justement passés de 5 musiciens dans le groupe à 3. Que s’est-il passé ?

Baptiste: Dès le départ, on n’a toujours été que 3 véritablement impliqués dans le groupe : nous deux, les frangins, et Najib, le chanteur. On avait déjà joué ensemble quelques années auparavant. Entre les 2 premiers albums, on s’est séparés de notre claviériste qui avait intégré le groupe juste avant l’enregistrement. Il n’avait de toute façon pas composé, il a seulement réarrangé ces parties. Sur scène, bien qu’on ai un clavier, on utilisait déjà des samples. On s’est dit que de toute façon, on pouvait simplement jouer avec des samples. Ça ne changeait pas grand-chose pour nous, vu que c’est moi qui composais cette partie, qui les enregistrait sur album… On a décidé d’adapter ça pour la scène. Sur le dernier, on n’est que 3 parque, avant l’enregistrement, on n’avait pas trouvé de bassiste qui nous correspondait. Je me suis occupé de la basse, ensuite, on a cherché quelqu’un pour les concerts.

metal-eyes: C’était donc le côté pratique ?

Antoine: Oui, parce qu’on avait envie de l’enregistrer cet album. On ne va pas se mettre des freins sous prétexte qu’on n’est 3 au lieu de 4, au contraire !

Baptiste: On avait vraiment besoin d’un bassiste pour les concerts, pas pour l’album. Là on a retrouvé quelqu’un qui, en plus, est très bien, qu’on a intégré au groupe rapidement et qui, je l’espère va rester. On verra bien !

metal-eyes: Si vous deviez décrire votre musique pour quelqu’un qui ne vous connait pas, qu’en direz-vous ?

Antoine: Il y a quand même une base metal non négligeable. C’est, à la base, le style qui nous a réunis, en plus du prog. On a des influences assez thrash par moment – on est des gros fans de Megadeth depuis qu’n est gamins, Testament, ce genre de thrash « sophistiqué » dirons-nous – et il y a des éléments progressifs qui se sont ajoutés. Baptiste avait fait un album solo, qui était une sorte de démo pour le groupe, la base de ce qu’on allait faire. Dans l’esprit d’un groupe. Et on a appelé Najib pour ça. C’est un metal prog assez accessible. On a voulu en faire quelque chose d’efficace.

metal-eyes: Accessible, oui, tout en ayant beaucoup de couleurs musicales. Un morceaux n’est pas linéaire. Si on parle de jazz, vous êtes d’accord pour dire que ça rentre un peu dans votre musique ?

Antoine: On peut dire, oui, du free jazz…

Baptiste: Moi, je parlerai plus de fusion que de jazz. Mais oui, il y a des passages sans doute orienté un peu jazz. Ça vient de ce qu’on écoute, on a beaucoup d’influences, on écoute beaucoup de musiques différentes, d’artistes différents, et forcément ça se ressent dans les compos e t l’interprétation.

Antoine: Influences diverses et variées, il n’y a pas que du prog…

metal-eyes: Si vous deviez maintenant décrire l’évolution de Stolen Memories entre les deux derniers albums – en dehors du changement de line-up, du passage de 5 à 3 – qu’en diriez-vous ?

Antoine: Il y avait vraiment une volonté de rendre notre son plus actuel : l’ajout de cordes à la guitare pour la rendre un peu plus lourde, dans les graves, avec quelques rythmiques un peu typées djent, un courant actuellement populaire dans le metal, tout en restant sur nos bases progressives. L’album est accessible à un plus large public. Même s’il est plus prog que celui d’avant, on a essayé de faire en sorte d’avoir une partie « chanson » importante : que le chant soit l’l’élément clé du disque. Il y a de bons refrains qui restent en tête, la mélodie qui prime sur la technique, ce qui n’était pas forcément le cas avant.

metal-eyes: Je ne suis pas forcément d’accord avec le fait que les refrains restent facilement en tête : il faut écouter plusieurs fois l’album pour vraiment s’en imprégner…

Antoine: Oui, ça reste du prog, donc, forcément… Quand je dis « restent en tête », c’est pas des refrains de pop, 3 mots qui sont tournés en boucle. Je ne veux pas négliger la pop, c’est ce qui fait la force de ce style-là : le côté très facile et entêtant.

Baptiste: Malgré tout, pour du metal progressif, ça reste accessible

metal-eyes: Visuellement aussi, je note que vous avez évolué : Blind conséquences a une pochette très sombre, et celle-ci propose plus de couleur. Il y a une volonté de repartir vers la lumière ?

Baptiste: oui, et il y a une volonté d’avoir une pochette, comme l’album, plus ambitieuse, avec plus de classe… C’est pour ça qu’on a fait appel à un pro du genre.

