AIRBOURNE Live à Paris (Olympia, le 10 octobre 2017)

 

Airbourne et la France, c’est vraiment une belle histoire qui dure. En ce 10 octobre, ce n’est qu’en arrivant à l’Olympia que l’on découvre qui est en première partie. Il s’agit de Desecrator, que l’on va bientôt découvrir.

Le dernier passage d’Airbourne à Paris, au Trianon, fin 2016, avait laissé quelques spectateurs sur leur faim. Le groupe des frères O’Keefe jouera-t-il ce soir plus d’1h30? C’est peu probable au regard de ‘énergie dégagée par Joel, mais on peut l’espérer, non? Et y aura-il quelques surprises? La réponse à cette dernière question est « oui », mais pas forcément celles auxquelles ont pourrait s’attendre…

C’est désormais une habitude, juste avant que les lumières ne s’éteignent, une annonce est diffusée dans la salle rappelant l’interdiction de filmer ou photographier le spectacle… Tu parles! Passons. A 20h, Desecrator investit la scène. Le quatuor vient également d’Australie, s’est déjà produit à Paris en 2015 et propose un heavy thrash d’excellente facture. 45′ durant, le groupe prouve connaitre son affaire, scéniquement autant que musicalement.

Étonnamment, les photographes sont absents du pit, et s’impatientent sur le côté de la scène. Caprice de première partie? Ha, ha! non, un raté rattrapé en fin de set, ce qui, finalement, permet de capter des musiciens chauds et transpirant qui, en plus de leur chansons nous offrent de jolies reprises avec Born to be wild (Steppenwolf) et, improvisée en fin de set semble-t-il, Am I evil? (Diamond Head). Une belle prestation et une mise en bouche énergique.

 

Le public est tout acquis à la cause Airbourne et le fait savoir dès le retour des lumières, chantant des Oh oh oh oh! à n’en plus finir. Et lorsque retenti la musique de Terminator 2 et ses lumières rouges balayant la scène, on sait que le gang des frangins O’Keefe arrive. Comme toujours désormais, c’est Ready to rock qui ouvre le feu. Le public saute tant et si bien que le plancher de la salle se transforme en trampoline!

Comme toujours, Joel est au taquet et attire à lui seul tous les regards. Comme toujours, ses comparses se partagent la scène dans une incontestable complicité mais on ne les voit guère. Comme toujours, aussi, la setlist est bourrée de classiques. Mais pas que, puisqu’elle varie au fil des tournées proposant ce soir I’m going to hell for this ou Bottom of the well. Alors oui, on pourra dire que ça fait beaucoup de « comme toujours » mais c’est une réalité: on a vu Airbourne une fois, on sait à quoi s’attendre… C’est sans doute ce manque de spectacle et de surprises qui condamne le groupe à jouer dans des salles de 1500 places… Mais on en profite à fond et Joel, à la voix cassée en fin de concert, sait comment séduire le public.

Une vague de briquets s’allume sur le break de Bottom of the well, un solo bluesy en intro de All for rock n roll, un jet de bières dans le public, non pas en canettes mais en gobelets !, précède le désormais traditionnel gimmick « je m’explose une canette sur la tête »… La fin du show lui donne l’opportunité, sur Raise the flag, de s’emparer du drapeau fait par des fans.  Joel en profite d’ailleurs pour se laisser ensorceler, ne parvenant plus à se saisir de son médiator sur le break de Running wild avant de repartir de plus belle pour un final en beauté. Comme toujours, même si on n’a pas de grosse surprise, Airbourne nous a permis de passer une très belle soirée, pleine de rock et de fun. On attend maintenant la sortir du live promis l’en dernier!

La vraie mauvaise surprise attend le public à la sortie de la salle, barrée par la police: des vols de portables ont eu lieu et tout le monde est fouillé, exception faite de ceux du public sortis par les issues de secours… Un joyeux bordel qui aura, espérons le, permis de mettre la main sur le ou les voleurs. C’est pas pour ça qu’on assiste à un concert…

Merci à Olivier Garnier, Roger Wessier et Live Nation

 

« I feel good ! » Ces chansons qui (me) font du bien.

