Interview: Yann ARMELLINO et El BUTCHO

Entretien avec El Butcho (chant) et Yann Armellino (guitare). Propos recueillis à Paris le 3 octobre 2016

Better way, leur premier album commun, à peine en bacs, Yann Armellino et El Butcho se  sont prêtés au jeu des questions réponses pour tout nous expliquer de la naissance de ce projet commun. Ambiance légère, sans pression.

SONY DSC

El Butcho : Oh, I gotta a problem with my translator. Hi, I’m Butcho

Metal-Eyes : Hi, nice to meet you. I know you speak French…

El Butcho :  Yeah, oun peutit peuh… (rires)

Metal-Eyes : Je suis donc avec El Butcho et Yann Armellino qui viennent de sortir leur album Better way. Sur le papier, même si le hard rock, le metal vous réunit, l’association Yann Armellino / El Butcho n’est pas une évidence. Qu’est-ce qui vous a réuni ?

El Butcho : … L’amour du hard rock, en fait. Je pense qu’on a tous grandi dans cet univers hard rock des années 80, de Van Halen à Satriani, AC/DC, etc… On s’est aperçus qu’on avait les mêmes goûts, et, c’est comme tout le monde : dès que tu as des affinités avec quelqu’un, tu commences à parler. Yann a proposé ce nouveau projet et j’ai dit « pourquoi pas ? »

Metal-Eyes : Donc l’idée vient de toi ?

Yann Armellino : Oui, tout à fait. On s’était revus  il y a deux ans au Paris Metal France Festival au Divan du Monde et c’est là qu’on en a reparlé. On s’est trouvé plein de points communs et l’idée a germé comme ça. Je l’ai recontacté 6 mois, 1 an après et je lui ai proposé de tenter un truc, je lui ai envoyé deux trois idées. Et ça s’est fait assez rapidement (à Butcho) je crois que dès le lendemain tu m’as envoyé quelque chose.

Metal-Eyes : Comment avez-vous travaillé, justement ? La technologie moderne permet  de travailler à distance, ou alors vous vous êtes retrouvés régulièrement ?

El Butcho : On a travaillé à distance, oui. Mais c’était vachement régulier. Il écoutait, me disait « oui, c’est bon, ça c’est moins cool, on apporte telle modification… » On vit avec notre temps.

Yann Armellino : Oui, voilà! On s’est retrouvés quelques fois, mais chacun faisait son propre enregistrement suite à nos échanges, et à l’arrivée ion avait un truc qui nous convenanit à tous les deux.

Metal-Eyes : Et le résultat, c’est Better way. Vous vous êtes quand même au moins retrouvés pour la photo de couverture.

El Butcho : Oui. Non, non ! C’est un montage ! (rires)

Yann Armellino :

Metal-Eyes : Vous avez sugné avec Note a Bene qui est un label au sein duquel on trouve pas mal de styles différents, Elmer Food Beat, Soan, Jesus Volt… Il y a plein de styles de musiques différents également, du rap au hard rock. Pourquoi ce label plutôt qu’un autre label plus spécialisé dans le rock ou les musiques à guitares ?

Yann Armellino : On a découvert ce label grâce à nos potes de Jesus Volt qui m’ont présenté François et Bérangère du label. Je leur ai parlé du projet et, tout de suite, ils ont été intéressés, sans même avoir écouté.

Metal-Eyes : Qu’est-ce qui les a intéressés ?

Yann Armellino : Déjà, notre pedigree à tous les deux: ils se sont dit qu’il y a un truc à faire. Que ce soit Butcho et ses différents projets, ou moi, par rapport au DVD pédagogique que j’ai fait, mes albums… Sur le papier, déjà, ça leur parlait bien. Ça s’est fait naturellement, en fait.

Metal-Eyes : Il n’y a pas un risque de vous retrouver sur un label qui ne s’y connaisse pas suffisamment  bien en hard rock pour vous promouvoir comme vous l’entendez ?

El Butcho : Je trouve justement qu’un label qui a très peu de groupes dans ce style va mieux le travailler car il y a moins la concurrence des autres. Dans un gros label spécialisé dans le rock et le metal, on serait noyé parmi tous les autres groupes. On s’occuperait de nous 15 jours, 1 mois, et encore, rien que pour la sortie de l’album. Je préfère un label plus généraliste et qui se concentre sur nous plutôt que d’être noyés.

Yann Armellino : Tout à fait, et d’autre part, Note a Bene étant distribué par Wagram, à l’arrivée on a quand même un des plus gros distributeurs indépendant qui va mettre nos disques sur le marché. Ils nous ont trouvé, notamment, un partenariat avec Cultura, donc il y a pas mal de choses qui se passent. Le 14 octobre, l’album sera dans les bacs partout, et, a priori, il y a une mise en place très correcte. Tu parlais de la promotion, mais ce n’est pas le label. C’est Replica, et nous, parce que nous sommes très actifs sur les réseaux sociaux. A l’arrivée, la promo, quelque soit le label, c’est Replica, Roger, Olivier, des gens qui connaissent vraiment ce domaine et ont toutes les antennes.

