DEAD BONES BUNNY: What’s up rock?

Rock, France (Autoproduction, 2018)

Oh la claque! Du rockabilly ultra puissant, grrovy et dansant, un esprit à la Stray Cats (pour des lapins, c’est original…) déjanté sur fond de chant rageur… C’est le programme que nous propose Dead Bones Bunny sur son album What’s up rock?, véritable source de fraicheur et moment de bonheur à partager sans modération. Dès Team Bunny, le ton est donné: on navigue entre le rock des années 50/60 et le metal de Slayer ou Motörhead. Lemmy d’ailleurs s’était acoquiné de Brian Setzer au sein de Headcat, non? Eh bien l’esprit est le même tout au long de ces 12 morceaux qui mélangent guitares, batterie et contrebasse. Malgré quelques approximations entre chant et chœurs , cet album fait énormément de bien. L’esprit « team » ou « famille » qui transpire se confirme à la lecture des crédits, puisque non seulement les musiciens remercient, mais également l’équipe scénique (danse, lumières, décors, photographe). C’est frais, ça bouge, c’est à la fois rugueux et entraînant… Ce What’s up rock? ne laisse pas de place à l’ennui, c’est une évidence… A écouter d’une traite et à ne pas rater!

I DON’T KNOW HOW BUT THEY FOUND ME: 1981 extended play

Rock, USA (Fearless records, 2018) – Sortie le 9 novembre 2018

Voilà un Ep qui réveille et met en forme… I Don’t Kow How But The Found Me – pour les connaisseurs, IDK How, nous nous y tiendrons – a vu le jour à Salt Lake City et semble déterminé à réintroduire le rock/new wave des années 80. Machines, boite à rythmes, ambiances fun et déjantées… Tout est réuni pour titiller les zygomatiques et passer un bon moment. Les connaisseurs sont déjà familiers de certaines chansons, déjà publiées, comme Choke en 2017 que l’on retrouve sur ce 1981 extended play qui porte vraiment bien son nom. On retrouve quelques traces rock à la Royal Republic, d’autres plus funk à la Prince. Les clins d’œil sont nombreux, les textes funs et l’interprétation donne simplement envie d’en entendre plus. Pas metal pour un rond, ce disque mérite cependant la meilleure attention tant il respire la joie de vivre.

FREEHOWLING: A frightful piece of hate

Metal, France (Silver medal, 2018)

Dès les premières mesures de ce premier album (court, 7 titres) des Français de Freehowling, on sait qu’on a à faire à du sérieux. Lourd et oppressant, Children of society, qui ouvre A frightful piece of hate, propose des ambiances directes et inquiétantes avant de se tourner vers du plus classique sur Crushed world. Tout du moins dans les guitares parfois à la Maiden, ou dans le chant à la Slayer. Sepultura, Machine Head ne sont jamais bien loin, et la suite, Deathline – et ses rythmes cassés et cassant – ou Master of thought – et son introduction en français – La ligue des justiciers, lourd et lent à la Black Sabbath, étonnamment chanté en anglais, apportent leur dose de fraîcheur à un genre qui parfois a tendance à se répéter. Le groupe ne tombe jamais, il faut le remarquer, dans la facilité, lorgnant même vers quelques inspirations progressives. Très heavy, mais progressives…  Pas étonnant dès lors d’avoir des titres majoritairement longs, en majorité plus de 5′, l’un d’eux, Freedom, flirtant avec les 8’30! Osé pour un premier essais dans un genre plutôt extrême. Une belle découverte à soutenir.

BLACK JUJU INC.: Crosses and crossroads

France, Metal (Music records, 2018)

Les amateurs de sensations étranges vont être servis… Présenté comme un groupe de cold wave metal, les Français de Black Juju Inc. proposent avec Crosses and crosroads un metal puissant loin d’être froid. S’il s’adresse aux « amateurs d’Alice Cooper, Prong, Alice In Chains », d’autres se laisseront également séduire par la détermination musicale de ces 8 titres (plus une reprise acoustique du Rude awakening de Prong). Je me délecte, à l’approche de Noël de Satan Claus (ça vous étonne que je publie cette chro le 24 décembre???), et me réjouis de l’oppressant Green, lent, lourd et joyeux en même temps. Le rythme imparable de cette basse (tenue par Jean-François Badie)! Le chant puissant de Lionel Ryckenwaert est parfaitement mis en avant par les guitares de Yannis Geenens et Guillaume Marka et la batterie de l’autre Jean-François, Serveaux. Si Black Juju Inc. ne révolutionne pas le genre, il a au moins le mérite de proposer un album varié, d’explorer ses diverses influences afin de ne pas lasser l’auditeur. Un troisième album mature qui transpire le plaisir de jouer ensemble.