Antoine: On a fait appel à Stan W. Decker pour le graphisme et c’est pas du tout le même style que Blind consequences

metal-eyes: ce n’est d’ailleurs pas non plus son style de dessin habituel…

Baptiste: C’est vrai, c’est d’ailleurs ce que les gens ont dit quand il a posté la pochette sur son site. Tant mieux !

Antoine: Parce qu’au final, ça veut dire que ça marche bien, il a vraiment des possibilités.

metal-eyes: Que me diriez-vous pour me convaincre d’acheter Paradox?

Baptiste: Déjà, si tu veux écouter un album avec une bonne production, actuelle, un son moderne où persiste une certaine recherché dans les arrangements, que tu aimes le metal un poil sophistiqué mais avant tout mélodique… tu peux aller l’acheter sans soucis.

Antoine:

metal-eyes: Il y a une force supplémentaire, c’est la maitrise plus que correcte de l’anglais.

Antoine: ça, tout le mérite revient Najib, du coup il n’est pas là pour en parler… (rires) Faut dire qu’il chante depuis un paquet d’années, il maitrise bien cette langue, déjà, même si écrire des textes et parler c’est différent. Je lui ai donné quelques coups de main sur un ou deux textes, mais c’est lui qui a le plus gros du mérite. Et il a un bon accent, mais après tout, on reste Français… C’est dur d’avoir du recul.

metal-eyes: Je pars du principe que si un groupe chante en anglais, c’est pour viser le marché étranger, et ce n’est pas faisable avec un accent franchouillard trop prononcé.

Antoine: Totalement, il faut faire des efforts, et il en a fait, toujours. Et il s’améliore avec le temps.

metal-eyes: Quel a été votre premier choc musical?

Baptiste: Oh, ça remonte… Je dirais Queen…

Antoine: Oui, Queen. En fait, notre père écoutait ça à donf’ et il nous l’a inculqué… Moi, qui suis plus jeune, ça m’a bien marqué quand j’étais petit. Peut-être plus l’album Innuendo, c’était plus la fin… Mais, oui, tout Queen.

Baptiste: Tout Queen, mais c’est vrai, peut-être un peu plus les derniers albums, qui restent plus modernes.

metal-eyes: Et quel musicien ou groupe vous a fait dire « c’est ce que je veux faire plus tard » ?

Antoine: pour la batterie, c’est Nick Menza, de Megadeth. Il m’a vraiment donné ce déclic pour la batterie. Il a apporté ce groove que Megadeth n’avait pas avant… À partir de Rust in peace, il y a eu ce truc en plus…

Baptiste: Moi, il y a plein de guitaristes, mais je dirais peut-être Eddie Van Halen. Je me suis mis à la guitare petit à petit, et c’est devenu une passion. Il y a toujours le musiciens qui te fait dire « oui, j’ai envie de m’y mettre mais j’ai envie de savoir maitriser mon instrument ». Quand j’ai entendu ses solos, j’ai pris une claque. Je ne savais même pas qu’on pouvait jouer de la guitare comme ça ! ça a bouleversé mes codes, je me suis dit tout est à refaire…

metal-eyes: Si vous deviez ne retenir qu’un seul titre de Paradox pour expliquer ce qu’est Stolen Memories aujourd’hui, ce serait lequel?

Baptiste: Celui qu’on a choisi pour le clip…

Antoine: le morceau Exile, c’était une évidence pour nous! On voulait faire un clip, la phase suivante de l’album. On y pensait déjà en faisant l’album, et ensuite, c’est celel qui s’est vraiment démarquée. Elle résume bien ce que l’on fait aujourd’hui, elle a aussi un bon format single.

Baptiste: Puissante, mélodique, ambiance… et efficace

metal-eyes: Quelle pourrait être la devise de Stolen memories ?

Baptiste: Euh… « Patience et persévérance »

Antoine: Oui, restons passionnés, et patients.

Baptiste: On a les pieds sur terre, et on sait très bien qu’on ne s’en sort pas comme ça dans la musique. C’est un vieux rêve, on y croit quand même, donc on continue, à faire de la musique, essayer de proposer des albums de mieux en mieux, en étant patients parce qu’on sait qu’à chaque fois on doit évoluer, tout comme on peut exploser. Mais ça, c’est l’avenir qui le dira, le public qui choisit. Mais avant tout, on fait ça pour nous.

metal-eyes: Quelle est la meilleure question qui vous ai été posée aujourd’hui? Celle que vous avez préférée, qui vous a surpris ?

Antoine: C’est chaud…

Baptiste: Je m’en rappelle plus…

metal-eyes: C’est sympa pour ceux qui sont passés avant moi !

Baptiste: Il y en a eu un paquet..

Antoine: Il y a eu, forcément, un paquet de questions similaires, des bizarres aussi…

metal-eyes: Une bizarre, oui!