Metal-Eyes : Parlons un peu de Better way : comment le décrirez-vous de telle sorte que je file l’acheter dès sa sortie ?

El Butcho (à Yann, avec un large sourire) : à toi…

Yann Armellino : C’est du classic rock, hard rock avec une pointe de blues, qu’il y at oujours dans mes prods, pour les gens qui aiment le hard rock, au sens large, mais le vrai, bon hard rock. Un peu old school, dans le bon sens du terme. Je me retrouve totalement dans ce disque parce que je le trouve assez authentique dans la façon dont il est construit. Que ce siot Butcho ou moi-même, on n’en est  pas à notre premier coup d’essai, on a fait pas mal de chose. Si on a décidé de faire ça, c’est pour nous faire plaisir, et faire plaisir aux gens, partager…

El Butcho : C’est ça le plus important, le partage. Et il faut que ce soit sincère.

Yann Armellino : Je pense que le plaisir qu’on a pris, à l’enregistrer ou avec le mastering qu’on a fait ensemble  c’est la dernière étape, c’est ce que tu mets sur disque  – on s’est vraiment dit “on tient un truc chouette”. En tout cas, moi, j’étais totalement satisfait du résultat et c’est l’essentiel. Je n’ai pas de bémol, ce qui est assez rare.

Metal-Eyes : C’est assez rare, mais en même temps, c’est plutôt bon signe, non ? Si vous êtes satisfaits, ça signifie que le public devrait accrocher aussi…

El Butcho : Après, on ne demande pas à tout le monde d’aimer, évidemment. Tout le monde ne peut pas aimer…

Yann Armellino : Mais il y a un retour du classic rock à guitares, et là, il y a du jeu. Je pense que cet album peut trouver un bon écho auprès des amateurs, on n’est pas complètement isolés.

Metal-Eyes : Si, l’un et l’autre, vous ne deviez retenir qu’un seul titre de Better way pour expliquer ce qu’est votre association aujourd’hui, ce serait quel titre ?

Yann Armellino : Ouh, là, c’est difficile…. Parce que chaque titre représente quelque chose.

El Butcho : C’est bizarre, je ne pourrais pas les répondre. Si tu (Yann) dit un morceau avec du chant, ta fan base va dire « oh, non, Yann, c’est des instrumentaux », et inversement, si je choisis un morceau instrumental, on va me dire qu’il n’y a pas de chant dessus…. C’est très difficile…. Un album, je le prends comme si c’était un seul titre divisé en 13 morceaux. Notre style, c’est tout ça mélangé. C’est pour ça qu’on fait un album, sinon, on ne ferait que des singles. C’est très difficile de répondre à cette question…

Metal-Eyes : Vous avez quand même une préférence pour un titre ?

El Butcho : Non. C’est comme des enfants, tu ne peux pas avoir de préférence…

Yann Armellino : A part les deux instrumentaux, un clin d’œil à ma fan base – et si je n’en mets pas, ça va pas bien se passer ! (rires)… A la limite, vraiment, le dernier qu’on a composé, Soldiers of rain, où il y a Jacques de Jesus Volt en invité. Mais parce que c’est le dernier, celui qui a donné la touche finale aux  compos. (A Butcho) Tu te souviens du premier titre ?

El Butcho : Je ne sais plus… ah je sais plus quel est le premier morceau qu’on a fait…

Metal-Eyes : Butcho, une question pour toi: Showtime, Hellectrokutters… Tu as plein d’autres projets. Sont-ils encore d’actualité ?

El Butcho : Bien sûr. Showtime, c’est le groupe de reprise, c’est vraiment  le fun. Comme je le dis chaque fois en concert, on est comme des DJ, sauf qu’on joue en vrai les morceaux qu’on , que tout le monde kiffe. Si les gens viennent voir Showtime c’est qu’ils savent très bien que c’est du hard rock des années 80, Judas Priest, Malmsteen, Winger, Dokken… Tous les gros hits. Du coup, c’est vraiment fun. Avec Hellectrokuters, on vient de terminer le deuxième album qui ne devrait pas tarder à sortir. Mais peut-être pas en France…

Metal-Eyes : Pourquoi ?

El Butcho : Parce que pour l’instant, on n’a pas trouvé de maison de disques en France. Ça va être une maison de disque allemande, en fait qui va gérer l’Europe, dont la France. Et les Etats-Unis.

