ARTILLERY: X

Thrash, Dannemark (Metal Blade, 2021)

Si seulement… Si seulement les Danois avaient, en première partie de carrière – le groupe s’est formé en 1982 – daigné prendre le risque de tourner intensivement, ils auraient pu se positionner aux côtés de Sodom ou d’un Kreator en gestation. Mais, non… Résultat évident: la formation de Michael Stützer courre inlassablement derrière le lièvre en proposant pourtant des albums de haut niveau. X, le bien nommé dixième album, pourrait-il repositionner Artillery sur le devant de la scène? Sans avoir la prétention de réinventer le genre, le groupe se montre sous un jour des plus flatteurs: mélodique, rapide, puissants, les 11 titres (plus 2 bonus sur l’édition limitée) foncent dans le tas, puisant dans le thrash direct et sans concession, se faisant ici porteur d’un hymne et leitmotiv brandissant fièrement le drapeau du genre (In thrash we trust), explorant des sonorités orientales (The devil’s symphony, Silver cross), développant des riffs obsessionnels (In your mind). Le mid tempo The ghost of me vient calmer le jeu à mi-parcours et, même si le thème musical des couplets est sympa, le titre aurait sans doute pu être absent car dénote trop avec le reste de l’album. Mais ce n’est là qu’un détail tant le reste se tient et défouraille comme il faut. Le chant haut perché de Michael Bastom Dahl est d’une rare efficacité même si son timbre haut perché pourrait en rebuter certains. L’ensemble évoque aussi bien les géants du genre qu’on ne citera pas (mais on peut parler de la reprise de Trapped under ice de Metallica, le second titre bonus qui suit The last journey, titre hommage au frère de Michael Stützer, Morten, décédé en 2019) que les moins chanceux (il plane une grosse ombre des Américains de Trauma, dernière période). Speed, déterminé et rageur, avec X, Artillery nous offre un album de thrash comme on l’aime.

 

HARLOTT: Detritus of the final age

Thrash, Australie (Metal Blade, 2020)

L’Australie nous a depuis longtemps plus habitués à ses groupes de heavy rock squatteurs de pubs enfumés (AC/DC, Rose Tattoo, Airbourne, The Angels, Heaven…) ou de rock classieux (Midnight Oil, INXS, Silverchair…) qu’à des formations thrash. Pourtant, la scène est vivace et Harlott, que nous avions découverts en ouverture d’un concert d’Annihilator à Paris en 2015) cherche depuis 4 album à s’imposer face au public. Detritus of the final age, le dit 4ème album, permettra-t-il au groupe mené par le duo Andrew Hudson et Tom Richards (guitare/chant et basse/chant) d’atteindre ces objectifs? Au delà de la crise sanitaire qui empêche tout le monde de tourner et d’aller rencontrer son public, il y a de la puissance sur ce disque, voire même de la violence (As we breach, Idol minded), une production efficace, une hargne vocale qui, enfin, permet à Harlott de se distinguer des légendes de la Bay area dont il s’inspirait ouvertement. Une identité est sans doute en train de naître, plus sombre contrairement à ce que pourrait laisser penser l’illustration colorée de la pochette, mais voilà… ce disque comporte également son lot d’imperfections, notamment en proposant de titres (trop) longs – le lent et peu convainquant Nemesis et Miserere of the dead – voire même en se payant le luxe d’un flop radical (la reprise Time to kill is now de Cannibal corpse – je ne connais pas l’original, mais ici, le refrain est simplement raté. Dommage parce que le reste dépote grave). S’il y a de l’idée et de l’envie, Harlott gagnerait sans doute en efficacité en stabilisant son line-up, car jusque là, seul le duo fondateur demeure à la barre. Avec Detritus of the final age – un titre qui sonne comme le constat de l’échec de l’humanité – le groupe nous propose d’agréables moments et de franches réussites en ouverture de l’album, mais se perd sur la durée. Un album sympa mais pas mémorable, en somme.

SURMA: The light within

Finlande, Metal symphonique (Metal Blade, 2020)

Démarrant et se concluant avec des instrumentaux symphoniques, ce premier album de Surma propose un metal à la fois symphonique (tiens donc?) et pop (attention à ne pas confondre ce Surma avec les Black metalleux du même nom, underground et également finlandais). Les cavalcades de grosses caisses n’y changent rien, on se trouve rapidement dans un univers à la Nightwish et Evansence – avec un chant encore un peu timide bien que cristallin et attirant. Le duo composé de Viktorie Surmova (chant) et Heri Joensen (guitare et chant) s’applique à bien faire. Le résultat de ce premier album, The light within, est impressionnant mais manque quelque peu d’âme. La production est certes impeccable et les arrangements, s’ils sont irréprochables, restent cependant sans réelle surprise, assez classiques sinon déjà entendus. Il faut attendre le troisième titre pour que le chant devienne mixte, genre Belle et la Bête, voix cristalline vs. chant rageur, sombre et guttural. Oui, l’ensemble est (très) bien fait, mais reste dans une veine somme toute habituelle. Le côté classieux n’a rien d’étonnant quand on connait le parcours des protagonistes, elle issue de Bohemian Metal Rhapsody et lui venant de Tyr. The light within est plus qu’agréable à l’écoute, sans que, pourtant, rien ne s’en démarque. Gageons que le titre se veuille être une lueur d’espoir en ces temps troublés…

ENSIFERUM: Thalassic

Folk metal, Finlande (Metal Blade 2020)