Juno, Intouchables, Little Miss Sunshine, Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, In her shoes, Happiness therapy, La famille Bélier

Pourquoi je vous parle de ces films? Eh, bien, tout simplement parce qu’ils rentrent dans cette catégorie ensoleillée qu’on appelle les « feel good films », ces réalisations qui, inévitablement, immanquablement, assurément donnent la pêche. On sort des salles obscures, on quitte son écran télé, un grand sourire aux lèvres, un soleil dans le cœur. Si le cinéma est capable de tels exploits, la musique n’est pas en reste… Et, chez Metal-Eyes, quand on parle « musique » on entend « metal ».

OK, soit disant « le metal n’est pas réputé pour être une musique qui donne la banane et le sourire »? Si l’on excepte les joyeux lurons de Freedom Call et autres formations happy metal, c’est en général un univers considéré par les méconnaisseurs comme plus sombre, les sujets abordés sont souvent sérieux et engagés, ou satanistes et machistes. Au mieux… Seulement voilà: tout n’est pas constat amer, parties de jambes en l’air ou vénération d’idoles démoniaque, loin de là. Le metal sait aussi nous offrir ces chansons qui inévitablement, immanquablement, assurément (me) donnent la pêche. Je vous propose donc un (tout petit) tour d’horizon de ces chansons qui, à tous les coups, me donnent envie de me surpasser, me mettent en confiance et m’assurent de passer la meilleure des journées possibles.

Testez, et soyez conquis. Goûtez en, et partagez. Car en ces périodes sombres que nous traversons, un peu d’optimisme et de positivismes ne sauraient être que bienvenus. Petit passage en revue d’une petite heure de bien être qui ne demande qu’à être enrichie et rallongée.

Détente et farniente… que demander de mieux? Ils sont quelques uns à nous inviter au voyage, à nous dire « relaxe-toi, profite de la vie et des longues journées sur cette plage ensoleillée… » Mouais, je voudrais bien vous suivre…

Aerosmith_-_Permanent_VacationAerosmith: Permenant Vacation (Permanent Vacation, Geffen, 1988)

Tout est dit dans le titre de la chanson titre de ce disque paru en 1988. Avec ses sonorités exotiques, cette chanson nous projette dans l’univers féerique des plages de sable fin, ensoleillées en permanence. Farniente, détente, repos. Et même si les vacances ne s’apprécient que parce que ce sont des vacances, mmmhhhh… Qu’il est bon de se projeter dans un espace sans besoin de se lever pour aller travailler… Petit bonus non négligeable: le reste de l’album est à croquer aussi!

 

 

Motorhead 1916

Motörhead: Going to Brazil (1916, Epic, 1991)

A force de sillonner le monde, il fallait bien que Lemmy lâche le morceau. Quelle est sa destination préférée? Et j’imagine volontiers ce qui a pu inspirer le grand bonhomme. Jolies filles, cocktails, douceur de vivre, tous les ingrédients sont réunis autour du vrombissement des moteurs d’un 747 au décollage. Que dire de le rudesse de ce titre sans concession qui vous sort du transat en un clin d’œil et fait taper du pied? On pourrait également parler du plus récent Going to Mexico, paru sur le dernier album, l’idée musicale est assez proche.

 

 

Black_Stone_Cherry_-_Magic_MountainBlack Stone CherryMagic mountain (Magic moutain, Roadrunner, 2014)

Un peu à part dans la discographie des rockers du Kentucky, Magic Mountain contient cependant son lot de pépites qui clament la joie de vivre et les bonheurs simples. La chanson titre est un de ces moments et invite à l’éblouissement de la randonnée montagnarde. Bref, le retour au contact avec la nature, belle, impressionnante, généreuse et, parfois, terrifiante.

