WARDRUNA: Kvitravn

Norvège, Folk (Sony music 2020)

Cinquième album de Wardruna, projet folk de Einar Selvik et de Lindy-Fay Hella, Kvitravn nous emporte de nouveau dans un univers à la fois sombre et lumineux. Navigant sur une vaste étendue d’eau, les 11 titres évoquent tour à tour mélancolie, joie, tristesse et bien-être. Utilisant des instruments traditionnels ou créés pour l’occasion, chacun des morceaux, chanté à deux voix, développe son propre univers sonore tout en conservant ce trait d’union qui évoque le folklore de peuples tribaux. « Peuples » au pluriel, oui, car si l’esprit nordique des vikings traversant les océans sur leurs drakkars est omni présent, certains passages évoquent également les indiens d’Amérique dansant autour d’un feu en évoquant leurs dieux ou encore les cérémoniaux avec mère nature telles qu’imaginées (pas tant que ça) par Cameron dans son film écolo Avatar. Des univers finalement pas si éloignés quand on y pense… Avec, en fil conducteur, repère de tout un chacun, ce corbeau tour à tour lumineux et sombre.  Enregistré sur une longue période, entre 2009 et 2020, Kvitravn, présenté en fin d’année par un Einar perturbé par le fait « étrange de jouer pour des personnes sans visage », s’écoute d’une traite, sans lassitude. Le mariage des voix d’Einar et de Lindy-Fay fait à nouveau des merveilles, entre profondeur et légèreté. Le ton, grave et solennelle, est en parfaite harmonie avec Gaïa, mère nature, le chant mixte est tout à la fois relaxant et apaisant. Un feu de camp, du calme et de la méditation, c’est un bon remède par les temps qui courent.

ARABROT: Norwegian gothic

Norvège, Metal (Pelagic, 2020)

Seize titre d’un metal torturé et atmosphérique… Tout est dit dans le titre de ce Norwegian gothic, neuvième album des norvégiens d’Arabrot. Les ambiances développées nous enfoncent inlassablement dans un gouffre sombre et froid. Le groupe n’hésite pas à emprunter aux Doors, à Black Sabbath, à la New ou la Cold wave  et parvient à instaurer une ambiance aussi malsaine que rythmée. Bien que bénéficiant d’une production moderne, l’ensemble évoque, tant dans ce chant torturé que dans ses guitares d’apparence simples, les années 80/90. Pourtant, au milieu de cette noirceur et de ce chant mélancolique se dégagent une ambiance chantante voire dansante (celle où, dans une longue complainte silencieuse, on se roule contre les murs …) qui interpelle. Si l’univers d’Arabrot frôle parfois le doom, si l’ensemble peut devoir s’écouter en plusieurs fois, Norwegian gothic n’en reste pas moins un album étonnant et attirant.

IHSHAN: Pharos

Norvège, expérimental (Candlelight, 2020)

Après un Telemark explorant les côtés plus sombres et violents, Ihsahn revient avec son pendant lumineux et calme. Pharos, tout comme Telemark propose 3 titres originaux et 2 reprises. Mais le chanteur prend ici un virage radical par une exploration soft et aérienne de sa musique. Même si le propos est sombre, la douceur d’une gravité presque mélancolique de Loosing altitude et ses touches symphoniques entraînent l’auditeur dans une exploration sonore reposante. Spectre at feast a quant à lui de belles intonations pop – qui expliquent sans doute le choix de reprendre Manhattan, skyline, des voisins suédois de A-ha, reprise teintée de claviers très 80’s qui se fond parfaitement dans l’ensemble. Le morceau titre, Pharos, s’inspire plus d’ambiances jazzy, tout en, comme l’évoque la peinture qui illustre ce disque, montant en puissance dans une lourdeur de plus en plus sombre. Roads, reprise de Portishead, offre une guitare sobre et un mélange orchestral de cordes pour un résultat sensible et écorché. En deux Ep, Ihsahn démontre comme il sait si bien le faire ne jamais être là où on pourrait l’attendre ou le souhaiter. Ombre et lumière, nuit et jour, black metal et soft rock, le Norvégien dévoile encore une fois sa sensibilité. Prenant.

BOKASSA: Crimson riders

Norvège, Metal (2019, Queens of stonepunk records)

Après un prologue heavy et instrumental, Crimson riders, le second album des Norvégiens de Bokassa, démarre avec un riff hypnotique et un chant rageur et rugueux. Charmed & extrermely tracherous est-il à l’image du reste de l’album? En tout cas, Bokassa parvient à surprendre tant avec sa détermination musicale qu’avec les chœurs très mélodique du refrain. Puis avec ce Vultures, beaucoup plus rock, dotés de quelques cuivres, qui évoque sans complexe The Offspring à sa meilleure période ou Sum 41. Les Norvégiens ont parfaitement intégré et assimilé l’exemple des Américains, tant dans la recherche du riff simple et efficace, de l’énergie salvatrice, de l’impertinence contrôlée (le côté politiquement correct gentiment rebelle de tous les neo punks…) et de la mélodie entraînante ou du refrain imparable à reprendre en cœur. Si certains pouvaient légitimement se demander comment Bokassa a pu se retrouver à l’affiche de la dernière tournée  de Metallica, la réponse se trouve déjà en partie dans ces premiers titres, variés et déterminés. Le morceau titre tape fort avec son alternance entre passages calmes et très speedé évoque (tout comme Immortal space pirate 2: the last shredi) aussi un certain… Metallica – tiens donc! Captain cold one (cf. le clip ci dessous) vire de bord et explore une lourdeur lente et joyeuse (toujours ces « Oh Oohh »). Bokassa est une découverte rafraîchissante dont on n’attend plus que de les retrouver sur scène pour confirmer qu’une vraie carrière est possible.

SHINING: Animal

Heavy rock, Norvège (Spinefarm, 2018)

Oh que voilà un album qui risque de faire parler de lui! Faut dire que Shining ne nous avait pas franchement habitués. Ce Animal puise carrément dans le hard rock des 80’s, voire dans le dance metal comme le laisse entendre le Take me qui ouvre cet album, très éloigné du black jazz sur fond de cuivres. Ça chante et ça bouge du popotin. Si le morceau titre se veut plus direct, les ambiances restent proches d’un metal electro de (très) bonne facture. Mais rien à voir avec la rage déjantée d’antan… On retrouve un peu de rage vocale au cours de Fight song, et beaucoup de douceur dans le très bien nommé When the lights go down. Smash it up réhausse le tempo, mais bon, il faut s’y faire: cet album est marqué du sceau electro. Metal, mais electro. Bien foutu pour ceux qui aiment danser, Animal présage-t-il de la voie que suivra désormais Shining?