Après 25 ans de carrière, les Finlandais d’Ensiferum s’attaquent (enfin! diront certains) à leur premier album sinon conceptuel du moins thématique puisqu’il traite tout au long de Thalassic de l’élément qui entoure son pays: la mer. Un joli défi après deux ou trois albums un peu moins efficaces que ce à quoi le groupe nous avait habitués et surtout un gros défi pour le nouveau venu, Pekka Montin, en charge du chant clair. Un chant qui s’impose brillamment dès Rum, women, victory qui, après un déferlement de vagues s’écrasant sur des rocher, ouvre les hostilités. Efficace en diable, ce premier titre laisse entrevoir la suite qui, rapidement, s’avère tout aussi efficace. En s’aventurant dans des explorations variées, proche du country parfois (ces violons sur Midsummer magic), à d’autres moments plus typiquement issus du folklore scandinave voire progressif (Cold Northland), Ensiferum renoue avec l’efficacité qui a marqué sa carrière. Les cavalcades de guitares, les « Ouh, Ha, Hey! » à reprendre en chœurs, les rythmes enlevés et entraînants, tout est ici réunis pour redonner sa juste place à l’une des formations phare de ce folk metal joyeux. Un très joli retour!

ACCUSER: Accuser

Allemagne, Thrash (Metal Blade, 2020)

Pour son onzième album, Accuser décide d’un nouveau départ. En l’occurrence, il s’agit d’une arrivée, d’un retour même: celui du guitariste René Schütz qui avait quitté le groupe en… 1990! De nouveau produit par Martin Buchwalter, ce nouvel album éponyme bastonne sa mère! Accuser, ou quand le hard core rencontre le thrash aux limites du black metal, quelque peu pimenté de punk… Le propos est direct,le chant clair et très agressif. L’ensemble speede et rapidement, la brutalité se fait salvatrice. Incontestablement, on sent l’urgence chez les Allemands. Les guitares nerveuses s’accouplent à une batterie syncopée à souhait. Pour autant, l’ensemble ne manque pas de mélodies aux relents orientaux ni de mélodies puissantes et entraînantes, des neck crushers, des morceaux à headbanger à tous les recoins. Accuser signe avec ce nouvel album ce qui pourrait sans doute être son meilleur album depuis… ses débuts, rien de moins. Patience et longueur de temps, dit-on!

KILLSWITCH ENGAGE: Atonement

Metalcore, USA (Metal blade, 2019)

Depuis ses débuts en 1998 et malgré quelques changements de line-up notables (on ne se défait pas aussi facilement de la figure de proue qu’est un chanteur…), Killswitch Engage a su s’imposer et demeurer dans le peloton de tête des groupes de metalcore. Et là où tant d’autres ont disparu, les Américains continuent d’avancer. Pour preuve, ce Atonement, 8ème album de la formation de Boston, et 3ème avec le hurleur Jessee Leech James. Si le visuel évoque quelque peu le Once more around the sun de Mastodon, le contenu musical est au moins aussi furieux. Killswitch Engage ne se limite pas à du vulgaire metalcore. Pour cela, le chant n’est pas que hurlé, Jesse Leech alternant avec du chant clair dans un bel exercice vocal etc’est bien ce qui différencie le groupe. Le thrash est omniprésent, au point qu’on pourrait redéfinir son genre en tant que thrashcore, cependant on note également des référence aux géants du genre, notamment des clins d’œil appuyés à Judas Priest. Si le groupe ne laisse guère le temps de souffler, c’est qu’il a décidé d’attaquer l’auditeur de front en lui assénant 11 déflagrations qui font taper du pied et secouer la tête. Atonement, sans aucun doute, trouvera son chemin entre les oreilles des fans du genre et du groupe. A voir, espérons le, bientôt sur scène.

AMON AMARTH: The pursuit of vikings

Death mélodique, Suède (Sony music/Metal Blade records, 2018)

25 ans! Voici un quart de siècle que sévissent les vikings de Amon Amarth. Et ça, les amis, ça se fête. Les Suédois nous offrent pour l’occasion The pursuit of vikings, un superbe Blu Ray et CD bourré de son et d’images. Le CD retrace le concert que le groupe a donné au Summer Breeze festival le 17 août 2017 (sur la mainstage, comme précisé un peu partout). 15 titres puissants, parfaitement exécutés et produits. Bien sûr, le dernier album studio, Jomsviking, est mis en avant avec pas moins de 5 titres, le reste de la discographie étant également bien représenté. Cependant, malgré toutes les indéniables qualités du CD, c’est surtout le BluRay qui vaut le détour: Amon Amarth, via chacun de ses membres, se dévoile et raconte l’histoire du groupe dont on découvre nombre de détails. On retiendra ainsi l’épisode du tape trading des débuts, époque à laquelle « quand tu écrivais une lettre, tu y mettais toute ton énergie », ou celui de ces premiers concerts foirés car les jeunes musiciens étaient trop bourrés pour arriver à la salle. Electrochoc et première leçon de professionnalisme…  Les nombreux témoignages apportent également un autre éclairage; on retrouve Brian Slagel ou Peter Tägtgren parmi d’autres moins connus. Les images d’époques rappellent à quel point ce groupe de death metal, brutal et extrême, a su évoluer vers un heavy metal racé et puissant tout en restant fidèle à ses aspirations originelles.  Le reportage nous permet aussi de rentrer dans l’intimité des musiciens: des témoignages sur les début du groupe aux premiers jobs, en passant par les apparts dans des tours, rien ne semble caché ou oublié. Certainement pas le travail et l’application que met chacun afin de faire grandir Amon. Travail dont le résultat se retrouve sur scène, et le Summer Breeze en est un superbe témoignage. Le groupe y met tout son cœur, la setlist aussi puissante que la pyro est efficace. Les image et le son sont irréprochable. En un mot comme en cent, ce live est un superbe produit qui devrait faire des heureux à Noël. C’est bientôt, alors…