ALPHA TIGER

Heavy metal, Allemagne (SPV, 2017)

Prenez un groupe prometteur et voyez le frontman prendre a poudre d’escampette. Vous paririez volontiers sur la disparition de la formation dans un avenir proche, n’est-ce pas? C’est ce que d’aucuns ont prédi une fin rapide pour Alpha Tiger après le départ de Stefan Dietrich suivant la publication d’Identity en 2015. Seulement, les Allemands ne se sont pas découragés et ont recruté Benjamin Jaino qui s’est emparé du micro. Le groupe a multiplié les concerts avant de reprendre le chemin des studios et de décider de repartir de zéro. C’est bien le message de cet album éponyme au logo disparu, non? Ni titre, ni visuel qui pourrait rappeler le passé. Les nombreux concerts ont permis à la formation de mieux se connaitre et de fonctionner comme il faut ensemble, d’avancer sur la même voie. Le résultat s’en ressent au travers de compos carrée et entraînantes. Le chant est puissant, les guitares rageuses et l’apport d’un orgue Hammond aurait pu se faire plus discret. C’est d’ailleurs la prod dans son ensemble qui pêche: le rendu final est sec, vieux, ni assez gourmand ni suffisamment attirant. Il y a 30 ans, passe encore, mais les moyens actuels permettent à n’importe quel amateur de faire mieux. Et ça, ça gâche presque tout. Dommage, car musicalement, Alpha Tiger sait pondre de petites pépites d’originalité et d’efficacité.

42 DECIBEL: Overloaded

Heavy rock, Argentine (Spv/Steamhammer, 2017)

42 Decibel, c’est qui?  Formé en 2010 et aujourd’hui composé de junior figueroa (chant, guitare), Billy Bob riley (guitare), Chris Marck Towers (basse) et nicko Cambiasso (batterie), 42 Decibelvient de Buenos Aires, en Argentine. Overloaded est son troisième album. Hard rock n roll, 2013 et Rolling in town, 2015 ont commencé à forger la réputation du quatuor.

Overloaded, ça donne quoi? Sale, biéreux, crade… Dès Whiskey joint, le morceau d’ouverture, le ton est donné. Punk, irrespectueux, rock’n’roll direct et sans fioriture. Energique à souhait, cet album varie les tempi, passant avec Dangerous mess à quelque chose de plus 70’s, . La gouaille du chanteur évoque le chant de Bon Scott, les guitares, celles d’Angus et Malcolm Young pré 80. Impossible, en effet, de ne pas faire le lien tant cette influence est évidente. En évoquant sa passion pour la première mouture du groupe Autralien, 42 Decibel se démarque d’Airbourne, plus moderne. C’est à la fois une force et son contraire tant c’est bien fait. Maintenant, les Argentins savent-ils se faire originaux au cours de cet album? Là n’est pas, semble-t-il leur propos. Est-ce ce qu’on demande aux clones cités plus haut? Non. C’est bien la seule faiblesse de ce disque irrévérencieux qui évoque aussi le punk anglais des années 70 et fait quelques clins d’oeil au Motörhead période Eddie Clark. En proposant un produit qui sonne à l’ancienne, avec des guitares qui craquent, une rythmique simple et directe, un rock sans prétention ni fioriture, 42 Decibel parvient à nous faire faire un bond dans le passé. Une jolie surprise, guère originale mais rafraîchissante.

Note : 7,5/10

THE DEAD DAISIES: Live & louder

USA, Hard rock (SPV, 2017)

The Dead Daisies, c’est qui? Oh, oh! Il y a peu, groupe à géométrie variable en fonction de la disponibilité de ses membres, The Dead Daisies semble désormais devenir un groupe stable. John Corabi, Marco Mendoza, Brian Tichy et David Lowy ayant accueilli au sein de leur formation Doug Aldrich et ayant largement tourné en 2016 publient aujourd’hui leur premier album live.

