FIREWÖLFE: Conquer all fear

USA, Heavy metal (Linb music, 2021)

Sept années… Il aura fallu sept longues années aux Américains de Firewölfe pour donner un successeur au remarqué We rule the night paru en 2014. Une éternité qui aurait pu laisser les fans croire en la disparition pure et simple de la formation. Mais non, les revoilà avec un Conquer all fear forgé dans le metal le plus pur et traditionnel. Il aura cependant fallu au groupe de traverser de nombreuses épreuves pour réussir à, enfin, finaliser ce  nouveau disque: changement de line-up quasi complet, pandémie, re-recherche de nouveaux musiciens… Mais l’attente en valait le coup. Conquer all fear résume un état d’esprit justement conquérant, et l’album transpire de cet amour pour le heavy traditionnel. Hein? Non, je ne parle pas d’un nouveau Manowar bien que l’esprit des titres évoque incontestablement le quatuor US. Les références sont d’ailleurs nombreuses et parfaitement intégrées, allant de Black Sabbath à Motörhead en passant par Michael Schencker ou Accept. Firewölfe varie les tempi, passant du speed (Petal to metal et ses belles mécaniques, Wages of sin) au heavy typé allemand (Keep the hounds at bay, Swallow my pride) ou à des influences  qui évoquent Dio (l’intro orientale de Conquer all fear) ou Whitesnake (le mid tempo Candle in the dark). Du grand classique parfaitement digéré qui fait de ce nouveau disque une petite merveille pour tout amateur du genre. Parfaitement produit et sans fioriture, Conquer all fear pourrait permettre à Firewölfe de trouver enfin son public.

SAINT CHAOS: Seing red

Allemagne, Pop (Rough trade, 2021)

Attention: anomalie! C’est marrant comme les apparences peuvent être trompeuses parfois… Avec un nom comme Saint Chaos, on pourrait imaginer un groupe qui foute le bordel version punk irrévérencieux. Allez, hop, un CD in ze lecteur et… Mais non! Même s’ils voient rouge (Seing red, le titre de leur album), le combo allemand reste propre et gentillet, distillant une pop soft et, dans l’ensemble, bien foutu. Même si les tonalités sont familières (on retrouve du Police ou du Titiyo, de la new wave ou de la dance) les mélodies regorgent de trouvailles et d’effets originaux et d’airs entêtants qui puisent autant dans le rock soft des 80’s que dans ce que la pop fait le mieux. Oui, on est très loin du hard rock, a fortiori plus encore du metal! Mais allez, en cette fin d’année, un peu de douceur ne peut faire de mal, d’autant avec un album enrobé de blanc et rouge, les couleurs préférées du père Noël. Fun mais plus pour amateurs de boite de nuit que pour heabanger, même sur le retour.

Daniele MAZZA: Immortals

Italie, instrumental (Limb music, 2021)

Les amoureux de grandes épopées et d’heroic fantasy vont craquer avec ce « filmscore », cette œuvre épique de Daniele Mazza. Immortals, c’est le type de BOF qui n’en est pourtant pas une qui s’écoute comme une grande œuvre, avec plaisir et entrain. Tous les ingrédients sont réunis pour entrainer l’auditeur dans de grandes chevauchées et cavalcades terrestres, dans des fuites et batailles navales, le perdre au milieu des forges d’un village… Les aspects symphoniques rappellent à la fois Nightwish et (ses inspirations…) l’opéra. A ce titre, In the heart of the battle réunit tout ce qui fait une grande oeuvre: des tempi et ambiances variés, un partage judicieux du rôle de chaque instrument – ces soli et envolées de guitares ! – et la visualisation de décors qui vont de ma mythologie grecque à l’univers des supers heros de Marvel. Les 11 titres de cet album (plus deux bonus pour la version CD) qui constituent Immortals sont une totale réussite pour un album qui accompagnera nos jeux de plateaux lors de ces belles et longues soirées de fin d’année.

WONDERS: The fragments of wonder

Italie, Power metal (Limb music, 2021)

Wonders, c’est le nouveau projet des frangins Giorgio et Pietro Paolo Lunesu (ex EvenFlow), respectivement batteur et guitare,  et de l’ex-Firewind Bob Katsionis aux claviers, également producteur à ses heures. Le trio se lance en 2020 dans l’aventure du power metal, inspiré de ce que pouvait proposer Stratovarius dans ses anciens jours. Le résultat de leur premier album, The fragments of wonder (remarquez le singulier qui ne peut se confondre avec le nom pluriel de la formation), est un condensé de puissance et de mélodie au travers de 10 titres hauts en couleurs, aux tempi variés et accrocheurs. Pour atteindre ce résultat de haute volé, Wonders s’est adjoint les services du bassiste Luca Negro et du chanteur Marco Pastorani, tous deux issus de Temperance. Les envolées lyriques côtoient allègrement les rythmes martelés à coup de double grosse caisse sans que Wonders ne se perde dans de futiles démonstrations techniques. The fragments of wonder  est un album puissant qui entraîne son auditeur dans une variété mélodique irréprochable. Puissance et mélodie font de ce premier album une pépite d’efficacité.

