WHILE SHE SLEEPS: Sleeps society

Angleterre, Metalcore (Spinefarm,2021)

Nommer son nouvel album en référence au fan club du groupe, c’est un bel hommage à ceux qui ont porté While She Sleeps depuis ses débuts en 2006. Ce nouvel album, Sleeps society, arbore fièrement la fanion du club et le metalcore incandescent des 5 de Sheffield. 10 titres d’une puissance et d’une rage quasi exemplaire. Quasi, car en reprenant les mêmes ingrédients que pour son précédent opus – So what? paru en 2019 – les Anglais marquent quelque peu le pas. Alors, oui, le metal core aux accents parfois électro, à la rage vocale intacte et aux guitares tranchantes fait mouche à tous les coups sans toutefois réellement surprendre. Un album efficace qui ne déroutera ni ne surprendra pas les fans. On ne parlera pas de ces crédits – le listing des membres de ladite Sleeps society sans doute ? – inscrits si petits à l’intérieur de la jaquette qu’il faut un microscope pour les déchiffrer! Ce n’est là qu’un détail qui ne détournera pas l’attention de ces mêmes fans de ce nouvel album.

SEETHER: Si vis pacem para bellum

Metal, Afrique du Sud (Spinefarm, 2020)

« Si tu veux la paix, prépare la guerre ». Ainsi va cette locution latine – Si vis pacem para bellum –  qui nomme le nouvel album des Sud Africains de Seether. Le message est non seulement clair, mais il est d’actualité. Et dès Dead and done, le morceau introductif, le ton est donné: des guitares furieuses, un rythme enlevé, un chant qui évoque toujours un certain Cobain cette fois doublée de colère non retenue. Le groupe franchit ici une nouvelle étape en proposant un hard rock grungy et sacrément burné qui, au cours des 13 morceaux ne se répète jamais. C’est puissant et direct, tout en restant mélodique. La pochette, version négative de Poison the parish (illustration blanche ensanglantée sur fond noir vs. illustration sombre sur fond clair). Le chant de Shaun Morgan – qui s’est également chargé de produire l’abum – est varié, hargneux, doux et enragé, autant que les guitares, qu’il tient avec Corey Lowery sont variées, aériennes et entraînantes. Seether n’a aujourd’hui pas le succès qu’il mériterait pourtant. Cet album, qui se laisse écouter d’une traite, est pourtant la preuve du gage de qualité et de variété qu’est Seether.

TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN: Pressure

Hard rock, USA (SPinefarm, 2020)

Tyler Bryant & The Shakedown a un rythme de publication discographique quasi unique en son genre. Moins de 18 mois après la sortie de Truth and lies, qui m’avait déjà sacrément marqué, les Américains reviennent avec un Pressure tout aussi réussi, varié et efficace en diable. Concocté à domicile en pleine période de lutte contre la pandémie, ce disque voit le groupe confirmer son potentiel et faire un pas de plus vers l’excellence. Les Shakedown s’amusent avec tout ce qui leur plait, du hard rock rageur (Pressure) à la ballade sensible, épurée et émouvante (Like the old me) en passant par le hard rock pur jus (Crazy days), le rock sudiste issus des bayous (Hitchhicker et sa bottleneck). Le combo sait aussi se faire simplement crade et direct (Automatic) ou amoureux de la country (Wildside) ou du blues (Misery). Jamais à court d’idées, le groupe ne laisse pas l’auditeur se lasser. Pressure pourrait-il être le déclencheur – enfin – d’un succès à grande échelle pour TBSD? Voici en tout cas un album, dont on ne jettera rien, qui séduira tous les amateurs de hard rock simple et efficace.

WHISKEY MYERS

Rock sudiste, USA (Spinefarm, 2019)