Live & louder, ça donne quoi? Un CD live et un DVD de témoignages, qui, ce dernier confirme le statut de « groupe de The Dead Daisies (cf les mots de David Lowy concernant l’intégration de Doug Aldrich). Le CD relate la tournée européenne – au moins deux titres ont été captés au Trabendo de Paris – et donne une bonne idée de ce que donne le groupe live, en club ou en salles plus grandes. The Dead Daisies ayant joué des reprises sur chacun de ses trois albums studio, on n’est pas surpris d’en retrouver ici. Seulement, ces dernières représentent plus d’un tiers du CD (6 morceaux sur 15, quand même) et l’on est surpris d’entendre un son identique tout du long, alors que plusieurs villes – et donc plusieurs conditions sonores – sont représentées. Le DVD est, quant à lui, divisé en 2 parties: la première permet à chacun des membres du groupe de répondre à quelques questions relatives à l’intégration de Doug Aldrich, la genèse de ce live, la nervosité avant de monter sur scène… Sympathique, mais rien d’extraordinaire. La seconde partie relate les différents concerts de cette tournée qui a permis à The Dead Daisies de se produire en club, en festivals, en ouverture de Kiss, et de jouer devant plus d’un million de personnes en 2016! C’est rapide, chaotique parfois, mais toutes les villes visitées semblent y passer. Notons également la présence de bonus: deux diaporamas bourrés de photos des lieux visités et avec les fans. Il y a de fortes chances, si vous avez été photographiés avec le groupe que vous vous y retrouviez! En somme, The Dead Daisies enfonce le clou avec un disque enjoué, un live efficace qui devrait ouvrir de nouvelles portes au quintette qu’on attend de revoir avec impatience au Hellfest!

Note: 8/10

Sortie: mai 2017

EDENBRIDGE: The great momentum

edenbridge 2017Metal symphonique, Autriche (Steamhammer/SPV, 2017)

Edenbridge revient avec un neuvième album studio. The great momentum est en réalité un album dédoublé puisqu’il est présenté sous deux formats : en versions électrique et instrumentale. 9 morceaux qui démarrent avec un Shiantara (sans doute la chanson la plus immédiatement mémorisable de tout le disque) introduit à la batterie aquatique et aux guitares tranchantes. La voix de Sabine Edelsbacher, cristalline et sensible, apporte toujours les accents pop  aux ambiances travaillées comme des BO de James Bond ou autre films d’action. On pense naturellement à la construction de Live and let die, mais pas que. La construction des chanson est souvent complexe, alternant entre une certaine furie des guitares au grain saturé de Dominik Sebastian et Arne Stockhammer et les paysages dessinés aux claviers par ce dernier. Et lorsque l’on sort de ces ambiances cinématographiques, on se retrouve ici plongé dans des paysages ensoleillés et là projetés dans l’espace, voire en orient (les accents prononcés de Return to grace). Deux chansons ralentissent nettement le tempo, In the end of time, tout d’abord avec son duo vocal sur lequel Sabine chante avec Erik Martensson, un air au piano qui monte en puissance, et A whiff of life, basé sur le même modèle voix/claviers. Seulement, si la production est claire, limpide, l’ensemble parfaitement réfléchi et interprété est trop propre. Le chant est sage, et manque d’une certaine singularité. Sabine est appliquée et semble éviter un petit grain de folie… C’est dommage car, bien que The great momentum soit bien fait, et survolé de l’esprit de 007 meets Nightwish, il reste trop traditionnel. Maintenant, le piège réside aussi sur le second CD qui n’est autre que la version instrumentale de l’album. Sans le chant, donc, ce qui approte uine réelle dimension cinématographique au disque. De là à dire que Edenbridge pourrait envisager un nouvel avenir, il y a un pas que je ne franchirais pas. Mais la démarche est pour le moins surprenante et le résultat agréable et intéressant.