SWEET NEEDLES: Tormenta

France, Rock (Autoproduction, 2021)

C’est frais et puissant, direct et quelque peu irrévérencieux, varié et énergique. ça s’appelle Tormenta et c’est le premier album des Français de Sweet Needles. Le groupe, qui réunit les jumeaux Bonnot – Oscar (chant) et Arthur (guitare) – Simon Dagallier (guitare), Arthur Calonne (basse) et Hippolyte Bordes (batterie), a vu le jour au début des années 2010. Certains ont pu les découvrir au trabendo de Paris en ouverture de Pop Evil en 2019, d’autres par le biais de leurs publications précédentes entre démo et Ep. Le style est un mélange de rock, de punk, de metal, l’ensemble chanté, scandé et, parfois, hurlé, mais, toujours, l’ensemble se tient. La ligne directrice est clairement tracée par la recherche d’énergie, celle qui fait bouger et qui interpelle. Tormenta, c’est un recueil de 11 titres « qui le font » et qui forment une superbe carte de visite.  Sweet Needles n’invente rien mais propose une musique originale qui intègre totalement les influences de ses musiciens pour les transformer en un son à la fois neuf et traditionnel. En cette fin d’année, c’est une très belle découverte à conseiller.

BENEATH MY SINS: An acoustic journey

France, Folk/Symphonic metal (Autoproduction, 2021)

Une expérience acoustique aussi tôt dans une carrière c’est original. Beneath My Sins propose avec An acoustic journey – part 1 une expérience aux limites du symphonic, plus proche du folk. Les influences scandinaves sont évidentes – l’appui de mots simples en guise de rythme « refrain » sont efficaces ainsi que certains instruments qui sonnent très « vikings » – et efficaces. L’ensemble est joyeux, porté par la voix douce d’une Emma Elvatson – qui, cependant, parfois devrait éviter des vocalises trop haut perchées qui peuvent devenir, agressives voire irritantes – pas mon style, en tout cas. Reste que flute, chant (non aigu), cordes, percussions et rythmiques sont entêtants et envoutants, une invitation à un voyage en terres accueillantes et chaleureuses. Cet album, c’est aussi le résultat de la pandémie: le groupe a su tirer profit de cette période pour découvrir de nouveaux instruments, à l’instar du co-fondateur Clément Botz (guitare) qui a travaillé de nouvelles pratiques avec le concours de Metteo Sisti (Eluveitie). Ne pas subir et avancer, explorer, tester, c’est ce que nous offre Beneath My Sins avec ce An acoustic journey exploratoire qui saura séduire les fans du genre. Notez qu’il ne s’agit que de la première partie du projet qui en appelle d’autres. A suivre donc.

UNITED GUITARS: Vol. 3

France, Instrumentaux (Mistiroux, 2021)