EMIGRATE: A million degrees

Allemagne, Metal (Universal/Vertigo, 2018) – Sortie le 30 novembre 2018

Initialement prévu en 2015, ce troisième album d’Emigrate, le groupe formé par Richard Z. Kruspe, fut retardé pour diverses raisons, dont, pas la moindre, le retour en activité de Rammstein… Et l’on se souvient encore des concerts d’anthologie que nos Allemands technoïdes favoris ont donné un peu partout. Mais aujourd’hui, ce A million degrees arrive enfin en bacs, et les fans de metal de tous bords vont s’en délecter. Car le guitariste chanteur se laisse guider par l’envie de proposer de belles mélodies, variées et envoûtantes. C’est simple: si la technologie est présente, si l’on trouve des traces de divers géants comme des jalons posés ici et là (de U2 à… Rammstein en passant par Tears For Fears), Emigrate développe une véritable identité musicale, un univers varié aux reflets chatoyants, aux rythmes dansant et enjoués, à l’esprit forain et festif. Malgré le sérieux de propos sévères et quelque peu désemparés (le monde, l’enfance, l’écologie), l’optimisme est toujours présent. Quelques invités apportent une tonalité différentes à quelques titres: Ben Kowalewicz (Billy Talent) sur 1234, Till Lidemann (Rammstein) sur Let’s go (un peu d’allemand, quand même!) et le Cardinal Copia (Ghost) sur I’m not afraid ou encore la française (cocorico!) Margaux Bossieux (Dirty Mary) qui apporte un peu de féminité sur Lead on you. Tout au long de cet album, on appréciera la variété des thèmes sonores, de l’oppressant War aux touches orientales au plus brutal Spitfire ou la douceur de You are so beautiful  cet album ne présente aucun moment de faiblesse. La musique d’Emigrate parle d’elle même et A million degrees entre dans mon top 5 des albums de 2018. Un must.

LES TAMBOURS DU BRONX: W.O.M.P

Metal, France (At(h)ome, 2018) – sorti: octobre 2018

Depuis leur naissance en 1987, les Tambours du Bronx (ce Bronx imageant leur quartier de cheminots de la Nièvre) n’ont eu de cesse d’avancer au son des rythmes créés de toutes pièces avec le matériel à portée de mains, et de pieds. Pour ce nouvel album, W.O.M.P, la formation s’adjoint les services d’un Frankie Constanza (ex-Dagoba et serial batteur par excellence notamment chez Blazing War Machine) et des chanteurs Reuno et Stephane Buriez (Lofofora et Loudblast) marquant ainsi un vrai virage vers le metal. Toujours expérimental, ce Weapons Of Mass Percussion explore en effet le metal le plus rugueux et y adjoint guitares et claviers en plus de textes engagés et enragés, en français (majoritairement) et en anglais. Malin, pour qui voudrait s’exporter tout autant que séduire à domicile. Puissants et directs, les 20 titres de cet album destructeur (au bon sens du terme) s’écoutent en tapant du pied. Superbe virage parfaitement négocié, W.O.M.P alliant expérimentation, musique industriel et metal rugueux 20 titres durant. Superbe!

Yann ARMELLINO & El BUTCHO : 17

Hard rock, France (Autoproduction, 2018)

Il y a deux ans, nous découvrions le duo étonnant qu’avaient décidé de composer le guitariste Yann Armellino & El Butcho, le chanteur heavy glam de Showtime, et accessoirement ex-Watcha. Ils reviennent aujourd’hui avec 17, un album composé et enregistré ensemble, et le résultat s’en ressent. Le duo se fait simplement plaisir. Mr Wish, le morceau d’ouverture, donne le ton: la guitare typée « rock instrumental » de Yann trouve en la voix de Butcho un chant un parfait allié. Bien que clairement influencé par le hard rock des années 80, cette collection de 10 chanson + un instrumental entraîne l’auditeur sur les vastes routes américaines sur fond d’inspiration évidentes: hair metal – Mötley Crüe et Van Halen en tête, AC/DC, Satriani… Alors on pourra reprocher un manque d’inventivité, mais est-ce ce que l’on cherche? Si les morceaux sont d’une apparente facilité, une écoute approfondie fait ressortir des guitares moins évidentes que de prime abord. Butcho chante la vie et l’amour, pose un regard introspectif sur ses sentiments et un autre plus inquiet sur l’évolution de notre monde. On retrouve tous les ingrédients qui ont fait de genre ce qu’il est devenu: une voix puissante, des mélodies imparables (exception faite de Drawn in my fears, qui me semble un peu trop « vite fait »), deux ballades, et, surtout, du rock. Tout pour passer un bon moment. On attend maintenant que le groupe tourne afin de retrouver ces deux très sympathiques musiciens en live.