Note: 7,5/10

THE DEAD DAISIES: Make some noise

Make_Some_Noise_-_Dead_Daisies_coverHard rock, Australie/USA (SPV, 2016)

Deux de ses membres étant parti conquérir des planches certainement beaucoup plus larges et profondes (Richard Fortus et Dizzy Reed), The Dead Daisies s’est adjoint pour son troisième album, Make some noise, paru au mois d’aout dernier – et dont j’ai envie de vous parler six mois après, histoire de réchauffer les chaumières, pas de commentaire, svp! – de Doug Aldrich à la guitare. Douze nouveaux titres (enfin, dix nouvelles chansons et deux reprises – Fortunate son de Creedence Clearwater Revival et Join together de The Who) qui puisent dans le rock bien gras et groovy. La voix étouffée de John Corabi colle parfaitement à la rugosité des guitares, Marco Mendoza parvenant plus que souvent à imposer un joli groove. Brian Tichy se révèle au fil du temps un excellent batteur à la frappe sûre et puissante. Si l’on parle souvent de la vie dans cet album, The Dead Daisies s’engage également sur la voie de l’humanité, notamment avec le premier morceau, Long way to go, triste constat de notre société actuelle. Le quintette ne réinvente rien, se fait plaisir en pondant des airs facilement mémorables (Song and a prayer, Mainline, Freedom) mais s’égare quelque peu en route sur certains passages. Toutefois, l’ensemble est chaleureux, les deux reprises efficaces et le tout se laisse écouter avec aisance. Du bon gros rock, en somme.

Note: 8/10

Site web: thedeaddaisies.com

ROCK WOLVES: Rock Wolves

rockwolves_2016Hard rock, Allemagne (SPV, 2016)

Il a refait parlé de lui en reprenant les baguettes pour Michael Schencker et son Temple Of Rock. Cette expérience, la tournée aussi, lui a sans doute donné envie de reprendre le chemin des studios. N’en ayant pas encore discuté avec lui, ce ne sont là que des suppositions, mais voilà, Herman Rarebell, le batteur de la plus illustre représentation de Scorpions (avec Francis Bucholz à la basse qu’on a aussi retrouvé avec le Temple Of Rock cité plus haut) dans les années 80 s’est allié avec Michael Voss et Gutze Hinz, respectivement ex-Mad Max à la guitare et au chant et ex-H-Blockx à la basse, au banjo et aux claviers et ils ont, ensemble, monté ce Rock Wolves. Power trio? Super groupe? Avec la promo qu’il y a autour de ce projet on serait en droit de s’attendre à du gros hard rock classieux, non? Dès le titre d’ouverture Rock for the nations, message à lui tout seul, on se demande où on est. La prod est bonne, certes, le son enrobé comme une friandise, mais le fond est, comment dire? Pop, les guitares sont légèrement hard et le chant est… suave. Il rappelle étonnamment – tiens, on en reparle aussi – Dan Reed, mais à un point tel que je me suis demandé s’il n’était pas de la partie! et l’ensemble est rock FM, même pas hard, parfaitement radiophonique avec quelques clins d’oeil aux anciens groupes des musiciens. Même la reprise de What about love, popularisée par Heart lors de son grand retour en 1985, est molle… Pourtant, les compos sont sympas, il y a de la matière, des idées, la production est irréprochable, mais quoi? A mes oreilles, c’est sirupeux et ça fait soupe commerciale sans intérêt. Quelque chose ici est raté, et c’est l’absence de vraies guitares, de chant hargneux sinon rageur, de tempête sonore. Dommage, vraiment.

Note: 6/10

Titre que je retiens: The lion is loose

SODOM: Decision day

sodom_decisiondayThrash, Allemagne (SPV, 2016)