A peine un an après la parution du second volet de son projet dingue, voici que Ludovic Ergaz réussit l’exploit de réunir de nouveau pléiade de guitaristes venus apporte compos originales et touche singulière au Vol. 3 de United Guitars. Moins d’un an, c’est rapide! « Oui, mais c’est l’objectif qu’on s’était fixés, un album par an. On arrive à tenir la cadence, et c’est vrai que ça demande ebaucoup de boulot et d’abnégation, mais voilà, pour l’instant on y arrive« . Pour ce nouveau volet, les musiciens ont-ils pu se réunir à plus que 5 en studio sans pour autant tous y faire la foire ensemble? « Ca a été un entre deux: c’était beaucoup moins contraignant parce qu’on avait pas besoin de mettre des masques tout le temps. On était un peu limité en nombre – pas plus de 10 dans la cabine. C’était gérable. L’essentiel c’est qu’on ait pu enregistré tranquillement« . Toujours produit d’excellente manière avec un son pur et puissant à la fois, ce nouveau volet propose une diversité de genres, du jazz au metal en passant par la world ou le rock. Ludovic et ses participants s’adressent ainsi au plus grand nombre, sans jamais tomber dans le piège de la frime démonstrative. Chacun, amateur de guitare ou guitariste chevronné, peut ainsi y trouver plus que son compte. « A chaque fois, on veut faire monter le niveau, avoir des musiciens de plus en plus pointus dans des styles différents. Il y a des dérivés du funk et de new soul sur deux morceaux. Cet album démontre qu’on peut proposer de la guitare dans divers styles tout en restant ancrés dans l’air du temps. On a surtout cherché à éviter de tomber dans le piège de la démonstration pour super geek de guitare, de virtuosité ou de shred. C’est avant tout une collection de bons morceaux axés autour de la guitare. J’ai même la prétention de croire que même un public non averti et à priori pas intéressé par la guitare pourra apprécier cet album« . La variété des titres – tous des compositions originales encore une fois – et des musiciens – 34 guitaristes, deux bassistes et deux batteurs pour un total de 20 morceaux – fait que United guitars s’adresse à tous public. « On n’est pas intéressés par les reprises… Il y a plein de gens qui font ça très bien sur internet, mais notre ambition c’est d’apporter des compos originales portées par des gens créatifs. » Loin d’être un projet paritaire, Ludovic a tout de même réussi à doubler le nombre de femmes présentes. United Guitars passe ainsi à 2 guitaristes fémines. On avance! Reste qu’il n’a toujours pas réussi à décrocher la participation de Steve Lukather: « On est toujours en pourparlers avec lui, il fait partie des guitaristes qu’on connait bien et qui feront un jour partie du projet, comme George Lynch avec qui on discute. Il faut attendre le bon moment, celui où il ont moins d’activité. C’est ce qui s’est passé l’an dernier avec Doug Aldrich qui avait deux semaines de vacance chez lui. Il avait des travaux chez lui, il était même un peu désœuvré, et il était content de faire United Guitars. » Il y a quand même un certains nombre de nouveaux, dont, justement « George Lynch, une de mes idôles d’enfance, Franck Gambalé, Poppa Chubby, guitaristet de blues américain qui fait essentiellement carrière en France et que je connais depuis très longtemps. Tora Dahle Aagard une guitariste norvégienen qui est un peu la M de son pays, c’était le bon moment de lui demander de participer. C’est vraiment chouette d’avoir ces gens là sur l’album« . La présence d’autant d’étranger pourrait laisser imaginer que United Guitars jouit d’une certaine aura hors de nos frontière, mais non. « Ca reste très confidentiel à l’étranger. Le covid nous a un peu freiné à ce niveau là mais on espère qu’on pourra bientôt distribuer nos albums sur d’autres marchés« . Pour les amateurs de Heavy, sautez sur le titre de Neo Geo Fanatic (ADX) qui « croit beaucoup au projet et nous a toujours suivi ». Le vol. 2 était également sorti en triple vinyle, quid pour celui-ci? « C’est compliqué, principalement à cause de la pénurie de matière première. Les usines ne prennent même plus de commandes pour la fabrication de vinyles! Outre le format CD, ce nouveau volume sera en distribution sur toutes les plateformes« . Une grosse vague promo arrive avec un clip par titre, soit une vingtaine, ce qui « demande un gros investissement, avec en plus la préparation du live. On voudrait bien pouvoir jouer en 2022 ou 2023 », ce qui n’empêchera pas la préparation d’un volume 4. « On se penchera dessus en mai« . Cool, mais surtout, on vous attend sur les routes!

Propos de Ludovic Ergaz recueillis le 30 novembre 2021.

SYNAPSE: Singularities

France, Rock (Autoproduction, 2021)