Horreur! Je ne découvre que maintenant cet album paru au mois d’octobre dernier… Et pourtant, j’avais tant craqué sur Mud, le précédent album des Texans de Whiskey Myers que je m’étais rapidement informé de leurs autres méfaits. Leur passage au club les Etoiles à Paris avait vu une foule de connaisseurs se masser devant la scène. Maintenant que voici ce nouvel album entre les oreilles, que puis-je en dire? Aussi blanc que le White album des Beatles, ce nouvel album éponyme pourrait-il connaitre le même « triste » sort? Les époques ont changé et la bande à Cody Cannon le sait bien, ce qui ne l’empêche nullement de nous offrir un petit chef d’oeuvre de rock mêlant sudiste, country, hard et autres influences parfois proches du funk. C’est simple, il y en a pour tous les goûts, avec parfois des clins d’œil appuyés, tant culturels que politique (Mona Lisa et son « on paye nos impôts et ils n’en veulent que plus »). Whiskey Myers met les pendules à l’heure en démarrant avec l’énergique Die rockin. Je m’amuse de voir accolés Rolling Stone, très country (que rejoignent Houston country sky, et Little more money et sa steel guitar), et Bitch, plus bluegrass et rock, ce dernier étant également une chanson des Stones. Mais il s’agit bien d’un morceau original, pas la chanson reprise par The Dead Daisies. Gasoline, furieux et enragé, pourrait servir à la bande son d’un Mad Max. Les chœurs féminins éparpillés tout au long de l’album apportent une touche soul parfaitement complémentaire. Il n’y a pas deux titres ici qui se ressemblent sans que pour autant Whiskey Myers ne s’éparpille. Bien au contraire, cette variété transforme cet album blanc en pur bijou de rock sudiste varié et enjoué. Un must qui, je l’espère, permettra aux Texans de franchir, en Europe et ailleurs, le cap du simple groupe underground.

AIRBOURNE: Boneshaker

Hard rock, Australie (Spinefarm, 2019)

Trois ans après un explosif Breakin’ outta hell, Airbourne revient avec Boneshaker, nouvel album estampillé « Rock’n’roll for life ». Comme avec d’autres, on sait à quoi s’attendre avec le gang des frangins O’Keefe. Une recette qui fonctionne de cette manière, il n’y a aucune raison de la changer.  Sauf que pour le coup, Matthew Harrisson a pris la place à la guitare de David Roads, qui a préféré retrouver, il y a maintenant quelques années, son ranch australien. A part ce nom, rien de bien neuf à l’horizon. Et c’est très bien ainsi. Quelque part entre l’éternelle dévotion vouée  à AC/DC et l’hommage perpétuel à Motörhead, Airbourne nous gratifie de nouveau de 10 titres d’un rock pur jus. Impossible de ne pas sauter ou taper du pied dès le morceau titre qui ouvre cet album sur des airs… d’AC/DC période Powerage. On a même parfois l’impression d’entendre deux des chanteurs du légendaire groupe Australien. Certains passages des deux poèmes qu’il n’aurait pas renié, Sex to go et Backstreet boogie, évoquent Bon Scott tandis qu’on a l’impression que son successeur, Brian Johnson hante Weapon of war. Mieux encore, l’intro de Blood in the water a des aspects inquiétants d’Alice Cooper. Switchblade angel plus up tempo sera sans conteste source de jumping intense en concert, ainsi que le dernier morceau, Rock’n’roll for life. Avec Airbourne, on n’a guère de surprise: de l’adrénaline en barre, du rock, du blues ultra vitaminé, le tout mixé dans le shaker de David Cobb, producteur désormais attitré du combo. Comme mentionné plus haut, il n’y a pas pas de changement notable, et, même si ce Boneshaker est encore plus marqué de l’empreinte AC/DC que ses prédécesseurs, c’est très bien ainsi. Car contrairement à d’autres, on n’attend pas autre chose d’Airbourne. Tant que les tripes parlent et que c’est fait avec passion et sincérité. C’est ici le cas.

TYLER BRYANT &THE SHAKEDOWN: Truth and lies

Hard rock, USA (Spinefarm, 2019)

Tyler Bryant & The Shakedown semble, malheureusement, faire partie de ces éternels groupes challengers qui ne parviennent pas à exploser malgré les indiscutables qualités des albums offerts au public et/ou les groupes prestigieux pour lesquels il a ouvert ces dernières années. Dans ce club, on trouve des  formations comme The Answer ou The Treatment, parmi d’autres… Je ne fais ici que le même constat qu’il y a deux ans, lors de la sortie de l’album éponyme que je considérais comme un nouveau départ. Le groupe a depuis tourné mais, las, rien ne semble pouvoir les faire passer au niveau supérieur. Ce Truth and lies, nouvelle livraison des Américains, s’inscrit toujours dans le hard rock vintage, un rock empli de ce blues qui nous emporte et de ces mélodies qui nous font nous agiter. Le groupe varie les plaisirs en proposant différentes approches, approchant parfois Led Zeppelin (Shape I’m in) ou Dylan (Judgement day) mais parvient surtout à trouver sa propre identité musicale et sonore avec l’utilisation de sons et une production résolument modernes. TBSD a cependant le propos grave, cet album reflète d’une certaine manière la désillusion tout en se voulant rester positif (Drive me mad). Amoureux du hard rock dit « classique », faites vous plaisir; TBSD vaut le coup d’être soutenu autant que faire se peut.