Metal-Eyes : Yann, si je me souviens bien, ton dernier album solo, Revisited, remonte à 2010. Y a-t-il autre chose de prévu en solo de ton côté ?

Yann Armellino : Non, pas pour l’instant. Je n’ai pas envie de refaire un album instrumental, maintenant, après Better way. Mais je te dis ça aujourd’hui, peut-être que dans 6 mois l y aura du changement…. Je me laisse un peu porter. J’ai vraiment envie d’amener ce projet le plus loin possible.

Metal-Eyes : On a récemment appris le retour du Paris Metal France Festival dont on parlait au début. Aucun nom n’a été révélé pour l’instant. Peut-on imaginer vous retroouver sur scène à l’occasion du PMFF VI ?

Yann Armellino : On peut, peut-être, oui… (NdMPa a été confirmé depuis)

Metal-Eyes : Une dernière chose, pour toi Butcho : Phil ‘Em All, on le sait, s’était fait une spécialité de donner envie à certains groupes de se reformer. Peut-on, à l’occasion de ce PMFF, qui va durer 3 jours, espérer un retour de Watcha sur scène ?

El Butcho : Ah, non, pas du tout! Alors pas du tout jamais ! Watcha fait partie du passé, c’est les années 2000 et ça s’arrête là. Les gens qui sont venus nous voir à l’époque, tant mieux pour eux, c’était vraiment cool, mais là, je suis passé autre chose. Le chanteur de Watcha n’existe plus, c’est une nouvelle personne. Non, pas de reformation, même pour n’importe quelle somme. Ça fait partie du passé.

Metal-Eyes : Revenons à vous: en dehors du PMFF, il y a des concerts  prévus?

Yann Armellino : Il va déjà y avoir des showcases acoustiques, dans pas mal de Cultura, le 27 octobre, il y aura au Feelgood des Halles une soirée sur invitation, c’est quelque chose qu’on n’a jamais fait pour une sortie d’album. Ça se perd un peu, et c’est dommage : pouvoir réunir les médias, pouvoir remercier les gens de nous suivre depuis quelques années

El Butcho : Et les medias de nous soutenir, car sans eux, on ne parlerait pas de nous.

Yann Armellino : Aussi, et ce sera open bar, avec un showcase de 40’, avec deux guitares, Butcho, et mon frangin à la percussion. On va écouter l’album, passer un bon moment ensemble. Après, il y aura des choses plus concrètes, électrifiées. Tu sais, on a la chance d’évoluer dans le milieu du hard rock en France. On n’a pas les gros médias, mais on a plein de médias comme le tien. Je dis souvent que vous êtes un peu comme l’armée des ombres, vous faites des trucs, sur internet on trouve toujours quelque chose, vous essayez vraiment de nous aider à exister et c’est vachement important. Tous les styles de musiques n’ont pas cce style de médias pour les soutenir, et vous êtes vraiment actifs. Chapeau, les mecs.

Metal-Eyes : Mais nous sommes aussi là grâce à vous…

El Butcho : C’est un échange, il y a une émulation. C’est vous et le public qui nous faites vivre.

 

Yann ARMELLINO & El BUTCHO: Better way

avec-cd-nab-1616-yann-armellino-el-butcho-better-wayHard rock, France (Note a Bene, 2016)

Ils se sont rencontrés en 2013, lors de la cinquième édition du Paris Metal France Festival. Ils sont restés en contact depuis et ont décidé de nous faire un petit, ensemble. Yann Armellino, un des trop rares guitar heroes français, musicien émérite et fin technicien, auteur de plusieurs albums solo ou accompagné (il s’est déjà associé au chanteur Chris Caron pour l’album Gimme the sound), et El Butcho, la voix de Watcha – son groupe le plus reconnu mais qui fait partie d’un passé révolu – et de Hellektrokuters et du groupe de reprises Showtime, se retrouvent autour d’une commune passion pour le blues et le hard rock catchy et pêchu. Ce petit, il se nomme Better way, est composé de 13 titres (dont deux instrumentaux) qui, tous, nous entraînent sur une route parsemée de riffs accrocheurs, de mélodies efficaces et rentre dedans. Le morceau titre donne le ton: du rock, du blues, un anglais parfaitement maîtrisé, et, surtout, pas de prise de tête. On retrouve tout au long des 11 chansons, une variété musicale et une vraie personnalité d’où transparaissent aussi tous ces artistes qui ont inspiré, influencé nos deux compères: la classe guitaristique d’un Eddie Van Halen et son taping (Hellcome baby) ou le jeu tout aussi technique qu’aérien d’un Joe Satriani (Soldier of rain), le rock direct d’un AC/DC (Desert song) ou le fun et l’esprit glam de toute cette vague hair metal / hard glam US des 80’s (Selfish goAnother day). Il y a même une touche de folie destructrice, une puissance explosive par instants, comme sur Hellcome baby, encore ou, au contraire, un peu plus de douceur sur Inner strives et The train L’album se conclue par deux « indispensables » instrumentaux – qu’auraient pensé les fans de Yann si l’album n’en contenait pas? – Suits revisited et le rugueux Road to the core. S’il y a parfois quelques approximations (volontaires?) Better way est le résultat efficace d’une union artistique qui devrait enchanter les amateurs de rock simple, brut, direct. Une réussite qui, je l’espère, sera reconnue du grand public.