Antoine: la plus bizarre? (Au journaliste en question) : J’ai toujours pas compris donc, si tu lis ça, écris moi : on m’a dit « Si tu dois partir en mission avec 5 personnages fictifs, lequel tu choisis ? » j’ai choisi Jar-Jar Binks. Ne me demande pas pourquoi c’est sorti… Improbable. Il y avait Gollum et je sais plus qui, j’ai choisi Jar-Jar : il a l’air marrant, c’était mon critère ! (rires)

Baptiste: Et moi… Je pense que c’est « vous avez appelé l’album Paradox parce que c’est le fait qu’un groupe comme vous, passionné, qui persévère, soit encore obligé de travailler aujourd’hui ? » Et le mec a vraiment mis le doigt dessus. Ce n’est pas que pour ça, mais c’est un peu l’histoire du groupe : le paradoxe c’est qu’on adore ce qu’on fait mais on galère quand même.

metal-eyes: Qu’avez-vous prévu comme concerts pour défenre cet album ?

Baptiste: On commence avec une première date, le 24 novembre, à Décines-Charpieux, du côté de Lyon, ensuite, c’est en cours de bouclage. On attend des réponses…

Antoine: C’est la suite, on n’est pas que musiciens de studio, on veut aussi se frotter à la scène.

metal-eyes: Un dernière chose : vous avez choisi votre nom comment ? Pour que les initiales fassent « SM » ?

Antoine: Non, c’est une pure coïncidence !

Baptiste: En fait (il se racle la gorge)… C’est juste un loupé, ça. Ça n’a pas été calculé du tout et c’est pour ça qu’on ne fera jamais un logo avec le S et le M qui ressortent. C’est pas possible ! (rires)

 

 

 

Interview: KLOGR

Interview KLOGR : rencontre avec Rusty. Entretien effectué le 20 septembre 2017 au Hard Rock Cafe de Paris

 

Klogr

metal-eyes: A l’origine, Klogr était présenté comme un groupe de neo metal. Cependant, l’écoute de Keystone me fait plus penser à du prog. Quel est ton point de vue?

Rusty: C’est très difficile de définir la musique que tu joues… C’est comme si quelqu’un devait dire si tu es un bel homme ou pas. J’aime la musique du grunge au prog, du metal au classic rock. Je pense que toutes ces influences se retrouvent dans notre musique. Peut-être y a-t-il des aspects plus progressifs, d’autre plus alternatifs. Le terme de neo metal n’est sans doute pas assez… large. Si, par “neo metal” tu entends Korn, Limp Bizkit et ce genre de groupes, alors, oui, mais je n’entends pas plus de neo metal que ça dans notre musique.

metal-eyes: Alors comment décrirais-tu l’évolution de votre musique entre les deux derniers albums?

Rusty: Nous avons grandi! Parce que nous avons changé de line-up il y a trois ans. Pietro, notre guitariste, nous a rejoints et tout notre équilibre s’en est trouvé modifié. J’ai, enfin, trouvé un vrai partenaire, nous partageons beaucoup. Avant, je voulais partager certaines choses avec les autres, mais, parfois, il n’y avait pas de réelle connexion. Il y avait un guide, moi, et les autres membres suivaient mes idées. Dans le cas présent, Pietro et moi nous battons pour une idée. Nous avons deux caractères forts et nous voulons créer une troisième idée qui est un mélange de nos idées.

metal-eyes: Une combinaison de visions, donc.

Rusty: Oui, et c’est ce que j’aime. La musique est un partage, de la création à la scène. Aujourd’hui, j’ai un vrai partenaire.

metal-eyes: Que me dirais-tu afin de me convaincre de filer acheter Keystone en sortant d’ici?

Rusty (avec un sourire): C’est le meilleur album de 2017… (rires) Non, je pense que c’est un disque que tu dois écouter de bout en bout. Ce n’est pas juste un disque avec 5 singles et 5 morceaux de remplissage. Nous avons cherché à mettre toute notre vision dans ce disque. A chaque fois que je réécoute un titre, je peux ressentir de nouveau ce qu’il se passait en studio… Pendant l’enregistrement et l’écriture du disque. Et quand je les interprète sur scène, je ressens également tout. Je crois que c’est un disque dans lequel il faut se plonger pour ressentir cela.

metal-eyes: Vous n’avez pas beaucoup tourné en France. Quels sont vos plans de tournée pour soutenir ce CD?

Rusty: Laisse-moi de raconter une histoire : un de nos premiers managers était Français. Il s’appelle Marc Fazio…

metal-eyes: Je crois que tu vas le voir dans quelques instants… Il gère United Rock Nations aujourd’hui.

Rusty: Oui, c’est Marc ! Nous avons fait deux petites tournées dans des clubs en France. Le plus gros show que nous ayons donné en France a eu lieu il y a 3 ans à Paris, avec Prong. Nous avons donné 23 concerts en Europe avec eux. Maintenant, nous serons en tournée en novembre avec The Rasmus, avec qui il y aura 10 concerts en Europe, dont 1 à Paris, le 18 novembre.

metal-eyes: Klogr est un groupe italien. Comment vous situez-vous sur la scène italienne et quels autres groupes me conseillerais-tu d’écouter ?