Un peu de prog aux relents jazz, ça vous tente? C’est le programme que nous promettent les Franciliens de Synapse tout au long de leur album Singularities. Composé de 9 titres, ce premier album fait suite à un Ep sorti en 2019, l’année de l’arrivée de Thomas au chant. Avec Singularities, le quatuor a « voulu quelque chose de plus rock, se rapprochant du metalcore parfois. c’est d’ailleurs pour ça qu’on a fait appel à Pierre Danel de Kadinja » groupe dont le guitariste Pierre « a bien kiffé les morceaux et a apporté le piment nécessaire, même si tout était déjà composé« . L’album se distingue cependant par la variété des tonalités proposées. Allez, en dehors du chant anglais que j’ai franchement du mal à comprendre, Synapse propose un rock léger et aérien. Puisant autant dans le rock progressif de haute volée que dans des tonalités plus pop, les guitares hypnotiques et la rythmique entrainante accompagnent l’auditeur vers des univers à la fois familiers et novateurs. Il règne ici un esprit festif 60’s, là une ambiance plus 80’s, d’autres moments puisant dans le jazz… Synapses – vous savez, ces espaces vides entre les neurones – s’amuse avec ses influences. Roam, par exemple, navigue entre ces univers a priori contradictoires mais pourtant complémentaires. Le groupe voulait « un son actuel, de notre temps. Avant, j’étais dans un groupe qui criait beaucoup plus. Il a fallu que je travaille ma voix pour le chant clair, j’ai voulu apporter beaucoup de timbres différents« . Cette variété va du chant rappé – sur Brand new sky – à des choses plus puissantes, presque hurlées – 3000 ou Rage. On sent la diversités des influences « de Dream Theater au jazz – on aime vraiment beaucoup le jazz. On a vraiment mis tout ce qu’on aime dans ce disque, avec un son moderne« . On pourrait imaginer voir s’installer l’ennui, des groupes comme Dream Theater et le jazz étant souvent considérés comme « intellectualisant » leur musique, mais non, les mélodies sont accrocheuses et donnent envie d’en connaitre plus. « On se définit comme prog, mais on veut des mélodies catchy. Les structures ne sont pas rocambolesque, ça reste assez « droit »: couplet, refrain, ce qui donne un aspect pop. On oublie le côté intellectuel« . Mais si on évite les termes « metal, jazz ou rock » comment Thomas définirait- il la musique de Synapse à quelqu’un qui ne connait pas le groupe?  » Oula! Je lui dirais que c’est éclectique et « écoute, tu vas forcément trouver quelque chose qui te plaira ». c’est tellement varié qu’on ne s’adresse pas qu’à un public. Oui, je lui dirai de choisir une chanson et d’écouter« . Ben, justement, laquelle choisirait-il, lui, pour m’expliquer ce que fait Synapse en quelques minutes? « Brand new sky, c’est la chanson qui définit le mieux le style. Il y a un riff sec, des influences qui sortent de nulle part, il y a du rock, un passage flamenco, du chant rappé, crié, des envolées lyriques, du piano… Il y a tout, c’est le centre de l’album! » Un album prometteur qui, en effet, regorge de styles et d’influences et propose des morceaux attirants et entraînants. Sérieux sans se prendre au sérieux, Thomas conclut avec la devise qu’il imagine pour son groupe: « restez connectés mai pas trop« . On le comprends

 

Les propos de Thomas Valentin (chant) on été recueillis le 25 novembre 2021.

ABBYGAIL: Still burning

France, Hard rock (Autoproduction, 2021)

Les Abbymen, c’est ainsi que se nomment les membres du groupe nordiste Abbygail qui revient avec un troisième album. Après Electric lady (2017) et Gun control (2019), voici que déboule le sobre et très rock n roll sans fioriture Still burning. Composé de 12 titres inspiré du rock et du hard des 70’s – l’ombre d’un AC/DC early days plane au dessus de ce CD – le quatuor démarre fort avec Watchman of darkness. Les pieds battent le rythme et le corps bouge en cadence.  Sans aucun doute possible, Bertrand Roussel (chant), Luke Debruyne (guitares), Pascal Roszyk (basse) et Anthony Deron (batterie) ne cherchent pas à réinventer la machine à courber les bananes (si, si, un brevet a été déposé! Je crois…) mais bien à se faire plaisir. Simplement, et directement en respectant les règles du genre, production comprise. Le son est propre et clair, chaque instrument ayant sa place tout au long des Magic finger (coquin, ce titre…), Your favorite fuck buddy (aussi…), The enemy you love to hate… Simple, direct et efficace de bout en bout, cet album ne souffre que, selon moi, d’un manque de puissance vocale. Attention, le chant est agréable, mais un peu de rage supplémentaire rendrait sans doute plus encore justice à ces gouailles d’alors, celles de ces voix forgées à coup de râpe à fromage et clopes et apporterait une puissance supplémentaire à l’ensemble. Mais ce n’est qu’un détail au regard des qualités générales dispersées tout au long de ce nouvel effort collectif d’un groupe que l’on voudrait aussi voir sur scène. Rock on!