EXCEPT ONE: Fallen

Death mélodique, France (Autoproduction, 2018)

Bon, allez… Je n’aime pas ce type de chant. Ça gueule, je n’y trouve pas de finesse ni de variation. Puissant, mais ce n’est définitivement pas mon truc. Ça n’engage que moi, alors, passons à la musique de Except One qui, elle, est forgé dans un metal puissant, direct et brutal. Les guitares  de ce Fallen proposent des riffs entraînants, explorant différents aspects metalliques, du léger et très clair au rapide et précis comme un scalpel. La batterie est franche, et impose un tapage de pied et headbanging de conséquence. Petite touche sympatique à noter dans les crédit « Drum: Naty ». Euh, au singulier? Drum = tambour, or il semble bien qu’il s’agisse ici de plusieurs tambours… Donc « drums » serait plus approprié… Passons. On sent Expect one inspiré par les grands noms du metal, du heavy au thrash, en passant par le death et le black. De Maiden à Machine Head, en passant par Cradle of Filth et consorts. Qu’on sort, en fait… Encore une fois, si j’accroche musicalement, les hurlements m’empêchent d’aller, d’une traite, au bout. Il reste un album à découvrir, sans doute, que les amateurs sauront apprécier.

AS IT IS : The great depression

Mea culpa… Le troisième album de As It Is, The great depression est sorti depuis le mois d’août dernier. Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, revenons sur ce disque marqué par le choix délibéré des Anglais qui nous propose un concept album. Bien sûr le punk pop n’est jamais loin, mais les accents plus foncièrement rock permettent au groupe de faire encore un (grand) pas en avant. Le concept? Le groupe décide de traiter du suicide sous ses aspects « romantiques »… Sombre sujet, délicat s’il en est, mais qui a le mérite de poser de vraies question sur le mal-être qui mène à de tels actes. Heureusement, les 12 compositions sont loin d’être sombre et apporte même un peu de lumière et d’espérance malgré la gravité du sujet. Direct ou sobre, chaque chanson s’imbrique dans cet ensemble. The great depression n’est sans doute pas à mettre entre les mains d’un dépressif, mais les autres y trouveront de l’énergie et de la variété. As It Is ose, prend des risques et ça pourrait bien s’avérer payant. Next?

OVER NEMESIS: Wink

Heavy metal, France (Music records, 2018) – sorti le 31 août 2018

A la première écoute de Wink, ma réaction ne se fait pas attendre longtemps: ok, c’est du metal, mais le mec, ben il hurle… Encore un… Et puis, une seconde écoute, après avoir lu le dossier de presse qui précise que Over Nemesis, inspiré par le hard des années 70 à 90, s’adresse aux fans de Led Zeppelin, Black Label Society et Black Stone Cherry. Allez, second essai. Le morceau introductif est simple, le batteur frappant ses cymbales à la manière d’un John Bonham, puis, la guitare heavy et déterminée de Vault of blindness fait écho avant que ne résonne le chant rageur de Nicolas, fondateur du groupe. 70’s? Bof, mais le propos est si heavy et direct que je me laisse entrainer. Et puis vient ce Mario & Sergio aux relents d’un AC/DC doublé de Nirvana, la guitare évoquant Hell’s bells et le chant, un Cobain torturé. Puis Accross the star me surprend: le morceau démarre avec une cloche. ENcore, me dis-je? Je reviens en arrière, puis débute chaque morceau pour me rendre compte de cette originalité: chaque chanson de Wink débute avec cette même cloche, fil conducteur de cet ouvrage finalement plus que sympathique. Les guitares sonnes comme celle d’un certain Zakk Wylde, les rythmes sont variés, les riffs rageurs et entraînant. Difficile, au final, de ne pas se laisser emporter par ce tourbillon efficace qui laisse une joli place à la mélodie et à la puissance. A découvrir, il est encore largement temps.