LAST ADDICTION: Inner abyss

France, Metal (M&O, 2021)

Depuis 2016, les Français de Last Addiction rôdent leur metal rugueux et chantant à travers la France. Ayant débuté à 4 (Dylan Fournet au chant, Gaël Augier à la guitare, Will Guinet (basse) et Thomas Chaverondier (batterie), le quatuor est coaché et décroche ainsi quelques premières parties sympathiques (Audrey Horne, parmi d’autres), produit un premier Ep en 2019 avant d’étoffer son son avec l’intégration au mois de septembre de l’année suivante (bon, si tu n’as pas suivi, l’an dernier, donc 2020…) d’un second guitariste en la personne de Vincent Delphin. Le quintette s’attelle à la réalisation de son premier album, Inner abyss, paru au mois d’avril. Démarrant avec des guitares claires, The skin on my bones introduit rapidement les différents éléments qui caractérisent Last Addiction: des rythmes entraînants, un chant qui alterne entre power metal, black et death, une batterie rapide… Plutôt que d’hésiter entre heavy traditionnel, metal moderne et extrême, le groupe a fait le choix, judicieux, d’intégrer l’ensemble de ses influences dans chacun de ses titres. Mais, voilà, il manque un petit quelque chose pour que Last Addiction m’entraîne totalement dans son univers sonore: peut-être le chant clair est-il trop… « pop », peut-être les riffs, aussi agréables puissent-ils être, manquent-ils de prise de risque, se faisant ainsi trop conventionnels? L’ensemble est bien fait, les textes creusent et explorent diverses théories et Last Addiction cherche à se démarquer grâce à des influences qui s’étalent des années 80 à nos jours. Un large panel qui rend ce premier album agréable sans pour autant lui permettre de se démarquer entièrement. Un essai à confirmer et sans doute une formation à suivre.

DROPKICK MURPHYS: Turn up that dial

USA, punk irlandais (Born & bred, 2021)

Turn up that dial arrive à point nommé pour célébrer le 25ème anniversaire des plus irlandais des joyeux rockers américains de Dropkick Murphys. 4 ans après la sortie de 11 short stories, la bande menée par le duo vocal Al Barr et Ken Casey continue de nous offrir un folk irrésistible, plus proche du punk que jamais. La recette fonctionne toujours aussi bien, et les morceaux sont simplement imparables. Comment rester de marbre, ne pas avoir envie de se lever, taper du pied, embarquer une belle dans une ronde sans fin à l’écoute du morceau titre qui ouvre cet album? ‘est joyeux bien que parfois plus dur, irrévérencieux (Middle finger et son « I can never keep my middle finger down », le message est clair) et drôle à la fois (Mick Jones nicked my pudding). On retrouve ici tous les ingrédients qui font de Dropkick Murphys le groupe si enjoué et quelque peu décallé qu’il est – des guitares, du chant rentre dedans et hargneux, de l’accordéon, une rythmique joyeuse et sautillante – et ça fait un bien fou! Vivement que nous puissions les retrouver en tournée – une nouvelle fois, 2 Zéniths sont annoncés à Paris les 28 et 29 janvier 2022, plus un autre le 13 février à celui de Nantes. Ainsi qu’un nouveau Hellfest en 2022! A ne pas manquer…

PARPAING PAPIER: Croire au printemps

France, Rock/Punk/Metal (Autoproduction, 2021)

Ils sont de retours nos Frenchies frapadingues de Parpaing Papier! De retour avec un album complet, le très bien nommé Croire au printemps, qui débarque le 18 juin. « Très bien nommé » parce que 1/ le mois de mai a été si pourri qu’on espère vraiment que le beau temps va revenir et 2/ parce que la vie elle même, paralysée par la crise sanitaire, à besoin de retrouver un printemps, un nouvelle jeunesse. Sont-ce là les préoccupations premières de PP/PP? Certes non! Nous avions eu droit à une belle carte de visite avec l’Ep Tester des casques et les gars continuent dans cette veine d’un rock furieusement entraînant aux textes d’un humour fin et recherché. Rien ne peut ici laisser indifférents, le sourire pointe à chaque riff et chaque parole. Démarrant avec le morbide imparable et impayable de Entrée plat décès que ne renierait certainement pas Hannibal L. Parpaing Papier donne le ton. Son mélange de rock, de punk et de metal fait mouche. Et derrière un fun apparent se cache un sérieux sans pareil. Oui, il semble aisé d’écrire des « débilités » comme Acheter un œil, Dans ma fusée (clin d’œil – justement ^_^ – à Thomas Pesquet?), Cadeau de cowboy, ou après les casques, ce sont maintenant le vestes que le quatuor veut tester, mais il y a beaucoup plus que ça. « Metal marrant »? A rapprocher d’Ultra Vomit ou des Princesses Leya? Non, même si PP/PP ne dénoterait nullement sur une affiche avec ces deux groupes. Fun, sérieux et efficace en diable, ce Croire au printemps est une vraie bouffée d’air frais et de bonne humeur dans le paysage actuel.