 

 

La vie n’est pas faite que de repos; On s’ennuierai à la longue. Elle nous réserve parfois de mauvais jours, de mauvaises surprises. Et ça, les musiciens aussi y sont confrontés. Deux possibilités se présentent alors: soit on baisse les bras, on subit sans rien dire, quitte à péter un câble, soit on redresse la tête et on voit le bon côté des choses. Et ceux de nos amis qui sont passés par des galères nous offrent quelques jolis enseignements:

 

helloweenHelloween: I can (Better than raw, Raw power, 1998 )

A une époque de doute, Helloween ayant perdu de son aura et de son influence après le départ de Michael Kiske, Andi Deris, chanteur arrivé en 1993, écrit ce I can enjoué que j’ai depuis longtemps adopté comme leitmotiv quotidien: « I can make it all again »… « I can make the call again »… « Don’t wanna loose, don’t wanna go down » … « Leave me waiting is on strike today » (oui, je sais, j’ai réarrangé à ma sauce – en tout cas j’aime beaucoup ma version aussi – l’originale qui dit « leave me waiting years or strike today« ) … toutes les paroles de cette chanson sont un appel à se battre pour ce en quoi l’on croit, se battre face à l’adversité et ne jamais baisser les bras. Obama l’avais bien compris, même si je doute qu’il se soit inspiré des Allemands! Tout le monde peut se sentir perdu, les accidents de la vie touchant tout un chacun. Et cette chanson, en particulier, redonne confiance et espoir.

 

judas priestJudas Priest : Worth fighting for (Angel of retribution, Sony music, 2005)

Si ce disque paru chez Sony music a permis à Rob Halford de réaffirmer avec force son retour et, surtout, son rôle au sein de Judas Priest, cette chanson, pas la plus connue de l’album, mérite qu’on s’y arrête. Car si elle parle d’amour, elle est également une invitation au combat personnel pour réussir ce que l’on entreprend. Oui, il y a des choses qui méritent qu’on se battent pour elles, des personnes et des causes.

 

Airbourne Black_Dog_Barking_(Album_Cover)
Airbourne:
Back in the game (Black dog barking, Roadrunner, 2013)

A ce stade de sa carrière, Airbourne devrait pouvoir remplir des salles de plus de 1500 personnes. Mais ça… Les galères en tout genre, les Australiens semblent connaitre. A chacun de leur retour, c’est une claque que l’on se prend. Je me suis éloigné, mais me revoici en pleine forme! Eh bien rien ne semblait plus approprié lorsque j’ai décidé de revenir dans l’aventure du webzine. Depuis, ça roule! Rock on

 

Scorpions_-_Sting_in_the_TailScorpions: No limit (Sting in the tail, Universal music group,2 010)

Encore et toujours le positivisme. Tant que l’on s’impose des limites, celles de la morale ou de peu importe quoi d’autre, il est impossible de faire tomber les barrières, d’avancer. »You gotta live it up, there’s no limit, We’re gonna make it / You give it all you got, there’s no limit, Reach for the sky« . C’est le principe même de ce webzine auquel je n’impose de barrières que celles que je ne veux pas franchir. Pour le reste, il ne faut pas hésiter. Seuls ceux qui ne demandent rien ne peuvent réaliser leurs rêves.

def leppardDef Leppard: All time high (Def Leppard, e.a.r. music, 2015)

Un bon Def Leppard, en général, ça requinque. malheureusement depuis trop longtemps ignoré en France, les anglais ont pourtant publier un superbe album éponyme en 2015 sur lequel figure ce All time high énergisant et redynamisant. Ce qui ressemble a une chanson d’amour peut cependant, comme tout texte en réalité, être lu, interprété à différent niveaux. Si l’on retiens la partie qui dit « Never giving up, never giving up, never gonna die , I’m on an all time High, You gimme the wings, you gimme the reason to fly » chacun peut entendre ou lire ce qu’il souhaite. Pour ma part, ces ailes, c’est ma liberté, cette liberté qui me donne l’envie et l’énergie d’avancer au quotidien. Et, aujourd’hui, peu de choses pourraient entacher mon optimisme et ma joie de vivre.