Rusty: Sans aucun doute, le groupe italien le plus connu : Lacuna Coil, dont la réputation est internationale. Je connais beaucoup d’autres groupes en Italie, mais c’est difficile de parler de la « scène italienne ». Nous sommes assez individualistes, chacun fait son boulot… Guizmet est un de ceux que je préfère, un petit groupe avec deux albums – je ne sais pas s’ils les ont sortis en Europe – mais je les aime, musicalement et humainement. Extrema, un groupe extrême qui joue un peu partout en Europe… Il y en a beaucoup, et c’est difficile de choisir. Je ne connais pas beaucoup de groupes italiens qui cherchent à sortir d’Italie.

metal-eyes: Comment occupes-tu ton temps entre deux albums ou tournées ?

Rusty: J’ai de la chance, parce que j’ai mon propre studio, Zeta Factory. Il y a un studio, une salle de répétition, une école de musique, et je vis juste au dessus. C’est très facile pour moi.

metal-eyes: Donc, la musique est ta vie. Quel a été ton premier choc musical ?

Rusty: 1991, les Monsters of Rock avec Metallica et AC/DC. J’y étais, j’avais 14 ans et à ce moment je me suis dit « voilà ce que je veux faire de ma vie ! » C’est Metallica surtout, car je n’ai pas vu tout le show d’AC/DC. J’étais avec mon frère qui avait un rendez-vous avec une nana, donc il m’a dit « on y va… Tu auras tout le temps d’écouter AC/DC plus tard ! »

metal-eyes: Si tu devais ne retenir qu’un titre de Keystone pour définir ce qu’est Klogr aujourd’hui, lequel serait-ce ?

Rusty:  Ce n’est sans doute pas la chanson la plus facile d’accès, mais je pense à Pride before the fall, qui est la connexion entre l’ancienne vision de notre musique et l’actuelle. Ce n’est pas une chanson catchy, il y a plusieurs ambiances, et les paroles sont, pour moi, la description parfaite de ce que nous voulons offrir au public avec ce disque. Nous ne vivons pas une période facile, la planète est en danger, et ça n’a rien d’une blague. Ça se passe maintenant, alors levez-vous et agissez, maintenant. J’ai vraiment peur de ce que nous réserve l’avenir…

metal-eyes: Quel serait la devise du groupe, selon toi ?

Rusty: (il réfléchit longuement) Euh… question suivante ? C’est difficile… Je ne sais pas…

metal-eyes: On y reviendra alors. Je pense que tu vas apprécier la suivante qui sera la dernière : quelle est la meilleure question qu’on t’a posée aujourd’hui ? Ou la plus surprenante.

Rusty: (il réfléchit encore) Je ne sais pas ! La plus étrange ? « Pourquoi as-tu choisi Keystone comme titre de l’album ? » Hey ! C’est clairement décrit dans le livret ! Parfois tu rencontres des gens qui ont simplement jeté un œil à l’album, et qui doivent faire cette interview parce qu’elle a été planifiée… Mais ils ne cherchent pas à comprendre pourquoi nous sommes là, ce que nous voulons partager avec autrui. C’est comme si j’allais au ciné sans savoir quel type de film je vais voir !

metal-eyes: Justement, quel genre de cinéma aimes-tu ?

Rusty: Je suis un peu divisé… J’aime beaucoup l’heroic fantasy et j’aime aussi beaucoup, vraiment, les documentaires, quand la réalité rejoint la scène et l’écran. J’aime aussi les films d’action, mais c’est souvent un cirque identique. J’aime sortir de la vraie vie.

metal-eyes: Tu lis, aussi ? Et si oui, que lis-tu en ce moment ?

Rusty: Oui, je lis. Je viens de terminer. C’est une sorte de biographie de Paul Watson qui est le capitaine de Sea Shepard. C’est très réaliste : il explique nombre d’actions menées par son organisation. Tu as l’impression de voir un film d’espionnage, mais c’est la réalité. Ce n’est pas 007, c’est la réalité. Je le sais parce que je connais beaucoup de membres de son équipage et j’ai vu des photos de ces actions. C’est simplement extraordinaire !

metal-eyes: Ce qui signifie que tu te préoccupes vraiment de l’avenir de notre planète et que tu en es très proche.

Rusty: Absolument !

metal-eyes: Revenons à ma question de tout à l’heure, tu as dû avoir le temps d’y réfléchir : quelle pourrait être la devise de Klogr ?