Note: 8,5/10

Titre que je retiens: Better way

PARIS METAL FRANCE FESTIVAL, le retour !

pmff-6-n1

Ils sont bien tous pareils! Status Quo, Scorpions, Judas Priest… et maintenant Phil ‘Em All… Tous avaient annoncé « la der des ders », une retraite méritée, et chacun est revenu sur sa promesse. Phil ‘Em All comme les autres. Pff! Aucune parole…

Le fondateur du PMFF avait annoncé à corps à cris que l’édition de 2013, la cinquième, best of des éditions précédentes, sur 3 jours, serait la dernière. Nous, dans l’ombre, on ne pleurait pas. On se gaussait. Nous savions. Respections cette décision car nous savions que cet engagement ne serait pas tenu. Et kicékavairaizon? Il a retourné sa veste. Et c’est tant mieux pour nous.

Phil ‘Em All avait organisé le premier PMFF à la locomotive le 7 janvier 2007 histoire, modeste qu’il est, de fêter son anniversaire – 40 ans, à l’époque – avec des copains. Pour l’occasion, ADX, tête d’affiche, voyait revenir Betov et le groupe redevenait un des plus sérieux acteurs français. Puis, année après année, Phil s’est fait une spécialité de convaincre certains groupes des années 80 de se reformer. L’argument: vos enfants pourront vous voir jouer live. Et ça a marché: Still Square (anciennement Square), Blasphème, Demon Eyes, Squealer, Der Kaiser, Shakin’ Street, Attentat Rock, tous ont répondu à l’appel. Même Dum Dum Bullet, Stocks et Ocean, malheureuses reformations de la seule édition annulée, furent remis au devant dela scène.

Cette nouvelle aventure s’étalera sur 3 jours, les 6, 7 et 8 janvier 2017 et on ne sait pas encore combien de groupes y participeront. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que le PMFF se délocalise pour se resituer à Ris Orangis au nouveau Plan, qui a lui même déménagé. Cette opération permet à la salle d’augmenter sa capacité d’accueil en passant de 400 personnes à presque 900, là où le Divan du Monde, qui a accueilli les PMFF IV (2012) et V (2013), ne pouvait recevoir que 500 personne – si le balcon est ouvert au public. La salle, qui disposera de deux scènes, se trouve juste à côté d’un restaurant et deux buvettes seront à disposition.

Les noms commencent à tomber, et cette affiche est prometteuse. On retrouve les anciens, ceux qui ont déjà été programmé une fois (Thrashback, Witches, Existance, Conscience, Hürlement, Misanthrope et Ocean), un qui n’a pu jouer pour cause d’annulation (Mystery Blue), et une ribambelle de nouveaux noms, des plus prestigieux et attendus (Lonewolf, Yorblind, Désillusion, Face To Face, Yann Armellino & El Butcho – bien qu’à l’affiche du PMFF V avec d’autres projets, Gang) aux moins connus (MF Crew, Boisson Divine, Idensity, The Morganatics, Tentation, Freaky Time, One Last Shot) en passant par de formations prometteuses (Pat O’May, Furies, Asylum Pyre).

24 noms et ce n’est pas fini. En tout cas, ce n’est pas assez pour satisfaire Phil. On peut légitimement imaginer que, ayant été à l’affiche de chacune des éditions précédentes, ADX sera de la partie. Reste les surprises: quelle(s) reformation(s) Phil nous prépare-t-il? Sortilège? H-Bomb? High Power? Fisc? Présence?Quel(s) gros coup(s), quelles surprises, quelles têtes d’affiche? Phil aura-t-il enfin réussi à faire obtenir son Graal – faire  jouer Vulcain? Patience, ça vient! Et il ne fait aucun doute qu’il y en aura pour tous les goûts .

Vous trouverez régulièrement des infos sur la page du PMFF ainsi qu’ici même, chez Metal Eyes, partenaire officiel du PMFF. Les pass 3 jours sopnt dès à présent disponibles au tarif de 65€ (+1€ de frais d’envoi pour la France) – en ligne uniquement: http://pmff.bigcartel.com/. Notez dès à présent que les 100 premiers acheteurs de pass 3 jours se verront offrir des goodies, dont un CD live d’ADX inédit et un T shirt. Les pass 1 jour suivent!

 

A suivre…