Lors de notre rencontre au Hellfest 2015, je demandais au bassiste chanteur si « Tom continuait de déchirer les anges ». Une question naturellement en rapport avec son nom de scène. Quelle que fut alors sa réponse importe peu: Decision day vient le confirmer en 11 déflagrations, 11 morceaux d’un thrash sans concession, au chant de souffrance, proche du black. Le genre à, oui, choper un ange et lui arracher les ailes sans procès ni pitié. Troisième album avec la même formation (Bernemann à la guitare depuis bien tôt 20 ans et Makka à la batterie depuis 2010), Sodom confirme, à la force de riffs affûtés et tranchants comme un scalpel, être en pleine forme. In war and pieces (2010) et plus encore Epitome of torture (2013) rouvraient la voie de ce géant allemand du thrash après quelques années de doute du public, bien que les productions précédentes fussent pourtant de haute volée. Ici, malgré quelques moments de pause, ou, plus exactement de calme relatif,  on retrouve ce qui fait l’essence de Sodom: des lignes mélodiques efficaces sur fond de rythmes endiablés et chant hargneux traitant d’histoire: Caligula, pas besoin de dire de quoi traite ce titre, Decision Day, qui parle du débarquement, Belligerence, plus politique, tout comme Blood lions... La forme est là, tout autant que le fond, tant musical, d’ailleurs, que le produit fini lui-même: SPV s’efforce de proposer des CD au design poussé, ses récentes sorties (Vardis, Vicious Rumors, Running Wild parmi d’autres) comportant toutes, en plus du cd, un livret richement illustré ainsi qu’un poster. Ce qui importe, cependant, reste le contenu musical, et Sodom, avec son lot de décibels savamment organisés et arrangés pour secouer les neurones, nous apporte entière satisfaction. Son thrash old school est parfaitement d’actualité.

Note: 8/10

Titre que je retiens: Sacred warpath

RUNNING WILD : Rapid foray

running wild 2016Heavy Metal, Allemagne (SPV, 2016)

Des guitares rapides, un esprit typique du metal 80’s, des chansons joyeuses et une voix éraillé, typique de Rock’n’Rolf… Pas de doute, les pirates allemands de Running Wild sont de retour et ont décidé d’un passage en force, d’une attaque surprise avant de rentrer au port. Depuis son retour aux affaires en 2011, l’un des plus anciens groupe allemands tourne avec un line-up scénique stable – autour de Rolf on trouve un second guitariste, Peter Jordan, et la section rythmique composée du bassiste Peter Pilch et du batteur Matthias Liebetruth – mais, malgré ce troisième album depuis 2011 (et le 16ème en studio), bien qu’il n’y ait pas de groupe véritable, sans doute une faiblesse pour Rolf. Le capitaine est seul maître à bord. Voire même préfère-t-il être seul à bord. Si le quatuor aujourd’hui se connait parfaitement, et collabore toutefois en studio, il n’empêche: avec Rapid Foray, Running Wild n’invente rien et se fait simplement plaisir en proposant des compositions pleines de vie, d’entrain, de bonne humeur. Si les deux premières salves sont rapides et déterminées (Black skies, red flag et Warmongers), la suite est souvent joyeuse et, surtout, festive. Ainsi, le plus direct Stick to your guns garanti sa dose de headbanging cadencé, tandis que Rapid Foary, The blood in you ou Black Bart, pour ne citer que ceux-là, nous entraînent dans le sillage de joyeux pirates venus se battre en rigolant. On se croirait presque, parfois, au royaume du happy metal à la Freedom Call! Mais Running Wild a sa propre personnalité et s’en sort très bien. Au milieu, l’instrumental In the depths of the sea (Nautilus), nous permet de naviguer et d’affronter la mer dans tous ses états: oppressante, lourde, calme, tempétueuse ou déchaînée. tandis que The last of the Mohicans vient conclure – en 11 minutes – ce nouvel opus. Puissant et bien produit, Rapid foray souffre cependant d’une difficulté majeure: il n’y a rien de très novateur, peu de prise de risques. Bien que sans surprise, et classique, Rapid foray est un album enjoué, entraînant et frais qui se laisse écouter facilement et sans modération. Gardez le cap moussaillons!