TETRARCH: Unstable

Neo metal/Metalcore, USA (Napalm, 2021)

Nous avions discuté de cet album avec Josh, un des fondateurs et surtout chanteur et guitariste de Tetrarch, groupe fondé à Atlanta (cf. interview), en Georgie, depuis installé à LA. Freak, le premier album, fut une carte de visite pour Tetrarch, principalement aux USA. Aujourd’hui, avec Unstable – et un espoir de retour à une vie plus normale – la réputation des Américains devrait franchir les frontières et traverser les océans. Dès I’m not right, le ton est donné: il y a de la rage et de la gnaque. L’ensemble propose un mélange de neo metal avec des touches électro – évoquant aussi bien Korn que Ministry ou Limp Bizkit. Une forte influence du metalcore plus récent flotte également partout. On se prend rapidement au jeu tant les titres sont efficaces de bout en bout. Slipknot n’est jamais très loin comme le démontre le premier single au clip très réussi Negative noises. Même si la puissance est toujours présente, Tetrarch propose aussi des moments plus « calmes » offrant ainsi un disque varié et aéré. Autre force de l’album, sa production riche et grasse, signée Dave Otero. Unstable, c’est 10 titres qui font mouche et prennent l’auditeur pour ne plus le lâcher. Une superbe découverte que d’aucun présentent déjà comme la future grosse sensation, « the next big thing ». Si Tetrarch trouve son public, nul doute qu’il va grossir rapidement!

CHEAP TRICK: In another world

 USA, hard rock (BMG, 2021)

En ces temps bizarres, moroses, étonnants, l’arrivée de ce nouvel album de Cheap Trick, le très bien nommé In another world, fait un bien fou. On dit que ce n’est pas au vieux singes qu’on appren. à faire la grimace? Eh bien, ce n’est pas aux vieux rockers qu’on apprend à composer des chansons qui font systématiquement et immédiatement mouche. Cheap Trick nous propose une de ces oeuvres simplement rafraîchissantes qui ne peut laisser de marbre. En plusieurs décennies d’existences, la bande menée par Rick Nielsen et Robin Zander en a vu passer des groupes, des styles et des modes. Les influences sont nombreuses, allant des Beach boys avec le très festif The summer looks good on you aux Rolling Stones (Boys & girls & rock n roll) en passant par Kiss période Destroyer (Here’s looking at you) ou Alice Cooper (The party), toujours en apportant sa propre marque de fabrique: cette joie de vivre et de jouer, d’entraîner l’auditeur dans une ronde envoûtante. Imparable de bout en bout, on notera également cette originalité qu’est Another world, présentée en deux versions différentes: d’un côté ballade, de l’autre rock festif, chacun a le choix de sa version. Cheap Trick propose avec In another world un des meilleurs albums rock, tous genres confondus et en profite même pour annoncer un retour scénique en France après 40 ans d’absence. Avec un tel album, il est certain que ce sera l’événement à ne pas manquer! Ce sera à l’Alahambra de Paris le  9 février 2022

AYRON JONES: Child of the state

Rock, USA (Big machine, 2021)

Discuter avec lui fut l’occasion de découvrir Ayron Jones (cf. l’interview ici). Un gars simple, ouvert, bavard doublé d’un musicien de talent. Child of the state, son premier album, nous présente toutes les facettes de son talent. Au travers de 12 titres, Ayron fouille ses inspirations musicales, les retranscrit à sa sauce, les réinvente. Et elles sont vastes, variées, allant de Rage Against The Machine pour les plus dures à Michael Jackson (cette voix! On croirait entendre the king of pop à plus d’une reprise…), Prince ou encore Lenny Kravitz (cette guitare! on croirait entendre… hein, je me répète? ^_^) en passant par Jimi Hendrix. Se faisant tour à tour très rock, soft, tendre ou direct, le Child of the state – ça pourrait bien devenir son surnom – nous offre un premier album franchement emballant qui laisse espérer une belle carrière. Vivement qu’on puisse le voir live. une belle et franche réussite pour un coup d’essai! Et une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, le gaillard sera présent au Hellfest 2022!