 

Ce dossier est bien sûr loin d’être complet. Ces huit chansons, cependant, ont un effet magique sur mon humeur: je ne m’en lasse pas, et le message positif est simplement bienfaisant et apaisant, quelque soit le moment de la journée où je les écoutes. Rien de tel d’ailleurs que de les écouter d’une traite!  J’en ajouterai d’autres, sans doute, au gré de mes (re)découvertes et humeurs. En attendant, je vous prépare déjà un autre document sur un thème que nous apprécions tous plus ou moins, un sujet qui fait partie de notre univers: les chansons à boire. Et croyez moi, elles sont nombreuses!

 

 

AIRBOURNE live à Paris (Le Trianon) – 1er décembre 2016

airbourne-france-2016

On attendait depuis un bout de temps de les retrouver en salle, nos kangourous préférés! Et c’est une jolie tournée française qu’Airbourne nous offre en commençant par deux soirées complètes au Trianon de Paris. Autant le dire maintenant: ce 1er décembre a failli se transformer en soirée galère… Allez, je raconte tout!

dsc_0165

19h30, le groupe de première partie monte sur scène. Leo Gun propose un hard rock 70’s sympa mais… mon appareil photo coince. Je retire l’objectif, le replace, toujours rien… Je modifie le programme, la sensibilité… Rien. Je décide de quitter le pit photo pour tenter de comprendre avant de me rendre compte que tout est écrit: « absence carte mémoire »! Merde, le matin même j’ai traité les photos du concert de Steve’N’Seagulls, et j’ai, visiblement, oublié de replacer la carte…. Ok, je fais quoi, maintenant? Vive les quartiers touristiques, il y a toujours une boutique ouverte qui peut te fournir ce que tu cherches. Oui, mais laquelle? de piège à touriste en boutique souvenirs (pareil, en somme) me voici parti pour une bonne demi-heure de recherches qui se termine avec un « ouf » de soulagement. Donc, je ne peux rien dire de plus sur Leo Gun (qui devait être super…)

dsc_0117

La salle est plongée dans le noir à 20h45 et des enceintes résonne la musique du générique de Terminator 2, sur fond de lumières rouges et blanches. Puis les chœurs introduisant Ready to rock sont scandés par le public avant que ne déboulent Joel O’Keefe – torse nu et jean noir troué aux genoux, comme d’habitude – et ses comparses.  Airbourne, ce soir, ne dément pas sa réputation: le groupe est en forme et l’ambiance explosive. Le public slamme et la sécu trime. Le spectacle est autant dans la salle que sur scène, où Joel en fait des tonnes, laissant son énergie exploser dès qu’il ne chante pas. D’ailleurs, est-ce un manque de confiance en son dernier né? Airbourne démarrant ce show avec trois anciens titres. Si Too much, too young too fast permet – déjà – de souffler un peu, Joel commence à faire le show sur Chewin’ the fat en explosant une première canette de bière sur sa tête. Effet et senteurs d’alcoolo sur le retour à la sortie du concert garantis! Incontestablement, la star du groupe c’est lui, bien que David Roads (guitare) et Justin Street (basse) se fasse particulièrement mobiles et occupent chaque recoin de scène. Mais, forcément, ils attirent moins les regards…

dsc_0147

Rivalry est le premier des quatre extraits de Breakin’ outta hell (outre le morceau titre, le public aura aussi droit au futur – déjà? – hymne It’s all for rock’n’roll et au sexy Down on you). La setlist alterne dès lors entre les quatre albums du groupe, et les morceaux s’enchaînent à un rythme effrénée. Impossible de rester passif, ça, le public l’a bien assimilé, et c’est une vague incessante de corps qui surfe de plus en plus au dessus des têtes et semble déferler vers la fosse. Le public est à la fête, et Joel le fait participer vocalement à plus d’une reprise. Il s’empare à l’approche de la fin du set d’un gigantesque spot pour éclairer le public dans une salle plongée dans la pénombre.

dsc_0100

 