Rusty: La devise… la raison pour laquelle on fait ça… Bon : ce n’est pas une « mission », ce serait trop. Il me faut plus de mots pour l’expliquer : pour moi, peut-être pas pour les autres membres du groupe, la musique est une promesse. J’ai fait cette promesse il y a 20 quand j’ai perdu mon frère, je lui ai promis que je serais un bon musicien, pas célèbre, simplement bon. Je veux faire mon boulot aussi bien que possible et je veux partager un message avec les gens : faire quelque chose aussi bien que l’on peut.

metal-eyes: La devise serait donc « la musique est une promesse »

Rusty:  Oui, ou si tu préfères : « la musique est MA promesse »

metal-eyes: Merci beaucoup, profite de ton séjour à Paris même si je sais que tu ne pourras pas voir grand-chose…

Rusty: Tu sais, j’ai passé du temps à Paris il y a quelques années… J’adore conduire la nuit, sans trafic. Je loue une voiture et je peux aller de la Tour Eiffel au Louvres en 10’ à peine. J’adore cette ville. Bon, les embouteillages des grandes villes ce n’est pas mon truc, mais la nuit, c’est sympa. Merci à toi, et viens nous voir le 18 novembre !

 

AYREON: The source

Ayreon 2017Pays-Bas, Metal progressif (Mascot, 2017)

Depuis ses débuts, Ayreon propose des albums longs – doubles, systématiquement – et complexes. Riches et mélodiques, les œuvres du « groupe » sont toujours des pièces uniques d’un opéra rock moderne. Exception faite de The theory of evrything, qui est, comme s’en explique Arjen Lucassen lors de notre rencontre, quelque peu à part dans la discographie, ce nouvel opus, The source, s’intègre parfaitement dans l’histoire d’Ayreon. Plus que cela, même, puisqu’il s’agit d’un prequel, l’histoire relatant les débuts de l’humanité. Pour mener cette aventure à bien, Arjen s’est entouré d’une bonne vingtaine de musiciens parmi lesquels ont distingue deux des guitaristes (Guthrie Govan et Paul Gilbert). Ce sont surtout les rôles vocaux, qui font toute l’histoire, qui sont remarquable. Figurent ainsi un historien, un prophète, un capitaine, une commandante ou une Biologiste, rôles respectivement tenus par James LaBrie (Dream Theater), Nils K. Rue, Tobias Sammet (Avantasia, Edguy), Simone Simmons (Epica) et Floor Janssen (), parmi d’autres . Tout au long des 4 tableaux qui composent The source, on trouve des traces de la grandiloquence de Queen ou de Helloween, des influences celtes/irlandaises et orientales. Les passages épiques sont foison. Construit comme un film, la tension s’invite dès les premières minutes et s’amplifie avant de relacher l’auditeur vers un final grandiose, victorieux, lumineux et épique. Tous les éléments sont réunis dans une construction efficace bien que sans surprise. Bien sûr, s’ingurgiter plus d’une heure trente de musique d’une traite est énorme, mais c’est ce qu’attendent les fans d’Ayreon qui seront aux anges. D’autant plus que quelques privilégiés pourront,bientôt assister à trois représentations live d’Ayreon qui célébrera une sorte de best of. Tous les détails dans l’interview!

Note 8,5/10

 

Interview: AYREON

Entretien Ayreon. Rencontre avec Arjen Lucassen. Propos recueillis à Paris le 22 février 2017

On n’a jamais deux fois l’occasion de faire une première bonne impression, dit l’adage. Celle avec Arjen Lucassen laisse des traces tant le bonhomme en impose. Même si l’on sait les néerlandais souvent grands, le gaillard dépasse aisément les 2m. Reste qu’une fois la surprise passée,c’est un passionné et heureux de vivre géant avec qui nous avons débattu à quelques jours de la sortie de The source nouvelle oeuvre épique de son bébé, Ayreon.

5 Ayreon 2

Metal-Eyes : The source arrive 4 ans après The theory of everything, ce qui n’est pas inhabituel pour toi  dans la mesure où les albums d’Ayreon sont généralement long, et au regard de tes autres projets. Comment décrirais-tu l’évolution d’Ayreon entre ces deux derniers albums ?

Arjen Lucassen : Je crois que celui-ci est très différent. Je considère The theory of everything comme mon album progressif. Il y avait mes heros du prog, de Yes, Genesis, King Crimson… qui sont pour moi parmi les plus grands du prog de tous les temps. L’album était très orienté « claviers », tandis que The source est plus rock, plus orienté « guitares ». Il y a, aux guitares, notamment Guthrie Govan qui, je pense, est actuellement le meilleur guitariste du monde, il y a aussi Paul Guilbert, qui était un des géants des années 80 et 90. Egalement, j’ai composé The theory of everything d’une manière totalement différente : je suis allé au studio et j’ia enregistré tout ce que j’avais et j’y ai collé toutes les idées qui me venaient. Ce qui a donné de longues chansons de 20’. Le bon côté c’est que ça a donné un album très spontané, le mauvais côté, c’est que ce n’est pas très accrocheur. The theory of everything est un album difficile, on passe par beaucoup d’humeurs, il n’y a pas de structure. Je crois que ce nouvel album, The source est bien plus structuré. Dans les voix, l’ensemble est plus attirant, les chansons, bien que liées par les chroniques, sont distinctes… C’est un album radicalement différent de The theory of everything, ce qui ne signifie pas qu’il soit meilleur ou moins bon, ça c’est à l’auditeur d’en décider

Metal-Eyes : une nouvelle fois, c’est un double album. N’est-ce pas un peu risqué, aujourd’hui, au regard du marché du disque moribond, de continuer de publier des albums doubles ?