BLACK HELLEBORE: Disorder

France, Metal (autoproduction, 2021)

Au départ, c’est un projet solo. Celui de la chanteuse guitariste Cyrielle Duval qui sort un premier ep (sous la houlette de Stephan Forté – Adagio) en 2018. « Cet album, Disorder, devait être la continuité de ce projet solo » explique Cyrielle. Mais voilà… Rien ne se passe comme prévu: la belle se demande qui recruter pour enregistrer son album et rencontre Anthony Osché, multi instrumentiste comme elle élève de Stéphan avec qui le courant passe tant et si bien que le projet se transforme en groupe. « Anthony est également un excellent compositeur et il a apporté énormément d’idées sur les arrangements, les mélodies, et il a même composé deux titres. C’est comme ça qu’est né Black Hellebore: d’un projet solo, on s’est retrouvé à trois – Anthony, moi et  Jelly Cardarelli (le batteur). Il y a quelque chose de plus humain et chaleureux dans un groupe qu’en solo, on peut tout partager, nos idées, nos émotions. Black hellebore est né comme ça, pendant la phase d’enregistrement ». Le groupe emprunte son nom à la botanique. « L’hellebore nous attire par sa dualité: c’est une fleur qui existe en blanc et en noir. Et c’est une plante qui pousse en plein hiver. Ces deux dualités représentent bien le groupe, tant musicalement que sur nos personnalités ». Pourtant, la pochette de Disorder est très colorée… « Oui, mais on ne se limite pas qu’au noir. On est sensibles à diverses formes d’art, notamment la peinture, un art très coloré. On aime beaucoup les couleurs, pas forcément les mêmes, mais Anthony et moi, on aime beaucoup le rose. On avait envie de proposer quelque chose qui casse quelque peu les codes traditionnels du metal ». justement, il y a musicalement beaucoup de chose, alors comment Cyrielle définit-elle la musique de Black Hellebore? « C »est très compliqué, on aime beaucoup de choses. Je serai incapable de coller Black Hellebore dans une case. » En effet, il y a beaucoup de choses dans cet album, avec des influences aussi diversifiées que Arch Enemy ou Amaranthe – je remarque une autre dualité avec ces deux groupes à l’opposé, l’un rugueux au chant explosif, l’autre dansant et « boite de nuit », ce que Cyrielle approuve. Anthony, lui, est plus prog et neo classique « forcément, il aime beaucoup Malmsteen, et surtout la musique classique« .  L’album est court – 7 morceaux – et varié. Si Cyrielle devait n’en retenir qu’un qui puisse définir ce qu’est son groupe, lequel serait-ce? « C’est super compliqué, c’est la question qui tue (rires)! Je pense que je ferai écouter My difference, un des deux morceaux qu’on a clipés. Il y a de tout dans ce morceaux, du prog, des trucs limite hard rock, du sympho… Je pense que ce serait celui-là« . L’autre morceaux clipé, Open up your mind, a attiré en quelque jours plusieurs dizaines de milliers de curieux. « On a été les premiers surpris par ces chiffres. je pense qu’on peut dire qu’on croit en ce que nous faisons, c’est solide mais ça ne suffit pas pour attirer autant de monde. Mais ce n’est pas assez. Il faut aussi mentionner Roger de Replica qui fait un travail énorme en promo pour nous. on travaille aussi beaucoup via Instagram et Facebook, les deux principaux réseaux sociaux« .  L’album a été enregistré sous le regard de Stephan Forté. Qu’a-t-il apporté au groupe? « C’est un peu notre mentor… Ce qu’il nous a apporté? Je ne parlerai pas pour Anthony, mais pour moi, il m’a permis de faire les premiers pas dans le monde professionnel de la musique. Il a un univers musical qui me plait énormément et je pense qu’il a aussi apporté cette facette assez sombre et mélodieuse« . Mais la production est signée Cyrielle: un son clair et puissant, très moderne. « Je voulais un son moderne, qui s’inscrive dans son temps. Dans le mix, je souhaitais faire ressortir les sonorités électroniques, mais aussi les guitares parce qu’on reste un groupe metal. C’est beaucoup de travail – surtout quand il y en a un autre en parallèle – mais une très bonne expérience qui permet de voir toutes les facettes de la production d’un album. Pour le futur, nous aimerions travailler avec un label, mais je pense que c’est toujours utile pour un artiste de savoir comment ça se passe. Je suis contente de cette expérience« . Maintenant, si Cyrielle devait penser à une devise pour Black Hellebore, que pourrait-ce être? « Une devise? Waow! Elle presque plus compliquée cette question que de choisir un titre (rires)! Je pense que s’il devait y avoir une devise, ce ne serait pas à moi de la choisir seule… Il faudrait qu’on la réfléchisse à deux, avec Anthony« . Ok, on fera sans devise cette fois-ci, en attendant que le groupe soit vraiment au complet pour aborder la route. En attendant, délectons nous de ces 7 titres puissants, metal, électro, qui puisent dans de nombreux styles musicaux colorés et entrainant. Black Hellebore c’est une belle promesse pour l’avenir, un vrai challenger du metal made in chez nous qui m’rite attention et soutient.

Propos de Cyrielle recueillis le 22 novembre.