Ryan O’Keffe (batterie) est le premier à remonter sur scène pour le rappel et actionne une sirène d’alarme manuelle annonçant Live it up. Joel est perché sur le mur d’enceintes le temps de l’intro à la guitare et redescend mettre le feu aux planches. Sur le break, il invite les gens à monter sur les épaules de leur potes et les compte avant de s’emparer d’un nouvelle canette, de l’exploser sur sa tête et de la balancer dans le public. Puis une autre, une troisième, une quatrième, jusqu’à ce qu’un des gars perché l’attrape pour la boire. Fun. L’indispensable Running wild vient alors clore, après que Joel ait une nouvelle fois fait chanter le public et demande « that big circle thing », invitant le public de la fosse à réaliser un circle pit, ce concert explosif, efficace et mémorable. Les frères O’Keefe avaient, lors de la présentation de Breakin’ outta hell, émis l’idée qu’un album live pourrait être enregistré à Paris. Si tel est le cas – avec une seconde date le lendemain – cet album devrait être une vraie tuerie. A l’image de ce concert dont on ne peut regretter qu’il fut aussi court (12 morceaux pour moins d’1h30) mais d’une telle intensité qu’on oublie vit. Allez, rendez-vous au Hellfest 2017, maintenant!

dsc_0167

 

AIRBOURNE: Breakin’ outta hell

airbourne-2016Hard rock, Australie (Spinefarm, 2016)

Souvent présenté comme le digne successeur ou la meilleure alternative d’un AC/DC en fin de carrière, Airbourne, se distingue cependant de ses frères australiens. En effet, là où, à la fin des années 70 AC/DC proposait son 4ème album en l’espace d’à peine 3 ans, Airbourne prend son temps: pour le même nombre de productions, le gang des frangins O’Keefe aura mis 9 ans. Bon, oui, c’est vrai, les temps ont changé, le marché du disque aussi. Mais je voulais le dire. Pour le reste, c’est un groupe en pleine forme qui nous revient, et qui a tout mis dans cet album: du sang, de la sueur, des tripes et de la rage. Du gros rock, en somme. Airbourne, sans surprise, nous offre 11 titres qui foncent pied au plancher. Du morceau titre qui ouvre ce nouveau CD à la déclaration finale, It’s all for rock’n’roll, les Australiens ne nous proposent qu’un moment de répit avec Rivalry, aussi lent que lourd, qui fait par instants penser à Great White. Le reste alterne entre titres secs et directs (Never too loud for me, Thin the blood) groove imparable sur fond sexuel (Never been rocked like this, Do  me like you do yourself), le tout sur fond d’expériences personnelles dont on retiendra surtout l’hilarant When I drink I go crazy. Le production de Bob Marlette permet à Airbourne de se recentrer sur l’essence même de son identité sonore, explosive, rock n rollesque, directe et festive. C’est tout ce que l’on attend d’Airbourne, non? Maintenant, vivement la tournée. Et pour les Français, soyez prêts à donner le meilleur de vous même: il se pourrait bien qu’un live soit enregistré chez nous. Ce serait la cinquième offrande du groupe. Tout comme ce fut le cas pour AC/DC. Coïncidence?  Peu importe au final, la seule leçon qui vaille est celle-ci: « All for one, one for all, together we stand, together we fall, cos it’s all for rock n roll« .

Note: 9/10

Titre que je retiens: Breakin’ outta hell

AIRBOURNE: Présentation de Breakin’ outta hell à Paris

airbourne_logo

Paris, 30 août 2016. Ce sont quelques vingt représentants de médias français qui sont invités à découvrir le nouvel album d’Airbourne dans les locaux chaleureux de Gibson France. Au programme, l’écoute de Breakin’ outta hell suivie d’une conférence de presse d’une bonne demie heure.