Arjen Lucassen : Je pense que mes fans me tueraient si je ne publiais qu’un album simple ! (rires) Ils s’y sont habitués, depuis les débuts d’Ayreon, ce ne sont que des doubles albums. Je crois que si, aujourd’hui, je ne publiais qu’un simple, les fans penseraient que je n’ai plus assez d’inspiration…

Metal-Eyes : … ou que tu es paresseux

Arjen Lucassen : ou que je suis paresseux, oui! (rires). « je ne vais pas payer pour un album simple ! » Ce n’est cependant pas conscient : j’accumule toutes mes idées que j’enregistre sur mon PC, j’ai 50 ou 60 idées, et ensuite je commence à les effacer et choisir celle-ci ou l’autre. A un moment, je prends du recul pour voir ce que j’ai et… oh, il y en a beaucoup, plus de 80 minutes de musique ! Je sélectionne beaucoup, j’ai dû écarter quelque chose comme 20 chansons que je ne trouvais pas assez bonnes, ce qui est une autre différence avec The theory of everything pour lequel j’ai utilisé tout ce que j’avais. Mais cette fois, j’ai été plus sélectif, il y a d’autres idées.

Metal-Eyes : Et le concept est différent également.

Arjen Lucassen : Totalement : The theory of everything est à part dans toute l’histoire d’Ayreon. C’est l’historie d’un scientifique qui cherche à découvrir la théorie de tout, tandis que je retourne à la SF, avec The source. C’est un prequel de toute l’histoire d’Ayreon

Metal-Eyes : Musicalement, qu’as-tu mis dans cet album ? En l’écoutant, j’entends du Queen, des influences irlandaises, orientales également, le tout mélangé à cette culture symphonique et opératique.

Arjen Lucassen : Je crois que ces influences ont toujours fait partie de l’histoire d’Ayreon. Mes goûts musicaux sont si étendus… ça a commencé avec les beatles dans les années 60, avant d’aller vers Pink Floyd, je suis passé par toute la période glam rock avec David Bowie, Alice Cooper, T-Rex, Sweet. Puis j’ai découvert le hard rock avec Deep Purple, Led Zepelin et Black Sabbath, avant de découvrir le rock progressif, Genesis, Jethro Tull… C’est ce qui m’a formé. Alors si tu entends des influences celtes, c’est sans doute lié à Jethro Tull. Des influences orientales ? C’est sans doute Zeppelin avec des chansons comme Kashmir ou Rainbow et Gates of Babylon. Ce n’est pas conscient, ce sont simplement ces chansons qui te forment, et qu’enfant tu écoutes un million de fois. Tous ces artistes qui disent ne pas être influencés par d’autres… c’est impossible ! ça fait partie de ton éducation.

Metal-Eyes : Qu’en est-il du concept, dans les textes ?

Arjen Lucassen : ça traite des origines de l’humanité, c’est ce à quoi « la source » fait référence. Je base tous mes albums sur des faits scientifiques. Je suis très intéressé par la science, je regarde tous ces documentaires scientifiques, Stephen Hawkins et d’autres… L’un d’eux a déclaré qu’il est tout a fait probable que la vie sur terre provienne d’un adn extra-terrestre. La Terre a été frappée par tant de comètes qu’il est tout à fait envisageable que l’une d’elles y ait déposé un ADN. Ce qui signifie qu’il y a probablement, quelque part, une autre planète avec une forme de vie similaire.

Metal-Eyes : C’est à espérer ce serait triste d’être les seuls dans cet univers !

Arjen Lucassen : Oui, absolument vrai… L’autre fait scientifique est que l’on pense qu’en 2050 on aura atteint une « singularité technologique » ce qui signifie que les machines surpasseront les hommes. Elles seront plus intelligentes que les humains. Ce sont les deux points scientifiques de cette nouvelle histoire.

Metal-Eyes : Puisqu’on parle de machines, sur Aquatic race figurent ces mots : « Pas d’ordinateurs, pas de machines ». Comment as-tu enregistré cet album sans machines sachant qu’il y a une vingtaine de participants ?