ARTILLERY: X

Thrash, Dannemark (Metal Blade, 2021)

Si seulement… Si seulement les Danois avaient, en première partie de carrière – le groupe s’est formé en 1982 – daigné prendre le risque de tourner intensivement, ils auraient pu se positionner aux côtés de Sodom ou d’un Kreator en gestation. Mais, non… Résultat évident: la formation de Michael Stützer courre inlassablement derrière le lièvre en proposant pourtant des albums de haut niveau. X, le bien nommé dixième album, pourrait-il repositionner Artillery sur le devant de la scène? Sans avoir la prétention de réinventer le genre, le groupe se montre sous un jour des plus flatteurs: mélodique, rapide, puissants, les 11 titres (plus 2 bonus sur l’édition limitée) foncent dans le tas, puisant dans le thrash direct et sans concession, se faisant ici porteur d’un hymne et leitmotiv brandissant fièrement le drapeau du genre (In thrash we trust), explorant des sonorités orientales (The devil’s symphony, Silver cross), développant des riffs obsessionnels (In your mind). Le mid tempo The ghost of me vient calmer le jeu à mi-parcours et, même si le thème musical des couplets est sympa, le titre aurait sans doute pu être absent car dénote trop avec le reste de l’album. Mais ce n’est là qu’un détail tant le reste se tient et défouraille comme il faut. Le chant haut perché de Michael Bastom Dahl est d’une rare efficacité même si son timbre haut perché pourrait en rebuter certains. L’ensemble évoque aussi bien les géants du genre qu’on ne citera pas (mais on peut parler de la reprise de Trapped under ice de Metallica, le second titre bonus qui suit The last journey, titre hommage au frère de Michael Stützer, Morten, décédé en 2019) que les moins chanceux (il plane une grosse ombre des Américains de Trauma, dernière période). Speed, déterminé et rageur, avec X, Artillery nous offre un album de thrash comme on l’aime.

 

PRIMAL AGE: Masked enemy

France, Hardcore (WTF records, 2021)

Avec Masked Enemy, leur nouvel album – cinquième méfait, les Français de Primal Age, que certains ont pu découvrir lors de la dernière édition du Hellfest (2019) veulent frapper un grand coup . Fidèles à leurs brutales convictions musicales, les 5 nous délivrent un hardcore sans concession, direct et dans ta face. La rage est présente de bout en bout, cachée par une intro faussement rassurante. Les thèmes abordés sont actuels – défense de l’écologie et de la cause animale, végétarisme, consommation de masse… – et l’on imagine volontiers le groupe s’engager auprès d’ONG et d’associations diverses. Alors certes, les amateurs de colère vont être servis, la brutalité est à l’image d’une charge de cavalerie syncopée et épileptique – Rollins & Co. n’ont qu’à bien se tenir, croyez moi ! – mais il est difficile de suivre cet album d’une traite. A mi parcours, une pause s’impose afin de mieux repartir. C’est que 11 morceaux, 11 bastos, plutôt, ça ne se digère pas en un claquement de doigts. Non, il faut un peu de temps pour tout assimiler. Sensations fortes assurées.

DEAD TREE SEEDS: Push the button

France, Thrash (2021, Music records)

Oh que voilà une grosse claque thrash qui se pointe! Droit dans ta face, sans temps calmes (ou presque – le break de No time to complain et l’instrumental The way to eternity, aérien, pause obligatoire dans ce maelstrom de fureur), les Français de Dead Tree Seeds ne font pas dans la dentelle. Formé sur les cendres de Triakhantos, Dead Tree Seeds publie, en 2013, un premier album (Seeds of thrash) avant de vivre de multiples changements de line-up – ce qui explique sans doute les 8 années qui séparent ces ceux albums. Peut-on dès lors parler d’un nouveau départ? Sans doute. Les dix titres de Push the button évoquent aussi bien Slayer qu’Exodus ou Metallica, Testament… Brutal sans perdre de vue la nécessité d’un rythme entraînant (certes plombé mais irrésistible), cet album aux références parfaitement assumées – le thrash naissant de la Bay Area teinté de death, de Tampa plus que de Suède – se révèle une franche réussite. Le son, clair et puissant, le chant, rugueux et rageur, les guitares, acérées et tranchantes, la rythmique, syncopée et épileptique… Il n’y a simplement rien à jeter dans ce nouvel essai – véritable coup de maître. Bravo!

WHILE SHE SLEEPS: Sleeps society

Angleterre, Metalcore (Spinefarm,2021)

Nommer son nouvel album en référence au fan club du groupe, c’est un bel hommage à ceux qui ont porté While She Sleeps depuis ses débuts en 2006. Ce nouvel album, Sleeps society, arbore fièrement la fanion du club et le metalcore incandescent des 5 de Sheffield. 10 titres d’une puissance et d’une rage quasi exemplaire. Quasi, car en reprenant les mêmes ingrédients que pour son précédent opus – So what? paru en 2019 – les Anglais marquent quelque peu le pas. Alors, oui, le metal core aux accents parfois électro, à la rage vocale intacte et aux guitares tranchantes fait mouche à tous les coups sans toutefois réellement surprendre. Un album efficace qui ne déroutera ni ne surprendra pas les fans. On ne parlera pas de ces crédits – le listing des membres de ladite Sleeps society sans doute ? – inscrits si petits à l’intérieur de la jaquette qu’il faut un microscope pour les déchiffrer! Ce n’est là qu’un détail qui ne détournera pas l’attention de ces mêmes fans de ce nouvel album.