PUPPY: The goat

Hard rock, Royaume-Uni (Spinefarm, 2019) – sortie le 29 janvier

C’est sympa de débuter l’année avec un album aussi cool que The goat de Puppy. Déjà, porter pour patronyme le nom de « chiot » c’est tout mignon, en plus proposer une pochette rose, ça pose l’ambiance. Ok, celle-ci est agrémentée de bougies noires et d’un crane parmi d’autres objets, mais c’est cool. Tout autant que le contenu musical qui pioche autant dans le heavy traditionnel, lourd, gras et saturé de Black Sabbath, que dans celui plus moderne et chantant d’un Ghost, par exemple, en passant par une certaine idée du psychédélisme des 70’s. Les 44 minutes que durent ces 12 morceaux passent à une vitesse folle, Puppy nous entraînant avec une déconcertante facilité dans son univers. D’accord, Black hole, And so I burn, Bathe in blood ne réinventent pas la machine à courber les bananes mais il y a tant de plaisirs simples qu’on ne peut s’empêcher de trépigner, de chantonner et de suivre le mouvement. The goat est un vrai bon moment qui, si ça continue, annonce une belle année bien rock et roots. Bravo!

AS IT IS : The great depression

Mea culpa… Le troisième album de As It Is, The great depression est sorti depuis le mois d’août dernier. Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, revenons sur ce disque marqué par le choix délibéré des Anglais qui nous propose un concept album. Bien sûr le punk pop n’est jamais loin, mais les accents plus foncièrement rock permettent au groupe de faire encore un (grand) pas en avant. Le concept? Le groupe décide de traiter du suicide sous ses aspects « romantiques »… Sombre sujet, délicat s’il en est, mais qui a le mérite de poser de vraies question sur le mal-être qui mène à de tels actes. Heureusement, les 12 compositions sont loin d’être sombre et apporte même un peu de lumière et d’espérance malgré la gravité du sujet. Direct ou sobre, chaque chanson s’imbrique dans cet ensemble. The great depression n’est sans doute pas à mettre entre les mains d’un dépressif, mais les autres y trouveront de l’énergie et de la variété. As It Is ose, prend des risques et ça pourrait bien s’avérer payant. Next?

THE BROWNING: Geist

Thrash electro, USA (Spinefarm, 2018) – sortie 26 octobre 2018

Comme avec son précédent album, Isolation paru fin 2016, The Browning revient avec un nouvel album de ce que j’avais décrit comme de « l’electhrash ». Les 12 nouveaux morceaux de Geist sont d’une brutalité organique, un résultat rendu possible par le mélange de rage gutturale et d’apports electro. La rythmique plus que soutenue est sujette à crise cardiaque, et le « chant » est aussi furieux que déterminé. Seulement, voilà: la recette semble stagner, malgré une pause bienvenue et un coucou du côté du metalcore en milieu d’album. On prend les mêmes et on recommence? Le côté ultra speed et electro, s’il a encore toute sa place, n’offre pas beaucoup d’espace à des explorations sonores plus variées. Certes, c’est bien foutu, ça speede et ça cartonne grave, il y a une recherche d’ambiances, mais j’ai l’impression que le propos se répète. Toujours pas mon truc mais les amateurs sauront apprécier. Ceci dit, j’aime beaucoup la pochette!

 

SHINING: Animal

Heavy rock, Norvège (Spinefarm, 2018)

Oh que voilà un album qui risque de faire parler de lui! Faut dire que Shining ne nous avait pas franchement habitués. Ce Animal puise carrément dans le hard rock des 80’s, voire dans le dance metal comme le laisse entendre le Take me qui ouvre cet album, très éloigné du black jazz sur fond de cuivres. Ça chante et ça bouge du popotin. Si le morceau titre se veut plus direct, les ambiances restent proches d’un metal electro de (très) bonne facture. Mais rien à voir avec la rage déjantée d’antan… On retrouve un peu de rage vocale au cours de Fight song, et beaucoup de douceur dans le très bien nommé When the lights go down. Smash it up réhausse le tempo, mais bon, il faut s’y faire: cet album est marqué du sceau electro. Metal, mais electro. Bien foutu pour ceux qui aiment danser, Animal présage-t-il de la voie que suivra désormais Shining?