Airbourne Paris

Si l’on vous annonce qu’Airbourne ne sonne plus comme AC/DC, alors « on » vous mentirait. Mais ce serait aussi trop réducteur, car, bien que le digne successeur de la bande des frères Young, le gang des frangins O’Keefe puise aussi ailleurs son inspiration. Sans entrer dans le détail de l’album – qui sera naturellement le sujet d’une future chronique – nous pouvons révéler qu’il contient onze chansons taillées dans le rock brut et direct, celui qui ne laisse personne indifférent. Les tempi varient, les thèmes des chansons, presque toutes inspirées d’expériences vécues au cours de ces trois dernières années, restent sans surprise: les femmes, l’alcool et le rock.

Au cours de la conférence de presse, parmi d’autres questions techniques, Joel et Ryan O’Keefe, très joyeux, expliquent leur choix d’enregistrer en Australie où le son obtenu est plus agressif que celui qu’ils auraient pu avoir aux USA avec le même matériel. La raison? La différence de voltage du courant, seulement de 110 volts aux USA. Lorsque Metal Eyes demande quel est cet enfer qu’ils ont vécu pendant les trois années qui séparent Black dog barking (2013) de ce nouvel album est simple: cet enfer, c’est le monde dans lequel nous vivons, et le seul échappatoire c’est le rock. La tournée à venir est également abordée, et si la France est à l’honneur (une seconde date a été rajoutée à Paris où le groupe se produira, au Trianon, les 1er et 2 décembre prochains) c’est parce que, dixit Joel: « ce n’est pas le plus gros marché, mais le public ici est le plus passionné en matière de rock ». Un album live est-il envisagé? Avec maintenant 4 albums, oui, Airbourne y songe. Et, sans vouloir trop en faire parce qu’ils sont aujourd’hui en France, il est probable que ce live soit enregistré sur l’une des dates françaises.

Inévitablement, des questions sont posées en lien avec AC/DC. La formation actuelle? Choix délicat du chanteur remplaçant de Brian Johnson, mais le résultat est probant, d’autant plus que le groupe a interprété sur scène des morceaux pas joués depuis des décennies. La pochette du nouvel album, Breakin’ outta hell , le quatrième d’Airbourne, évoque celle de Powerage, le quatrième d’AC/DC? « C’est une coïncidence » affirment les O’Keefe. « Je n’y crois pas » leur rétorque le journaliste. « Si, si! »

Bien qu’arrivés chacun une bière à la main, le guitariste se lève rapidement de son tabouret pour la poser et s’emparer d’une guitare qu’il gratouille. Comment, dans cet environnement, ne pas succomber à la tentation? Puis, une fois la dernière question posée, les frangins se prêtent un bon quart d’heure et avec plaisir à une séance dédicaces et photo avec qui le souhaite.

Airbourne 2  Airbourne 1

Une fin d’après midi sympathique, en somme, qui donne envie d’être déjà fin septembre, date de sortie de Breakin’ outta hell, et plus encore, début décembre un peu partout en France! Rock’n’Roll forever.

 

 

PHOTO DE LA SEMAINE: AIRBOURNE

Ils reviennent avec un nouvel album et un belle série de dates françaises en décembre prochain. Alors petit clin d’œil. Lors du Hellfest 2015, le 20 juin, Airbourne monte sur scène en milieu de journée sous un ciel radieux et une chaleur étouffante. Dès le début de son set, le groupe australien subit une panne de courant. Les gaillards ne se démontent pas, en bon professionnels, investissent l’avancée de scène, balancent des bières au public qui souffre des températures écrasantes. Autant dire que pour nous, photographes qui ne bénéficions que d’un titre pour immortaliser le groupe, cette panne est bienvenue! Le jus revenu, Joel O’Keefe et les siens redémarrent à fond. Et paf! les plombs sautent de nouveau! Retard, frustration, tout ça se traduit par une énergie décuplée dès la reprise des affaires. Energie et concentration mêlée de frustration que l’on ressent bien ici sur le visage du guitariste chanteur. Ce cliché – un tiré d’une série de 4 parfaitement complémentaires – a été pris à 1/500 de seconde, avec une sensibilité réglée à 400 ISO et une ouverture qui s’est faite à F/8. Aucune retouche n’a été apportée en dehors d’un léger recadrage pour faire disparaître la toile couvrant les planches.