Arjen Lucassen (Rires) : Attends, que je me souvienne du contexte… Non, c’est la nouvelle planète sur laquelle ils se rendent… ils doivent quitter la planète Alpha car les machine ont débranché toute support  à la vie, et ils doivent quitter la planète. Ils se rendent sur la planète Y qui n’est composée que d’eau. Ils doivent apprendre à vivre sous l’eau, dans un monde dépourvu de machines et d’ordinateurs. Mais je crois totalement en la technologie, je l’approuve et l’adore, elle rend mon travail tellement plus facile !

Metal-Eyes : Comment me décrirais-tu The source afin de me convaincre de filer l’acheter?

Arjen Lucassen : Il y ales meilleurs chanteurs du monde, c’est une évidence, et il réuni la meilleure des équipes dont je pouvais rêver. Il y a les meilleurs guitaristes et je crois qu’il s’agit de ma meilleure production, la meilleure jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit d’un album très aventurier : tu navigues à travers différentes humeurs et différents styles de musique, il est très varié… Je pense que cet album est plus accrocheur que le précédent. Je crois que c’est suffisant pour te convaincre de courir l’acheter ! (rires)

Metal-Eyes : Comment as-tu réuni cette équipe? Ik y a environ vingt intervenants, et j’imagine que vous ne vous êtes pas tous réunis en studio…

Arjen Lucassen : Non, c’est impossible…

Metal-Eyes : Merci la technologie, donc. Comment as-tu décidé qui jouerait quoi ?

Arjen Lucassen : En ce qui concerne la batterie, c’est toujours le même, tout comme pour le violon, le violoncelle et la flûte. J’ai découvert les meilleurs, alors pourquoi changer ? En ce qui concerne les chanteurs, j’ai pour habitude de ne travailler qu’avec de nouveau chanteurs. Mais cette fois-ci, je n’ai pas voulu me limiter, je voulais simplement les meilleurs chanteurs du monde, que j’ai déjà travaillé avec eux ou pas. J’ai d’abord finalisé la musique, puis écris l’histoire avant de penser à quel chanteur pourrait occuper quelle place, ce qui est très important.

Metal-Eyes :Tu sais donc déjà qui tu vas contacter pour tel ou tel rôle ?

Arjen Lucassen : Absolument. D’autant plus avec un projet de SF. Il y a des chanteurs qui ne voudraient absolument pas participer à un tel projet, à cause de leur image… Je ne sais pourquoi mais quelque chose fait qu’on pense souvent que la SF et le metal sont incompatibles. Un nouveau Star Wars sort au cinéma, tout le monde y court, mais si tu le fais en musique ça fait faux…

Metal-Eyes : Pourtant, ta musique est très cinématographique…

Arjen Lucassen : Totalement, c’est un film pour les oreilles. Je pense que, avant tout, la musique doit être bonne. Si en plus il y a une histoire, ça ajoute une dimension, tout comme l’artwork. La musique permet de s’évader, 80 minutes. C’est mon idéal.

Metal-Eyes : Tu as prévu des images pour accompagner cet album ?

Arjen Lucassen : Oui, il y a le premier clip, pour The day the world breaks down qui contient de nombreuses images de fond. L’artwork a été très important, cette fois-ci. Il m’a d’ailleurs beaucoup inspiré dans l’écriture de l’histoire. Lorsque j’ai vu la couverture, cette femme avec les tubes, ça m’a inspiré cette question au sujet d’humains qui devaient s’habituer à vivre sous l’eau. J’avais introduit la course éternelle vers la planete Y sur mon album précédent, et c’est aussi ce qui m’a inspiré. Il va aussi y avoir 3 lyric videos basée sur ce même artwork et qui donnent corps à cette histoire. Ce sont des petits films…

Metal-Eyes : Tu as dis précédemment avoir jeté une vingtaine d’idées. Si l’on pense à tes autres projets, comment décide-tu de ce qui termineras sur un album d’Ayreon et ce qui ira ailleurs ?

Arjen Lucassen : Je peux toujours adapter une chanson en fonction du projet visé. Une chanson est soit bonne, soit mauvaise. Si elle est bonne, je l’utilise, sinon, je la jette. C’est comme de faire une reprise : tu peux en faire n’importe quelle interprétation, mais la chanson doit, à la base, être bonne. Je ne choisis pas en fait. Si j’ai 10 chansons, elles iront sur le projet sur lequel je travaille. J eme sentirais mal à l’aise d’écarter une bonne chanson pour la placer ailleurs. Je travaillais à une époque avec un groupe que je ne mentionnerai pas, nous étions en studio et ce chanteur a eu une super idée, on a travaillé dessus et il nous a dit : « je vais la garder pour mon prochain album » ! On lui a tous répondu qu’on bossait sur celui-ci et il nous a répondu vouloir garder de chansons pour son prochain album…J’ai quitté le groupe après ça parce que ce n’est pas ma façon de voir les choses… Je me souviens que mon amie, une de mes amies passées me disais que je fasais tant, que je mettais tant de bons chanteurs sur ce disque « mais que vas-tu faire pour le prochain ? » « J’en sais rien… » Je sais que le meilleur album doit être créé maintenant, on verra bien demain pour la suite !