Note: 8/10

Titre que je retiens : Black Bart

Bun E. CARLOS: Greetings from Bunezuela

bun-e-carlos-greetings-from-bunezuelaRock, USA (SPV, 2016)

Bun E. Carlos fait partie de ces icônes que seuls les USA sont capables d’offrir au monde. Musicien passionné, amoureux de la vie, le batteur est avant tout célébré pour sa vie passée au sein de Cheap Trick. Mais un groupe n’a jamais été assez, et le gaillard a passé sa vie à frapper ses fûts pour qui le souhaite. La carte postale de vacances qu’il nous offre aujourd’hui avec Greetings from Bunezuela est une bouffée de fraîcheur bienvenue. Bien qu’offerte en début d’été, cette escapade permettra à chacun de prolonger un peu ses vacances. Car un mot s’impose comme unique fil conducteur tout au long des 13 chansons : fun. Avec une pléiade d’invités certainement de marque (je ne connais que Hanson…) ce sont des rythmes universels qui viennent égayer notre quotidien. Jamais sérieux, comme avec son groupe « de tous les jours », les bons mots flirtent avec de jolies mélodies, simples, directe, entraînantes. Ce n’est ni hard, ni rock, ni rien, c’est un peu tout, et surtout, c’est pop et passe partout. Les Français s’amuseront naturellement de cette hilarante reprise de Jacques Dutronc, Les cactus, dans un français à l’accent charmant et hilarant. Bun E. Carlos se fait plaisir sans chercher plus. Ce Greetings est un moment de plaisir pur. Il se délecte, mais ne dure qu’un moment. A écouter entre potes en grignotant une pizza.

VICIOUS RUMOURS : Concusion protocol

vicious rumours 2016Heavy Metal, USA (SPV, 2016)

Dans la famille « Tenace », je demande le père (fondateur)!  Lorsque le guitariste Gary Thorpe fonde Vicious Rumours à la fin des années 70, il ne s’imagine certainement être encore présent en 2016. Encore moins que son groupe sera un lieu de passage encore plus « ouvert » qu’un moulin. On ne compte en effet plus le nombre de ses collaborateurs. Cependant, Vicious Rumors a, dès ses débuts, proposé un heavy metal rentre dedans, direct, qui s’est retranscrit, entre 1986 et 1991, au travers de 4 albums remarqués, ensemble conclu par l’enregistrement à Tokyo d’un live, Plug in and hang on en 1992. Ensuite, ce fut la bérezina… Le public s’est orienté vers d’autres sons, le groupe, sans doute à cause d’un manque de stabilité du line-up, a perdu en créativité, s’est cherché, mais Thorpe, vaille que vaille, a maintenu le cap. Seule une lueur d’espoir vient rassurer le fondateur avec l’explosif Warball (1996), mais le groupe connait une nouvelle longue période de veille de 5 ans. pourtant, depuis 2011, la confiance semble revenue, la créativité également, grâce à 2 albums remarquables, Razorback killers en 2011, puis Electric punishement paru en 2013, qui voit l’arrivée du vocaliste Tilen Hudrap. Aujourd’hui, en 2016, Concusion protocol vient nous rassurer quant à l’efficacité de Vicious rumors. les Américains optent ici pour une variété sonore dont le point commun reste l’énergie. En alternant entre titres (très) rapides (Concusion protocol, Chasing the priest, 1000 years, Every blessing’s a curse) morceaux plus heavy mid tempo (Victims of a digital world, Bastards sans doute le morceau le moins efficace de l’album) voire popisant (Last of our kind), en s’offrant la heavy ballad « obligatoire » (Circle of secrets) ainsi que LE titre prévu pour faire chanter le public en concerts (Take it or leave it), en évoquant en filigrane les grands de sa génération (en vrac, Accept, Iron Maiden Slayer, Metallica) ou de plus jeunes (on croirait entendre le chanteur des Dannois de Serpent Saints), Vicious Rumors s’adresse à un large public. La production, sobre et tranchante, rend honneur à l’ensemble car elle n’en fait jamais trop. Concusion protocol est taillé pour lefficacité et ne doit désormais plus passer que l’épreuve de la scène. Et Vicious Rumors doit enfin s’imposer et trouver sa vraie place.

Note: 8,5/10

Titre que je retiens: Chasing the priest