STÖMB: Duality

Metal (semi) instrumental, France (Autoproduction, 2017)

Difficile travail que celui de l’instrumental. Il faut réussir à capter l’auditeur en ne répétant pas ce que d’autres font déjà très bien. Depuis sa création en 2012, c’est le travail auquel s’est attelé le quatuor parisien de Stömb, déjà auteur d’un Ep (Fragments en 2014) et d’un album (The grey en 2016). Duality, dès son ouverture The dark admirer, cherche à nous entraîner dans un univers aérien et planant qui se fait, au fil des morceaux, plus lourd et oppressant, tout du moins sur la première moitié, triptyque qui monte en puissance. Étiqueté instrumental, Stömb inclut pourtant des textes, dont l’incompréhensible et cependant bien nommé A voice in my head, ainsi que The other me adapté d’un poème de Khalid El Morabethi. Stömb parvient, grâce au format Ep, à séduire en ne lassant pas. Un voyage envoûtant.

HELL OR HIGH WATER – Vista

HELL-OR-HIGHWATER_Vista 2017Heavy instrumental, USA (Spinefarm, 2017)

Etonnant album que ce Vista des Américains de Hell Or High Water. Une visite sur le site du groupe montre en effet le visage d’une formation complète, guitare basse batterie et … chant. Alors que HOHW entame son nouvel opus avec un Colors instrumental, proche du doom et très énergique, saturé, pourquoi pas ? Puis arrive Walk out in the rain que ne renierait pas, n’était-ce une saturation trop forte pour le maitre, Joe Satriani (voire Dame également). Puis les relents presque death de Don’t hate me se transforment en une douceur bienveillante. Les rythmes alternent évoquant divers univers – dont celui de jeff Buckley sur Lighter than air – et plus généralement le heavy rock contemporain. Mais… toujours pas de chant !Peu importe au final, car ces 12 morceaux nous offrent un voyage sonore attirant alliant rock, heavy, intonnations plus electro et groovy (belle conclusion que ce Revolution moins revendicatif que son titre).. . Un album efficace, varié qui revisite les codes du rock instrumental avec bonheur.

Note : 8/10

ALEX CORDO: Origami

AlexCordo-2017Instrumental, France (M&O music, 2016)

Vous connaissez les origamis, cet art, ce jeu, ce passe temps qui consiste à créer des personnages, animaux ou autres objets à base de savants pliages d’une feuille de papier? Pas facile, ça demande de la patience et de l’attention. Pas facile non plus, aujourd’hui, de se lancer dans le rock instrumental pur sans qu’automatiquement Joe Satriani, Steve Vai, Patrick Rondat et consorts ne soient évoqués. C’est pourtant le parti pris et le pari pris par Alex Cordo avec son album Origami. 9 morceaux aériens, légers ou rapides, d’une durée parfaitement raisonnable pour éviter de tomber dans la démonstration inutile (le plus long, Himalaya, dure un peu plus de 6′). Bien sûr, Straight, Above the clouds ou Prism évoquent les maîtres mentionnés plus haut. Seulement, Alex Cordo pose sa patte, son toucher et sa personnalité. Chaque titre se distingue du précédent, évitant sagement la lassitude de l’auditeur. C’est toute la générosité musicale du guitariste qui est ici exploitée pour un rendu simplement convainquant car le musicien évite de ne s’adresser qu’à ses pairs. Au contraire, c’est à un public bien plus vaste qu’il offre ces mélodies, et ça, ça fait du bien.

Note: 8/10