Metal-Eyes : C’est une bonne philosophie. Si tu devais ne retenir qu’une chanson de The source pour expliquer ce qu’est Ayreon aujourd’hui, laquelle serait-ce ?

Arjen Lucassen : Sans hésiter, The day that the world breaks down ? Parce qu’elle est très représentative de l’album: tous les chanteurs y figurant, il y a tous les styles musicaux abordés, très doux, très durs, très bluesy, très spatial… et tous ces éléments reviennent à un moment ou un autre. Une chanson comme Everybody dies, qui est ma favorite, n’est pas représentative de l’album. Je pense que si les gens sont amenés à entendre ce titre en premier, ils imagineront que tout l’album est comme ça.

Metal-Eyes : The day that the world breaks down est aussi la chanson qui introduit l’album. Donc, d’une certaine manière, tu me dis qu’une fois que j’ai écouté cette chanson, je peux zapper le reste…

Arjen Lucassen : Non, non, je dis au contraire qui si tu apprécies cette première chanson, tu peux écouter le reste (rires) !

Metal-Eyes : Tu prévois de transposer cet album sur scène ?

Arjen Lucassen : Eh bien, Ayreon n’est pas un projet pour la scène, je n’ai jamais joué live avec Ayreon. Mais, pour la première fois, nous avons décidé de donner quelques concerts avec Ayreon, en septembre 2017. Il y aura trois shows, à Tilburg, en Hollande, qui seront un Best of Ayreon, ce qui signifie que je vais jouer deux chansons de chaque album, donc deux chansons de The source…

Metal-Eyes : Un concept comme celui-ci – des concerts best- of – pourrait-il signifier la fin d’Ayreon?

Arjen Lucassen : Non, non, Ayreon prendra fin lorsque je disparaitrais. C’est mon projet favori, je peux tout y mettre, toutes mes idées. Et si j’arrête Ayreon, je ferais mieux d’arrêter de respirer : c’est ma vie… Etre créatif est la raison de mon existence, et Ayreon mon œuvre…

Metal-Eyes : Lorsque vous donnerez ces concerts, parviendrez-vous à avoir tous ces chanteurs, ou n’en ferez-vous venir que quelques uns?

Arjen Lucassen : On ne peut avoir 16 chanteurs… J’ai choisi des titres avec peu de chanteurs, un ou deux. On a déjà fait des représentations théâtrales, mais c’est du théâtre et tu peux faire venir beaucoup de chanteurs. Je crois qu’ici, il est préférable d’avoir un nombre limité de chanteurs afin de limiter les choses. Ca va déjà être complètement dingue, avec 16 chanteurs et plus de deux heures de musique et un show… Mais, oui, il y aura des chansons avec 5 chanteurs sur scène et je voudrais pouvoir faire monter tout le monde sur scène.

Metal-Eyes : Ce qui signifie qu’une chanson comme The day that the world breaks down, avec tous ces chanteurs, ne pourrait être interprétée sur scène…

Arjen Lucassen : C’est toi qui le dis… (rires) J’essais de ne pas dire quelles chansons seront jouées ou pas, mais, oui, tu as raison. Malheureusement…

 

SOEN: Lykaia

SOEN_LykaiaMetal progressif, Suède (UDR, 2017)

Soen est un groupe à part. Pas seulement sur la scène suédoise, mais au niveau international. Une de ces formations qui semblent divinement inspirées, capables d’offrir des chansons envoûtantes et hypnotisantes. Lykaia, dans son ensemble, entraîne l’auditeur dans un voyages aux horizons multiples, des paysages sonores d’une irrésistible sensualité. C’est à la fois doux et lourd, brillant et agréablement oppressant. Le ton grave du chant de Joel Ekelöf complète la lourdeur d’une basse omniprésente, celle de Stefan Stenberg, qui, tous deux, voient s’opposer les guitares légères et joyeuses de Marcus Jidell. Tout au long des Sectarian, Orison, Lucidity, tout au long de l’album, en réalité, on retrouve des traces de Tool , de Pink Floyd, de Paradise Lost, même, voire d’Iron Maiden période Di’Anno (Paragon) ainsi que des accents jazzy ou des influences orientales. Après un Jinn qui, malgré une petite montée en puissance se veut léger avec son chant typé perse, Sister est un choc transitionnel brutal puis distant… Sur Stray, les guitares se font heavy et déterminées, fulgurantes même. God’s acre est une parfaite conclusion qui démarre avec un simple duo guitare/voix pour se conclure en un heavy rock explosif. Avec Lykaia, Soen s’impose parmi ces groupes progressifs et inclassables, ceux qui ne s’imposent aucune limite et force l’auditeur à se poser pour écouter, réécouter sa musique afin d’en découvrir les multiples subtilités. Un must du genre.

Note: 9/10